Stranger Things (S02)

RDV ce soir vers 21h pour un podcast Stranger Things sur la chaîne de Geeleek. N’hésitez pas à suivre Twitter pour plus d’informations.

Synopsis : La saison 1 se terminait par le retour de Will chez lui, mais ce n’est pas un retour de tout repos. En effet, Eleven s’est sacrifiée face au Demogorgon et Will semble en plein choc post-traumatique, ayant quelques flashs de l’Upside Down et crachant des limaces. Bref, ce n’était que le début.

Saison 1Saison 2 | Saison 3

08.jpg

Pour commencer, j’ai envie de lâcher un bon gros « mieux vaut tard que jamais ». J’ai débuté cette saison sur grand écran lors d’une projection exclusive au Comic Con Paris et je n’ai pas eu le temps de poursuivre ensuite, restant plus de deux semaines sur le gros cliffhanger de l’épisode 2. J’y reviens dans quelques lignes, bien sûr, mais d’abord, je veux exprimer ma satisfaction de retrouver la fine équipe pour Halloween.

Ensuite, je constate que mon abonnement à Netflix est à l’abandon depuis deux semaines, car j’ai tellement de retard partout que je ne prends plus le temps d’y aller. C’est totalement n’importe quoi et comme ils s’apprêtent à augmenter le prix, il fallait bien que je m’y remette. Plus sérieusement, je slalome entre les spoilers depuis un moment sur twitter et j’ai envie de voir cette saison avant de lire l’information de trop.

Pour ceux que le synopsis ne suffit pas à rafraîchir la mémoire, je parle aussi plus en détail de la saison 1 ailleurs sur le blog. Les critiques ci-dessous se font naturellement avec spoilers, donc méfiez-vous. Sans plus d’introduction car ça fait deux semaines que j’attends, voici donc mes critiques des épisodes de cette saison, avec spoilers, ça va sans dire.

Note moyenne de la saison : 16,5/20

01.jpgÉpisode 1 – Madmax – 16/20
I’m not prostituting my sister.

À quoi bon réintroduire la série par un « Previously On » ? Bienvenue sur Netflix et en 1984, démerdez-vous avec ça pour comprendre la très jouissive scène d’introduction qui est aux antipodes du reste de la série (depuis, j’ai découvert que Netflix avait eu la bonne idée d’en faire un qui était excellent, ça aurait été bien). On se retrouve en effet dans une grande ville et au beau milieu du vol d’une banque. C’est ainsi que la série nous introduit le personnage de 008, une jeune fille qui a le même tatouage qu’Eleven et de jolies capacités mentales puisqu’elle est capable de faire croire aux flics qui la poursuivent que le tunnel sous lequel elle est s’effondre. Sympathique comme introduction réussie.

On passe du vol d’une banque au vol de la tirelire de Nancy et de la course poursuite flics/voleurs à celle de Nancy et Mike. C’est simple comme bonjour ce parallèle, mais c’est efficace et permet de réintroduire au passage tous les enfants qui se rendent jouer aux jeux vidéos dans une salle, d’où le besoin d’argent. Très vite, Will est hanté par le passé et l’Upside Down, ce qui réintroduit ce monde mystérieux dans la série.

Will en parle heureusement à sa mère qui s’inquiète de constater qu’un an après il continue d’avoir des visions de ce monde parallèle. Elle l’emmène chez le médecin en compagnie de Jim, le shérif, qui semble toujours s’occuper beaucoup d’eux, alors même que Joyce a retrouvé un homme dans sa vie. Bon, ce bonheur personnel n’empêche pas Joyce d’avoir du souci à se faire avec Will, surtout quand celui-ci révèle qu’il a aperçu dans l’Upside Down un monstre bien plus impressionnant et dangereux que le Demogorgon.

C’est un problème que le gouvernement ne prend pas à la légère – parce qu’évidemment les séances médicales de Will sont loin d’être tenues secrètes et sont filmées pour des officiels notant toutes les informations sur ce choc post-traumatique très intéressant.

En parallèle, les garçons se découvrent une nouvelle héroïne en la personne de Madmax – qu’ils pensent d’abord être un garçon capable de les battre à leur jeu favori. Ils comprennent bien vite que la nouvelle de l’école, Maxine, n’est pas étrangère à ce score et sont aussitôt sous le charme, surtout Lucas et Dustin. C’est plutôt marrant et ça prend bien, surtout que je suis aussi charmé par le personnage de Maxine qui introduit de nouvelles dynamiques très intéressantes.

Bien évidemment, Mike est moins intéressé par Maxine, tout triste qu’il est d’avoir perdu Eleven. Il continue de tenter de la contacter dans son coin, en secret, alors que sa vie n’est pas des plus évidentes avec des parents peu heureux de le voir saboter sa vie en enchaînant les bêtises.

De plus, Maxine arrive en ville aussi avec un grand-frère qui interagira très probablement avec Nancy. Celle-ci continue sa relation avec Steve, ce qui n’est pas simple avec l’entrée dans l’âge adulte approchant à grand-pas. Pour ne pas les aider, ils sont encore en contact avec les parents de Barb qui n’hésitent pas à vendre leur maison pour embaucher un détective privé chargé de retrouver leur fille, le tout en faisant une très jolie publicité pour KFC. Bon, franchement, on a tous ri dans la salle, mais c’est énorme comme placement produit, faut se calmer.

Nancy culpabilise énormément de cette situation car elle sait très bien que Barb n’a pas survécu à l’Upside Down, mais elle ne peut rien dire, ce qui lui pose problème. Le détective privé/journaliste, Murray, est quant à lui sur de très bonnes pistes, mais Jim l’en éloigne autant que possible, d’autant qu’un très gros mystère semble être introduit avec un champ de citrouilles pourries a priori empoisonnées. C’est bien évidemment Jim qui est mis sur le coup, mais nous n’en saurons pas beaucoup plus avec cet épisode qui se contente surtout de réintroduire tout le monde. Y compris Eleven, planquée dans les bois par Jim qui s’occupe d’elle depuis un an. Ce n’est qu’une demi-surprise après le cliffhanger de l’an dernier, mais c’est très cool voir et je ne comprends pas tous ceux qui ont décidé de quitter la salle à la fin de ce premier épisode – même si je les comprends un peu car il y a tellement d’autres choses à faire au Comic Con.

02.jpgÉpisode 2 – Trick or Treat, Freak – 18/20
Half-way happy.

