Walker – S03E05

Épisode 5 – Mum’s the Word – 09/20
Qu’est-ce que je suis en train de regarder ? Je me suis posé plusieurs fois au cours de l’épisode la question et c’est le sentiment qui persiste après visionnage : c’est un énorme what the fuck à bien des niveaux. Cet épisode tente de mettre en place plein de nouvelles choses, mais très peu fonctionnent vraiment. Pire, les personnages semblent réagir en étant totalement à côté de ce qu’ils nous ont habitué à faire. Bref, c’était mal écrit.

Spoilers

Cordell et Cassie doivent transporter des preuves sensibles, August poursuit sa crise d’adolescence, Trey devient ranger (encore, oui).

C’est un épisode que je considère comme difficile à critiquer de manière objective, parce que j’ai été dérangé à plusieurs reprises pendant que je le regardais : il y a des gros soucis de lisibilité et de cohérence dans les décisions prises. Si je me concentre sur les aspects positifs, parce qu’il y en a quelques-uns, je dirais que ça faisait plaisir de réentendre parler de Micki à l’occasion de la cérémonie faisant de Trey un ranger.

C’était plaisant à voir, mais la carrière de James ne doit pas être dingue si l’un des moments les plus marquants est de donner une insigne à Trey, franchement. Et s’il devient ranger, il n’a pas pour autant d’enquête à gérer cette semaine. À la place, il a juste droit à l’inquiétude de sa mère et à James qui la rassure, dans des scènes longues (puisque la mère ne s’exprime pas) ou surprenante, dans le mauvais sens du terme, quand James semble trouver les mots justes pour la mère… Alors que… Ca n’avait rien de rassurant ?

Pendant ce temps, Cassie et Walker ont de gros événements familiaux à gérer – à savoir un match parce qu’August fait sa crise et un anniversaire de grand-mère – mais leur travail les empêche de le faire. Ils sont en effet missionnés pour transporter des preuves d’un endroit à l’autre, sans les ouvrir, sans s’arrêter et surtout sans jamais les ouvrir. C’est important de ne pas les ouvrir. Vraiment.

Dès que James en parle, il est donc facile de comprendre que les rangers vont ouvrir la boîte contenant les preuves… mais la raison trouvée pour expliquer qu’ils le font n’a pas trop de sens. Il faut m’expliquer comment ces rangers peuvent avoir une voiture sans radio ou comment ils peuvent avoir peur d’approcher de la boîte, mais prendre le temps de la poser en plein milieu de la route. Et puis, pour une boîte de preuves possiblement sensibles, ils ne sont pas vraiment précautionneux de la poser au milieu de nulle part comme ça.

Il ne faut pas trop se prendre la tête pour autant : le but était évidemment de mener Cordell et Cassie à l’ouverture de cette boîte afin qu’ils découvrent… quoi au juste ? Les méchants qui ont enlevé Cordell ont une fascination pour les montres. Et pour lui. Big surprise. Cassie n’a aucun détail dans le dossier que les méchants montaient sur eux – sa vie se résume à une page rapidement écrite (alors que l’affaire Miles semblait importante et liée à tout ça ??) quand Cordell a un dossier complet, remontant à la naissance de Stella au moins.

Je ne sais absolument pas quoi faire de ces informations, et les scénaristes non plus apparemment. Ils en profitent juste pour faire en sorte que Cordell prenne la décision irrationnelle et absolument incompréhensible quand on connaît le personnage de dévier de sa route pour se rendre à l’anniversaire de la grand-mère de Cassie. Allez, ça donnait l’occasion de scènes funs (mais putain, qu’est-ce que je regardais quand ils dansaient ?) et surtout de développement pour Liam et Ben.

Après avoir un peu insisté pour les mettre en couple, les scénaristes prennent conscience qu’ils sont allés vite en besogne et donnent à ces deux-là l’occasion de parler un peu. C’est plutôt sympa comme temps d’écran, mais pas révolutionnaire non plus. Cependant, vu tout le reste de l’épisode, c’est plutôt génial ce qu’ils ont proposé pour Liam et Ben. Ils s’écoutent beaucoup, au moins – désolé, mais le « I hear you », je n’en peux plus, j’ai envie d’en faire un jeu à boire avec cette série, j’ai l’impression que ça revient de plus en plus souvent dès que deux personnages sont en désaccord.

