Les cinq personnages les plus génialement dingues

Salut les sériephiles !

On se retrouve avec un nouveau TFSA dont je sens qu’on va me reprocher d’avoir mal interprété les propos de Tequi, mais ce n’est pas bien grave, ma foi ! C’est parti pour cinq personnages parfaitement géniaux, mais aussi parfaitement dingues, ce qui les rend génialement dingue, non ? Je ne sais pas trop si c’était l’idée derrière ce thème, mais c’est ce que j’ai décidé d’en faire, deal with it !

Pauley Perrette, aka la gothique Abby, quitte NCIS après 15 saisons

5. Abby (NCIS)

Elle n’est pas tout à fait dingue à proprement parler, mais plus d’une fois, Abby a proposé des choses un tantinet dingue à l’équipe de manière à résoudre une enquête. Un tantinet dingue, certes, mais toujours super efficace, au point d’être restée pendant dix ans une composante essentielle de la série. On n’imaginait pas la série sans elle… Certes, les scénaristes ont trouvé comment la remplacer, mais en attendant, Abby est restée pendant dix ans un personnage à la fois géniale et dingue. A sa manière. Irremplaçable, NCIS n’est plus la même depuis le départ de sa scientifique au grand cœur plein de caféine.

4. Kimmy (Unbreakable Kimmy Schmidt)

Le cercle des Sérievores : 10 séries que tu peux mater avec tes parents  sans aucune gêneEh, c’est un choix facile, même si je n’ai jamais pris la peine de finir la série et même si son épisode interactif me paraît avoir fait un énorme bide. Avant de ne plus être drôle car le personnage finissait par être moquée au lieu d’être simplement naïve face à la vie, Kimmy Schmidt était une vraie génie de l’interaction sociale et des idées loufoques à la fois, la rendant génialement dingue. J’ai de très bons souvenirs de la première saison, et ce générique plein de folie aura toujours cet effet de génialement dingue sur moi !

3. Barney (HIMYM)

Barny Stinson GIF - Barny Stinson HIMYM - Discover & Share GIFs | Tv  dizileri, Film, ResimlerDifficile d’envisager un thème sur les personnages dingues sans penser à Barney. Oh, bien sûr, la série vieillit plutôt mal et c’est fort dommage, mais pour l’époque, Barney était tout simplement génial. Je pense qu’en 2020, la série ne survivrait même pas une saison avec un personnage aussi peu respectueux des femmes, mais ce n’est pas parce que la société a progressé qu’il faut oublier la contribution de Barney en tant que personnage dingue avec des plans tous plus tarés les uns que les autres. Et puis, il a offert le contre-exemple parfait de comment se comporter en société, peut-être qu’il a à sa façon contribué à rendre le monde un peu plus respectueux. Allons savoir ! En tout cas, ses théorèmes, ses répliques cultes et ses expériences ont marqué toute une génération : c’est un génie, même s’il est dingue.

2. Walter (Fringe)

Walter Bishop, Fringe, Lsd, Drugs GIF | GfycatGénie et dingue sont les deux mots qui caractérisent le mieux le personnage de Walter Bishop dans Fringe. Après tout, on l’a découvert en premier lieu dans un hôpital psychiatrique, non ? Il est resté un bon moment premier de ce top parce que je l’adore Walter, même si des événements récents ternissent un peu ma vision du personnage – l’actrice Jasika Nicole, interprétant Astrid, m’ayant fait prendre conscience que le running gag autour du nom de son personnage était tout de même un brin raciste, faisant de Walter un personnage raciste. C’est moche de grandir et de perdre ses illusions sur la vie… Et ça l’est d’autant plus que Walter est un personnage qui nous berçait dans ses douces illusions droguées. Si ses idées étaient toutes plus dingues les unes que les autres, Walter était aussi un génie capable de les concrétiser, et ça, c’est beau.