ENFIN les réponses tant attendues sur Eleven nous sont données en flashbacks. Elle s’est réveillée dans l’Upside Down et s’est mise à chercher Mike, pour mieux comprendre qu’il était rentré chez lui. En toute logique, elle a fait en sorte de faire pareil, réussissant à détruire un mur avec ses pouvoirs pour sortir de l’Upside Down. C’est intéressant, car ça confirme qu’elle a toujours ses pouvoirs. Ils auraient pu faire le choix de s’en débarrasser en même temps que le Demogorgon, ou en tout cas de les affaiblir après les avoir autant utilisés.

Elle retrouve Mike, mais sa maison est cernée par les flics qui lui expliquent qu’Eleven est un danger pour la sécurité nationale et lui interdisent le contact avec elle si jamais il la revoit. Toute la famille de Mike accepte le fait que leurs aventures sont top-secrètes pour continuer à vivre leur vie normalement. Par conséquent, Eleven s’enfuit pour ne pas poser de problème à Mike, et c’est tout.

Un an plus tard, Halloween approche et Eleven, qui a bien appris à parler en un an, aimerait se déguiser en fantôme pour faire la tournée des bonbons. Jim refuse catégoriquement mais lui propose un compromis : lui ramener des bonbons et passer la soirée avec elle.

Malheureusement, il s’engage un peu vite car le mystère des citrouilles pourries s’étend à toute la ville et il a bien d’autres choses à faire, oubliant momentanément Eleven durant la soirée. Cela permet un bon gag où il rachète les bonbons d’un enfant, mais autrement, rien de fou de ce côté. On comprend plus vite que Jim que ce mystère sera lié à l’Upside Down et au nouveau monstre, et cette lenteur ne fait pas que du bien à la série.

Comme c’est Halloween, Dustin, Lucas, Will et Mike se déguisent en Ghostbuster, ce que la promo de cette saison 2 avait largement teasé. Malgré le spoiler, la scène était vraiment sympathique avec un clin d’œil nostalgique volontairement très marqué. Après tout, c’est la marque de fabrique de la série de jouer sur cette nostalgie. Joyce s’inquiète énormément pour son fils toujours hanté par l’Upside Down, loin de se douter qu’il ne lui raconte pas tout non plus. Elle s’en confie à Jim autant qu’à son nouveau mec, et ça en dit long sur les sentiments entre Jim et elle, mais bon… Bob doit le sentir aussi et sait surtout qu’Hawkins est beaucoup trop traumatique pour sa nouvelle famille : il propose logiquement à Joyce de quitter la ville. Bizarrement, elle hésite quand même, toute attachée qu’elle est à sa ville d’origine. Moi, je me serais cassé un an plus tôt honnêtement, mais bon, chacun son délire.

L’une des choses que j’ai le plus aimé dans cet épisode est la relation qui se développe entre Jonathan et Will. Bon, j’ai toujours adoré le personnage de Jonathan qui est là pour ça de toute manière, mais j’ai trouvé très juste les relations entre les frères. Une fois de plus, il est dingue de voir les enfants réussir à être d’aussi bons acteurs si jeunes.

Comme c’est Halloween, Jonathan doit emmener son petit frère faire la tournée des bonbons, mais il décide finalement de ne pas le chaperonner pour le laisser partir avec ses amis. Lui-même se retrouve alors à une soirée d’Halloween entre lycéens qui ne le tentait que moyennement mais dont Nancy lui a parlé.

Celle-ci continue de voir Barb partout et on sent bien que les scénaristes ont compris le message des fans s’étant indignés du traitement de ce personnage pourtant bien secondaire en saison 1. Comme quoi, les fans ont aussi leur mot à dire dans l’écriture d’une série, la réception jouant beaucoup sur la suite d’une série.

Nancy est d’ailleurs à la même soirée que Jonathan, mais elle n’est pas en très bon état. Obsédée par le souvenir de Barb et son envie de dire la vérité, elle décide de boire avec excès (il m’en fallait moins que ça pour prendre ce genre de décision, mais bon), ce qui l’emmène à dire ses quatre vérités à Steve. Ce n’est pas plus mal, je n’aime pas ce couple. Le peu de peine que j’ai eu pour Steve s’est envolé quand il s’est barré sans s’occuper de Nancy – à la rigueur, ne pas t’en occuper toi-même après qu’elle te dise qu’elle ne t’aime pas vraiment, OK, mais tu trouves au moins quelqu’un pour le faire quoi.

Heureusement, Jonathan est donc là pour la ramener amoureusement chez elle, parce que le triangle amoureux de l’an dernier existe encore : il est réintroduit de manière peu subtile à plusieurs reprises dans cet épisode. Il aurait pourtant mieux fait de s’occuper de son frère, car ses potes sont plus occupés à draguer Max et penser à Eleven. En effet, Lucas et Dustin se sont motivés à inviter Maxine à leur tournée de bonbons, malgré le ridicule de leur costume – ils étaient les seuls costumés, un sentiment de solitude que je partageais avec eux car il y avait peu de cosplay ce vendredi matin au Comic Con (ça s’est amélioré par la suite, ouf).

Persuadés qu’elle ne viendrait pas, ils sont tout heureux de la voir, contrairement à Mike qui aurait aimé passer un moment avec ses amis et ressent encore plus le manque d’Eleven maintenant que Max est avec eux. De manière peu cohérente, ils semblent totalement oublier que le frère de Max a tenté de les tuer un peu plus tôt dans l’épisode en leur fonçant dessus en voiture et de manière très cohérente, ils ne s’occupent que peu de Will.

Pourtant, ce dernier se retrouve une fois de plus dans l’Upside Down et ça ne fait pas du bien par où ça passe. La séquence est plus longue que d’habitude, l’ambiance flippante plus forte que d’habitude et heureusement, Mike finit par retrouver Will et le ramener chez lui pour parler de tout ça et d’Eleven.

Si Jim galère avec Eleven, la jeune fille s’enferme dans sa chambre pour tenter de communiquer avec Mike grâce à ses pouvoirs télépathiques. On sent qu’elle est sur le point de réussir, mais ce n’est pas encore ça. Elle aurait mieux fait de fuguer avec son costume de fantôme comme je le pensais au départ, mais bon.

Le cliffhanger voit Dustin rentrer chez lui et ouvrir la poubelle devant sa maison, poubelle qui à deux reprises dans l’épisode s’est mise à bouger toute seule. Le contenu de la poubelle ? Mystère !