Toujours pas d’Abby dans cet épisode, mais je ne peux pas dire qu’elle me manque plus que ça. Les Davidson me manquent davantage, à vrai dire ; ce qui ne m’empêche pas de me demander ce que devient l’actrice. C’est rarement bon signe autant d’épisodes sans un personnage.

Je l’écris histoire que ce soit écrit quelque part, mais elle n’est même pas mentionnée dans cet épisode. La dernière intrigue consistait en un énième événement au lycée de la ville, avec Geri qui s’y rend pour se porter volontaire, comme d’habitude. Cette fois cependant, elle est accompagnée de Stella et les deux sont moquées par une ancienne camarade de Geri – je pensais qu’ils allaient faire quelque chose de cette intrigue, genre que la fille de la nana draguerait August ou quoi, mais non.

À vrai dire, Stella n’était pas trop chiante dans l’épisode et elle était même plutôt de bons conseils envers August. Ce boulet est toutefois en pleine crise d’ado et ouin ouin, alors il décide d’organiser une grande fête au Side Step, le bar de Geri, quand celle-ci reçoit un appel qui la force à fermer le bar. Non, on ne saura pas la raison qui la force à fermer le bar. Pour l’instant, ça ne fait que confirmer que tout était mal écrit – j’espère au moins qu’on aura une explication dans le prochain épisode.

En attendant, il fallait supporter August organisant une fête clandestine et se retrouvant enfermé dans la réserve de Side Step. Ce n’était pas dingue du tout comme intrigue, mais les scénaristes ont pourtant trouvé le moyen de faire encore pire !

En effet, en fin d’épisode, Cordell apprend que ses deux mômes sont encore en cellule suite à une fête clandestine… et il accuse aussitôt Stella d’avoir entraîné son frère sur la mauvaise pente. Il est juste évident que c’est August qui est en crise depuis deux ou trois épisodes, Cordell l’a très bien vu ; il semblait enfin apaisé (les scènes de réconciliation avec Liam !) et… on le retrouve super froid et cassant avec Stella ?

Limite, je me suis dit qu’il avait un jumeau maléfique tellement la scène n’avait aucun sens. Il a toujours tout passé à August comme à Stella, mais là, d’un coup, sans qu’on ne sache pourquoi, c’est trop pour Stella ? Alors qu’elle n’a rien fait, qu’elle lui dit et qu’il ne vérifie même pas si elle est responsable ou non ?

Il décide de la faire passer la nuit en cellule, en plus : c’est ridicule. Genre, August ne va pas demander où est sa sœur ? Genre, ils n’ont pas 36 SMS prouvant qu’il était enfermé et qu’il a demandé à Stella de venir le chercher ? Et Cordell qui s’énerve d’un coup alors que le personnage n’a jamais fait ça avant ? Cela aurait pu passer avec son choc post-kidnapping, je ne dis pas ; mais le problème, c’est que ça fait deux épisodes qu’ils nous disent qu’il est apaisé avec ça ?

Bref. Cela fait une longue critique, du coup, parce que ça m’a laissé bouche bée d’incompréhension et qu’il fallait que je partage ça avec vous. Je suis de plus en plus déçu par cette saison – et je ne pensais pas que c’était possible !


Walker – S03E04

Épisode 4 – Wild Horses Couldn’t Drag Me Away – 13/20
La date était parfaite pour un épisode d’Halloween… mais ce n’est finalement pas ce que propose la série. C’est bien dommage. Cela dit, avec cet épisode, j’ai l’impression que les scénaristes offrent enfin une vision d’ensemble de ce que chaque personnage peut devenir en saison 3 – il était un peu temps d’avoir l’impression qu’on avançait sur le sujet, parce que la saison est déjà bien entamée l’air de rien.

Spoilers

Stella ne sait pas quoi faire de sa vie, Liam se remet petit à petit de son kidnapping et Trey est sur le point de devenir ranger.

