Mes dix heures sans électricité

Salut les sériephiles,

Image result for another period night
Je suis retourné un ou deux siècles en arrière vendredi dernier !

Hier, mon article était quelque peu bâclé suite à une catastrophe inattendue en 2018 : une panne d’électricité prolongée, qui aura finalement duré un peu plus de dix heures. Et croyez-moi, dix heures c’est long. Fort de cette expérience de survie inédite qui vaudrait bien la création d’une télé-réalité, j’ai décalé à mardi mon article prévu aujourd’hui pour vous en parler plus longuement, parce que quand même c’est improbable. Et aussi parce que je n’avais que ça à faire que de lister les points négatifs et les points positifs de cette expérience pendant que je la vivais.

On ne va pas se mentir, dix heures ce n’est pas grand-chose et on peut tous y survivre, hein… mais ce qui n’était pas évident était d’avoir des électriciens qui nous disait « euh on ne sait pas d’où vient la panne » et de ne pas savoir combien de temps ça durerait. Le suspense ! Bon, ça, et le fait que bien évidemment ça te tombe dessus par surprise, donc avec zéro préparatif pour gérer la coupure.

Image result for once upon a time curse
Quand la nuit est tombée et qu’il n’y avait toujours pas d’électricité.

Les points négatifs

  • L’impression de ne rien pouvoir faire. Et encore, ça tombait bien : l’électricité s’est coupée entre le moment où j’ai pris le ketchup dans le frigo et le moment où je me suis assis à table, après m’être fait à manger à des heures peu avouables. N’empêche, il y a tout un tas de choses que tu as envie de faire, y compris des choses que tu n’aurais pas fait si tu avais eu de l’électricité, genre : regarder la télé, faire de la grande cuisine, passer l’aspirateur, etc. Forcément, comme tu t’ennuies plus vite, tu te motives soudainement à tout faire, mais tu ne peux pas le faire. La frustration est totale. Dans le même genre, on se rend aussi compte des gestes machinaux devenus inutiles du type allumer un interrupteur ou décrocher le téléphone…
  • Prendre encore plus de retard dans mes séries. C’est bien simple, je devais voir Grey’s Anatomy et deux épisodes de Scandal, grand minimum, pour rattraper enfin les choses et espérer commencer The Punisher ce week-end. Résultat des courses, je n’ai rien vu de tout ça, ni Once Upon a Time
  • Devoir refaire tout son emploi du temps. Déjà, on devait avoir une invitée qui a, bizarrement, préféré ne pas venir quand elle a appris qu’il n’y avait pas de chauffage, ni de lumière, ni de quoi charger son portable, ni… Bizarre, bizarre. On a décalé de 24h, et c’est pour ça que je n’ai rien pu voir hier soir alors que ce devait être une grosse soirée séries.
  • Galérer à organiser sa vie sociale. Je devais bien évidemment organiser ma sortie d’hier après-midi aussi, et en bons spécialistes du dernier moment, nous n’avions que vaguement fixé les choses. J’ai donc demandé à Pauline (oui, celle qui vous parlait de Ms Marvel la semaine dernière) de gérer ça un peu toute seule et prié fort avoir le retour de l’électricité et de la batterie de portable avant le lendemain. Le vendredi soir est aussi le moment où j’ai généralement de longues conversations sur diverses applications, mais il a fallu faire sans moi pour cette semaine !
Image result for grey's anatomy candle
Non, sérieux, c’est déjà tellement galère d’allumer quatre bougies et s’assurer que rien ne s’éteigne, respect Meredith !

