Dollface – S01E05

Épisode 5 – Beauty Queen – 19/20
La série enchaîne les situations hilarantes et j’ai bien cru que je n’allais pas m’arrêter de rire du tout devant cet épisode. J’adore la fluidité de l’épisode qui n’a que deux intrigues différentes à explorer, mais le fait très bien dans les deux cas. C’est bien simple, l’épisode tire parti de tout ce qui a été mis en place avant lui pour être génial. Tout simplement.

Spoilers

Colin demande à rencontrer les amies de Madison, qui ne sont peut-être pas assez matures pour lui selon elle.

Turtle ate a bag of dicks!

Madison est complètement cinglée ! Je ne peux pas commencer cette critique autrement que comme ça : elle fout un coup de poing à son mec parce qu’il la surprend sur la plage alors qu’elle pensait être en train de le regarder surfer. J’ai tellement éclaté de rire, mais ce n’était que le début, parce qu’il cherche ensuite à parler de ses amies avec elle.

Le copain de Madison, Colin, déclare alors qu’il veut rencontrer les filles, et pourtant, clairement, Jules ne donne pas envie d’être rencontrée avec le peu qu’il sait d’elle – Jeremy, ses cheveux non lavés et les décisions complètement dingues qu’elle prend. Malgré tout, Colin veut les voir pour faire plaisir à Madison, et ça termine sur une Madison stressée.

Il y a de quoi. Madison donne tout un tas de directives à ses amies, et particulièrement à Izzy qui a une personnalité si loufoque, tout en essayant de faire cuire un poulet entier à la poêle. C’est clairement la panique pour elle, puisqu’elle tente de se montrer plus adulte qu’elle n’est réellement – et surtout plus mature, plus dans le contrôle, plus dans les apparences. C’est le problème de ne pas être sincère quand on commence une relation amoureuse, ça.

Elle a aussi une liste de sujets à aborder à proposer à ses amies, histoire de s’assurer que la soirée puisse bien se passer. Elle explique tout ça face à une Stella pas franchement convaincue et une Izzy qui prend note de tout ce qu’elle dit, mais après avoir allumé le four, sans lui demander. C’est la pire des idées puisque toute la cuisine sert simplement de placards supplémentaires à Madison.

Ainsi, Madison a bien sûr ses chaussures dans le four, alors ça prend feu. Merci Izzy d’avoir allumé ce four, c’est une excellente idée. Je n’en peux plus – et Madison délocalise tout ce petit monde chez Jules, parce que c’est sa meilleure amie et qu’elle a un bon appartement pour ça.

En théorie. En pratique, quand on retrouve Jules, celle-ci est débordée par son chat qui fait de la merde en dégommant la poubelle. Il y a donc des ordures partout dans sa cuisine alors même que Jules s’apprête à recevoir du monde. Non, il ne s’agit pas de Madison, mais de Ramona, la sœur de son ex, dont elle organise l’enterrement de vie de jeune fille. Normal.

Suite à une thérapie rapide et peu efficace avec la femme-chat qui voulait lui faire prendre conscience qu’elle transférait ses problèmes à elle sur son animal, Jules se décide alors à promener son chat en laisse dans le parc. C’est l’occasion pour elle de rencontrer un type tout à fait charmant qui semble vouloir venir la draguer… alors qu’en fait, il veut juste la prévenir qu’elle a marché dans une merde de chien.

Les gens sont si peu civils. Et Jules est tellement drôle à parler tellement trop – après l’avoir envoyé bouler parce qu’elle n’avait pas le temps, en plus. Elle charme toutefois Wes malgré elle. Certes, il voulait juste lui faire remarquer ce qu’elle avait sous le pied, mais la conversation entre eux se déroule à merveille, alors on sent bien que ça se dirigera probablement vers autre chose. Non ?

Il lui laisse même sa carte, parce qu’il est un vétérinaire et en a une sur lui. C’est merveilleux ça quand même, surtout avec un chat comme celui qu’elle a. Jules enchaîne malgré tout avec l’enterrement de vie de jeune fille de Ramona, qui est organisée chez elle. Oui, oui, elle se fait tellement exploiter, Jules. Tu m’étonnes qu’elle s’énerve contre son chat quand on voit qu’elle est incapable de se sortir de cet enterrement de vie de jeune fille – elle prétend à Madison qu’il s’agit de celui de sa cousine, évidemment.

Ramona finit avec une brûlure au troisième degré qui avorte la fête après un moment gênant pour Jules, quand tout lui rappelle qu’elle est là parce qu’elle est l’ex de Jeremy. C’est une excellente chose cette brûlure au troisième degré sur le visage de la mariée en plein enterrement de vie de jeune fille, car ça avorte la fête super rapidement.

C’est exactement ce qu’il fallait pour Madison qui débarque avec Izzy et Stella pour mieux découvrir que la fête avait lieu chez Jules. Du coup, ce n’est pas exactement le meilleur endroit pour avoir un dîner sérieux entre adultes, puisque… comme le disent les filles, c’est un festival du pénis, l’appartement de Jules.

