Walker – S02E11 (express)

Épisode 11 – Boundaries – 12/20
Pas si dingue cet épisode, alors que je l’attendais au tournant après l’introduction de Cassie la semaine dernière. Finalement, le choix qui est fait ici est de développer le fil rouge de la saison, mais ça termine en une querelle qui manque sacrément de crédibilité malgré toutes les justifications que tentent de se donner les scénaristes. Dommage.

Spoilers

Cordell étant enfin heureux en amour, il est temps que ça pète dans les disputes entre voisins.

Ah, mais voilà, ce résumé de l’épisode en une phrase que je viens d’écrire me fait comprendre ce qui m’a vraiment posé problème : c’est un épisode qui semble tout droit sorti d’un mauvais soap ? Franchement, c’est ridicule cette histoire, non ?

On nous l’avait teasé la semaine dernière : les disputes entre voisins se déplacent et se fondent à présent sur un tout nouveau problème, celui du terrain occupé par les Walker alors qu’il appartiendrait aux Davidson. On sent tout au long de l’épisode que ça couve et que ça va leur exploser à la gueule, mais quand ça le fait, ça semble encore surprendre tout le monde. Cinq ou six épisodes après avoir trouvé la lanterne Walker dans la grange Davidson, August se fait enfin engueuler par son grand-père qui découvre la vérité et semble cacher plus d’informations que ce qu’il voulait bien nous dire jusque-là.

En effet, à coup de flashback et de feuille de papier représentant des contrats vieux de plusieurs décennies, le grand-père révèle qu’il était au courant des problèmes de propriété de son ranch. Cela nous explique probablement pourquoi il était si prêt à le vendre : il ne lui a jamais appartenu officiellement. Les Walker sont donc sur des terres empruntées et jamais rendues, et ça provoque des problèmes quand les Davidson finissent par s’en rendre compte grâce aux recherches de Liam dont la DA est prévenue, allez savoir pourquoi.

Elle, elle m’a posé des problèmes dans cet épisode. On ne sait jamais trop dans quel camp elle est, et là, ça devient ridicule : elle dégage son mari en début d’épisode après avoir compris son implication et son meurtre, mais elle le recueille quand il est bourré comme si de rien n’était ; elle est plutôt une voix de la raison depuis son arrivée dans la série, mais elle est prête à… parier sa maison sur une course de chevaux ? Alors qu’elle n’a pas de cheval ? Allô ?

Je n’ai pas hâte de voir l’épisode de la semaine prochaine qui se concentrera probablement sur cette course digne d’un mauvais far west. Il me semble qu’en 2022, il est possible d’écrire des scénarios un peu plus intéressants que ça, parce que là, ils trouveront de toute manière un twist : ils ne vont pas virer les Davidson de la série ou les Walker de chez eux, et jamais personne n’accepterait de jouer tous les biens de sa vie sur une course de chevaux ?

Je veux dire, qu’ils trouvent un arrangement financier à l’amiable ? Les Walker ont clairement une dette à payer pour racheter la terre, et puis basta ensuite ? C’est trop bizarre ce qu’ils font là, sérieux. Et personne ne le ferait dans la vraie vie. Qu’importe, c’est la situation que nous avons à présent, il faut s’y faire.

Pour le reste des intrigues, eh bien, ce n’est pas beaucoup plus fameux : j’ai éclaté de rire de voir Stella comprendre qu’elle était en train de foutre un râteau à son pote et prétendant de toujours. C’était sacrément mal géré. Après, elle a de qui tenir la pauvre : le Cordell n’est pas beaucoup plus malin. Le matin, il convient d’un safe word avec Geraldine au cas où leur relation irait trop vite et mettrait mal à l’aise l’un d’entre eux, l’après-midi, il lui propose de faire un dîner avec toute sa famille pour annoncer qu’ils sont en couple. MDR.

Déjà, tout le monde le sait bien parce que ça se voit, et ensuite, t’as couché une fois avec ta pote, il faut peut-être se calmer dans les annonces officielles ? Evidemment qu’elle a peur et refuse… Si on en était resté là, ça irait, mais non : il a fallu que les scénaristes jugent bon d’insister sur cette idée et de nous montrer Gerry changer d’avis et se rendre au ranch pour le fameux repas.

