Walker – S02E20 (express)

Épisode 20 – Something’s Missing – 16/20
Rien de bien surprenant dans les « révélations » de l’épisode, car il était facile de tout deviner depuis plusieurs épisodes, mais j’ai bien aimé la manière dont tout se dénouait dans l’épisode. Tout ? Bien sûr que non, évidemment, la série a quelques pistes ouvertes pour la saison suivante. Je n’en attendais pas moins, je suis content de ne pas avoir eu plus : l’attente de deux mois (ça a du bon d’être en retard) sera parfaitement gérable. Une bonne fin de saison, donc, avec juste ce qu’il fallait où il fallait.

Spoilers

Qui s’en fout du fait que Stella soit diplômée quand il va être temps d’enfin tout révéler de ce qu’il se passe et s’est passé entre les Davidson et Walker ?

Oh purée, que quelqu’un mette une paire de baffes à chaque personnage de la famille Walker, et particulièrement à Stella ? Ils sont insupportables là. Stella s’apprête donc à avoir son diplôme de fin de lycée, et c’est le petit événement pour tout le monde, qui rumine malgré tout encore la défaite contre les Davidson. C’est insupportable.

Contrairement à ce que j’imaginais, la série prend encore le temps de s’intéresser à Miles pour ce dernier épisode. Liam s’inquiète ainsi de savoir s’ils ont trouvé la taupe qui avait révélé la localisation de la maison soi-disant sécurisée de Miles. En vain. Cependant, ça ne peut pas être un hasard si la question est posée si vite dans l’épisode final de la saison. Par contre, faut vraiment m’expliquer pourquoi il ne retient pas Cordell plus longtemps que ça quand il lui dit qu’il a peut-être un autre moyen de faire tomber les Davidson.

Avant d’en arriver là, la série s’inquiète de résoudre l’affaire de Cassie – et donc celle de Miles. On tombe ainsi dans la paranoïa de l’existence d’une taupe qui pourrait être Tray… à James qui lui propose un poste de ranger ? Je trouve ça un peu extrême comme grand écart, mais admettons. Bizarrement, Tray ne refuse pas immédiatement ce poste.

Sa mère est plus radicale et concrètement complètement contre cette idée, mais bon, Tray se retrouve à vivre juste en face de Cassie, donc bon. Et elle est la pire voisine du monde à mettre la musique à fond ? Dans cet épisode, elle est toutefois très en retrait de l’intrigue principale et mène donc sa propre enquête lors d’un rencard. La piste est ouverte pour la suite de la saison, on verra bien où ça nous mènera.

En parallèle, on en revient encore et toujours à l’intrigue de la famille Davidson, mais si je suis honnête, c’est peut-être ce qui m’a le plus intéressé dans cet épisode. Geri en est toujours à douter de Gale et de ce qu’elle savait, Cordell pense que se servir d’elle pourrait être un bon moyen d’obtenir la vérité sur ce que les Davidson savaient. Pff. Il oublie vite Twyla, tout de même.

Pas si vite, toutefois : Geri s’en sert comme un excellent argument pour vendre une dispute de couple à Gale. Elle l’appelle en faisant semblant d’être en panne et d’avoir besoin de quelqu’un pour la ramener chez elle. La dispute était sympa et elle permet à Geri d’arriver chez les Davidson avec l’intention de les trahir, mais en appelant Gale « maman ».

Cela ne fonctionne pas dès le départ, mais ça finit par faire son effet quand Geri suit les conseils de Cordell et emmène sa mère biologique dans la fameuse grange qui a pris feu. Et sans surprise, ça mène à ce qu’on savait déjà depuis un long moment sans en avoir jamais eu la confirmation : Gale est bien responsable du meurtre de Marv. Poussé par Abby à dire la vérité sur le bébé pas si mort que ça, Marv a balancé ce qu’il en était à Gale, mais pas comme il le fallait.

Gale a donc attrapé la fameuse lanterne et a frappé Marv avec, déclenchant le feu. Comme elle ne connaissait pas l’existence de Frank, elle n’a jamais pu retrouver sa fille pour autant. Par contre, accuser Cordell de l’incendie, ça, ce n’était pas un souci.