La série a tellement mis de côté son début de saison logique qu’il fallait bien qu’elle le rattrape à un moment ou un autre, et ça donne l’impression que c’est ce que fait vraiment cet épisode. Il est temps de rédéfinir le rôle de chacun dans la saison 3, et c’est exactement ce à quoi on assiste dans chacune des intrigues.

Commençons par Stella, parce qu’elle me les brise menu depuis quatre épisodes (pour ne pas dire depuis deux saisons). Après sa décision de ne pas aller à l’université, la voilà qui se rend compte qu’elle n’a absolument aucun plan de vie prévu. Forcément. Son père s’inquiète pour elle et la force donc à bosser au bar du coin avec Geri – l’occasion pour nous de voir le bar plus rempli d’étudiants que jamais auparavant. C’est surtout l’occasion pour Stella de se remettre une fois de plus en question.

Comme toujours, Geri se voit attribuer le rôle de la bonne conseillère avec les ados Walker. Elle prend sous son aile Stella pour l’aider à comprendre ce qu’elle souhaite devenir plus tard, tout en lui faisant relativiser sur son impasse du moment. Après tout, elle n’a pas à savoir si rapidement qu’elle souhaite faire de sa vie ; eh, sa mère non plus ne savait pas à son âge.

J’ai bien aimé le parallèle que Geri dresse entre l’adolescente et la vie de ses parents à l’époque, surtout que ça aide vraiment à avancer son orientation, l’air de rien. Stella veut aider des gens ; sa mère travaillait dans le social, mais à aucun moment elle ne semble penser à elle ? Sans commentaire, à ce stade. Allez si : Stella est débile.

Malgré tout, elle prend le temps de comprendre son frère, qui lui en veut énormément. August se comporte en vrai collégien alors qu’il est supposé être au lycée : il est jaloux que sa sœur reste au ranch familial parce qu’il ne peut plus récupérer sa chambre. Il trouve qu’elle lui ruine toute son année rien que pour ça, alors que ce boulet la ruine tout seul à voir tout en négatif. Et même quand sa sœur fait un geste pour lui en lui permettant de conduire sa voiture pour s’entraîner, cet abruti trouve le moyen de caler alors qu’il crânait devant ses camarades de classe. Mec, si tu n’es pas sûr d’assurer, ne crane pas, ça se passera mieux.

De son côté, Liam est toujours dans le mal après avoir été enlevé. On peut le comprendre ; mais ça ne l’empêche pas d’être sacrément chiant pendant tout l’épisode. Il souhaite absolument l’aval de son frère dans tout ce qu’il fait et, surprise, Cordell n’en a rien à foutre. Même sa psy équestre semble n’en avoir rien à foutre de ce que lui raconte Liam. Alors qu’il est censé aller mieux grâce au cheval qu’il gère, Liam préfère en effet raconter tous les problèmes qu’il a avec son frère à l’entraîneuse. Pas sûr qu’elle soit passionnée : elle lui annonce en fin de séance qu’il va devoir aller voir d’autres collègues car son ranch est sur le point de fermer. C’est une manière comme une autre d’annoncer à ses clients qu’on ne les suivra plus, j’imagine.

Autrement, la série se souvient finalement qu’elle est censée être une série au moins un peu policière. Il était temps. Dans cet épisode, nous suivons donc la formation loin d’être conventionnelle de Trey. C’est un peu sans surprise que ce qui lui arrive devrait théoriquement être impossible : on ne devient pas ranger sur un coup de tête après avoir été coach sportif pendant un an au lycée du coin.

Les scénaristes se débrouillent comme ils peuvent pour justifier leur choix et pour expliquer que l’on va pouvoir suivre sa formation pour de bon Par contre, ça en fait de l’argent jeté par les fenêtres : Cordell, Cassie et James sont tous les trois à suivre la nouvelle recrue dans sa première enquête solo. C’est n’importe quoi à ce stade : quatre salaires pour arrêter de simples voleurs de chevaux prêts à se rendre à l’abattoir ? Difficile de ne pas être d’accord avec Cassie quand elle fait remarquer que c’est bien du temps de perdu.

