Stranger Things – S03E01

Chapitre 1 – Suzie, Do You Copy ? – 19/20
Retour très réussi pour la série qui parvient à réintroduire tous ses personnages, avec de nouvelles dynamiques et de nouvelles intrigues qui promettent d’être sympathiques. La série me manquait : c’est toujours une plongée réussie au cœur des années 80, des looks à la musique. C’est fou comme elle est réussie ! J’ai hâte d’en voir plus !

> Saison 3


Spoilers

301.jpg

They’re not little children anymore, they’re teenagers.

Changement d’ambiance assurée dès le début de saison, qui reprend le 29 juin 1984. C’est l’été, il fait chaud, y compris dans une usine où semble régner la panique si l’on en croit les alarmes et les visages graves des scientifiques, supervisés par l’armée. Ils activent une machine extrêmement puissante dont nous connaissons déjà l’utilité : elle perce une brèche entre notre monde et l’Upside Down. Et de manière prévisible, des créatures s’échappent assez rapidement, alors que toute la base militaire se met à trembler.

Ah, vous les sentez les mesures de sécurité pas au point ? La machine s’éteint progressivement, et on en reste là quelques instants… Avant que des soldats se fassent désintégrer par une explosion de la machine. Voilà un début sympathique, mais déjà un brin longuet. On nous révèle alors que nous sommes en Russie et que les militaires ne sont pas super ravis de cet échec : ils tuent le chef des scientifiques et laissent un an au suivant pour qu’il fasse quelque chose de tout ça. J’adore, l’ambiance change déjà avec le chant russe qui débarque et la révélation qu’on est en fait sous la neige, donc loin de la chaleur de l’été suggérée. On est parti pour une saison plus internationale, avec une menace venue d’ailleurs. T’façon les russes sont de grands méchants, c’est bien connu.

Allez, petit générique sympa et on retrouve Mike et Eleven plus amoureux que jamais dans la chambre de celle-ci, avec Hopper et ses quelques kilos de plus qui les surveille comme il peut. Mike s’en va alors pour nous remettre à fond dans les années 80 de la meilleure des manières qui soient : un petit voyage en vélo, un centre commercial et les enfants qui réussissent à s’infiltrer dans le cinéma en toute illégalité grâce à Steve qui les y fait entrer par son nouveau job, une boutique de glaces. On note tout de même l’absence de Dustin.

C’est simple, tout le monde est réintroduit sans problème et avec beaucoup de fluidité ; et le rythme est toujours aussi génial qu’avant. Pas le temps de se poser pour le film d’ailleurs : une coupure de courant générale survient et permet à un monstre de se former dans un entrepôt. Un monstre ? Plutôt une sorte de tornade… que Will sent se former, même quand le film reprend. Encore un qu’il faudra que je voie.

Le lendemain matin, on est toujours dans les années 80 avec les réveils désactivés par une petite panne de courant et une Nancy hyper stressée dans le lit de Jonathan. Elle s’échappe par la fenêtre, même s’il est évident que tout le monde est au courant qu’elle était là et les deux se rendent au travail ensemble. Ils travaillent donc dans un journal, où il est photographe et Nancy assistante. Elle a clairement les meilleures idées de la rédaction, mais comme c’est une femme, et qui plus est une adolescente, tout le monde la sous-estime et la maltraite. Sale époque.

Au moins, l’avantage, c’est qu’elle reste super tard faire le ménage, pour faire ses preuves. C’est donc elle qui reçoit un message un chouilla alarmiste sur ce qu’il se passe avec les rats de la ville. On y revient plus loin dans la critique, mais ça veut dire qu’elle va pouvoir faire un bon métier de journaliste.

De son côté, Dustin est en voiture avec sa mère : il revient de vacances après un mois, et il est frustré que ses amis ne répondent pas à la radio quand il les appelle. Une fois dans sa chambre, il est surpris de voir tous ses jouets s’activer. Il est assez évident pour nous que c’est Eleven qui fait des siennes, mais il n’y pense pas et finit par attaquer Lucas avec sa laque quand tous ses amis lui font la surprise d’être là. C’est tellement drôle, cette série me manquait, il n’y a pas à dire !

Bon, pendant que Lucas se rince les yeux avec sa copine (c’est marrant comme cette expression est moins fun quand ce n’est pas une expression), Dustin montre à ses amis tout ce qu’il a fait en camp de sciences pendant son été ; mais leur apprend surtout qu’il a… une petite-amie, Suzie. Oh. Ce n’est pas rien vu là où on l’a laissé la dernière fois, tout déprimé au bal !