Les points positifs

  • Avancer dans ma PAL. Si vous suivez un peu la blogosphère vous savez déjà que la PAL, c’est la Pile (de livres) À Lire qui nous attend sagement. Je n’en ai pas vraiment une, mais il y a deux listes constantes dans ma vie : les livres que je viens d’avoir à lire rapidement ET ceux que je veux lire un jour dans ma vie. La liste est loin d’être définitive ou écrite, car c’est un concept qui me tuerait d’avance sur place. Il n’empêche qu’en dix heures, j’ai eu le temps de lire les comics Mosaic, Dollhouse et Kill or Be Killed, tous reçus pour mon anniversaire (merci ma sœur, Ludo et Gaelle). J’ai enchaîné sur une relecture de l’Éducation sentimentale, histoire de travailler aussi.
  • Manger des pizzas. Ne pas avoir d’électricité, c’est une très bonne excuse pour aller commander à l’extérieur ce qu’on allait manger. Bon, on avait totalement de quoi faire puisqu’on a aussi des plaques gaz, mais aucun de nous n’avait envie de cuisiner dans le noir – et passer la commande sans téléphone ni WiFi, c’est compliqué, aussi.
  • Sortir les jeux de société. Parce qu’une fois la nuit tombée, il n’y a plus grand-chose à faire. On notera aussi le chocolat chaud à la casserole – parce que c’est quand même meilleur qu’au micro-ondes… mais c’est aussi plus risqué, et ça demande plus de surveillance parce que personne ne veut avoir à gérer une casserole de lait qui bout ; surtout dans le noir complet.
  • Rallumer la cheminée et lire à la bougie. Oui, je le mets dans les points positifs, parce que c’est finalement une ambiance à part de lire à la bougie. Cela m’a mis dans l’ambiance de Kill or Be Killed et avait un charme littéraire pour Flaubert. En revanche, vous n’avez pas idée comme le papier glacé c’est chiant avec une bougie – et à quel point une flamme ça vacille. J’ai lu bien plus lentement que d’habitude. Quant à la cheminée, j’ai énormément de chance d’être dans une maison, quand même.

Image result for tv show love

Je termine en remerciant bien fort les électriciens qui ont bossé non-stop de 16h à 1h30 pour rétablir le courant – la panne touchait une quinzaine de maisons. Vous n’avez pas idée comme c’est frustrant de voir la rue d’en face avec des lumières, et les lampadaires de la rue qui s’allument, alors que vous, vous êtes plongés dans le noir.

Autant, j’ai de quoi survivre sans internet avec tous mes DVDs à voir, autant sans électricité… Je n’avais jamais envisagé cette situation avant, mais c’est à se prévoir quelques bouquins d’avance volontairement. Et même si ça paraît une évidence, croyez-moi, on n’a pas conscience à quel point on utilise l’électricité en permanence.

D’ailleurs, j’ai aussi « triché » pendant ces 10h, car mon ordinateur était plutôt bien chargé ; j’ai donc écrit mon article d’hier pendant que la nuit tombait, puis utilisé la fin de ma batterie d’ordinateur pour charger un minimum vital de batterie sur mon portable (pour organiser l’après-midi d’hier et… me plaindre dans ma story snapchat), sans taper dans ma batterie de secours dont j’avais besoin pour aller à Paris hier. Bref, je ne peux pas tout à fait me passer d’électricité, mais je me soigne (ou pas).

Image result for tv show millenials
Je plaide coupable.

En revanche, je me dis que ça vaudrait le coup de dégager plus de temps loin d’internet, parce que c’était plus cool de rattraper toutes les lectures que je voulais faire depuis un mois ! Et ça, rien n’empêche de me l’imposer… Par contre, me passer d’électricité, bof : c’est cool d’avoir du chauffage (et encore, c’est arrivé un jour de soleil alors qu’hier il a NEIGÉ toute la journée !) et de faire la cuisine deux fois plus vite avec de la lumière et de l’électricité.