Moi, j’y remarque surtout des ressources perdues, surtout quand on nous dit que le FBI est également sur le coup. Beaucoup d’agents, beaucoup d’argent, aucun résultat. Malgré cette réflexion qui est revenue comme un vrai refrain pendant tout l’épisode, je suis bien forcé de reconnaître qu’il y avait de bonnes idées dans l’épisode et que l’intrigue était plutôt plaisante à suivre. Elle était hyper prévisible et tous les gags de bizutage qu’ils font sur Trey étaient attendus à un point où je me demande comment il peut se faire avoir, mais au moins, ça faisait ENFIN une enquête.

La course poursuite en cheval ? Pas dingue comme scène d’action, les combats avec Micki me manquent toujours. Une saison qu’elle est partie et son aura est encore là : difficile de ne pas penser à elle quand on voit Trey prendre ce chemin professionnel. Je me demande si l’actrice reviendra un jour.

Quoiqu’il en soi, Trey finit donc l’épisode en devenant officiellement un ranger, après un petit discours de James pour faire durer le suspense… DEVANT le type qu’ils viennent d’arrêter. Et qui, d’ailleurs, n’est même pas encore officiellement arrêté puisque personne ne lui lit ses droits ? Et les criminels enfermés dans un camion là, ils n’ont pas trouvé le moyen de s’enfuir quand ils étaient sans surveillance ? Et Cassie, elle ne pouvait pas courir AVANT le départ du camion ? Bon. Il y a beaucoup à redire, vraiment, mais ce n’est pas grave, l’intrigue est arrivée à son terme quand même.

En plus, ça donne l’occasion à Cordell de se racheter auprès de Liam. Au lieu de l’envoyer bouler comme il le fait depuis l’épisode précédent, Cordell décide en effet, en fin d’épisode, de lui offrir des chevaux. D’une pierre, deux coups : Liam décide d’ouvrir sur le ranch Davidson un centre de thérapie équestre. Il met aussitôt Stella sur le coup : au moins, elle pourra faire quelque chose qui l’intéresse davantage que de servir des verres.

Enfin, Cordell se confronte enfin à ses démons passés. On va dire que grâce à ça, c’est comme si c’était un épisode d’Halloween ? Bon, non. Il avoue à Cassie qu’il est encore remué par son enlèvement et sans aller jusqu’à lui parler de ses flashbacks intempestifs (quand il voit le drapeau du Texas, maintenant, on n’est pas sorti de l’auberge !), il évoque son meilleur ami dans l’armée. Bien évidemment, Cordell Walker a un meilleur ami qui est mort, sinon ce ne serait pas drôle. Cassie l’accompagne chez la mère du meilleur ami, mais Cordell est incapable de se confronter pour de vrai à sa mère.

Il fait l’effort, mais botte en touche au dernier moment. J’imagine donc que cette intrigue n’est pas encore terminée. Dommage.


Walker – S03E03

Épisode 3 – Rubber Meets the Road – 10/20
C’est un cas typique de « be careful what you wish for » : j’ai regardé cet épisode parce que je n’avais pas le temps de rédiger une critique complète et que ça me paraissait facile de poser mon cerveau devant… mais je regrette franchement d’avoir posé mon cerveau à ce point. La série s’enferme grosso modo dans ce que je souhaitais voir arriver il y a deux épisodes, mais ce n’est pas brillant pour autant. Frustrant, surtout quand il n’y a pas vraiment d’intrigue en retour.

Spoilers

Petit flashforward de deux mois pour voir tout le monde se remettre (ou pas) de l’enlèvement de Cordell et Liam par… par qui au juste ?

Vraiment, le premier truc que j’ai à dire sur ce début de saison c’est que je n’ai toujours pas compris qui avait enlevé Cordell, mais l’entendre dire à Liam que désormais, des arrestations ont lieu dans tout l’Etat, ça m’a laissé bouche bée. Quel est le putain de lien ? La seule partie qui me rassure, c’est de voir passer d’autres commentaires de gens regardant la série et étant à peu près aussi paumé que moi avec ce début de saison.

