To The Lake – S01E08

Épisode 8 – 17/20
Bizarrement, si j’ai bien aimé les deux derniers épisodes, je trouve qu’ils sont trop éloignés de ce qu’était la série avant et qu’ils nous laissent avec pas mal de questions qui nous restent sur l’origine de la série… ou sur une suite, que j’aimerais bien, même si aucun renouvellement n’est annoncé un an après la sortie de la série en Russie. Reste donc à croiser les doigts !

> Saison 1


Spoilers

Selon Anya, Misha s’est donc suicidé, et ce n’est pas la première fois qu’il y pensait. On le sait aussi, alors… c’est crédible, mais j’ai une idée en tête et ça va être dur de la déloger de là. Pour la première fois, j’ai donc un élan de sympathie pour Ira. Elle aura au moins servi à ça : conserver l’espoir que Misha est encore en vie et ne s’est pas fait avaler par la glace… même si Pavel nous réduit nos espoirs avec le duvet retrouvé.

En plus, Anya retrouve un corps dans le lac… mais ce n’est pas Misha. Oups. Elle s’enferme alors dans son deuil et annonce à Ira qu’elle oublie tout : elle n’a plus de souvenirs d’enfance et commence même à oublier que Misha est mort. C’est con. Enfin, ce qui n’est pas si con, c’est qu’il est évidemment encore en vie, comme je m’y attendais.

Il est malin à faire semblant de se suicider… mais il se prend quand même dans un piège à loup, le pauvre. Ca n’a pas l’air de faire du bien. Pendant ce temps, Polya, Lyonya et Marina sont donc dans la cave obscure de la vieille proprio, et la série se fait plaisir sur la réalisation avec un filtre noir et blanc vraiment bon. Je me suis même demandé s’il y avait vraiment l’obscurité totale sur le plateau de tournage. Marina est vrillée, la pauvre, et accepte de faire le chien, alors que Polya essaie de négocier avec sa geôlière.

Rapidement, Lyonya devient bucheron-esclave de la proprio, lui mentant comme il peut pour tenter d’être libéré, délivré. Ce n’est pas très efficace et il se retrouve à devoir bouffer de la moisissure dans un seau avec les deux femmes de sa vie. Ca tourne au film d’horreur avec Marina qui pète un câble, fait le chien pour mordre son mari avant de vouloir lui faire l’amour à proximité de Polya. Ils sont dans le noir après tout. Alors oui. Mais non.

Polya est toujours très cool et n’hésite pas à le frapper, n’ayant pas envie d’entendre son père faire l’amour. Elle n’a pas de chance cela dit, parce que la proprio profite du temps qu’elle a pour se mettre une perruque, du maquillage et tout préparer pour coucher avec lui. Oui, oui, elle le déteste, mais il l’excite apparemment.

Ce n’était pas une bonne idée de vouloir coucher avec par contre, parce qu’il réussit à prendre le dessus en retirant sa chaussure, puis en faisant tomber le lit et en se servant de l’armature de celui-ci pour la tabasser. C’est original. Il est tout de même bien aidé par le fait que Misha se libère du piège à loup en tirant dessus. Bref, il prend le dessus sur la femme, puis libère sa fille et Marina, avant d’aller voir quel est cet homme si proche d’eux.

Il découvre qu’il s’agit de Misha, et il le sauve comme il peut, même s’il est en sale état avec le froid et le piège à loup. Misha est vite rétabli, donc, et il explique qu’il a fait croire à son suicide. Il marque des points auprès de Polya qui est admirative, là. Le lendemain, ils libèrent la proprio et se barrent tous ensemble.

En parallèle, sur le bateau du lac, Ira et Pavel continuent de coucher ensemble, alors qu’Anya note tout ce qu’elle peut, tant qu’elle s’en souvient. Elle vit son deuil d’une étrange manière, tout de même. C’est assez insupportable pour Sergey qui descend donc à l’étage inférieur, pour mieux apercevoir la coucherie de son ex, prenant son pied à être vue, clairement. Cela vire alors à la catastrophe avec un crash d’avion sortant de nulle part. Wow, si ça ce n’est pas un point du Bingo Séries, je ne sais pas ce que c’est.

