Zoey’s Extraordinary Playlist – S02E05

Épisode 5 – Zoey’s Extraordinary Trip – 16/20
Je suis partagé sur cet épisode, car j’adore les reprises musicales et la toute fin qui se concentre sur une intrigue nécessaire… mais je déteste une grosse partie de ce qui fait l’intrigue de base et qui donne son titre à l’épisode ! Difficile à noter, donc, surtout que j’aime les personnages malgré tout et que c’est loin d’être mauvais, avec un casting chaque fois un peu plus exceptionnel.

> Saison 1


Spoilers

And if we don’t start talking about this now… Things are never going to change.

Bon. Je vais avoir beaucoup de mal avec ce nouveau personnage, franchement. J’ai l’impression qu’il sent mauvais à travers l’écran, c’est bizarre, non ? Heureusement qu’il a un sourire mignon, une voix très cool et chante une chanson que j’adore dès le début de cet épisode. C’est incroyable cette première scène, ça fonctionne super bien comme début.

J’ai l’impression qu’Aiden est à la fois jeune et vieux, et il est clairement très mauvais signe pour Zoey qui est immédiatement sous son charme et se met à boire de la bière, alors que bon, elle a déjà eu une gueule de bois dans l’épisode précédent. Elle me fait flipper.

Zoey décide donc de prendre une journée de congé et se rend chez Mo pour lui parler, pour mieux découvrir que Max y est encore. Ca doit être bizarre pour elle de ne pas pouvoir avoir son ami à portée de main comme elle veut puisqu’il est toujours avec son ex, là. Bon, Max profite de voir Zoey pour lui demander de venir manger avec lui et son père, car son père débarque en ville.

Bien sûr, la série en profite pour développer cette relation entre père et fils, et on comprend vite que le père est horrible avec Max. C’est plutôt fun à voir, en vrai, mais c’est écrit de manière lourde avec un père qui écrase constamment les idées de son fils, bien aidé par le fait que professionnellement, il ne soit pas au top avec des investisseurs qui se désistent et l’article de Tatiana qui n’est pas publié.

Finalement, Max est forcé d’en arriver à la même conclusion que Mo : il doit demander l’argent dont ils ont besoin pour le restaurant à son père. Il faut dire que leur magasin « Maximo » est une bonne idée, vraiment, mais le père n’est pas enthousiaste et ne croit pas vraiment aux revenus que pourraient potentiellement générer ce restaurant.

Le tout termine par une reprise de « Numb » de Linkin Park par Max, mais de manière beaucoup plus triste et sentimentale. J’adore tout simplement, ça donne énormément de poids à la chanson et à ses paroles, je trouve. Pauvre Zoey qui assiste à tout ça, franchement. Elle est toujours en bons termes avec le père de Max, mais celui-ci est un beau bâtard : il refuse de donner l’argent à son fils, parce qu’il n’est pas convaincu par son idée de business.

Zoey décide donc d’expliquer à Max qu’elle a une nouvelle philosophie et qu’il devrait essayer de moins s’investir dans sa relation avec son père si cela le fait tant souffrir. Le conseil est excellent, mais le problème, c’est que Max est fan de Zoey précisément parce qu’elle tenait énormément à sa propre relation avec son père, et de manière générale qu’elle tenait énormément à venir en aide à tous les gens autour d’elle… Et ça, ça provoque une tension entre eux assez importante, ainsi qu’une blessure pour l’un et l’autre.

Finalement, le père de Max décide de lui donner l’argent, parce qu’il a envie d’apporter son support à son fils… mais il le fait d’une bien moche manière. Il lui explique en effet qu’il n’est pas certain que l’idée de son fils fonctionnera, mais au pire qu’il pourra assumer de perdre cet argent. Pauvre Max, j’ai de la peine pour lui. Il refuse d’accepter l’argent, s’en excuse auprès de Mo et… J’ai de la peine. Je comprends son désir d’émancipation sur ce coup-là et il fait bien de ne pas accepter l’argent de son père, mais c’est un revers tout de même dur à encaisser pour le projet de restaurant.

Pour en revenir au début d’épisode, lorsque Zoey vient voir Mo, c’est pour lui expliquer qu’elle souhaite être une rebelle – crise classique à 29 ans d’après Mo. C’est une bonne scène, franchement, mais ça mène à de mauvaises décisions, sans la moindre surprise. Zoey a carrément fait une liste des folies qu’elle voulait faire, franchement, et elle décide de ne plus s’attacher autant à ce qu’il se passe dans la vie des proches, de ne plus faire autant attention, de ne plus être Zoey, mais d’être plus cool et détachée. Quelle mauvaise idée.

