Debris – S01E01

Épisode 1 – Pilot 16/20
Vraiment, je tombe dans le piège à chaque fois avec les séries de science-fiction : je suis toujours super motivé par les premiers épisodes, avant de voir que ce n’est pas dingue et que ça va se faire annuler. Cette fois, si j’aime beaucoup le mystère autour des débris et le champ des possibilités que ça va offrir à la série, je ne suis pas bien convaincu par le fonctionnement de ce premier débris. J’espère que ce sera mieux par la suite. Ca en a le potentiel et c’était convaincant comme pilot, en tout cas, en grande partie grâce aux personnages.

Spoilers


101

Hey, we’ve got a new debris event.

Ah. Je ne m’y attendais pas, ma foi, les premières images de la série nous indique que cela fait six mois que des débris d’un vaisseau extra-terrestre tombent sur Terre après avoir été repérés plus de trois avant. Pour moi, on allait débarquer au commencement de l’histoire, mais ce n’est pas exactement le cas. En fait, la série débute avec un étrange deal entre pirates illégaux : de l’argent contre des débris, tout simplement.

Au moins, on est directement plongé dans l’intrigue avec un deal qui est interrompu par des agents débarquant à l’accueil de l’hôtel où tout a lieu. Bloqués par les agents fédéraux, les pirates se séparent et laissent un bout de débris derrière eux. Rapidement, on est dans l’ambiance des débris également : retrouvé par une femme de ménage, ce premier morceau révèle un pouvoir bien embêtant quand la femme de ménage se met soudainement à traverser le sol et tomber plusieurs étages plus bas, morte à cause de la chute de quatorze étages. La pauvre.

Les débris ont toutefois clairement des propriétés que n’importe qui peut utiliser, puisque deux des pirates semblent se téléporter sans prévenir dans un coin du restaurant de l’hôtel. Bien, ça donne une bonne ambiance, tout ça. J’aime beaucoup l’idée d’un vrai générique pour la série, avec directement les explications de qui sont les personnages bossant ensemble : un agent de la CIA, Bryan, et une du MI6, Finola.

En ce qui concerne notre tout premier débris, l’enquête autour de celui-ci nous permet d’apprendre qu’il a une couleur plus sombre que ce qu’il y avait à Manchester, et on n’en saura pas beaucoup plus. On apprend toutefois à découvrir toute une équipe d’agents pour la série, avec un duo de tête, certes, mais aussi au moins une scientifique les accompagnant.

Les personnages montent ensuite dans un jet privé, mais pas avant d’avoir prévenu chacune de leurs agences de l’avancée de leurs enquêtes. Si Bryan semble surtout parler à son supérieur de sa coéquipière qu’il n’est pas sûr d’être faite pour ce job, Finola, elle, semble être celle qui est la plus sérieuse et fait le mieux son travail.

Il faut dire aussi qu’il est normal pour elle d’être plus investie dans l’affaire, parce que son père est un astrophysicien qui fut l’un des premiers sur l’affaire des débris. À sa manière de parler, on sent bien que son père est probablement mort, et ça doit la motiver à être la meilleure agent de terrain possible. Toutefois, il est bien précisé qu’elle a les capacités d’être là, elle n’est pas juste là parce qu’elle a le nom de famille qui va bien.

La scène entre elle et Bryan est plutôt sympathique pour apprendre à rapidement cerner les deux personnages : elle est là pour être le côté vraiment sérieux de la série quand il est là pour être le beau gosse de base qui ne bosse pas beaucoup. Soit.

Ils sont rapidement embarqués sur une nouvelle enquête qui va voir les corps s’entasser de manière peu appétissante : les victimes ne meurent pas, mais elles sont dans un état pire, avec aucune activité musculaire possible. C’est Sharon, une autre scientifique probablement médecin légiste qui nous l’apprend, mais avant ça, il faut toutefois que je souligne que les corps flottent dans les airs et sont attirés vers un même point, sans pour autant qu’aucun débris ne soit visible.

Le tout est d’autant plus intrigant pour nous que nous savons qu’une des victimes, une femme, semble s’être fait tuer par son fils, puisqu’on l’a vu à l’arrière de sa voiture ne pas réagir lorsque sa mère s’étouffait et saignait. C’est étrange, hein ? Ce n’est que le début : le gamin n’est pas son fils, mais celui d’une autre des victimes.

La maison de ce gamin est à proximité d’un débris énorme et lorsque l’enquête commence à accélérer son rythme, on découvre le détail embêtant que le gamin est mort depuis plusieurs mois. C’est la grande sœur qui nous l’apprend, alors que ses parents sont dans ce drôle d’état et que deux jours plus tôt, ils voulaient absolument lui montrer quelque chose, avant de changer d’avis.

C’est intrigant, et j’aime beaucoup l’ambiance de la série, même si pour l’instant tout va vite et même si elle va avoir le problème et le défaut du format de l’enquête de la semaine. Il est évident qu’on aura chaque semaine un nouveau débris et des connexions qui s’établiront tout lentement. J’espère que la série sera renouvelée, qu’on puisse en savoir plus. En attendant, force est de constater que j’accroche bien, même si tout semble aller dans tous les sens.

