Les 101 annonces de Disney

Salut les sériephiles,

Il a fallu que Disney choisisse ma plus grosse journée de la semaine pour balancer au cours de la nuit tout un tas d’informations croustillantes. Même si j’arrive après la bataille, je ne me voyais pas faire mon petit article « lexique du sériephile » aujourd’hui et ne pas évoquer l’avalanche de nouvelles et projets annoncés par Disney ! Faisons le point donc sur l’avenir de Disney +… et comme toujours, je vous le fais en évoquant un peu plus ce qui m’intéresse moi, parce que c’est le but d’un blog après tout, surtout que je n’ai pas le temps pour les 101 dalmatiens que nous a pondu Disney !

Disney+ arrive en France plus tôt que prévu | VL Média

Disney + va augmenter

La première nouvelle, et la moins bonne, c’est que la plateforme fait le choix d’augmenter de deux euros. La promesse de casser les prix pour faire concurrence à Netflix n’aura pas tenu longtemps : dès le 23 février, ça en sera fini des 6€99 pour les nouveaux abonnés. Si vous n’êtes pas encore abonnés, vous aurez intérêt à le faire le 22 février : le prix de 6€99 continuera pendant six mois (jusqu’au 23 août) pour les anciens abonnés. C’est toujours ça de pris. Aucune idée de ce que ça donnera pour les abonnés de l’offre Canal, en revanche…

https://imgsrc.cineserie.com/2020/12/disney-star-le-nouvelle-extension-payante-de-disney-1.png?ver=1

Star, une nouvelle catégorie

Les rumeurs étaient persistantes, elles se confirment : la plateforme va désormais proposer du contenu supplémentaire, et même du contenu interdit au moins de 18 ans, accessibles via un mot de passe. C’est un grand écart étonnant pour une plateforme qui était jusque-là tournée vers les enfants… même Netflix ne propose pas officiellement le moins de 18 ! À voir ce que ça donnera côté catalogue, par contre, parce que si on nous parle d’un « hulu à l’international », je suis moyennement convaincu pour le moment : les catalogues français, c’est toujours compliqué avec nos lois et les contrats déjà en cours… En tout cas, c’est alléchant : Disney annonce du contenu ABC (si seulement on pouvait avoir les séries de networks en +24, laissez-moi rêver !), FOX, FX, Freeform… Je ne dis pas non !

Yifei Liu GIF by Walt Disney Studios - Find & Share on GIPHY

La fin du cinéma ?

On en parle de plus en plus : les cinémas se font tuer par les plateformes de streaming qui n’hésitent pas à sortir les films directement en streaming désormais. Disney n’hésite pas à le faire : on a eu le live-action Mulan (qui n’a rien du dessin-animé) le 4 décembre dernier en France (bien après le reste du monde), Disney sortira aussi Raya et le dernier dragon en même temps sur sa plateforme et dans les cinémas – à la manière de ce que WarnerMedia et HBOMax feront aux Etats-Unis – en mars 2021. Bon, à voir là encore comment ça se traduira en France (on n’a pas eu Mulan en avance parce que Disney le proposait plus cher pendant un temps !). Je ne crois pas tellement à la mort du cinéma, croyez-moi, la toile me manque – et je m’en suis rendu compte en projetant une bande-annonce dans le noir à mes élèves. Ça leur manque, aussi, je pense.

Les séries animées

Princess Belle GIFs | TenorSurtout, le plus intéressant aujourd’hui a été l’annonce de tout un tas de projets ! De mon côté, je remarque l’annonce d’une série La Belle et la bête, mais je doute que ça vaudra vraiment le détour… et en même temps, pourquoi pas ? Les dimanches matins d’hiver, ça peut être cool. Plus surprenant, ils développeraient du Percy Jackson, et là, mes élèves ne vont pas s’en remettre si c’est vrai !

National Geographic

Une saison 4 pour Genius, même si je n’ai pas encore vu la première et des émissions sur Chris Hemsworth ou Will Smith… j’avoue être moins convaincu, mais c’est déjà le cas dans le catalogue actuel !

Blog de A-Horror-Story-Citations | Histoire horreur, American horror story, Tate and violetHulu/Star

Je ne suis que moyennement convaincu, avec l’arrivée des Kardashian ou du spin-off American Horror Sories, mais on ne sait jamais. The Handmaid’s Tale aura aussi sa saison 5, mais côté français, j’imagine que ce ne sera pas pour D+ ?