Si on met de côté l’intrigue fil rouge qui a donc été saccagée et est désormais mise de côté à nouveau, je me rends compte que la rivalité avec les Davidson finit par manquer à la série. Ils m’ont beaucoup pris la tête l’an dernier, mais là, ils sont juste mis de côté et évacué de manière tellement rapide que ça en devient grossier. Alors certes, on se garde encore l’ado qui sort avec Stella et le père relou, sauf que ce n’était vraiment pas les personnages que je voulais garder le plus. Dan semble toutefois sur le point de se barrer pour aller aider Denise à ouvrir son propre cabinet, laissant donc le ranch à son fils. Pardon, mais c’est un ado, sérieusement…

Allez, commençons à entrer dans le vif du sujet : Stella n’a plus envie d’aller à la fac. Elle a passé une demi-saison à nous prendre la tête avec son envie d’y aller et de prendre son indépendance, mais finalement, l’indépendance, ça ne lui dit plus. Sans mauvais jeu de mots avec le spin-off (si), c’est à se demander si l’actrice ne s’est pas fait cast out par Katherine McNamara à ce stade.

Bref, Stella parvient dans cet épisode à dire son père qu’elle préfère rester, et moi ça m’a fait grogner de désespoir. Déjà, en début d’épisode, le discours de Cordell pour le diplôme de sa fille, c’était schématique, mais là, c’est vraiment désespérant de voir les scénaristes s’embarquer dans cette voie où elle va rester à vie dans le ranch familial. On aurait pu s’en débarrasser sans que ça ne soit un problème… Maintenant, elle va juste tourner en rond pour devenir ranger à son tour, et au secours, quoi.

C’est d’autant plus pénible à imaginer qu’elle est un boulet incroyable quand il s’agit de récupérer sa voiture. Personne n’a donc remarqué que sa voiture avait disparu depuis deux mois, parce que oui, elle a décidé de cacher qu’on lui avait volé sa bagnole, préférant mentir dans l’espoir de la retrouver. Allez savoir pourquoi, au bout de deux mois, les ados ont subitement une piste sérieuse pour retrouver la voiture.

Franchement, j’avais préféré oublier la médiocrité de cette scène après le deuxième épisode, alors j’étais gêné de voir qu’il fallait y revenir dans ce troisième volet. Stella, August et le copain de la rousse dont je ne retiens toujours pas le nom (Colton) sont donc sur l’enquête et ils finissent par retrouver la nouvelle propriétaire de la voiture.

Son but ? Un petit pimp up de la voiture, puisqu’elle fait désormais des courses avec. Cela n’a aucun sens : on dirait que c’est une pro de la course et que ça fait un moment qu’elle est dans ce délire-là avec ses frères, mais à aucun moment elle n’aurait pu prévoir en commençant à l’arnaquer que Stella aurait eu une telle voiture. Pire, elle n’était pas intéressée du tout par la caisse au départ.

Pire, on nous montre une Stella être capable de voler la voiture en connectant deux trois câbles ensemble avec Colton, parce que c’est bien connu que c’est super simple. PIRE, Stella se fait arrêter en cours de route par la voleuse et elle ne se fait pas tabasser immédiatement ? PIRE : Stella parvient à convaincre que ouin, ouin, il faut lui rendre sa voiture parce que c’est le rêve de son papa de l’emmener en roadtrip avec ????? PUTAIN, mais elle est face à des voleurs qui savent que le père est ranger, A QUEL MOMENT cette crise d’ado geignarde te motive à rendre la voiture ?

Vraiment, c’est désolant de nullité comme intrigue, mais c’est à peu près tout ce que je retiens de l’épisode désormais. Enfin, ça et Liam qui ironise sur le fait que le ranch est un lieu super sûr pour lui. Je reconnais que c’est à se demander pourquoi ils ont voulu le garder ? La mort d’Emily, Liam qui se prend une balle, Cordell qui se fait enlever ; les caméras l’an dernier… Eh, tirez un trait sur votre baraque, elle vous porte la poisse.

Ce pauvre Liam est désormais en gros choc post-traumatique après son enlèvement. Nous n’avons pas vu grand-chose de ce qui lui était arrivé, mais c’est sûr que c’est suffisant pour être bien affecté. Pas de Ben à l’horizon pour l’instant, ça aurait pourtant pu être intéressant de traiter l’état de Liam à travers sa relation amoureuse. Que nenni. On préfère montrer le contraste avec son frère.

