Arrow – S01E13-23

Spoilers

Retrouvez ci-dessous la critique détaillée des épisodes 13 à 23 de la première saison d’Arrow.

14.jpgÉpisode 13 – Betrayal – 15/20
Laurel, he’s a murderer!

Oh, Julian Sark sort de prison. Bon, il ne s’appelle pas comme ça dans cette série, mais je suis bien heureux de retrouver cet acteur que j’adorais dans ALIAS avec un rôle tout aussi dérangé que dans celle-ci vu son intro où il poignarde un homme. Ca, c’est fait. Il s’appelle Cyrus Vanch et n’est vraiment pas un gentil.

Il est présenté rapidement par Laurel, qui a le droit à Thea comme stagiaire et à une nouvelle collègue, Anastasia. C’est là l’intrigue principale de l’épisode, avec une Laurel qui appelle le justicier pour obtenir une faveur de sa part. Oliver court pour l’aider et finit par lui donner RDV, un rendez-vous dont les flics ont connaissance grâce au téléphone. Cela permet à papa Lance de récupérer le cas du justicier (qu’il venait de reperdre à l’écran, comme il y a quelques épisodes, j’imagine au cas où on aurait oublié).

La rencontre entre Laurel et le justicier se déroule au beau milieu d’un rencard entre Laurel et Tommy, et elle se déroule plutôt mal avec l’intervention policière. Bien évidemment, Olivier s’en tire et cette fois j’ai chopé le nom du père de Laurel, Quentin.

Bref, c’est un nouvel échec pour la police ; mais aussi pour Tommy qui découvre que Laurel lui ment depuis des mois en ne lui disant pas qu’elle travaille avec le justicier. Il est vexé et s’en plaint à Oliver, qui joue les idiots de service aux bons conseils, à chaque fois.

Le vrai problème dans cette affaire, c’est que Vanch a lui aussi vent de cette histoire entre le justicier et Laurel. Comme il a déjà une dent contre Laurel, il s’attaque à elle et ça fonctionne à merveille. Oh, elle sait se défendre, une scène top même si on sait comment ça va se finir, mais pas contre un taser.

Il laisse un message très clair pour contacter le justicier. C’est Tommy qui découvre l’enlèvement de Laurel et s’en plaint à Quentin.

Ce dernier comprend qu’il y a une taupe de Vanch au commissariat et que c’est pour ça que Laurel est enlevée, donc il contacte le justicier, même si c’est contre tout ce en quoi il croit. Cela suffit néanmoins à récupérer Laurel et la laisser saine et sauve en fin d’épisode. Oh, Vanch était à deux doigts de réussir, mais il n’avait pas pensé à une association entre lui et la police. C’est ridiculement simple comme intrigue, mais il y avait de bons moments malgré tout.

Le justicier dit surtout au revoir à Laurel en fin d’épisode, car il n’aime pas du tout le danger dans lequel elle se trouve à cause de lui.

Concernant le fil rouge de la saison, Oliver doute à présent de sa mère grâce à la liste donnée par Felicity confronte donc sa mère à propos de la liste. Celle-ci accuse évidemment le père de son fils… avant de brûler la liste en question, ce qui éveille encore plus les suspicions de Diggle. Ce dernier décide alors de servir de chauffeur à Moira pour mener l’enquête de son côté, une enquête qui manque totalement de discrétion et irrite un peu plus Oliver.

Toutefois, il y a du bon à cette enquête puisqu’il écoute une conversation entre Moira et Malcolm à propos de Carl Ballard et surtout à propos des débris du Queen’s Gambit. Une conversation bien compromettante qui finit dans les mains d’Oliver après une jolie ruse de Diggle pour garder l’enregistrement. Du coup, Oliver de s’attaquer à sa mère en tant que justicier pour obtenir des infos sur elle. Eh bah ! Je crois bien que c’est l’une des premières fois qu’on voit Oliver s’en prendre à une femme – hormis les combattantes, type la Triade. Y a que des hommes riches dans la ville, des hommes riches et Moira Queen qui tient sa fortune… d’un homme riche. Sympathique pour le féminisme cette série dis donc ! Bon, au moins, c’est un chouette cliffhanger.

