Colony – S03E08

Épisode 8 – Lazarus – 15/20
La série calme le jeu et son rythme pour cet épisode qui avait pourtant tout sur le papier pour l’accélérer. Colony ne fait jamais rien comme j’attends qu’elle le fasse aussi, chaque épisode est une surprise dont je ne sais pas quoi attendre, et celui-ci ne déroge par conséquent pas à la règle. Ni trop rapide, ni trop lent, c’est juste un épisode à voir pour la mise en place de la suite – et pour glaner un point du Bingo !

Saison 3


Spoilers

08.jpg

You were right about this colony: something bad is happening.

Je commence officiellement mes vacances avec cet épisode de Colony dont le résumé d’épisode repart une bonne année en arrière. Voilà qui promet d’avance ! J’espère que l’épisode ne sera pas trop long, parce que je suis déjà fatigué avant même qu’il ne commence… et ça commence bien avec un humain s’échappant d’une usine des envahisseurs. C’est un monsieur  très athlétique qui court en sous-vêtements et s’avère avoir de la force, une sacrée agilité et des ressources pour échapper à ses ennemis, même quand il vomit du vert. Ce n’est pas assez pour lui, qui finit par être rattrapé malgré tout. Bien. Qui n’a rien compris ? M’en fous, point du Bingo repéré avec cette alarme (mais pas validé, parce que y a mieux après) !

Post-générique, on repart sur Will et Broussard – ce dernier n’ayant pas contacté Katie à cause de son nouveau travail et proposant à Will de rencontrer sa partenaire. Oui, Amy aussi est arrivée à Seattle et Will ne l’aime pas franchement, se méfiant naturellement d’elle. Rapidement, Broussard partage toutes ses informations à Will, et cette fois, c’est à Amy que ça ne plaît pas. Tout aussi rapidement, Will accepte la mission que lui propose Broussard : tracer un coursier qui pourrait leur être utile.

Ce traçage permet quelques bons plans et mouvements de caméra, et très vite, on en arrive à Will prenant l’initiative d’entrer en contact avec le coursier pour découvrir qu’il est extrêmement protégé. Amy a malgré tout ses doutes sur Will, et elle a bien raison : elle le cerne bien mieux que Broussard et a compris qu’il lui était arrivé quelque chose. La voir douchée comme ça donne l’impression qu’elle a totalement changé, en plus, et j’ai plus envie de lui faire confiance qu’avant. Comme quoi, c’est important de se doucher, les amis !

Amy se retrouve à faire équipe avec Will et elle l’interroge, pour comprendre un peu mieux son point de vue. Will décide ensuite d’avorter la mission au dernier moment, quand il est trop tard pour prévenir et aider Broussard. Celui-ci est plein de ressources, heureusement, et Amy parvient finalement à le rejoindre à temps.

Elle s’en plaint de Will à Broussard dès qu’elle le peut – c’est-à-dire une fois qu’il rentre. Tous deux sont donc sains et saufs, et en plus, ils ont récupéré la mallette qu’ils voulaient, celle du coursier. À l’intérieur, ils retrouvent une balle de Broussard et une feuille d’une matière inconnue, presque vivante, capable de résister aux balles et d’entourer d’elle-même une arme entrant en contact avec. C’est con ça, le coursier s’est fait tuer par balle alors qu’il aurait pu survivre grâce au contenu de sa mallette !

Katie continue son travail, de manière totalement absente, traumatisée qu’elle est par la disparition de la famille qu’elle pensait aider, les Winslow. Elle en parle à Michèle, sa collègue, qui lui conseille de simplement faire son travail et d’arrêter de farfouiller pour trouver des réponses qu’elle ne veut pas lui donner. C’est mal connaître Katie (en même temps, elle ne connaît même pas son prénom après tout) qui continue évidemment à mener son enquête.

Elle s’arrange donc pour monter dans un bus de réfugié, ce qui est genre la pire des idées vu qu’elle ne sait pas où ils vont. À bord, elle apprend que l’on fait croire aux réfugiés qu’ils vont pouvoir se rendre à Portland en avant-première pour une nouvelle colonie. C’est bien triste, parce que quand elle confronte Michèle sur le sujet, une fois de retour dans Seattle, elle apprend qu’elle était au courant depuis le début… mais Katie n’a d’autres choix que de reprendre son job comme si de rien n’était elle aussi. La banalité du mal, Eichmann, tout ça, tout ça, on est en plein Hannah Arendt avec cette saison !