De manière amusante, la révélation choque tellement Geri qu’elle fait tomber une lanterne à son tour dans la toute nouvelle grange. Tout ça prend feu à nouveau. Heureusement, Cordell est dans les parages, s’inquiétant pour Geri : il arrive à temps pour sauver la vie de Gale – Geri n’ayant aucun mal à se sauver toute seule.

C’est une belle conclusion pour la saison : Gale survit et peut confesser ses innombrables crimes comme ça. Par contre, Abby remarque bien qu’elle oublie de s’excuser pour de vrai. Elle finit par le faire, mais pas sans se justifier une nouvelle fois. Elle est parfaitement pathétique et les scénaristes font vraiment en sorte qu’on sympathise avec elle malgré ce qu’elle a fait.

Cela laisse aussi Stella et Colton comme deux boulets, mais eh, ils restent en couple. Colton peut donc aller auprès de ses parents, Denise se sentant elle aussi bien débile de s’être plantée dans les grandes lignes pendant à peu près toute sa vie. Elle en profite aussi pour enfin reconnaître que c’est elle qui a coupé la selle. Maintenant que sa mère dit la vérité et qu’elle change totalement de perspective, elle doit se sentir bien conne d’avoir fait tout ça.

Finalement, les Walker sont donc des gens irréprochables qui ont toujours tout bien fait comme il faut, contrairement aux Davidson, ces grands méchants. Rien de bien neuf sous le soleil, ça ne pouvait se dérouler autrement. Dans le même genre, Geri met de côté une fois de plus son couple avec Cordell, le poussant à plutôt aller s’occuper de Stella Blue, parce que quand même, c’est le jour de son diplôme. Qui s’en fout ?

Je sais bien que c’est important pour elle, mais après tout ce qu’il s’est passé franchement, c’est abusé d’en revenir là, surtout qu’on ne l’a pas vue en cours de la saison, ou presque. Sans surprise, la saison peut donc se terminer au milieu des cartons, une fois de plus : les Walker récupèrent le ranch. Plutôt que de déballer les cartons, Cordell préfère passer du temps à jouer à un jeu de société avec sa fille. Logique.

C’était un peu essentiel d’avoir cette scène entre eux, j’imagine, mais par contre, ça me fait me poser quelques questions sur l’avenir de Stella dans la série. On dirait vraiment qu’ils ont l’intention de l’emmener ailleurs pour la suite de la série… contrairement à Liam. Lui, il décide de rester définitivement au ranch pour le reprendre. C’est n’importe quoi, sérieux. Il pourrait faire mieux de sa vie.

Bon, cependant, ce qu’il fait de sa vie, c’est de faire une course avec Cordell et Walker ? C’est censé être un moment sympa de l’épisode, j’imagine, mais c’est surtout l’occasion d’un cliffhanger un peu plus inattendu : Cordell triche en partant en avance pour cette course (je croyais qu’il ne trichait jamais, faudrait savoir ?) et… il se fait enlever par une camionnette. MOUAHAHA.

Pourquoi Stella a immédiatement des trémolos dans la voix quand elle ne le voit pas ? Mystère.

EN BREF – La saison 2 n’est pas forcément meilleure que la première, mais en tout cas, elle était très différente. Les scénaristes ont dû composer à l’arrache avec le départ de Micki, et pourtant, ça ne s’est pas trop senti : je trouve au contraire qu’ils ont réussi à proposer une intrigue à peu près cohérente pour son départ – même si j’ai passé trois épisodes à me demander quand elle partirait vraiment. J’espère que l’actrice reviendra un jour dans la série.

Son remplacement par Cassie était plutôt réussi et fluide, même si le nombre d’épisodes réduits avec elle dans la saison font que certaines choses ont dû se dérouler un brin trop vite. Pour le reste, la saison a été plus qu’empoisonnée par la rivalité entre les Davidson et les Walker. En fait, c’est tellement devenu constitutif de l’ADN de la série que je me demande comment elle a pu tenir une saison sans ça.

Je me demande aussi si on les reverra autant l’an prochain. Avec l’enlèvement de Cordell, il y a fort à parier que Stella restera au ranch plus longtemps que prévu ; que Tray sera le nouveau partenaire de Cassie pour retrouver Cordell (décidément, faut pas être partenaire avec Cassie) et que la vie suivra son cours comme si rien ne s’était passé dès le genre deuxième épisode de la saison 3. On verra bien dans deux mois !