En flashback, Oliver se croit dans LOST avec un avion écrasé sur l’île. Il tombe sur un type qui veut le tuer (enfin, c’est plutôt le type qui lui tombe dessus du coup) mais change d’avis quand Oliver dit venir de la part de Yao Fei. Du coup, il comprend qu’Oliver est là pour l’aider, mais il se rend surtout compte que son nouvel allié est un boulet incapable de se battre.

En toute logique, il veut donc le tuer, mais comme Oliver prouve qu’il est au moins résistant à la douleur, l’homme finit par se présenter comme étant Slade Wilson. Ils font équipe, mais Oliver a du mal à faire confiance à cet homme qui a le même masque que celui qui l’a torturé. Wilson dit faire partie d’ASIS, les forces spéciales australiennes. Rien que ça.

13.jpgÉpisode 14 – The Odissey – 16/20
You can’t blow out this island.

L’épisode nous remontre le cliffhanger du précédent épisode pour nous informer qu’Olier a mis un micro dans le bureau de sa mère. Celle-ci parvient à convaincre le justicier de ne pas la tuer… pour mieux lui tirer dessus par surprise.

Du coup, Oliver est blessé par balle et n’a d’autres choix que de se planquer dans la voiture de Felicity. Et voilà, celle-ci découvre enfin son identité secrète. Il serait temps, mais je suis dégoûté qu’elle ne la devine pas d’elle-même, ça aurait été beaucoup plus sympathique à voir. Bref, Oliver lui demande de le ramener à l’Arrowcave où Felicity retombe sur Diggle.

Là-bas, il y a heureusement tout ce qu’il faut pour sauver Oliver, inconscient pour une bonne partie de l’épisode. Et quand Oliver est inconscient, que fait-il ? Il se souvient de son passé bien sûr !

Dans les flashbacks, Oliver continue son entraînement physique auprès de Slade Wilson. On comprend donc comment il fait pour se battre si bien au corps à corps désormais. Le plan de ces deux-là est de s’arranger une fuite de Lian Yu, mais Oliver préfère rêver de Laurel.

Le lendemain, il part donc en expédition avec Wilson et met le pied sur une mine. J’vous jure, c’est vraiment un boulet cet Oliver. Bon, finalement, on s’en fiche pas mal et ça ne servait à rien d’autre que nous faire une mini scène d’action inutile, avant de les amener à papoter au coin du feu la nuit suivante. Une journée vite expédiée donc.

On apprend de Wilson que l’homme ayant torturé Oliver il y a quelques épisodes s’appelle Billy Wintergreen et que c’est l’ancien partenaire de Wilson. Jusque-là, rien de bien nouveau, on avait deviné tout ça pendant l’épisode précédent, mais ce n’est pas le cas d’Oliver, définitivement très stupide sur l’île. Il pense même pouvoir redevenir pote avec Laurel en rentrant – bon, finalement, il avait raison, mais ce serait improbable.

Pendant la nuit, l’opération fugue de l’île commence pour Wilson et Oliver. Ce dernier doit arrêter tout seul un homme, n’y arrive pas mais y arrive finalement grâce à l’aide de Wilson. Il passe ensuite un coup de fil à une très jeune Laurel, mais n’ose pas lui parler et est arrêté par son allié. Ensuite, ils réussissent ensemble à rassurer l’avion qui vient les chercher avec le bon mot de passe tiré de l’Odyssée. Autant vous dire que j’ai lu l’Odyssée plus d’une fois moi aussi, mais de là à connaître par cœur une citation dans un moment de stress… nope. À la rigueur, oui, j’aurais su que ça venait de là, mais c’est tout.

Alors que Wilson envisage de faire exploser l’île, Oliver retourne auprès de Yao Fei pour le prévenir… sauf que cela ne sert qu’à le faire capturer. Youpi, un vrai boulet. Bon, il ne pouvait pas savoir que Yao Fei ne voudrait pas partir en revanche – clairement Fyers a une otage.

Wintergreen est chargé de tuer Oliver, mais celui-ci a quelques connaissances désormais et parvient à s’en tirer, grâce à l’aide de Wilson, finalement revenu pour lui. Wilson tue ainsi Wintergreen, mais se prend une balle de Fyers dans le bras. Oliver le soigne ensuite et tout va bien.

