Charmed (2018) – S04E02

Épisode 2 – You Can’t Go Home Again – 18/20
La série semble être complètement relancée sur une nouvelle piste avec le changement provoqué par le départ d’une partie du casting et… ce n’est pas si mal ? Je ne pensais pas accrocher autant à la nouvelle intrigue et aux nouveaux personnages, mais pour l’instant, je suis vraiment intéressé par tout ce que la saison propose – au point où je regrette de ne pas avoir un troisième épisode à portée de main, là.

Spoilers

Kaela a demandé à Mel et Maggie de ne pas la contacter, mais on ne tourne pas le dos si simplement à la magie et à sa destinée.


How is that better than being a Charmed One ?

Stephen et Amy seraient donc des prénoms de gens avec qui Kaela serait susceptible de coucher ? Est-elle bisexuelle ? Est-ce la seule chose que je retiens de cette première scène ? Bon, non, quand même, j’exagère un peu. C’était un très bon début en plus, je trouve : après avoir abandonné son van au milieu d’une rue dans l’épisode précédent, il est assez logique de retrouver Kaela avec sa meilleure amie à la fourrière pour le récupérer.

On n’est pas sur une scène d’action inoubliable, mais c’était plutôt amusant de la voir essayer de le récupérer par voie normale… et se retrouver à utiliser ses pouvoirs comme elle pouvait pour s’enfuir. Voilà donc qu’elle manifeste des papillons sortis de nulle part pour s’en sortir. En vrai, ça fonctionnait bien comme idée, ça donnait un peu d’humour. Et comme elle utilise ses pouvoirs, elle attire inévitablement une démone (sorcière ?) qui sent sa magie.

Pendant ce temps, Maggie et Jordan couchaient ensemble dis-donc. Ils sont vraiment en couple pour de bon après ces six mois de deuil. C’est plutôt réjouissant de les voir ensemble et heureux après autant de temps à se tourner autour. Et puis, elle gagne au change après Parker, non ? Peut-être pas, cela dit, parce qu’elle a un copain qui insiste pour qu’elle porte toujours un tracker sur elle. C’est un joli bracelet et c’est tout romantique, hein, mais c’est creepy.

Pourtant, Maggie essaie ensuite d’expliquer à sa sœur la base du consentement et des relations saines, comme quoi, rien n’est perdu. En effet, malgré une note assez claire de Kaela demandant à ses possibles sœurs de ne pas les contacter, Mel s’obstine à la harceler et lui laisser plein de messages. Quelle idée de lui laisser son numéro aussi ?

De mon côté, je n’adhère pas tellement aux multiples théories de Mel sur sa mère qui aurait eu une autre aventure et un autre bébé moins de deux ans après Mel. Dans mon idée, Kaela pourrait tout à fait être la fille de Mel venue du futur, tout simplement, ce qui nous ferait un twist de l’intrigue de la saison 6 de la série originale comme ce reboot sait si bien le faire. J’ai hâte d’en savoir plus en tout cas, et c’est un peu relou de voir Mel s’obstiner en attendant.

Après, comme Kaela s’attire des ennuis, Mel a rapidement une excuse pour se mêler de la vie de sa nouvelle sœur. Le QG lui indique en effet qu’une sorcière est en danger à Philadelphie, et elle s’imagine aussitôt que c’est pour Kaela. Un appel à Maggie plus tard, la voilà donc qui s’y rend bien vite.

De retour dans le van de Kaela, qui lui fait une jolie chambre, notons que Kaela parle encore à sa mère adoptive… et qu’elle a toute confiance en sa meilleure amie, Brynn. Elle lui raconte ainsi qu’elle est une sorcière et a des pouvoirs, avant de tenter de lui faire une démonstration, sans grand succès. Je m’y attendais. C’est un peu gênant à voir – et Brynn semble s’inquiéter aussitôt pour sa meilleure amie, supposant que sa leucémie est de retour. Cela force à Kalea à lui expliquer qu’elle lui mentait, la pauvre.