Walker – S02E19 (express)

Épisode 19 – A Matter of Miles – 15/20
La fin de saison se met en place et ce n’est pas toujours fait avec subtilité, mais il faut reconnaître que les scénaristes s’en sortent plutôt bien puisqu’ils ont forcément dû réécrire une partie de la saison après ce qu’il s’est passé en coulisses (le départ dans le casting). J’imagine que ça aurait pu être bien pire, et j’ai quand même un peu hâte que certaines intrigues prennent fin pour lancer une nouvelle saison dans un mois et demi.

Spoilers

Miles est de retour avec plein de choses à révéler (ou pas), Stella et Colton organisent un repas familial.

Miles redébarque donc dans la vie de Cassie, et il est franchement frustant de le voir avec si peu de réponse. Je pensais que tout l’épisode serait un flashback géant, mais ce n’est finalement pas le cas : il explique simplement qu’il s’est fait passer pour mort ; Cordell et James ont simplement riposté à l’attaque de la caravane et se sont cachés dans les buissons pendant des heures et voilà où nous en sommes.

Par contre, ça manque vraiment d’explication pour savoir d’où sort exactement Miles à ce moment, mais bon, ce n’est pas grave, on va faire avec. Le problème ? Fenton était donc au courant que Miles était en vie, mais ça ne l’a pas empêché de coucher avec Rita, la copine de Miles. C’est assez drôle de les voir se retrouver et découvrir que leur couple est mis en péril par un connard qui les a doublés sans le moindre scrupule. Oui, j’ai dit que c’était drôle, parce que je m’en fiche de ces personnages.

Par contre, Fenton, lui, il ne s’en fout pas et il prend mal d’être attaqué par James en public : il a plein de questions à lui poser pour savoir ce qu’il se passe. Fenton s’obstine à ne rien dire, cependant, et ça dure bien longtemps pour peu de choses à se mettre sous la dent. Finalement, le type a bien un truc à se mettre sous la dent : du poison, tant qu’à faire.

En parallèle de tout ça, parce qu’on allait quand même passer l’épisode à mener l’enquête, on retrouve Stella et Colton au lendemain de ce qu’il s’est passé dans l’épisode précédent. Colton n’est pas hospitalisé, tout va bien. Du coup, Stella aime bien l’idée de se pointer chez son mec sans prévenir pour lui faire la cuisine. Une bonne femme au foyer à venir dis donc. C’est tellement abusé. Tout aussi abusé est l’idée que Liam soumet à sa nièce : il propose d’organiser un dîner entre les deux familles pour qu’elles puissent se réconcilier.

Et la marmotte, elle met le chocolat, dans le papier alu. De son côté, Geri œuvre elle aussi auprès des Davidson pour que ça se passe, sans savoir que Liam a probablement une autre idée dans la tête. Pendant ce temps, August a désormais envie d’apprendre à jouer de la guitare, et sa grand-mère est tellement fan de lui qu’elle le motive à fond pour ça. Elle lui fait plein de compliments, pourquoi ?, et il finit par rencontrer sa future prof de guitare et petite-amie, Kit. Pardon, mais c’est vraiment évident qu’il bave devant elle, quoi.

Je ne sais pas trop à quoi servait la scène, à part nous montrer qu’August était prêt à s’imposer de plus en plus dans sa vie – et dans sa famille. Evidemment, le gros dîner de famille se déroule au ranch des Davidson, ex-Walker, plutôt que dans un lieu neutre, alors tout part en vrille assez vite, forçant August à être celui qui s’impose comme le plus adulte parmi tous les adultes présents.

Si le repas ne parvient pas à réconcilier les familles, il ne parvient pas non plus à faire admettre la vérité à Denise concernant la selle – quoiqu’une partie de moi pense encore que ça peut être l’œuvre du père Walker au point où on en est. J’attends une bonne révélation de fin de saison, franchement. En attendant d’y être, ça déstabilise tout de même la grand-mère Davidson. Cette idiote de Gale révèle donc à Geri qu’elle a toujours su qu’elles se retrouveraient – sous-entendant qu’elle savait très bien que son bébé était en vie. Inutile d’en vouloir tant que ça à Abby, donc.

