#5 – Surmonter la dépression comme Gretchen

Salut les sériephiles,

Une nouvelle semaine de travail touche à sa fin, et avec elle, le lancement véritable de mes vacances (scolaires, en tout cas, parce que j’ai pleeeein de boulot d’ici la rentrée en vrai, mais je vais être dans le déni pour une semaine là). C’est top, mais ça ne me fait pas oublier la saga de l’été commencée depuis un mois. Il est donc temps ce soir de la continuer, et il est même plus que temps comme il est déjà bientôt 23h ! En fait, il est même plus de 23h tellement j’ai procrastiné pendant la rédaction, oups.

You're The Worst Gretchen Sticker GIF | Gfycat

Douze semaines, douze personnages, douze impacts sur ma vie.

Rien que ça. C’est un vaste programme, je sais. Et je n’ai pas réussi à choisir un ordre ; alors on fera selon l’inspiration du moment. Pour aujourd’hui, il va être question de Gretchen de You’re the worst. Bon, je ne suis pas vraiment dans le mood dont il va être question dans cet article, mais il fallait bien l’écrire à un moment, alors c’est parti !

You're The Worst Gretchen GIF | GfycatQui est-ce ? Gretchen, c’est donc un personnage d’une série comique qui s’est rapidement amusée à mélanger les genres pour ne pas rester uniquement comique. Manager, Gretchen est une femme très indépendante, avec une bonne répartie, mais aussi une tendance à la consommation d’alcool et drogue en tous genres. Tout ça ne l’empêche pas d’être, dans la plupart des cas, assez efficace dans son travail, même si c’est toujours par miracle qu’elle s’en sort.

En gros, Gretchen, c’est un personnage qui a un capital chance qui ne s’arrête jamais. https://img.buzzfeed.com/buzzfeed-static/static/2015-07/30/13/enhanced/webdr03/anigif_enhanced-3820-1438277845-19.gifDésabusée de l’amour et hyper féministe à ses heures perdues uniquement, elle va malgré tout tomber sous le charme de Jimmy. Seulement, comme aucun d’entre eux n’est capable de mener sérieusement une relation affective et cumule les bouteilles (au sens propre comme figuré), ce n’est pas simple du tout pour eux de mener cette relation.

Ainsi, plus la série avance et plus l’on perd les personnages dans des gamineries et des comportements particulièrement nazes. You're The Worst Gretchen GIF | GfycatRarement une série n’aura si mal évolué et, vraiment, en saison 5, j’étais bien content de la voir se terminer car la qualité n’est jamais revenue après la saison 3. Seulement voilà, les deux premières sont géniales. Et Aya Cash aussi.

La saison 2 voit également le personnage de Gretchen traverser un épisode dépressif particulièrement violent et douloureux, FXX – Just One More Episodeet c’est tellement de rare (ça l’était en tout cas) de voir ça à la télévision, que ce fut marquant.

Qu’est-ce que Gretchen a bien pu nous apprendre ? Que la dépression est bien une maladie qui ne s’explique pas forcément. Elle frappe le personnage au moment où tout semble aller pour le mieux dans sa vie, rendant cet arc narratif encore plus difficile à vivre. 5 Reasons Why FXX's 'You're the Worst' Is Actually the Best | The Mary SuePourtant, Gretchen finit par réussir à s’en sortir, en s’entourant de ses amis et en épuisant tout simplement le capital sympathie de ses amis.

Elle nous permet de nous rendre compte ainsi que l’essentiel est parfois d’être patient et de se confronter à son problème en l’accueillant, en ayant conscience de ce qu’on traverse et en en parlant. C’est un début de solution important. Pour le reste, elle va aussi voir une psy et ne suit pas forcément le traitement qu’on lui recommande, alors je ne pense pas qu’elle soit un exemple à 100%, mais ça, c’est aussi parce qu’elle est le personnage d’une série sur les pires comportements qui existent.

De Master of None à You're the Worst, ces séries qui auscultent les  relations amoureuses modernes | Konbini

Forcément, lui faire avoir un comportement parfait pendant un épisode dépressif, ça n’aurait pas eu beaucoup de sens… Gretchen and Jimmy in therapy...I felt sorry for the therapist! You're the  Worst | You're the worst, Tv shows, JimmyMais j’apprécie le fait qu’elle garde son humour en toutes circonstances, même au plus bas, parce que oui, on peut être en dépression et faire de l’humour, ce sont deux choses très différentes.

