Où sont passés les épisodes d’Halloween ?

Salut les sériephiles,

Vaste question que celle du titre, n’est-ce pas ? Elle part d’un constat qu’un certain nombre de sériephiles a pu faire avec moi, j’imagine : nous n’avons plus tellement d’épisodes d’Halloween à croquer ces dernières années… Giles rupert giles buffy contre les vampires GIF - Find on GIFEREt ça me soûle particulièrement, parce que j’adorais ça, moi !

Quand j’ai commencé le Bingo Séries, il y avait encore régulièrement sur les networks des épisodes se déroulant en octobre, donc avec des festivités d’Halloween plutôt chouettes et donnant presque envie que cette fête s’exporte en France tellement les personnages rivalisaient d’inventivité pour se déguiser ou pour se faire peur, gentiment. Les choses ont bien changé depuis.

inthedarkedit Tumblr posts - Tumbral.comDepuis la création du Bingo en effet, et encore plus depuis que le Covid nous a frappé, les networks semblent super timides à faire des saisons qui collent au calendrier. Si ça peut se comprendre pour éviter des décalages, avec In the dark qui nous a sorti une saison de Noël de juin à septembre par exemple, je trouve quand même que c’est hyper frustrant et dommage de constater qu’aucun épisode spécial n’est prévu dans mes séries hebdo cette année. Pour une fois que je suis à peu près à jour à Halloween !

J’ai déjà eu plusieurs fois l’occasion, notamment cette année, d’affirmer à quel point j’aimais les épisodes et les séries qui suivaient notre quotidien. Ça n’a l’air de rien, c’est vrai, mais j’aime les séries entre autre parce que j’aime voir les personnages grandir et évoluer, et une part de ce qui est vraiment cool est de les voir faire ça en parallèle de nos propres vies. Bref, quand ils fêtent Halloween ou Noël en même temps que nous, c’est quand même pas mal intéressant. C’est ce qui fonctionnait à fond avec Plus Belle la Vie d’ailleurs, avant qu’ils oublient d’intégrer le Covid dans le scénario et perdent encore plus d’intérêt quand l’effet de réel était LE point positif de leur série. station 19 4x04 | Explore Tumblr Posts and Blogs | TumgirCela dit, je touche ici à un point important, l’air de rien : le Covid.

Autant les séries ont réussi à nous pondre des intrigues satisfaisantes mimant ce que nous avons vécu avec la pandémie, autant c’est très clairement ce qui a totalement perturbé les plannings des networks. C’est logique, intégrer une pandémie dans les scénarios, ce n’est pas forcément évident quand le plan était de proposer autre chose. Cependant, les séries ont été bouleversées au-delà du scénario : les productions ont du adapter leur calendrier et envisager d’avoir à faire des quarantaines et prendre en compte des cas contact.

Dès lors, difficile d’avoir une visibilité précise sur la date de diffusion, et donc sur l’épisode qui sera diffusé à Halloween. Et en même temps, qu’est-ce qui les empêche vraiment d’en prévoir un ? Ce ne serait pas la première fois qu’une série ne respecte pas le calendrier dans sa diffusion (sans vouloir me répéter, les épisodes d’In the Dark en plein mois de décembre alors que nous étions en plein été… heureusement qu’il faisait moche cet été, hein) et on aurait nos épisodes d’Halloween. Enfin, moi.

Eve Doherty | Explore Tumblr Posts and Blogs | TumgirJ’en arrive en fait à me demander si ces épisodes ont vraiment un public. Alors que je m’apprête cette année encore à revoir  les mêmes épisodes d’Halloween que ceux dont j’ai fait la liste en 2019 (Buffy, Charmed et Community forever), force est de constater que la majorité des séries qui en proposent sont des comédies (je n’en regarde plus tellement) ou des séries fantastiques (mon planning en est désespérément vide). Les autres le font parfois, sans que ce ne soit jamais une réussite.