Star Wars

Ah, on attaque le gros morceau avec énormément de projets annoncés. Le projet ? Ca ne me parle que peu, parce que je n’ai vu les films qu’une fois. Bon, la série Obi-Wan Kenobi ou les spin-off de The Mandalorian, évidemment, je vois de quoi il s’agit. Pour la première, je ne pense pas que je regarderai, pour les deux autres… Peut-être ? On retrouvera notamment Ahsoka Tano dans sa propre série. Je n’ai que moyennement accroché au personnage dans son épisode (il y a deux semaines), mais j’adore l’actrice, alors… L’autre série, Rangers of the New Republic a un titre vraiment accrocheur je trouve. Le reste ? Ce sont des séries étendant encore et toujours l’univers, parce qu’il y a un filon à développer.

https://img.buzzfeed.com/buzzfeed-static/static/2020-11/27/14/asset/433cf18ad725/anigif_sub-buzz-3536-1606487306-1.gif?output-quality=auto&output-format=auto&downsize=360:*

Ils sont totalement en train de tuer la poule aux œufs d’or, par contre… Personne ne regardera jamais tout. Enfin, si, bien sûr qu’il y en aura, mais c’est trop quoi.

Mais aussi…

Hocus Pocus 2 est confirmé, Whoopi Goldberg redébarque dans Sister Act, Une Nuit au Musée est en chantier ! Eh, ça n’a pas de sens ce qu’il s’est passé cette nuit, tellement de titres qui reviennent… Je ne sais pas si c’est une si bonne idée, je n’arrive même pas à savoir ce qui me donnera ou non envie. Genre, Zac Efron revient à Disney avec un reboot de Three Men and a Baby, euh merci non merci ? Un live-action Pinocchio ou Peter Pan & Wendy ? Ca me donne envie, mais si c’est pour nous faire ce qu’ils ont fait avec Mulan, ça va me dépiter. Et un préquel au Roi Lion ? Humph. Cruella ? La Petite Sirène ? Arrêtez-vous !

Alerte ! Il va y avoir un remake de Hocus Pocus !

Non ? Bon, OK, en novembre 2021, on aura enfin Encanto, avec des chansons de Li-Manuel Miranda (qui était derrière Hamilton). De plus, il y aura bien des séries animées pour Zootopia, Vaiana et La Princesse et la grenouille (qui a onze ans aujourd’hui, ça ne nous rajeunit pas). Pixar ne sera pas en reste non plus, mais j’avoue que pour l’instant, les projets ne m’intéressent que moyennement, à part peut-être Lightyear, sur Buzz l’éclair et son origin story. On verra d’ici là, les projets s’accumulent jusqu’en 2023 !

Marvel Studios

Le meilleur pour la fin, la nouvelle ère Marvel s’apprête à commencer et elle le fera dès le 15 janvier avec WandaVision. J’ai attendu cette série toute l’année pour finalement apprendre qu’elle était décalée à 2021, et ça me rend triste. Il n’y a plus qu’un mois à attendre, ça va le faire, j’y crois ! Par contre, je l’ai tellement attendue que j’ai juste peur de ne pas aimer… On ne va pas se mentir, ça risque de proposer des épisodes trop longs. M’enfin, je suis à fond dans cette histoire et j’adore les acteurs, ça devrait le faire !

Wandavision Trailer BREAKDOWN | Marvel Amino

En revanche, ma saison 2020-21 va être pleine de Marvel si j’arrive à tout voir à temps, puisque The Falcon and The Winter Soldier est prévue dans peu de temps, dès le 19 mars (un an après le confinement, yay), et que Loki débarquera ensuite en mai ! Je lutte très violemment pour ne pas regarder les trailers et me garder la surprise, vous n’avez pas idée à quel point !

Avec dix séries annoncées pour les prochaines années et la phase 4 de Marvel, autant vous dire que ça ne s’arrête pas là ! La série animée What if attire mon attention, elle aussi, de même, évidemment, que She-Hulk avec Tatiana Maslany (la menteuse qui nous faisait croire que non) et Mark Ruffalo. Tellement hâte de voir ça !

Viré des Avengers, TOM HOLLAND réagit et confirme qu'il reste SPIDER-MANAllez, il faut que j’arrive à conclure cet article qui n’en finit plus, là… mais tout de même, le Marvel Cinematic Universe va continuer avec un troisième Ant-Man and The Wasp (Quantumania !), Black Widow, Shang Chi and The Legend of the Ten Rings, Eternals, Dr Strange in the Multiverse of Madness (très pressé avec un tel titre !), un nouveau Thor, Black Panther 2 (oh ?), Blade, Captain Marvel 2, Guardians of the Galaxy 3… et le nouveau Spiderman avec une annonce totalement dingue de retour d’acteurs qui nous a tous laissé sans voix, je crois ! Le multiverse va être à la mode, mais j’espère qu’on laissera Tom Holland briller comme il se doit !