Cordell n’écoute pourtant pas Geraldine quand elle essaie de lui faire part de tout ça : il a d’autres chats à fouetter. Une fois Fenton mort, les Walker pensent en effet que Miles sera une cible facile. Il est supposé être dans une barraque de protection renforcée avec Cassie, mais non, tout le monde a peur. Et ils ont raison : ils sont effectivement traqués par des hommes qui ont clairement l’intention de tuer quand ils arrivent.

Avant ça, il a le temps d’expliquer à Cassie (et Tray qui est là pour la médiation entre eux ????) pourquoi il a dû se faire passer pour mort, à cause d’un groupe puissant sur lequel il enquêtait et qui menaçait son enfant. C’est un peu simple et ça n’explique pas pourquoi tout se faisait sans que ce soit une enquête officielle, mais bon, la corruption est partout, vous savez bien.

Tous nos héros s’en sortent vie, Miles remet en question sa vie de couple et ses erreurs passées, indiquant à Cassie de gérer sa vie mieux que la sienne et… C’est à peu près tout. Il est prêt à retourner se planquer à l’abri des méchants, pendant que Cordell et Cassie finiront (peut-être) son boulot.

L’épisode final devrait de toute manière se concentrer plutôt sur l’intrigue familiale, comme le reste de la saison. En effet, Geri doute désormais de Gale et s’en confie à Cordell. Ils rappellent donc le type qui avait fait la révélation qu’elle était la fille de Marv pour en savoir plus, mais celui-ci certifie que personne d’autre que lui ou Marv n’ont jamais su ce qu’elle était devenue. Le doute finit bizarrement par être une certitude dans l’esprit de Geri, qui imagine aussitôt que Gale savait quand même et est capable d’avoir tué Marv.


Walker – S02E18 (express)

Épisode 18 –  Search and Rescue – 14/20
Certains personnages sont tellement débiles que l’épisode a pris une tournure comique en cours de route à laquelle je ne m’attendais pas… Les scénaristes non plus ne s’y attendaient pas, ce n’était absolument pas volontaire, les pauvres. Par contre, l’ensemble reste assez intéressant et le fil rouge se développe enfin, yay ! On approche de la fin de saison. Très doucement, mais en brûlant les étapes quand même. Ils sont forts.

Spoilers

Le premier rencard de Stella et Colton tourne à la catastrophe, forçant les familles à s’en mêler encore.

Je crois que les personnages sont entrés dans un concours de débilité, je ne vois pas d’autres explications. Dès le début de l’épisode, on sent bien que ça part dans ce sens avec une Stella paniquée de voir Colton blessé. Au milieu de nulle part, son réflexe est d’appeler… son oncle. Pas son père. Pas le fucking 911 qui est littéralement là pour ça, mais non, son oncle. On sent bien que ça n’ira pas loin dans cet épisode.

Bref, Stella et Colton ont donc un premier rencard plutôt mémorable, à faire une petite randonnée ensemble. Franchement, je trouve l’idée sympathique, mais bon, bordel, Stella qui le met au défi d’escalader une paroi bien raide sans sécurité ou matériel, c’était… allez, je l’ai déjà dit, débile. Dans la suite de l’épisode, pas un instant elle ne se remet en question sur le défi lancé à Colton d’aller lui récupérer des fleurs. En faisant la course en plus. Non mais sérieusement.

Encore ça, c’est une chose, ils sont adolescents, ils ont droit d’être débiles et d’apprendre la vie. M’enfin, tout le monde la félicite en fin d’épisode parce qu’elle a soi-disant eu les bons réflexes ? La meuf part en randonnée sans charger son téléphone avant, écoute son mec qui lui dit de ne pas respecter le sentier, lui lance un défi dangereux, appelle son oncle plutôt que les secours et passe le reste de l’épisode à geindre sur place sans jamais penser à regarder si le portable de Colton (qu’il sort de sa poche en plus ??) est chargé, mais elle est félicitée ?

Je leur pardonne, il y avait une bonne blague sur Emily avant le malaise de Colton, mais franchement, ce n’est pas une écriture très réfléchie tout ça. La série s’amuse de la situation en plus et est clairement over the top. August se retrouve ainsi avec une nouvelle copine en rencard et la plante quand sa sœur ne vient pas au rendez-vous. Tout va bien jusque-là vous me direz ? Plutôt que de rester au rendez-vous, il rebrousse chemin pour trouver sa sœur, d’accord, mais il arrive à se perdre ? Genre si tu ne connais pas le sentier (que tu as pratiqué toute ta vie d’après la série), évite d’aller te perdre tout seul dans la forêt. Et évite de marcher à proximité des courants si tu n’es pas capable de rester debout quand quelqu’un t’appelle. Bref, August tombe dans les rapides, histoire de participer au concours de débilité, et moi, j’ai tout simplement éclaté de rire.