On l’a déjà vu, ça craint par rapport à Max. Pour ne rien arranger, elle retourne avant ça voir Aiden… Zoey est clairement dans une mauvaise passe avec lui, et elle est un peu trop sous son influence. Ainsi quand il lui propose de prendre de la drogue, elle finit par craquer et accepter bien rapidement, juste après avoir statué sur le fait que ce n’était pas son genre.

Pff. Si ce n’est pas ton genre, n’en prends pas, en fait ? Et bien sûr, elle l’a à peine prise sa pilule de drogue, qu’elle reçoit un coup de fil de son big boss qui veut la voir maintenant qu’il n’est plus assigné à résidence – on en reparle ensuite – puis de Simon, qui a justement un problème avec le boss lui demandant de justifier un problème de leur application qui ne reconnaît pas les personnes de couleur.

Zoey lui raccroche limite au nez, et c’est la pire des idées. Enfin, la pire des idées, c’était clairement de prendre de la drogue, cela dit, mais c’est tellement contraire à l’esprit de Zoey de ne pas écouter Simon sur un sujet aussi grave que j’ai eu envie de la tarter – enfin, je ne tape pas les gens, rassurez-vous.

Bien évidemment, le boss finit par débarquer dans le garage et Zoey est forcée de lui ouvrir la porte. Elle a bien du mal à cacher qu’elle a pris de la drogue et ça ne fait pas de mal du tout à l’image que son boss se fait d’elle. Au contraire, même. Sans trop de surprise, Danny Michael Davis (c’est ça son nom ?) décide de se droguer avec elle et Aiden, parce que c’est fun.

Alors. Non, toujours pas. Par contre, je reconnais que lorsqu’ils sortent dans la rue (quelle idée de merde), j’ai adoré le fait que la drogue active le pouvoir de Zoey au point de la faire chanter elle-même, et Starships en plus ! J’adore cette chanson, j’adore le clip tel qu’il est construit dans la série et tout l’humour que l’ensemble apporte. Vraiment, les scénaristes regorgent d’idée !

Après cette scène exceptionnellement drôle, on enchaîne avec une scène exceptionnellement triste. La série est habituée aux grands écarts de rythme, mais c’est sans surprise que la drogue en rajoute une couche. Zoey déprime donc à nouveau de la mort de son père et en parle désormais à son boss, en mangeant de la glace chez sa mère et en caressant la cuisse désormais sans poil de Michael Jordan. J’ai ri, ma foi.

La série part en vrille avec cette histoire de drogue. Il faut toujours qu’à un moment dans les séries on se tape un épisode sur la drogue, mais bon, je vais tenter de ne pas être trop déçu grâce à ce que ça apporte. En plus, l’avantage, c’est que Zoey devient pote avec son boss… mais le lendemain, une fois la drogue retombée chez tout le monde, il est attaché à sa nouvelle liberté au point de vouloir virer tout le monde en vendant la boîte. Allez, Zoey, prend toi ça dans la gueule et dis-nous que tu ne t’attaches toujours pas aux gens et situations autour de toi parce que c’est ta nouvelle philosophie.

En parallèle, Maggie est confrontée à bien des problèmes avec son client : déçu de ne pas être en couple avec elle, il s’en prend à elle professionnellement. Sans trop de surprise, mais de manière très gênante, Jenna en profite pour faire des sous-entendus sur le fait qu’elle sait très bien ce que lui voulait. J’ai adoré la voir défendre Maggie, et Maggie aussi à vrai dire… Jusqu’à ce que Jenna aille trop loin. Inévitablement.

Elle décide en effet de s’en prendre au client en faisant des « blagues » à base de cactus et fertilisant, et ça force Maggie à refuser de travailler avec le client. Jenna est très heureuse de la voir s’affirmer comme ça… sauf que Maggie décide malgré tout de virer Jenna, parce que c’est trop risqué de faire confiance à une femme avec un caractère si imprévisible. Les blagues sont allées trop loin.

Tout ça termine en dispute entre les deux, et ça fait de la peine de les voir se déchirer comme ça, parce que j’aimais vraiment beaucoup le duo, mais aussi le personnage de Jenna. Bien sûr, elle finit par balancer à Maggie qu’elle n’est pas si forte que ça et c’est Maggie qui finit malgré tout par avoir la phrase de trop, en précisant qu’Emily lui avait dit qu’il fallait être folle pour donner une chance à Jenna. Oups. Jenna décide donc de partir au plus vite pour l’Est, donc le plus loin possible de sa famille. Oh. Vivement la réconciliation. Avant d’y arriver, il faut toutefois un repas de famille terrifiant entre Zoey, David et Emily, où Jenna débarque pour rendre des outils de jardinage qu’elle avait empruntés.