American Horror Story – S09E09

Épisode 9 – Final Girl – 16/20
C’est une bonne fin de saison, mais ça reste dommage de voir que ça n’atteint pas le fun et le niveau de la première partie ! Quoiqu’il en soit, cet épisode apporte des réponses, quelques twists et un sentiment de conclusion que toutes les saisons n’ont pas toujours réussi à m’apporter. Il y avait de bonnes idées pour mettre un terme à cette neuvième saison, parfaite à bingewatcher lors d’une journée où il fait trop chaud. Surtout en plein #WESéries. Bonne nuit.

Saison 9


Spoilers

909 bonus.jpg

Don’t you dare take the best dick that happened to me.

Il est temps de faire un dernier tour à Camp Redwood, avec de nouveaux personnages. On suit donc un homme qui est emmené par un chauffeur Uber à proximité du camp qu’il cherche. Uber ? Bienvenue en 2019 ! Je trouve l’idée plutôt sympa pour boucler cette saison, même si ça n’a rien de révolutionnaire. Et je découvre aussi que les épisodes précédents ne datent pas des années 90, mais de 1989.

Après le festival de 1989, Montana explique à notre bel inconnu que les gens ont fini par oublier le camp Redwood et ne plus y venir. L’éternité est alors terriblement longue pour les fantômes sur place, surtout qu’ils n’ont jamais entendu parler de téléphone portable par exemple. Ah, la mort des années 80, c’est compliqué pour les fantômes.

Et pas que pour eux, d’ailleurs ! Ainsi, notre inconnu nous révèle qu’il est Bobby Richter, le fils de Mr Jingles. C’est con. Il est dans de beaux draps à tomber sur Montana, surtout qu’il lui dit que l’aérobic n’a pas super réputation désormais. Au moins, il peut avoir rapidement des réponses, la série nous révélant que Montana et Trevor sont finalement en couple pour l’éternité et prêt à s’amuser avec Bobby.

Des réponses ? Son père est mort et les fantômes ne l’ont jamais revu depuis la fois où Montana l’a vu être pris dans le lac. Pour le reste… Trevor lui raconte toute l’histoire d’Halloween 1989. Tout ça commence par Trevor qui veut ainsi faire annuler le festival et bloque la route pour renvoyer les artistes et le public chez eux avant même d’atteindre Camp Redwood.

Inévitablement, ça laisse Margaret furax de voir son meilleur plan tomber à l’eau. Elle tue Courtney, qu’elle juge responsable de ce qui est arrivé pour avoir dit à Trevor que Kajagoogoo était mort, puis se rend à la sortie du Camp Redwood où elle n’apprécie pas de voir Trevor avec un couteau. Rapidement, elle décide donc de lui tirer dessus dans la jambe, pour qu’il ne puisse plus marcher, puis dans la poitrine, pour le tuer lentement.

Elle ne reste pas le voir agoniser, mais lui fait tout de même remarquer qu’il est à quelques mètres du panneau de Camp Redwood. C’est con. Avant de partir, elle lui tire aussi dans l’entrejambe, parce que c’est rigolo. Une fois Margaret partie, on découvre Montana qui a assisté à toute la scène depuis le camp. Elle ne peut en sortir, mais elle peut espérer que son mec – dont elle est toujours amoureuse, clairement – vienne jusqu’à elle.

Autant j’aime l’idée de l’épisode se déroulant partiellement en 2019, autant toute l’intensité dramatique de cette scène tombe à l’eau comme le festival : même quand on le voit galérer et abandonner, on sait que Trevor va finalement atteindre le camp, puisqu’il est là en 2019. S’il n’y arrive pas tout seul, c’est finalement Brooke qui lui vient en aide, même si elle sait que Montana la déteste. Et ceci explique que Montana soit désormais gentille en 2019, parce que Brooke lui a fait comprendre que sa méchanceté ne menait à rien. Mouais. Admettons, c’est rigolo comme tournure des événements.

En 2019, par contre, Bobby découvre que Brooke a échappé au couloir de la mort. C’est plutôt marrant. Le pauvre a eu une lettre de sa tante lui parlant de camp Redwood et il a eu le temps de faire ses recherches, mais la vérité n’a donc jamais éclaté au grand-jour.

Dans le passé, on découvre que Trevor et les autres fantômes se sont mis en tête de tuer Margaret et de s’en débarrasser pour de bon. Ils ont commencé bien sûr par Bruce, facile à tuer. Pour Ramirez, c’est évidemment Montana qui s’en charge. Elle prétend être encore amoureuse de lui et pouvoir lui présenter Billy Idol pour l’attirer dans un piège.