En parallèle de toute cette intrigue, Ben et Liam sont un nouveau ship beaucoup trop simple et lazy de la part des scénaristes, mais ça fonctionne bien. Ils ont deux scènes dont un baiser pour que Ben soit 100% un support pour Liam, quand Liam, lui, ne s’occupe pas une seule seconde de savoir ce que pense Ben. Bref, Ben est bien sympa avec Liam et il est plutôt de bons conseils. Cela donne l’occasion à Liam de nous rappeler qu’il est super chiant et mauvais avocat : il se décide donc d’aller confronter les Davidson sur la course à laquelle il est sûr qu’ils ont triché.

C’est une idée stupide dans la manière dont il le fait, parce que ça ne fait qu’accentuer son différend avec Dan. Heureusement, les scénaristes ont tout prévu : avoir Stella et Colton paumés en montagne, ça les réconcilie vitesse grand V ces deux-là, car ils sont forcés de bosser ensemble. C’est totalement artificiel, mais ça permet aussi d’en arriver à une avancée du fil rouge en fin d’épisode : Dan confronte Denise sur la fameuse selle abîmée, et il finit persuadé qu’elle a triché. Son premier réflexe quand elle le supplie de revenir avec elle ? Il va prévenir les Walker. Après avoir passé une saison à courir après Denise. Débile.

Bon, pour en revenir à Stella et Colton, parce que tout l’épisode ne fait que ça, ils ont quand même de la chance d’avoir Abby en excellente organisatrice pour gérer les secours. Finalement, ce n’est pas elle qui aidera à vraiment les retrouver, c’est plutôt Liam. Liam et Dan retrouvent ainsi Stella et Colton, mais ils ne peuvent absolument rien faire car ils sont en haut de la fameuse falaise.

Pour les sauver, il faut donc un hélicoptère, à qui ça ne sert à RIEN de savoir que Stella et Colton sont en bas d’une falaise apparemment. En plus, Liam et Dan n’ont pas voulu descendre la falaise car il y en avait pour une heure à la contourner et que c’était trop long par rapport à la blessure de Colton, mais ils font appel à un hélicoptère qui débarque en pleine nuit, donc au moins une bonne heure après. Allez comprendre la logique, il faut s’accrocher.

Un hélicoptère ? Eh, ça tombe super bien, Cassie a une pote depuis super longtemps dont nous n’avions jamais entendu parler et qui est justement… secouriste. Elle a donc son hélico à portée de main quand Liam fait appel à Cassie pour utiliser les ressources des rangers. Tray étant dans le même bar que les filles, le voilà qui s’improvise secouriste en hélico, avec une évacuation totalement débile de Colton. Le type a un traumatisme crânien après une chute où il a pu se briser d’autres os, mais il est porté par un harnais en hélicoptère.

Allez, dans tout ça, j’en retiens que Cassie et Tray sont les meilleurs colocs à venir. Leur amitié va à vitesse grand V, on ne les a jamais vraiment vus ensemble avant et là, ils sont géniaux. J’aime beaucoup leur dynamique, j’espère en voir plus sur la saison prochaine. Par contre, la pote de Cassie introduite en love interest, en solution parfaite pour l’épisode et probablement en future boss de Stella, c’est juste de l’abus par contre. Ah oui, parce que même la secouriste de Stella la trouve géniale et brillante. Tous plus débiles les uns que les autres.

En parallèle, le fil rouge avance enfin malgré des scènes plutôt malhabiles. Si vous vous demandiez où Cordell était passé, je crois que l’acteur se prenait des petites vacances parce qu’il n’a eu que trois scènes dans l’épisode. Et ce n’était pas passionnant. Cordell et James mènent l’enquête pour retrouver Miles, en cachant le tout à Cassie pour ne pas lui faire de faux espoirs.