Le prétexte ne fait pas le bon épisode de toute évidence, alors c’est plutôt bien qu’ils ne s’y risquent pas pour le principe de le faire, mais j’aimerais quand même en voir davantage, des épisodes d’Halloween. C’est toujours sympathique de voir les personnages se déguiser. J’aime moins quand même les épisodes qui cherchent à faire peur pour le principe : tout le monde ne s’y réussit pas. Je dirais même que c’était plus souvent raté que réussi quand des séries non horrifiques s’y sont risquées.

Young Penelope GIF - Young Penelope Riverdale - Discover & Share GIFs
Cette série a pourtant toute l’ambiance pour Halloween, mais pas un épisode d’Halloween réussi…

Qu’est-ce qui me manque alors au juste ? Je crois que je suis nostalgique de l’époque où les networks régnaient et que le calendrier était mathématiquement le même dans les séries que dans nos vies – et pourtant, je ne fêtais pas franchement Halloween.

Désormais, avec les séries diffusées par les plateformes de streaming, ce genre d’épisode-événement se perd. Forcément, Netflix diffuse tout d’un coup, ça n’aurait donc pas beaucoup de sens… Scream tv series? | Horror AminoOn a tout de même eu parfois des spéciaux Netflix, mais ce n’était pas une réussite non plus le Christmas Special Sense8 avec sa scène casée histoire de dire que c’est un épisode de fin d’année et l’Halloween Special Scream qui oubliait qu’il était un épisode d’Halloween (probablement parce qu’il ne l’était pas d’ailleurs, c’était juste pour le marketing). Même le retour de Stranger Things pour sa deuxième saison faisait un meilleur Halloween… Ce serait sympa s’ils nous faisaient la surprise de diffuser la nouvelle saison là (quoique, j’ai tout oublié, il faut nous laisser le temps de nous y remettre).

Animated gif about gif in stranger things. by FELICIA

Bref, vous l’aurez compris depuis le début de cet épisode, je ne sais pas exactement ce que je veux. De bons épisodes d’Halloween, est-ce vraiment trop demandé ? Je n’en avais pas l’impression, pourtant ! Une chose est sûre, c’est une espèce portée disparue sans avoir eu le temps de passer par la case en voie de disparition. Et en ce qui me concerne, c’est dommage, même si nous ne sommes pas nombreux à regretter ces épisodes.

Désormais, les networks se contentent de marquer la pause des vacances et de reprendre comme si de rien n’était. Bonnes vacances, du coup.

Sept clichés TV sur… le coming-out

Salut les sériephiles,

Il est comme d’habitude ce mois-ci beaucoup trop tard quand je commence à rédiger pour que je me lance dans un article aussi travaillé que ce que j’aurais voulu. Ce n’est pas faute de l’avoir procrastiné tout au long de ce mois de juin pourtant ! C’est un sujet casse-gueule, franchement, mais malgré tout, je l’ai en tête et je l’ai prévu pour aujourd’hui, histoire qu’il tombe tout de même sur le mois des fiertés… C’est donc parti pour un article sur les clichés TV concernant les coming-out. Partie 1 ? Possiblement. Il y en a tellement à l’écran aujourd’hui, peut-être qu’un jour, il me viendra l’idée de faire une partie deux !

I will always love you the most. — Brittana Gif Hunt

1) Tout le monde le sait sans que rien ne soit dit, le coming-out est imposé, comme dans Glee

J’exagère un peu dans cette description, mais il faut bien reconnaître qu’il y a un certain nombre de séries dans lesquelles on n’évoque pas spécialement le coming-out de certains personnages tant cela est évident… Et puis, il y a celles qui finissent par le faire car les problèmes surgissent malgré tout (pensez Kurt ou Santana). Et enfin, il y a celle dans lesquelles finalement il n’y a pas spécialement de personnage homosexuel quand tout un tas de personnages semblaient pouvoir l’être (coucou Zoey, même s’il y a Mo). Bref, de là ce que tout le monde soit au courant comme dans l’affaire Santana, il y a un véritable fossé. La pauvre se fait outer au lycée sans vraiment contrôler ce qui lui arrive… et pour bosser dans un collège, je peux vous assurer que malheureusement, ce genre de dérapage est encore VRAI aujourd’hui. C’est donc important de nous montrer comment ça se passe. Naya Rivera l’a fait tellement bien… Quelle actrice, quel personnage !