Non mais vraiment ? Il tombe là-dedans pour de vrai, sérieusement. Sans surprise, Ramirez se retrouve à être tué par Montana dans une cabane du parc, donc, mais aussi par un paquet de fantômes qui veulent tous se venger de lui. Il menace de revenir se venger… mais c’est exactement ce que veulent tous les fantômes, en fait. Chaque fois qu’il est ressuscité par Satan, les fantômes s’amusent donc à le faire souffrir. S’ils le tuent dans le camp, c’est précisément pour ça. Pour ça, et parce qu’ils savent que s’il était tué ailleurs, il aurait été ressuscité par Satan et aurait pu aller tuer Bobby facilement. Ben oui, tout ça est fait pour sauver Bobby, en fait.

Tout ? Comme par hasard, le jour de l’arrivée de Bobby en 2019, Chet et Bertie (oui elle est de retour dans la série) se mettent à flirter au lieu de surveiller la résurrection de Richard Raminez. Il n’en faut pas plus pour qu’il s’échappe et arrête la conversation de nos fantômes et Bobby, qui voulait reste à Camp Redwood pour retrouver son père.

Oh, tous les fantômes se mettent à le chasser aussitôt, mais il n’est pas facile de mettre un terme aux actions du disciple de Satan, qui parvient tout de même à blesser Bobby. Montana lui conseille de se rendre dans un asile pour parler au directeur, afin d’être soigné et d’avoir ses réponses. Mouais. J’imagine qu’on est bon pour le retour de Donna là. C’est effectivement le cas, malgré quelques détours peu passionnants.

Finalement, Donna raconte la vérité et est la « final girl » du titre. OK, elle est noire, donc c’est sympa, mais je m’attendais vraiment à un nouveau personnage. La nuit d’Halloween 1989, Margaret a donc été tuée par tous les fantômes du Camp, mais pas sans avoir fait quelques dégâts avant. Elle a blessé Donna et surtout, elle a tiré sur Brooke, laissée pour morte. Seulement voilà, quelqu’un a envoyé des chèques régulièrement à Bobby, et ce n’était pas son père, ni Donna. Ni Margaret, de toute évidence. Margaret a eu une fin particulièrement brutale, bras coupés, jambes coupées, décapitée. Le tout était broyé avant d’être expulsé en-dehors de Camp Redwood, pour s’assurer qu’elle allait bien mourir et ne pas revenir en fantôme.

C’est hyper violent, mais ça fonctionne bien. Reste alors à révéler que Brooke est encore en vie. Comme toujours, ne pas la voir avoir son dernier souffle à l’écran était un indice clair de ce qui l’attendait. Si elle est encore en vie, c’est parce que Ray est revenu auprès de ce qu’il pensait être son cadavre. Elle était simplement blessée par balle, au beau milieu de l’infirmerie. C’est pratique : il n’a pas assisté au meurtre de Margaret immédiatement, arrivant après coup… parce qu’il était occupé à sauver la vie de Brooke et se débrouiller pour l’emmener hors du camp.

C’est un peu gros tout de même, il y a une sacrée prise de risque et comme je le pensais, elle s’écroule dès qu’elle sort du camp… Oui, mais voilà, quelqu’un aurait appelé les secours qui seraient venus la chercher… Sans que Donna ne la voie jamais ? OK. Donna, elle, est restée avec les fantômes un temps, puis elle leur a rendu visite, puis elle a arrêté.

Ce n’est pas si simple après tout : les fantômes la voient vieillir, c’est compliqué pour eux. Cela aurait été encore plus compliqué avec Brooke : elle a eu une jolie vie, un mari médecin et de beaux enfants. Et elle a payé Bobby pour qu’il puisse avoir une belle vie loin de Camp Redwood, comme elle. Malheureusement, il ne l’entend pas comme ça.

Il y retourne donc au plus vite, espérant pouvoir parler à son père… c’est raté. Il parle à la place à Margaret. Evidemment qu’elle est morte avant de quitter Camp Redwood. Elle a juste eu la bonne idée de se planquer pendant des années, dans l’espoir de pouvoir tuer Bobby. Au moment de passer à l’acte, elle est toutefois arrêtée par Benjamin. Evidemment qu’il revient pour sauver son fils… Il y a un petit câlin, des réconciliations, un meurtre de Benjamin par Margaret. Oups. Margaret revient pour chasser Bobby et le tuer, mais ce n’est toujours pas une réussite.