Ils arrivent assez vite à la caravane qu’on avait vu en fin d’épisode il y a quelques temps, sont surpris par ce qu’ils trouvent à l’intérieur de la caravane (mais on ne saura pas ce que c’est) et finalement, la caravane se fait tirer dessus ? Qui débarque pour tuer des gens dans une caravane en tirant dessus alors qu’elle est en métal ??? Finalement, James et Cordell sont donc en vie, Cordell est toujours aussi mauvais père avec Stella et Miles ressuscite pour Cassie en fin d’épisode – on notera que Cassie a le temps de rejoindre les rangers que Cordell n’est toujours pas au courant de ce qu’il s’est passé pour sa fille.

La série brûle les étapes et va trop vite dans l’intrigue Miles. On verra la suite et comment ça se justifie, probablement dans le prochain épisode qui sera plein de flashbacks un peu chiants.


Walker – S02E17 (express)

Épisode 17 – Torn – 13/20
Les scénaristes ne semblent pas savoir ce qui est bon pour la série – et l’audience – quand on voit certains des choix effectués dans cet épisode. Toujours pas vraiment d’action et d’enquête, beaucoup de mauvaises décisions dans les dramas familiaux et un retour au fil rouge qui s’effectue de manière bien maladroite ne donne pas beaucoup de points positifs à l’épisode. Heureusement, il est sauvé par un personnage central quand bien même il devrait être accessoire et par quelques moments assez divertissants pour que je ne massacre pas l’épisode.

Spoilers

Denise rappelle Twyla pour une enquête, mais bon, ce ne sera qu’une petite parenthèse au milieu des dramas habituels. Faudrait pas qu’on pense être devant une série procédurale…

Ma foi, je m’attendais à un épisode complet de Geraldine jalouse et pète-couilles, et, bizarrement, la première réplique de sa seconde scène est de dire à Cordell qu’elle n’est pas jalouse de sa relation avec Twyla ? C’est étonnant, franchement. Après, Twyla est en train de s’imposer totalement dans ce dernier arc de saison, alors Geraldine n’a pas trop le choix de s’y faire, je pense. Du moins je l’espérais.

En effet, Cordell et Twyla tentaient enfin de se mettre en couple pendant cet épisode, et ça marchait plutôt bien : ils ont une bonne alchimie, un bon passé malgré les difficultés et toujours beaucoup de points communs dans leur soif perpétuelle d’action. Twyla n’est pas encore prête à briser le cœur d’August cependant : quand Cordell souhaite annoncer à son fils qu’il est en couple avec Twyla, August fait remarquer juste avant qu’il a eu peur que son père lui dise qu’il était en couple avec Twyla. Cette dernière entend bien la réplique du fils inquiet pour son père, et elle préfère briser le cœur de Duke en le larguant que le cœur d’August dont elle ne devrait rien avoir à foutre, apparemment.

Une fois que c’est fait, elle s’enfuit de la ville et Cordell n’hésite pas à la balancer comme fugitive en à peu près 30 secondes. Genre, vraiment, il s’en rend compte et appelle aussitôt pour la dénoncer.

Bon, sinon, avant tout ça, il y a enfin eu un peu d’action dans cet épisode et… Twyla était de nouveau au cœur de celle-ci. Franchement, la série va finir par être renommée Twyla, Texas Ranger par intérim. Elle a eu plus d’action que Cordell récemment ? C’est trop étrange.

Elle est libérée pour le moment, mais dans les conditions de sa libération de prison, il y avait une astérisque disant qu’elle devrait désormais bosser pour Denise chaque fois qu’elle lui demanderait son aide. Celle-ci utilise clairement ce peu de pouvoir qu’elle a de faire chier Cordell pour, eh bien, le faire chier.

La mission sous couverture était plutôt sympathique, mais elle ne mène à rien niveau intrigue. Oh, on nous parle bien d’un nouveau dealer en ville pour remplacer Serano, mais ça ne suffit pas franchement à donner la dose de procédural qu’on voudrait avoir devant ce qui était supposé être une série procédurale. Ce n’est donc plus le cas et la mission est vite un échec, avec toutefois Twyla qui parvient à éclater la tronche d’un type qui la tenait en joug.