Quel impact sur moi ? Il ne m’a pas fallu longtemps pour que Gretchen me touche énormément elle aussi. En fait, son épisode dépressif en saison 2 m’a renvoyé assez méchamment un miroir en pleine figure, parce que pendant mes études, juste avant l’ouverture du blog à vrai dire, j’ai connu une période peu évidente au niveau santé.

Sans être dépressif pour autant – ou en tout cas, ça n’a jamais été diagnostiqué si je l’étais (mais vraiment, je ne pense pas que ce soit ça une dépression) – j’ai eu quelques complications médicales, avec une très longue période de (forte) sous-tension et des crises d’asthme à gogo (qui provoquaient elles-mêmes la sous-tension en m’empêchant de dormir, tout un programme). Résultat des courses, j’étais à peu près aussi amorphe que Gretchen, avec cette même envie de ne rien faire du tout et un gros manque d’énergie pour pas mal de choses.

Bon, malgré tout, je suis allé en cours sans jamais rater une seule journée et j’ai continué d’avoir une vie sociale quand même de temps en temps, parce que c’est là-dedans que je puise mon énergie en général. Il n’empêche que Gretchen est l’un des premiers personnages vraiment dépressif que j’ai eu l’occasion de voir à la télévision. Bien sûr, il y a eu Buffy avant elle, mais la dépression de Buffy en saison 6, elle m’a toujours paru plus lointaine, parce que je n’étais pas dans sa tranche d’âge et/ou parce que j’ai vu ça avec du retard, donc dans un autre monde ; un avec accès à internet, quoi.

You're The Worst' Season Five Trailer: Just Stick The LandingBref, je me suis reconnu en Gretchen quand elle a traversé ses problèmes et qu’elle a réussi à se reconstruire avec l’aide de ses amis ; et ma foi, c’est un modèle important à garder en tête, je trouve. Cette scène où Jimmy reste pour elle était une claque incroyable – et un love goal.

Stats de la semaine #25

Salut les sériephiles,

Les semaines se suivent et se ressemblent sur le blog, avec de moins en moins d’épisodes vus (au point que ça devrait désormais se conjuguer au singulier) et de moins en moins de vues. C’est assez logique, après tout. De mon côté, je revis et je dépense tout mon argent sous le beau soleil parisien qui, parait-il, ne devrait pas durer très longtemps cette semaine. Merde.

En attendant d’autres orages et d’autres gouttes de pluie, j’ai eu envie de sortir de ma panne de série avec une reprise hier – et avec une autre jeudi. J’aimerais dire que c’est bon signe pour cette nouvelle semaine qui commence, mais la vérité, c’est que cette dernière semaine de cours promet d’être épuisante avec une réunion par soir. Forcément, en rentrant chaque jour après 20h, ce n’est pas gagné pour avoir le temps de regarder des séries.

Et en même temps… j’ai un peu moins à faire cette semaine une fois chez moi. On verra bien, le mystère demeure pour l’instant. Sur ce, il va être temps de passer aux stats de la semaine, mais avant ça, j’ai encore à vous souhaiter une bonne fête de la musique ! Et si c’était l’occasion de reprendre High School Musical The Musical The Series ? Sur un malentendu, à 23h… 

Les articles les + lus de la semaine : 

 

Lexique – Il est toujours temps d’être fiers de ce que l’on est et de qui l’on aime, car le mois de juin n’est pas terminé. De toute manière, il n’y a pas qu’au mois de juin qu’il y a de quoi être fier. Une chose est sûre, cet article reçoit beaucoup de visites ce mois-ci, et il me semble que c’était pareil l’an dernier. Espérons que cette pratique existe de moins en moins… 171 vues

Lexique – Pas de changement par rapport au top de la semaine dernière pour l’instant, mais ce n’est pas spécialement une surprise avec cet article qui attire toujours beaucoup ! Et puisqu’il faut bien parler de ship dans mes séries de la semaine, j’aimerais souligner à quel point j’aime le fait qu’Evil ne repose pas du tout sur un ship. À vrai dire, c’est même presqu’en trop quand ils tentent de le faire avec David et Kristen. 109 vues