Il faudra bien lui raconter la vérité malgré tout : Mel débarque sans prévenir, et sans être vue de Brynn, pour tenter de la sauver d’elle ne sait trop quoi. Ma foi, c’est une jolie manière de reprendre contact avec elle. Cela ne plaît pas trop à Maggie qui, apparemment, aurait préféré voir sa sœur continuer de se consoler avec une elfe – parce que oui, Mel en est encore aux plans cul maintenant qu’elle n’a plus sa copine qui devait pourtant être là à son enterrement ? La mort d’une sœur, ça vous change tout ?

En tout cas, Mel est forcée de prendre de la distance pour surveiller Kalea, mais ça ne l’empêche pas de le faire, évidemment. Elle la suit jusqu’à une fête où Kalea passe de bons moments avec ses amis – quand la magie ne se manifeste pas. Eh oui, sa veste est pleine de dessins de papillons qui prennent vie sans l’avertir. Sans trop de surprise, Brynn finit par s’en rendre compte et découvrir la vérité sur son amie.

Le problème, c’est que c’est précisément ce qui pose problème au démon de cet épisode. En effet, Maggie la rencontre : une sorte de Mary Poppins avec un sac à main contenant un monstre-tentacule semble suivre à la trace la magie… et c’est bien le cas : Mel a lu dans l’ancien Livre des Ombres qu’il s’agit d’une Vittra.

Les Vittra suivent à la trace les sorcières utilisant la magie devant de simples mortels, comme Kaela n’arrête pas de le faire. Pourquoi pas, mais bon, quand on pense à Jordan, ça fait un moment que les sœurs devraient avoir croisé des Vittra, même s’il n’en reste pas beaucoup. Tant pis, j’ai adoré l’actrice choisie pour jouer ce démon de la semaine, c’était très efficace.

On s’en débarrasse trop vite en revanche : elle se fait bouffer par son propre tentacule, Seymour, quand elle utilise malgré elle sa magie contre une humaine, blessant ainsi Brynn au moment de s’en prendre à Kalea, défenue par Maggie et Mel. Simple, efficace. En plus, ils font ça au moment où on commence à s’attacher à Brynn, parce qu’elle est super mignonne à s’inquiéter pour la santé de Kaela en permanence et à lui poser des questions sur l’origine de sa magie plutôt que sur tout ce qu’elle peut faire.

Pas de bol pour elle, les êtres de lumière/guérisseurs (parce que Jordan n’en est pas un) sont un peu coincés et ne peuvent intervenir immédiatement.

Après avoir fait la morale à Kaela dans l’épisode précédent, Harry se retrouve à vouloir boire lui aussi un verre avant 11h du matin à Safe Space, mais ça ne marche pas comme ça dans un endroit qui s’appelle Safe Space, forcément. Il est totalement déprimé par la mort de Macy, à nouveau, parce qu’il la confirme dans un livre magique qui lui indique bien qu’elle est morte et laisse en plus de la place pour Kaela.

Par chance pour lui, Jordan a besoin de lui dans cet épisode et lui donne au moins un but dans la vie. La série reprend ainsi son habitude des épisodes à deux intrigues, mais ça ne me dérange pas plus que ça pour l’instant car ça fonctionne plutôt pas mal : Jordan est ainsi le lanceur de quête pour ce fil rouge. Il reçoit un coup de fil de Chloe la pixie lui annonçant la mort d’Annie, sa sœur, et ça lui donne une bonne raison de recommencer son enquête sur les jetons de l’épisode précédent.

Cela le met sur la piste du Blue Camelia, le bar de Mel, et il y emmène Harry afin d’obtenir plus d’informations sur la personne qui serait derrière ses mystérieux jetons. Après tout, le Tallyman est un peu inquiétant, surtout pour Harry qui semble connaître une comptine sur lui.

