Kenneth Choi (#161)

Salut les sériephiles,

J’ai pas mal rattrapé mon retard dans mes hebdos la semaine dernière, ce qui fait que j’ai eu le choix pour la performance de la semaine… mais pour le coup, ce début de saison 2021/2022 est plutôt timide, ce qui fait que je me retrouve avec une seule évidence. Pas de doute pour savoir qui est ma performance préférée cette semaine, donc, désolé pour tous les autres séries, mais on repart une nouvelle fois du côté de 9-1-1 :

44 Kenneth Choi ideas in 2021 | kenneth, tv shows, fox tv shows

Kenneth Choi

La série : 9-1-1 L’épisode concerné : S05E04 – Home and Away – 16/20

haleyschim Tumblr posts - Tumbral.comPourquoi ? Si vous avez vu le quatrième épisode de la saison 5 de 9-1-1, vous savez déjà pourquoi. Si vous ne l’avez pas vu, ben arrêtez ici votre lecture, vous allez vous spoiler sinon ! Bon, si vous voulez vous spoiler, vous pouvez après, mais c’est dommage. Concrètement, le personnage de Chimney, je ne l’aimais pas énormément en saison 1. Assez vite, il apparaissait comme le maillon faible de la série, avec peu d’histoires persos vraiment intéressantes par rapport aux autres. C’est ce qui a motivé son accident en saison 1, je pense. Depuis, le personnage a bien changé et l’acteur a eu à plusieurs reprises l’occasion de montrer l’étendue de son talent. 4.09 | Explore Tumblr Posts and Blogs | TumgirC’était encore le cas cette semaine : le départ de Maddie est une connerie scénaristique sans nom, mais il fonctionne à merveille pour sublimer le travail de Kenneth Choi. Le personnage de Chimney est plongé dans l’incompréhension. Papa célibataire obsédé par la recherche de sa femme, le pompier prend des jours de repos qui sont loin d’être reposants. La scène la plus marquante de l’épisode ? Ses supplications à l’urgentiste qui s’est occupée de Maddie et de sa fille, pour tenter de comprendre ce qui a bien pu provoquer ce départ précipité. Chimney dévoile toute sa sensibilité, mais aussi tout son amour de Maddie dans cette scène particulièrement touchante. Et ce n’est pas la fin de l’épisode qui va me faire changer d’avis : certes, je n’approuve pas sa rage qui se transforme en coup de poing dans la gueule de Buck, mais honnêtement, ça aussi Kenneth Choi le gère parfaitement bien. Genre, on comprend bien pourquoi il est énervé et on lit cette rage sur son visage. howardhanedit Tumblr posts - Tumbral.comCroyez-moi, ce n’est pas simple du tout d’avoir une rage aussi lisible sur le visage – et aussi crédible surtout, dans la manière de la contenir comme dans la manière de la relâcher d’un coup. Bref, l’acteur a parfaitement géré son épisode et il était incroyable, donc je ne pouvais pas ne pas souligner cette incroyable performance.


Vu aussi dans : L’air de rien, il en est déjà à 65 épisodes de la série de la Fox. Le temps passe vite. Avant ça ? Il avait surtout des petits rôles de guest un peu partout, même dans plusieurs film du MCU, dans Agents of S.H.I.E.L.D, dans Glee, dans le Chicagoverse, dans The Newsroom… Il est absolument partout en fait, bordel, c’est un caméléon, il était même dans un épisode de Heroes et dans quatre épisodes de 24. GIF foxtv le dernier homme sur la terre last man on earth - GIF animé sur  GIFER Je l’aimais bien aussi dans le rôle de Lewis dans The Last Man On Earth (jamais tout à fait remis de cette annulation). En fait, il a une carrière plutôt remplie, avec aussi dix épisodes d’American Crime Story ou 13 d’Allegiance, mais j’ai quand même l’impression qu’il n’avait jamais eu l’occasion d’avoir un rôle le mettant autant au premier plan, alors que maintenant, on le reconnaît vraiment comme étant l’interprète de Chimney. Si je revois ses anciens projets, je me dirais « oh, c’est Chimney », alors que quand je l’ai vu en tant que Chimney pour la première fois, ben je ne me suis rien dit du tout. Plutôt content que sa carrière décolle comme ça, surtout que le personnage de Chimney a eu une belle évolution et qu’il a eu de quoi jouer toute une palette d’émotions révélant son excellent travail.