J’ai adoré ces deux premiers épisodes qui remettaient à merveille dans l’ambiance Stranger Things et en même temps dans celle du Comic Con : quoi de mieux que le générique final sur Ghostbuster pour enchaîner sur tout un univers de geek ? La bande-originale de la série est toujours aussi efficace et, même si je ne peux être nostalgique des années évoquées car je n’étais pas né, je suis forcé de constater que c’est un style musical auquel j’accroche.

03.jpgÉpisode 3 – The Pollywog – 17/20
Friends don’t lie.

L’épisode reprend quelques minutes plus tard avec un Dustin qui rentre chez lui en compagnie de D’Artagnan, une créature clairement sortie tout droit de l’Upside Down et qu’il décide d’adopter, ce qui est la pire des idées, mais bon, ce n’est jamais qu’un enfant… Il ne sait pas ce qu’il fait, on va dire.

D’ailleurs, il ne sait tellement pas ce qu’il fait qu’il se rend « emprunter » des livres à la bibliothèque, ça en dit long.

Pendant ce temps, Will se trouve coincé avec Bob qui lui raconte que petit, il avait un ami imaginaire qui le terrifiait (pas vraiment un ami donc). Bob lui donne le plus mauvais des conseils : confronter son monstre en lui disant de s’en aller.

De son côté, Maxine apprend l’histoire de Will, la trouvant quelque peu terrifiante – rien que l’histoire publique en plus. Elle se retrouve à le fixer, ce qui sent l’histoire de couple à venir pour les deux gamins, mais bon. Ils ont bien d’autres choses à gérer quand Dustin leur révèle l’existence de D’Artagnan et le résultat de ses recherches qui le mènent à la conclusion évidente qu’il a découvert une nouvelle espèce.

Will est bien d’accord : il se souvient surtout qu’il a craché une limace très similaire à D’Artagnan (Dart) un an plus tôt. Il se confie à Mike et les garçons excluent Maxine pour parler de l’Upside Down. Les choses s’accélèrent vite car ils comprennent que Will n’a peut-être pas des flashbacks de l’Upside Down, mais bien des visions de ce qu’il s’y passe. Ce n’est pas rassurant et c’est pire quand Dart s’échappe de sa boîte, grossit bien vite et réussit à s’échapper de la pièce où il était enfermé grâce à Maxine.

Bob est particulièrement irritant dans cet épisode en se comportant en parfait beau-père, tout ce qu’on ne veut pas voir dans une série donc. Il visionne ainsi le film d’Halloween de la tournée des bonbons et se rend compte que Will a été embêté par des plus grands avant de se retrouver dans l’Upside Down, mais bien sûr, il ne sait rien de l’Upside Down pour la veille.

Joyce décide de visionner la même vidéo pour en avoir le cœur net, ce qui est amusant par rapport à l’époque, parce que bien sûr, elle galère avec la mini-VHS. Une fois de plus, tout est fait pour instaurer une nostalgie du passé et nous rappeler que la vie était bien différente. Bon, de la vidéo, elle parvient à découvrir que son fils est hanté par un monstre qui existe bel et bien.

Pendant ce temps, Nancy ne gère pas trop sa gueule de bois et ne se souvient pas de tout ce qu’elle a dit à Steve la veille. Elle le confronte pour en savoir plus et le regrette aussitôt quand il lui demande de lui dire qu’elle l’aime. Comme elle en est incapable, les choses sont assez claires et il retourne à son match de basket contre le frère de Maxine.

Il est révélé toutefois que Steve avait bien demandé à Jonathan de s’occuper de Nancy. Bon, soit j’avais oublié cette partie de l’épisode (c’est possible), soit c’était hors écran, mais ça me réconcilie un peu avec lui. Nancy se confie à Jonathan et elle met en place un plan, se décidant à appeler la mère de Barb pour lui proposer la vérité lors d’un RDV… Les autorités écoutent tout et cela relance l’intrigue pour Nancy.

En flashback, nous découvrons qu’Eleven n’a pas immédiatement fait confiance à Jim mais l’a observé plusieurs fois déposer de la nourriture pour elle. Il est intéressant d’en savoir plus sur ces deux-là et la rencontre entre eux, avec la décision de vivre dans la cabane.

Jim lui fait découvrir la musique, ses goûts musicaux et la danse. Ça vaut ce que ça vaut, mais c’est un montage musical plutôt réussi où ils se retrouvent à faire le ménage de la cabane. Jim met en place les trois règles qu’Eleven doit suivre pour rester à l’abri.

Ils tissent donc des liens et il lui raconte des histoires pour qu’elle s’endorme, remuant son passé et son statut d’orpheline.

Dans le présent, elle continue d’être vexée par l’oubli de Jim, mais lui pardonne face à de la bonne nourriture (qui a l’air absolument écœurante). Cela ne dure pas bien longtemps car Jim a la mauvaise idée de dire qu’elle pourra bientôt voir Mike.

Enervée par Jim, Eleven décide donc enfin de fuguer après avoir enfreint les deux premières règles de Jim. J’avais juste un épisode d’avance dans mes attentes, assez clairement. Elle tombe sur une mère et sa fille, qu’elle réussit à terrifier en demandant des questions toutes simples et en utilisant ses pouvoirs. Jim apprend donc qu’une petite fille se balade dans les bois et il n’aime pas ça.

De son côté, Eleven retrouve Mike, mais il est avec Max. Il n’en faut pas beaucoup plus pour qu’elle soit jalouse et s’attaque à Max. Mike comprend qu’elle est probablement là, mais elle est déjà repartie. Si près du but.

Will finit par retrouver Dart dans les toilettes, mais il se retrouve dans l’Upside Down et décide d’affronter l’immense monstre en le confrontant et lui demandant de se barrer. Bien sûr, ça ne fonctionne pas du tout et le monstre s’attaque à lui. Tu parles d’un cliffhanger, c’est encore pire que l’épisode 2. Quant à Dart, il finit sous la casquette de Dustin. Affaire à suivre.

04.jpgÉpisode 4 – Will the Wise – 16/20
It likes it cold.

Une fois de plus l’épisode enchaîne sur le précédent, on sent que la série a été conçue pour être bingewatchée et ça fonctionne bien, effectivement. Joyce débarque à l’école et découvre Will au beau milieu de sa crise. Dans l’Upside Down, le monstre semble s’attaquer à lui et Will l’absorbe, puis se réveille auprès de Joyce. Cette dernière l’interroge et découvre ce qu’il s’est passé. Elle tente de joindre Jim sans y arriver et finit par s’endormir avec son fils dans les bras.