  1. Jennifer (12 Monkeys)

12 Monkeys... | IMDB v2.1Voilà un autre personnage que l’on rencontre alors qu’elle est en asile psychiatrique, si je ne m’abuse, mais qui petit à petit nous fait découvrir que sa folie est loin de l’être. Jennifer est dingue, tous ceux qui ont vu la série ne diront jamais le contraire, mais elle est bien plus que ça. Elle entre tout à fait dans la catégorie des génies, parce qu’elle a un cerveau qui fait baver de jalousie, tout en étant toujours 100% loufoque et over the top. Je l’adore, et chaque saison a réussi à la rendre plus attachante, plus dingue, plus géniale. C’est pourtant difficile d’écrire un tel personnage et de le garder à un degré de folie équivalent sur le long terme, on l’a vu avec les personnages précédents. Pourtant, Jennifer était chaque saison plus dingue, mais aussi plus géniale. Je ne me souviens quasiment que d’elle et de ses performances (notamment musicale chez les nazis) en saison 4, tout le reste a fini par se brouiller petit à petit dans mon esprit. Dingue. Géniale. Génialement dingue.

GIF elementary school funny lol - animated GIF on GIFER

Voilà, voilà. On notera que j’ai également pensé au casting de Teachers, mais elles méritent toutes plus ou moins leur place dans l’article, sans pour autant être des génies… OK, je sais que j’ai totalement dérouté le thème du jour en faisant de ce « génialement dingue » un « génie et dingue » au lieu de « totalement dingue ». Ce n’est pas grave, j’aime interpréter les TFSA comme je le sens.

7 clichés TV sur… le confinement

Salut les sériephiles et bonne St Patrick à tous !

À vrai dire, j’avais prévu de faire un article sur le sujet et tous les clichés qui existent autour de cette fête dans les séries… mais l’actualité me force à revoir mon brouillon : je pense que clairement, on associera plutôt mars 2020 au confinement en France qu’à la St Patrick. Hier, le président a déclaré qu’on était en guerre, tout de même, et qu’il fallait lutter coûte que coûte contre le virus. Un confinement à cause d’une maladie ? Eh, plein de séries ont déjà traité le sujet, alors il existe quelques clichés qu’on peut déjà comparer à notre première journée chez nous (pour la plupart d’entre nous).

Résultat de recherche d'images pour "fear the walking dead pilot"

  1. Les gens sont inconscients du danger… comme dans Fear the Walking Dead

Dans les séries, quand une épidémie frappe, il est surtout frappant pour le téléspectateur de voir à quel point tout le monde continue de vivre sa vie normalement sans se soucier le moins du monde de la maladie qui commence à se répandre – et qui se répand bien vite. Et pour le coup, à moins de vivre dans une grotte depuis ce week-end, vous êtes déjà tous au courant que ce cliché est on ne peut plus VRAI. Combien de français dans les parcs ce week-end, hein ? Combien de gens agglutinés devant la Poste ce matin ? Voilà, voilà, les consignes sanitaires sont claires, mais on reste majoritairement inconscient du danger. Et même quand on l’est, on n’est jamais sur du 100% de vigilance.

Résultat de recherche d'images pour "the rain rasmus"

  1. On se confine pour une durée indéterminée… comme dans The Rain

Au début d’une épidémie, les consignes sont claires : il faut se confiner pour en limiter la propagation. C’est le cas aujourd’hui en France, c’est le cas aussi dans les séries. Quand la pluie commence à tomber et tuer tout le monde, les héros de la série Netflix s’enferme pour une durée indéterminée dans un bunker tout confort. Si je n’ai pas un bunker tout confort, j’ai un appartement, c’est déjà ça. Et si le président nous a dit de nous enfermer pour 14 jours minimum, moi, je retiens surtout le « minimum » dans sa phrase : dans le genre durée indéterminée, on ne fait pas mieux. Bon, j’espère ne pas rester aussi longtemps enfermé que les enfants de cette série, mais il va peut-être falloir envisager de se muscler autant que Rasmus. Quoiqu’il en soi, c’est VRAI.

