You’re the Worst – S05E13

Épisode 13 – Pancakes – 17/20
C’est improbable, mais ce dernier épisode mérite une bonne note puisqu’il réussit à surprendre tout en proposant une vraie conclusion à l’ensemble des intrigues. Clairement, il y a des choix que je trouve stupide pour cette fin de série, mais d’un autre côté, la série parvient à rester crédible, ce qui n’était pas gagné après les deux dernières saisons. Je suis content de pouvoir me dire qu’elle aura bien fini malgré tout, en réaffirmant une fois de plus la justesse de son titre.

Saison 5


SPOILERS

Dernier épisode de la série.

13.jpg

This ceremony is a fiction. It’s a false ceremony that protect us from exactly nothing.

Attendez, ça fait vraiment cinq ans ? Déjà ? Il serait temps de m’en rendre compte, je sais, mais c’est dingue, non ? Le temps passe vite… et pourtant les deux dernières saisons sont passées longuement. Qu’importe, c’est la fin et pour l’occasion, nous avons 35 minutes d’épisode. On commence dès le départ avec les derniers préparatifs du mariage. Ils n’ont pas fait les choses à moitié Jimmy et Gretchen !

Leur décor de mariage fait envie, il n’y a pas à dire, et en plus, il fait beau. Ils ont choisi une villa de dingue pour leur mariage et Jimmy est clairement stressé par la cérémonie, mais bon, on le comprend, il a ruiné tellement de cérémonies qu’il y a de quoi s’inquiéter. En plus, il choisit comme témoin Vernon par défaut, puisqu’il s’est débarrassé d’Edgar.

Ce dernier revient malgré tout l’épisode, non plus s’excuser, mais pour apporter les bagues et attendre le moment où Jimmy voudra s’enfuir. C’est une vraie possibilité après tout : il n’a même pas fini ses vœux, n’a plus de témoin et est une catastrophe ambulante. En plus, la fleuriste est là et il reste encore à gérer les flashforwards.

En parallèle, Lindsay continue de flirter avec Paul, mais elle a ramené le vendeur de son magasin de froyourts au mariage, pour ne pas être seule. Franchement, ça mérite les félicitations : elle réussit à m’énerver jusque dans ce dernier épisode. Elle enchaîne ensuite avec un détour dans la chambre de Gretchen qui porte un pyjama à son effigie. L’angoisse.

Gretchen ? Elle commence la journée par voir les rappeurs et récupérer une enveloppe qu’elle n’assume pas. Jimmy l’aperçoit et s’en inquiète fortement, ce qui nous vaut un plan-séquence parmi les invités. C’était nécessaire vu le lieu et ça fonctionne très bien. Cela permet de revoir rapidement tous les personnages secondaires de la série – de Becca qui veut coucher avec quelqu’un, n’importe qui, au voisin de Jimmy toujours là. Bref, c’est la fête, les rappeurs ont donné de la coke à Gretchen et tout va bien chaque fois qu’ils font des plans au drone.

Pendant ce temps, Vernon a pour mission de se débarrasser d’Edgar… il envoie donc Lindsay s’en occuper. On notera au passage que Lindsay a une robe assez blanche pour être la robe de mariée, évidemment, et qu’elle prend très mal qu’Edgard détruise le groupe à dire à Jimmy de ne pas se marier. Elle en parle donc à Gretchen qui a une vraie robe digne de son mariage et est magnifique.

Elle se rend donc dans la voiture d’Edgar pour lui dire qu’elle n’a même plus pitié de lui, mais qu’elle le déteste. C’est elle qui réussit à le faire partir et franchement, en arriver là après cinq ans, c’est n’importe quoi. Oh, évidemment, Edgar ne part pas vraiment : la menace de l’annulation du mariage plane toujours comme ça.

Et pour ça, on en arrive à Jimmy voulant récupérer la cocaïne de Gretchen pour découvrir qu’elle n’a pas écrit ses vœux. Il comprend alors qu’elle n’a pas vraiment envie de se marier avec lui et la confronte. Hop, il la voit dans sa robe et ça porte malheur au point qu’ils s’engueulent, une fois de plus. Il force Gretchen à lui dire qu’elle l’aime et qu’elle veut se marier avec lui, ce qui lui permet de comprendre que lui n’en a plus envie. Outch.