Eleven rentre à la cabane et se fait engueuler par Jim. C’est une jolie scène de crise d’adolescence avant l’heure pour Eleven qui finit par tellement péter un câble qu’elle fait exploser toutes les vitres de la cabane et finit en larmes dans un coin, avec un mois de punition sans télévision et sans gaufre.

Le lendemain, Nancy rejoint Jonathan pour le rendez-vous avec la mère de Barb. Rapidement, ils virent parano dans le parc, suspectant tout le monde autour d’eux de les espionner. Ils ont effectivement raison : ils sont rapidement cernés par ce qui ressemble fort à des agents fédéraux sous couverture. Il y a quelques longueurs, mais dans l’ensemble ça fonctionne bien.

Ils se retrouvent embarqués dans le laboratoire où le docteur leur explique le danger de révéler la vérité et leur montre l’entretien constant fait pour maintenir l’expansion de l’Upside Down. C’était exactement le but de leur ruse qui permet à Nancy d’enregistrer tout ce qu’il se dit au labo, y compris concernant la mort de Barbara. Son but est ensuite d’aller diffuser ça à la radio de Bob. Son désir de justice pour Barb sort un peu de nulle part, mais admettons.

De son côté, Steve apprend dans les douches du basket que Nancy et Jonathan sèchent les cours ensemble. C’est étrange, parce que c’est bien sûr le « frère » de Max qui finit par le consoler à sa manière après l’avoir maltraité pendant tout l’entraînement. Cela n’a aucun sens et je ne cerne pas encore son rôle, ni celui de Max d’ailleurs.

Cette dernière est totalement flippée de ce qu’il s’est passé avec Will la veille cette fois, mais ça ne l’empêche pas de revenir les aider à chercher à Dart. Si elle savait que Dustin le conserve précieusement chez lui. Elle est rapidement mise de côté par les autres quand Mike décide de raconter ce que Will lui a confié le soir d’Halloween. Bien sûr, Mike ne veut pas de Max dans la pièce et il demande aux autres de retrouver Dart, y voyant un espoir de sauver Will.

Sans grande surprise, Maxine refuse ensuite de leur parler et on en reste là pour cet épisode.

Le gros de l’épisode concerne toutefois Will, clairement possédé par le monstre. Cela permet de découvrir en toute logique qu’il déteste la chaleur lorsque sa mère veut lui faire prendre un bain. Jim finit par venir les voir et Joyce a l’idée de faire dessiner à son fils les cauchemars qu’il a, ce qui mène de nouveau Jim sur la trace des citrouilles pourries et arbres qui fanent. Bon, c’était vite résumé, mais ça occupe la majeure partie de l’épisode, avec des jeux d’acteurs toujours au top, autant pour Joyce que pour Will.

Eleven se retrouve privée de télé et doit faire le ménage, ce qui l’énerve au plus haut point car elle semble avoir clairement envie de contacter Mike. Il est intéressant de voir qu’elle maîtrise beaucoup trop ses pouvoirs. Elle finit par découvrir qu’il existe un sous-sol à la cabane plein de cartons avec des noms de villes… et un sobrement intitulé Laboratoire Hawkins. Je trouve ça franchement franchement gros comme facilité scénaristique, mais admettons.

Dans le dossier, elle retrouve la trace de celle qui risque bien d’être sa mère, Terry, et décide de la contacter de manière télépathique. Eleven découvre ainsi qu’elle s’appelle Jane et que sa mère peut la voir, mais elle s’évapore dès qu’elle tente de la toucher. C’est drôlement étrange comme intrigue, je suis pressé d’en savoir plus. Une fois de plus, il faut néanmoins attendre l’épisode suivant.

Lorsqu’il rentre chez lui, Dustin découvre que Dart a encore grossi au point d’être sorti du bocal et d’avoir bouffé son chat. Maintenant qu’il a grandi, Dart est simplement… un bébé Demogorgon. C’est plutôt intéressant et logique : Will pourrait donc avoir servi d’hôte pour « accoucher » d’un deuxième Demogorgon. C’est un bon cliffhanger, couplé à Jim qui découvre qu’en sous-terrain de la ville se propage un nouvel Upside Down.

05-2.jpgÉpisode 5 – Dig Dug – 16/20
Stupid, but funny.

Will continue de dessiner et la maison de Joyce ressemble de nouveau à… Rien. Dans l’épisode précédent, Mike a réussi à convaincre Joyce de le laisser entrer en lui prouvant qu’il savait pour le monstre de Will et il essaye désormais de persuader ce dernier que les souvenirs qu’il a du monstre sont une bonne chose : cela permet d’espionner le monstre.

Nancy et Jonathan se retrouvent à l’hôtel pour une partie d’intrigue que je ne comprends pas trop, mais qui arrange bien les scénaristes puisque ça évite d’avoir à justifier l’état de la maison à Jonathan. Par contre, personne ne semble s’inquiéter de la disparition des adolescents (ni de Mike qui dort chez Will). Du côté de Nancy, la réponse vient plus tard dans l’épisode, puisqu’elle a tout simplement menti. Allez, pourquoi pas.

Ils se rendent en fait chez Murray pour lui révéler toute la vérité sur la disparition de Barb. Ils lui apportent toutes les preuves qu’il cherchait sur un plateau d’argent et il a besoin de pas mal de vodka pour digérer tout ça.

Le lendemain, Will se réveille et se souvient avoir vu Hopper se faire attaquer dans le sous-terrain. Il craint qu’il ne soit en danger de mort. Effectivement, Hopper se réveille à son tour et se rend compte qu’il est pris au piège dans le tunnel. La sortie s’est en effet refermée derrière lui.

Il se rend à la recherche d’une sortie, mais ce n’est tout de même pas gagné. Avec un peu de ruse, toutefois, il réussit à créer assez de chaleur pour que les plantes/monstres autour de lui s’éloignent. Cela ne dure qu’un temps et il se fait finalement capturer par les racines autour de lui, qui le laisse pour mort…

Pendant ce temps, Lucas demande des conseils à son père au petit-déjeuner pour s’avoir comment s’y prendre avec Max et il s’arrange pour la piéger et lui révéler toute la vérité, en faisant une pub Coca de plus dans la série. Bon, elle ne le croit bien sûr pas immédiatement, mais il semble tellement terrifié quand elle se met à parler en public qu’elle est forcée de considérer ce qu’il dit.