Un chinois (je crois ?) sort de l’avion en parachute, et c’est vraiment bien foutu dans la série, je trouve. Les effets spéciaux, la réalisation, ça me plaît beaucoup cette production russe, honnêtement. Le problème, c’est que le chinois nous prend en otage Pavel. Il est aussi malade, accessoirement. Le smartphone de Pavel traduit tout, c’est quand même pratique, mais le chinois refuse de croire quand Pavel promet de le guérir.

C’est con, parce que c’était vrai. Tout ce qu’il gagne à ne pas le croire, c’est un couteau dans l’œil de la part de Pavel et quelques coups de fusil de la part de Sergey. Bref, il meurt et nous laisse Pavel blessé, à se soigner torse nu dans un bateau sans fenêtre. LOGIQUE. Le lendemain, Pavel décide de se barrer pour aller soigner des gens, n’appréciant pas d’avoir tué quelqu’un.

Bon, alors oui, mais d’où sortait l’avion ? Est-ce que c’est la guerre ? Impossible de le savoir pour l’instant… Il nous faudra des réponses pour une saison 2, franchement, là c’est chaud. C’est chaud aussi pour Ira qui ne fait preuve d’aucune compassion et agresse aussitôt Pavel pour qu’il reste avec elle. Bizarrement, ce n’est pas ce qu’il fait. Bizarrement aussi, Ira décide ensuite de s’en prendre à Anya lorsqu’elle rentre à la cabane.

Son fils est censé dormir, mais ce n’est pas le cas, alors il entend tout de sa mère crisant sur Anya après avoir passé une nuit à lire son journal intime. Dedans, elle apprend ainsi qu’Anya a fait exprès de mettre un emballage de capote dans la poche de Sergey pour qu’elle le trouve (aah… c’était donc ça le flashback, tout s’explique) ; et qu’elle voulait se trouver quelqu’un absolument pour pouvoir garder Misha.

Voilà qui est fait. Bien sûr, Ira en profite pour dire qu’elle a couché avec Sergey, aussi. C’est bien pour foutre la merde avant le retour de Misha. Cela dit, en chemin, Misha et compagnie s’arrêtent pour cause de voiture en panne, finalement réparée de justesse par… un type venant du monastère juste à côté. Pardon ?

Le père Noël prend alors le temps de marier Lyonya et Marina, puisqu’ils lui demandent – enfin, à la base, Marina voulait baptiser son enfant, mais c’est déjà trop tard. Le mariage a lieu, et Misha et Polya en profitent pour se marier aussi. N’importe quoi franchement. Tout peut donc bien se terminer : les deux couples sont mariés par le père Noël et retournent au bateau où ils retrouvent Sergey et Anton, contents de les revoir.

Les retrouvailles sont au top entre eux… Et ça se termine trop bien pour se terminer comme ça. Sans surprise, parce que ça faisait partie de nos théories, le bateau est donc en train de cramer. Anya était à y brûler son journal et Ira à dormir. Tout le monde se précipite donc vers elles pour tenter de sauver ce qu’on peut du bateau qui était légèrement à l’origine du titre de la série.

En plus, ils ne se doutent pas qu’ils sont aussi espionnés par une bande de chinois (ou japonais, toujours ?). Pour une série inspirée d’un roman intégralement couvert en une saison, ça se termine sur un sacré cliffhanger. Espérons que Netflix œuvrera à son renouvellement… mais je n’y crois pas trop. C’était quand même sacrément cool !