Au Blue Camelia, ils remontent ensemble une piste pour retrouver le Tallyman, passant par un leprechaun, Frank, loin de ressembler à ceux de la série originelle – mais toujours aussi grognon par contre. Frank refuse d’être un indic’, mais Harry ne lui laisse pas le choix, prétextant avoir empoisonné leur bouteille de whisky avant de se faire soigner par Jordan. C’est suffisant pour que Frank leur donne aussitôt l’adresse du Tallyman, au beau milieu d’un bois. Mouais, ça fait une intrigue sympa, mais pas bien crédible cette affaire d’adresse au milieu de nulle part.

Et s’ils arrivent dans la bonne cabane, ils ont en plus un grand problème : ils se retrouvent coincés par des plaques qui s’activent à la pression et sont là pour faire exploser la cabane. Harry et Jordan sont donc coincés dans la cabane… mais heureusement, Jordan porte son bracelet. Je m’en doutais un peu alors qu’il en était déjà à faire ses adieux à Harry qui pouvait, lui, se téléporter : Maggie débarque avec Kaela.

Mel reste en arrière au QG pour soigner et s’occuper de Brynn. Je ne sais pas trop pourquoi c’est elle qui reste en arrière dans la logique des sœurs, mais dans celle des scénaristes, c’est parfaitement évident : cela permet à Kaela d’apprendre à gérer ses pouvoirs. J’adore tout simplement l’idée : elle se retrouve à faire une petite crise d’angoisse, mais elle est évidemment capable de dessiner un lance-pierre sur la veste de Maggie, de même qu’elle est capable de le créer. Elle a même son arme fétiche grâce à ça, ça tombe vachement bien.

Et même si elle prend son temps pour ce dessin, on sent que sous la pression, elle sera intéressante. La série semble accorder à nouveau beaucoup d’importance aux pouvoirs des sœurs cette saison, et j’aime beaucoup l’idée. Par contre, j’aimerais bien un troisième épisode déjà, parce que j’aime beaucoup ce début de saison qui, en plus, n’oublie pas Macy. Photo, flashbacks, dialogues, tout y est. Maggie est heureuse d’accueillir une nouvelle sœur, mais elle n’est pas prête à se remettre si vite de la mort de Macy.

C’est une manière efficace de se rappeler le décès de Macy après six mois… Quant à Kaela, elle peut donc aider Harry et Jordan à arriver à temps pour sauver son amie. Elle refuse toutefois de rentrer avec Brynn à Philadelphie, préférant rester auprès de ses sœurs. Michaela Danso est effectivement approuvé par le livre de l’arbre généalogique en fin d’épisode, confirmant qu’elle est bien de la famille.

Elle ne s’installe pas pour autant dans la maison de ses sœurs, d’autant que Maggie n’est pas encore prête pour ça. Mel préfère ignorer ses plans culs pour plutôt faire venir magiquement le bus de Kaela dans le jardin. Ben super sa chambre, mais comment elle fait pour le chauffage à Seattle du coup ? Et elle va manquer d’une vie perso intéressante aussi, même si la série semble mettre ce point-là de côté pour le moment.

Affaire à suivre, j’imagine. En attendant, on nous confirme l’existence d’un Tallyman qui est bien un grand méchant, parce qu’il chante sa comptine aux araignées. Et il n’y a que les méchants qui parlent aux araignées.

Charmed (2018) – S04E01

Épisode 1 – Not that Girl – 18/20
Eh bien… J’adore ! Purée, j’étais un peu stressé à l’idée de voir cet épisode car je craignais qu’on perde vraiment la magie et ce que j’aimais dans ce reboot, mais en fait, les nouvelles intrigues proposées dans l’épisode fonctionnent. J’aime les nouveaux personnages pour l’instant, j’aime beaucoup l’idée du fil rouge, même s’il faudra voir comment ça se développe, et c’est un excellent début de saison qui propose plein de choses. Top.

