Blindspot – S05E03

Épisode 3 – Existential Ennui – 12/20
Ce n’est pas glorieux cette semaine, mais je m’attendais tout à fait à une saison de ce genre avec un début, un milieu et une fin probablement très réussis, mais tout le reste qui fait de la peine à voir. Au moins, on va dire que l’épisode a le mérite de très bien porter son titre… et vite oublier les retournements de veste constants des personnages qui n’arrêtent plus de tourner en rond dans leurs choix et discussions. Je ne sais pas pourquoi j’avais un infime d’espoir de quelque chose d’un peu mieux, mais c’est en tout cas ce qui finit par faire baisser la note de cet épisode. Sorry not sorry.

> Saison 5


Spoilers

503

By that, we’ll have to assume we’re compromised.

Mais attendez mais quoi, ils sont sérieux ? C’est quoi ce cauchemar pourri de Jane pour entamer l’épisode ? J’ai tellement ri ! Elle s’imagine de retour au FBI avec toute l’équipe lui souhaitant son anniversaire et buvant du champagne empoisonné par Madeline. C’était rigolo… Mais vraiment pas dingue, même si c’est censé être la construction de personnage de Jane cette année apparemment.

L’intrigue de la semaine est repérée comme toujours par Patterson : quelqu’un s’est amusé à recréer une statue de WizardVille, son jeu vidéo. Quelques combinaisons informatiques plus tard, Patterson trouve le logo d’une abeille, pour symboliser Madeline, puis des coordonnées les menant sur une nouvelle planque. Tout paraît tellement simple.

De son côté, Matthew est donc retenu au FBI où Madeleine vient l’interroger sur l’attentat qui a eu lieu la veille sur sa personne. Bien. Deux semaines depuis le dernier épisode, mais nous sommes le lendemain. C’est merveilleux. La saison va aller vite pour eux à ce rythme.

D’ailleurs, Tasha s’en rend compte et trouve cela suspicieux que leur nouvelle mission débarque si vite. Seulement, Kurt est pressé de revoir sa fille, le reste de l’équipe veut aller vite et Tasha se retrouve une fois de plus en position d’être la reloue de l’épisode, alors que pour le coup, elle semble avoir raison. Mais bon, c’est une série d’action, pas la peine de se donner du mal comme ça Tasha, vas-y, ça se passera bien de toute manière.

Avant de se rendre compte que tout se passe bien, il faut toutefois que ça se passe mal pour leur mission en Allemagne, avec une économie de budget tel qu’on ne voit même pas la fusillade : on l’entend, parce que Patterson et Rich sont en liaison radio avec eux. Tasha demande d’avorter la mission, mais ça ne se déroule pas comme ça, avec des coups de feu rapidement tirés avant la coupure des communications radio.

Patterson et Rich n’ont plus qu’à stresser, du coup, pour deux heures trente. Comme ce genre d’attente du retour des héros n’est pas bien palpitant pour nous, le temps passe vite : on passe de deux heures et demi à une demi-heure. Patterson flippe de devoir changer de lieu de QG, surtout que ça voudrait dire perdre le contact avec le reste de l’équipe et donc encore perdre quelqu’un, mais l’ascenseur se met en route et, miracle, tout se passe bien, en fait. Qui l’aurait cru ?

Kurt est donc le premier à rentrer, mais il s’énerve contre Patterson et Rich qui lui indiquent que Tasha et Jane ne sont plus là. C’est plutôt bien construit comme épisode, tout ça, et on en revient à une formule déjà éprouvée par la série : les flashbacks pour reconstituer l’histoire de cette mission étonnante, avec chaque fois un nouveau membre qui revient et s’énerve de l’absence des autres ou des décisions prises en son absence.

Kurt est vexé de voir que Patterson n’a plus toutes les ressources dont elle disposait au FBI et que son génie est limité, par exemple, et il a besoin de Rich pour être remis en place, constamment. Vraiment, quel insupportable héros, ce Kurt ! Finalement, Zapata est de retour et avoue qu’elle a demandé l’avortement de la mission parce qu’elle a eu un mauvais instinct. Aha. Manquait plus que ça, elle nous fait des crises d’angoisse, maintenant ? Kurt et Jane ont continué la mission malgré tout, et ça pose le problème de continuer à leur faire confiance pour Tasha.

