God Friended Me – S02E09

Épisode 9 – Prophet & Loss – 16/20
Les choses s’accélèrent un peu trop dans la tête de Miles et c’est bien dommage… Cela nous donne un épisode qui se détourne de la formule habituelle et de la bouffée de bonnes ondes que dégage habituellement la série. Tout ça m’a laissé perplexe : c’était un bon épisode, ça, c’est sûr, mais ce n’était pas l’épisode que je m’attendais à suivre, notamment du côté des émotions communiquées. Étrange, tout de même, ce changement de ton…

> Saison 2


Spoilers

209.jpg

For a non-believer, you certainly follow the God account blindly.

Ooooh ! L’épisode commence par des personnages jouant aux échecs, mais c’est génial pour le Bingo Séries, ça ! Arthur et Miles jouent donc et m’arrangent bien, même s’ils ne sont pas du tout concentrés sur la partie. Il faut dire qu’ils ont de quoi parler avec le cas de Trish en fin d’épisode précédent et avec les doutes de Miles par rapport à ce que Gideon lui a dit.

Effectivement, Miles se retrouve à envisager d’arriver à un moment où il devra rompre avec Cara… C’est gros, il ne s’est encore rien passé allant dans ce sens, il faut se calmer !

Cara s’inquiète pour Rakesh suite à sa rupture, et je trouve ça plutôt mignon de sa part. Cela aurait pu être bien qu’elle s’arrête deux secondes avant pour l’aider et le conseiller dans sa relation, mais bon. Elle préfère sa propre relation avec Miles, et son propre job, parce que bien sûr, Cara a besoin de Rakesh aussi pour ses articles.

Je commence à avoir du mal avec le personnage de Cara, c’est triste ça. Bon, elle invite Miles chez sa mère pour un dîner de famille tout sympathique… sauf que Paul, son beau-père est la nouvelle suggestion d’ami de Dieu. Oups ! Personnellement, je n’aime pas l’acteur casté dans le rôle de Paul, parce que je sais que je l’ai vu ailleurs dans le rôle d’un faux gentil.

Difficile de lui faire confiance dans ces conditions, mais bon, ce n’est pas le genre de la série de nous fournir des méchants. D’ailleurs, c’est peut-être quelque chose qui lui manque : un bon antagoniste pour Miles ne ferait peut-être pas de mal de temps en temps… Un bon gros duel avec un petit compte pour le Diable, voulant faire en sorte que les gentilles idées de Miles soient contrecarrées, non ? Non, ça ruinerait tout l’esprit de la série, je sais.

Tout se passe bien pendant le dîner et Miles sympathise plutôt bien avec la famille de Cara, mais cette suggestion d’amitié le met mal à l’aise. Il en parle dès que possible à Cara, pour avoir son avis sur son beau-père. Il se montre aussi rassurant que possible avec sa copine, mais bon, elle prend mal la nouvelle tout de même. Elle vit avec lui depuis plusieurs mois et n’a rien remarqué, en plus… c’est sûr que c’est compliqué à accepter, ça.

Ils commencent donc à enquêter sur Paul, mais ils le font en étant transparent et honnête avec Paul. Celui-ci leur explique qu’il a des problèmes au travail, ce que la mère de Cara ne savait pas du tout, mais ça ne semble pas être toute la vérité pour Miles qui a envie d’obtenir l’aide de Rakesh sur ce coup-là… Cara n’en est pas ravie, mais comme elle a sa propre enquête avec Adam sur un certain John Carter, il n’y a pas trop le choix de laisser Miles gérer seul le cas de Paul.

Et Miles fait alors ce qu’il ne fait jamais : il prend Paul en filature… et finit par retomber sur Cara qui est là pour John Carter. Ouep, le trader véreux sur qui elle écrit est en contact avec Paul, qui est son collègue. La déception est grande pour Cara, inévitablement, mais Paul lui affirme qu’il ne fait rien d’illégal. L’aide de John est un peu sombre, mais pas illégale selon lui, et il a vraiment besoin d’aide et conseil financier de la part de John, parce que sa situation financière est super critique.

Cara lui fait confiance, Miles non. Moi non plus, hein. Déjà, il est tôt dans l’épisode pour que tout soit réglé, et ensuite, cet acteur ne m’inspire pas confiance. En tout cas, Cara et Miles se retrouvent à se disputer sur la marche à suivre ensuite. Cara veut laisser tomber son article sur Carter, Miles n’est pas prêt à le faire… Il réunit sa famille pour avoir leur avis et envoie alors une information anonyme capitale à Adam.

C’est violent pour Cara de découvrir la trahison de Miles, mais c’est cohérent par rapport au reste de la série, alors vraiment, les scénaristes font du bon boulot. Quant à Paul, il n’a pas vraiment de souci à se faire, c’est John qui est dans la merde, car c’est lui qui communique les informations de manière illégale. Par contre, Paul n’a pas non plus de quoi faire le malin : il perd le moyen de rembourser ses clients avec la publication de cet article…

Rakesh est en pleine rupture et malgré l’aide de toutes les femmes de sa vie (Cara et Alie, donc), il a du mal à s’en sortir. Pour ne rien arranger, sa dépression affecte son travail où il ne propose plus que des applications peu inspirées et ne convaincant pas du tout sa boss… Alie lui conseille de chercher l’inspiration dans sa rupture. C’est un gros mouais ce conseil, mais ça va marcher avec cette série.

