Suits – S08E10

Épisode 10 – Managing Partner – 19/20
Voilà un excellent épisode de la série qui prouve que malgré ses huit saisons, elle en a encore dans les tripes pour proposer de bons rebondissements inattendus. La demi-saison se termine ainsi sur un combat attendu depuis un moment et sur de nouvelles solutions pour changer l’équilibre interne de la firme… comme à chaque fois, donc, ce qui en fait justement une bonne mi-saison. En fait, la série me manquait, voilà, c’est dit !

Saison 8


Spoilers

10.jpg

I just wanna to be a father.

Sam et Alex apprennent dès le début d’épisode la confrontation qui les attend. Le combat doit être légal et clean, mais ce sont les seules règles imposées par Louis, Robert et Harvey qui sont autrement prêts à voir se dérouler le combat du siècle. Après cette première scène qui nous met en lumière l’épisode et les attentes que nous devons avoir face à lui, Harvey prend tout de même le temps de passer voir Alex, qui fait ses propres photocopies ?, pour s’excuser et s’assurer qu’il soit bien d’accord avec ce qui est en train de se passer. Si c’est le cas, Alex lui demande de l’aide en retour.

De son côté, Sam demande de l’aide à Robert aussi, voulant un report d’une semaine du procès… mais Robert refuse, lui. Malheureusement, l’épisode prend alors le parti de s’échapper dans un flashback qui n’est vraiment pas utile. Douze ans plus tôt, on découvre que Sam a été approchée par un homme du FBI qui lui a fait du chantage. Décidément.

L’épisode passe beaucoup de temps dans le passé de Sam, à essayer de comprendre comment elle est arrivée dans la position délicate qu’elle s’est construite dans la série. En aidant son employeur à se protéger du FBI est la réponse… mais c’est aussi là qu’elle a commencé à travailler avec Robert. On apprend enfin plus d’éléments sur leur relation : ils ont tous les deux fait tomber leur ancien employeur en étudiant les comptes de la firme afin de comprendre ce qui n’allaient pas dans les comptabilités de celle-ci.

Ce n’était pourtant pas si simple : Sam ne trouve rien dans sa partie du travail… et comprend donc que Robert la manipule. Il y a 100 000$ de blanchis grâce à l’aide de Robert qui a peur de la voir le dénoncer au FBI. Il lui parle alors de Rachel pour l’attendrir. Et une fois de plus, je tiens à souligner que même si j’adorais Rachel et Mike, la série s’en tire vraiment superbement bien avec les départs des deux acteurs. Ils ne me manquent pas tant que ça, l’équilibre retrouvé est plutôt bon.

Pour sortir d’affaire Robert, elle lui offre sur un plateau d’or son nom sur le mur. Ils ont de quoi faire tomber les gros noms de la firme, et ils les remplacent par ceux de Zane, Rand et Kaldor. Grâce à Sam. Elle était trop jeune pour avoir son nom sur le mur, mais elle comptait bien y arriver un jour, d’où la promesse de Zane à son égard.

Dans le présent, Donna s’arrange pour passer voir Harvey et s’assurer de maintenir l’équilibre fragile de la firme qui est loin d’être aussi stable qu’ils ne semblent l’espérer. Donna sait très bien que l’affaire Alex/Sam peut tous les détruire et les traîner dans la boue, et elle veut aussi s’assurer qu’Harvey soit capable de reconnaître la victoire de Sam, si c’est ce à quoi il faut en arriver.

Elle est persuadée que Sam va gagner. Pourtant, ça n’en prend pas le chemin : Sam voulait que Robert décale le procès d’une semaine, Alex s’est arrangé pour qu’Harvey le décale au lendemain. Le but est évidemment de la déstabiliser et de ne pas lui laisser le temps de préparer son attaque, surtout qu’elle sait qu’elle peut gagner, mais avec du temps.

Même sans temps supplémentaire, elle fait bien son travail en trahissant l’accord passé en début d’épisode : tout doit être légal, ils ne doivent pas utiliser les informations confidentielles de la firme… mais elle le fait tout de même, une fois de plus en jouant d’un détail technique, avec le divorce de Gabin, le client d’Alex, faisant tomber dans le domaine public des informations confidentielles. Après, ça fait mal à Alex, mais il sait se défendre aussi.