À ce stade, on pourrait croire qu’elle aurait compris qu’ils font ce qu’ils veulent et qu’elle est juste là pour suivre, mais non, cinq saisons n’ont toujours pas suffi apparemment. C’est finalement Rich qui arrête Kurt dans son engueulade avec Tasha, mais de toute manière, tout va bien : l’ascenseur fait à nouveau du bruit.

Jane finit par arriver à son tour, toujours en vie… mais avec un otage. OK ? Cela leur fait un nouveau colocataire, et un nouveau sujet de dispute surtout. Je comprends bien Tasha et Patterson qui ne sont pas pour du tout ce nouvel ennemi vivant avec elles. TU M’ETONNES.

C’est une super mauvaise idée puisque ça veut dire qu’on peut les retrouver bien rapidement… mais bon, tout le monde finit par s’y faire, parce que Jane veut l’interroger et qu’elle a le plan de s’en débarrasser ensuite très loin du QG. Bien sûr, l’épisode donne aussi tort à Tasha qui s’en veut d’avoir fait foirer la mission, alors qu’elle avait théoriquement raison… mais passons sur ce détail, ne soyons pas comme elle qui continue de la ramener sur le sujet malgré ses remords.

Bon, dans tout ça, Jane et Kurt interrogent donc l’homme capturé, mais j’avoue que comme toujours, ce type d’intrigue n’est pas vraiment ce qui m’accroche le plus. Je sais, c’est embêtant pour une série qui ne propose quasiment que ça, mais je suis là pour les personnages, pas pour les intrigues alambiquées et souvent peu crédibles – cette semaine, Jane réussit donc à passer la frontière avec un homme inconscient et un faux passeport, sans oublier un accent américain à couper au couteau, sans que personne ne la soupçonne.

Et quand ils interrogent l’homme, ils n’ont aucun mal ou presque à lui faire cracher sa mission… avant qu’il ne dise à Jane qu’il sait qu’il est à Prague. OUPS. C’est un grand problème pour toute l’équipe car cela compromet forcément leur grande base secrète si un des hommes du gang embauché par Madeline – oui, c’était ça le but de la mission en Allemagne, avoir des infos sur ce gang – sait qu’ils sont à Prague.

Patterson propose alors d’utiliser la drogue Zip pour lui effacer ses souvenirs. Jane est bien sûr contre, mais elle est bien la seule à y mettre son véto. Je sais, j’ai dit que j’étais là pour les personnages, mais en fait, je me rends compte que je ne suis pas là pour Jane. Elle culpabilise encore et toujours de ce qui est arrivé à Roman et elle empêche clairement tout le monde de tourner en rond.

Kurt lui dit que ce n’est pas bien grave et qu’ils n’auront qu’à changer de QG. Après tout, ça a l’air simple pour eux de passer les frontières, donc trouver un entrepôt abandonné quelque part en Europe semble plutôt simple… De toute manière, pas besoin d’en arriver là : l’homme qu’ils ont prisonnier est en fait un bon menteur et un des grands méchants de la saison. Il parvient à s’échapper facilement puisque personne ne le surveille pendant un moment.

Il réussit à mettre K.O Jane un moment – histoire que dans son cauchemar elle confronte Madeline pour comprendre qu’elle se sent responsable de tout ce qui arrive à l’équipe. Vraiment, ce n’est pas subtil, mais on va dire que ça fonctionne.

Avec un prisonnier qui se promène dans leur QG (plutôt que de s’enfuir, oui), tout le monde se retrouve encore une fois à s’engueuler, et c’est une fois de plus Rich qui permet d’être celui qui les calme. C’est n’importe quoi, mais c’est vraiment drôle : Rich est donc celui qui fait le petit speech du leader qui calme les troupes et leur fait prendre conscience qu’ils feraient mieux d’aller tous dans la même direction. Jane lui donne raison, Patterson lui donnera raison en fin d’épisode…

Bref, ils fouillent le bâtiment, dans l’espoir de retrouver l’homme qui ne s’échappe pas alors que c’est clairement ce que quiconque ferait à sa place. Le seul problème, c’est qu’une fois de plus, Tasha se sent mal pendant la fouille. Elle a des souvenirs de Reade qui lui reviennent et une nouvelle crise d’angoisse la met en danger de mort quand elle est prise en otage. Evidemment que ça devait arriver… je ne m’attendais pas à autre chose.