Ride Or Die — Non-Verbal Analysis of Alex Danver's Coming Out...2) Les bonnes questions sont posées, comme dans Supergirl

Toujours dans le genre « important de montrer comment ça se passe », le coming-out qui a lieu en saison 2 de Supergirl est hyper important au sens où il nous montre bien ce que ça peut être pour des personnes qui renferment leur sexualité au plus profond d’elles-mêmes, par crainte d’avoir à y faire face plus jeune. Dans le fond, même la disparition du love interest hétéro est un truc qui arrive. Ce cliché sur le coming-out est tellement VRAI qu’il n’est même pas un cliché d’ailleurs : Kara a la réaction plutôt parfaite, avec les bonnes questions. Si vous cherchez comment réagir, c’est une master-class.

Meilleurs GIFs Buffy 3 X 16 | Gfycat3) Les questions n’ont pas de réponses, comme dans Buffy

A l’inverse, ne réagissez pas trop comme Buffy qui a beaucoup trop de questions à adresser à son amie qui lui fait son coming-out. Bien sûr, pour l’époque, c’est beau d’avoir une telle scène à l’écran, parce que dans le fond, bien évidemment que Buffy accepte les choses fort rapidement. Meilleurs GIFs Buffy 3 X 16 | GfycatSeulement voilà, quand quelqu’un se révèle et est clairement paumé sur ce qu’il vous confie, la meilleure idée n’est peut-être pas de poser un milliard de questions, mais juste d’être là pour l’écouter. Puis seulement après ça pour l’accompagner dans sa réflexion, s’il vous sollicite. Just saying. Malgré tout, on est là encore sur un cliché VRAI – les gens posent parfois un milliard de questions auxquelles on n’est pas préparé. Mais bon. À eux de s’adapter. D’ailleurs :

4) Les gens doivent s’adapter, plus ou moins facilement, comme dans This is us

this family is my life — It's weird that I'm here. This is a…family thing.  ...Je l’ai déjà dit dans mes critiques des épisodes concernés, mais j’adore vraiment la manière d’aborder le coming-out dans cette série familiale. Si la question de l’acceptation ne se pose même pas car bien sûr que c’est accepté (merci les États-Unis et les séries pour une démocratisation à l’écran des relations LGBT, franchement !), il n’en reste pas moins que quand un personnage fait son coming-out, il perturbe certaines représentations et l’identité de son entourage le plus proche aussi. J’aime la manière dont la série prend la peine d’aborder vraiment le sujet des attentes que peut avoir un parent pour son enfant et la manière dont il doit se réadapter à un nouvel avenir après le coming-out. Et l’avantage de ce genre de cliché, c’est que c’est VRAI comme c’est FAUX, c’est selon les parents et les gens.

5) On est dérouté comme dans Grey’s Anatomy

Pin on Boyfriends and girlfriendsUne constante dans les coming-out de cette série ? On a eu un sacré nombre de personnages qui découvrait à l’écran ce qui leur arrivait : Callie et Levi sont les exemples les plus flagrants, je pense, et j’aime la manière dont ça a été fait, parfois de manière très avant-gardiste, parce que c’était un beau reflet de ce que peut être la réalité où l’on se découvre peu à peu. Bien évidemment que ce cliché est VRAI : il est déroutant de faire son coming-out, parce qu’on se redéfinit et qu’on s’autorise à explorer une part de son identité que l’on ne connaissait pas encore bien. Difficile d’oublier le discours de Levi après son premier baiser avec Niko, difficile d’oublier la perfection des scènes de Callie qui se révèle bisexuelle après deux saisons à être hétéro sans que ça ne sonne faux (et cette réplique dans ce gif, bon dieu, OUI). Et bizarrement, le discours d’Hahn sur les feuilles et les lunettes m’est resté également, il a résonné parce qu’il m’a semblé parfaitement abusé. Comme quoi, parfois, les clichés vrais sont FAUX aussi.