Il est sauvé in extremis par sa grand-mère, qui livre en pâture Margaret aux autres fantômes. Bobby peut donc s’enfuir en courant et survivre, comme le lui conseille Margaret, pour s’assurer de raconter les histoires de ces fantômes et faire survivre les années 80 pendant encore des années et des années. C’est une fin efficace, ma foi.

Saison 9

909-2

EN BREF – C’est une sacrée saison que je ne regrette pas de ne pas avoir vu en septembre dernier. J’aurais même dû attendre avant de la commencer ! En effet, elle est parfaite pour l’été. C’est un bon slasher, surtout les cinq premiers épisodes, qui sont conçus pour être vus par une journée de canicule. Je me répète, mais je le pense vraiment.

La deuxième partie de saison est moins réussie, mais elle est aussi moins ratée que beaucoup d’autres dans cette série. On ne refera pas la série, on sait à quoi s’attendre quand on la regarde : elle n’arrive pas à faire autrement que de tuer de bonnes idées trop rapidement et d’en pondre d’autres en cours de route dont on n’a pas grand-chose à faire car c’est trop secondaire.

C’est comme ça. Après neuf saisons, je suis au courant, mais je reviens chaque année malgré tout, pour voir ce que ça donne. Parfois, je suis déçu et c’est naze. Parfois, comme pour cette saison, c’est génial.

Cette saison me fait changer à nouveau d’avis : je trouvais qu’il était temps de mettre un terme à la série avec la saison Apocalypse qui concluait bien tout avec des rappels de saisons précédentes… mais face à une saison comme celle-ci, je me dis qu’ils peuvent continuer jusqu’à la saison 37 si ça leur chante.

Et une fois de plus, je vais insister sur un point important : le changement de casting a fait du bien pour éviter de revoir encore et toujours les mêmes acteurs enfermés dans les mêmes rôles… Bientôt, il faudra changer une fois encore, car ça commence à devenir redondant pour certains autres, même si je les aime beaucoup !

909-3.jpg

Saison 9

American Horror Story – S09E08

Épisode 8 – Rest in Pieces – 14/20
Aïe, c’est encore un épisode de transition qui s’emmêle les pinceaux dans une entrelacs d’intrigues que les scénaristes ne parviennent plus à démêler de manière fluide comme plus tôt dans la saison. On touche une nouvelle fois au défaut de base de la série qui est de multiplier les intrigues secondaires sans raison et de dévier perpétuellement de sa course. Sur les saisons courtes et les épisodes courts comme ils font dorénavant, c’est mieux qu’en début de série… mais ça reste un défaut qui provoque l’ennui.

Saison 9


Spoilers

908.jpg

She can’t recognize you, you’re dead!

La veille d’Halloween et du festival, Donna et Brooke se font un déjeuner dans un diner où Brooke a droit à un rattrapage sur les années 80 et les films d’horreur, se terminant par la « final girl », celle qui survit aux films d’horreur pour tout raconter. Pour Donna, il s’agira soit de Margaret, soit de Brooke, mais pas d’elle-même, parce qu’elle est noire. Certes. Je pense que la série nous fera bien un délire de ce genre, mais elle va nous pondre un autre personnage pour ça.

D’ailleurs, ça tombe bien nos deux amies sont interrompues par une journaliste, Stacey, qui écrit un livre sur le massacre de Redwood. Ben oui, c’est bien pratique, tout de même. Celle-ci reconnaît bien évidemment Brooke, mais également Donna, comme elle le révèle plus tard. Son enquête sur Redwood fait qu’elle sait tout sur ce qu’il s’est passé là-bas… mais elle est tout de même surprise d’entendre Brooke lui révéler qu’elles font tout ça pour la vengeance parce que la seule vraie serial-killer de Redwood est Margaret Booth.

Cela n’a aucun sens, mais admettons. Brooke profite de l’opportunité de pouvoir tout raconter, parce qu’elle y voit aussi l’opportunité d’entrer discrètement à Redwood, dans sa voiture. Une fois sur place, Brooke raconte tout ce qu’elle peut et on découvre donc que Brooke n’a pas pu témoigner lors de son procès, ce qui explique un peu mieux pourquoi elle a été condamnée à mort… Mais bon, la police aurait pu enquêter un peu plus.

Brooke envisage en tout cas de tuer Stacey et le révèle à Donna. Elle n’était pas une tueuse avant, elle l’est désormais. Elle révèle à Stacey que Donna a joué son rôle dans l’interminable nuit du début de saison, avant de la menacer de mort pour de bon. Elle y était presque, mais Donna l’empêche finalement de tuer Stacey. Elle ne veut tuer que Margaret, parce que ça ne sert à rien selon elle de tuer Stacey, qui est innocente.