Spoilers

Six mois après le décès de Macy, Mel et Maggie n’ont toujours pas trouvé leur sœur cachée.


Look, dude, some things excuse drinking before noon. Why do you think they invented brunch ?

Qui ont-ils casté pour remplacer Macy ? Une certaine Kaela, clairement. C’est en tout cas ce que le début de l’épisode suggère en nous introduisant une nouvelle actrice qui est une mécano un peu artiste sur les bords si on en croit son patron qui n’aime pas trop ses tags. Ils sont pourtant magnifiques et elle n’apprécie pas de devoir arrêter selon lui : la voilà donc qui décide aussitôt de démissionner.

Elle s’en confie à sa meilleure amie qui lui a organisé une jolie surprise pour ses cinq ans de rémission d’un cancer. Bien. Elle a un passé complexe et beaucoup d’amis, une tendance à être malgré tout très solitaire, une meilleure amie qui n’appréciera probablement passes nouvelles sœurs… C’est une introduction plutôt efficace ma foi.

Je ne dis pas que je vais adorer le personnage, mais en tout cas, ça part bien pour elle. Elle me rappelle presque la Maggie des débuts avec tous ses amis. Heureusement, on ne tarde pas trop non plus à nous réintroduire la magie dans tout ça : Kaela rêve de Mel et Maggie assez souvent et elle s’en confie à sa meilleure amie. Brynn peut-elle être une démone qui attend sagement, du coup ?

Difficile à dire. En tout cas, cela fait plusieurs mois que Kaela rêve de lieux qu’elle ne connaît pas et de magie. C’est plutôt cool comme idée pour nous l’amener, ça change un peu. Dans les choses qui changent un peu aussi, on retrouve Mel en train de rouler des pelles à une nana qu’on ne connaît pas sur fond de chanson française. Evidemment.

Pourquoi faut-il que ce soit toujours des chansons françaises ? Et qu’est-ce que c’est que ce lieu dans lequel elle est et qui ressemble à une maison close ? Et pourquoi en parallèle c’est Maggie qui a l’intrigue super cool ? Elle se prend pour une Tueuse avec Jordan comme allié : les deux pourchassent et tuent des démons, avant de trouver un Zamba Zaara, un démon tout mignon… en théorie. En pratique, il mord Jordan et c’est étrange.

Ce qui est étrange, c’est aussi de voir Mel et Maggie revenir toutes les deux chez elle et éviter de parler du vrai fond du problème. Macy est morte, elles ont une sœur à trouver et elles passent les nuits à vouloir oublier ce qu’il s’est passé. Cela fonctionne étrangement bien, surtout que c’est finalement Jordan qui est celui qui s’en tire le mieux dans son deuil.

Il était pourtant proche de Macy lui aussi, pourquoi s’en tire-t-il si bien en être de lumière ? Je l’aime beaucoup dans sa relation (amoureuse yay) avec Maggie et dans celle avec Harry. Lui, sa barbe d’une semaine à peine nous indique qu’il est au bout du rouleau et qu’il écrit des lettres à Macy chaque soir. J’aime bien l’idée, mais je n’aime pas trop l’idée qu’il les brûle quand ça pourrait être un roman très intéressant à lire une fois le deuil terminé.

Au moins, le trio est bien entouré quand même : Jordan est là, mais Josefina aussi s’occupe de ses cousines. Bon, ça n’a pas l’air d’être ça, après : elles sont complètement en froid Mel et Maggie. Oh, elles se parlent, mais Maggie en est à se chercher un appartement et Mel ne semble pas vouloir la retenir plus que ça apparemment. C’est intéressant à voir, mais la série ne peut pas vraiment se permettre de perdre plus de temps que ça en introduction.