Finalement, l’annonce officielle n’est pas faite puisqu’elle se retrouve embarquée sans grande vraisemblance dans les histoires de famille… mais bon, le simple fait qu’ils y pensent, ça n’a pas tellement de sens. Bref, c’est comme ça, c’est fait, on ne va rien dire. Geraldine est une Walker désormais, et elle a l’une des clés de la saison puisqu’elle voit le grand-père partir avec la lanterne et une pelle en fin d’épisode. Quelques secrets restent à déterrer de toute évidence.

En parlant de secret, on note qu’il y a donc un Davidson dans la nature suite à un accouchement dont l’enfant n’est pas mort-né comme tout le monde le pensait (à l’exception de Marv, mort, et d’Abby, qui me soule à nouveau). Et Cassie dans tout ça ? Elle peine à trouver sa place, comme Tray, mais elle croise la DA… Pas fameux. Ils auraient pu lui donner un vrai épisode avant de la réduire à la nana qui fait de l’escalade et s’occupe des types bourrés – il le jouait mieux plus jeune ce type d’intrigue l’acteur, d’ailleurs.


Walker – S02E10 (express)

Épisode 10 – Nudge – 16/20
Voilà un épisode qui me plaît beaucoup pour ce qu’il réussit à mettre en place très rapidement. Je ne m’attendais pas du tout à aimer autant. C’est très cliché, mais ça m’a malgré tout pris par surprise et ça permet de relancer la saison vers de nouveaux horizons. Il était temps que ça arrive, même si le fil rouge est encore un peu trop négligé à mon goût.

Spoilers

Cordell mène l’enquête sur un usurpateur d’identité qui va le faire croiser la route d’une certaine Cassie.

Vous voyez un éléphant dans un magasin de porcelaine ? Il est probablement plus délicat que les scénaristes de la série avec cet épisode qui nous introduit évidemment une remplaçante au personnage de Micki. Il était probablement temps que ça se fasse : on a eu le temps de se faire à son absence, mais on sent bien qu’il manque encore quelque chose à la dynamique globale pour que ça redevienne intéressant. Et moi qui m’était dit que j’allais probablement détester sa remplaçante… eh bien, j’ai beaucoup aimé !

Dès le début de l’épisode, on nous dit évidemment que Cordell se sent seul, même si ça sort de nulle part, et on sent bien vers quoi on se dirige. Cependant, je m’attendais vraiment à ce qu’on lui propose de faire équipe avec une personne avant qu’il ne tombe sur la remplaçante de Micki. Et pourtant, après cet épisode, je n’ai aucun doute : j’ai envie que Cassie soit là pour rester ; et pour rester longtemps, en plus.

Le personnage amène des idées intéressantes pour la série : elle a un partenaire qui a disparu, ce qui est exactement ce dont nous avons besoin pour la série, car ça ajoute une dimension en fil rouge. Cela devrait être réglé d’ici la fin de saison, mais en attendant, le mystère demeure à la fin de l’épisode et est prenant. J’aime particulièrement l’idée que ça reviendra au moment où on ne s’y attendra plus et que le personnage de Cassie ne sera par conséquent pas tout à fait plat.

Ce mystère restera quelque chose qui fait qu’elle risque de claquer entre les doigts de Cordell à tout moment, et c’est très bien comme ça. Ceci étant dit, son introduction est donc particulièrement lourde : elle prend Cordell pour un criminel et le fait entrer dans le coffre d’une voiture volée, ce qui n’a pas beaucoup de sens pour une ranger en arrêt, mais bon. Chapeau bas à Jared qui arrive à rentrer dans le coffre d’une voiture malgré sa taille – ça m’a fait rire.

Le choix qui est fait est donc de nous montrer deux personnages qui se tapent sur les nerfs, mais qui vont faire équipe bien malgré eux pour résoudre efficacement une enquête. Comme le précise James en fin d’épisode, il est évident qu’ils sont faits pour travailler ensemble dès qu’elle l’électrocute un coup, mais ce n’est évident que pour les personnages d’une série et pour nous téléspectateurs. Dans la vraie vie, ce serait terrifiant de voir une équipe comme celle-ci mener une enquête.

Bref, je me perds totalement dans cette critique, mais la dynamique entre eux a réussi à me plaire jusqu’au bout de l’épisode. Pourtant, Dieu sait que ça n’a aucun sens de voir Cassie débarquer au ranch pour se renseigner sur le partenaire dont elle ne veut théoriquement pas. Au moins, elle s’impose encore plus vite dans la série et la famille Walker que ne l’avait fait Micki comme ça.