Maddie Chimney GIFs - Get the best GIF on GIPHYL’info en + : Le départ de Maddie est une connerie scénaristique ? Oui et non : l’actrice était enceinte et a accouché d’un petit garçon en septembre seulement. Autant dire que le tournage avait repris depuis un moment et que ce n’est pas un hasard si on a peu vu son ventre dans les premiers épisodes où elle était là. Du coup, je n’aime pas particulièrement cette intrigue et cette manière de gérer sa dépression post-partum, mais je trouve quand même que c’est une sacrée bonne idée de la mettre de côté un temps pour laisser l’actrice se remettre de son accouchement et profiter de son troisième enfant. Du côté de Maddie, cette conséquence de la dépression post-partum est un peu extrême, mais pas totalement aberrante non plus : ça arrive que des mamans ressentent ce besoin de protéger leur enfant en ne s’occupant pas de lui. Bien sûr, à tête reposée, ça ne paraît pas du tout une bonne idée et ça paraît même complètement stupide, mais eh, c’est tout le problème d’une dépression. On n’est pas vraiment en état de prendre des décisions rationnelles. Et puis, l’ensemble reste hyper cohérent avec le personnage de Maddie, alors les scénaristes ont su saisir l’occasion de faire quelque chose de cette grossesse de l’actrice pour donner quelque chose d’intéressant au personnage, tout en libérant l’actrice le temps de son congé maternité. Not a guest — My thoughts on 911 3x17 “Powerless” Gifs are by... J’espère juste que Jennifer Love Hewitt aura une meilleure vie post-accouchement que son personnage et qu’elle prendra la décision de revenir vite au travail… mais ça, c’est à elle de voir ce qu’elle a envie de faire et ce que son contrat permet. Je suis plus curieux de savoir ce qu’ils feront de Kenneth Choi, du coup, parce qu’à la fin de l’épisode 4, il s’en va à se recherche… Et lui, il n’a pas un congé maternité, je pense.


Voir aussi : Les performances des semaines précédentes

Films vus en 2020 (#24)

Salut les cinéphiles,

Comme chaque mercredi, je reviens vers vous ce soir pour vous parler des films vus cette année, et comme chaque mercredi, je débarque un peu plus tard pour le faire. Et après, je vais m’étonner des stats qui stagnent ou baissent le lundi, vous allez voir ! De toute manière, c’est toujours pareil en juin, il y a plein de choses à faire à droite, à gauche, et je ne vous parle même pas du rythme de travail post-confinement. D’ailleurs, je vois moins de films aussi à cause de ça, finalement, tout est lié. Bref, c’est parti pour quelques films, parmi lesquels un coup de cœur, et beaucoup, beaucoup, d’un même acteur !

Seul au monde

seul au monde – We Like it, le blog d'actualité du web et du buzz
Une transformation physique impressionnante

Mon début de mois d’avril était plein de crashs d’avion, et celui-ci a plutôt la classe, même s’il ne vaut pas celui de Flight. Ce film est tellement culte que je n’arrive pas à croire que je sois passé à côté pendant si longtemps. J’ai enfin compris la référence à Wilson, que je ne connaissais que de nom, forcément puisqu’il est une partie importante de The Last Man on Earth.

 

Concrètement, le film vaut le détour au-delà de son statut de film culte : un bon acteur, une histoire sympathique (même si lu et relu en ce qui me concerne) et une superbe réalisation en font un bon moment à passer. Et puis, c’est une référence, alors je suis content de l’avoir enfin regardé. En plus, il est sur mon poster des 100 films que je néglige énormément cette année.

Philadelphia

➽ PHILADELPHIA | | - .Encore un film avec Tom Hanks – vous allez voir que c’est légèrement le thème de cet article, encore un film avec Denzel Washington (si jeune !), disons que je me refais une culture cinématographique un peu plus culte. Concrètement, ce film raconte l’histoire d’un avocat homosexuel atteint du sida qui se fait virer par sa boîte et cherche alors à obtenir justice.

Sur fond d’homophobie latente, le film propose des scènes vraiment sympathiques d’acceptation et fait un bon travail pour éduquer sur les questions du VIH et du tabou qui l’entoure. Je n’ai accroché que moyennement, peut-être parce qu’il date un peu, peut-être parce que j’ai vu d’autres films sur le sujet. C’est un bon film malgré tout, mais je comprends qu’il soit moins culte que le précédent. Il est à voir si les thématiques qu’il traite vous intéresse ou si vous aimez les procès avec de bons orateurs -parce que la meilleure partie du film est clairement celle-ci en ce qui me concerne !

no ew emma thompson she's like that's my girl saving mr. banks ew ...