Comme il faut bien que Maggie et Mel retrouvent Kaela, elles sont toutes les deux forcées de se rendre à Philadelphie bien malgré elles. Pour Maggie, c’est le QG qui s’en charge. Pour Mel, c’est… son mac ? Pardon, mais il faut dire ce qu’il en est, quand même, c’est trop chelou ses soirées à Mel. Toujours est-il qu’une fois à Philadelphie, les filles se retrouvent nez à… van avec Kaela. Cette dernière manque d’écraser Maggie, mais prend le temps de sortir tranquillement de son van pour engueuler Maggie.

Ce n’est qu’à ce moment-là qu’elle reconnaît en ses interlocutrices les deux femmes qu’elle dessine, mais sa première réaction reste apparemment la fuite. Pourtant, quand Maggie la touche, il y a carrément des éclairs dans le ciel. Enfin, des flashs lumineux quoi. Clairement, la série n’a pas augmenté son budget et les effets spéciaux restent assez mal foutus, mais on s’en fout, non ?

En plus, pendant que Mel et Maggie se disputent dans la rue pour savoir quoi faire, Kaela retourne dans son van et cherche un moyen de fuir, ce qui nous révèle enfin son pouvoir. Et là, croyez-moi bien, je l’adore : elle est capable de faire sortir de ses dessins les objets. J’adore l’idée, même si je n’ai pas compris immédiatement ce qu’il se passait. Cela commence par une bille lui permettant de se téléporter, mais au QG, elle fait apparaître une pomme sans même s’en rendre compte.

Bon, allez, meuf, plus qu’à dessiner Macy et tout ira bien, non ? Bon, j’imagine que ce sera limité aux objets inanimés ? La pomme est-elle seulement comestible ? Pardon, je vais beaucoup trop loin, je crois. J’aime beaucoup Kaela en tout cas, et ça s’améliore encore quand son premier réflexe à Safe Space est de se diriger vers le bar pour se servir un verre parce que bon, certaines choses méritent bien un petit verre peu importe l’heure. Nouveau personnage préféré, c’est bon.

Par contre, qu’on m’explique pourquoi Josefina voit la pomme dans le QG et se décide à la manger là ? J’ai éclaté de rire car je me sentais dingue de me demander si c’était comestible et on finit par une scène où elle s’évanouit. Cela m’a bien fait rire. Après, l’intrigue autour de Josefina organisant une fête pour les PIxies là, ce n’est pas fou (et le costard de Jordan ? Horrible, non ?).

BREF. Il faut que je me concentre sur la critique, ça part dans tous les sens là. C’est un peu le cas pour Kaela qui ne comprend pas du tout ce qui lui arrive et retrouve alors Maggie et Mel au bar alors qu’Harry s’occupait d’elle. Bon, Harry prend assez mal le côté d’une sœur qui remplace Macy et il est bien content de découvrir que la formule « Potentia Trium » ne fonctionne pas avec elle.

Cela ne suffit pas à convaincre les filles que Kaela n’est pas leur sœur, en tout cas. Pourtant, son nom ne commence pas par un M, elle. Harry se lance donc dans une grande enquête sur Kaela et se rend à son job, alors que les filles amènent Kaela au QG et retrouvent… un dessin de Josefina. Oh, j’adore l’idée, j’espère vraiment que c’est son pouvoir. Cela semble être en tout cas le cas, et j’ai hâte de savoir ce qu’ils en feront, parce qu’il y a vraiment de quoi faire.

En attendant, les sœurs sont confrontées à un démon étonnant, qui est en fait un espace négatif laissé là parce qu’elle a voulu manger une pomme manifestée par magie. C’est intéressant comme tout et l’explication nous vient évidemment de Roxie, qui gère le club dans lequel se rend Mel chaque soir. Maggie peut ainsi découvrir la vie mouvementée de sa sœur qui ghoste régulièrement des nanas dans ce bar (bon ben, bye bye sa copine ? Encore ? Sans une scène à l’écran ? Pff.).