Et pendant ce temps, Laura tentait de compléter sa grille de Bingo Séries par tous les moments : « Y a des hiéroglyphes, c’est un avion. »

EN BREF – La série est une vraie bonne surprise et pour une première tentative du côté des productions russes, je ne suis pas déçu, loin de là même. J’ai trouvé que tout se tenait super bien et que c’était très engageant du côté de la réalisation, mais aussi du côté du scénario. Le roman me fait envie maintenant, c’est malin, histoire de voir comment tout ça est écrit.

J’ai beaucoup aimé que la série confirme pas mal de clichés que l’on se fait de la Russie, parce que ça doit vouloir dire qu’ils sont vrais. Au-delà de ça, la frontière entre épidémie et invasion de zombies est souvent fine, mais là, la série réussit à être passionnante sans basculer dans la science-fiction la plus dingue. Les personnages sont attachants, les situations plutôt bien amenées dans l’ensemble et j’aime le parti pris qui est que l’épidémie n’est finalement qu’une toile de fond justifiant toutes les aventures de ces personnages, sans en être le centre.

Sur la fin, c’est même le problème : l’épidémie est totalement négligée au profit de bien d’autres éléments… mais bon, on était tellement à fond à ce moment-là, ce n’était pas bien grave. Bref, je vais prier une saison 2. Et boire de la vodka en attendant de savoir si elle verra le jour.

> Saison 1

 

To The Lake – S01E07

Épisode 7 – 17/20
C’est un bon épisode qui trouve encore des choses à raconter alors qu’on sent qu’on approche de la fin de l’histoire. J’ai vraiment de la peine pour certains personnages et je trouve que ce qu’on rajoute pour retarder la fin n’est pas toujours hyper sympa pour eux. Les scénaristes aiment bien faire souffrir les personnages, c’est tout… mais je ne crois pas à tout ce qu’on essaie de me faire croire.

> Saison 1


Spoilers

Aucun virus ne tue tout le monde, une transfusion suffit et arrêtez de poser des questions les gars, sérieux, Pavel n’est pas médecin… et les scénaristes non plus. Si j’ai avalé The Rain, je peux avaler ça Par contre, supporter le personnage d’Ira, c’est autre chose. Elle apprend qu’Anya va bien, et elle veut aussitôt lui révéler qu’elle a couché avec Sergey. Pff. Lui, il préfère s’inquiéter de son père.

Je n’avais pas bien capté, mais dans l’épisode précédent, Boris nous a fait un petit malaise cardiaque qui fait flipper tout le monde. Finalement, il survit au moment où Pavel allait l’ouvrir. C’est malin. Il est heureux de voir qu’Anya a survécu… mais il meurt tout de même. Alors là, vraiment, je suis perplexe. Au moins, ça reporte le vrai problème de l’épisode pour Ira.

Elle décide de partir avec Paveil qui a désormais un vrai remède et veut aller au labo le plus proche. Ils embarquent Anton avec eux, même si ce n’était pas tellement le plan de Sergey. Il est contre, et ils partent donc tous ensemble. En route, ils tombent sur la voiture de Lyonya.

Ils sont bien embêtés parce qu’il faut choisir à nouveau la marche à suivre. Misha prend du galon et met en place tout un plan pour aller à la rescousse de sa Polya chérie, surtout qu’il y a des traces de sang dans la neige… Mais tous les autres sont contre, parce qu’ils savent que c’est déjà trop tard pour les sauver. La dispute voit Misha partir seul devant pour finalement s’effondrer en crise d’épilepsie.

Il est du coup inconscient et ne peut pas empêcher le reste du groupe de repartir… TO THE LAKE. On y arrive donc enfin sur le lac, avec le fameux bateau. C’est bien, c’est celui de Lyonya, mais ils le squattent sans le moindre scrupule maintenant qu’il n’est plus dans l’équation. C’est tout de même cool de savoir que ces personnages arrivent à bon port. C’est un début en tout cas.