Saving Mr Banks

Quitte à se faire la filmographie de Tom Hanks, autant enchaîner avec un film disponible sur Disney +. Et quelle bonne surprise ! Avant tout, il faut que je vous précise que je n’avais pas encore vu Mary Poppins quand j’ai lancé ce film – ou plutôt, pas encore revu. Je pense que je l’ai vu dans mon enfance, mais il ne m’a pas marqué plus que ça, désolé à tous les fans.

En tout cas, si Mary Poppins n’est pas un film dont j’avais toutes les références, celui-ci a réussi à entrer immédiatement dans mes films cultes et trop méconnus. Saving Mr Banks raconte l’alliance improbable entre Walt Disney et l’auteur de Mary Poppins. C’est une excellente surprise – qui apparemment déforme quelque peu la réalité sur sa conclusion – qui fait une bonne promo de Disney, mais qui est aussi un véritable tire-larmes porté par un casting incroyablement bon (et quel plaisir de retrouver Sarah Griffith, même dans un petit rôle, je ne pensais pas qu’elle me manquait tant).

Bref, le film est un véritable coup de cœur dont je n’attendais pourtant rien mais qui m’a apporté beaucoup. C’est très beau, les chansons de Mary Poppins fonctionnent bien ici et l’analyse proposé de l’œuvre est un angle vraiment intéressant. Que vous soyez fan ou non de cette nounou tout ce qu’il y a de plus british, je vous conseille ce film qui fait voyager et qui fait adorer ses personnages sans le moindre souci, malgré une chronologie qui m’a au départ laissé perplexe.

Il faut dire que Pamela L. Travers est hyper complexe et attachante pour emmener le film vers un sommet d’émotions très bien gravi. Et ce carctère… Elle est plus chiante que moi, j’adore !

Gif Film Disney Tom Hanks Emma Thompson Saving Mr. Banks GIF | Gfycat
The medicine go down… ♫

The Green Mile

Autre film culte de mon poster des 100 films à voir avant de mourir, autre film de Tom Hanks pour boucler ce qui s’annonçait déjà à ce stade-là de mes visionnages comme un article 100% Tom Hanks, voici donc enfin que je peux compter La Ligne Verte à mon actif des films vus ! Et… Quelle surprise !

the green mile city-is-ours •
Une réplique qui passe toujours aussi bien en 2020 en revanche !

Contrairement à beaucoup d’autres œuvres cultes, je n’avais aucune idée de ce dont parlait ce film, qui a réussi à m’accrocher au départ avec son histoire de prison et m’a totalement pris par surprise après plus d’une heure dans son revirement de situation qui l’a rendu culte.

Du coup, je comprends son statut, mais je trouve ça un peu long comme histoire… Petit coup de cœur pour Mr Jingle, évidemment, pas pour le film qui est juste bon à mes yeux en revanche. Que je suis compliqué ! C’est une belle histoire, c’est vrai, mais il y a une fois de plus la fin qui me laisse perplexe car d’autres solutions étaient possibles, je pense. Puis, c’est un truc sur lequel je reviens souvent quand un film me déplaît, mais… ça manquait clairement d’au moins un personnage féminin fort. Comme tant d’autres films, je sais… Seulement, après le coup de cœur de Saving Mr Banks, je vous assure que le manque était encore plus flagrant, au milieu d’un casting d’excellents acteurs que j’aime beaucoup !

C’est tout pour cette semaine, puisque j’ai ensuite vu des films sans Tom Hanks. Il en a fait tellement, j’aurais pu passer mon année sur sa filmographie autrement…

Ce que c’est qu’une guest star, part. 2

Salut les sériephiles,

Cela fait longtemps, très longtemps que je n’ai plus écrit d’articles allant dans le lexique du sériephile, mais je sais que c’est une catégorie qui vous plaisait bien. Du coup, quand j’ai vu dans les recherches menant au blog la question « c’est quoi guets star » (la faute de frappe est dans la recherche), je me suis dit que c’était l’occasion de me retrousser les manches… avant de découvrir que c’était un article que j’avais déjà écrit lors de la mise en page.

Voir aussi : Ce que c’est qu’un(e) guest-star

Grosse utilité publique ce blog – mais j’en profite pour rappeler que c’est féminin (même si je ne suis pas le dernier à l’utiliser au masculin aussi, c’est censé être féminin). Ce n’était pas si clair la dernière fois que j’en ai parlé. Pour ma défense, c’est un article que j’avais écrit il y a deux ans. Pour m’enfoncer encore plus, j’avais déjà les mêmes exemples d’acteurs, ça craint, non ? Eh bien, pas forcément et je vais en profiter pour vous expliquer pourquoi.