Drôles de décoration. Les filles se dépêchent donc de planquer toute la déco à l’arrache et il est évident que Colin va débarquer pile au moment où elles sont à quatre sur le même pénis gigantesque. Cela ne manque pas et ça n’arrange pas les affaires de Madison, qui est stressée comme jamais : elle a peur d’être considérée comme immature par son copain.

Au pire, je ne sais pas, dis-lui la vérité plutôt que de jouer un rôle ? N’est-ce pas censé être ça être en couple ? J’ai eu du mal avec Madison et tous ses mensonges pendant l’épisode. Vouloir que ça se passe bien, c’est une chose. Vouloir tout contrôler comme elle fait et changer de personnalité, c’est too much. Colin se retrouve aussi à ouvrir la porte à un autre invité inattendu : Steve.

Bon, ça n’a aucun sens que ce soit Colin qui ouvre la porte, mais ça ajoute à l’humour, car ça permet à Jules d’expliquer à Madison que Steve est le stripteaseur, qu’elle a oublié de prévenir de l’annulation de l’enterrement de vie de jeune fille. C’est cocasse : Jules doit en effet expliquer à Steve, le stripteaseur, qu’il ne doit pas en être un ce soir-là. Il devra garder ses vêtements, et ça se fait dans une parodie de film d’action désuet en noir et blanc.

Quand ils sortent enfin du train – c’est-à-dire la chambre – où ils se sont réfugiés pour cela, Jules le fait passer pour son copain, histoire que tout ça passe mieux auprès d’un Colin quelque peu perdu dans cet appartement tordu.

Le dîner peut en tout cas commencer. Aucune conversation n’est possible autour de cette table, puisque Madison fait tout ce qu’elle peut pour couper la parole à ses amies chaque fois qu’elles abordent un sujet interdit, comme le divorce de Colin ou les fétichismes chelous des plans de Stella. On découvre également qu’Izzy est fan de The Weeknd, que Colin ne connaît pas. Les moments gênants s’enchaînent pour tout le monde, parce que prétendre comme ça, ce n’est pas facile.

C’est même la meilleure recette possible pour tout planter. Finalement, le plus intelligent autour de cette table pour prétendre être à un dîner sérieux est Steve, capable de parler économie avec Colin. Il est toutefois interrompu par Turtle, le chat de Jules, qui vomit… après avoir ingéré des bonbons-bites. Beaucoup trop drôle.

Bien sûr, Jules se retrouve forcée d’appeler un vétérinaire pour vérifier qu’il aille bien, et ça tombe bien, elle ne connaît un désormais : Wes. Alors que la consultation a lieu sous les yeux d’un Colin qui doit quand même se demander où il est tombé, Stella est horrible avec lui, à balancer qu’il a soixante ans minimum. Madison s’énerve ensuite après Jules qui n’a pourtant rien demandé et qui s’énerve à son tour… les deux amies s’envoient plein de politesses au visage.

Non, sérieusement, des vraies politesses : elles se complimentent l’une l’autre, mais en criant à moitié et en étant énervée. C’était excellent à voir. Pour calmer le jeu, Colin propose de mettre un peu de musique – je m’attendais à The Weeknd tant qu’à faire – sauf que Steve se lance aussitôt qu’il entend les premières notes dans un strip tease, et c’est juste extra à voir.

Colin ne s’attendait pas à ça. Wes non plus, je pense. Les scénaristes sont fous. Le strip-tease est à mourir de rire, et tous les acteurs sont à fond pour le rendre encore plus comique. La soirée finit donc en fête quelque peu dingue. Franchement, ça va, ça stresse Madison, mais ce genre de soirée est plutôt fun, peu importe l’âge. Non ? C’est gênant aussi, le coup du stripteaseur, mais au moins, tout le monde s’amuse.

Il essaie donc de rassurer Madison comme il peut. De son côté, Jules se retrouve à remercier Wes d’être venu à la soirée la plus étrange de sa vie – mais il en a d’autres en stock pour compenser. Oh, Wes, attention, on va s’attacher à toi si tu es trop gentil avec elle. Il en profite évidemment pour draguer Jules, et franchement, il est trop mignon pour que ça ne devienne pas un personnage récurrent dans d’autres épisodes. On verra bien, mais je ne suis pas contre du tout.

4 commentaires sur « Dollface – S01E05 »

  1. Cet épisode était tellement génial 😂 Tout était drôle et les situations s’enchaînaient si bien. Et j’adore Shay Mitchell elle est vraiment excellente, quand elle finit sa phrase de manière super stoïque en disant qu’elle a été interrompue 😂😂

    Aimé par 1 personne

  2. C’est bête parce que, j’aime beaucoup le casting que j’ai vu dans le premier épisode (+ l’acteur que l’on voit sur l’image que tu as mise en avant ici) mais je n’ai pas du tout accroché à l’humour et à la série en général…

    J'aime

    1. Ah oui, c’est vraiment dommage ça… Moi, c’est totalement mon type d’humour, j’ai hâte de prendre le temps de la reprendre 🙂 Après, je peux comprendre que ça passe ou ça casse !

      J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.