Malheureusement, à peine arrivé, Sergey remarque que quelqu’un a forcé le cadenas. Ils ne sont donc pas les seuls à avoir eu l’idée de ce bateau. On découvre donc ce bateau déserté, mais avec la crainte que quelqu’un débarque à n’importe quel moment. La crainte est encore plus vive quand ils se rendent compte que le charbon est chaud et qu’il y a un couteau plein de sang…

Ailleurs sur le bateau, Sergey et Pavel retrouvent ensuite un cadavre aux jambes coupées et… dévorées. Mais c’est charmant. On se dirige finalement vers des zombies ? Je ne sais plus sur quel pied danser avec eux, mais c’est beaucoup trop réaliste comme virus extrême finalement. Bon, le problème, c’est qu’on a toujours un taré qui rôde autour du bateau finalement.

Quand il revient avec sa hache, il s’en immédiatement compte et avance avec précaution. Cela ne l’empêche pas de se faire avoir comme un bleu par Sergey. Ce dernier le force à quitter le bateau, mais il a le temps d’apercevoir Ira et Anya qui sont complètement débiles à ouvrir une porte. Si aucune question n’est posée, l’homme raconte tout de même sa vie et précise qu’il mourrait de faim, n’avait rien mangé depuis deux semaines et que c’est pour ça qu’il a finit par manger son pote.

Sympa. Ne perdant pas le Nord, l’homme essaie tout de même d’utiliser un couteau pour s’échapper en attaquant Sergey… mais c’est sans compter le fusil qui finit par le tuer. Lentement. De retour au bateau, Sergey peut enterrer son père. Enfin. Enneiger son père. Je n’aimais pas tellement le personnage, de toute manière.

Après tout ça, Ira essaie d’apprendre à Pavel comment conduire et il en profite pour lui dire qu’elle est belle… et coucher avec, dans une voiture. Ca paraît presque confortable. En parallèle, Sergey apprend à Anton comment pêcher et Misha fait des choses cheloues avec la glace du lac. Il inquiète sa mère qui sait bien que tout peut être lié à Polya, qu’il a dû abandonner au bord de la route. Pas évident comme premier amour, pas étonnant qu’il s’énerve contre sa mère après ça.

Le reste de l’épisode, j’ai eu plus de mal à accrocher, avec une scène Sergey/Ira, puis Misha qui continue de fuir sa mère. Au secours. Je me suis un peu plus marré avec Pavel et Ira découvrant qu’une voiture a été volée, parce qu’il a dû laisser les clés dans la voiture. Je ne la sens pas tellement cette histoire de voiture volée… On a ensuite un vieux renvoi de paternalisme avec Sergey approuvant la relation entre son ex-femme et Pavel. Au secours, bis.

Bon, les choses tournent mal cela dit : Misha a disparu et tout le monde pense qu’il est sous le lac. C’est terrible comme scène, mais bon. Il y a une voiture qui a disparu, les gars, il est parti chercher Polya. C’est quand même dur pour Anya en revanche.

Pendant ce temps, Lyonya traîne le corps de Marina comme il peut à travers bois. Elle est consciente, mais son bébé est mort, et c’est dur. Polya est avec eux, épuisée, à dormir avec des cauchemars qui lui font apparaître son militaire mort. Ils finissent par tomber sur des toilettes, et dans celles-ci, Lyonya découvre une autre femme avec un fusil. C’est bon signe.

Il la fait prisonnière et l’enferme dans son abri sous-terrain, avant d’emmener sa fille et sa femme enceinte dans la maison. Il a bien l’intention de sauver Marina comme il peut. Polya, elle, préfère siffler les réserves d’alcool pour se réchauffer, en écoutant son père se justifier comme il peut sur ce qu’il fait pour survivre. Elle préfère le voir servir de la nourriture à la maîtresse de maison, même s’il s’y refuse.

Marina ? Elle est une vraie psychopathe à présent, refusant de se faire à l’idée qu’elle a perdu son bébé et lui chantant une berceuse. Avec la lumière verte l’éclairant, elle fait peur et paraît complètement cinglée… alors que la pauvre, j’ai vraiment de la peine pour elle. Polya aussi : elle chante même avec.

