Les films vus en octobre (1/2)

Salut les cinéphiles,

On se retrouve en début de mois (bon, à peu de choses près) pour parler des films vus dans le courant d’Octobre. Cela commençait vraiment mal pour mon défi de voir un film par semaine, mais je me suis bien rattrapé par la suite, et donc, tout va bien, l’honneur est sauf. Comme d’habitude, je divise cet article en deux, parce qu’il serait autrement trop long – trop long à écrire surtout, je sais bien qu’à lire, ça va plus vite de le parcourir. Allez, trêve de blabla parlons de films !

Résultat de recherche d'images pour "isn't it romantic"

Semaine 40 – Isn’t it Romantic ?

Lorsqu’il est sorti, ce film a fait un peu de bruit. C’est en tout cas l’impression que j’en avais, parce que Netflix me l’a matraqué non-stop pendant un bon moment. Finalement, je pense vraiment que c’est juste une comédie romantique qui n’a pas eu un succès de dingue. Il faut dire que du côté de l’écriture, c’est juste une comédie romantique avec un petit twist sympathique, mais pas exceptionnel. J’en retiens surtout un excellent casting, mais ça s’arrête là. Il y a pour moi des opportunités manquées dans le film, des clichés au cou finalement mal tordu et un ensemble tout juste sympa.

Après, il me fallait un film, on était un samedi soir veille de Paris Manga et j’étais chez ma tante, et voilà, on a regardé ça histoire d’avoir quelque chose pendant qu’on mangeait. De toute manière, on a bien compris qu’il fallait qu’on arrête de tester des films ensemble – ça ne nous réussit jamais. En conclusion, si vous êtes fans de comédies romantiques, ça vous plaira. Et pour les autres, passez votre chemin, sauf si vous avez une soirée à perdre !

Résultat de recherche d'images pour "timer emma caulfield"

Semaine 41 – Timer

Une semaine plus tard, je me suis retrouvé le dimanche soir sans avoir rien vu. Je revenais alors d’une deuxième journée à la Convention Buffy, et lors du panel avec Emma Caulfield, une question de ma voisine de siège avait évoqué ce film d’Emma Caulfield que je ne connaissais pas du tout. Comme la conversation entre elles qui a suivi m’a intrigué, je me suis dit que j’allais tester par moi-même pour voir pourquoi l’actrice disait qu’elle avait trouvé le concept vraiment original et surtout pourquoi elle demandait ce que sa fan avait demandé de la fin.

Mon dieu, j’ai vite compris en voyant la fin ! Quoiqu’il en soit, c’était un film que j’ai bien aimé, avec un casting très cool. Je vous le conseille, c’est le genre de petits films qui mériterait un plus gros succès. L’histoire ? Elle est assez simple : une société propose de vous greffer un implant qui permet d’obtenir un compte à rebours avant le jour où vous rencontrerez l’amour de votre vie – et promet que l’implant sonnera lorsque vous le croiserez. Cela donne envie, c’est sûr, mais le film se propose d’explorer les conséquences plus dérangeantes : les divorces, les gens condamnés à attendre des années, ceux qui refusent d’avoir un implant, ceux qui font semblant d’en avoir un, etc. Quant à Emma Caulfield, son personnage a un implant, mais le compte à rebours ne s’est pas lancé…

Regardez-le, j’ai vraiment accroché, moi !

Résultat de recherche d'images pour "zombieland"

Semaine 42 – Zombieland

Un film que j’ai trouvé sympathique, oui, mais sans être ultra-fan non plus parce que ça manquait quand même d’une intrigue soutenue. J’en ai parlé plus longuement dans cet article.

Résultat de recherche d'images pour "2001 l'odyssée de l'espace"

2001, l’Odyssée de l’espace

Quand j’ai reçu une invitation UGC pour venir voir sur grand écran ce chef-d’œuvre sur les Champs-Elysées, un dimanche de vacances scolaires, je me suis dit que je pouvais difficilement passer à côté de l’occasion. Déjà l’an dernier j’avais raté une projection grand-écran dans le cinéma de ma ville pour faute de… conseil de classe.

Cette année, je n’ai donc pas hésité à m’y rendre, et j’ai bien fait. Je ne connaissais rien du film avant de m’y rendre (je n’étais pas le seul, ouf !) et c’est sûr que j’ai été quelque peu décontenancé par le premier acte à mille lieues de ce que j’en avais imaginé. Chaque partie du film était tout de même assez prenante, même si j’en ai préféré le milieu, grosso modo. Pour l’époque, je comprends en tout cas pourquoi le film a fait parler de lui et pourquoi il est devenu culte malgré une réception mitigée. La version proposée au cinéma était une version remastérisée, et c’était magnifique.

C’est un film qui décontenance et qui mérite d’être vu sur grand écran. Je pense que j’aurais probablement eu du mal à entrer dedans en étant chez moi, mais dans un cinéma, ce n’est pas pareil. Et puis, un film avec entracte, c’était inattendu ! J’ai vraiment passé une excellente soirée… et ça donne envie de revoir Wall-E un jour, parce que clairement, il y a plein de références à côté desquelles j’étais passées.

Voilà pour aujourd’hui, je m’arrête là – ça permettra à tous de se rappeler de la fin de ce film et de repartir dans ses réflexions et incompréhensions. Rendez-vous la semaine prochaine pour parler des films vus ensuite, dont deux encore à l’affiche. Je ne résiste pas à l’envie de vous conseiller Dr Sleep si vous en avez l’occasion 😉

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.