Colony – Je n’arrive pas à comprendre le succès des articles sur la série si longtemps après la sortie de la saison 3 sur Netflix… et encore plus après la sortie de la saison 3 tout court. Et pourtant, force est de constater que ça marche toujours autant sur le blog. Si seulement ce succès pouvait motiver Netflix à nous proposer un téléfilm de conclusion, ce serait Noël avant l’heure. 88 vues

Euphoria – L’article se stabilise à environ 70 vues par semaine en ce mois de juin. Six mois après la diffusion, il semblerait que cette critique n’arrête jamais d’attirer du monde sur le blog. Ecoutez, soyez les bienvenus, j’espère que vous lisez aussi d’autres articles tant que vous y êtes. Tant qu’à faire, quoi, on ne sait jamais, vous pourriez aimer d’autres séries et d’autres critiques. 74 vues

LOST – Je l’ai déjà dit il y a deux semaines il me semble, mais je suis stupéfait de voir le succès de cet article si longtemps après la fin de la série. Comme quoi, cette fin n’a vraiment pas été comprise et comme quoi, c’est parfois important de continuer d’en parler. Dingue en tout cas de constater à quel point cette série aura marqué les esprits… et cette fin également, de toute évidence ! 65 vues

Manifest – Ben alors ça, c’est très inattendu pour le coup ! Je ne pensais que cet article attirerait du monde. Après, il y a fort à parier que sur une semaine plus ordinaire, des critiques d’épisodes auraient eu plus de succès que cet article… mais il n’empêche que le sort de la série semble avoir préoccupé les esprits. Depuis la rédaction de cet article, les rumeurs enflent concernant Netflix US cherchant à la racheter pour une saison 4. Je n’y crois pas tellement, mais on ne sait jamais. 61 vues


Pas du tout mon style musical, mais une très jolie chanson pour le message qu’elle véhicule et le clip touchant qui l’accompagne. Je suis un public facile ; bon mois des fiertés à tous, encore une fois.


Si je n’ai pas tellement de temps pour mes inédits en ce moment, je ne délaisse pas le reste de mes activités habituelles. C’est donc selon le planning habituel que sortent les articles et les podcasts.

C’est surtout vrai pour les podcasts, d’accord ! Non parce qu’effectivement côté articles, il y a eu quelques décalages sur ce week-end, notamment concernant la toute nouvelle saga de l’été… Ecoutez, la vie sociale avant le reste.

Il fallait que j’en profite avant une semaine pourrie qui commence là… Je sais d’avance que ça va être chargé !


fin + you’re the worst

Drôle d’idée de chercher ça, même si je peux comprendre que ça ne donne pas envie du tout de continuer à regarder quand on voit à quel point les dernières saisons furent médiocres. Au cas où, retrouvez la critique du dernier épisode ci-contre !

 

You’re the Worst – S05E13

Épisode 13 – Pancakes – 17/20 C’est improbable, mais ce dernier épisode mérite une bonne note puisqu’il réussit à surprendre tout en proposant une vraie conclusion à l’ensemble des intrigues. Clairement, il y a des choix que je trouve stupide pour cette fin de série, mais d’un autre côté, la série parvient à rester crédible,… Plus


Quelques infos-clés :

  • 7 articles publiés la semaine dernière, on est vraiment sur le service minimum du blog (-2)
  • 24 commentaires échangés ensemble (-15, avec une vingtaine de commentaires en retard…)
  • La performance de la semaine est Katja Herbers
  • +1 épisode critiqué sur le blog.
  • Merci à Evil de me sortir un peu de ma panne série… mais pas merci à la série de me donner envie de voir plein de choses quand je manque clairement de temps pour ça !
J’écoutais The Hoosiers au lycée et je me sens propulsé dans le passé avec cette petite chanson très fun qui a un petit côté estival tout sympathique !

Trois autres saisons qui cartonnent :

Station 19 – La saison 3 continue d’attirer beaucoup sur le blog, et cette fois-ci, ce n’est pas Poluss parce qu’elle a fini la saison et que je n’ai pas encore répondu à ses commentaires. Je n’ai pas continué la saison 4 non plus, d’ailleurs, mais qu’est-ce qu’il m’arrive ?