Lyonya fait son deuil en brûlant le sac dans lequel était le bébé de Marina et ça tourne très mal : sa fille lui indique où est l’alcool à boire, il se bourre… et ne se réveille pas au petit matin quand Marina cherche son bébé.

La proprio, elle, elle est bien réveillée. Elle demande donc à Marina de lui ouvrir car son bébé serait là. Ah Marina, on t’a perdu, décidément. Il n’en faut pas plus pour que Polya soit faite prisonnière à son tour. Toute la famille devient donc prisonnière et Marina en profite pour annoncer à Lyonya qu’il n’est pas le père du bébé. Oups.

> Saison 1

 

To The Lake – S01E06

Épisode 6 – 16/20
Si les enjeux sont plus intéressants dans cet épisode, l’écriture prend son temps dans l’épisode et approfondit les personnages avec des flashbacks pas forcément utiles pour la compréhension globale de la série. En plus, à ce stade de la série, on est déjà attaché à eux, c’est bon, pas la peine d’en faire des caisses comme ça. C’est dommage !

> Saison 1


Spoilers

Drôle de début d’épisode dans une maison désertée et à l’ambiance verte vraiment sympathique. On y suit toutefois un homme gradé qui a tué ses deux enfants et sa femme, parce qu’il est lui-même contaminé. Il tente ensuite de brûler tout le monde, mais s’effondre trop rapidement pour cela. C’est con tout de même.

« Cette toux n’a rien d’anormal » ? Sérieusement Sergey, c’est tout ce que tu trouves à dire en voyant ta nouvelle femme cracher du sang ? Ben putain. Les choses dérapent pour la série, mais Anya est assez maligne pour décider de s’isoler seule dans une voiture. Elle veut les suivre pour les 140 km restants : soit elle sera simplement enrhumée et pourra les suivre en voiture, soit elle s’arrêtera quand ça n’ira plus.

Malgré tout, cette maladie fait peur à tout le groupe de héros, et particulièrement à Lyonya qui sait bien que ce n’est pas bon signe pour eux d’être à proximité d’une malade. Il décide donc de mettre en place une quarantaine pour les cas contact d’Anya. Ca ne s’invente pas ça, merci le Covid d’avoir banalysé le « cas contact » pour cette critique.

Bon, Ira et Anton montent donc avec Lyonya et sa famille, ce dernier étant content et fier de savoir qu’ils n’ont pas galoché Anya, ou sa famille. Aha. Ta fille a juste couché avec, mais OK. Bon, il ne le sait pas, le pauvre, mais c’était marrant. Tout ce petit monde finit donc par se diviser de manière intéressante et sécuritaire, sur approbation aussi de Pavel. J’aime bien l’idée.

Par contre, un flashback nous ramène un an et demi plus tôt, et je ne suis pas convaincu du tout par cette idée-là. Au contraire, même. On y suit la rencontre d’Anya et Sergey, histoire de découvrir qu’Anya était en fait censée être une psy pour le couple Sergey/Ira. Seulement, Ira n’a pas voulu venir. Et elle est surprise que son mari couche avec Anya ensuite ?? Par contre… On m’explique l’intérêt de la scène de sexe entre eux plus tard dans l’épisode, à part pour permettre le full frontal flou de Sergey ? C’est si étrange.

Bon, pour en revenir au présent, Anya est trop faible et malade pour tous les suivre finalement. Ils sont forcés de s’arrêter, dans une maison qui est celle du début d’épisode. Il n’en faut pas plus pour que Marina hurle en voyant les cadavres quand elle tombe sur eux. Pavel monte vraiment en grade dans cet épisode, et c’est tant mieux, parce que j’ai fini par bien l’aimer – un peu comme Misha, qui a la présence d’esprit de cacher le flingue aussi, on sait jamais, des fois que ça les prenne de vouloir tuer sa mère.