Maya and Carina Station 19 - Page 18 -6) Draguer dans un bar, c’est facile, comme dans Station 19

C’est FAUX.

Pardon, mais faut-il vraiment développer ? J’adore Callie, j’adore Carina, mais arrêtez de nous faire croire qu’il suffit de mettre les pieds dans un bar pour trouver l’amour. Déjà, c’est hyper compliqué pour les hétéros, mais alors pour les personnes LGBT dans un bar qui ne soit pas LGBT, j’ai énormément de mal à y croire. Trop de risques, trop d’incertitudes, trop de moments gênants possibles. C’est FAUX et puis c’est tout.

7) C’est un non-sujet, comme dans The 100

Rapport de missions de Clarke GriffinBien sûr, je ne pouvais pas finir autrement que par cette série et par ce point, parce qu’il me tient à cœur. Si Callie est probablement un personnage qui m’a ouvert l’esprit sur ce qu’était la bisexualité, la série en a fait parfois des caisses, parce qu’à l’époque, bien sûr qu’il y avait besoin d’en faire des caisses. Puis aussi, on ne va pas se mentir, ça faisait un bon drama les parents de Callie… Par contre, qu’est-ce que j’ai aimé le coming-out de Clarke à Abby. La sexualité de Clarke est clairement un non-sujet ; ce qui pose problème, c’est plutôt ses choix de partenaires, entre le premier qui pète une durite et tue des gens et la seconde qui est l’ennemie n°1 de tout son peuple. La série a pris le parti de nous montrer un futur où tout le monde s’en fout pas mal de savoir avec qui vous couchez, et c’est clairement le type de coming-out qui résonne le plus avec ma réalité. Honnêtement, on s’en fout, non ? Je préfère largement quand le coming-out peut se faire au détour d’une conversation sans être le sujet incontournable sur lequel il va falloir parler quinze fois. Après, OK, parfois, certains ont besoin d’en faire un sujet central de la conversation pour se sentir accepté. M’enfin, n’oubliez pas que ça peut aussi être un non-sujet ; ça l’est pour moi, je suis concerné, c’est donc VRAI. M’enfin, il faudra peut-être une partie 2 à cet article un jour quand même.

Lito Tumblr posts - Tumbral.com

Voilà pour mon avis sur quelques-uns des plus gros clichés. Il y en a plein d’autres aussi, de ces personnages qui se font harceler à ces personnages qui sont célébrés par leur entourage. Parfois, c’est même dans l’abus à l’écran, avec des confettis et toute une parade pour célébrer ça, comme dans Sense8, mais ça fait toujours du bien de voir une représentation si positive à l’écran. Non ?

Une chose est certaine, plus les années passent, plus les scénaristes sont capables d’écrire des scènes qui sonnent justes. Il faut dire aussi que plus les années passent, plus il est simple de se faire accepter par la société. Merci au gouvernement français pour la loi sur la PMA pour deux femmes aujourd’hui, d’ailleurs, pour une fois que j’ai quelque chose de positif à en dire ! Allez, bonne nuit 😉

 

Sept clichés TV sur… la vie parisienne

Salut les sériephiles,

Chaque mois, j’ai pour habitude depuis un an de prendre un truc plus ou moins en rapport avec l’actualité ou ma vie pour ensuite le comparer à la manière dont c’est géré dans les séries…Le seul problème avec ça, c’est qu’en un an, j’ai déjà fait le tour des idées les plus évidentes. Pas de souci pour autant, il me reste plein de choses à évoquer avec vous ! Je commence aujourd’hui avec un article qui me titille depuis un moment sans jamais trouver le bon angle : Paris et les parisiens vus par le petit écran. Après tout, j’ai passé une bonne partie de mon été dans la capitale, alors j’ai en tête bien des choses !

