Gentleman Jack – S01E06

Épisode 6 – Do Ladies Do That ? – 16/20
L’écriture de la série et de ses répliques sauve véritablement l’ensemble de sombrer vers de moins bonnes notes, malgré ses points faibles, qui ne sont pas inexistants. C’est vraiment un plaisir de suivre cette histoire grâce à tout plein de moments très prenants. Côté réalisation et casting, c’est impeccable aussi, toujours, et je ne boude pas mon plaisir devant cette série, même si, encore et toujours, je la trouve lourde à digérer.

> Saison 1


Spoilers

06.jpg

I lost you haven’t I ?

L’épisode reprend avec le retour d’Anne à Shibden Hall, et ça fait vraiment de la peine de la voir dans cet état-là. Sans trop de surprise, elle essaie d’être discrète, surtout quand elle entend que son futur beau-frère est en plein repas avec le reste de la famille. C’est finalement Elizabeth qui tombe sur elle et est surprise de la voir dans cet état, qu’Anne minimise aussitôt.

Elizabeth s’occupe bien d’elle heureusement, voulant même appeler un médecin, même si elle n’en a pas le droit, puisqu’Anne refuse. Elle lui apporte donc simplement un paquet qu’elle a reçu et qui contient une magnifique bague, qu’Anne destinait probablement à Miss Walker. Bref, tout ce qu’il faut pour ajouter un peu de douleur morale à la douleur physique.

Le lendemain, Anne doit donc improviser une excuse auprès de sa famille et explique qu’elle est simplement tombée en marchant le long d’un mur. Marian l’aide en la couvrant malgré cette excuse peu probable, espérant surtout que Anne pourra se montrer présente lors d’un second déjeuner prévu avec Abbott et sa mère. Ce n’est pas gagné du tout ça, surtout qu’Anne a clairement d’autres problèmes en ce moment, ayant encore à vomir suite aux coups reçus et à la douleur physique.

Anne reprend ensuite sa correspondance, même si je dois dire que j’ai eu du mal à raccrocher les morceaux pour apprécier pleinement les missives avec cette Mary. Tant pis. Elle a aussi une lettre de Jeremiah Rawson qui l’attend bien sagement auprès de sa tante, celui-ci espérant encore renégocier son contrat avec elle. La tante profite d’un moment de calme et de pause dans la vie mouvementée de sa nièce pour lui parler de Abbott qu’elle n’aime pas beaucoup. Anne a surtout envie de se croire chez le psy par contre : elle s’allonge sur le canapé et raconte à sa tante sa déception amoureuse.

Très vite, la déception se transforme en colère et en regret, parce qu’elle était sûre de pouvoir la rendre heureuse, malgré la situation. Qu’est-ce qu’elle est touchante, Anne Lister, quand elle a ce genre de discours si moderne dans une époque si conservatrice et pas prête à l’accepter pour ce qu’elle est. Anne se retrouve à devoir expliquer à sa tante qu’elle voyagera donc seule, à Paris, avec Eugénie et peut-être Thomas. Ah, d’où l’insistance sur ces deux-là ? Ils seraient donc des clés en saison 2 ? Espérons, je les aimais bien, moi, dans les premiers épisodes. Depuis, ils évoluent trop en parallèle sans que ça ne serve vraiment à l’histoire, c’est moins prenant.

Anne enchaîne ensuite avec un rendez-vous professionnel auquel je me suis peu intéressé, j’avoue. C’est logique après l’épisode précédent centré sur sa vie amoureuse de se retrouver avec le retour de cette intrigue au cœur de l’épisode. Seulement, je n’avais déjà pas envie de me plonger là-dedans avant, c’est désormais pire. Les négociations avec Rawson restent intéressantes, surtout qu’Anne finit par concéder un peu d’argent.

Elle ne le fait pas suite à son agression, mais elle sait très bien que si elle s’est fait agresser, c’est probablement à cause de Christopher Rawson. Les sous-entendus entre elle et Jeremiah vont vraiment dans ce sens et rendent tout ça un peu plus intéressant, au moins, mais vraiment, sans l’écriture ce serait un calvaire cette intrigue.