Après le générique, la saison continue de nous servir une belle bande-originale – j’ai oublié de parler du générique de Charmed il y a deux épisodes dis donc ! – et nous prépare le terrain pour un bel Halloween, avec Bruce qui arrive à Redwood pour se venger de Donna et Brooke qui auraient mieux fait de le tuer.

Il prend en stop un fantôme, alors qu’il a une femme dans le coffre. Même si ce n’est pas nécessaire, la série nous propose alors un flashback sur la manière dont Bruce a été sauvé par celle-ci. Le lendemain, il n’hésite donc pas à la tuer pour la remercier, après s’être moqué d’elle. Être gentil dans cette série, ça n’a jamais rien apporté.

La preuve est faite aussi avec Courtney, l’assistant de Margaret, qui se retrouve à devoir nettoyer le bus de la star internationale. Pas évident la vie… surtout quand le groupe répète comme si de rien n’était. Ben oui, ça vaut le coup de mourir au Camp Redwood après tout, je comprends ce qu’ils viennent tous y faire…

Ainsi, Benjamin débarque au beau milieu d’un solo de Ramirez qui vivait pourtant sa meilleure vie dans l’attente du festival. Le combat entre les deux tourne court quand Benjamin est finalement percuté par la voiture de Bruce. Oups. Benjamin meurt donc une nouvelle fois, l’occasion de nous révéler qu’à chaque mort, les fantômes oublient quelques souvenirs d’eux et peuvent perdre des parties de leur corps. Cela ne donne pas du tout envie quoi.

Bruce me confirme en tout cas que Ramirez s’appelle bien Richard, je ne m’étais donc pas trompé dans l’épisode 2. Youpi. Sans trop de surprise, les deux serial killers s’associent pour tuer Benjamin ensemble et ils sont aidés alors par Xavier, qui leur montre l’emplacement de la tombe de Benjamin. Bruce en a pour son argent, à voir un cadavre de Benjamin, et Xavier se faire tuer par Benjamin qui a l’air bien en vie. C’est sûr que les fantômes sont bizarres cette saison.

Le truc, c’est que la relation Benjamin/Ramirez ne me passionne pas tellement, surtout qu’ils sont bavards. Au moins en début de saison, on se battait sans parler. Là, ça papote, Ramirez menace le bébé de Benjamin, puis Benjamin se fait tuer par Margaret. Elle a besoin de tueurs et est contente de retrouver Ramirez qu’elle connaît évidemment.

Benjamin ? Il se réveille à la merci de tous les fantômes de ses victimes. Xavier, Ray, Montana et les figurants de la saison (désolé les gars) se retrouvent donc à le menacer… Ce qui pousse Benjamin à enfin révéler le passé de Montana et sa relation avec Ramirez. C’est vrai que personne n’en a parlé jusque-là, c’était marrant à voir. Par contre, ça m’a un peu blasé de voir Benjamin les supplier de le libérer pour pouvoir libérer son fils.

Les autres fantômes n’en ont rien à faire et s’amusent à le tuer, en boucle, parce que c’est rigolo de le voir souffrir et mourir lentement. Ah. C’est con, il avait un joli plan avec son suicide Benjamin, mais il tombe finalement dans le piège de sa mère qui savait parfaitement qu’il souffrirait davantage comme cela : ses victimes peuvent s’amuser avec lui, encore et encore.

En fin d’épisode, Benjamin est finalement tué par son propre frère qui sort de l’eau sous les yeux de Montana. Il se réveille alors au son de la voix de Bobby et de la bonne odeur d’un pique-nique préparé par sa mère. Cette dernière n’en a rien à faire de son petit-fils, et moi, je suis blasé. Benjamin était un bon personnage, mais son obsession de sauver son fils est redondante, en peu de temps. Et puis, comme toujours, il y a trop d’intrigues compilées dans la même saison. Benjamin obtient ici une sorte de happy end avec des réconciliations familiales, finissant avec sa mère et son frère.

Bon, bon, bon, next. Dans tout ça, j’en oublie les motivations de Margaret. Elles sont pourtant bonnes. Elle est frustrée de voir son mari retourner dès qu’il en a l’occasion coucher avec Montana qui l’attire toujours autant sans le moindre problème. C’est d’ailleurs Montana qui nous fait le résumé de la vie d’un fantôme dans cette saison : ils sont grosso modo en vie comme si de rien n’était, sauf qu’ils ne peuvent quitter Redwood et qu’ils ont envie d’être en vie. Mouais, ça va, franchement, mais ce n’est pas la meilleure idée des scénaristes de la série.