Shadowhunters | Season 3, Episode 12 Sneak Peek: Clary & Jonathan In Paris  | Fre... | Gfycat

  1. Les petits-déjeuners sont chers mais bons… comme dans Shadowhunters

Un rapide détour à Paris, certes, mais un détour plutôt réussi pour la série : au moins, ils sont honnêtes quand ils nous envoient Clary et Jonathan dans une terrasse bondée dès le matin et que le prix du café est aberrant. Quant à ce qu’ils mangent, ça a l’air bon, même si très artificiel – surtout les croissants. L’ensemble est très cliché, mais je peux vous assurer qu’il suffit de se balader dans Paris entre 8h et 10h pour se rendre compte que c’est VRAI.

God Friended Me Star Violett Beane Responds To CBS Cancellation -  CINEMABLEND

  1. On peut trouver facilement des appartements avec vue sur la Tour Eiffel… comme dans God Friended Me

Rarement une série n’aura autant enchaîné les clichés en si peu d’épisodes, mais le meilleur des clichés est certainement celui qui a la vie dure, à savoir l’appartement magnifique de 150m² avec vue directe sur la Tour Eiffel comme si Cara vivait sur le Champ de Mars. Inutile de vous dire qu’on a rarement vu cliché plus FAUX que celui-ci et qu’une journaliste américaine mettant sa carrière en pause pour écrire un livre que personne ne voudra lire devrait probablement se contenter d’un petit 9m² au 8e étage sans ascenseur ni fenêtre, hein. Pour la défense de la série, en revanche, si personne ne va s’asseoir sur un banc comme sur la photo ci-dessus pour bosser tranquillement (et surtout pas une femme en robe, d’ailleurs, parce que le harcèlement de rue existe vraiment) dos à la Tour Eiffel, il faut bien reconnaître que la Tour Eiffel, on la voit souvent qui surgit sans crier gare.

Paris : Top 10 des lieux de tournage de Sex and the city - Fantrippers

  1. Les gens vous font vivre un défilé de mode… comme dans Sex and the City

FAUX. Ouais, c’est tout mon argument. Si vous ne me croyez pas, ben allez dans le métro, quoi. OK, il y a quelques looks extravagants parfois – et ça dépend des quartiers – mais bon, les gens s’habillent normalement, les fautes de goût à base de claquettes-chaussettes sont quotidiennes et la majorité porte du noir, avec du noir ou un jean. Et des baskets blanches. C’est important, les baskets blanches à Paris en ce moment. Ne croyez pas qu’elles puissent rester blanches dans Paris, par contre. Bref, on est loin des looks portés par Carrie et aperçus dans la série (mais c’est aussi valable pour tout le reste de la série, ça). Sinon, j’attends toujours que Netflix se décide à diffuser Emily in Paris, la nouvelle série du créateur de Younger et Sex & the City

RÉALITÉ À LA FRANÇAISE

  1. Ca fume partout, tout le temps (et pas que des clopes ?)… comme dans Dix pour Cent

Avec cette série, on voit bien qu’on est face à une série française qui connaît bien la capitale. Les personnages sont, l’air de rien, souvent en pause clope, et la pause clope se fait régulièrement en intérieur malgré l’interdiction de fumer dans la loi. J’aimerais vous dire que tout cela est faux, mais là encore, promenez-vous dans Paris et vous en verrez un paquet d’employés en train de faire leur pause clope devant leur taf. Quant à fumer à l’intérieur… Certains halls d’immeuble suffisent également à en dire long à vos narines. Et j’insiste, ça ne sent pas toujours que le tabac. Mais bon, c’est bien de faire travailler ses narines, on va dire. VRAI.

Amor Vincit Omnia (2×12) – Bigreblog

  1. Les gens (et les flics) portent des bérets et baguettes… comme dans Sense8

OK, ce n’est pas tellement un cliché sur la vie parisienne, mais plutôt sur les français en général, mais vraiment, ça me fait rire ce look béret/baguette. À la décharge des séries américaines, je reconnais que j’ai eu l’occasion de voir des bérets sur ces deux derniers mois et il est évident que si on se balade genre le dimanche matin à 9h on croisera vraiment des gens avec des baguettes… De là à ce que soit partout, tout le temps, il y a une grande, grande marge en revanche. FAUX. Après Sense8 se moquait volontairement de ce cliché… sauf qu’il l’appliquait tout de même dans d’autres scènes. On notera aussi que la série m’offrait aussi l’occasion de parler du métro et de sa proximité perpétuelle avec tous les lieux de tournage, mais bon, traverser Paris de bout en bout, ça peut parfois prendre une heure, hein.