Charmed – J’ai de nouveau du retard dans la série puisque je n’ai pas vu l’épisode de ce week-end, mais bon, je comprends le succès de la série, parce qu’elle est vraiment sympathique ! En plus, la série d’origine a encore ses fans également sur le blog, la saison 5 attirant un peu elle aussi 😉

Salvation – Ben voilà, comme chaque fois que j’arrête d’alimenter le blog, cette saison reprend ses droits bien légitimes et sa place dans le classement. Pas de surprise à retrouver une fois de plus cette comète dans le top donc, et qui sait, peut-être que ça en inspire pour le bingo. Sur un malentendu !


Et avant de partir, ne manquez pas…

Il ne se passe peut-être rien du tout sur le blog en ce moment, mais ce n’est pas le cas dans ma vie (et l’un explique l’autre d’ailleurs) : 

Quelques nouvelles de ma vie (à défaut de parler séries, écoutez)

Salut les sériephiles, 22h42… Il est temps d’écrire un article du jour, non ? Peut-être bien, mais bon, la journée fut encore chargée avec quelques heures de cours, quelques dizaines de copies (plus que deux et ce sera fini pour cette année scolaire, mais j’ai gardé de quoi m’occuper dans le train demain, yeaaah), quelques appréciations de bulletin (encore tant à faire !) et, bien sûr, un podcast (regardez Le Cœur a ses raisons, Anne Dorval y est brillante à jouer Criquette et Ashley à elle toute seule !)…

Cliquez pour lire la suite de cet article

Bonne semaine à tous !

 

Ce que c’est que le Peak TV

Salut les sériephiles,

Il est tard pour un article du jour ? Désolé, c’est que j’ai eu un peu de travail encore aujourd’hui. Tout va bien pour autant et c’est avec plaisir que je reviens avec un article qui va à nouveau venir compléter le lexique du sériephile. Oui, je grille toutes mes cartouches d’articles pour celui-ci en ce moment, mais je n’avais pas spécialement envie de réfléchir à un autre sujet ou de revenir sur les récentes annonces Netflix déjà lues partout (pour l’instant… je trouverais bien un angle d’attaque à un moment). Bref, dans le lexique aujourd’hui, on va parler de ce qui explique que je sois si en retard dans mes rattrapages de saison dernièrement : le concept de Peak TV !

Blog de La-Folie-des-seriesTv - Page 3 - La Folie des Séries ...

Alors c’est quoi le Peak TV… la Peak TV ? Concrètement, c’est ce qui désigne la période actuelle de production de séries télévisuelles. Par « période actuelle », j’entends les cinq dernières années, où l’industrie télévisuelle hollywoodienne est montée à près de 500 productions annuelle, un nombre qui augmente encore et toujours.

Series: This Week's TV MVPs - Week 1 ~ Just About WriteLe concept est simple : il y a tellement de séries que l’on va finir par atteindre un sommet, un pic, dont on ne pourra pas revenir. C’est une sorte de plafond de verre qui fait que ça risque de s’effondrer : à multiplier les produits et les acteurs sur le marché, on se dirige vers un phénomène compliqué où le gros succès est difficile à obtenir, parce que les spectateurs se répartissent trop sur différentes œuvres. On peut remercier Netflix pour ça, parce qu’ils ont ouvert le chemin avec leurs productions originales et que tous les services de streaming ont embrayé ensuite : Amazon, Disney +, Hulu, Apple TV… Même Quibi, sérieux !

Voir aussi : Quibi ou l’histoire d’un échec ?

Get Your First Look At "Unreal" Season 2

C’est quoi ce nom ? Franchement, rien de bien compliqué encore cette semaine. « Peak » veut dire « pic » et « tv » veut dire… ben… TV. C’est donc un « pic télévisuel », tout simplement, c’est-à-dire que la télévision est au sommet de son art en ce moment. Par conséquent, il faut comprendre, vu la traduction, que c’est plutôt une appellation à utiliser au masculin en français. Pourtant, tout le monde ne semble pas d’accord et, à l’origine, on trouvé surtout des articles la référençant au féminin, parce que pour des français, « TV » ça sonne féminin et « peak » comme un adjectif. Encore une histoire de la covid, le covid. Les américains diraient potato, tomato (une sombre histoire de prononciation et d’accentuation différente du « a »).