Un très bref flashback nous révèle que Pavel était médecin et s’est pris du sang contaminé dans la tronche, sans tomber malade. Il devient donc officiellement le seul à pouvoir s’approcher d’Anya. Tant mieux. Il est également l’expert en geste-barrière, celui qui fournit des masques à Anton et Ira (putain, Ira, tu ne sais pas prendre les masques correctement toi par contre) et grosso modo celui qui sera peut-être capable de les soigner tous. Son immunité ? Il la rapproche des croque-morts pendant la peste. C’est vrai, ça arrive après tout. Devenons tous croque-morts pour survivre au covid. Pardon.

Bon, il faut en revenir à la série. Anya tente rédiger son testament sur son carnet, mais ce n’est pas gagné du tout, alors que Sergey est dans le déni le plus total de sa condition Il refuse d’envisager qu’elle soit malade, ce qui effraie tout le monde.

Lyonya décide ainsi de diviser la maison en deux pour ne plus avoir à approcher Sergey ou Boris, et Marina est en grand stress de devoir vivre dans une telle maison. Comme on est dans un épisode flashback, on la découvre découvrir qu’elle est enceinte dans les toilettes d’un bar où elle commande ensuite du whisky. Logique. C’est là qu’elle rencontre Lyonya. Elle n’est pas enceinte de lui ? Ben ça alors. Je veux bien pour l’intérêt du flashback, mais l’information aurait pu être donné autrement. Dans le même genre, on a aussi un flashback pour Boris qui est donc alcoolique depuis suffisamment longtemps pour avoir tiré dans la jambe de son fils quand il était gamin et qu’ils partaient à la chasse. Ca nous remet en contexte la scène de l’épisode 3 où il voulait partir à la chasse, ma foi.

On a aussi un flashback pour Polya qui a donc dû voir sa mère mourir : elle était encore vivante, techniquement, mais Lyonya a décidé de la débrancher. Il faut dire qu’il avait Marina, déjà. Pas étonnant que Polya soit si déglinguée derrière, la pauvre. Enfin, ça n’excuse pas tout. Polya raconte tout ça à Misha… qui prend la décision d’aller chercher le flingue. Oups.

Pendant qu’il fait ça, Polya découvre qu’Anya est devenue aveugle, et la scène est vraiment bien foutue. Anya est flippante à voir, Polya assez réactive pour lui mentir et aller chercher Misha. Et elle fait bien, parce que Misha est en train d’envisager le suicide. Elle l’en empêche in extremis et la scène entre eux est plutôt poignante : Misha finit par souligner à Polya qu’il n’est pas amoureux d’elle et il la rejette. Polya demande donc à son père de partir loin, le plus loin possible. C’est triste.

Comme Marina avait grosso modo la même demande, Lyonya accepte et fait ses adieux au reste du groupe. Ira reste bizarrement avec Anya et Sergey, mais il faut souligner tout de même que Misha lui a été confié par Anya. Elle n’est pas dans le déni, elle, et elle sait qu’elle va mourir, alors vraiment, elle met en ordre ses affaires.

Boris, lui, il préfère prier pour que tout aille mieux, et ça fait bien marrer son fils. Bon, cette relation n’est vraiment pas ma préférée pour la série, et ça finit par Sergey qui se bourre la gueule et s’évanouit dans une piscine. Ira le retrouve juste à temps dans son suicide, heureusement. Elle le sauve, et elle, elle l’embrasse. Puis, elle couche avec, alors que Pavel est en train d’essayer de sauver Anya avec une transfusion de sang non contaminé. C’est malin, ça. Et franchement, ça y va entre Ira et Sergey…

Finalement, Anya retrouve assez de force pour ouvrir les yeux, et la porte. La transfusion de sang était efficace et elle est heureuse de survivre… par contre, elle sera moins heureuse de retrouver son mari, je pense.