Voilà, c’est tout ce que j’ai tiré de mon expérience de survie dans le noir complet – l’électricité est revenue dix minutes après l’extinction de ma lampe torche une fois dans la chambre au-dessus de la cheminée ; et j’ai eu la flemme de retourner dans la mienne, donc j’ai passé une mauvaise nuit pour achever tout ça (moins bon matelas, pas de volet, plus de bruit). Et si jamais ça devait vous arriver un jour, mon conseil serait…

Image result for fear the walking dead nick running
FUYEEEEEEEEZ

30 commentaires sur « Mes dix heures sans électricité »

  1. C’est quand on a des coupures d’électricité qu’on se rend compte que finalement on en a besoin pour pratiquement tout. En janvier 2009 j’ai eu 5 jours sans après une grosse tempête et ça a été pénible (surtout les 12 degrés dans la chambre). Mais heureusement j’avais une cuisinière à gaz et je pouvais manger, je pouvais recharger mon tél avec ma voiture et surtout j’ai une radio à piles que je garde précieusement pour ça. Ça a sauvé mon moral, tout comme la frontale pour lire Twilight à ce moment-là aussi ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Quand le système D est au point, ça fait presque de bons souvenirs finalement, mais 12 degrés, ah glagla. Déjà que je tombe malade quand je suis à 18/19, alors que c’est la température recommandée 🙈

      J'aime

  2. Que 10h sans électricité ? Pff, amateur ! J’ai passé plus de 24h, presque 48h même, sans courant. Deux fois… DEUX FOIS ! (lis ça avec la voix de Buffy – big up si tu trouves à quel passage ça correspond haha). D’ailleurs, fun fact pas drôle du tout, l’une de ces deux fois est tombée le jour de mon anniversaire. Sachant que la veille, on s’est endormis la boule au ventre en voyant (et ne voyant plus, ensuite, puisqu’il faisait nuit noire et que la ville était sans électricité) le ruisseau d’à côté devenir un véritable raz-de-marrée à cause de la pluie. De loin l’anniversaire le plus fun de ma vie ! #OuPas

    Ceci dit, je me suis bien retrouvé dans tes remarques et comportements. Après avoir vidé la batterie restante de mon ordinateur portable pour regarder le film des Spice Girls qui traînait sur mon disque dur depuis des mois (oui, j’assume), je me suis mis à lire les bouquins qui traînaient dans ma bibliothèque depuis des mois aussi. Il faudrait presque prévoir une panne d’électricité mensuelle pour nous forcer à décrocher de nos écrans haha !

    J'aime

    1. C’est vraiment un test ? Buffy parlant de Joyce et Giles, non ?

      Les conditions météo justifient la coupure pour ton anniversaire, donc même sans t’y attendre, tu la comprends et tu sais que ça ne durera pas éternellement. Cela dit, pareil, ça doit pas être agréable du tout. Je vote pour la panne d’électricité mensuelle (cela dit, c’est pas compliqué, suffit de se forcer finalement). Très bon choix de film, sinon, ça fait des années que je ne l’ai pas revu, je me demande si c’est encore plus nul que dans mon souvenir :’)

      J'aime

      1. Bravo, tu mérites ton statut de fan ! 🏆

        Le problème c’est justement qu’on arrive jamais à se forcer à moins d’y être contraint, donc mis l’un dans l’autre il vaut mieux qu’il y ait une panne.
        Clairement, c’est un vrai nanar (alors que quand je le regardais étant petit c’est un film de folie), mais il reste tellement marrant ! 😂 Puis malgré tout je l’aime par nostalgie quoi, parce que les Spice Girls c’était mon premier grand amour musical alors que je portais encore des couches et ça s’oublie pas 😍

        J'aime

      2. Merci, ehe

        Je vais m’y forcer maintenant que j’ai les trois tomes de The Magicians à lire… et des révisions à assurer hum.

        Ahaha, j’ai été bercé par les Spice aussi, avec deux grandes soeurs, c’était inévitable :’)

        J'aime

      3. On devrait définir un jour commun sans technologie en vrai ! Y a moyen de lancer un truc haha !

        Dans mon cas c’est plutôt mes deux grandes sœurs qui ont été bercées par les Spice Girls à cause de moi… 😂

        J'aime

      4. Sans aller jusqu’à la journée – parce que ce serait compliqué pour se déplacer dans la région sans la technologie nous informant des retards/travaux quotidiens XD – une soirée, ça peut s’envisager :’)

        J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.