Une fois n’est pas coutume, Cordell refuse de s’écouter ou de parler sentiments avec qui que ce soit. Il reprend donc une vie à peu près normale après deux mois de vacances, retournant au boulot et c’est tout. Tout le monde sait qu’il peut vriller à n’importe quel moment, tout le monde sait qu’il a été torturé, mais Cordell affirme que tout va bien alors tout va bien.

Même Cassie était plus lucide que ça à stresser de devoir de nouveau faire équipe avec Cordell. J’ai trouvé qu’elle était un vrai petit rayon de soleil dans cet épisode ; parce que bordel, moi non plus, je n’aurais pas envie d’avoir Cordell comme partenaire quand on voit tout ce qui lui arrive. Cela dit, Cassie n’ayant pas de bol avec ses partenaires, je ne suis pas sûr que j’aurais envie non plus d’être le partenaire de Cassie.

BREF, j’ai trouvé bien juste la scène où elle remet en cause Cordell et lui avoue qu’elle, elle ne va pas bien. Ce n’est pas suffisant pour que Cordell reconnaisse quoique ce soit, et pourtant, lui, il est toujours hanté par son passé et quelques flashbacks de l’armée. La saison va être longue, vraiment. Je me rends compte que l’épisode n’avait juste pas d’intrigue, une fois de plus…


Walker – S03E02

Épisode 2 – Sittin’ on a Rainbow – 14/20
Franchement, c’est un peu mieux avec ce second épisode qui privilégie l’action aux scènes insupportables avec des personnages débiles. Oh, cela ne veut pas dire qu’il n’y en a pas, parce que si, bien sûr que si, des personnages sont débiles, mais que ça passe mieux car c’est enrobé d’action. Tous n’ont pas de temps d’écran, également, parce qu’on se concentre sur l’essentiel. Après, l’essentiel aurait pu être de donner une vraie intrigue fil rouge à cette saison, ou au moins de donner des pistes de ce qui va nous attendre en saison 3. Ce n’est malheureusement pas le cas… mais bon, il ne faut pas trop en demander avec ce reboot.

Spoilers

Tout le monde se met à la recherche de Liam – bon, en continuant de se demander où est Cordell.

En cherchant des photos récentes de son fils, tout ce que trouve Abby sont des photos datant d’il y a deux ans ou de ses années à l’armée. C’est du grand n’importe quoi, tout de même. Je sais bien qu’on est à l’époque des réseaux sociaux et du numérique, mais quitte à imprimer des photos, tu peux au moins en imprimer de temps à autres des récentes, non ?

Je sais, c’est étonnant comme début de critique express, mais ça m’a tellement fait rire qu’il fallait que j’en parle avant de me lancer dans la critique de l’épisode pour ce qu’il était. Contre toute attente, c’est Ben qui donne l’alerte de la disparition de Liam en premier. Il appelle sa sœur pour la prévenir, et franchement, je l’ai trouvé trop mignon de s’inquiéter comme ça. Cassie, qui reçoit son appel, prévient aussitôt James, et ça donne des scènes de panique assez sympathiques, en vrai. Ce n’est pas si crédible de ne pas les voir s’effondrer ou flipper vraiment, mais bon, ils préviennent rapidement la famille – ou en tout cas les rangers.

La famille l’est aussi, apparemment, mais ça se fait hors écran. Abby continue d’être insupportable de désespoir comme ça, alors que Stella se pointe dans le bâtiment des rangers, espérant bien pouvoir faire quelque chose pour eux. C’est un peu ce qu’August lui reprochait dans l’épisode précédent : elle veut trop jouer les héroïnes. James n’en veut pas comme ranger, évidemment, alors il la laisse à un bureau pour répondre au téléphone.

Ce n’est pas la meilleure de ses idées, car il ne la surveille pas du tout. Ainsi, Stella se retrouve complètement manipulée par une nana qui lui demande une rançon en échange d’informations sur Cordell, qu’elle jure avoir vu. C’était à mourir de rire comme intrigue : elle se fait avoir comme une bleue et elle emmène August avec elle. Du coup, August se fait tabasser pour les beaux yeux de sa sœur, qui perd sa voiture au passage. Sans la moindre raison valable. La suite au prochain épisode, on a hâte, n’est-ce pas ?