Il est confirmé ensuite que Fyers a comme otage Shado, la fille de Yao Fei. C’est juste pour cela qu’il trahit son ami. Ah, et aussi Oliver a le même tatouage qu’elle à l’épaule.

Dans le présent, Felicity fait genre auprès de Diggle qu’elle avait tout deviné avant alors qu’elle a dit tout le contraire dans sa voiture. Bon, certes, elle se doutait que quelque chose se tramait, mais on sent une pointe de mauvaise foi quand même. La scène est toutefois sympathique et leur permet de devenir pote.

Ah aussi, Oliver fait une crise cardiaque à un moment, mais Felicity est capable de réparer son défibrillateur, ce qui permet de lui sauver la vie. Nous faisons plusieurs allers retours avec les flashbacks, et chaque fois, ça casse le rythme, que ce soit dans le présent ou le passé. Bref, les deux intrigues sont intéressantes, mais leurs liens auraient pu être mieux gérés.

Bien sûr, Felicity s’inquiète un peu de tous les morts causés par le justicier – surtout qu’on ne nous parle jamais de tous ses pauvres figurants hommes de main qui finissent tout le temps à terre, avec une flèche plantée en eux, à la Minecraft.

Oliver finit par se réveiller, et il est rapidement en pleine forme. Il propose un poste permanent à Felicity, mais celle-ci refuse. Elle veut juste l’aider à retrouver Walter. Diggle n’est pas trop pour intégrer Felicity à l’équipe, car il s’inquiète pour sa sécurité.

Il remet également sur le tapis Moira, parce qu’il ne lui fait pas confiance et qu’ils la savent désormais impliquée. Comme ils ne savent toutefois pas dans quoi elle est impliquée, Oliver déclare qu’elle doit rester en-dehors de leur investigation. Mouais.

Il finit par rentrer chez lui, faire semblant de s’indigner de la disparition de l’échantillon de son sang (merci Felicity) et pouf, il est assez en forme pour un câlin de sa mère appuyant bien sur sa blessure. Normal.

C’était un bon épisode, même s’il était souvent frustrant par ses changements de rythme et d’intrigue. Au moins, j’ai eu l’impression qu’on avançait bien, pour mieux reculer à la fin quand Oliver décide de ne pas approfondir l’enquête sur sa mère. Mais bon. Je note aussi que la série jongle plutôt bien avec son casting. Même quand la moitié de celui-ci est absent (ou n’est là que pour une minuscule scène), la série réussit à rester au même niveau d’intérêt.

C’est un bon point, mais ça veut dire aussi que je ne suis pas plus attaché que ça aux personnages. Après 14 épisodes, ça commence à devenir embêtant.

15.jpgÉpisode 15 – Dodger – 15/20
Contrary to popular opinion, I have a life.

L’épisode débute avec un vol de diamant hyper prévisible par un gardien clairement pas dans son état normal. Il est effectivement menacé de mort par un collier qui risque bien de le faire exploser à tout moment. On tient le méchant de l’épisode.

À l’Arrowcave, on a déjà oublié qu’Oliver vient de se prendre une balle dans l’épaule puisqu’il s’entraîne comme un dingue. Putain, il m’a fallu trois jours pour me remettre de l’anesthésie de mes dents de sagesse les gars, lui il est déjà sur pied à donner des coups de poing à peine trois jours après. J’adore les séries.

Il décide d’aller s’attaquer au gardien qui a un enfant, ce qui rebute Felicity. Elle tente de le stopper, puis démissionne. Mouais. Elle change vite d’avis quand Oliver et Diggle décident de s’en prendre au Dodger (littéralement tire-au-flanc, hein), le cambrioleur au collier qui tue ses otages s’ils ne font pas ce qu’il veut.

Elle accepte. Ils l’emmènent au fast-food de Carly où la nouvelle dynamique du trio se met en place et promet d’être intéressante par la suite. J’ai beaucoup aimé la scène là-bas, avec Felicity insistant pour que Diggle demande un rencard à Carly. Perso, je n’ai jamais trouvé que leur relation crevait l’écran, mais tout le monde semble d’accord, même elle. Les voilà donc en rencard. Malheureusement, ça se passe mal, puisque Diggle a la bonne idée de parler de son frère. L’ex-mari de Carly donc.