Comme elle est Mormon, Suzie n’a pas de téléphone ; il faut donc se servir d’une super-radio pour réussir à la contacter. Cela n’enchante que moyennement Eleven et Mike qui s’éclipsent comme ils peuvent avec une excuse bidon et, alors qu’ils prennent de la hauteur comme ils peuvent pour installer une nouvelle antenne, Will a de nouveau un sale pressentiment. Il a bien raison : dans l’entrepôt, il y a des rats qui se tordent de douleur et explosent, quoi. C’est l’appel que reçoit Nancy, évidemment.

Quant à l’antenne radio, elle ne permet pas du tout de contacter Suzie. En revanche, une fois tous ses amis partis (notamment Lucas et Max qui forment un couple plutôt marrant, j’adore toujours autant ces deux personnages), Dustin capte un message radio en provenance directe de… la Russie, oups.

Qui dit été dit aussi soldes pour Joyce qui fait ce qu’elle peut avec sa boutique clairement désertée, mais permettant plein de placements de produits, l’air de rien. Débordée au travail, elle l’est aussi par Hopper qui lui demande des conseils pour… gérer le couple Eleven/Mike. Et pour éduquer comme il se doit Eleven. Il est père célibataire dans tout ça, et ce n’est pas simple. Heureusement, Joyce est de bons conseils et l’aide bien, sans pour autant être assez réceptive à son flirt à son goût.

Quand elle rentre chez elle le soir, Joyce se rend compte qu’elle est seule… et se fait donc un plateau télé. Ah, la vie de célibataire. C’est apparemment un peu déprimant pour elle, mais en même temps, quelle idée de regarder des jeux débiles à la télé, hein ? Le problème, c’est surtout que ça lui rappelle son ex… et c’est vrai que l’air de rien, il manque, il s’était bien imposé en saison 2 le Bob. Il est toujours là, pour le coup : il nous permet de savoir qu’il y a un incident qui se trame dans l’ombre. Outre les rats qui meurent, il y a un problème de champ magnétique, avec tous les magnets du frigo qui tombent constamment.

En parallèle, Hopper essaie de suivre les conseils de Joyce pour parler à El et Mike, mais ce n’est pas bien brillant : il finit par péter un câble car les ados sont insupportables avec lui. Il embarque donc Mike dans un retour chez lui en voiture, où il lui fait la morale et lui fait peur. Way to go, Hopper.

Pendant ce temps, à la piscine municipale, Billy a un nouveau job : il est maître-nageur et surveille donc tout le monde ; le job parfait pour le personnage qui peut relâcher ses nerfs sur tout le monde tout en matant… Et en matant tout particulièrement la mère de Nancy et Mike, Mrs Wheeler. On continue sur les mêmes intrigues que l’an dernier et il drague de manière bien lourde ; mais ça fonctionne, clairement.

Elle se retrouve donc à vraiment envisager d’y aller, jusqu’à ce qu’elle entende son mari ronfler et se retrouve à hésiter. Billy n’a aucune hésitation lui : il se rend au rencard dans sa voiture, tout heureux, mais a un soudain accident de voiture quand quelque chose s’explose sur son pare-brise. Ca sentait le cliffhanger et ça ne manque pas : il se retrouve aspiré de manière bien douloureuse dans l’entrepôt. Aïe. Je sens qu’il va être notre nouveau Barb, c’est dommage, j’aimais bien ce personnage qui était parfait comme emmerdeur permanent.

Enfin, à son boulot, Steve essaie désespérément de draguer des clientes, étant totalement aveugle au fait qu’il a une collègue jolie qui se moque de lui et avec qui il finira en couple… Pas vraiment l’intrigue du siècle pour le moment.

> Saison 3

4 commentaires sur « Stranger Things – S03E01 »

  1. C’était sympa et ça remet bien dans l’ambiance. Ça commence doucement mais j’imagine que la suite promet d’être plus coriace 😅

    Aimé par 1 personne

  2. Avant qu’elle ne sorte de chez elle en ayant un dernier coup d’oeil pour son mari et sa fille, je n’avais pas compris que c’était la mère de Mike et de Nancy qui flirtait avec Billy 😂 Difficile de se remettre complètement dans le bain ^^
    Je plains Hopper face à ces deux petites pestes de Mike et d’El mais ils sont mignons tous les deux. Comme Max et Lucas d’ailleurs, je les aime particulièrement ensemble.
    Billy qui disparaît, déjà ? J’espère qu’il réapparaîtra, c’est le parfait emmerdeur qui se la joue beaucoup trop pour qu’il nous quitte si vite !

    J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.