The Other Two – S02E01

Épisode 1 – Chase Goes to College – 18/20
Yes, je suis vraiment content de retrouver la série, même si j’ai mis un peu de temps à lancer ce premier épisode de la saison. Les épisodes sont courts, mais je mets toujours trois plombes à écrire la critique ensuite tellement il se passe de choses, en même temps… Je ne suis pas ravi de la diffusion par deux épisodes, du coup, mais je suis vraiment sous le charme de ce début de saison 2 qui n’a rien perdu de l’hilarité de la première saison.

Spoilers

Pat a désormais sa propre émission – et tout le monde le rappelle à Brooke et Cary.

Is no one at this party a global superstar ?

Si j’ai tout oublié du final de la saison 1, il n’y a pas de résumé pour m’aider, mais une reprise d’épisode qui commence par une présentatrice de capsule vidéo faisant un jeu de mots sur le titre à succès de Chasedreams. C’est déjà beaucoup trop drôle avec ensuite une deuxième présentatrice qui annonce que Chase est prêt à concrétiser son rêve… qu’il avait depuis un mois. En quatorze secondes, nous apprenons donc que Chase est prêt à partir à New-York pour entrer à l’université.

Le problème, c’est que ça signifie qu’il arrête définitivement sa carrière… par une dernière interview télévisée accordée à sa mère, qui gère désormais le Pat Dubek Show. Il ne faut pas longtemps pour me laisser mort de rire, avec Chase qui a une jolie philosophie de vie et Pat qui déchire tout face à une audience de ménagère et manager. Eh, la blague n’est possible qu’en VF, classe, non ? Il est question de Streeter, évidemment.

Plus sérieusement, le point d’intérêt n’est pas tellement la réussite de ces deux-là, mais plutôt le lancement de nouvelles intrigues pour Cary et Brooke. Le premier est désormais présentateur, à défaut de se trouver un rôle d’acteur. Le voilà donc à gérer des interviews de stars en leur demandant leur âge, ce qu’elles valent financièrement et… un gros-plan sur les pieds. Creepy de ouf, mais typiquement ce que la série pouvait trouver de mieux pour lui.

Le pauvre continue donc de vivre sa vie comme il peut, loin du succès et de la fame dont il rêve. Il en est à retourner à son ancien job pour rendre la chemise qu’il vient juste de porter afin d’en avoir une autre en échange. Oui, ça aide d’avoir un ancien collègue bien trop gentil… Enfin, ça aide pour enchaîner les boulots et présenter les Gay News. Dur de ne pas rire.

Ou de ne pas déprimer quand son agent l’appelle pour lui proposer un film… pour lequel il peut lui proposer de se rendre à l’avant-première. C’est génial. Il est ravi, comme vous pouvez imaginer. Il enchaîne donc sur le reste de sa journée, avec un tas de blagues plus ou moins efficaces dans de nombreuses émissions qui ne feront jamais de lui une star, franchement

Cary finit par rentrer chez lui après tout ça, pour mieux retrouver son colocataire. Son nouveau colocataire.  Et la colocation se passe toujours aussi bien pour Cary qui n’hésite pas à se jeter sur lui pour l’embrasser et lui faire l’amour – mais pas avant d’avoir commandé à manger. Clairement, la relation entre ces deux-là n’est pas tout à fait au top, par contre. Je veux dire, Cary en est au stade où il se masturbe plus qu’il ne lui fait l’amour ; et il dit clairement qu’avant de le rencontrer, il faisait ça avec le porno.

Après, ça marche bien niveau humour, je trouve. Cary a toutefois toujours autant de mal à assumer qui il est et il feint donc de ne pas être gay devant le livreur, avant de changer subitement d’avis et de le rejoindre dans la rue pour tout avouer, à moitié à poil. La série a toujours des idées hyper perchées, tout de même. C’est en avouant tout ça au livreur qu’il découvre que sa mère a balancé à tout le monde qu’il avait un petit-ami dans une de ses émissions où le public répète tout ce qu’elle dit en cœur. Creepy.

Pendant ce temps, on retrouve Brooke débordée par son job de manager. Elle a refusé d’être l’agent de sa mère, alors elle se retrouve à chercher le nouveau Chasedreams sur les réseaux sociaux. Sa vie semble triste. Elle arrive même à la fin de Tik Tok, c’est dire. En fait, son boulot est tellement devenu chiant qu’elle se trouve forcée de reprendre contact avec ses amies dont elle ne se souvient absolument pas la vie – au point d’oublier que le mari de l’une d’elle est mort, quoi.