De son côté, Bram souhaite rejoindre la patrouille et a ainsi le droit à un cours où il parle à son instructeur, ce qui me fait un point du Bingo Séries, il vaut le coup cet épisode. Ou pas, parce que je me suis mis devant pour échapper au foot et la coupe du monde et paf, me voilà devant Bram et Gracie jouant au foot et parlant de leur vie. Bram apprend à sa sœur qu’il est en couple avec Meadow, j’imagine que ça aura un certain intérêt pour la suite. Bram retrouve plus tard Meadow dans un diner où elle demande à rencontrer sa famille – mais il refuse, lui proposant de se contenter de Gracie. Katie rentre donc chez elle pour découvrir que son fils fait désormais partie de la patrouille, et qu’il le fait pour Gracie qui pourra grâce à lui rejoindre une meilleure école.

Pendant ce temps, Snyder a rendez-vous avec l’inventeur de l’algorithme, rien que ça, et c’est top de le savoir encore en vie et toujours dans son appartement de Seattle. En revanche, gros mystère de savoir quel est l’intérêt de tout ça pour le moment, même si savoir Snyder ici est plutôt une bonne chose. C’est d’autant plus intéressant qu’il finit par rencontrer Michelle.

L’inventeur de l’algorithme emmène en effet Snyder en balade pour lui montrer le succès de la colonie de Seattle, l’arrivée constante de migrants grâce à une bonne propagande et la manière dont il nourrit tout le monde grâce à la technologie des envahisseurs permettant de faire pousser les légumes. L’étape suivante consiste à prendre un bateau pour se rendre sur l’île vue en intro d’épisode, mais Snyder ne se rend même pas compte qu’il est espionné à ce moment-là par Will, qui a retrouvé sa piste après l’avortement de sa mission pour Broussard.

Une fois à l’hôtel, Snyder se dit surtout jaloux, au téléphone, de voir que Seattle est parvenu à faire tout ce qu’il voulait à Los Angeles… puis il met en place un brouilleur pour continuer sa conversation (mais avec qui ?) et dire grosso modo qu’il est de la résistance.

Will rentre à son tour chez lui où il ignore Katie, la pauvre, puis se rend chez Broussard pour s’expliquer. Il a voulu avorter la mission parce qu’il a vu Snyder et il veut désormais comprendre ce qu’il fait là et… se venger en le tuant. Pauvre Alanichou, il a sauvé la vie de Will, Katie et Bram et voilà qu’on lui reproche la mort de celle de Charlie. Il ne peut pas tout faire non plus.

Saison 3

6 commentaires sur « Colony – S03E08 »

  1. J’avais pas du tout compris que Snyder parlait à la Résistance à la fin ! Je pensais que c’était la gouverneure (Ally Walker), qu’il lui tenait un discours officiel et qu’ensuite il avait mis un brouilleur pour lui dire ce qu’il en pensait vraiment. Pour Will, je comprends qu’il veuille tuer Snyder, c’est quand même la faute de ce fourbasse qui a appelé les secours qui ont tué Charlie. Pour le début de l’épisode, je ne pense pas que ce soit un an avant. Je pense que c’est un truc qui se passe sur l’île près de Seattle. Après je peux me tromper.

    J’aime

    1. Je pense comme toi pour Snyder, mais c’est un discours de résistant qu’il tient finalement… et j’ai espoir qu’il change progressivement de camp.

      Pour Will, je trouve que c’est un peu raccourci de vouloir tuer Snyder : la dernière fois qu’ils se sont vus, ils étaient prisonniers, point. Il ne sait pas pour la trahison, ce n’est que des suppositions… Quant à l’arrivée des secours, ben, elle a sauvé Bram, Katie et lui-même d’une mort certaine, donc… Journée horrible, en fait.
      On est d’accord aussi pour le début de l’épisode, le « un an avant », c’était pour le résumé des épisodes précédents avec un extrait de la saison 3 🙂

      J’aime

      1. Effectivement j’avais mal lu que le un an avant concernait le résumé. Pour Snyder, j’avais eu l’impression dans l’épisode 306 que la gouverneure l’envoyait en mission officielle à Seattle mais en officieux pour découvrir comment ça se passait vraiment , comment ils arrivaient à avoir cette colonie utopique. Donc c’est sûrement une forme de rébellion mais plutôt pour tirer partie de tout ça.

        Aimé par 1 personne

      2. Arf j’espérais que Snyder changeait d’avis à se souvenir de Charlie, dans le 306, on le voit regarder le registre des victimes et c’est là qu’il la rappelle non ?

        J’aime

      3. Je pense qu’effectivement la mort de Charlie titille sa conscience, de là à le faire devenir résistant, je pense qu’il y a un énorme pas. Ce type ne voit que son intérêt. Après, je ne demande qu’à être détrompée.

        Aimé par 1 personne

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.