Il n’empêche que l’essentiel est désormais pour les sœurs de trouver un moyen de sauver la vie de Josefina : en se téléportant au club avec elle, Maggie s’est débrouillée pour lui arracher le bras. J’ai trouvé ça vraiment drôle en vrai, ça fonctionnait à merveille. Et ça fait culpabiliser Kaela qui retourne aussitôt au QG pour tenter de sauver Josefina.

Elle galère juste ce qu’il faut à y arriver, ce qui fait qu’elle flippe d’avoir tué la cousine de Mel et Maggie. Il n’en faut pas plus pour que ces dernières tentent de la rassurer et que paf, le Pouvoir des Trois se manifeste à nouveau. Grâce à ce pouvoir qu’elle ressent, Kaela prend un risque qui finit par payer et l’espace négatif est finalement rempli : Maggie balance le dessin de Josefina dans le trou noir en face d’elle, ce qui fait réapparaître Josefina sans problème.

C’est chouette, ça, mais ça laisse des questions, évidemment. Les réponses viennent alors d’Harry : Kaela commence bien par un M, car c’est le diminutif de Michaela. Elle n’a pas non plus de parents biologiques connus car elle a été adoptée à la naissance. Voilà tout ce qu’il a trouvé à Philadelphie en enquêtant sur elle.

De son côté, Jordan a eu une intrigue en solo qui était bien intéressante aussi, car elle introduit le nouveau fil rouge : il trouve en effet deux jetons qui transforment des créatures mignonnes et innocentes en véritables démons. Ainsi, la Pixie se voit pousser des ailes démoniaques pendant sa cérémonie. Cela craint pour la suite, mais j’aime beaucoup l’idée.

Eh, il est possible que cette saison 4 soit à la hauteur de ce que j’en espérais. Pour tout arranger, l’épisode se termine sur un départ de Kaela qui hésite à devenir une Charmed Ones alors qu’Annie, la Pixie démoniaque, meurt en écrivant le nom du méchant lui ayant donné ce jeton qui a gâché sa cérémonie : The Tallyman.

Charmed 2018 (S04)

Synopsis : Comme dans la série originale, la saison 4 va marquer un tournant pour ce reboot puisqu’après la mort de Macy, Maggie et Mel n’ont plus qu’à trouver une autre sœur pour reformer le pouvoir des trois.

Saison 1 Saison 2 Saison 3 | Saison 4

Pour commencer, et je sais que ça ne se voit pas avec la bonne semaine de retard que j’ai dans le visionnage de ce début de saison, je suis hyper curieux de ce que le reboot va nous proposer comme saison 4 cette année. Franchement, la saison 4 de la série originale est l’une de mes préférées car Paige apporte un nouveau souffle et est devenue ma sœur préférée assez rapidement… mais il y a une prise de risques certaines à se débarrasser de l’ainée des sœurs pour introduire une nouvelle actrice à ce stade de la série.

Je suis d’autant plus curieux que j’ai réussi à passer à côté de la plupart des annonces de casting. Je ne sais même pas si Abby va revenir après son départ en fin de saison dernière, je me demande comment Harry va gérer la perte de Macy, je me questionne sur la possible grossesse de Mel à un moment donné et j’ai hâte de retrouver Jordan, même si sa relation avec Maggie n’est pas forcément ma préférée.

Bref, je me souviens encore pas mal d’où on a laissé nos personnages la saison dernière, et je suis pressé de venir les retrouver, même si ça devrait être pas mal déprimant comme début de saison.

S04E01 – Not that Girl – 18/20
Eh bien… J’adore ! Purée, j’étais un peu stressé à l’idée de voir cet épisode car je craignais qu’on perde vraiment la magie et ce que j’aimais dans ce reboot, mais en fait, les nouvelles intrigues proposées dans l’épisode fonctionnent. J’aime les nouveaux personnages pour l’instant, j’aime beaucoup l’idée du fil rouge, même s’il faudra voir comment ça se développe, et c’est un excellent début de saison qui propose plein de choses. Top.