En échange du rencard Carly/Diggle, Oliver se retrouve forcé d’en demander un à McKenna, sa pote flic vue il y a quelques épisodes. Là aussi, ça se passe mal, parce qu’elle pose toutes sortes de question sur l’île. Logique, en même temps. Bon, ça permet toutefois à Oliver de savoir que McKenna a une bonne piste pour arrêter le Dodger.

Comme d’habitude en milieu d’épisode, Oliver confronte donc le méchant, mais ce dernier parvient à s’enfuir. C’est un côté procédural de plus en plus blasant quand j’avance.

Le nouveau plan est de mettre en place un appât pour arrêter le Dodger avec des bijoux offerts par la famille Queen. Cela fonctionne et Felicity a l’excellente idée de confronter toute seule le voleur. Elle se retrouve donc avec un collier. Je ne sais pas dans quel monde quelqu’un d’aussi malin que Felicity est supposée se laisser avoir comme ça. C’est rigolo, un coup c’est une véritable génie, un coup, elle est considérée par les scénaristes comme totalement stupide. À souffler le chaud et le froid comme ça, je finis par ne plus trop savoir quoi penser d’elle – ou de la série. Sans cette partie beaucoup trop grosse pour que j’y crois, l’épisode aurait probablement eu une meilleure note.

Bon, elle survit évidemment et Oliver parvient à arrêter le Dodger beaucoup trop simplement par rapport au grand-méchant qu’on nous proposait.

En parallèle, Laurel emmène Thea dans un quartier pourri où elle se fait voler son sac par le beau gosse du coin. Sans aucune logique ou crédibilité, Thea parvient à le retrouver grâce à une chaîne de porte-feuille.

Elle fait appel à Laurel pour que son père arrête le voleur, Roy, et assiste à son interrogatoire. Thea y découvre qu’elle a de la chance d’être une privilégiée, alors que son voleur doit faire avec une mère droguée au Vertigo.

En conclusion de l’épisode, elle le retrouve et récupère ainsi son sac. Comme l’acteur est plutôt canon, il est évident dès le début qu’il a toutes les chances de rester un peu plus d’un épisode. Après tout, Thea a besoin d’une intrigue ; et pourquoi pas une intrigue amoureuse comme c’est le thème de l’épisode. J’attends de voir la suite, parce qu’il lui avoue avoir menti sur son histoire triste (mais je pense que c’est précisément ça le mensonge).

Oui, parce que finalement, Carly et Diggle continuent leur rencard le lendemain et ça finit par un joli baiser. Il en va de même pour Oliver et McKenna, mais Quentin débarque pour lui confier le cas du justicier. Forcément. On se retrouve dans une situation amoureuse classique.

Moira reçoit la visite de Frank, un chinois dont on ne sait rien mais qui semble être un bon ami à elle, un ami à la Malcolm. Moira lui demande de quitter le groupe, puis lui demande de trouver un indice sur l’endroit où est retenu Walter. Il commencerait à être temps de le retrouver, c’est vrai que ça fait un moment.

En tout cas, Frank file le numéro de la Triade à Moira et elle en profite évidemment pour convaincre celle-ci de poursuivre et tuer Malcolm. Cela fera plaisir à Tommy quand on le retrouvera dans la série.

En flashback, le suspense consiste à savoir si Blade Wilson survivra à sa blessure ou non. Il tombe aussi sur un prisonnier dans un très sale état ; qui lui demande de l’aide. Il s’appelle Alan Durand et a tout du français, du nom à l’accent. Bizarrement, j’ai eu du mal à le croire, et Oliver aussi. Du coup, il a fait le choix de le laisser pourrir. Comme pour le voleur de Thea, je pense qu’on le reverra vite ; et la suite me donnera raison ou non.

16.jpgÉpisode 16 – Dead to Rights – 17/20
You’re the vigilante. Why?

Guillermo Barrera arrive en ville. C’est notre grand méchant du jour et il maîtrise grave vient les mini-lames de couteau. Alors que la police est à ses trousses, Oliver le met rapidement K.O. Cette pauvre McKenna arrive sur les lieux trop tard pour faire quoique ce soit, et cette mort empêche de savoir qui était la cible de Guillermo. Bon, tant pis pour le grand-méchant du jour du coup.