Tout ça mène Sam à demander à Robert de faire disparaître un carton de preuves pour elle, afin de lui simplifier son travail et de lui dégager le terrain pour aller faire chanter Gavin exactement comme elle faisait chanter des clients pour lui.

Celui-ci riposte en donnant à Alex des affaires où Samantha a manqué d’éthique quand elle bossait pour lui… La seule solution que trouve Alex pour parer ça et de faire en sorte de gagner son procès en utilisant Katrina pour qu’elle récupère un dossier, grosso modo en se faisant passer pour Sam. C’est violent, parce que Katrina a promis à Louis de ne pas se mêler de l’affaire pour éviter que trop de gens soient impliqués.

Donna ne le voit pas comme ça : trop de gens sont déjà impliqués. Elle conseille à Katrina de faire ce qu’Harvey lui demande, ce qui permet à Alex de confronter Sam dès le lendemain matin avec un accord à l’amiable qu’elle n’a plus qu’à signer, si elle tient encore à sa carrière en tout cas. C’est beau, parce que pour le faire, il s’est servi dans le carton que Sam a fait disparaître grâce à Robert.

Sam comprend donc que le carton n’a jamais disparu et accuse Robert d’avoir trahi sa promesse. Elle lui demande en toute logique de trahir plutôt ce qu’il a promis à Harvey : elle veut son nom sur le mur dès le lendemain… Et cette fois, Robert ne peut le refuser, étant donné leur passif. Ah. C’est légèrement problématique pour Alex, ça, mais aussi pour l’équilibre de la firme qui est bon pour repartir sur une bonne petite guerre interne.

De son côté, Louis reçoit un appel de Sheila qui lui explique que la femme du doyen de l’université ayant un cancer du sein, il a décidé de la laisser diriger la fac par interim. Eh bah, sacrée promotion. Par contre, quand il comprend qu’il s’agit d’un poste qui peut devenir permanent, ça lui pose problème, parce que ça revient sur leur arrangement concernant la grossesse à venir de Sheila. En effet, ils avaient déjà partagé le travail et les périodes pendant lesquelles s’occuper du bébé… avant même la conception du bébé, dis donc !

Louis finit par se retrouver à parler de tout ça à Katrina, pour une sombre histoire de bouquet qu’il lui refile, et elle lui prodigue les meilleurs conseils, en lui faisant remarquer que c’est peut-être à lui de prendre un peu de recul avec son travail. Heureusement qu’elle est là pour lui dire ça, parce que c’est effectivement ce qu’il va devoir le faire : Sheila est enceinte, pour de bon, cette fois !

Du coup, quand Donna vient voir Louis pour lui expliquer que c’est la guerre maintenant que Robert va annoncer choisir Sam, il lui annonce aussitôt qu’il compte se retirer pour laisser une place à la fois à Sam et à Alex. Ce n’est pas si simple : Donna préfère au contraire qu’il devienne leader de la firme, lui assurant que son bébé n’arrivera que dans neuf mois. Aaah !

Je ne suis pas du tout d’accord avec Donna qui nous gâche un très joli développement de plusieurs années pour Louis, mais bon, je lui reconnais une certaine classe dans la manière dont elle prend les devants : elle décide de voter pour que Louis devienne le Senior Partner à la place de Robert. Louis vote ensuite pour lui-même… Ce qui force Robert et Harvey à voter aussi pour Louis, pour afficher un front uni.

Voilà donc où on en est : Louis prend les devants et force Harvey et Robert à faire face à leur merde. Il les oblige à faire en sorte qu’Alex et Sam acceptent d’être promus en même temps, même s’ils ne le voulaient pas. Et c’est effectivement ce qu’ils font, avec même Sam qui accepte de laisser Alex choisir quel nom de famille ira en premier sur le mur.

Cette mi-saison a donc la bonne idée de se terminer sur une belle conclusion qui voit Donna tout en haut de l’échelle, même si ce n’est pas officiel. Harvey le comprend bien, Louis le sait et est au pouvoir et tout est bien qui finit très bien. Vraiment, c’est propre comme fonctionnement cette demi-saison, j’en suis très content.