Pêle-mêle, on apprend donc que Bryan a probablement perdu quelqu’un – un enfant ? – quand on voit sa réaction face au deuil à venir de la sœur du petit garçon étrange alors que Finola voit une image de sa mère lorsqu’elle s’approche du débris. C’est gênant comme tout, j’imagine, de se sentir violer comme ça, mais ce n’est que le début : toutes les victimes de l’épisode se mettent à murmurer à Shannon le nom de Jenna Goldland, la mère de Finola. C’est tout de même embêtant.

Tout ça nous éloigne toutefois de l’intrigue en cours avec Kieran, le gamin mort qui ne l’est plus. Il enlève une autre femme qui n’avait rien demandé et le prend aussitôt pour son fils, mais heureusement, Finola comprend ce que fait Kieran. En effet, il semblerait que ce garçon soit réapparu à cause de la proximité du débris par rapport au deuil de la mère dans la maison voisine. S’il est réapparu, il a tout de même besoin d’énergie, et c’est pour cela qu’il aspire l’énergie musculaire – et vitale – des adultes autour de lui.

Il a commencé par son père, puis sa mère, puis des inconnus qui le prennent pour leur fils chaque fois qu’ils le touchent. C’est intéressant comme intrigue, mais je trouve ça gros que Finola découvre tout ça si rapidement et tombe juste, en plus. Je n’aime pas tellement la manière dont ça se termine, avec comme solution la sœur de Kieran, Isla, qui fait un petit discours à sa mère en suivant les ordres de Bryan.

Cela fonctionne tout de même, heureusement : la mère se réveille, de même que toutes les autres victimes, en entendant sa fille la supplier de se réveiller. Je dis heureusement, parce qu’en parallèle, Finola était en train de se prendre pour la mère de Kieran. L’avantage de cette intrigue, c’est que ça nous montre que Bryan commence à s’inquiéter vraiment pour sa partenaire. C’est meugnon. Les amis, je sens déjà un ship se créer pour ces deux-là.

En attendant, Finola ayant été infectée elle aussi, elle peut nous expliquer ce qu’il s’est passé : la mère était en plein deuil et allait chaque fois au débris parce qu’il lui donnait une image de son fils – comme Finola a eu une image de sa mère. Cette image s’est transformée en rêve, puis en être corporel, tout simplement. Soit.

Il faut encore terminer cet épisode toutefois, et ça se fait par un cliffhanger plutôt intéressant. Pour y arriver, il faut en revenir aux pirates du début de l’épisode. Les deux mêmes hommes se pointent à proximité du lieu où se trouve l’énorme débris proche de la maison de Kieran et sont repérés par un agent. C’est ce qui arrive quand on oublie de se planquer alors qu’on est un méchant recherché, apparemment.

Cela nous permet de les voir se téléporter en avalant une étrange pilule : il n’est donc pas forcément question d’un débris s’ils usent sans hésiter autant de pilules en un épisode. Ils auraient mieux fait d’y réfléchir car un des hommes se téléporte directement dans le pilier d’un pont et meurt. Cela permet à la CIA de découvrir son identité, mais aussi d’en savoir plus sur son arrivée dans le pays.

Et ça pose un gros problème parce qu’il est arrivé dans le pays avec un certain George Jones, le père de Finola. Seulement voilà, quand Bryan l’apprend de son supérieur, il reçoit également l’ordre de ne rien dire du tout à Finola. Un beau travail d’équipe en perspective, donc.

4 commentaires sur « Debris – S01E01 »

  1. J’ai déjà très peur que la série ne soit pas renouvelée mais j’ai vraiment bien aimé ce pilote, je vais continuer !
    Je ne connaissais pas du tout l’actrice qui joue Finola mais j’aime bien le personnage. Jonathan Tucker est la raison pour laquelle j’ai commencé la série et je le trouve très bien. Le moment où il quitte la pièce pendant la discussion avec Isla m’a plu, ça change des mecs de série qui font constamment des blagues et font les bonhommes pour cacher leur sensibilité.
    Les différentes fonctions des débris sont très intrigantes, j’ai hâte d’en voir plus !

    J'aime

    1. Nous avons la même peur !
      Idem pour Finola ; j’aime et le personnage et l’actrice, c’est bon signe !
      Bien vu pour la sensibilité du héros, même si j’ai trouvé ça quelque peu cliché. Il va falloir que sa sensibilité soit pour une raison vraiment intéressante et qui ne soit pas la mort d’une énième petite amie comme tant de héros du petit écran (et du grand écran).

      Les débris, ça promet vraiment d’être bien !

      J'aime

      1. Je me suis dis qu’il avait du perdre quelqu’un de sa famille (+ des camarades vu qu’il était en Afghanistan et que ce n’était apparemment pas pour faire du tourisme)

        J'aime

      2. J’ai peur de voir venir l’histoire foireuse quand même, mais j’espère que ce ne sera pas le cas 🙈

        J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.