Résultat de recherche d'images pour "britney spears how i met your mother"
Le premier exemple qui me vient en tête quand je parle de guest-star

Alors à quoi ça sert une guest star ? C’est tout simple : c’est l’apparition d’une star dans une série où elle n’a pas un rôle principal. Cela peut être pour un épisode (Leighton Meester dans The Last Man on Earth par exemple) ou pour quelques épisodes (Britney Spears dans How I met your mother, Billy Zane dans Charmed, etc.). Et ça sert surtout au marketing finalement : le but n’est pas le buzz d’un caméo, je l’avais déjà dit la dernière fois, mais ça permet tout de même de faire les choses en grand dans les promos, on le sait bien.

Parfois, la définition est un peu plus floue, parce qu’un acteur invité en guest-star pour un ou deux épisodes finit par revenir un peu plus, voire s’intégrer définitivement au casting de la série (une fois de plus, coucou Amy Acker, qui nous a fait ça dans la dernière saison d’Alias, dans une moindre mesure, dans Angel, évidemment, ou dans Person of Interest… Bref, c’est toute sa carrière qui est comme ça et elle ose encore dire qu’elle a « de la chance » quand c’est clairement du talent. Pardon, je m’égare totalement et j’oublie le but de l’article là).

Résultat de recherche d'images pour "amy acker alias"
Bon, elle est aussi guest dans McGyver (snif), Agents of S.H.I.E.L.D, plusieurs épisodes de SuitsHIMYM? etc.

Voilà, autrement dit, « guest-star » = un visage connu dans une série, et c’est tout. Pas compliqué, finalement. Mais les guest-stars pour qui ça se passe vraiment bien peuvent décrocher de plus gros rôles ou juste relancer leurs carrières (coucou Britney !). Finalement, si ce sont mes deux exemples à chaque fois, ce n’est pas pour rien : ces exemples sont marquants car ils sont la définition même de ce que c’est qu’une apparition de guest réussie : ça se retient, ça apporte de bonnes choses.

Pourquoi on l’utilise tant ? On le voit souvent dans les génériques de séries ou dans les crédits qui défilent au début des épisodes, ce qui fait que le terme s’est répandu assez vite chez les sériephiles. En français, on a plutôt tendance à lire « avec la participation exceptionnelle de… » et ça permet de comprendre pourquoi on lui préfère le plus court et plus rapide « guest star ».

Résultat de recherche d'images pour "grey's anatomy alyssa milano"

Et aujourd’hui ? Deux ans après mon premier article, la pratique est toujours aussi populaire et revient parfois en force pour des événements spéciaux, comme les épisodes de SuperBowl ou comme en septembre dernier où ABC nous a fait tout une affaire de sa semaine avec des guests venues du passé (par exemple, deux actrices de Charmed dans Grey’s Anatomy). On voit bien l’intérêt pour les chaînes d’avoir des guest stars, de manière à booster un peu les audiences.

Le terme s’est tellement popularisé qu’on le retrouve aussi parfois ailleurs : « guest star » est désormais utilisé dans l’univers des jeux vidéos, du sport (le catch notamment) ou même au cinéma ! Comme quoi, les séries, c’est pas n’importe quoi et ça influence vachement la culture populaire. En même temps, si vous êtes là, vous le pensiez probablement déjà.

Voir aussi : Le lexique du sériephile

Les meilleures séries post-apocalyptiques

Salut les sériephiles,

Vaste sujet que le thème du TFSA de la semaine, avec Tequi qui propose de revenir sur les meilleures séries post-apocalyptique. Angoisse que ce thème ! J’adore les post-apocalypses, et il est bien trop difficile de n’en choisir que cinq. Quand en plus, il faut les classer, je ne vous explique pas comment ce top m’a laissé sur une belle insomnie hier soir après lecture du titre – oui, j’aime bien réfléchir au TFSA avant de m’endormir, j’avoue tout. Bref, je suis complétement claqué aujourd’hui, mais voici donc le fruit de ma réflexion sur les séries post-apocalyptiques – et disons tout de suite que j’ai considéré comme post-apocalypse toutes les séries nous présentant un monde dans lequel plus de 80% de la population mondiale a été éradiquée.

