neXt – S01E01

Épisode 1 – #FILE1 – 15/20
On est sur une série qui n’invente rien de bien nouveau, mais qui devrait être plaisante à suivre tout de même. J’ai déjà peur de m’embarquer dans un truc qui sera annulé rapidement par contre. La série fonctionne sans surprendre, ni sans être incontournable. Après, la simplicité a parfois du bon et je dirais qu’il faut en profiter quand elle est là ; mais Person of Interest ou Westworld sont passées par là avant, quoi.

> Saison 1


Spoilers

I really want to learn about the world.

La série débute par un petit discours sur la puissance de la bombe atomique et la terreur des nerds qui ont appuyé pour la première fois sur le bouton lançant cette bombe. Le discours est tenu par un homme qui se dit lui-même apeuré par la puissance de feu qu’il a entre les mains et qui n’hésite pas à se comparer à ces geeks. Bien. L’ambiance est donnée, surtout qu’on sait déjà que ce sera un personnage principal.

Avant d’en savoir plus sur lui, il faut toutefois introduire la série pour ce qu’elle, une série de science-fiction qui n’a pas trop froid aux yeux. Ainsi, la série se déroule « de nos jours », mais nos jours avant le Covid, clairement, à Portland. Elle enchaîne par une voiture allant à toute vitesse et un conducteur voulant acheter une carte papier dans un magasin, probablement pour éviter d’utiliser un GPS. En effet, il a clairement peur de la technologie.

Ainsi, quand il apprend que la caméra du magasin s’est réparée et le film, il n’est pas du tout serain. L’homme est terrifié et se débarrasse également de son portable quand il repart en voiture. Il a pourtant raison d’avoir peur : ailleurs sur la route, une voiture électrique est soudainement piratée et le chauffeur en perd le contrôle. Voilà donc sa voiture qui fonce dans celle de l’homme sans qu’il ne puisse rien y faire. Evidemment.

Ailleurs, un petit garçon demande à Iliza de lui raconter des blagues. Iliza est l’Alexa fictive de cette série. Le gamin s’appelle E (comme Ethan), sa mère Shea est d’origine hispanique et son père est encore dans le tableau familial, lui aussi. Bien, on nous introduit un couple tout banal pour une série, surtout que Shea est une agent du FBI, l’agent spécial Salazar. Pas très original tout ça.

Elle reçoit un SMS qui la fait flipper et l’emmène à l’hôpital, au chevet du type effrayé qui vient d’avoir un accident de voiture. Elle arrive même à l’hôpital avant sa fille, Jennie. Celle-ci est inquiète pour son père, surtout qu’elle sait qu’il était apeuré peu de temps avant son accident parce qu’un truc le poursuivait, selon lui.

Jennie se rend finalement auprès de son père, en laissant tout de même le caméscope de son père Shea. Soit. Elle y trouve une cassette avec le nom « LeBlanc » dessus. LeBlanc ? Le geek qui faisait la conférence plus tôt dans l’épisode. Il déjeune désormais avec sa fille qu’il ne connaît pas vraiment et qui n’a pas spécialement envie d’apprendre à le connaître, même si elle vient au restaurant malgré tout.

L’obsession de LeBlanc est de réparer sa relation avec sa fille, mais ça ne semble pas gagné d’avance. En plus, il a été viré… et il vole la fourchette de sa fille, ce qui sous-entend généralement un test ADN. Il se rend après ça au FBI où l’on retrouve toute une équipe en train de bosser sur une intrigue qui aura forcément un lien avec le reste à un moment ou un autre.

Pour l’instant, ce n’est pas gagné pour piquer mon intérêt, malgré un acteur que j’aime bien dans l’équipe, et une actrice que je déteste purée ! Je ne savais pas (plus ?) qu’elle était là, et je m’en serais bien passé. Bon, allez, on enchaîne avec LeBlanc qui arrive au FBI et est réticent à venir en aide à Shea. Elle décide tout de même de lui montrer la vidéo de Bernard Weiss, l’homme qui a eu l’accident de car et que son équipe connaît pour être celui qui lui a sauvé la vie.