Son « frère » vient toutefois la chercher et elle regrette que Lucas soit si visible, car le premier découvre qu’elle lui ment, et il lui arrive de mauvaises choses quand elle ment apparemment. Le mystère demeure entier en ce qui les concerne ces deux-là.

Dustin, de son côté, ment à sa mère qui continue de chercher son chat. Il réussit à se débarrasser d’elle, puis à piéger Dart dans l’abri anti-tornade. Ce n’est pas bien rassurant, espérons qu’il n’y aura jamais de tornade cette saison. Il lance ensuite le code rouge en enterrant son chat et faisant le ménage, mais personne d’autre ne l’entend, à part Erica, la petite sœur de Lucas. Il faut dire qu’il y a ce qu’il faut comme occupation pour tout le groupe.

Dustin se rend ensuite chez Mike pour découvrir qu’il est chez Will, mais comme personne ne répond là-bas, il décide de chercher Nancy et tombe à la place sur Steve, qu’il embarque avec lui en lui demandant de… retrouver sa batte. Voilà qui promet.

Eleven a décidé de faire du stop pour retrouver la trace de sa mère. Cela fonctionne drôlement bien et un routier la dépose devant la maison. Elle n’hésite pas à déverrouiller la porte avec ses pouvoirs pour demander à voir sa mère. Cela casse une part du mystère de retrouver ses origines comme ça, quand même.

La personne qui surveille sa mère toutefois est beaucoup trop gentille avec Eleven, ce qui est une bonne chose. Elle est bien loin de comprendre tout ce qui se passe, une constante dans l’épisode. Eleven, elle, décrypte sans problème les signaux électriques de sa mère et comprend qu’elle veut parler. C’est frustrant, parce qu’on aimerait bien qu’elle soit auprès de Mike aussi, mais ce n’est pas prêt d’arriver.

En attendant, Eleven assiste à son propre accouchement en contactant psychiquement sa mère. Celle-ci a refusé de croire à la mort de son bébé et a mené l’enquête, ce qui l’a conduite à la lobotomie après avoir été à deux doigts de retrouver sa fille. Au moins, ça nous offre quelques réponses avant le cliffhanger final.

Celui-ci repart sur l’intrigue Jim, bien sûr, mais aussi sur celle de Will. Avec l’aide d’un Bob qu’elle n’a pas eu le choix de mêler à tout ça, Joyce comprend que son fils dessine une carte d’Hawkins. L’implication de Bob est assez marrante, car il pense d’abord à un jeu avant de comprendre que tout ça est possiblement plus sérieux que prévu.

Après quelques détours, voilà donc Joyce, Bob, Will et Mike sur la piste d’Hopper. Joyce le retrouve juste à temps dans le sous-terrain, emmenant avec elle Bob. Il sauve la vie de Jim avant de tomber sur un homme en combinaison prêt à brûler cette étendue supplémentaire de tunnel de l’Upside Down.

Le problème, c’est qu’au moment où les hommes du laboratoire sortis de nulle part commencent à brûler le tunnel, Will s’effondre et hurle à la mort, défiguré. Oh oh. Décidément, les cliffhangers de cette saison sont beaucoup trop bons et remontent le niveau des épisodes à chaque fois.

06.jpgÉpisode 6 – The Spy – 17/20
They’re coming.

L’épisode s’ouvre sur l’arrivée de Will aux urgences et sur un Hopper qui a le droit à une douche forcée pour éliminer toutes traces de bactéries. Les médecins sont totalement débordés et n’ont aucune idée de la manière d’aider Will, qui dit brûler de l’intérieur.

Dustin réussit à convaincre Steve de l’aider à s’attaquer à Dart, mais il est déjà trop tard : Dart s’est enfuit en défonçant le mur de la cave dans laquelle il était. C’est problématique, nous nous retrouvons avec un Demogorgon en liberté.

Chez Will, les hommes du laboratoire débarquent pour récupérer autant de photos qu’ils peuvent des tunnels sous Hawkins.

Pendant ce temps, Nancy et Jonathan reçoivent l’aide de Murray pour diffuser largement la cassette qu’ils ont enregistré au laboratoire et propager une histoire d’empoisonnement chimique de grande ampleur ayant tué Barb. Pourquoi pas, mais le plus intéressant reste Murray qui ouvre les yeux de Nancy et Jonathan sur les sentiments qu’ils ont l’un pour l’autre et sur ce qui les empêche d’être en couple.

C’est un joli déclencheur, je trouve, et ça suffit à les jeter dans les bras l’un de l’autre, forcément. Le lendemain matin est un peu plus dur à assumer, surtout devant Murray, mais c’est surtout marrant. Nancy et Jonathan rentrent finalement chez ce dernier pour découvrir l’état de la maison et comprendre que celle-ci a également été visitée. Ce n’est pas bien rassurant.

Lucas rentre chez lui et découvre enfin l’existence du code rouge de Dustin, qui le briefe très rapidement sur tout ce qu’il se passe et le fait qu’il est en train de partir à la recherche d’un bébé Demogorgon. Du coup, Lucas voit l’opportunité de convaincre Madmax qu’il ne lui mentait pas et va la chercher chez elle, malgré le danger du « grand-frère ».

Will finit par se réveiller à l’hôpital, mais il ne se souvient pas de Bob, ni de son docteur, ni d’Hopper. Il semble bien avoir oublié tout ce qu’il s’est passé dans l’entre saison, en fait. Les docteurs en arrivent à la conclusion d’un virus qui se duplique et dont tous les corps sont infectés en même temps. Cela rappelle aussi une expérience entr’aperçue à l’épisode précédent.

Le problème, c’est que les médecins ne savent comment stopper le virus qui empiète progressivement sur les souvenirs de Will. Ce dernier se réveille une nouvelle fois et annonce à Mike qu’il sait comment stopper le monstre. On avance enfin avec cette révélation, parce que les deux n’ont pas beaucoup d’action en stock pour l’instant.

Hopper s’inquiète de ne pas avoir de nouvelles d’Eleven et de l’avoir abandonnée aussi longtemps. Il lui laisse un message, mais il est déjà trop tard puisqu’elle est partie voir sa mère, ce qu’il ne peut savoir.