Sinon, on a un autre cliffhanger bien horrible : Marina perd son bébé, fait une crise et la voiture de Lyonya, Marina et Polya termine dans le fossé… Les trois sont encore en vie, mais ça n’arrange pas leurs affaires, forcément.

> Saison 1

 

To The Lake – S01E05

Épisode 5 – 19/20
Cet épisode est hyper prenant, et hyper stressant, et hyper réussi, en fait. Certes, il y a un moment où j’ai un peu décroché de ce qu’il se passait par manque d’intérêt pour quelques personnages, mais dans l’ensemble, vraiment, je suis surpris par cet épisode. Et vous l’aurez compris, c’est une surprise très positive.

> Saison 1


Spoilers

Anton est donc abandonné au bord de la route, et personne ne s’en rend compte. Ira et Sergey s’occupent de Pavel, Boris, qui conduit la voiture où est Anton, pense qu’il est en train de dormir sous les couvertures. J’ai de la peine pour Anton, parce que même si c’est un gamin et que les gamins sont insupportables dans les séries, il est plutôt débrouillard là.

On le suit donc traverser la forêt jusqu’à la ville la plus proche – bon, OK, pas malin de s’éloigner de la route – où il voit des militaires tuer des gens. Le pauvre est habillé en rouge, donc même s’il est habillé en rouge, il est rapidement grillé. Un soldat est chargé de le poursuivre et le retrouver, et là Anton nous montre qu’il est plus que malin que prévu en se cachant plutôt bien.

Il est trahi par ses empreintes malheureusement, et un soldat le retrouve, lui demande de se retourner et braque son arme sur lui… Ailleurs, notre groupe de héros passent un barrage de l’armée sans trop de problème, mais en voyant la population être embarquée en bus. Ils entendent aussi à la radio qu’on demande de les laisser tranquille.

C’est plutôt bon signe, mais ça pose problème quand Boris se rend enfin compte que son petit-fils n’est pas dans la voiture. J’ai de la peine pour lui, et tout le groupe veut aussitôt faire demi-tour. Enfin, aussitôt… Ira et Sergey se précipitent pour sauver leur enfant, inévitablement, mais Anya n’est pas du tout de cet avis. Elle craint pour leur survie s’ils recroisent l’armée qui ne les laissera pas passer dans une zone de quarantaine.

Finalement, c’est Misha qui parvient à résoudre ce problème sans souci : grâce à quelques maths d’Asperger, il en vient à la conclusion qu’ils ont deux heures pour retourner chercher Anton. Ils s’exécutent aussitôt et je dois avouer que c’est un brin stressant, c’est vrai : tout le groupe arrive à l’hôpital grâce à Boris repérant ses empreintes dans la neige (décidément !) et on ne sait pas ce qui est arrivé à Anton.

Il n’est plus là, mais Sergey trouve la pièce où il aurait dû être exécuté. Ils auraient dû trouver son corps, mais il n’y a qu’une flaque de sang et un extincteur. Tout est dit, je pense. En-dehors de l’hôpital, Ira finit par péter un gros câble quand elle découvre un tas de cadavres énorme, laissés là par l’armée. Cela craint : tous les patients et médecins de l’hôpital ont donc été tués par l’armée. Une manière comme une autre de limiter la contagion, j’imagine.

Pavel fout en tout cas une bonne baffe à Ira qui était inconsolable jusque-là, et je trouve ça super efficace. Il lui rappelle que c’est bon signe de ne pas trouver Anton parmi les cadavres et parvient à la convaincre de bouger. Un hélicoptère leur délivre alors des tracts pour leur dire que la zone est en quarantaine et qu’il faut se rendre à la gare routière la plus proche pour se rendre aux autorités qui les emmèneront vers des centres de soin.

Super. Persuadés qu’Anton s’y trouve désormais, ils se rendent donc à proximité de la gare où tout un tas de gens sont réunis et embarqués dans des bus. Là, la situation escalade rapidement vers une situation encore pire : Ira est persuadée de voir Anton et se précipite dans un bus pour mieux se rendre compte que le gamin en question n’est pas le sien. Ce n’est même pas le même pull, sérieux, bigleuse.