Il en va de même pour sa manière de s’imposer dans la vie de son nouveau partenaire, d’ailleurs. Les scénaristes profitent en effet de son arrivée pour faire avancer ENFIN l’intrigue avec Geri. Bien sûr, je ne fais toujours pas confiance à 100% à celle-ci, même si bon, depuis le temps, je devrais m’y faire et me dire que j’ai tort. En attendant, Cordell lui fait bien confiance lui, et il a fort envie de faire un bout de chemin avec elle. Cela tombe bien : elle est enfin prête à avancer dans son deuil d’après ce qu’elle dit à son groupe de paroles ; et lui, il est sur le point de commencer un nouveau chapitre de sa vie. Le fait que Geri et Cassie se rencontrent brièvement dans l’épisode permet de diluer tout de suite un possible triangle amoureux qui serait chiant à mourir (et j’espère qu’ils ne s’aventureront jamais sur cette piste) et offre une voie royale à Cassie pour dire à Cordell d’assumer enfin ses sentiments pour Geri.

C’est ainsi que dans la dernière scène de l’épisode les deux personnages s’embrassent à pleine bouche, yeah. Par contre, soyons honnêtes, ce cliffhanger n’a pas beaucoup de logique du côté du montage : c’était super étrange d’avoir cette dernière scène juste après ce qui semblait être le vrai cliffhanger de l’épisode. En effet, on nous vend une histoire super chiante de terrain occupé probablement illégalement par les Walker. Voilà donc la discorde familiale qui avait probablement éclaté il y a quelques années et qui avait mené au meurtre dont on nous rabâche l’existence à chaque épisode.

Après, je ne vais pas mentir non plus sur le fait que j’ai aimé Abby dans l’épisode pour une fois. C’est peut-être parce qu’elle est remise à sa place pour une fois qu’elle était plus appréciable. Et en même temps, les scénaristes trouvent encore un moyen de la glorifier quand elle agit soi-disant en enquêtrice en dévoilant l’identité de Cassie. Y a zéro difficulté à deviner que la nana mène son enquête sur Cordell sérieusement.

Bon, bref, je pars trop sur le négatif, ça y est ; mais l’épisode était vraiment plus divertissant que ce à quoi je m’attendais et j’aime déjà beaucoup le personnage de Cassie. Un plaisir !


Walker – S02E09 (express)

Épisode 9 – Sucker punch – 14/20
Petit sursaut dans la série qui prend enfin le temps d’avancer sur ses fils rouges cette semaine. Cela fait du bien et ça donne un épisode qui fonctionne plutôt bien, même s’il ne casse pas trois pattes à un canard non plus. On reste sur un rythme de croisière, mais on voit qu’on se dirige vraiment vers quelque part cette fois.

Spoilers

Liam se retrouve avec un client inattendu.

Je ne pensais pas l’écrire un jour, mais je regrette la mort de Serrano ? La série nous montrait enfin ce que ça donnait pour elle d’avoir un grand méchant à craindre, et c’était plutôt savoureux avec cet épisode ! Il débute en effet par le retour de James au boulot, zappé par Cordell qui préfère assister à une audience concernant le destin de son ennemi mortel. Et paf, Serrano est relâché sur un pseudo-vice de forme. C’est très gros comme idée, mais ça fonctionne bien.

En effet, ça permet d’en arriver à un certain nombre de scènes plutôt savoureuses où Cordell est confronté à son ennemi. Bien sûr, ça n’est pas convaincant de voir le Texas Ranger se confronter à lui au restaurant et se faire menacer comme ça, mais ce n’est pas grave, la rivalité apportait du bon. Par conséquent, je me retrouve déçu que ce suspense soit si vite oublié et zappé par la mort de Serrano en fin d’épisode. Celle-ci était bien jouée et apportait une vraie surprise à l’épisode, au moins, car je ne pensais pas qu’on s’en débarrasserait si vite. La course-poursuite était sympa en elle-même, sa conclusion vraiment prenante. Et puis, l’acteur s’en tire bien pour éviter de nous faire une Cotillard.

Ceci étant dit, il faut bien reconnaître que c’est savoureux : Cordell va forcément se retrouver au cœur d’une enquête sur la mort de ce méchant, surtout que la fin d’épisode nous montre également Denise découvrant un nouveau bout de vérité sur l’incendie de sa grange. Contre toute attente, cela ne vient pas d’August d’ailleurs. Après s’être trainé un bras en attèle depuis quelques épisodes et avoir bavé sur la torche retrouvée, voilà donc qu’August est relégué à l’intrigue adolescente du jour où il monte un groupe à l’improviste parce que ça fait bien devant les filles. Oh bordel.