Felicity doit s’occuper de craquer son portable, mais on comprend très vite qu’il s’agissait du père de Tommy, malgré tout le suspense qu’ils tentent de conserver.

Dans l’Arrowcave, Felicity commence à s’entraîner avec Diggle et prend de plus en plus ses marques comme un membre de l’équipe. Elle n’a pas l’air trop effrayée d’être entraînée dans un truc totalement illégal.

Pour l’anniversaire de Tommy, la série nous propose un double rencard avec McKenna et Oliver se rendant chez Laurel. La fête est interrompue par Malcolm qui souhaite que son fils lui rende un service – mais ce n’est pas son avis. Le lendemain, Oliver tente de faire changer Tommy d’avis parce que dis donc, c’est son papa quand même. Le but est surtout de profiter de ce repas au chinois pour enquêter sur la mafia voulant tuer quelqu’un en ce moment – Malcolm Merlyn donc. Et il est facile d’obtenir des informations en parlant un chinois parfait (soi-disant, je ne serais pas juge de ça, hein).

Pendant ce temps, la Triade embauche un tueur déjà vu dans l’épisode 3 et en passe d’obtenir le look de perso de comics qu’il doit avoir : Lawton, alias Deadshot et son faux œil gracieusement offert par la Triade.

Oliver embarque McKenna dans un rencard juste au-dessus de l’Arrowcave. C’est à peine risqué comme stratégie déjà. Cela n’empêche pas Felicity de découvrir la cible de l’épisode et de faire prévenir son boss, donc tout va bien.

En parallèle, Moira continue d’être mouillée jusqu’au cou dans le groupe de Malcolm, alors même qu’elle est responsable du contrat sur sa tête. Elle se rend à son gala, de même que Tommy convaincu par Oliver et la Triade.

Malcolm nous fait un joli discours sur le fait que, dis donc, il n’a pas fait que du bien à la ville et cela fait culpabiliser Moira, surtout quand elle voit Tommy. Il est trop tard pour annuler la tentative de meurtre de toute manière.

Si Oliver arrive à temps pour s’en prendre à la chef de la Triade, il ne peut la mettre hors état de nuire à cause de McKenna qui arrive aussi à temps pour stopper leur duel. Pendant ce temps, Malcolm embarque Tommy avec lui dans une Panic Room qui possède malgré tout des vitres. C’est complétement idiot comme Panic Room, et Lawton n’a aucun mal à utiliser un bazooka (ou équivalent) pour atteindre sa cible, qu’il empoisonne ensuite avec deux de ses balles, et malgré un gilet pare-balle.

Le justicier arrive à temps pour sauver Malcolm du poison, mais Tommy ne lui fait pas confiance. En toute logique et à ma grande surprise qui pensait que ce moment n’arriverait pas avant au moins la deuxième saison, Oliver révèle donc son identité à Tommy.

Comme je vois cet épisode dans la même soirée que le 14, ça fait pas mal de choses à digérer car Felicity vient tout juste de découvrir qu’Oliver était le justicier. Faut y aller mollo, messieurs les scénaristes. En même temps, avoir Felicity dans l’équipe a ajouté de l’humour et pas mal de bonnes surprises ; je l’apprécie de plus en plus. Peut-être qu’il en ira de même pour Tommy!

Celui-ci se sent complétement con et entre dans un état catatonique, mais il se laisse faire pour sauver la vie de son père, avant de couvrir Oliver quand Quentin trouve louche que le justicier sauve Malcolm, évidemment. Un de plus dans la confidence. Et en plus, Diggle découvre que Lawton, le meurtrier de son frère, est toujours en vie. Oups. Voilà de quoi donner de l’intérêt à la suite de cette saison, donc.

À l’hôpital, Malcolm raconte à son fils ce qu’il a fait à la mort de sa femme : il a trouvé un sens à sa vie. Pour la deuxième fois de l’épisode, il était sur le point de révéler son identité à son fils, mais en fait non. Cela aura fait beaucoup pour Tommy en même temps.