Résultat de recherche d'images pour "containment"

  1. Internet ne fonctionne plus des masses… comme dans Containment (Alerte Contagion)

Dans toutes les séries, on termine par voir les personnages confinés se retrouver sans vrai moyen de communication, avec Internet étant la première victime de cette panne de communication. Dans cette série, ça va jusqu’à la coupure réseau forcée par les autorités, c’est sûr, mais nous n’avons pas besoin d’en arriver là à chaque fois pour autant. Dans la réalité, si Internet n’est pas (encore ?) coupé, ça reste une représentation assez VRAIE : tous les sites saturent, le télétravail est sacrément difficile dans ces conditions, et avec des pays de plus en plus nombreux à passer en confinement, les rumeurs d’un internet qui ne tiendrait pas le coup sont de plus en plus nombreuses. Et moi, par exemple, je n’arrive pas à charger les snaps reçus aujourd’hui. C’est le début de la fin. D’ailleurs, ça mène au point suivant.

Résultat de recherche d'images pour "12 monkeys"

  1. Les scientifiques font l’impossible pour sauver la planète… comme dans 12 Monkeys

Si on est loin d’une pandémie qui va tous nous tuer comme dans cette série (ou ce film), et si on est loin d’avoir des scientifiques envisageant de se promener dans le passé pour empêcher la contamination à Wuhan, dans la réalité comme dans les fictions, il faut bien dire que c’est VRAI, les scientifiques sont prêts à tout pour tous nous sauver. Scientifiques et personnels médicaux sont sur le pied de grue depuis des jours déjà… merci à eux !

Résultat de recherche d'images pour "plus belle la vie jeanne mila"

  1. Quelqu’un se sacrifie et se contamine pour l’amour de ses proches… comme dans Plus belle la vie

Oups, il faut être à jour pour ce point 5, et si ce n’est pas le cas, pardon, zapper ce paragraphe, mais dans l’épisode d’hier du feuilleton de France 3, on a vu un personnage décider de risquer sa santé pour attraper une maladie qui pourrait être mortelle. Chacun ses délires, chacun son amour. Ce point est à la fois VRAI et FAUX pour le coup : personnellement, je veux bien prendre des risques avec le coronavirus pour quelqu’un que j’aime vraiment, mais parce que le taux de mortalité est faible, quoi. Et puis, prendre des risques, ça ne veut pas dire pour autant aller en infecter d’autres ensuite (je le dis avant qu’on me tombe légitimement dessus en commentaire). Par contre, si la maladie était mortelle, ce serait chacun pour sa peau, non ? De toute manière, dans les séries, c’est toujours chacun pour sa peau… et vu les stocks de pates et papier toilettes de certains en ce moment, c’est une triste réalité malheureusement vraie, ça aussi.

Résultat de recherche d'images pour "helix"

  1. Le virus mute vite pour justifier la pandémie… comme dans Helix

Transmission de l’animal à l’homme, de l’homme à l’animal, de l’homme à l’homme ; souris de laboratoire dérangées et tests sur les animaux pour créer un vaccin, contagion extrême et lourde, pandémie hyper rapide… Helix est une bonne série à redécouvrir en ce moment pour se changer les idées tout en restant dans le thème. En tout cas, les virus mutent, c’est vrai, mais rarement si vite et rarement de manière si fictive. Bref, c’était histoire d’avoir un truc FAUX dans l’article.

Résultat de recherche d'images pour "ncis kate tony"

  1. Une bonne douche chaude… et hop ! comme dans NCIS

Allez, la fin de saison 2 m’est venue en tête dès le début de cet article, et je ne sais pas trop pourquoi. Parfois, en cas de possibilités d’épidémies ou de contagion à une maladie grave, une bonne douche est ce qu’il y a de plus efficace. Après tout, ce n’est pas pour rien qu’on nous dit à longueur de temps de nous laver les mains en ce moment, non ? VRAI et FAUX, donc, tout dépend du virus, et une douche chaude n’arrêtera pas le coronavirus. Par contre, ça fera du bien, c’est clair.