Je n’apprécie toujours pas Geri, du coup, parce qu’elle laisse faire ça et l’encourage même. J’ai aussi un peu de peine pour le personnage, parce qu’il monte tout de même un groupe pour que ses deux potes mecs puissent mener un combat de coq afin de séduire Stella. Etait-ce vraiment nécessaire ? Vivement qu’elle se barre à la fac, croyez-moi ! Je ne sais pas trop ce qu’on est censé penser de cette intrigue.

J’imagine que le but est de diviser les personnes qui regardent avec ce triangle amoureux tout pété, mais la vérité, c’est que ça ne m’intéresse pas du tout de savoir à qui Stella accordera ses faveurs : ces intrigues adolescentes continuent de sembler en trop dans une série qui traite pourtant d’affaires criminelles. Je ne sais pas : ça casse le format procédural pour explorer la vie perso de Cordell, donc ça devrait me plaire car c’est souvent ce que je reproche aux séries procédurales… mais ça le fait de manière tellement convenue et peu prenante que, bon, finalement, on s’en passerait.

Dans tout ça, on ne voit plus les (grands) parents Walker ces derniers temps. Je me demande si les scénaristes ont pris conscience qu’ils ne savaient pas quoi faire de ces personnages ! La bonne nouvelle, c’est qu’ils ont au moins pris la peine de trouver un rôle à Liam cette année. Rien n’est perdu.

En effet, une dernière intrigue voyait donc Liam recevoir la visite inattendue de Dan. C’est de loin la meilleure partie de l’épisode, et celle qui m’a paru le plus intéressante. Dan se sent menacé de savoir Serrano en liberté, et il a bien raison : sa vie est évidemment en danger puisqu’il a une vidéo montrant le grand-méchant avouer ses crimes vis-à-vis de Cordell. Menacé, Dan se réfugie auprès du seul avocat qu’il connaît et peu contacter sans crainte que sa femme n’apprenne la vérité sur lui.

C’est tout de même abusé, non ? Genre, il connaît forcément d’autres avocats que celui qui a essayé de le faire tomber il y a à peine deux épisodes ! Toutefois, c’est efficace comme twist et j’ai aimé voir Liam être tiraillé entre ses convictions et sa profession. J’aime également la scène finale de cette intrigue, où Liam révèle qu’il n’est pas si bête qu’il en a l’air. C’était une vraie surprise me concernant, parce que ça n’a pas toujours été le cas. Cette réplique où il accuse de meurtre Dan et lui explique qu’il n’est pas sûr d’avoir une dette envers lui pour sa vie est juste géniale. 

Espérons que ça mènera encore à de grandes choses pour la suite, parce que j’ai du mal à voir la direction que ça va prendre maintenant que Denise se méfie de Dan ET qu’elle va vouloir se venger de Cordell également. Sachant que c’est Cordell qui lui a fait prendre conscience qu’il fallait se méfier de Dan (j’ai beaucoup aimé sa déduction par rapport aux réactions de Liam… mais abusé de le voir partir en intervention sans plus de raison que ça), ça promet de bonnes choses et un conflit interne intéressant à suivre. Le problème, c’est qu’on ne connaît encore que peu Denise, et ça risque de paraître forcé d’aller dans une nouvelle direction.

Ah, et sinon, pas de news d’une éventuelle remplaçante pour Micki. Tant mieux ? C’était de toute manière déséquilibré depuis un moment dans cette série.


Walker – S02E08 (express)

Épisode 8 – Two Points For Honesty – 12/20
J’y ai cru, mais on reste sur les mêmes schémas avec cet épisode qui tourne un peu trop en rond à mon goût et commence seulement à s’apercevoir du manque à combler après le départ de son meilleur personnage. Bon, d’accord, c’est subjectif, mais après tout j’écris des critiques avec mon avis, donc c’est bien normal.

Spoilers

James était laissé pour mort à la fin de l’épisode précédent, mais c’était sans compter sur Trey.