Il confronte Oliver pour savoir… s’il lui aurait avoué un jour sans ça. Tommy se sent trahi, mais moi à sa place, ma question aurait été : « est-ce que Laurel sait ? ». Enfin bon. En parallèle, Moira reçoit une menace de mort indirecte de la part de Malcolm qu’elle vient voir à l’hôpital. Loin d’être idiot, il sait que quelqu’un de son clan l’a trahit… et ça ne lui plaît pas. Il ne lui reste qu’à trouver l’identité de la taupe.

En flashback, Oliver et Wilson tentent de trouver un nouveau moyen de se barrer de l’île tout en s’entraînant. Oliver parvient à réparer une radio… ou presque, en tout cas : ils peuvent écouter ce qu’il se dit, mais pas communiquer. C’est con. Cela leur permet de savoir que Fyers contacte des gens en-dehors de l’île, notamment « Scylla », un nom de code inspiré de l’Odyssée et désignant une arme capable de déclencher une guerre, youpi.

Oh et au milieu de l’épisode, Laurel reçoit un appel de sa mère, mais elle l’ignore… donc forcément, en fin d’épisode, elle se pointe et nous fait le cliffhanger de l’épisode en déclarant que Sara… est peut-être en vie.

Je ne veux spoiler personne, donc attention, je spoile la suite de l’Arrowverse, genre euuh Legends of Tomorrow au moins, mais les scénaristes se sont tapés un petit kiff avec une photo de l’enfance de Sara et de son canari. J’ai ri, mais eh, je n’étais pas censé comprendre la blague sur Black Canary – à moins d’être un grand fan des comics, ce que je ne suis pas, vous l’aurez compris. Du coup, le cliffhanger était totalement annoncé plus tôt dans l’épisode, et c’était bien géré.

D’ailleurs, je crois bien que c’était leur meilleur épisode jusqu’à présent, parce qu’il se passe finalement vraiment beaucoup de choses – le début me paraît tellement loin avec un meurtrier dont on ne saura rien, si ce n’est qu’il parlait espagnol et avait une bonne réputation. On entre dans le dernier tiers de la saison avec – j’imagine même que la diffusion s’est peut-être arrêtée un temps (flemme de chercher, j’avoue) à l’époque.

17Épisode 17 – The Huntress Returns – 16/20
I’m here because I believe Sara is still alive.

Vavavoom ! L’épisode commence par Vavavoom ! Je me sens vieux de me dire que ça a déjà six ans. Helena revient donc dès le début comme le titre nous l’indique, et elle a une arbalette. Cela lui permet de tuer un homme et il n’en faut pas plus pour que Dig se mette sur sa piste. C’est con, pour une fois, Oliver voulait juste passer du bon temps. Et oui, il s’apprête enfin à ouvrir son club, le Verdant, même si ça fait 15 épisodes qu’on ne l’a pas vu faire quoique ce soit pour ça. Il en parle à McKenna très heureuse d’avoir l’occasion d’un rancard de plus.

Le problème, c’est qu’Helena débarque dans la vie d’Oliver comme si de rien n’était, en parlant directement à Thea. Son plan est clair : elle veut l’aide du justicier pour tuer son père et éviter qu’il ne s’échappe. Et si Oliver refuse, et bien, ce n’est pas très grave, Helena sait comment le persuader, puisqu’il a une famille.

Tommy et Oliver ont également l’occasion de s’expliquer… mais ça tourne court, car Tommy est simplement vexé par son meilleur ami.

Oliver ouvre donc le Verdant, ce qui est une belle occasion de réunir tout le casting dans un lieu à la musique bruyante où tout le monde s’entend parler comme si de rien n’était, où Tommy oublie complètement la vie de Laurel (j’y viens, j’y viens) ou l’identité d’Helena. C’est con, parce qu’elle le menace (et oui, Oliver a fait protéger sa famille) pour forcer Oliver à l’aider. Contre l’avis de Dig, Oliver s’associe à Helena et Felicity débarque au pire des moments, histoire de bien s’assurer qu’Helena connaisse tous les points faibles d’Oliver.