Saison 1 Saison 2 Saison 3 | Saison 4

 

 

Suits – S08E11

Épisode 11 – Rocky 8 – 16/20
C’est fou cette série : cela fait un an que je n’ai plus vu d’épisode mais je ne suis absolument pas perdu devant cette reprise. C’est même pire que ça, je suis tellement comme un poisson dans l’eau face à cet épisode que j’ai passé quelques minutes à être persuadé d’avoir déjà vu l’épisode. Et pourtant non. C’est prévisible comme tout, on sait à quoi s’attendre avec Suits… mais c’est peut-être ça qui en fait sa force et son succès après tout.

> Saison 8


Spoilers

811 Suits

In other words, we’re being managed by a crazy person.

Résumons : le type est en panne de séries depuis un mois, il n’a pas internet et paf, il a soudainement envie de voir des tas de séries sans rien avoir à se mettre sous la dent ? On a connu plus malin que ce bloggeur du dimanche, franchement. Bon, après, on va faire avec : il s’est remis à Suits, difficile de lui en vouloir !

Voir aussi : Pourquoi suis-je si lent à finir Suits ?
(notons que finalement, je n’ai vu qu’un seul épisode)

Bon, par contre, il faut que je m’y remette. J’ai déjà le générique en tête avant même de m’y remettre (ce générique est parfait), mais l’histoire est super loin, avec un vague souvenir de Louis dont c’était l’heure de gloire. Et après, on s’étonne que je n’ai pas continué plus vite. L’avantage avec cette série, c’est qu’on se replonge vite dans l’ambiance des trahisons permanentes – au point que je me suis même demandé si je n’avais pas déjà vu l’épisode. C’est un sentiment qui a perduré un bon moment, mais après vérification, non, non, j’étais bien mi-saison 8. Une petite discussion entre Donna et Harvey me remet tout de suite dedans : Louis vient d’être promu et hop, pas besoin d’en savoir beaucoup plus pour savoir qu’il va être infernal. Et ça ne manque évidemment pas. Il se ramène au boulot de très bonne humeur, n’hésitant pas à danser dans les couloirs de son entreprise.

Gretchen le remet vite fait à sa place, mais c’est plus pour la déconne qu’autre chose, surtout qu’il lui assure que rien ne changera pour autant… Malheureusement, c’est plus facile à dire qu’à faire et il fait un peu de la merde dès le départ. Donna le reprend aussitôt quand elle se rend compte qu’il continue de faire son travail d’avocat au lieu de faire son travail d’associé-gérant.

Elle lui reproche surtout de mal faire son nouveau travail, et le pire, c’est qu’elle a raison. L’avantage, c’est que ça force Louis à s’en remettre bien vite à Alex. Il n’est toutefois pas ravi de la décision que celui-ci prend sur le dossier d’un de ses plus vieux clients. Il n’en faut pas beaucoup plus pour qu’il reprenne son cas lui-même, même si ce n’est plus exactement son job.

Donna, elle, s’occupe aussi de Thomas Kessler, en décidant d’être Donna, tout simplement. Elle lui trouve des candidats pour un poste vacant, avec toujours autant de brio et un peu de flirt, mais ça finit par la déranger quand Thomas se met à lui parler de Louis. Elle comprend en effet que Louis a repris l’affaire aux mains d’Alex, et ça ne lui plaît tellement pas qu’elle finit par le confronter, oubliant au passage qu’elle parle à son boss.

J’adore Donna, mais sur ce coup-là, elle mériterait un peu d’être virée quand même. Ah lala, cette série me manquait. Ils passent tout leur temps à s’engueuler et elle fait un peu mal à la tête à force de les entendre crier, mais j’adore, tout simplement.