Le couple Trevor/Montana ne l’est pas non plus… Trevor propose à Montana de mourir à Redwood, de manière à pouvoir rester avec elle pour l’éternité. C’est mignon comme tout, mais Montana refuse qu’il fasse cela pour elle parce qu’il ne la connaît pas. Sans même lui parler de son improbable couple avec Xavier, elle réussit à le faire changer d’avis et nous balance un gros discours de féministe en lui révélant qu’elle est l’ex d’un serial killer et en lui reprochant sa réaction.

Il est amusant autant de l’entendre dire qu’elle est à son tour une serial-killer, puis se débarrasser de Trevor qui nous fait une jolie parodie de plein de films. Amusant, oui, mais parfaitement inutile et un peu long, aussi.

Margaret s’associe en tout cas avec un maximum de tueurs dans cet épisode pour révéler enfin son plan ultime, destiné à la rendre millionnaire au moins : elle compte tuer tous les artistes venant à son festival, pour pouvoir organiser un festival permanent du meilleur de la musique des années 80 à Redwood. C’est un plan solide, ma foi. Par contre, où est le cliffhanger au juste ? Ah, j’oubliais, Ramirez et Bruce tuent Stacey, aussi. L’épisode aurait manqué de meurtre, sinon.

Saison 9

American Horror Story – S09E07

Épisode 7 – The Lady in White – 16/20
Mensonges sur mensonges, révélations sur révélations, ça fait beaucoup pour cet épisode qui propose tout de même de bonnes scènes et de bonnes idées, tout en restant plus cohérent que certaines saisons passées à mes yeux. C’était sympathique, mais ça n’en reste pas moins une grosse transition vers la suite de l’histoire qui se fait un peu trop attendre à mon goût… En plein binge-watching, c’est gênant, tout de même !

Saison 9


Spoilers

907.jpg

I do have a reason to live and it’s to see her die.

L’épisode s’ouvre sur un retour attendu dans la série et un passage dans un nouveau camp, en 1948. Superbe ! On y suit une barmaid qui éduque ses enfants de manière discutable, mais bon, ce sont les années 40, que voulez-vous ? Elle s’inquiète tout de même pour ses fils, confiant le petit frère au grand pour qu’ils aillent se baigner ensemble au lac.

Le grand n’a pas envie de se baigner, il interdit donc à son frère d’aller dans l’eau… mais l’abandonne finalement, préférant aller mater le maître-nageur et une nageuse fricotant dans les bois que de surveiller ce petit. De toute manière qu’il le surveille ou non, ça n’aurait rien changer : une fois dans l’eau, le petit ne se noie pas… il passe dans le moteur électrique d’un bateau qui ne l’avait pas vu. OUILLE.

La mère accuse alors le maître-nageur de l’avoir tué, mais elle accuse aussi Benjamin… Ah. Voilà donc l’enfance joyeuse de Mr Jingles. C’est sympathique.

De retour dans les années 90, Donna a donc sauvé la vie de Brooke, mais avec des médicaments qui ne sont pas faciles à purger de son corps. En plus, Brooke la déteste et refuse de lui faire confiance, inévitablement. C’est vrai que c’est à cause d’elle si Mr Jingles était là à Camp Redwood après tout, même s’il est loin d’être le plus gros meurtrier de la saison.

Petit à petit, Donna gagne la confiance de Brooke. Cela se fait jour après jour, mais quand elle revient avec la promesse de nouveaux papiers pour Brooke, cette dernière s’attaque à elle pour le principe. Elle veut comprendre pourquoi Donna fait ça pour elle, mais c’est évident qu’elle veut juste se racheter après sa confrontation avec le mal incarné.

1825 jours enfermés ne font pas du bien à Brooke. Elle est toujours aussi insupportable, même si j’ai désormais de la peine pour elle. Elle dit avoir raté toutes les années 80 et en être dégoutée, en même temps. C’est plutôt sympa comme duo en tout cas de retrouver Brooke et Donna ensemble, y compris quand elles font des rollers dans les années 90.

Là, elles sont contactées par un certain Bruce qui veut les emmener à Redwood, mais elles refusent son aide… jusqu’à ce que leur voiture semble en panne. Ah, merci pour le Bingo Séries, j’ai cru que cette série ne m’apporterait rien ! Comme par hasard, Bruce est capable de les dépanner et gagne bien vite leur confiance. Il est tellement un tueur.