S’ils partent en mission ensemble, Oliver et Helena sont séparés en cours de route et c’est tant mieux. En effet, la police parvient à arrêter Helena. Le suspens devient alors de savoir si elle va balancer ou non Oliver avant qu’il ne s’arrange pour la libérer. C’est rapidement chose faite, mais elle parle quand même d’Oliver à McKenna, ce qui est problématique pour la suite.

Comme la police sait qu’Helena traque son père, la piste est impossible à suivre pour elle. Du coup, Oliver lui achète un ticket pour Rome et s’en débarrasse. Bon, pourquoi pas, mais comme d’habitude, la fin est précipitée avec cette évasion du commissariat et des retrouvailles Oliver/McKenna qui se passent à merveille.

Comme je suis mauvaise langue, Helena revient pour martyriser Felicity. Je m’attendais à ce que ce soit pour l’épisode suivant, pas tout de suite. Grâce à Felicity, elle obtient donc l’adresse où son père est protégé par le FBI et s’y rend. Par chance, Felicity laissait un message à Oliver au moment où Helena la surprenait, du coup, il peut s’y rendre et arrêter Helena.

Malheureusement, cela ne se fait pas sans heurt : Helena tire sur McKenna. Celle-ci ne meurt même pas, ce n’est pas si drôle. Je l’aimais bien, mais elle décide de déménager pour sa rééducation, qu’elle fera avec sa sœur. C’est franchement très triste comme fin, précipité, mais moins prévisible et réussi. En plus, Oliver parvient à se réconcilier avec Tommy.

De son côté, Laurel retrouve plus vite que prévu son père… pour lui parler de sa mère et de la possible survie de Sara. L’archipel où le bateau a coulé est un ensemble d’îles où elle aurait très bien pu survivre, surtout qu’un touriste a pris une photo d’une nana lui ressemblant beaucoup. Bien sûr, Quentin ne veut pas en entendre parler, mais Laurel le fera changer d’avis peu de temps après.

Cette pauvre Laurel est donc en plein doute pour savoir si Sara est encore en vie ou pas, et elle ne peut même pas compter sur Tommy, distant avec elle… et gardant le secret d’Oliver, bien sûr. C’est dommage pour cette relation que je commençais à bien aimer et qui bat déjà de l’aile.

En fin d’épisode, Quentin s’avoue prêt à écouter son ex-femme à propos de Sara. En bref, on n’avance pas spécialement depuis l’épisode précédent, mais on se met en chemin.

Enfin, sans surprise, Thea retrouve Roy dans le quartier des Glades… et hop, elle lui propose un job au Verdant. Elle s’arrange avec Oliver, puis Tommy pour que ça se fasse, mais Roy ne se rend finalement pas au club pour son job.

Thea se rend une nouvelle fois dans le quartier pour le confronter, et elle finit par se faire agresser. Roy débarque et semble maîtriser des mouvements qui pourraient faire rougir le justicier. Il la sauve, mais se fait quand même blesser par un couteau. Bref, Thea l’emmène à l’hôpital où elle l’embrasse parce qu’il a peur des aiguilles (et moi non plus, je ne vois pas en quoi une blessure au couteau impose une piqûre quelconque. Je ne suis pas médecin, mais bon, ça me paraît être n’importe quoi).

Quant aux flashbacks, je n’ai pas spécialement pris la peine de suivre ce qu’il se passait, mais grosso modo Wilson et Oliver sont partis dans une nouvelle mission contre Fyers et ses potes. Cela leur permet d’obtenir une carte-mère qu’ils peuvent échanger avec Fyers contre un moyen de quitter l’île. C’était particulièrement inintéressant – surtout que vlà les enjeux quand on sait qu’Oliver en a encore pour quatre ans à tirer sur l’île.

18.jpgÉpisode 18 – Salvation – 17/20
Grr stop being bad or I’ll arrow you!

John Nickel est le méchant de l’épisode, et même Felicity est motivée à le faire tomber. En fait, elle a refusé d’aider Oliver, mais elle a la même morale & envie d’arrêter le mal qui envahit la ville que lui, alors bon, c’est vite vu.