10-2
Evidemment qu’on termine une fois de plus sur ces deux-là !

Saison 8

Suits – S08E09

Épisode 9 – Motion to Delay – 17/20
On reste sur le schéma de trois intrigues dont une qui ne me plaît que moyennement, mais l’avantage, c’est qu’il y en a deux qui sont particulièrement liées entre elles pour mener à la mi-saison qui s’approche déjà, ce qui fait que l’épisode paraît meilleur quand on en arrive à la fin. Zut, j’arrive à la fin des épisodes dispos sur Netflix, du coup. Vivement que le reste sorte ! En attendant, l’épisode ramène des personnages que je n’avais pas encore revu ce soir et j’en suis très heureux, évidemment !

Saison 8


Spoilers

09.jpg

My job may be to push you back, but it’s also to have your back.

Le début d’épisode nous offre une nouvelle affaire problématique pour la firme : Alex est contacté par un client, Gavin, qui a besoin de son aide pour faire face à une société, Dexhart, défendue par… Sam. Evidemment. C’est gênant et ça nous mène à une nouvelle confrontation entre les deux. Ben oui, le fil rouge reste leur compétition, même si ce n’est pas si accentué que ça cette saison. Pourtant, il y a bien toujours ça entre eux… D’ailleurs, ils ont chacun perdu un client dans l’épisode précédent.

Dans cet épisode, Sam veut que Alex lâche son client et s’en plaint à Robert, mais il a autre chose à faire lui. Ainsi, Sam et Alex ese retrouvent à être obligés de trouver un moyen de faire en sorte que les deux clients fassent la paix. Et ça, c’est chouette. J’aime l’idée de voir Alex et Sam réussir à mettre leurs différents de côté. Ce n’est pas si facile, franchement.

Les clients se détestent, les avocats se détestent, la tension monte bien vite. Le problème, c’est donc que ces cas entrent en conflit. Il y a une confrontation au sein de l’entreprise au pire des moments, parce qu’une fois de plus, la firme est sous attaque de Thomas Bratton. En effet, Robert lui fait face alors qu’il veut se venger et s’arrange pour avoir de quoi couler la firme. À un épisode de la mi-saison, il ne faut pas prendre l’affaire à la légère, mais c’est pourtant ce qu’il semble faire. Il emmène toute la firme au combat : Louis essaie de contacter un homme, Eli, pour lui proposer de faux documents les couvrant alors que Donna sent que quelque chose cloche.

Elle contacte donc la fille d’un certain Gallo, mort, pour s’arranger qu’elle témoigne en leur faveur. En effet, quelqu’un essaie de faire en sorte que tout le monde pense que la firme la fait chanter. Pour en revenir à Alex et Samantha, le problème s’envenime rapidement, avec Samantha espérant que Louis puisse lui rendre la faveur qu’il lui doit en faisant en sorte qu’Alex lâche son client. Louis accepte de le faire, en s’arrangeant pour que Zane accepte pour qu’Alex soit promu à la place de celle-ci. Tout ça mène à encore plus de conflits internes pour pas grand-chose, alors qu’un procès de Tommy leur tombe sur le nez.

Finalement, toute cette guerre entre Robert et Tommy tombe à l’eau lorsque Louis apprend que… Tommy est mort. Petite crise cardiaque à cause du stress. Bien sûr, tout ça est un peu la faute de nos héros, mais ils n’ont pas de quoi culpabiliser puisque tout le monde faisait son travail. Robert accuse tout de même le coup après trente ans de bataille contre Tommy, ce qui ne permet pas de régler dans cet épisode le cas de Sam et Alex.

Oh, Donna essaie bien de faire en sorte que Sam recule puisqu’Alex a reçu la promesse avant l’heure, mais Sam est sûre d’être meilleure qu’Alex et le refuse catégoriquement. Harvey propose alors à Robert de laisser les deux s’affronter en face à face, avec une promotion pour le vainqueur. C’est une belle idée pour la suite de la série, ma foi.