Quelle origine ? On commence à parler de « peak TV » en 2015, lorsque John Landgraf, président de la chaîne FX (celle derrière la saison 1 de You’re the worst par exemple) l’emploie pour analyser son obsession de la quantité astronomique de séries produites chaque année. À l’époque, on approchait simplement des 400… Pas de quoi s’affoler, on pouvait donc faire encore beaucoup plus ! Le problème, c’est que déjà à 400 séries, personne ne peut tout regarder et ça commence à poser des soucis, notamment lors des grandes cérémonies de récompenses où des séries sont oubliées, puisque tout le monde ne peut être récompensés.

jimmy shive overly | Tumblr

Bon, après, ça, c’est jamais qu’une excuse plutôt mauvaise si vous voulez mon avis. Tous les fans de Buffy savent qu’elle n’a pas eu les Emmy Awards qu’elle méritait (concrètement, aucun acteur n’en a eu, mais ils ont eu ceux de musique et maquillage… pas exactement de quoi les distinguer parmi les gagnants, et puis, ça vieillit mal du côté du maquillage).

7 things you never knew about Buffy The Vampire Slayer | bloggy balboa
Aujourd’hui, tout le monde sait que Sarah Michelle Gellar mérite au moins une récompense des Emmy pour cet épisode, sérieux.

Et aujourd’hui ? Cela fait cinq ans que l’on évoque un pic télévisuel qui n’arrive pas et chaque année voit la production de séries augmenter… à moins que ! En 2020, nous avons donc un trimestre de production à jeter à l’eau à cause du coronavirus, ce qui fait que le nombre diminuera peut-être. En plus, une crise économique est à craindre pour la suite, alors 2021 va peut-être mettre un frein à tout ça… surtout que bon nombre de séries se terminaient en 2020.

 

À titre personnel, je le sens passer ce pic télévisuel. Je sais que c’est aussi lié à mon âge et à mes activités diverses, mais j’ai tout de même l’impression de n’avoir plus du tout le temps de regarder tout ce que je voudrais et je sais pertinemment que je passe fréquemment à côté de pépites que j’adorerais (coucou Dark). C’est d’autant plus paradoxal que j’en continue d’autres pour aller jusqu’au bout alors que je les trouve médiocres (coucou 13 reasons why), mais ça, j’imagine que l’on fait tous nos propres choix. Je préfère m’investir jusqu’au bout dans les histoires commencées, en général.

24h après : la fin de 13 Reasons Why (#4) | Just One More Episode
It didn’t.

Avec toutes les séries que je termine en ce moment il faudra de toute manière que je me renouvelle un jour ou l’autre… alors je profiterais des stocks fournis par ce pic télévisuel. Quant à savoir si le plafond est atteint, j’imagine que l’avenir nous le dira, mais il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, ça n’a pas réussi à John Langdraf !

Top 10 de la décennie (partie 1)

Salut les sériephiles,

Le réveillon continue d’approcher petit à petit… et comme nos estomacs se préparent à l’overdose, je me suis dit qu’il fallait aussi nourrir nos cerveaux ! Du coup, je profite de cette journée pour faire enfin mon top 10 des séries de la décennie pour le Bingo Séries. Eh, il y a aussi qu’il est temps que j’avance dans le Bingo, franchement.

Donc voilà, je vous rappelle les règles : il me faut choisir seulement dix séries en fonction de la diffusion de leur saison 1, sachant que je dois choisir une série par année de la décennie. Et franchement, c’est plus compliqué qu’il n’y paraît avec ce twist de la date ; mais c’était l’idée pour que ce soit plus sympa et original à faire ! Beaucoup ont déjà répondu à cette question sur Twitter ou sur le blog, n’hésitez pas à aller farfouiller le hashtag, les amis…

Quant à moi, vous verrez que j’ai beaucoup hésité pour certaines années, d’où la présence à la fin de chaque paragraphe d’un « mise de côté » 😉 !

Résultat de recherche d'images pour "the walking dead season 1"

2010 – The Walking Dead

Bon, c’est un peu inévitable. Niveau série de la décennie, on peut difficilement faire plus marquant que celle-ci. Elle a débarqué en 2010 et est actuellement dans sa saison 10. Les zombies ont fait couler beaucoup d’encre en dix ans, la qualité n’a pas toujours été au rendez-vous (loin, très loin de là), mais c’est vraiment une série qui s’est imposée dans mes habitudes. Je n’ai pas commencé dès 2010, mais aujourd’hui, j’ai du mal à m’imaginer mes lundis soirs autrement qu’avec la découverte de l’épisode de la semaine avant d’être spoilé méchamment. Mise de côté : Haven (géniale, mais trop peu connue).