Best Gossip Girl Paris GIFs | Gfycat

  1. Paris est une ville romantique, comme dans Gossip Girl

Merci Morgane de m’avoir donné l’idée qu’il me manquait pour cet article hier soir en off du 42 minutes, mais c’est à Paris que Blair a rencontré Louis, après tout. Dans les séries, Paris est toujours une destination incroyablement romantique où on peut s’embrasser devant le Louvre et/ou la Tour Eiffel, vivre des mots incroyablement choupis comme un mariage avec feu d’artifice sur cette même Tour et profiter d’une gastronomie hors pair dans les restaurants… Dans la réalité, se payer un McDo coûte déjà 10 balles, le ciné est entre 13 et 16€ la séance et le romantisme se meurt entre deux rats et odeurs d’urine. Et les bateaux mouches sur la Seine polluée, ce n’est pas le summum du romantisme non plus. Désolé à tous les amoureux de Paris, c’est FAUX, on n’a même plus ce magnifique pont à cadenas. Malgré tout, Paris recèle d’endroits vraiment beaux et romantiques, hein, c’est juste qu’il ne faut pas vraiment croire à ceux présentés par les séries. Il y en a d’autres, mais c’est à découvrir en couple au fur et à mesure de vos promenades en amoureux 😉 Sinon, non, personne ne fait son shopping comme Blair, je vous rassure. D’ailleurs, si vous le faisiez, vous repartiriez avec quelques sacs de moins une fois dans la rue, hein.

Profession de foi : connasse - Be mine... be mean

  1. Les gens sont aimables, souriants, ont plein de compliments à vous faire et n’insultent jamais personne… comme dans Connasse

Hum. Je ne suis pas du tout ironique. Pas du tout, du tout. Evidemment que ce qu’on voit dans cette série est VRAI. Avant-hier, j’ai eu le droit à deux parisiens s’engueulant dans le RER : l’une reprochait à l’autre d’être à moins d’un mètre d’elle (franchement, de là où j’étais, je pense bien que le mètre y était mais bon), l’autre lui rétorquait qu’elle n’avait rien à dire puisque son masque était sous son menton (et là, effectivement, faut apprendre à mettre un masque bordel). Ben ils en sont venus aux mains entre deux stations quand même (et là, autant vous dire que la distanciation, ils s’en foutaient). Bref, les français ont peut-être l’art de l’élégance, la gastronomie et la mode, mais putain, qu’est-ce qu’on est malpolis et grossiers, bordel de putain de merde !

 

 

Films vus – Semaine 7

Salut les sériephiles,

Comme vous le savez sûrement, nous sommes aujourd’hui mercredi – mais parfois, on oublie le jour de la semaine, on ne va pas se mentir, ça nous arrive tous, surtout en milieu de semaine. Bref, on est mercredi et ça veut dire qu’il est l’heure d’un nouvel article sur tous les films que je regarde en 2020. Et comme j’en regarde beaucoup plus que l’an dernier, il y a matière à écrire encore un article qui va dépasser les 500 mots promis dans cette rubrique. Comme tous les jours, quoi.

Semaine 7

Résultat de recherche d'images pour "room brie larson"

Room

Dans la liste des films que je dois regarder depuis un bon moment, il y avait celui-ci, parce que Brie Larson, évidemment. Le titre du film nous informe assez rapidement sur l’histoire du film, qui suit la vie d’une femme et de son enfant dans une pièce. Bref, on comprend assez vite que la femme a été kidnappée et qu’elle ment à son enfant, inventant sans cesse des histoires pour lui expliquer le monde dans lequel ils vivent.