Il s’exile donc, prêt à se barrer, pour mieux retomber sur la fleuriste qui s’excuse d’avoir su que c’était une embûche et Edgar qui a aussi eu la chance de changer d’avis et vient donc s’excuser auprès de Jimmy, dont la barbe est magiquement apparue. J’ai pensé à un faux-raccord pendant un moment pour mieux m’écrier un bon « Oh fuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuck » quand j’ai compris ce qui se mettait en place à l’évocation d’Edgar habitant à New-York, puis à l’arrivée de Gretchen, dans une robe noire cette fois, et quand la petite fille avec qui Edgar jouait dans les flashforward l’appelle « Oncle Edgar ».

Oh fuuuuuuuuuuuuuuck. Gretchen est donc celle qui a invité Edgar à cette cérémonie dans le futur et tout se remet rapidement en place : elle est en couple avec Jimmy et a cherché à les réconcilier, Felicity, la petite fille, est en fait sa fille, qu’elle a eu avec Jimmy et dont la nourrice est… la fleuriste. C’est gros comme tout, mais ça fonctionne bien comme conclusion pour la série.

Tout ça termine donc non pas sur le mariage de Jimmy et Gretchen, mais sur celui de Paul et Lindsay. Dans le genre ridicule. La maison ? Jimmy et Gretchen la vendent, parce qu’elle est trop dangereuse pour des enfants. Et Jimmy sait que Gretchen est à l’hôtel, et tout va bien.

Maintenant qu’on sait que tout ça finit bien, l’épisode prend la résolution de conclure l’engueulade Jimmy/Gretchen. Plutôt que de se rendre auprès d’Edgar, Jimmy s’arrête pour fumer, et cette fois Gretchen le rejoint. C’est l’occasion d’un discours de Jimmy sur la futilité du mariage et les mariés… s’en vont, sous le regard attendri d’Edgar. Il comprend qu’il s’est planté, mais pas grave : il recommence à écouter un podcast qu’il adaptera dans le futur, et c’est tout.

N’empêche que tout le monde attend les mariés à la cérémonie… ce qui pousse Vernon à criser et Lindsay à chanter sa chanson, « La toute dernière bite » devant tout le monde. Les invités envoient donc des SMS aux mariés en fuite, qui sont en train de se manger des pancakes. Cela fonctionne bien :  plutôt que de se marier, ils choisissent de se promettre de s’aimer chaque jour, mais de renouveler ce choix chaque jour. Ouais, c’est digne d’eux, surtout qu’ils sont partis avec les cadeaux du mariage.

L’épisode se termine ainsi sans le mariage promis, mais de manière sympa. Dans le futur, au second de Lindsay et Paul, Becca est encore enceinte, pour changer. Edgar ? Il finit par prendre son indépendance ENFIN, et aussi par flirter avec la fleuriste et ça fonctionne bien. La fête finale est aussi géniale que le montage de fin qui nous retrace la vie de chaque personnage entre les deux cérémonies. Edgar s’installe donc à New-York, Paul devient papa et se réconcilie avec Lindsay, pour se marier avec, donc.

Gretchen tombe enceinte et accouche. Jimmy et elle vivent une jolie vie de parents accomplis avec toujours autant de bons gags. Le meilleur est encore celui qui nous fait croire que Gretchen masturbe Jimmy alors qu’elle ne fait que bercer son enfant. Ou alors celui qui la voit en larmes en même temps que son bébé.

La dernière scène nous rappelle qu’ils sont les pires, puisque quand les assiettes arrivent, des pancakes pour Jimmy, un petit-déj pour Gretchen, les deux non-mariés se mettent à bouffer, et à bouffer le meilleur dans l’assiette de l’autre. Yep. They’re the worst.

13-2.jpg

/stronghttps://open.spotify.com/track/4XpQ2F8NtzWMZ3g5t8qv2Ystrong

EN BREF – Cette dernière saison ne sera pas la moins bonne de la série, puisqu’il y a la quatre pour ça, qui était un véritable calvaire. Si la série a perdu une grande partie de son fun dès la saison 2, qui m’a passionnée quand même, je ne regrette pas d’être resté jusqu’au bout. Je n’étais pas convaincu, avant cet épisode, de pouvoir écrire cette phrase en fin d’article, mais c’est le cas, et c’est un soulagement.

J’ai aimé cette fin de série, qui aurait pu survenir il y a deux ans. Je trouve qu’il s’agit d’une fin plutôt logique pour chacun des personnages : Gretchen et Jimmy passeront leur vie ensemble, c’est sûr, mais ils sont incapables de s’engager ; Edgar avait besoin de s »échapper de ce groupe toxique et grand bien lui en fasse. Quant à Lindsay, elle a toujours fait des choix de merde, alors tant pis pour elle et puis voilà.