Pendant ce temps, les scénaristes s’amusent avec le duo Steve/Dustin qui sèment de la viande rouge pour retrouver le bébé Demogorgon. Cela fonctionne très bien avec une nouvelle relation grand-frère/petit-frère totalement improbable qui se développe entre eux et où il est évidemment question de filles, et plus précisément de Max que Dustin veut séduire. Il est bien en retard sur Lucas, mais ça, il ne peut pas le savoir.

Il le découvre rapidement cela dit, quand Max et Lucas arrive pour les aider à tendre un piège au Demogorgon. C’est plutôt marrant car Steve pense aider Dustin à séduire Max, alors que clairement, c’est à Lucas qu’elle se confie sur sa famille et sur le fils de son beau-père qui est un crétin fini. Enfin quelques informations donc, mais allons savoir si elles sont vraies.

Pour piéger le Demogorgon, Steve se dit qu’il peut bien servir d’appat. L’idée n’est pas mauvaise en soi, mais il y en a plus d’un qui se pointent, forcément. Les choses sont un peu chaotiques pour le groupe, et dans l’attaque, Max et Lucas se rapprochent encore, mais tous les quatre s’en sortent finalement quand les Demogorgons semblent soudainement attirés loin d’eux…

En effet, Will a servi d’espion pour le monstre et a organisé un petit piège. Il n’en faut pas plus pour que tous les Demogorgons s’en prennent aux militaires qui pensaient piéger le monstre alors que c’étaient eux les proies. Will prévient sa mère qu’elle doit partir au plus vite car ils arrivent… Et effectivement, du côté du labo, une main de Demogorgon sort soudainement de nulle part, annonçant l’invasion à venir.

07.jpgÉpisode 7 – The Lost Sister – 14/20
I’m going home.

Cette fois, l’épisode est un énorme détour qui revient sur Eleven et Netflix n’hésite pas à nous spoiler tout l’épisode avec son image d’introduction entre les épisodes. Merci, bien joué. Eleven se lance à la recherche de sa « sœur », une petite fille qui était également dans la même pièce du laboratoire qu’elle et que je sais du coup être Eight, ce qui est aussi introduit grâce à la télévision de la mère de Jane.

Eleven/Jane se sentait en confiance mais est finalement trahi par Becky qui n’hésite pas à contacter Jim quand elle a le dos tourné. Sans grande surprise, Eleven le prend super mal et se barre, direction Chicago où elle pense avoir retrouvé sa sœur.

C’est une grande ville qui n’a rien à voir avec Hawkins, donc ça nous change d’atmosphère, mais assez vite la série s’enfonce dans les profondeurs de la ville et on revient à ce qu’on connaît de Stranger Things.

Eleven ne met pas longtemps à retrouver Eight, qui s’appelle Kali et lui parle de son don : elle peut faire voir ou non des choses aux gens. Sans grande surprise, Eleven est encore dans sa quête habituelle : celle d’une maison.

Le problème, c’est que Kali est une criminelle et qu’elle compte bien se servir des pouvoirs de sa nouvelle sœur pour continuer sa vengeance. Elle entraîne donc Eleven et lui montre les photos des hommes après qui elle en a. Après un rapide relooking terrifiant, Eleven/Jane est prête à aller voler des gaufres dans une superette avant de s’en prendre à Ray, un homme qui avait blessé et sa mère et Kali.

Le problème, c’est que Ray a deux filles, ce qui stoppe Eleven au moment de le tuer – déjà que le fait d’apprendre Brenner en vie l’avait arrêtée sur le moment. L’épisode est expéditif tout de même et mène rapidement à une invasion policière dans la planque de Kali.

Avant cette scène d’action, Eleven se lie télépathiquement à Hopper et découvre qu’il est en danger, voyant également Mike. Il n’en faut pas plus pour qu’elle décide de rentrer… à la maison, c’est-à-dire à Hawkins, pour tenter de tous les sauver. Quant à Kali, et bien elle l’abandonne alors que celle-ci est en train de s’enfuir et d’échapper à la police.

Bon, j’ai moins accroché à cet épisode et à Kali. Son introduction était top, mais dans cet épisode, c’est moins exceptionnel tout de même. J’ai aussi eu du mal à cerner le personnage de Kali, l’actrice me paraissant par moment trop vieille par rapport au flashback, mais c’est tout le problème du maquillage je pense.

Le personnage aurait pu apporter de bonnes choses à la série, mais finalement cette intrigue retarde trop le reste de la saison. C’est un détour franchement peu utile et le personnage n’apporte pas grand-chose. Nous n’avions pas besoin de tout ça pour savoir qu’Eleven tenait aux personnages d’Hawkins, et Eleven non plus n’en avait pas besoin. Tout au plus, cet épisode pose quelques bases qui pourront être utile en cas d’intrigue plus large en saison 3, mais ça manquait vraiment de l’ensemble du casting pour me convaincre à 100%. Dommage, c’est finalement un épisode qui sonne comme une fausse note et je ne me suis pas du tout attaché aux nouveaux personnages.

08.jpgÉpisode 8 – The Mind Flayer – 18/20
It’s polycarbonate, it can’t get through.

Cette fois, on ne retarde plus l’attaque sur le laboratoire Hawkins avec tout un tas de Demogorgon qui envahissent le bâtiment. C’est une excellente chose car cela offre plus d’action dans la série que tout ce que nous avons eu jusqu’ici.

Mike propose d’endormir Will qui sert d’espion au monstre. Au départ, personne ne l’écoute vraiment, mais quand il est question de coups de feu au loin. Joyce endort son fils et Jim débarque pile à temps pour le porter à travers le labo. Will, son docteur, Mike, Joyce, Bob et Jim se retrouvent enfermés dans une pièce avec des écrans leur permettant de voir que tout le bâtiment est envahi.

Max a des parents, miracle ! Ceux-ci rentrent à la maison pour découvrir que Maxine a disparu et s’en prendre à Billy. Ah, ça y est, j’ai enfin réussi à capter son nom, c’est un bon début. C’est donc lui qui prend les coups pour sa sœur, puisqu’il aurait dû la surveiller mieux que ça.

Steve, Dustin, Lucas et Max découvrent que les Demogorgons sont dans le laboratoire. Cela tombe bien, c’est justement là que se rendent Nancy et Jonathan, ce qui permet de regrouper tout le monde aux portes du laboratoire pour entendre crier les Demogorgons – certes, ils sont jeunes et plus petits que celui de l’an dernier, mais bon. Sans électricité, ils ne peuvent ouvrir le portail.