J’ai beaucoup aimé ce film, même s’il donne un vrai sentiment de crasse et d’être poisseux – c’est au moins qu’il est réussi du point de vue de l’enfermement. Le côté huis-clos est quelque chose qui me plaît beaucoup… En revanche, si l’ambiance est impeccable, et le jeu des acteurs aussi, j’ai trouvé que le scénario s’appuyait sur des grosses ficelles et des facilités qui n’ont pas réussi à me convaincre à fond, notamment du côté de la psychologie des personnages (et de l’enfant). Toute la deuxième partie du film est intéressante à suivre parce qu’on est attaché aux personnages, mais ça m’a donné un goût d’inachevé, de bâclé.

C’est dommage, parce que c’est autrement un bon film qui mérite bien sa réputation. Quant à ce goût d’inachevé, c’est aussi mon problème habituel avec les films, j’en veux toujours plus.

Résultat de recherche d'images pour "red lights movie"

Red Lights

Là pour le coup, je suis bien embêté : je me souviens que j’ai bien aimé le film, sans plus, mais je me souviens surtout que j’avais très envie de dormir devant… et donc que j’ai totalement décroché d’une bonne partie de celui-ci. Bref, j’en ai des souvenirs flous, mais ça veut aussi dire qu’il n’a pas réussi à parfaitement me passionner. L’avantage, c’est que ça lui a donné l’occasion de me surprendre avec sa révélation finale, comme je n’avais pas trop réfléchi devant.

De bons effets spéciaux, une histoire alambiquée, un casting pas trop mauvais et des twists parfois prévisibles, mais pas toujours ? Franchement, ce film a tout pour me plaire sur le papier, alors je ne comprends pas pourquoi la mayonnaise n’a pas prise. Il faudra peut-être que je retente de le voir un jour.

Résultat de recherche d'images pour "sans un bruit 1"

Sans un bruit

Le deuxième volet sortant tout prochainement au cinéma, je vais me garder mon avis sur ce film de côté de manière à vous en parler la bonne semaine pour se remettre l’histoire en tête !

Résultat de recherche d'images pour "her joaquin phoenix"

Her

Une véritable bonne surprise ce film. Je sais que Joaquin Phoenix n’est plus à présenter depuis le Joker, mais il déchirait déjà tout en 2014 dans ce film, et je ne comprends vraiment pas comment j’ai pu passer si longtemps à côté à la fois de cet acteur (dont j’ai vu plein de films depuis) et de ce film. Concrètement, l’histoire du film est simple : un nouveau système d’exploitation informatique permet aux humains de parler à leur ordinateur et surtout à l’ordinateur de leur répondre. On est dans un futur proche et sur une critique de la technologie assez habituels et classiques…

Mais le film ne l’est pas, offrant un statut aux intelligences artificielles que l’on retrouve assez peu souvent : ici, elles sont humanisées tout en étant acceptées par tous les humains. Et surtout, on nous propose de suivre la romance entre un homme et son ordinateur. Le geek de stade ultime, sérieusement !

Étonnamment, ça fait un superbe film très agréable à regarder, avec de bons moments et des retournements de situation difficiles à prédire tant l’histoire proposée m’est apparue originale. Je sais, on est sur des éléments classiques et ce ne sont pas les premiers à le faire, mais l’aspect comédie romantique m’a emporté !

Résultat de recherche d'images pour "in your eyes"

In your eyes

Et puisqu’on était dans l’ambiance comédie romantique, relation futuriste et science-fiction toute douce dans un monde tout ce qu’il y a de plus banal et ordinaire, j’ai eu envie de me regarder ce film de Joss Whedon que j’adore. Le concept ? Prenez Sense8, mais réduisez le nombre du cluster à deux. On suit la vie d’un homme et d’une femme séparés par des centaines de kilomètres, mais liés par une étrange connexion entre eux leur permettant d’entendre l’autre et de voir ce qu’il voit ; ainsi que de ressentir ce qu’il ressent.

Le film n’est pas grandiose, mais je le trouve vraiment sympathique dans sa construction et dans ses dialogues. Par contre, il prend du temps à se mettre en place, et je ne me souvenais pas que le début était si peu rythmé. La fin est toujours aussi géniale que dans mon souvenir, heureusement, alors tout va bien !