Il se drogue à l’arrière de la voiture de Donna, avant de les faire flipper en parlant de meurtres commis par des étrangers. Cela ne fonctionne tellement pas sur Brooke… Elle est habituée à gérer la prison, après tout. Elles demandent donc à Bruce de sortir de la voiture dans laquelle elles l’ont pris en stop, mais ça ne fonctionne pas. Du tout. Ils sont finalement repérés par un policier qui va les sortir de cette situation épineuse : Bruce est évidemment un meurtrier s’en prenant aux jeunes filles de la région.

Il n’hésite pas à tuer le flic, mais ça permet à Donna et Brooke de s’enfuir, parce qu’elles sont débrouillardes. Evidemment. Elles ne sont pas assez malignes par contre : après avoir tué le flic, Bruce vole sa voiture et s’arrange pour leur rentrer dedans, puis tuer un témoin. Une fois que c’est fait, il vole à nouveau une voiture, pour emmener Donna et Brooke avec lui et leur proposer un petit dilemme.

Brooke se retrouve avec le choix de mourir d’une balle dans la tête ou de faire avancer la voiture à laquelle Donna est attachée, de manière à la tuer de manière bien brutale. Bon. La solution est désespérée, mais Brooke s’est habituée au mal en prison. Elle décide donc plutôt de faire une marche arrière impeccable qui laisse Donna en vie, tout en maîtrisant Bruce par surprise en utilisant notamment son deuxième flingue. Bien joué.

Il s’en est pris aux deux mauvaises personnes avec elles… Et il est ainsi pris en otage par Donna et Brooke. Ce fut rapide. Brooke lui coupe les pouces puis le ligote en plein désert, parce que c’est bien plus drôle que de le tuer, apparemment.

De son côté, notre cher Mr Jingles retourne à Redwood et retombe sur Pete, celui qui se faisait passer pour lui. Mort à Redwood, il hante à son tour les lieux et souhaite désormais s’en prendre à Mr Jingles, qu’il considère comme responsable de sa mort. Pete et ses potes sont toutefois interrompus par Ray : Montana interdit les meurtres jusqu’au festival de Margaret.

Le festival, c’est justement ce qui emmène Mr Jingles espérant trouver un moyen de se débarrasser de Ramirez une fois pour toute, comprenant que c’est lui qui est responsable de la mort de sa femme. Il raconte aussi aux autres fantômes le massacre du camp Golden star, celui où il vivait avec sa mère et son frère éclaté par le moteur de bateau. Il s’agit évidemment du même camp que Redwood, juste avec un autre nom.

Quant au massacre, ben la mère a tué tous les gens qu’elle jugeait responsable, avant de s’en prendre à Benjamin qui n’avait qu’une dizaine d’années. Il a alors réussi à la tuer, par légitime défense, ce qui laisse désormais le fantôme de sa mère sur place, à hanter les autres fantômes et à les terrifier. C’est n’importe quoi, à ce stade.

Benjamin devient attachant, ce qui est une réussite, mais ça n’a pas de sens de voir qu’il est revenu bosser à Redwood malgré ce passé et n’a jamais revu sa mère. D’ailleurs, où était la mère pendant la première moitié de saison ? J’aurais aimé la voir, j’adore cette actrice ! Puis, ça aurait été plus logique qu’elle revienne s’en prendre à son fils plus tôt.

Là, il faut que ce soit Xavier qui emmène Benjamin la rencontrer. La mère retrouve Benjamin avec beaucoup de haine et de rage, surtout que ce n’est pas la première fois que ça arrive : elle l’avait déjà revue avec Margaret suçant son doigt ensanglanté. C’est donc la mère qui a inspiré à Margaret, pendant son sommeil, son plan de tuer tout le monde, juste pour se venger de son fils qu’elle avait compris amoureux d’elle.

Eh ben. C’est génial parce que la mère avait toujours préféré le petit frère, mais ça commence à faire beaucoup de retournement de situation et de mensonges donnés dans les épisodes précédents. C’est toujours le cas avec cette série de toute manière. Pour faire souffrir Benjamin à vie comme elle l’espère, la mère finit par lui annoncer qu’il a passé un pacte avec le diable et que Ramirez va venir le réclamer. Si Ramirez le tue, il mourra à jamais… mais s’il se suicide, il pourra rester éternellement à Redwood. C’est bizarrement le choix qu’il fait en fin d’épisode.

On en arrive au festival, enfin, pour terminer l’épisode. L’attente sur seulement deux épisodes m’a paru interminable. Trevor y retrouve Montana et ne met pas longtemps à coucher avec, alors que Margaret essaie de tout organiser avec une super star internationale qui… meure bien rapidement, à cause d’un contrat passé avec le diable que Ramirez vient collecter rapidement. Voilà qui est fait. Tout son groupe est assassiné, pour faire bonne mesure et ajouter un massacre au camp.

Saison 9