De son côté, Harvey en est toujours à se battre contre Malik. Il se rend donc dans un ring de boxe pour se vendre comme meilleur avocat capable de défendre son client. Je me souviens que j’avais totalement décroché de cette intrigue la dernière fois que j’avais regardé la série, et ça n’a toujours pas changé à vrai dire. Je n’en ai rien à faire, quoi.

Il est question de boxe, d’un combat possiblement truqué et d’un pari qui est juste en-dessous la limite légale des paris américains. C’est un peu ridicule, comme c’est en-dessous, et en plus, ça mène malgré tout à une défaire d’Harvey face à son ennemi. Robert et lui sont donc forcés de prévenir Louis de ce qu’il se passe, et Harvey n’est pas ravi de devoir le faire. Par chance, Louis se contente avec lui de quelques sous-entendus graveleux qu’il ne capte même pas au lieu de s’inquiéter vraiment de ce qu’il se passe.

Gretchen le lui reproche le lendemain matin quand elle lui fait remarquer que la rivalité entre Harvey et Malik n’est pas bonne pour leurs affaires, puisqu’elle se retrouve dans les journaux. Oups. Bon, tout ça, c’est ce qui finit par mener à Donna parlant à Louis comme de la merde. Et ça fait son petit effet : alors que Robert et Harvey en sont à se disputer le cas de Malik, voilà Louis qui débarque dans le bureau d’Harvey pour expliquer qu’il reprend le cas.

Moui. C’est trop rapide et ça ne correspond pas tout à fait à Harvey : ils sont ainsi partis pour une nuit à réfléchir au problème, et c’est très efficace. Ainsi, Louis réussit à trouver la solution qu’il leur manquait. Il est tellement heureux de lui-même qu’il prend même le temps d’un petit-déjeuner avec Alex, et là encore, il fait bien de le faire : Alex a trouvé la faille du dossier de Thomas, et ça les aide bien.

Pendant ce temps, Samantha est un peu frustrée de voir qu’elle n’est pas le seul nom supplémentaire dans le nom de la boîte, mais bon, ça change tellement tout le temps de toute manière, pas de quoi s’inquiéter, elle remontera vite dans l’estime des gens. Ou pas : elle a fait perdre beaucoup d’argent à une de ses clientes qui lui reproche d’avoir donné une preuve contre elle à Alex. Oups.

Elle ne met pas longtemps à comprendre que la coupable de ce vol est en fait Katrina. Il n’en faut pas beaucoup plus pour qu’elle la menace, d’ailleurs. Ah lala, les grandes conversations de Suits, ça me manquait. Katrina se sent immédiatement forcée de faire ce que Samantha lui demande, n’en déplaise à Donna. Celle-ci n’est pas ravie de voir sa pouline préférée se mettre en danger pour faire le petit boulot demandé par Samantha. Elle la remet donc à sa place en lui conseillant de se battre davantage, comme les gens qu’elle admire.

C’est finalement ce qu’elle fait, et c’est plutôt efficace : elle trouve un début de solution pour Samantha et elle s’assure qu’elle comprenne bien qu’elles ne sont pas ennemies. Une fois que c’est fait, elle retourne aussi se confronter avec Alex, parce qu’il a mal fait son job en laissant Samantha comprendre qu’elle était responsable d’une faute.

C’est top de voir Katrina monter en grade et c’est cool aussi parce que ça permet ensuite d’avoir une géniale scène où Samantha, Donna, Katrina et possiblement Gretchen décident d’aller boire un verre ensemble après le boulot. Bon, je ne sais pas où est passée la journée, mais c’est chouette de les imaginer ensemble.

Autrement, on notera que Malik menace une fois de plus Harvey une fois mis face à la défaite (quelle idée de s’attaquer à Jessica à travers Harvey en même temps) et que Donna se fait draguer par Thomas. Sans surprise. Moi aussi je la draguerais à sa place. Oh, et Robert et Harvey deviennent encore plus potes qu’avant, aussi, forts de leur victoire commune.