En parallèle, c’est superbe : Miss Walker passe désormais tout son temps à faire des cauchemars dans lesquels elle et Anne sont pendues. Quelle angoisse. Face à une maladie qui commence à lui faire entendre des voix au beau milieu de la nuit, Miss Walker est clairement en train de sombrer dans la folie, forçant ses serviteurs à recontacter Anne.

Celle-ci accepte de se rendre auprès de Miss Walker pour l’apaiser et la consoler, mais certainement pas pour lui promettre d’être toujours là pour elle, malgré ses demandes pressantes. Il est intéressant de voir qu’elles se réconcilient sans avoir vraiment une scène de réconciliation, car cela laisse leur relation dans un entre-deux compliqué où aucune des deux ne peut avoir vraiment ce qu’elle souhaite avoir.

Pour ne rien arranger, en plus, Miss Walker entend bel et bien des voix au milieu de la nuit, réveillant Anne qui n’entend que le vent et le récit d’Ann, sur des voix parlant d’elle. Ouep, Miss Walker s’imagine à présent entendre des esprits et c’est une folie à laquelle je ne m’attendais pas. Après, elle a tellement d’angoisse à gérer, je la comprends un peu. Il n’empêche que ça fait de la peine de la voir comme ça.

Cela fait de la peine à Anne, mais aussi à Catherine qui est là pour aider son amie. Le lendemain matin, Anne est forcée de prendre soin aussi de la situation, en plus des soins portés à Ann toute la nuit.

Elle demande donc à Catherine (Rawson !) de garder la situation pour elle afin de ne pas ébruiter l’affaire, ce qui lui fait gagner sa confiance, Catherine s’avérant surprise de découvrir qu’Anne n’est pas le monstre qu’on lui avait présenté. Sans déconner. C’est finalement à la sœur de Miss Walker qu’Anne décide d’écrire pour faire venir un médecin au plus vite, et dans l’espoir surtout de pouvoir l’amener à York revoir le médecin qui lui avait prescrit de partir en voyage.

Au moins, la veille, Anne envoie un message à sa tante pour la prévenir qu’elle passera la nuit à Crow Nest, et la scène fait surtout rire, franchement. Les deux vieux retournent à leur somnolence comme si de rien n’était, alors qu’Eugénie drague un nouvel homme devant celui qui voulait se marier avec elle… mais bon, clairement ce flirt, j’arrête de m’y attacher.

L’absence d’Anne à Shibden Hall est toutefois assez triste pour Marian, puisque celle-ci constate une nouvelle fois que sa sœur n’est pas là pour un deuxième repas avec Abbott et sa mère. C’est tout triste honnêtement. De toute manière, elle n’a pas le temps de s’en plaindre à sa sœur car quand Anne rentre, il y a une autre urgence à gérer du côté des puits de charbon. Hinscliff a pris la décision d’étendre les travaux sur la terre de Shibden Hall, en utilisant une route qui leur appartient.

Anne fait aussitôt arrêter tous les travaux, puis se rend de nouveau chez son avocat, pour régler le problème. Malheureusement, ce n’est pas si simple et elle a les mains liées quand ses affaires et vraies intentions sont connues de tous. Comme si tout ça n’était pas déjà assez épuisant, Anne passe désormais ses nuits à réconforter Ann dans sa folie. Finalement, il est proposé à Miss Walker par sa sœur de se rendre à… Edinburgh. Et ça, ça ne plaît pas tellement à Miss Walker qui comprend bien que ça signifie dire adieu à son voyage à Paris, pour lequel elle n’est pas prête, et surtout adieu à Anne, qui ne voyagerait donc plus avec elle, mais seule.

L’insistance sur la solitude d’Anne étant quelque peu dérangeante, Miss Rawson est congédiée par Anne. Miss Walker profite de son absence pour savoir si elle a perdu à jamais Anne, mais tout ce qu’elle gagne est finalement une demande en mariage, avec Anne se mettant à genou. C’est beau… mais Ann ne se sent pas en mesure de dire oui. C’est horrible pour Anne, qui se console en récrivant à Mary, pour lui donner rendez-vous à Londres, avant son voyage à Paris.

Finalement, le temps passe à toute vitesse dans cette saison, encore et toujours. On retrouve ainsi Marian énervée de ne pas avoir de nouvelles de son amant depuis… trois semaines ! Cela ne fait même pas dix minutes qu’il vient de déjeuner avec elle à Shibden Hall ! Vraiment, c’est ma plus grosse critique à formuler à la série : on n’a aucune idée de la chronologie. Parfois, ça semble se dérouler sur deux semaines en tout, parfois, on prend conscience qu’il y a des mois entiers qui s’écoulent, mais jamais la chronologie n’est claire. C’est dommage.