Twyla, quoi. Cela donne franchement envie de la voir rester, mais malheureusement, ce n’est pas exactement ce qui est dans le plan des scénaristes. Ils ne savent pas ce qui est bon pour la série : Twyla demande à être transférée ailleurs après sa conversation avec August, parce qu’elle se rend compte qu’il a raison et que sa relation avec Cordell est vouée à l’échec. Au point de partir sans dire au revoir.

Finalement, Cordell la dénonce comme fugitive et la rattrape à temps pour mettre un point (enfin, un point-virgule probablement) à leur relation, et c’est à Cassie qui venait la voir spécialement pour lui dire au revoir qu’elle ne lui dit pas au revoir. Sympa.

Cordell ? Il se remet de la rupture en se racontant des mensonges, et en les racontant à Liam aussi. Une fois que c’est fait, Cordell revient à l’intrigue générale de cette saison, en expliquant à son frère qu’il est quand même étrange que le cuir de sa selle craque le jour de la course pour les Davidson alors que son père n’avait jamais eu le moindre problème de selle (de cheval) jusque-là. Et si les Davidson avaient triché ? Il serait temps de s’en rendre compte, merci Twyla. J’espère que tu reviendras vite.

Loin de tout ça, Geri a une sous-intrigue dans cet épisode : elle cherche à se rapprocher de Denise, qui est sa sœur biologique après tout. C’était franchement pénible à voir même si ça n’a duré que deux scènes, et c’est peut-être pour ça que ça l’était. On passe donc d’une Denise qui n’est pas très ravie à l’idée de passer du temps avec Geri – malgré leur roadtrip entre filles – à une Denise qui est contente de l’appeler « ma sœur » et de voir la barmaid retirer la fameuse tête d’animal qui porte son nom dans le bar (qui est toujours à Cordell qui sera ravi de voir ce qu’on fait du cadeau de sa femme décédée là ?). Super intéressant, vraiment.

Pendant ce temps, au lycée, August se rend compte que sa sœur est totalement amoureuse de Colton, même si elle est encore en couple avec Todd. Elle l’est du moins sur le papier. En pratique, elle l’évite limite et se décide enfin à lui parler pour rompre avec lui. Ce n’est pas si évident que ça quand on est au lycée, apparemment, avec un très mauvais timing puisqu’il obtient une bonne nouvelle juste avant la rupture.

C’est du grand n’importe quoi, car ça retarde l’inévitable juste assez longtemps pour que Todd provoque une bagarre avec Colton, à coup de ballon de basket envoyé dans sa tronche. La scène était plus marrante qu’autre chose, surtout quand leur coach, Tray, se prend un coude dans la tronche. Ne jamais tenter de les séparer, pas vrai ?

Il confronte ensuite les deux garçons et comprend assez vite que tout tourne autour de Stella. Il conseille donc à Todd de prendre conscience que c’est à Stella de prendre la décision à un moment. Franchement, c’est un peu abusé. Après ça, Stella découvre alors que son couple avec Todd est considéré comme le plus mignon de sa promo, ce qui me fait largement douter franchement. C’est quand même peu crédible comme idée.

Bizarrement, Todd prend beaucoup trop bien la chose. La rupture se fait en douceur et se termine même par un câlin ? Heureusement qu’il était presque prêt à défoncer la tronche de Colton quelques minutes plus tôt par jalousie. Il faut croire que Tray fait vraiment des miracles comme conseiller. C’est probablement pour ça que tout le monde se l’arrache : Cassie prend le temps de lui parler de son frère et des réconciliations en cours avec lui ; le capitaine des rangers lui annonce qu’il peut l’embaucher… mais à temps plein.

Tray n’est pas encore prêt pour ça, par contre, parce qu’il se trouve encore au lycée à séparer des débiles qui se battent pour leur copine là. Il accepte donc le poste de conseiller des rangers à temps plein, mais seulement à partir des vacances d’été. James est tout content, et une fois que Tray sort de son bureau, il appelle une collègue pour lui dire qu’il pense avoir trouvé la bonne personne pour le poste de ranger qu’il voulait attribuer. Euh ?

C’est un grand écart comme choix de job, coach sportif à ranger, j’ai du mal à croire que ça puisse se faire de manière fluide. Et en attendant, c’est Stella qui fait le grand-écart en se retrouvant à embrasser Colton. La série nous vend ça, dans la mise en scène, comme le truc qu’on attendait tous depuis trois plombes, mais en vrai, ça m’est pas mal égal, moi.