Puis, eh, l’épisode final a fait de bons choix musicaux, ça aide à faire passer la pilule de cette fin de série. J’aurais aimé que les scénaristes parviennent à rester aussi brillant que dans ce montage final tout au long de la série, c’est tout.

13-3.jpg

Saison 5

You’re the Worst – S05E12

Épisode 12 – We Were Having Such A Nice Day – 13/20
L’avant-dernier épisode de la série ne redresse ni la barre, ni le niveau. Je ne suis pas fan des décisions prises du côté des intrigues de la saison, et c’est naïf d’avoir cru que ça pouvait encore changer pour cet épisode. Il faut me faire une raison, le dernier épisode approche et la série n’aura pas réussi à me rappeler ce que j’adorais tant dans les premières saisons.

Saison 5


12.jpg

You’ve seen me at my worse and yet, you’ve always seen my worth.

Non, je n’ai pas l’intention d’arrêter la série si proche du but, même si je prends du retard. Je suis proche de la fin du calvaire, ce ne serait pas super logique tout de même. J’avais juste une fin de semaine chargée, mais maintenant que mon gratin est en train de cuire, j’ai bien vingt minutes à consacrer à la série. Bon ? IL m’en fallait toutefois 29, c’était pas prévu.

On reprend cette semaine avec l’ambiance film d’horreur et Edgar qui pète un câble… alors qu’il est simplement poursuivi par une petite fille le jour du mariage. Sympa l’ambiance du mariage, dis donc. Vingt quatre heures plus tôt, en tout cas, Jimmy and Gretchen sont heureux d’en avoir enfin fini avec les préparatifs du mariage. Ce fut rapide, malgré la lenteur de la saison.

Au moins, on aura eu une série qui nous montre tout ça, hein. Gretchen est toute heureuse d’avoir enfin trouvé quelqu’un qui est prêt à tout accepter d’elle, et c’est un peu flippant à voir. Jimmy ne dit toujours rien en tout cas, et ça crie à la catastrophe.

Quoiqu’il en soit, on est la veille du mariage, et il reste à savoir s’il aura lieu ou pas. Avant ça, il faut passer la dernière journée tout de même. Ainsi, Edgar a organisé une journée de dingue pour Jimmy. C’est loin d’être une journée qui me ferait rêver la veille de mon mariage, surtout quand ça commence par une sortie curling. Du sport la veille du mariage ? AHA. Je suis bien trop flippé pour ça, j’aurais peur de finir avec un plâtre. M’enfin, ça ne peut pas être quelque chose qui stresse Jimmy, ça. L’épisode part donc dans un délire sur le curling, et je dois avouer que je n’ai pas accroché du tout. Peut-être que j’ai raté une référence.

Ensuite, ça me plaît un peu plus, Edgar emmène Jimmy dans une « crash room », une cage où il peut détruire un tas d’objets. Et là, je dis oui, ça doit être un peu jouissif d’exploser des objets comme ça, pour le fun. La rage est extériorisée, au point de tomber ensuite dans le cheesy avec un câlin à une statue représentant son père. Mouais.

Enfin, Jimmy est emmené par un Edgar dans un club « top-secret » pour les grands de ce monde. Mouais, bis. Ce n’est pas excellent comme dernière journée de célibataire, mais c’était marrant de voir les scénaristes partir dans un nouveau délire ridicule. J’imagine qu’il y a surtout une parodie de film qui se cache derrière tout ça, mais je suis passé à côté.

Lindsay a organisé une journée… vide pour le plus grand plaisir de Gretchen. Le seul problème, c’est que la mère de cette dernière ne l’entend pas de cette oreille et veut passer la journée avec sa fille, aussi insupportable soit-elle. Elle juge tout ce qu’elle voit, à commencer par Lindsay – il y a de quoi faire en même temps.

La mère fait de l’ingérence cela dit, et elle veut gérer les plans de table tout en avouant à Gretchen qu’elle sait bien qu’elle se marie à Jimmy, mais qu’elle s’en fiche pas mal parce qu’elle est sa fille. Et qu’elle est habituée de la voir faire des erreurs. Bon, Gretchen se fait alors plaisir à lui avouer tout ce qu’elle a sur la conscience, mais sa mère parfaite – en apparence – lui révèle qu’elle savait déjà tout.