Le problème, c’est que l’armée ne veut plus les laisser partir. Boris se sacrifie donc et sort un fusil à proximité d’un soldat pour le menacer et permettre à son fils et ex-belle-fille de s’enfuir ensuite. Ils sont arrêtés par un autre soldat qui n’hésite pas à les menacer aussi.

Cela force Lyonya à agir aussi… mais Marina refuse de le voir partir et lui vole son fusil. La tension est vraiment bonne et à son comble, il est donc temps de… nous taper un flashback. Raaah.

Six heures plus tôt. Whaaaat ? Non merci. On en revient à Anton sous son lit d’hôpital, et c’est inattendu. Ce qui est attendu en revanche, c’est le soldat mis KO par un coup d’extincteur. On avait bien vu qu’il y avait un extincteur au sol quand Sergey passe dans la pièce. Anton est donc sauvé de justesse par une médecin qui décide de l’aider ensuite et de s’enfuir avec lui.

Son plan ? S’enfuir dans les bois. Anton se tord la jambe au passage, lui raconte toute sa vie et atterri dans la maison de cette médecin qui en a beaucoup trop vu à mon goût. On enchaîne les clichés qui n’en sont peut-être pas avec aussi un mari ivre mort et un ami évanoui sur la route. Honnêtement… J’ai ri.

Elle organise aussitôt un grand QG pour prévenir la population de son village de ce qui est en train de se passer en ville. Elle le fait juste à temps puisque l’armée débarque pour les retrouver. Ils ont la présence d’esprit de se cacher dans une cave et sont sauvés de justesse par un homme ronflant dans une pièce à côté. Si tout le monde dans le village n’était pas encore convaincu de la nécessité d’aller se planquer et de fuir l’armée, les choses deviennent claires quand l’homme ronflant se fait tuer par l’armée, juste pour éviter d’avoir à le déplacer.

C’est rassurant. L’armée russe a vraiment une belle image dans cette série, dis donc. Tout le village se met alors en marche vers la barraque d’un ermite que connaît la médecin et qui peut leur fournir des armes. On les voit alors s’entraîner à tirer, sans grand-succès, puis se remettre en marche avec chacun un fusil pour aller confronter l’armée. Avant ça, la médecin prend encore le temps de prévenir Anton qu’elle va s’en aller elle aussi, en le laissant sous la surveillance de Sveta et des autres

Pendant la marche, il y a encore un homme qui considère que ce plan est de la folie, mais un petit chant plus tard et tout le groupe arrive au village et à la gare. C’est pile à temps : ils arrivent au moment où Ira et Sergey font de la merde.

Sergey soulève le fusil d’un soldat et ça vire aussitôt à l’émeute générale. Ainsi, les habitants du village sont tous là avec des armes pour tuer les soldats, qui ne s’attendaient pas à ça L’effet de surprise fonctionne bien, et la médecin peut même prévenir Ira et Sergey qu’elle a leur fils.

On oublie légèrement la moitié du casting, mais on se concentre sur le couple super chelou de la médecin et de son voisin. Quand la médecin ramène Ira chez elle, c’est toutefois trop tard. Anton a été chassé par les autres enfants, parce qu’il est moscovite et que la maladie vient de Moscou. Ah, les gosses je vous jure.

Heureusement, Ira finit par retrouver Anton dans une grange, et tout est bien qui finit bien, malgré un racisme anti-moscovite très présent. Qui finit bien ? C’est sans compter sur Anya qui se met à tousser dans sa voiture au moment où la médecin propose à Anton d’envoyer un texto à Dieu. C’est malin, ça. Le cliffhanger final est inattendu et bien triste, purée, j’aime bien Anya moi, c’est naze de la voir tousser du sang devant Misha et à proximité de Sergey. Vas-y, faut pas les contaminer !

> Saison 1