Image associée

  1. Jericho

Ben évidemment. Je crois que c’est ma première vraie série post-apocalyptique. On a les références qu’on peut ? Franchement, cette série n’était pas si mauvaise… même si son renouvellement en saison 2 était accompagné de beaucoup trop de changements pour vraiment me convaincre. Il faut dire ce qui est, également : je n’en ai plus aucun souvenir. Mais eh, je sais que j’aimais bien me mettre devant la télé pour la regarder.

Résultat de recherche d'images pour "the last man on earth first episode"

  1. The Last Man on Earth

La qualité de la série est trop inégale pour finir plus haut dans le classement : j’ai beaucoup ri au début, puis la série m’a épuisé parce qu’elle passait son temps à voir ses personnages hurler en permanence. Au milieu de ce brouhaha, il y a tout de même eu des idées vraiment intéressantes concernant l’apocalypse, notamment les centrales nucléaires qui détruiraient en fait les quelques survivants d’un virus ayant tué le reste de la population. C’est peut-être même la série la plus cohérente du point de vue de l’apocalypse… alors même qu’elle jouait tout le temps sur son humour bien particulier. Elle me manque et je ne suis pas encore remis de son annulation.

Résultat de recherche d'images pour "the walking dead zombie"

  1. The Walking Dead/Fear the Walking Dead

Allez, d’une pierre deux coups, même si instinctivement, j’avais surtout envie de parler de Fear. Comme la saison 9 de la série-mère a réussi à me raccrocher, il faut bien l’évoquer aussi après tout. J’aime l’univers des zombies, parce qu’il y a de quoi se faire quelques jumpscares efficaces et parce qu’il y a tout un aspect survie qui était plutôt cool… au début. On a ensuite eu une grosse période de flottement où survie et géopolitique cohabitaient, sans parvenir à être intéressantes, ni dans un sens, ni dans l’autre. Les dernières saisons de chaque série ont fini par trouver un bon équilibre, avec un peu plus de géopolitiques, mais encore ce qu’il faut pour être intéressant dans la survie. Bref, ce sont de bonnes séries… par moments.

Résultat de recherche d'images pour "12 monkeys"

  1. 12 Monkeys

Certes, la série ne commence pas tout à fait sur une post-apocalypse, mais au cœur de sa mythologie des voyages dans le temps, il y a quand même un virus qui va décimer la population. Et on a plus d’une fois au cours de la série l’occasion de parcourir ce monde post-apocalyptique pour le découvrir un peu plus. L’idée est là que la nostalgie du passé serait plus forte que le présent, avec l’envie de revenir dans le passé pour annuler cette apocalypse. Eh, ça reste une série post-apocalyptique.

Résultat de recherche d'images pour "the 100 apocalypse"

  1. The 100

Bon, sans surprise, évidemment que cette série qui se déroule cent ans après un accident nucléaire ayant forcé la population à quitter la Terre est ma série post-apocalyptique préférée. Elle est aussi possiblement ma série préférée dans les séries en cours et dont on a une saison par an. Tout est génial : on a le côté survie, on a le côté géopolitique, et à chaque fois, les deux sont suffisamment liés pour rester vraiment haletant. Tout est fait pendant cinq saisons dans le but de survivre, mais justement :

Résultat de recherche d'images pour "life is about more than just surviving"

Ainsi, la recherche d’une maison est aussi au cœur de la série. Chacun veut son lieu de vie, avec ses problèmes, et ça ne se termine pas toujours bien. Je dirais même que ça termine rarement bien. Pour ne pas dire jamais. Bref, vous avez l’idée, c’est passionnant parce qu’on cherche les mêmes solutions qu’eux, sans les trouver parfois ; et parce qu’on est en permanence surpris.

Résultat de recherche d'images pour "kree agents of shield season 5"

Dans les séries que j’aurais aimé citer et que j’ai mis de côté parce qu’elles n’étaient pas que post-apocalyptiques, il y a tout de même Future Man, la saison 8 d’American Horror Storyet la saison 5 d’Agents of S.H.I.E.L.D. En tout cas, ce TFSA me fait prendre conscience aussi que l’apocalypse est la menace de nombreuses séries, mais qu’après tout, il y a de quoi faire des histoires intéressantes une fois qu’elle a eu lieu. Espérons que les chaînes britanniques liront cette conclusion, parce qu’il y en a un peu marre des séries qui se terminent sur l’apocalypse et nous abandonnent là. Coucou You, me and the Apocaypse, Hex et autres The Fades