Et elle refuse aussi de reconnaître la dépression de Gretchen, parce que pourquoi pas, au point où on en est… Sans trop de surprise, cela mène à une mère de Gretchen qui s’avère elle aussi dépressive, mais qui se le cache et ne supporte pas de voir sa fille se rendre la vie difficile. Elle la traite ensuite comme un chien, en lui expliquant que si elle continue de dire ce genre de choses, alors elle fera fuir tout le monde.

Avant de partir, la mère a quand même un joli discours d’acceptation, expliquant à Gretchen pourquoi elle en veut toujours plus pour elle que ce que Gretchen voudrait. Tout ça prépare le terrain pour le dernier épisode, j’imagine, mais ce n’était pas brillant.

De son côté, Lindsay rentre chez elle pour tomber sur son clone… c’est-à-dire Paul, excédé par Becca. Celle-ci fait tout pour gâcher sa grossesse, histoire d’extorquer encore plus d’argent à son ex-beau-frère et père de son futur enfant. Tout ça mène à des blagues sur les négociations autour du bébé, avec Becca et Vernon bluffant en avouant qu’ils sont prêts à le garder – ben voyons – forçant Paul à prétendre qu’il est prêt à ne plus être papa.

Bref, les scénaristes s’amusent, mais à un épisode de la fin, ça n’a rien d’exceptionnel de voir Lindsay s’occuper de son ex-mari comme ça. Ce n’était pas vraiment nécessaire de les remettre ensemble, je ne sais vraiment pas pourquoi ils en sont arrivés à se dire que c’était une idée chouette de les revoir flirter ensemble avant la fin de la série. Cela fait cinq saisons qu’on sait qu’ils ne sont pas faits pour être ensemble. Ils finissent donc au téléphone ensemble, avec Lindsay allongée sur son lit et Paul allongé… par terre dans le couloir devant sa porte. OK.

Cependant, le plus important en fin d’épisode est que Gretchen finit par révéler à Jimmy, qui le reconnaît enfin pour ce qu’il est, qu’il ne devrait pas se marier le lendemain. Il a tout prévu, en fait, pour permettre à Jimmy de s’enfuir aussi loin que possible et ne pas assister au mariage. C’est probablement un ultime test de la part d’Edgar, mais il a bien raison de dire que l’amour ne suffit pas pour le mariage. Oui, ils s’aiment, mais ils risquent surtout de se faire du mal plutôt que du bien.

Jimmy vire donc Edgar de sa vie, refusant de le voir après ces ultimes révélations sur le fond de sa pensée, ce qui ne peut pas être une bonne idée mais est assez logique pour le coup, alors que Gretchen se blesse en marchant pieds nus dans un verre qu’elle a brisé elle-même et qui représente les débris de sa vie accepté par Jimmy. Oui, bon, la métaphore est claire : ils se blessent déjà à vouloir se marier.

La suite et fin (ENFIN) au prochain épisode écoutez.

Saison 5

You’re the Worst – S05E11

Épisode 11 – Four More Goddamn Days – 13/20
Ravagés. Ils ne sont pas les pires comme le suggère le titre, non, ils sont tous ravagés dans cette série. Et je crois que ça s’applique aussi aux scénaristes qui n’ont pas réussi à construire une dernière saison aussi intéressante que les premières. Le compte à rebours vers la fin est lancée, mais la vérité, c’est que ça me passe un peu au-dessus désormais. Je regarde encore parce que je ne vais pas m’arrêter si proche de la fin. C’est tout.

Saison 5


11

Please don’t tell Jimmy!

Avec un titre pareil, j’ai presque la nostalgie de Suits dans laquelle je suis toujours en retard, dis-donc ! Et cet épisode commence fort avec une Gretchen qui abuse sur le maquillage pour se préparer à aller… dans le bar de l’hôtel. Elle y rencontre un certain Curtis qui la drague un peu lourdement et à qui elle révèle qu’elle a failli se marier une fois. Le problème ? En une scène, j’ai plus envie de la voir finir avec Curtis qu’avec Jimmy. C’est gênant. Bon, il la fait toutefois reprendre l’alcool, mais bon.

Après le générique, on repart dans le présent de la série où Gretchen se fait une petite overdose de médicaments avant de recommencer les préparatifs du mariage où Jimmy lui liste une interminable sélection de chansons parlant toutes de cul d’une manière ou d’une autre pour son entrée de cérémonie. Est-ce que j’ai fait pause pour en entendre un certain nombre ? Evidemment.