Dans la deuxième scène de l’épisode, Louis amène Katrina dans son nouveau bureau… et je suis si heureux de la retrouver ! J’adore cette actrice et c’est chouette de revoir le bureau qui me manquait. Elle demande aussitôt à Brian de devenir son collaborateur et très franchement, j’avais oublié la relation entre ces deux-là ! Je ne sais pas comment c’est possible ! Je suis très content de retrouver leur duo, car ça fonctionne très bien.

Elle l’attire sur un cas personnel qui n’est pas évident du tout : une amie créatrice se fait voler ses créations par une grosse industrie. Katrina et Brian font du bon boulot, mais ils s’attaquent à gros dès le départ, franchement. Katrina espère bien se faire remarquer grâce à ça, tout en aidant son amie. L’affaire est vite réglée grâce à l’existence d’une jurisprudence dans le domaine de la musique, qui fait que Katrina et Brian peuvent célébrer un début de victoire.

Ah, l’épisode continue de nous les rapprocher avec force et insistance. Je n’ai pas envie de les voir en couple, parce que Brian a déjà sa famille franchement. Je veux juste qu’ils soient amis, arrêtez les flirts ! Elle prend plaisir à flirter Katrina, mais elle reproche à Brian un contrecoup qu’ils accusent le lendemain. Elle comprend qu’elle doit bluffer comme Harvey le fait toujours pour avoir l’espoir de gagner… sauf qu’elle n’est pas sûre d’elle, surtout quand Brian lui confie que c’est une mauvaise idée.

J’ai aimé voir Katrina demander conseil à Harvey pour savoir quoi faire, même si le conseil est malheureusement différent de ce qu’elle aurait voulu entendre : il lui déconseille de bluffer sans être sûre d’elle. Heureusement, Brian travaille de son côté et obtient la preuve dont ils ont besoin.

Katrina a bien envie d’aller fêter une deuxième fois cette victoire, mais Brian lui rappelle soudainement qu’il a un bébé et donc qu’il ne peut pas faire ça, tout en étant persuadé qu’elle aura quelqu’un d’autre avec qui aller faire la fête. Oups. Ce n’est pas le cas… mais heureusement, elle a toujours Louis pour elle. Il lui fait un cadeau et veut l’emmener fêter sa promotion, mais il comprend que son mal-être est ailleurs. Elle a envie d’une relation amoureuse maintenant qu’elle a réussi à atteindre son objectif professionnel.

C’est bien traité et ça rend Louis tellement plus humain de le voir s’occuper de quelqu’un d’autre. J’aime ces cas rien que pour ça et j’ai adoré retrouver Katrina et Brian. Cet épisode est bien réussi pour ces deux-là, même si je continue de regretter qu’ils soient sous-traités dans une bonne partie de la série et toujours relégués au troisième plan…

Saison 8

Suits – S08E08

Épisode 8 – Coral Gables – 16/20
Franchement, c’est une saison aux épisodes vraiment solides, et je ne sais toujours pas pourquoi je me suis arrêté en cours de route. Bien sûr, une partie de l’épisode m’intéresse moins que les deux autres ici, mais c’est toujours le cas avec cette série : deux cas qui m’intéressent, un qui me blase. À chaque fois. Bref, je retrouve mes petites habitudes, y compris dans les critiques, alors c’est cool !

Saison 8


Spoilers

08.jpg

It’s my client, it’s on my head.

Je ne sais donc plus faire de courtes critiques désormais ? C’est d’une tristesse ! Sam commence l’épisode fort en attaquant son ancien employeur de manière parfaitement légale, mais toujours aussi vicieuse. Cela ne plaît pas à Harvey, alors que Sam veut juste faire un cadeau à Robert. La paix entre Sam et Harvey aura été de courte durée, quelle surprise. Ah, non.

Pas de bol pour Sam, elle se fait avoir ensuite sur une technicalité qui fait qu’elle est obligée de trouver un avocat de sa firme pour continuer l’attaque qu’elle a lancée. Qui d’autre que Harvey pour ça, franchement ? Elle est forcée de s’excuser, mais c’est pour la forme, parce qu’il est évident qu’Harvey ne peut pas la laisser tomber.