Bien sûr, elle s’en tire sans le moindre mal, parce que Jane tue l’homme avec un tir qui prouve qu’elle sait toujours aussi bien viser quand les scénaristes en ont besoin. Cela tombe bien, on va dire. Dans le même genre, l’homme a une carte SD sur lui – littéralement en lui, à vrai dire – qui permet à l’équipe d’avoir de nouvelles informations et peut-être de quoi faire tomber Madeline. Oh, ils y croient, mais ce serait trop simple.

Tout ce qu’ils découvrent en fin d’épisode, c’est que Madeline prévoit une petite attaque chimique. C’était déjà sous-entendu dans l’épisode d’il y a deux semaines, cela dit, on a connu meilleur cliffhanger. Bien évidemment, nous avons aussi droit à une petite scène où Jane et Tasha se réconcilient en se confiant leurs faiblesses – Jane a peur d’être responsable de ce qui arriverait de mal en cas de mauvaise décision de sa part, Tasha regrette la disparition de Reade qui lui manque. Bla bla bla. Je vous aime bien les filles, hein, mais à un moment vous n’avancez pas, vous tournez en rond depuis le début de saison, là.

Pendant ce temps, au FBI, Madeline est énervée de voir que Matthew lui ment et semble elle aussi tourner en rond – ou plutôt être un poisson dans un bocal oubliant chaque fois ce qu’elle avait en tête dans l’épisode précédent. OK, elle sait qu’il a parlé au père de Patterson et le soupçonne, sans vraie preuve… Mais, franchement, elle se fait bien chier quand on voit comment elle se débarrasse de ses ennemis habituellement, non ? Quel est l’intérêt d’interroger autant Matthew, alors que de toute manière Jane & Co n’arrêtent pas de s’attaquer à elle ou à ses hommes… En plus, elle assure qu’elle fait tout ça pour la sécurité de Matthew, c’est plutôt marrant, mais tout le monde sait que c’est faux, quel est l’intérêt de préserver cet espèce de masque stupide ? Aaah. Je me remets à détester Madeline, au moins.

Quand elle revient l’interroger une deuxième fois, elle lui pose des questions sur le prompteur et son hacking, parce qu’elle n’est pas débile, évidemment. Enfin, elle l’est, parce qu’elle le veut mort, mais elle refuse de le tuer alors qu’elle en a l’occasion là, préférant ces scènes bizarres… Finalement, elle entraîne ensuite Matthew en limousine, ce dernier lui révélant qu’il est loin d’être aussi con qu’elle ne le pense : il a bien compris son plan pour devenir vice-présidente.

C’est au contraire très con : il se retrouve plus en danger qu’autre chose maintenant qu’il connaît son plan. Il n’est pas autant en danger que la pauvre Briana que j’avais fini par oublier depuis le début de l’épisode. Maintenant qu’elle a pris la décision de trahir Madeline, Briana n’a plus aucune utilité aux yeux de notre méchante de la saison.

Enfin, elle en a une dernière : servir de leçon pour Matthew. Briana est donc tuée de sang froid par Madeline qui lui explique qu’elle lui a laissé pourtant le choix de finir mieux que ça. Je suis dégoûté, j’avais de grands projets et espoirs pour Briana… ou pas. En tout cas, pas mal de sa part d’être restée si longtemps dans la série.

Autrement, Madeline voulait donc prouver son pouvoir, afin de s’assurer qu’elle contrôlait toujours Matthew et qu’il ferait ce qu’elle voudrait. Je suis dégoûté de la mort de Briana, honnêtement, mais ce coup politique semble presque efficace. Par contre, faut qu’on m’explique pourquoi Madeline fait appel à tant d’hommes de main si elle savoure autant ses meurtres et pourquoi elle laisse Matthew en vie alors que, contrairement à ce qu’elle dit, elle n’a absolument pas besoin de lui.

Matthew est en tout cas traumatisé de la mort de Briana alors il accepte sa nouvelle mission – faire en sorte que Susan Shah ne soit pas un obstacle à l’ascension au pouvoir de Madeline – et demande à Afreen (la laborantine) de laisser tomber leurs petites affaires, parce que, tout de même, Briana est morte, c’est gênant. Bon. Il rechangera d’avis au prochain épisode de toute manière, comme d’habitude.

> Saison 5

2 commentaires sur « Blindspot – S05E03 »

  1. Ouais pas le meilleur épisode et qui porte bien son nom. Je n’aime tellement pas Madeline en plus, qu’elle me crispe dès qu’on la voit à l’écran !

    J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.