Le pauvre aurait bien besoin d’aide, parce qu’à l’hôpital, les machines qui le maintiennent en vie cessent de fonctionner, juste assez longtemps pour le tuer. C’est triste. Avant ça, on a eu le droit à sa vidéo complotiste montré à LeBlanc. C’est honnêtement digne des pires complotistes Facebook, et il nous explique qu’il a découvert un code en transférant des données dans le cloud, code qui semble prouver qu’il était espionné. Mouais.

C’est embêtant, parce qu’on sait qu’il ne s’en tire pas et qu’il a raison. Shea, elle, est totalement dépressive quand elle apprend sa mort, et elle contemple une cicatrice. Elle a à peine le temps de se confier sur son deuil à son mari qu’elle reçoit un appel de LeBlanc – alors qu’ils étaient justement en train de regarder une vidéo de lui – qui lui explique que son ami a été tué et que c’est pour lui évidemment un meurtre.

En effet, il a pris en photo un code que LeBlanc avait lui-même écrit et qui était une partie d’une intelligence artificielle qu’il a décidé de supprimer lorsqu’il s’est rendu compte que le code était capable de se réécrire lui-même et devenir meilleur. Bref, on est sur une intelligence artificielle capable de devenir meilleure assez rapidement et de manière exponentielle à chacune de ses réécritures, l’angoisse de tous les créateurs d’IA et de tous les fans de Terminator. On sait bien qu’on ne fait pas le poids, du tout, face aux machines après tout.

Shea fait confiance à LeBlanc au point de laisser tomber son trafic d’humains de base et de se rendre avec lui en jet privé à Palo Alto. Ils se rendent ensemble à Zava, l’ancienne compagnie de LeBlanc, dans un avion qui manque de se crasher. J’aurais bien voulu, moi, ça m’aurait fait un point du Bingo Séries au moins. En plus, Shea n’arrête pas de lui dire qu’elle n’est pas convaincue et de lui demander pourquoi elle le suivrait… alors qu’elle est déjà en train de le faire. Franchement.

Une fois à Zava, Paul LeBlanc fait tout un scandale dans son comportement qui n’est pas loin de me rappeler Darius de Salvation. Et désolé, mais ce n’est pas un compliment. Il finit par inquiéter son frère, Ted, qui décide donc de lui montrer l’équipe top secrète menée par une certaine Sabrina, toute heureuse de rencontrer Paul. Même si c’est top secret, Ted lui demande de leur parler de neXt, la future intelligence artificielle capable de se réécrire toute seule.

Alors qu’il est question de raconter tous les soupçons de Paul au beau milieu de ce sous-sol où toute une équipe peut les entendre, Shea remarque un employé stressé et envoie aussitôt son nom à son équipe. Le nom est à peine arrivé que toute le FBI se retrouve avec ordinateurs hyper lents. Ah, les intelligences artificielles…

En attendant, à Zava, Paul tente le tout pour le tout et a sa première conversation avec neXt. Clairement, neXt est super-intelligent et tient super bien la conversation, mais c’est tout sauf rassurant pour Paul. Celui-ci tente alors un coup de bluff : il fait croire à l’intelligence artificielle qu’il va lui faire exécuter une commande qui le détruirait, surtout qu’il croit encore que neXt est hors-ligne. Nous, on sait bien que le programmateur stressé n’est pas introduit dans la série pour rien et qu’il y a forcément des sauvegardes de neXt quelque part. Le virus est lancé…

Paul en est convaincu, d’ailleurs, même si la machine exécute son bluff comme si de rien n’était. Paul perd un peu en crédibilité sur ce coup-là et se fait virer par Ted, ce qui lui fait perdre encore plus de crédibilité. Le problème, c’est qu’il finit par voir des gens qui ne sont pas là. En fait, il les voit depuis le début de l’épisode, mais là, il pète un câble et voit des gens avec une seringue, alors c’est clair que ça craint. En plus, ça force Shea à rester plus longtemps avec lui. Elle se retrouve donc à devoir téléphoner à son mari, qui s’est occupé d’Ethan toute la journée.

Ethan a des problèmes lui aussi. Le pauvre est harcelé à l’école et sa meilleure amie est… Iliza, l’intelligence artificielle. Oh, le mari de Shea l’entend et en parle à sa femme quand elle l’appelle, mais celle-ci voit son attention détournée par le malaise de Paul. Elle découvre donc, puisqu’il lui avoue enfin, qu’il a une maladie qui l’empêche de dormir. Cela a pour conséquence d’avoir un cerveau qui se mange lui-même, une maladie héréditaire qui peut lui donner des hallucinations et qui explique aussi pourquoi il veut tester l’ADN de sa fille, Abby.