En tout cas, pendant que sa sœur s’énerve après elle à cause de son absence lors des déjeuners avec Abbot, Anne reçoit une missive de Miss Walker lui demandant une nouvelle fois de la merci alors que le Capitaine Sutherland (le mari de sa sœur, si j’ai bien tout suivi) vient d’arriver. Aussitôt la lettre lue, Anne retourne à Crow Nest, où elle apprend que son amante verra le docteur Hamilton, un médecin pour les femmes. Voilà qui ne plaît pas tellement à Anne, franchement. Elle est inquiète, mais n’a pas trop le choix que de donner le change et de venir en aide à Ann pour qu’elle fasse ses bagages. Ce n’est pas du tout les intentions de Miss Walker qui insiste encore et toujours pour avoir des promesses de la part d’Anne. Cette fois-ci, Anne craque et lui promet, parce qu’elle est faible en sa présence, évidemment.

Si elle passe bien la nuit avec Miss Walker, tout n’est pas si simple pour elle : Anne est bouleversée de comprendre pourquoi Ann ne veut s’engager avec elle. Elle lui explique qu’elle sait les regards qu’on lui jette et qu’elle ignore, et elle finit en larmes de savoir que personne ne voudra jamais d’elle, précisément à cause de ça.

La scène est magnifique, c’est sûr, et ça nous montre bien les fragilités d’Anne. Le lendemain, elle doit dire au revoir à Ann, qui lui offre tout de même une Bible. Alors qu’Ann s’apprête à partir, Anne est confrontée à Mrs Sutherland expliquant qu’elle aimerait bien qu’Ann cède aux avances de son neveu qui veut se marier avec elle, sutout que ça permettrait de régler quelques dettes familiales. Comme toujours, Anne n’envoie pas dire ce qu’elle a à dire, puis elle regarde Miss Walker partir vers l’Ecosse. La séparation est cruelle, parce qu’elle ne sait pas du tout quand elles se reverront, et c’est vrai qu’avec la musique du générique par-dessus, c’est tout bouleversant à regarder.

De son côté, Thomas se retrouve dragué par Miss Washington, même s’il ne s’en rend même pas compte. Cette dernière lui apprend qu’elle veut devenir apprentie couturière, avant de s’extasier de voir son cochon en si bonne santé. Eh bah. Le flirt mène à quelques baisers entre eux et une jolie scène en forêt où elle lui explique qu’elle aimerait bien qu’il veuille l’épouser. Reste à voir s’il aura le courage de le demander à son peut-être futur beau-père, parce qu’il n’est pas vraiment le gendre idéal à être fermier. Elle est clairement plus éduquée que lui, et plus riche surtout… Affaire à suivre, si tant est que les scénaristes s’y intéressent ensuite.

> Saison 1

6 commentaires sur « Gentleman Jack – S01E06 »

  1. Ah dis donc oui, dans l’épisode précédent t’as pas parlé du fait qu’elle commande une bague mdr.
    Mary c’est Mariana (quel bordel les noms à l’époque, je te l’accorde mdr mais décidément t’as du mal avec elle), elle lui écrit pour lui dire qu’elle compte partir en voyage et qu’elle souhaite un nouveau palefrenier pour remplacer l’autre qui est mort x) et elle lui demande des recommandations. On la voit en plus comme pour l’épisode avec son frère où t’as pas fait le rapprochement mdr. Et elle est toute fière d’elle quand elle lui demande pourquoi elle ne parle pas de Miss Walker dans sa lettre parce qu’elle était jalouse mdr.

    J’aime beaucoup la scène avec sa tante. « And she lo… she looks up to me » 😭 Cette scène est dingue parce que tu la vois vraiment partagée entre sa déception et l’amour qu’elle a pour Ann. C’est vraiment un truc que tu ressens dans ses journaux, même énervée elle pouvait pas s’empêcher d’avoir de l’affection pour Miss Walker.