Et voilà pour les sept premiers clichés qui me sont passés par la tête ! Ce n’est pas fameux pour nos survies ces séries en tout cas… Après, un autre épisode qui me fait toujours rire concernant la maladie en général, c’est celui de Ma famille d’abord sur la grippe qui se propage à tous les membres de la famille un à un. Une belle leçon sur la manière dont se répand une bonne maladie.

Top 10 de la décennie (partie 1)

Salut les sériephiles,

Le réveillon continue d’approcher petit à petit… et comme nos estomacs se préparent à l’overdose, je me suis dit qu’il fallait aussi nourrir nos cerveaux ! Du coup, je profite de cette journée pour faire enfin mon top 10 des séries de la décennie pour le Bingo Séries. Eh, il y a aussi qu’il est temps que j’avance dans le Bingo, franchement.

Donc voilà, je vous rappelle les règles : il me faut choisir seulement dix séries en fonction de la diffusion de leur saison 1, sachant que je dois choisir une série par année de la décennie. Et franchement, c’est plus compliqué qu’il n’y paraît avec ce twist de la date ; mais c’était l’idée pour que ce soit plus sympa et original à faire ! Beaucoup ont déjà répondu à cette question sur Twitter ou sur le blog, n’hésitez pas à aller farfouiller le hashtag, les amis…

Quant à moi, vous verrez que j’ai beaucoup hésité pour certaines années, d’où la présence à la fin de chaque paragraphe d’un « mise de côté » 😉 !

Résultat de recherche d'images pour "the walking dead season 1"

2010 – The Walking Dead

Bon, c’est un peu inévitable. Niveau série de la décennie, on peut difficilement faire plus marquant que celle-ci. Elle a débarqué en 2010 et est actuellement dans sa saison 10. Les zombies ont fait couler beaucoup d’encre en dix ans, la qualité n’a pas toujours été au rendez-vous (loin, très loin de là), mais c’est vraiment une série qui s’est imposée dans mes habitudes. Je n’ai pas commencé dès 2010, mais aujourd’hui, j’ai du mal à m’imaginer mes lundis soirs autrement qu’avec la découverte de l’épisode de la semaine avant d’être spoilé méchamment. Mise de côté : Haven (géniale, mais trop peu connue).

Résultat de recherche d'images pour "person of interest season 1"

2011 – Person of Interest

Là encore, c’est une série que j’ai regardé plus tard et pas dès le début de sa diffusion. C’est bizarre du coup de dire qu’elle a marqué ma décennie car je l’ai vue quasiment d’une traite et en quelques mois seulement… seulement voilà, cette série est excellente et je trouve qu’en scénario, elle a bien marqué son temps. La Machine, les simulations, les deux flingues à la fois… Tant de choses qu’on a pu retrouver dans d’autres séries. Les problématiques sont excellentes, les intrigues passionnantes, et voilà, c’est marquant, je trouve. Mise de côté : Once Upon a Time (le choix fut rude, mais j’ai moins accroché à celle-ci, tout simplement).

Résultat de recherche d'images pour "continuum tv show"

2012 – Continuum

On est vraiment sur un choix tout personnel là, mais cette série avec Rachel Nichols est quand même la série qui m’a poussé à me remettre à Twitter pour de bon. Au-delà de son excellent plan transmédia, cette série proposait un excellent casting et des intrigues de voyages dans le temps fabuleuse. J’ai adoré la série, j’en garde des souvenirs de fou et je regrette qu’elle ne soit pas plus connue, alors je profite de cette occasion pour la mettre en avant ! Mises de côté : Scandal (pour sa démarche et sa sonnerie de téléphone), The Newsroom (géniale, mais trop peu connue) ; Arrow (pour l’univers étendu qu’elle lancera).