Cela tombe bien, parce qu’à l’intérieur, Bob est envoyé en mission pour rétablir l’électricité du bâtiment. Il ouvre toutes les portes et cherche à s’enfuir, alors que les jeunes rentrent dans le bâtiment. En bon boulet, il oublie néanmoins son flingue – sa seule protection contre les Demogorgons.

Pour aider Bob à s’enfuir, le docteur reste en arrière et le guide. Tout se passe à peu près bien après un premier coup de stress, mais il est rapidement évident que les scénaristes entendent sacrifier Bob quand il prend le temps de sourire à Joyce après avoir simplement fermé une porte coupe-feu sur un Demogorgon. Mec, enfuis-toi, sérieux.

Comme dans tout bon film qui se respecte, la joie des retrouvailles est donc atténuée par un Demogorgon qui tue Bob sous les yeux de Joyce et est rapidement accompagné de toute sa bande, empêchant Hopper de le sauver. Bon, c’était prévisible que Bob ne passerait pas la saison, tout le monde veut voir Jim et Joyce ensemble. Et puis, on a eu les traditionnelles scènes d’adieu aussi.

Will, Mike, Hopper et Joyce parviennent à s’enfuir grâce à l’intervention véhiculée de Nancy, Jonathan et Steve. Tout ce petit monde récupère la voiture du shérif, les enfants au portail et… SE BARRE. Voilà qui est plus censé que ce pauvre Bob qui a une mort certes plus héroïque, mais tout aussi conne que Barb.

De retour chez les Byers, Jonathan culpabilise de ne pas avoir été là pour Will, Jim contacte les autorités qui ne le croient pas et Joyce pleure toutes les larmes de son corps. Mike et Dustin mettent en place un nouveau plan : ils comptent sur Will pour trouver la faiblesse du monstre qui dirige les Demo-dogs (oui, oui, c’est le nom de ces Demogorgons adolescents). Ce monstre est le Mind Flayer du titre de l’épisode, un monstre de D&D qui contrôle tous les autres.

Nancy se retrouve à bosser avec Steve, ce qui est un peu gênant pour eux, vu la situation amoureuse. Lucas et Dustin bossent ensemble, ce qui permet de parler de la relation de ce premier avec Max, qui est quant à elle occupée à essayer de devenir amie avec Mike en lui parlant d’El. Le plan est plutôt bon, mais pas suffisant, contrairement à celui de Lucas qui est de ne rien faire et qui fonctionne. Bref, à eux tous, ils décorent la cabane dans le jardin de Will et le réveille là.

Le problème, c’est qu’il est beaucoup trop possédé par le monstre pour les aider. Toutefois, Hopper remarque qu’il utilise le morse tout en se laissant contrôler par le monstre. Grâce à ce code, il parvient à leur adresser le message « Close gate », fermer le portail donc. Pas sûr qu’on avait vraiment besoin qu’il nous le dise, mais bon, c’est le cas quand même. Comme il faut bien occuper le Mind Flayer pendant ce temps, Mike, Joyce et Jonathan se succèdent pour raconter leurs souvenirs avec Will. Voilà qui est donc une bonne manière de perdre du temps dans l’épisode quand même.

Le téléphone, le fameux téléphone finit par sonner et Will comprend où il est. Il est aussitôt ré-endormi, mais c’est trop tard. Les Demo-dogs débarquent chez les Byers, mais ils n’ont malgré tout pas le temps d’attaquer. Et oui, El les retrouve et leur explose la tronche, avant d’ENFIN faire son entrée en scène et de se retrouver nez à nez avec tout le groupe. À ce stade de la saison, je pensais sincèrement que c’était foutu avant le dernier épisode. Bon, on en est pas loin vous me direz.

09.jpgÉpisode 9 – The Gate – 18/20
Nothing about this is okay.

Les retrouvailles avec Eleven sont joyeuses mais de courte durée pour Mike, car il s’en prend rapidement à Hopper qu’il déteste de lui avoir caché Eleven. Tout le monde a le temps de dire bonjour à Eleven pendant que Mike tombe en larmes dans les bras d’Hopper, y compris une Max qui essaye tant bien que mal de se présenter à Eleven. Ils prennent ensuite la décision de fermer le portail.

Pendant ce temps, chez les parents de Mike, Billy débarque, toujours à la recherche de Maxine. Il drague la mère de Mike & Nancy au passage, ce qui lui permet d’avoir quelques informations.

Le plan se met en place chez les Byers, mais fermer le portail signifie tuer toute l’armée du monstre, y compris Will. Joyce propose de réchauffer son fils pour faire fuir le monstre en lui : si c’est un virus, à quoi bon le laisser prospérer ? Jonathan décide d’emmener son frère avec sa mère dans un nouveau lieu pour le réchauffer, et Nancy part avec eux sur ordre de Steve qui accepte de rester jouer les babysitters.

Ce n’est pas si simple qu’il n’y paraît comme job, car Billy les retrouve vite et n’aime pas trop de voir Steve lui mentir pour protéger et lui cacher Maxine. Les deux en viennent rapidement aux mains, surtout quand Billy s’attaque à Lucas. Malheureusement, Billy a vite le dessus sur Steve, mais c’est sans compter sur Maxine qui réussit à l’endormir en le droguant. Une vraie badass, qui prend les choses en main et les clés de voiture de son frère pour emmener tout le groupe dans le tunnel où ils comptent bien attirer la horde de Demo-dogs.

Ils emmènent un Steve très mal en point avec eux et même s’il n’est pas d’accord, il ne peut pas faire grand-chose.  Il les accompagne donc dans le tunnel vers un point central où ils comptent tout brûler pour gagner contre le Demogorgon.

Hopper amène Eleven au portail pour qu’elle le ferme, ce qui leur permet de se réconcilier autour de la mort de Sarah. La scène est sympa et met fin à l’arc narratif entamé en fin d’épisode 1 sur ces deux-là qui développent un vrai lien de parenté. Le laboratoire est ensanglanté de tous les côtés et de manière incompréhensible le docteur a survécu, mais les Demo-dogs bloquent le passage vers le portail à Eleven et Hopper.

Pour Joyce, Nancy et Jonathan, les choses sont a priori plus simples puisqu’ils n’ont qu’à réchauffer le corps de Will à coup de chauffage et cheminée. Le problème, c’est qu’il le vit très mal et est rapidement  assez fort pour se libérer et étrangler sa mère. Comme en plus le groupe de Steve et des enfants parvient à mettre le feu au tunnel, tout va bien et Will est dépossédé. En plus, il survit malgré toute la torture.