Résultat de recherche d'images pour "person of interest season 1"

2011 – Person of Interest

Là encore, c’est une série que j’ai regardé plus tard et pas dès le début de sa diffusion. C’est bizarre du coup de dire qu’elle a marqué ma décennie car je l’ai vue quasiment d’une traite et en quelques mois seulement… seulement voilà, cette série est excellente et je trouve qu’en scénario, elle a bien marqué son temps. La Machine, les simulations, les deux flingues à la fois… Tant de choses qu’on a pu retrouver dans d’autres séries. Les problématiques sont excellentes, les intrigues passionnantes, et voilà, c’est marquant, je trouve. Mise de côté : Once Upon a Time (le choix fut rude, mais j’ai moins accroché à celle-ci, tout simplement).

Résultat de recherche d'images pour "continuum tv show"

2012 – Continuum

On est vraiment sur un choix tout personnel là, mais cette série avec Rachel Nichols est quand même la série qui m’a poussé à me remettre à Twitter pour de bon. Au-delà de son excellent plan transmédia, cette série proposait un excellent casting et des intrigues de voyages dans le temps fabuleuse. J’ai adoré la série, j’en garde des souvenirs de fou et je regrette qu’elle ne soit pas plus connue, alors je profite de cette occasion pour la mettre en avant ! Mises de côté : Scandal (pour sa démarche et sa sonnerie de téléphone), The Newsroom (géniale, mais trop peu connue) ; Arrow (pour l’univers étendu qu’elle lancera).

Résultat de recherche d'images pour "agents of shield pilot"

2013 – Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D

Franchement, vous me voyez choisir autre chose que cette série que j’adore ? Parce que moi, non. Ce choix par défaut s’explique pour un tas de raisons, du casting que j’adore au twist phénoménal de la fin de saison 1, pour l’équipe de production que j’adorais avant même le lancement de la série (merci Dollhouse) autant que pour les liens avec le Marvel Cinematic Universe, pour la qualité globale saison après saison autant que pour les acteurs super fun à chaque Comic Con. Mise de côté : Orange is the New Black (parce que bon, Netflix quand même).

Résultat de recherche d'images pour "the 100 pilot"

2014 – The 100

Cette fois, l’année est méga chargée en séries marquantes. On sent qu’en 2013/2014, on a passé un cap et on entre en plein dans le Peak TV où il y a beaucoup trop de séries. Il n’empêche que moi mon choix est vite fait du côté des séries que je préfère : c’est cette série CW qui sort complètement du lot. Elle commence super mal avec deux épisodes de teen show tout ce qu’il y a de plus banal et puis, d’un coup, bim, elle part dans son délire à la fin de son épisode 3 et elle le fait bien. On passe un cap dans la violence des séries ados, certes, mais ça m’a rendu féru de géopolitique et ça m’a prouvé que mon problème avec Game of thrones n’était pas là-dedans, mais bien dans d’autres problèmes de la série. M’enfin, ce n’est pas le sujet. Mises de côté : The Leftovers (magistrale, mais trop « de niche » ?), You’re the worst (qui réinvente la comédie l’air de rien… avant de se planter elle aussi), How to get away with murder (parce que franchement, elle a tenu sur la durée et était chouette).

Résultat de recherche d'images pour "younger pilot"

2015 – Younger

Cette année où le choix est impossible, franchement. Je me suis décidé pour Younger parce que pour moi, c’est vraiment une comédie qui a été capable de créer la surprise en trouvant son public de manière internationale alors que rien ne l’y prédestinait, contrairement aux autres séries que j’aurais pu évoquer. Et aussi, ça fait six saisons qu’elle est juste géniale, alors ça méritait d’être évoqué et mis en avant, je trouve. Mises de côté : Sense8 (à regrets, parce que vraiment, wow, la claque cette série ; je sais qu’elle a marqué la décennie), The Magicians (ça me déchire le cœur aussi de ne pas la mettre en série de l’année, surtout qu’elle a commencé en décembre, ça ne devrait même pas compter), 12 Monkeys (mais la qualité au début n’est pas ouf), Man Seeking Woman (superbe comédie là aussi).

Voilà pour cette première partie, parce que oui, j’ai décidé de couper en deux cet article qui aurait été autrement beaucoup trop long !