Je ne vais pas mentir : j’ai pensé pendant une grosse partie de l’épisode que les scénaristes allaient avoir plus de courage que ce qu’ils n’ont véritablement. Pour moi, il était évident que le capitaine James allait y passer au cours de l’épisode, surtout au moment de sa rechute. C’était un joli chant du cygne qu’il nous faisait là : il remettait son badge de chef à un Cordell bien incapable de gérer une équipe en lui faisant tout un tas de compliments et ça aurait été une intrigue sympathique de voir le personnage refiler l’insigne à quelqu’un d’autre pour aussitôt le regretter.

Ce n’est finalement pas la piste retenue par les scénaristes qui se contentent de nous expliquer que finalement James va très bien en fin d’épisode. Il peut ainsi reprendre du service, même s’il n’a jamais vraiment arrêté, bossant même depuis son lit d’hôpital. Cette vision du travail dans les séries américaines, c’est toujours quelque chose, quand même. Pourtant, James avait son ex-femme de retour dans sa vie pour tenter de le freiner.

Il y a deux scènes que j’ai particulièrement apprécié dans l’épisode, et je les ai déjà évoquées partiellement ici. La première concerne Cordell comprenant qu’il n’est pas fait du tout pour gérer l’ensemble des rangers. Je trouve ça bien de nous montrer que le personnage n’est pas encore prêt à prendre du gallon et j’ai également eu l’impression que c’était fait de manière intelligente : les scénaristes ont vu une opportunité et ont réussi à s’en saisir. Tant mieux. 

La deuxième scène cool fut étonnamment celle du cœur ouvert entre James et son ex-femme. James n’est pourtant pas un personnage auquel je suis particulièrement attaché, parce que je le trouve assez fade après une saison et demi. Et pourtant, cette scène où sa femme lui explique pourquoi elle a pris ses distances quand elle a compris qu’elle devenait invisible à ses yeux à lui, préférant le travail… je ne sais pas, ça a résonné, j’ai trouvé que c’était une bonne écriture de personnage. C’est hyper convenu, mais ça fonctionnait.

Et c’est tant mieux : on avait besoin de scènes qui fonctionnent dans cet épisode, parce qu’une fois de plus, les parents de Cordell sont trop aux abonnés absents et l’intrigue en fil rouge prend tout son temps à avancer. Bien sûr, le cliffhanger de l’épisode est censé nous donner envie de continuer pour le prochain épisode avec une menace en l’air qui finira par être portée à exécution, mais pour l’instant, les scénaristes ont trouvé une nouvelle manière de retarder l’inévitable. On en est à quoi ? Trois épisodes qui retardent l’avancée de cette intrigue ?

Je ne sais pas si c’est que je deviens impatient en vieillissant ou si c’est juste que la série tourne trop autour du pot – ou plutôt de la grange des Davidson. On sait qu’il y a quelque chose à savoir, faites nous votre épisode flashbacks et révélations, il est temps ! Franchement, quand ça finira par arriver, je suis sûr que ce sera décevant après autant d’attente. Pourtant, c’est un schéma assez classique de fil rouge pour une longue saison, et surtout pour un procédural, alors je devrais être habitué… mais cette saison, cette manière de ne pas avancer me frustre. 

En plus, on a perdu Micki et ça n’arrange rien. Son absence se fait plus ressentir que jamais dans cet épisode. Je me suis demandé si la ranger qui intervenait devant chez Tray avait pour vocation de remplacer à terme Micki. On la voit à plusieurs reprises dans l’épisode et elle a quand même tout ce qu’il faut pour remplir les conditions, le côté un peu inexpérimenté en plus. Je crois que je ne suis pas contre l’idée.

En attendant, les scénaristes ont tenté de justifier une fois de plus l’existence des adolescents dans cette série. C’est le dernier gros point noir de l’épisode : August et Stella ne servent vraiment pas à grand-chose et je n’ai pas accroché un seul instant à cette scène d’attente à l’hôpital. Purée, le rire forcé de Stella m’a profondément agacé, en fait, maintenant que j’y repense. J’ai vu l’épisode il y a trois jours et j’en suis encore là au moment d’écrire ces lignes, ça dit tout de même quelque chose sur le jeu de cette actrice…

Voilà donc pour la critique express de cet épisode. Comme je viens juste de l’écrire, j’ai vu l’épisode dès vendredi matin, mais je n’ai pas pris le temps durant le week-end d’en rédiger la critique. Il ne m’a pas franchement marqué et c’était franchement un épisode gap-filler à partir du moment où il est devenu évident qu’ils n’oseraient pas tuer James si peu de temps après le départ de Micki. C’était pourtant le seul moyen de proposer quelque chose de vraiment surprenant ici.