Il reste cinq jours avant le mariage, et ça nous indique à peu près à quoi correspond le titre au moins, mais le problème c’est que Gretchen a trop de travail pour préparer son mariage. Trop de travail ? Elle s’est installée un bureau au bord d’une rivière et s’éclate bien.

Pourquoi ça ? Yvette, sa boss et nouvelle petite amie de Lindsay, a décidé de la virer après le fiasco de l’épisode précédent. Oh, Lindsay fait tout ce qu’elle peut pour la convaincre de la réembaucher, mais tout ce qu’elle y gagne, c’est de se faire rembarrer par sa nouvelle copine. Elle le vit mal et se retrouve forcée d’en parler à quelqu’un, parce qu’elle veut que sa relation évolue vers quelque chose de plus positif.

Elle en parle donc à Vernon, qui s’avère avoir deux mères apparemment. C’est du grand n’importe quoi, comme toujours avec ce personnage : Lindsay se retrouve à vouloir prouver à Yvette qu’elle est lesbienne et fait n’importe quoi pour ça, s’en remettant aux conseils de Vernon et d’Internet. Le lendemain, on la retrouve donc avec les cheveux courts et Yvette prend la décision logique et rationnelle de la virer – parce qu’elle est cinglée, et parce qu’elle a des vidéos d’elle fouillant dans les poubelles pour ramener des documents à Gretchen, histoire que cette dernière puisse prétendre qu’elle travaille encore devant Jimmy à qui elle ment. Soupir.

En parallèle, Edgar et Jimmy, eux, ont un vrai travail dont ils sont également virés avec le script qu’ils ont écrit et pour lequel ils n’ont pas de notes de la part du studio… parce que celui-ci a embauché quelqu’un d’autre pour le réécrire. Dommage. Jimmy passe le reste de l’épisode dans ce qu’il appelle une dépression capable de remettre en contexte celle de Gretchen. Moui.

Edgar est plus malin que ça heureusement : il se rend compte en premier que Gretchen a été virée et il décide de s’occuper de son cas. Il fait enfin disparaître tous les médicaments de sa pharmacie, ce qui laisse Gretchen fort dépourvue. Elle fouille bien les poubelles, mais elle refuse de reconnaître son problème pour autant.

Jimmy, lui, est tout heureux, parce que sa dépression ne pouvait durer plus d’une journée… jusqu’à ce qu’il apprenne que Gretchen n’a pas de robe de mariage. À quatre jours de la cérémonie, ça promet. Celle-ci ne s’occupe pas pour autant de préparer quoique ce soit : elle préfère engueuler Lindsay quand elle découvre qu’elle est virée après avoir couchée avec Yvette, puis engueuler Edgar quand elle comprend qu’il la suit.

C’est plutôt violent, parce qu’elle comprend ensuite qu’Edgar a compris qu’elle était en pleine dépression ; même si elle le cache comme elle peut. Edgar s’avère une fois de plus être un ami beaucoup trop précieux pour ce groupe qui ne le fait que souffrir en permanence. Le soir-même, Jimmy accueille Gretchen chez eux avec plein de chandelles, un adolescent en robe de mariée et un plan-séquence tout sympathique. Cela permet à Gretchen d’avouer qu’elle a été virée deux semaines plus tôt et qu’elle est bien ravagée.

Jimmy fait comme si de rien n’était, mais comme d’hab, un bon gros plan nous révèle qu’il est terrifié par ses nouvelles informations. Ah, je vous jure, j’ai tellement soupiré. La fin de la série approche, au moins.

Saison 5

You’re the Worst – S05E10

Épisode 10 – Magical Thinking – 15/20
Je m’attendais à vrai dire à pire en lançant l’épisode, mais j’ai bien ri, même si une fois de plus certaines intrigues partent sévèrement en vrille durant ces vingt minutes. Je ne sais pas trop comment les trois épisodes restants pourront fournir une conclusion satisfaisante, mais cet épisode n’était pas trop mauvais, c’est déjà ça.

Saison 5


10.jpg

You’ll just be… two people.

Une grosse journée (l’air de rien) plus tard, je me lance dans mes séries hebdos en retard par rapport à ce que j’espérais. Malgré tout, je commence par celle-ci, alors même que je sais que je risque de ne pas aimer l’épisode, parce que cette saison a eu du mal jusqu’ici. Allez, qu’importe, je me lance et ça commence mal avec Jimmy, dans le futur toujours, qui récupère sa fleuriste pour l’emmener à un mariage. Merveilleux.