Les deux passent donc la soirée ensemble, à bosser, puis à apprendre à se connaître. C’est chouette comme scène, mais j’espère qu’ils ne vont pas tomber dans le cliché du flirt pour autant. J’ai eu un peu peur, mais heureusement Sam recommence à travailler assez vite. Cela passerait super mal une romance entre eux, je trouve, je ne suis vraiment pas pour. Ce sera écrit si ça doit arriver par la suite, du coup.

Bon, tout ça se déroule mal pour Sam par contre : elle s’est attaquée à plus gros qu’elle, tout ça pour un client qui n’en vaut même pas la peine. Et ça se retourne contre Sam qui a aussi des casseroles à son actif, notamment une ex-collègue qui a été virée à cause d’elle, de manière bien peu légale. Paniquée de comprendre que sa carrière est en danger maintenant qu’Eric Kaldor a un moyen de la faire tomber, Sam annule tous ses rendez-vous pour se rendre en Floride à la source du problème.

Donna s’en rend compte, la confronte, puis balance tout à Harvey, évidemment. Celui-ci vient aussitôt en aide à Sam, avant de découvrir qu’elle a enterré des preuves à l’encontre d’un client. Harvey décide de menacer à son tour Sam en la faisant chanter, parce qu’il considère qu’il vaut mieux perdre un client que prendre le risque de la voir entacher leur firme. Sam accepte, mais elle le fait avec style, en s’assurant de réparer son erreur passée en offrant une promotion à Betty, la femme qui la faisait chanter en premier dans cet épisode pourtant.

Harvey est assez fier d’elle et lui parle de Mike pour le lui faire comprendre et l’épisode peut donc se terminer sur une bonne note du côté de cette intrigue.

En parallèle, Louis a pris une journée et force Leila à faire de même. Elle avait déjà prévu le coup, de toute manière, ayant prix un rendez-vous avec un spécialiste de la fertilité pour comprendre ce qui bloque sa grossesse. Ils y vont ensemble alors qu’il avait prévu une super surprise. Le pauvre. Le problème est qu’il connaît clairement le spécialiste Louis : c’est un ancien de son lycée.

Le spécialiste, Charles, prétend ne se souvenir de rien, alors que Louis a été battu par lui pendant un intercours. Ouep, c’était un harceleur, qui s’arrangeait pour que Louis fasse ses devoirs. On a droit à la scène en flashback, évidemment, puis en thérapie avec son psy. Louis en parle avec le psy parce qu’il sait qu’il doit faire face à son harceleur à nouveau : il est vraiment le meilleur spécialiste en ville. Bref, il n’a plus qu’à parler à Sheila du problème et lui dire qu’il est prêt à encaisser pour qu’ils puissent voir le meilleur.

On sait où ça mène, hein… A d’autres flashbacks, super ! Et le casting est franchement mauvais : les acteurs sont bons, mais pas un instant je n’ai eu l’impression de voir Esther et Louis dans les flashbacks. Déjà que je n’aime pas les flashbacks, mais là, sérieusement, j’ai sérieusement décroché. Dans le présent, ça mène à Louis qui souhaite dire ses quatre vérités à son harceleur mais qui n’y parvient pas, laissant Sheila programmer une opération avec lui.

Le psy aide Louis à faire la paix avec lui-même dans une scène de thérapie franchement aléatoire… Cependant, l’absence de Louis au bureau est problématique parce qu’Alex a absolument besoin de sa signature avant le soir-même s’il ne veut pas perdre un contrat. Gretchen sait ce qu’elle doit faire, du coup, et ça l’embête, mais elle embête Louis et Sheila en plein rendez-vous médical. Le but est encore et toujours de nous montrer que Donna est géniale à prendre le temps de parler avec Gretchen dans sa journée chargée. Ah, Donna !

Le problème, c’est que Gretchen assure avoir envoyé le document avec la signature de Louis dans les temps, alors que les clients d’Alex n’ont jamais reçu le document. Une enquête plus tard, Gretchen découvre que le document qu’elle devait envoyer n’a jamais été reçu, et pour cause : Donna l’a embarqué par erreur quand elle parlait avec elle.