    Malheureusement, oui, Miss Walker était sujette aux terreurs nocturnes et autres angoisses. Anne a passé pas mal de nuits avec elle, à essayer de la rassurer en essayant diverses techniques (dont la lecture de la Bible parce que Miss Walker avait la sensation qu’elle allait mourir d’un moment à l’autre) à tel point que ça jouait aussi sur son mental. Ecrire à sa soeur était son dernier recours je pense. Elle disait qu’elle avait hate de se débarrasser d’elle mais en même temps elle retournait toujours vers elle, clairement son attachement était réel et elle ne pouvait pas se résoudre à la laisser tomber. Je sais pas trop aujourd’hui ce qu’on lui diagnostiquerait mais elle avait clairement une santé mentale très fragile et le comportement de sa famille n’aidait vraiment pas … C’est difficile de savoir exactement ce qui causait ça, ce n’était pas seulement le fait qu’elle n’arrivait pas à réconcilier son amour pour Anne et la religion, il y avait clairement autre chose derrière car dans les premieres années où Anne la mentionne (bien avant la période où elles se fréquentent) elle parle déjà de la santé mentale d’Ann.
    La scène où Catherine s’excuse est aussi tirée des journaux. C’est fou tout ce qu’ils ont réussi à caser n’empêche.

    Encore une fois, la chronologie est vraiment perturbante même si à un moment j’ai juste choisi de me laisser porter je crois. Rien que dans la scène où elle retrouve Miss Walker, on voit que ses blessures ont déjà bien guéries donc il y a clairement plusieurs jours qui passent alors qu’on dirait pas.

    La scène où Anne réitère sa demande puis leur dernière nuit ensemble 😭 « I rise above it » 😭 Quelle tristesse cette scène ! Et la petite musique derrière !
    La vieille qui propose son neveu en mariage c’est vraiment arrivé aussi ptdr quelle époque de merde de ce point de vue là !
    Leur séparation 😭 surtout qu’à l’époque tu savais que t’allais pas te revoir de si tôt 😭 Le coup de la Bible par contre, elle a découvert la citation qu’après (Ann avait simplement écrit la référence dedans).

    J'aime

    1. C’est inévitable : je n’arrive pas à parler de tout, comme je te l’ai dit ailleurs ; je suis trop happé dans la série et après il faut écrire la critique :’)
      Pour Mary, j’ai compris à l’épisode suivant et réussi à recoller les morceaux, mais tant pis, pour la critique, je ne suis pas revenu dessus, parce que c’est aussi un reflet de ce que j’ai moins aimé dans l’épisode, de me sentir perdu après tant d’épisodes. La série est écrite par des spécialistes de la vie d’Anne, certes, mais ça donne parfois l’impression qu’il faut décoder le scénario aussi. C’est un style, mais c’est un peu galère ! Pour le reste, j’avoue que je n’arrivais pas à reconnaître l’actrice, mais la fierté est tellement visible aha !

      Oui, belle réplique, ça a a failli être mon choix d’ailleurs !

      Pour Miss Walker, je pense que le comportement de sa famille est totalement responsable de ses cauchemars, terreurs nocturnes et de sa folie, et la série prend ce parti aussi puisque ça recommence de plus belle après avoir appris qu’on pendait les homosexuels… Elle a peut-être toujours eu des angoisses vis-à-vis de ce qu’elle refoulait, sinon ? C’est étrange, mais merci pour l’éclairage, ça montre bien l’attachement d’Anne, effectivement !

      Les blessures qui se soignent en une heure, c’est assez énorme pour la chronologie.
      Pas étonné pour ce qui vient des journaux… Je pense que tu m’étonneras plus en me disant ce qui n’en vient pas ahahah !

      J'aime

      1. Miss Walker avait aussi des angoisses parce que ses parents sont morts brutalement à quelques semaines d’intervalle il me semble. Et ensuite son frère est mort pendant sa lune de miel x) Et sa soeur s’est mariée avec l’autre con qui n’était intéressé que par leur argent et qui a ensuite fait de sacrés coups de pute x)

        J'aime

      2. Et du coup j’avais aussi totalement zappé que juste avant de revoir Anne (avant le début de la série pour la chronologie) elle avait reçu une demande en mariage d’un type et elle avait accepté (sûrement pour faire plaisir à sa famille) et en fait le mec est mort pas longtemps après donc elle se sentait mal aussi vis à vis de ça.

        J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.