Dans le présent, Gretchen est débordée par son boulot, même quand elle tente juste de jouer sur son portable. C’était un bon début, avec un bon gag, mais on enchaîne évidemment sur la prise de médicaments par Gretchen, sinon ce ne serait pas assez déprimant. Jimmy, lui, offre des chaussures de mariage, qu’il veut la voir porter pour qu’elle s’y fasse. Il compte faire de même, mais le problème est que Gretchen doit marcher beaucoup à son travail ce jour-là.

Edgar est tout de même choqué de voir Jimmy qui ne réagit plus à rien du tout concernant Gretchen. Celle-ci continue de bouffer des médocs comme s’il s’agissait de bonbons et Jimmy ignore tout de son travail. C’est n’importe quoi. Côté humour, l’idée est de nous confirmer qu’Edgar est génial. Il tape même plus vite que moi, franchement, là où Jimmy tape plus lentement que, disons, ma mère. C’est problématique pour un auteur.

Sans trop de surprise, Jimmy le casse toujours autant, mais Edgar est de plus en plus dans une période de rébellion, alors il ne se laisse pas faire. Il décide d’aller se promener dans un parc, ce qui est l’occasion de multiplier les figurants pour la série. Ils tombent sans grande logique sur une chorale qui se produit là et est une véritable révélation pour Jimmy, persuadé d’y voir un signe qu’il a raison.

Pourtant, Edgar marque des points : pour lui, c’est le genre de choses qui aurait pu aider à la fabrique de leur couple, plutôt que d’être une simple expérience de Jimmy. C’est une intrigue plutôt cool : elle permet de revenir sur la structure de chaque épisode de cette saison qui ne fonctionne que moyennement ! Jimmy insiste pour dire que c’est bien de vivre ses aventures séparément de Gretchen parce qu’ils finissent toujours par se retrouver de toute manière. Certes.

Côté réalisation, on est toujours sur du très bon, avec un plan séquence génial pour suivre Gretchen arrivant au travail. Le plateau de tournage est brillant (on y prépare un concert), et Gretchen a un look presque crédible quand elle travaille. Bon, après, on sent que ça s’éclate côté décor et plan séquence. L’idée est de faire marcher Gretchen autant que possible, mais on ne sait pas bien pourquoi elle marche, parce qu’elle ne fait absolument rien comme travail.

C’est en tout cas toujours aussi génial de voir la série cartonner dans les plans séquences et jeux de lumière. Moi qui adore ça, je suis servi. C’est juste dommage que ça ne serve pas mieux l’intrigue qui, elle, n’avance pas du tout et n’est pas passionnante. Bref, elle organise un concert pour ses rappeurs et son DJ, et elle joue sa carrière au passage.

Le problème, c’est que quand Gretchen écoute la piste qu’ils vont jouer, elle se rend compte que ses rappeurs se font totalement éclipser par le talent improbable du DJ. Elle leur en parle et ils décident donc de virer le DJ de la piste… ce qu’il prend drôlement mal. Gretchen se retrouve donc dans la merde à devoir prendre une décision.

Pendant ce temps, la boss de Gretchen passe la journée avec Lindsay, et je ne sais pas bien quel est l’intérêt de cette intrigue. Cela mène Lindsay à lui confier qu’elle veut de l’amour, et c’est sans surprise que la boss en profite pour coucher avec l’assistante. Il faut dire que son look avec les lunettes s’y prête particulièrement bien, ma foi. Ce n’était pas aussi marrant que prévu, mais bon.

Tout l’épisode finit donc au concert organisé par Gretchen. Edgar et Jimmy s’y rendent, ce premier choqué que le second n’ose pas parler des médicaments à Gretchen. Oui, moi aussi à vrai dire… Cette dernière trouve en tout cas la meilleure solution possible à son problème, et sans médoc svp.

Pendant que le DJ et les rappeurs se prennent la tête sur scène et alors qu’elle a décidé de laisser le hasard décider quelle piste serait jouée, elle décide d’enclencher l’alarme incendie. Le problème est réglé comme ça, et c’était plutôt marrant parce que c’est du Gretchen. Quant à Lindsay, elle finit bien en couple avec sa boss. De pire en pire ! (C’est le titre de la série après tout)

Saison 5