Résultat de recherche d'images pour "agents of shield pilot"

2013 – Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D

Franchement, vous me voyez choisir autre chose que cette série que j’adore ? Parce que moi, non. Ce choix par défaut s’explique pour un tas de raisons, du casting que j’adore au twist phénoménal de la fin de saison 1, pour l’équipe de production que j’adorais avant même le lancement de la série (merci Dollhouse) autant que pour les liens avec le Marvel Cinematic Universe, pour la qualité globale saison après saison autant que pour les acteurs super fun à chaque Comic Con. Mise de côté : Orange is the New Black (parce que bon, Netflix quand même).

Résultat de recherche d'images pour "the 100 pilot"

2014 – The 100

Cette fois, l’année est méga chargée en séries marquantes. On sent qu’en 2013/2014, on a passé un cap et on entre en plein dans le Peak TV où il y a beaucoup trop de séries. Il n’empêche que moi mon choix est vite fait du côté des séries que je préfère : c’est cette série CW qui sort complètement du lot. Elle commence super mal avec deux épisodes de teen show tout ce qu’il y a de plus banal et puis, d’un coup, bim, elle part dans son délire à la fin de son épisode 3 et elle le fait bien. On passe un cap dans la violence des séries ados, certes, mais ça m’a rendu féru de géopolitique et ça m’a prouvé que mon problème avec Game of thrones n’était pas là-dedans, mais bien dans d’autres problèmes de la série. M’enfin, ce n’est pas le sujet. Mises de côté : The Leftovers (magistrale, mais trop « de niche » ?), You’re the worst (qui réinvente la comédie l’air de rien… avant de se planter elle aussi), How to get away with murder (parce que franchement, elle a tenu sur la durée et était chouette).

Résultat de recherche d'images pour "younger pilot"

2015 – Younger

Cette année où le choix est impossible, franchement. Je me suis décidé pour Younger parce que pour moi, c’est vraiment une comédie qui a été capable de créer la surprise en trouvant son public de manière internationale alors que rien ne l’y prédestinait, contrairement aux autres séries que j’aurais pu évoquer. Et aussi, ça fait six saisons qu’elle est juste géniale, alors ça méritait d’être évoqué et mis en avant, je trouve. Mises de côté : Sense8 (à regrets, parce que vraiment, wow, la claque cette série ; je sais qu’elle a marqué la décennie), The Magicians (ça me déchire le cœur aussi de ne pas la mettre en série de l’année, surtout qu’elle a commencé en décembre, ça ne devrait même pas compter), 12 Monkeys (mais la qualité au début n’est pas ouf), Man Seeking Woman (superbe comédie là aussi).

Voilà pour cette première partie, parce que oui, j’ai décidé de couper en deux cet article qui aurait été autrement beaucoup trop long !

Les meilleures séries post-apocalyptiques

Salut les sériephiles,

Vaste sujet que le thème du TFSA de la semaine, avec Tequi qui propose de revenir sur les meilleures séries post-apocalyptique. Angoisse que ce thème ! J’adore les post-apocalypses, et il est bien trop difficile de n’en choisir que cinq. Quand en plus, il faut les classer, je ne vous explique pas comment ce top m’a laissé sur une belle insomnie hier soir après lecture du titre – oui, j’aime bien réfléchir au TFSA avant de m’endormir, j’avoue tout. Bref, je suis complétement claqué aujourd’hui, mais voici donc le fruit de ma réflexion sur les séries post-apocalyptiques – et disons tout de suite que j’ai considéré comme post-apocalypse toutes les séries nous présentant un monde dans lequel plus de 80% de la population mondiale a été éradiquée.

Image associée

  1. Jericho

Ben évidemment. Je crois que c’est ma première vraie série post-apocalyptique. On a les références qu’on peut ? Franchement, cette série n’était pas si mauvaise… même si son renouvellement en saison 2 était accompagné de beaucoup trop de changements pour vraiment me convaincre. Il faut dire ce qui est, également : je n’en ai plus aucun souvenir. Mais eh, je sais que j’aimais bien me mettre devant la télé pour la regarder.