C’est super problématique pour Gretchen ça, et c’est une intrigue que j’aime bien, parce que j’aime beaucoup Gretchen et l’évolution qu’elle a eu sur les dernières saisons. Elle est la nouvelle Donna, pour le coup, sauf que Donna n’aurait jamais fait une erreur comme celle-ci. Et aussi, les temps ont changé depuis Donna : ainsi, quand Gretchen demande une faveur en retour à une employée formée par celle qui lui devait cette faveur, elle essuie un refus. Oups.

Gretchen demande alors l’aide de Samantha, mais la seule offre qu’elle peut lui faire, c’est de dire la vérité à Alex. Ouep, c’est mieux de dire la vérité. Après, ce serait mieux de la formuler correctement : là, Gretchen présente super mal les choses pour se couvrir, je trouve, et ça finit de manière prévisible avec le client affecté par son erreur qui demande qu’elle soit virée. Alex essaie évidemment d’éviter d’en arriver là, mais ce n’est pas si simple.

Gretchen envisage de démissionner et de partir à la retraite, mais Donna l’en empêche et la convainc de rester malgré cette faiblesse temporaire de sa part.

Saison 8

Suits – S08E07

Épisode 7 – Sour Grapes – 16/20
Honnêtement, la série me manquait et ça faisait un moment que je voulais m’y remettre, mais le problème, c’est qu’après huit saisons, j’en connais trop les ficelles. Je surnote sûrement un peu par joie de retrouver tous ces personnages quasiment deux ans après mon dernier épisode, mais tout de même, je suis content de cet épisode qui est tout fluide et passe bien.

Saison 8


Spoilers

07.jpg

Hello stranger. Seems the only thing I saw of you lately is your name on the wall.

Non, vous ne rêvez pas, j’ai bien regardé un épisode de Suits aujourd’hui. Franchement, Netflix a enfin mis une partie de la saison 8 en ligne, il était temps pour moi de m’y remettre après avoir abandonné en cours de route, sans vraie raison puisque j’aimais la saison. J’aimerais vous dire que j’étais paumé en reprenant, mais ce n’est même pas le cas. Certes, je suis rouillé sur les noms de personnages, mais le résumé en début d’épisode faisait bien le tour des différentes choses dont il fallait se souvenir.

En bonus, l’épisode commence par Donna qui souligne que ça fait un moment qu’elle n’a pas vu son interlocuteur. J’ai eu l’impression qu’elle me parlait, honnêtement ! Quant à moi, je ne vais pas me lancer dans une critique trop longue, du moins je vais essayer. La série a été diffusée il y a un moment, je peux bien me contenter de courtes critiques, non ? Humph, RDV dans deux épisodes quand je ferais à nouveau des critiques de 2000 mots.

L’épisode commence donc par Robert Zane appelant Donna pour qu’elle lui envoie au plus vite Alex. Ce dernier est ravi, avec Donna qui fait encore de l’ingérence dans sa vie, mais bon. C’est Donna, elle est là pour ça, après tout. Alex est envoyé vers un très joli vignoble, possédé par Robert. Le problème, c’est que le vin qui en sort est dégueulasse. Eh ouais, faut être français pour être bon en vin, que voulez-vous ?

Bon, Robert pense qu’il est victime de raciste à cause des différentes réactions qu’il a rencontrées depuis qu’il est dans la région. Au passage, l’épisode nous apprend aussi que Robert a une sœur et un passé tout sympa.

C’est vrai, j’avais oublié que cette saison voulait vraiment nous le rendre sympathique par tous les moyens. Est-ce que ça fonctionne ? Plutôt, à vrai dire. Il me manquait un peu, surtout quand il s’énerve contre le raciste. Bon, comme toujours, les habitudes reviennent au galop et il finit par me souler quand il engueule ensuite Alex, alors que c’est son allié, son subalterne – même s’il est dans ce cas-là son client – et qu’il n’y a aucune raison d’être dans la confrontation avec lui. Mais bon, c’est Suits, ils sont calibrés pour s’engueuler en permanence dans cette série !