Elle finit en larmes, se barre, suivie par David et Emily, alors que Maggie décide d’aller dans la cuisine. Cette fois, Zoey est forcée de se rendre compte que malgré tous les efforts qu’elle fait, elle s’inquiète bien trop de la situation. Elle commence par aller dans la cuisine pour convaincre sa mère de parler à Jenna avec qui elle s’entendait si bien, avant de vouloir se prendre une des glaces mangées la veille lorsqu’elle était en plein trip.

Zoey comprend donc que son boss est probablement dans le garage d’Aiden – et bordel, l’acteur est à fond dans sa petite danse et sa volonté de vendre le drogué qu’il est supposé être, il faut bien lui accorder ça – et elle s’y rend pour tenter de le convaincre de ne surtout pas vendre l’entreprise. Son boss lui emprunte son téléphone pour appeler un Uber après avoir été convaincu, apparemment, et ça sent mauvais je trouve… mais rien ne se passe dans cet épisode pour autant.

Après tout ça, on suit également le départ de Jenna qui ne dit rien à sa sœur de la réflexion de Maggie, mais lui fait tout de même un cadeau pour quand elle rentrera de sa balade. Maggie vient également lui dire au revoir, parce que leur séparation professionnelle n’était pas top. J’aime beaucoup l’idée, et j’aime beaucoup Emily qui a la présence d’esprit de leur laisser la maison au plus vite. On nous confirme également que David a bien quitté son job dans la scène, c’est à souligner, tout de même.

Malheureusement, Jenna s’en va tout de même, mais en laissant derrière elle un cadeau pour sa sœur et son neveu : un magnifique mur de photos, tout simplement. J’adore. J’espère qu’on reverra ce personnage, parce que je l’ai beaucoup aimée Jenna, et c’est rare à la télévision d’avoir de bons personnages d’artistes comme ça. Enfin, pas rare, rare, mais elle avait un truc, elle apportait une bouffée d’air frais à la série tout de même.

Enfin, de son côté, Simon reçoit un appel de sa nouvelle journaliste préférée, Tatiana, pour l’informer que son ex-boss est de retour – et non, elle ne parle pas de Joan. Effectivement, Danny Michael Davis est de retour. Plus de prison pour lui, et une envie de passer beaucoup de temps à San Francisco. Il n’est plus en prison – même si sa prison était en fait sa maison. Il était assigné à résidence, mais il a trouvé un moyen de ne plus l’être, et hop, il en profite.

La série n’est pas super précise sur tout ce qu’il se passe dans sa vie juridique, parce que l’essentiel est ailleurs : le vrai problème, c’est que Simon doit gérer l’excentricité de ce type qui lui rajoute des bâtons dans les roues concernant son boulot : il lui demande de couvrir le fait que leur application ne reconnaisse pas les personnes de couleur. Gênant. Et pratique d’avoir Simon comme porte-parole pour lui, franchement.

Après s’être fait raccrocher au nez par Zoey, Simon décide d’appeler Mo pour lui parler de boulot, et il invite aussi Tatiana au passage, et on comprend vite vers quoi la série se dirige : il va être question de racisme et du Black Lives Matter, mais dans un monde professionnel et… ben… Ma foi, c’est une très bonne idée comme angle d’attaque, parce qu’on le voit beaucoup trop peu dans les séries.

Simon leur demande donc conseil : il ne veut pas démissionner – ce que lui conseille pourtant Mo – mais trouver une solution. Le problème, c’est que Tatiana lui conseille de prendre son mal en patience, et ça ne fonctionne pas tellement également. Il est donc confronté à un gros problème pour sa conférence de presse du lendemain, à laquelle Zoey se rend sans avoir pris le temps de lui reparler. Quelle amie de merde dans cet épisode !

On a ainsi le droit à un solo de Simon, qui m’a tout de même moins convaincu que d’habitude, je dois bien le dire. En tout cas, ça fait flipper Zoey qui comprend qu’elle a laissé passer un problème d’envergure en ne lui répondant pas. Et effectivement, Simon prend finalement la décision de dire ce qu’il pense lors de la conférence de presse, terminant l’épisode sur une citation bien ironique : si on n’en parle pas maintenant, rien ne changera.

Maintenant, c’est la fin de l’épisode. C’est un petit tacle efficace pour la prise de conscience, je trouve.

> Saison 2

2 commentaires sur « Zoey’s Extraordinary Playlist – S02E05 »

  1. L’épisode était très bien, même si pas fan des passages où ils sont drogués. Et je suis super triste du départ de Jenna car je la trouvais très fraîche et fun. Mais j’ai beaucoup aimé que Simon parle franchement lors de la conférence de presse.

    J'aime

    1. Pas fan du fait qu’ils se droguent, mais fan de Starships, je suis très partagé, du coup ! Bien d’accord pour le reste, Jenna va me manquer 😥

      J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.