Shea décide donc de le laisser tomber sur le champ, comprenant mieux d’où vient sa paranoïa. Pourtant, elle n’en oublie pas son début d’enquête et lorsqu’elle reçoit des informations sur Sean, elle se motive à l’interroger. Le problème, c’est que Sean, le codeur stressé vu plus tôt, est en train d’essayer de s’enfuir, tout en ayant soin d’éviter autant que possible les caméras.

Bien sûr, super Shea finit par le rattraper avant qu’il ne quitte le bâtiment et peut ainsi l’interroger. Elle parvient rapidement à le faire craquer et lui faire avouer qu’il avait des dettes de jeu en ligne jusqu’à ce que neXt lui donne des conseils sur quoi jouer. En échange, il a cédé au chantage de l’intelligence artificielle. C’est l’occasion de découvrir que neXt avait accès à la wifi depuis un moment. Les délires de Paul n’en sont donc peut-être pas. Il est tout content de lui, mais bon, c’est hyper craignos tout de même… Un peu comme Iliza qui se met à papoter avec Ethan et lui expliquer comment se débarrasser de ses harceleurs. Cela ne dit rien qui vaille.

Cette dernière phrase est aussi ce qui passe par la tête de Sabrina et Ted quand ils découvrent que neXt a eu un accès internet. Ted ne peut toutefois supprimer le projet comme ça sans l’accord officiel de ses supérieurs. En attendant qu’il l’obtienne, Shea apprend que le FBI est en train d’être hacké. Toutes les données sont donc en train d’être supprimées, sans que son équipe ne puisse rien faire. C’en est fini de huit mois d’enquête parce qu’il n’existe apparemment aucune sauvegarde, ne serait-ce que papier ???, de huit mois d’enquête. Merveilleux. Je ne vais pas trop critiquer, ma clé USB est morte cette semaine, moi aussi j’ai perdu des données.

Trois semaines, max. Deux, probablement. Celles où j’étais isolé et où je n’avais donc pas de risque de la perdre. Ca ne compte pas vraiment. Si ? En tout cas, dans son désespoir, Shea se lance donc dans un chantage avec neXt, promettant qu’elle empêchera Ted de le supprimer de l’existence en échange des données qu’elle vient de perdre. Bien sûr, neXt affirme ne pas savoir de quoi elle parle – ce qui reste un peu crédible puisqu’il n’a plus de routeur ou de connexion, en théorie.

Les serveurs se mettent alors à tous surchauffer, et ce n’est pas bien rassurant. Le bruit que ça fait est clairement inquiétant et ne laisse rien présager de bon. Ce n’est toutefois pas un excellent cliffhanger, alors il est mieux d’avoir Ethan qui se laisse manipuler par une intelligence artificielle comme conclusion. Le gamin fait donc tout ce qu’Iliza lui dit de faire, et tant pis si son père ne le laisserait pas faire ça.

Ca ? Oh, Iliza lui donne le code d’accès au coffre-fort de sa mère, qui contient bien sûr un flingue, parce qu’elle est américaine et agent du FBI. Oups ! Suspense pour la semaine prochaine… enfin, pour dans deux jours !

> Saison 1

4 commentaires sur « neXt – S01E01 »

  1. Oh ça y est ! Elle est enfin sortie :’)

    Bon j’ai lu en diagonale car je verrai peut-être cette série un jour mais j’ai repéré une coquille marrante « son ami a été tué par un meurtre » 😀

    J'aime

  2. Je suppose que l’actrice que tu n’aimes pas c’est « Maya » ! 😀 Purée, moi pareil, j’ai eu les boules en la voyant ! En plus, elle a toujours le même regard désagréable. Bon dans l’ensemble, la série se laisse regarder, pas originale mais ça fait l’affaire en ces temps de disette.

    J'aime

    1. Comment as-tu pu deviner si facilement pour Maya, c’est fou ça 😂 elle est partout, je ne comprends pas comment elle fait pour décrocher tant de rôles 🙈 tant mieux pour elle après !
      Exactement !

      J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.