Le feu des enfants aide aussi Hopper et Eleven à accéder au portail, puisque les Demogorgons ne le protègent plus dans la souffrance qu’ils sentent. Pour Steve et les enfants, il faut encore réussir à sortir des tunnels, ce qui n’est pas gagné. Ils tombent sur Dat qui n’est pas encore si grand que ça et obéit encore à Dustin, moyennant quelques nougats. Alors qu’ils semblent fichus, les Demo-dogs abandonnent totalement leur proie pour aller s’attaquer à Eleven qui est en train de fermer le portail.

Il ne lui faut pas longtemps pour s’en sortir avec ce plan et, tel le Phoenix des X-men, elle s’envole pour mieux le fermer graphiquement. Comme ils ne peuvent nous faire le même coup deux saisons de suite, elle ne s’évapore pas mais finit dans les bras d’Hopper pour cette fois.

Reste encore un bon quart d’heure pour conclure l’épisode, et sans trop de surprise, c’est un mois plus tard que le dernier acte s’ouvre alors que le labo semble être devenu digne de la Zone 51, surtout que le plan de Nancy et Jonathan a marché : la fuite d’une substance toxique est donnée comme explication et permet d’annoncer la mort de Barb pour de bon. Elle a même droit à un enterrement dis-donc.  #JusticeForBarb

De son côté, Hopper réussit à adopter officiellement Eleven sous le nom de Jane Hopper, fille de sa mère. Comme nous sommes un mois plus tard, c’est l’heure du bal de Noël. Voilà une jolie idée pour conclure la saison sur une note positive avant les cliffhangers.

Will se prépare en famille avec sa mère et son frère, Mike est harcelé par l’appareil photo de sa mère, Lucas tente de trouver les meilleures phrases d’approche pour inviter Max, Max continue d’avoir du pouvoir sur son frère, Dustin se coiffe selon les conseils de Steve qui accepte qu’il doit laisser filer Nancy, clairement amoureuse de Jonathan. C’est sympathique et ça mène au traditionnel slow sur Time after Time. Cela faisait longtemps, tiens.

Lucas et Max dansent ensemble, Will se fait inviter par une totale inconnue et Dustin se décide à tenter de demander à danser avec quelques filles. Elles l’envoient toutes balader, le blessant profondément dans son égo après tous les efforts capillaires qu’il a fait. Nancy est prise de pitié pour lui et lui offre donc une danse, ce qui permet d’attirer l’attention de tout le collège. On se croirait dans une série, parce qu’il n’y a bien que là que ça fonctionne, mais tant mieux pour Dustin.

À l’extérieur du gymnase, Joyce s’inquiète pour son fils et finit dans les bras d’Hopper qui lui propse une cigarette. Eleven finit à son tour par arriver dans le gymnase et danser avec Mike. Ces deux-là finissent par s’embrasser, enfin, de même que Max et Lucas. Après tant d’attente, c’est un brin précipité et pas forcément utile, mais c’était sympa.

Quant au cliffhanger… il est très gentil, nous teasant simplement un monstre dans l’Upside Down au-dessous du lycée. Bref, ils ont eu peur que la série soit annulée et ont eu la sympathie de stopper la série sur ce qui aurait pu être sa fin.

10.jpg

EN BREF – Voilà une saison qui aura fait couler beaucoup d’encre tant elle était attendue. Finalement, elle se dévore très bien. Toutefois, une fois que c’est fait, il faut reconnaître qu’il ne s’est pas passé grand-chose à part beaucoup d’attente, surtout du côté d’Eleven beaucoup trop laissée de côté toute la saison (mais en même temps, quand ce n’est pas le cas, on a le droit à un épisode longuet centré sur elle). Comme en saison 1, l’histoire est bonne, voire excellente par moment, les effets spéciaux et l’ambiance générale vraiment réussie. Malheureusement, il y a de nombreuses longueurs un peu irritantes et un gros sentiment de « tout ça pour ça » à la fin.

Difficile de se mentir : Netflix signe encore un beau succès avec cette saison qui réussit à marquer les points qu’elle veut, autant dans la nostalgie que dans ses quelques surprises. Toutes les pièces du puzzle se mettent bien place, mais on a parfois l’impression que c’est fait avec forcing (et une fois de plus, l’épisode 7, ce n’est pas autre chose). Je garde un bon avis général sur la série, mais la hype commence sincèrement à la desservir car j’en attendais plus de cette saison 2 qui n’est finalement qu’une saison 2 assez classique. Elle s’en sort bien avec ses nouveaux personnages, surtout Maxine, mais certaines intrigues restent bien trop floues, surtout du côté de Bobby.

Il faudra voir ce que la saison 3 apportera, mais il reste je pense des cartes à jouer avec le « père » d’Eleven et la famille de Maxine. Et puis, il faudra bien que Dustin trouve l’amour à son tour. Là-dessus, c’est indéniable : la série gère plutôt bien l’évolution de ses personnages. C’est prévisible, certes, mais c’est bien écrit et je n’en demande pas plus.

Saison 1Saison 2 | Saison 3

00.jpg

 

4 commentaires sur « Stranger Things (S02) »

  1. J’ai vraiment adoré cette saison!! On reste dans le même univers bien fidèle à la saison 1 mais qui est tout de même très différent.
    J’ai eu deux coups de cœurs au niveau des personnages: Max et Steve. Si on m’avait dit que j’allais adorer Steve je n’y aurais jamais cru! J’ai beaucoup aimé l’évolution des personnages, ce qui a été assez « drôle » car mes sentiments vis à vis d’eux ont évolués. J’adorais Mike puis plus du tout, je trouvais Will un peu inutil et cette saison je l’ai beaucoup apprécié etc…
    C’est dommage je trouve qu’on ait pas vu Eleven un peu plus avec les autres mais ses passages avec le Shérifs étaient vraiment très forts et topissimes!!

    Aimé par 1 personne

    1. Je te rejoins dans à peu près tout ce que tu dis, Mike sans Eleven, c’était moins intéressant finalement, c’est elle qui le poussait à être top. J’ai eu du mal avec Steve en début de saison, puis je l’ai adoré dans son duo avec Dustin et sa maturité sortie de nulle part vis-à-vis de Nancy. De bonnes surprises en chemin quoi 🙂

      Aimé par 1 personne

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.