La pauvre est mal barrée dans la vie, mais elle me fait bien rire avec son audition improvisée à un anniversaire de l’enfant d’une amie ou à stalker son frère en permanence sur Insta, déprimant de le voir si heureux à NYU. J’ai bon espoir que tout ça se termine par Brooke prenant conscience que son frère ne kiffe pas la fac. En attendant, elle se retrouve obligée d’envisager de bosser pour sa mère, ce qui serait la pire idée du monde.

Il faut dire qu’elle n’a pas les meilleures idées pour relancer sa carrière, même si j’ai beaucoup ri de la scène où elle souhaite convaincre des parents que leur enfant sera une superstar quand ceux-ci s’amusent plus qu’autre chose du succès de leur fils ; feignant toutefois de faire comme s’ils n’étaient pas au courant. J’ai vraiment pas mal ri.

L’épisode peut alors entrer dans sa dernière partie, où le frère et la sœur se retrouvent pour un dîner dans un restaurant raciste qui ne l’est pas, parce que Blake Lively insiste pour dire qu’il ne l’est pas. Le plus surprenant est encore que Jess soit là lui aussi – parce que Jess, c’est le colocataire de Cary. Cary se confie donc à sa sœur sur sa relation amoureuse avec Jess, indiquant que sa mère a balancé au monde qu’ils étaient en couple, qu’ils en ont parlé et… qu’ils sont en couple. Allons bon. Il regarde vraiment sa vie se dérouler devant lui, Cary.

Bien sûr, ils retombent ensuite sur Lance, l’ex de Brooke. Il est toujours dans la conversation de groupe familiale lancée par Pat, mais ça fait plus de mal qu’autre chose à Brooke de le revoir. Bien sûr qu’elle est toujours amoureuse de lui, bien sûr qu’elle est énervée et bien sûr qu’elle empêche Cary et Jess de lui parler. Pourtant, si elle est si énervée, cela ne l’empêche pas d’être encore attirée par Lance, qui connaît bien mieux ses amies qu’elle.

La scène était franchement marrante plus qu’elle n’était déprimante. Elle refuse de voir ses fesses quand il s’en va quand même. Pendant ce temps, Pat explique à Cary et Jess qu’elle a donc des journées inversées pour réussir à tourner ses matinales en étant en forme, tout en profitant des soirées, qui deviennent ses matins. En tout cas, elle rencontre enfin Jess et la rencontre est plus marrante qu’autre chose quand Jess souligne qu’elle parle tout le temps de lui dans son émission.

Streeter en est clairement jaloux, et c’est très cohérent par rapport au personnage, alors ça m’a fait rire – mais j’aurais aimé en savoir plus sur Jess avant d’en arriver là. Genre… D’où sort-il exactement ? C’est frustrant, ça. Je me demande s’il sera une nouvelle addition au casting ou s’il va disparaître aussi vite qu’il est arrivé, mais vraiment, la série semble vouloir Cary avec lui pour quelques bonnes blagues. On verra bien – mais ça fonctionne à la toute fin de l’épisode, j’ai vraiment ri de l’insulte gratuite que se prend Cary. C’est pourtant parfaitement déprimant comme situation.

Allez, quand Brooke arrive enfin au restaurant, c’est pour tenter d’annoncer à sa famille qu’elle est prête à bosser pour sa mère, mais Streeter n’arrête pas de l’interrompre, alors c’est en vain pendant un temps. Sa mère finit pourtant par être ravie de savoir sa fille prête à bosser pour elle, ce vers quoi on se dirigeait tout au long de l’épisode avec tout le monde parlant de Pat à Brooke.

Evidemment, Streeter est jaloux de se rendre compte que Pat fait rapidement plus confiance à Brooke qu’à lui. Il est aussi celui qui leur balance que Chase n’est plus à la fac finalement. Je m’y attendais, mais je m’y attendais pour plus tard : ChaseDreams abandonne la fac bien vite. Le pauvre abandonne non pas parce qu’il n’aimait pas ça comme il le disait, mais juste qu’il s’y faisait harceler. Ben forcément ! Brooke se met à culpabiliser de ne pas avoir vu ce qui était en train de se passer, mais bon, elle s’en fiche, elle est heureuse de retrouver son job.

La fin reste hilarante pour elle aussi, avec une obligation de faire une nuit blanche pour suivre le nouveau rythme de sa mère – et ses interminables séances de maquillage. Le pire, c’est que Brooke semble convaincue par l’émission de Pat…

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.