Finalement, Donna fait du Donna en expliquant à Robert qu’il a fait une erreur avec Alex, ce qui permet à tout le monde de finir en bons termes. Alex défend Robert, qui gagne son combat et devient tout ami avec Donna.

De son côté, Harvey fait face au retour de David Fox. Il est très heureux d’apprendre que celui-ci est désormais son client (non) et s’en prend à Donna pour ça, pour mieux découvrir que Donna a bien grandi. J’avais oublié qu’elle était si cassante désormais. Elle a toujours été sûre d’elle, mais la voir remettre Harvey à sa place, c’était jouissif, tout de même.

Harvey travaille donc pour David, allant voir un certain John, un acteur que je ne connaissais pas à l’époque, mais que j’aime bien désormais. Donna décide ensuite d’aller aider Sam en la mettant au courant des affaires en cours pour s’assurer que la firme reste une famille. Sam se retrouve donc à devoir aider Harvey, qui n’est pas ravi mais accepte son aide quand il comprend qu’elle vient à la demande de Donna.

L’aide n’est toutefois pas très utile : Sam se permet de voir David Fox dans son dos et les choses tournent mal quand Harvey se rend compte que David blanchit de l’argent et lui ment. Ah, cette série me manquait pour ses fausses confrontations problématiques du genre entre les personnages. Sans surprise, ça mène à une autre confrontation entre Harvey et Donna, où cette dernière prend le dessus sur l’avocat en lui faisant prendre conscience qu’il fait toujours ce qu’il veut, au détriment des autres. Que j’adore Donna ! Que j’aime cette saison qui remet Harvey à sa place ! ENFIN !

Tout ça finit par des scènes très chouettes où Harvey finit par changer d’avis sur David en parlant avec lui (changer d’avis au moins pour ce cas) et où Sam fait tout ce qu’elle peut pour empêcher que Donna ne soit une menteuse. Ah, yes, un bon petit girl power comme ça, ça fait du bien à la série qui avait du mal avec ça dans ses premières saisons tout de même. En plus, Harvey et Sam finissent par bosser ensemble.

Tout finit bien, donc, et Harvey termine même l’épisode en s’excusant auprès de Donna et Sam, à sa façon. J’ai beaucoup aimé la scène qui redéfinit les relations entre tous les personnages et nous montre que la firme a retrouvé la paix familiale qu’ils ont toujours eu jusque-là.

En parallèle, Sheila appelle Louis sur leur sex phone. Evidemment qu’ils ont un sex phone ! Et aussi, elle est enceinte ! Elle n’a pas envie pour autant que tout le monde soit au courant, ce qui est légèrement impossible avec Louis. Evidemment, Gretchen est au courant en trois secondes quand elle le voit se mettre à danser.

Par contre, maintenant qu’ils sont prêts à avoir des enfants, ils découvrent qu’ils ne sont pas du tout à la même page en ce qui concerne l’éducation… Euh ? À leur âge, et après une telle relation, ils n’ont jamais parlé d’éducation d’enfant ? Les séries m’épuisent, franchement. L’avantage, c’est que ça ramène Amy Acker dans la série. Je l’adore tellement ! Par contre, elle n’est pas forcément de bons conseils à insister pour que Louis force les choses et explique à Sheila qu’il veut que ses enfants soient élevés comme juifs. Elle n’a pas tellement à se mêler de ça franchement. Esther réussit toutefois à faire douter Louis.

Celui-ci se retrouve donc à s’embrouiller une fois de plus avec Sheila, qui a pourtant exactement les mêmes arguments que lui. Heureusement que Louis a un psy qui est bon et qui est aussi son ami, franchement ; ça simplifie sa vie. Sheila étant elle aussi prête à mettre de l’eau dans son vin, le problème est surmonté avec une acceptation de l’autre de la part des deux membres du couple.

Malheureusement, la fin d’épisode nous révèle que Sheila avait raison de se méfier et de ne pas vouloir annoncer sa grossesse : son test était un faux positif, elle n’est pas enceinte et Louis doit alors annoncer à sa sœur et sa secrétaire que, non, il ne sera pas papa. Pauvre Louis.

Saison 8