Résultat de recherche d'images pour "the last man on earth first episode"

  1. The Last Man on Earth

La qualité de la série est trop inégale pour finir plus haut dans le classement : j’ai beaucoup ri au début, puis la série m’a épuisé parce qu’elle passait son temps à voir ses personnages hurler en permanence. Au milieu de ce brouhaha, il y a tout de même eu des idées vraiment intéressantes concernant l’apocalypse, notamment les centrales nucléaires qui détruiraient en fait les quelques survivants d’un virus ayant tué le reste de la population. C’est peut-être même la série la plus cohérente du point de vue de l’apocalypse… alors même qu’elle jouait tout le temps sur son humour bien particulier. Elle me manque et je ne suis pas encore remis de son annulation.

Résultat de recherche d'images pour "the walking dead zombie"

  1. The Walking Dead/Fear the Walking Dead

Allez, d’une pierre deux coups, même si instinctivement, j’avais surtout envie de parler de Fear. Comme la saison 9 de la série-mère a réussi à me raccrocher, il faut bien l’évoquer aussi après tout. J’aime l’univers des zombies, parce qu’il y a de quoi se faire quelques jumpscares efficaces et parce qu’il y a tout un aspect survie qui était plutôt cool… au début. On a ensuite eu une grosse période de flottement où survie et géopolitique cohabitaient, sans parvenir à être intéressantes, ni dans un sens, ni dans l’autre. Les dernières saisons de chaque série ont fini par trouver un bon équilibre, avec un peu plus de géopolitiques, mais encore ce qu’il faut pour être intéressant dans la survie. Bref, ce sont de bonnes séries… par moments.

Résultat de recherche d'images pour "12 monkeys"

  1. 12 Monkeys

Certes, la série ne commence pas tout à fait sur une post-apocalypse, mais au cœur de sa mythologie des voyages dans le temps, il y a quand même un virus qui va décimer la population. Et on a plus d’une fois au cours de la série l’occasion de parcourir ce monde post-apocalyptique pour le découvrir un peu plus. L’idée est là que la nostalgie du passé serait plus forte que le présent, avec l’envie de revenir dans le passé pour annuler cette apocalypse. Eh, ça reste une série post-apocalyptique.

Résultat de recherche d'images pour "the 100 apocalypse"

  1. The 100

Bon, sans surprise, évidemment que cette série qui se déroule cent ans après un accident nucléaire ayant forcé la population à quitter la Terre est ma série post-apocalyptique préférée. Elle est aussi possiblement ma série préférée dans les séries en cours et dont on a une saison par an. Tout est génial : on a le côté survie, on a le côté géopolitique, et à chaque fois, les deux sont suffisamment liés pour rester vraiment haletant. Tout est fait pendant cinq saisons dans le but de survivre, mais justement :

Résultat de recherche d'images pour "life is about more than just surviving"

Ainsi, la recherche d’une maison est aussi au cœur de la série. Chacun veut son lieu de vie, avec ses problèmes, et ça ne se termine pas toujours bien. Je dirais même que ça termine rarement bien. Pour ne pas dire jamais. Bref, vous avez l’idée, c’est passionnant parce qu’on cherche les mêmes solutions qu’eux, sans les trouver parfois ; et parce qu’on est en permanence surpris.

Résultat de recherche d'images pour "kree agents of shield season 5"

Dans les séries que j’aurais aimé citer et que j’ai mis de côté parce qu’elles n’étaient pas que post-apocalyptiques, il y a tout de même Future Man, la saison 8 d’American Horror Storyet la saison 5 d’Agents of S.H.I.E.L.D. En tout cas, ce TFSA me fait prendre conscience aussi que l’apocalypse est la menace de nombreuses séries, mais qu’après tout, il y a de quoi faire des histoires intéressantes une fois qu’elle a eu lieu. Espérons que les chaînes britanniques liront cette conclusion, parce qu’il y en a un peu marre des séries qui se terminent sur l’apocalypse et nous abandonnent là. Coucou You, me and the Apocaypse, Hex et autres The Fades