En attendant, Rakesh est consolé de voir que Miles se trouve dans de plus beaux draps que lui : il déçoit tellement Cara à suivre aveuglément le compte de Dieu qu’elle l’engueule bien violemment, avant d’aller s’occuper de son beau-père pour qui elle se sent inévitablement bien mal. Malgré la dispute, Miles décide de venir en aide à Cara et se rend chez elle pour la convaincre d’accepter son aide à trouver une solution pour Paul… et ça tourne très mal.

En effet, alors qu’il est sur place, Susan découvre l’article de Cara et leur apprend que John Carter est un vieil ami de Paul. Si John est sous le coup d’une enquête, il est évident que Paul le sera lui aussi bientôt, et ça fait flipper Susan, à juste titre. La police débarque et grâce à l’aide de Rakesh, Cara et Miles découvrent que Paul envisage de se barrer du pays en allant au Canada. Lui et John font en effet partie d’un groupe de pilote et ont l’habitude de passer leurs étés au Lac Ontario. Morale de l’histoire : les écoles de commerce ne vous font pas que du bien.

Miles et Cara débarquent à temps à l’aéroport pour l’empêcher de partir, mais encore faut-il parvenir à le convaincre. Ben oui, il a tout prévu, y compris laisser de l’argent pour Susan et Liv. Il savait très bien ce qu’il faisait… Et il espère que Susan et Liv se remettront de son départ et feront confiance à ses avocats. Cara parvient à convaincre son beau-père de ne pas partir, craignant de voir se répéter le schéma familial instauré par sa mère.

C’est super violent, mais efficace : Paul revient et se rend au FBI, acceptant de témoigner contre Jonathan pour réduire sa peine. N’empêche qu’il aura une peine quand même… Susan en veut à Miles, forcément, ne comprenant pas comment il est possible que leur histoire n’obtienne pas une fin heureuse comme toute celles sur lesquelles Miles a bossé depuis le début. C’est compliqué tout ça et ça laisse Miles déprimer avec Rakesh au bar.

Alie les réconforte… Et Rakesh décide d’inventer une application de rencontres, grosso modo. Euh… On a connu mieux comme idée honnêtement. Son but est juste de prouver à Jaya qu’il est son âme sœur et ça pue tellement le syndrome du nice guy que j’ai eu peur de voir des boutons d’urticaire pousser sur mon visage. De son côté, Miles recontacte Cara pour se faire pardonner et espérer que le compte de Dieu ne se mette pas entre eux comme Gideon l’avait prévu…

Cara ne voit pas tout à fait ça comme ça : elle se rend compte que Miles a privilégié le compte de Dieu à elle et qu’il a fait ce choix tout seul (sans savoir qu’il a en fait demandé à sa famille hein). Ils vont devoir continuer leur vie en sachant qu’il a fait ce choix et, pour le moment, Cara préfère rentrer auprès de sa mère plutôt que de rester avec Miles. Aïe. En même temps, désolé Cara, mais Miles a fait le bon choix et probablement le choix que tu aurais fait à sa place. C’est un peu hypocrite de lui en vouloir alors que les vraies conséquences sont finalement uniquement de la responsabilité de Paul. Par contre, drôle de non happy ending cet épisode !

En parallèle, Arthur a donc pris ses fonctions à la tête de l’Eglise de New-York, mais il se rend compte que ce n’est pas si évident comme métier, quand l’un des membres de l’Eglise se montre très empêcheur de tourner en rond avec lui. Il en parle à Trish lors d’un déjeuner qui nous montre que le couple a traversé la crise sans grande difficulté, avec Trish se trouvant un nouveau projet comme je lui avais suggéré dans la critique précédente. Ainsi, elle décide de reprendre le piano.

Pour en revenir à Arthur et sa carrière religieuse, le problème du révérend Elias est en fait sa vie personnelle qui ne correspond pas aux traditions classiques de l’Eglise. C’est vrai qu’il y a beaucoup de choses à gérer : Miles qui est clairement athée dans son podcast, Alie qui a quitté l’Eglise de son père pour une autre et Trish qui n’est pas mariée avec lui… Alie est inquiète pour son père et elle s’en confie à Trish, qui décide d’aller voir Arthur pour lui donner à son cours, comme Alie, le conseil de virer Elias de sa position.

Elle le fait de manière bien maligne : elle lui répète simplement le conseil qu’il a donné à son fils pour qu’il vire bel et bien Elias. C’est vite fait, et parfaitement inutile comme intrigue… mais c’est souvent le cas des intrigues secondaires, malheureusement. Si seulement j’accrochais à ces personnages un peu plus !

> Saison 2

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.