En parallèle, l’enquête pour retrouver Cordell et Liam continue, un peu en vain au départ. Sans trop de surprise, Cassie continue d’être bornée et de vouloir parler à Miles. James lui refuse ce droit, voulant respecter les voies hiérarchiques pour cela. En définitive, Cassie utilise son frère comme assistant pour s’introduire illégalement dans un complexe où Miles passe du bon temps sous protection.

Elle a eu raison de le faire : en demandant des informations supplémentaires parce qu’elle a repéré que les méchants avaient utilisés une plaque illégale venant de la couverture de Miles, elle apprend l’existence de Julia. C’est une excellente chose : nous savons que c’est enfin une bonne piste. Assez rapidement, James et Cassie débarquent donc chez la Julia en question et trouvent un prospectus parlant d’un ancien hôpital psychiatrique. Yay, c’est là que se trouvent Cordell et Liam.

Pendant ce temps, Cordell découvre donc que son petit frère est désormais son co-détenu. Il est gardé dans la même cage, ce qui me semble être une erreur de débutant assez importante de la part des méchants là. Ils peuvent en effet communiquer et donc mettre au point un plan d’évasion. Avant ça, Liam est quand même un peu torturé pour le fun alors que Cordell est emmené dans une autre pièce pour que les négociations reprennent, en vain.

Cordell refuse de parler et de donner la moindre information, mais il en glane une importante quand il repère la marque de boisson énergisante qu’on veut lui servir. Dans l’épisode précédent, je disais que j’étais prêt à une intrigue en flashback, et cet épisode me le fait regretter assez vite en nous proposant une intrigue en 2004, en Afghanistan. On ne va pas se mentir : j’avais vu un tweet hier qui m’avait spoilé l’existence de ce flashback, mais bon, ça ne m’a pas fait plaisir pour autant.

La canette de boisson énergisée est donc de la même marque que celui du supérieur de Cordell à l’armée. Je ne vois pas bien l’intérêt de cette intrigue – surtout que ce n’est pas explicité – mais grosso modo, ceux qui enlèvent Cordell sont liés à sa période dans l’armée et semblent avoir récupéré des caisses avec un logo désignant des produits radioactifs.

Quand Liam et Cordell parviennent à s’enfuir, en faisant équipe et en utilisant le truc vu et revu du prisonnier inconscient qui ne va pas bien, Cordell souhaite donc prendre le temps de jouer les héros. Il va d’abord libérer Julia, dans les sous-sols de l’hôpital (et c’est bien connu, un hôpital désaffecté, c’est très petit, donc il la retrouve super vite) avant de vouloir jouer les héros. Il libère Liam et Julia en les menant vers la sortie, avant de rebrousser chemin pour s’occuper des éléments radioactifs.

Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier alu. Tout est bien qui finit bien : Liam et Julia sont sauvés in extremis des ravisseurs par James et Cassie qui arrivent à temps, Cordell parvient à se débarrasser des déchets radioactifs en les menant en radiologie et le grand méchant dégoupille une grenade juste avant de faire sauter une bonne partie de l’hôpital.

Malgré tout, ça se termine bien : Cordell sort des fumées de l’hôpital indemne, Liam oublie sa douleur aux côtes dans la panique et les deux frères peuvent partir ensemble pour aller voir la famille. C’est plus important que d’aller à l’hôpital apparemment. Bref. C’est un peu décevant que cette intrigue se termine déjà.

En plus, ça ne laisse plus tellement de fil rouge pour le reste de la saison. C’était vraiment un double épisode avec une histoire complète, donc je suis content de les avoir vus en même temps, mais je me demande ce que le reste de la saison 3 donnera. En plus, après deux épisodes, je n’ai toujours pas compris exactement ce que voulaient les ravisseurs ? Genre, ils ont questionné Cordell, d’accord, mais sur quoi exactement ? J’ai l’impression d’avoir raté des choses, mais pourtant non ?