Le problème, c’est que quand Oliver se pointe chez Nickel, il est déjà trop tard : celui-ci s’est fait enlever. Il demande donc à Felicity de trouver qui a pu l’enlever, et même elle ne suit pas trop sa logique de vouloir retrouver le grand méchant maintenant que quelqu’un s’est occupé de lui. Oui, mais c’est bien Oliver qui a raison : il s’est fait enlever par le Sauveur, un justicier qui tue devant caméra les grands méchants de la ville.

Très vite, donc, Nickel est assassiné et on passe à une nouvelle victime : un procureur qui obtient dix minutes pour sauver sa vie. La course contre la montre pourrait être géniale, mais elle est interrompue par de nombreuses scènes secondaires qui donnent bien du mal à y croire.

Bon, pour la première fois de la série, Felicity se plante et ne parvient pas à sauver le procureur, donnant des informations fausses à Oliver : le grand méchant du jour est très doué pour semer les traqueurs comme Felicity. En revanche, la police, nous n’en entendrons pas parler cette semaine – heureusement qu’Oliver est là. Ce n’est pas comme si le méchant était discret à diffuser sa vidéo en direct, pourtant.

Sinon, Oliver, lui, passe son temps à se couper de ses amis et de sa famille pour ne pas les mettre en danger après ce qu’il s’est passé avec Helena. C’est tout à fait logique, mais cela inquiète Diggle.

Pendant ce temps, Thea passe du bon temps avec Roy, mais elle découvre aussi qu’il est une petite frappe et qu’il a désormais un flingue. Si elle s’enfuit, il n’empêche qu’elle est amoureuse et demande conseil à Laurel… sauf que Laurel a autre chose à faire.

En effet, Quentin et son ex-femme sont sur la piste de Sara, ce qui déçoit fortement leur fille. Elle pensait que son père ferait changer d’avis sa mère, pas l’inverse. Finalement, si elle se dit déçu par ses parents, elle n’est pas mieux et mène sa propre enquête, ce qui lui permet de retrouver la trace de la femme sur la photo aux États-Unis.

Il s’agit de Jenn, une simple touriste américaine qui n’a rien à voir avec Sara. Hop, une fausse piste éliminée.

Thea, de son côté, tente de faire changer Roy, mais c’est inutile. Pire : elle lui a fait vider son pistolet la veille et un homme les attaque, enlevant Roy. Bien sûr, il s’agit du Sauveur. Plutôt que d’aller voir la police, Thea décide d’aller prévenir son frère et Tommy, qui a déjà reconnu Roy.

Il n’en faut pas plus pour qu’Oliver se remette sur la piste du tueur ; et cette fois avec succès parce que Diggle comprend qu’il est dans l’ancien métro. Sans perdre de temps, Oliver les rejoint et sauve la vie de Roy qui était pourtant prêt à mourir. Le problème c’est qu’il lui sauve la vie en tuant le grand-méchant. Cela fait un choc à Roy, mais être sauvé par le justicier risque bien de lui donner des idées. En tout cas, il retrouve Thea qui… décide d’aller se remaquiller quasiment aussitôt. Il est beau le couple.

Du côté des Lance, la situation s’envenime encore quand la mère de Laurel révèle qu’elle a vu Sara avec sa casquette le jour de sa disparition. Elle savait ainsi qu’elle partait avec Sara et l’avoue à Quentin et Laurel. Bam, dans la face.

Déprimée, elle se rend au Verdant pour parler à Tommy, mais il n’y a qu’Oliver là-bas. Les deux recommencent à échanger des regards pas si chastes et Oliver dit ne plus vouloir vivre sur une île. Manquait plus que ça.

Pendant ce temps, Malcolm continue son enquête pour savoir qui a tenté de le tuer, tenant Moira au courant de chacune des étapes… C’est parfait pour inquiéter cette pauvre Moira, qui trahit sans scrupule Chen, son ami. Elle fait ainsi face à l’archer noir qui n’hésite pas à tuer Chen et menace également la fille de celui-ci. Moira réussit à l’en dissuader, mais cette trahison risque de la poursuivre psychologiquement pendant longtemps.

En flashback, Oliver & Wilson galèrent à obtenir leur bateau de Fyers. Dans le genre pas intéressant… Fyers propose ainsi un échange bien plus intéressant : la puce contre la vie de la fille de Yao Fei. Le problème, c’est qu’il n’avait pas prévu que celle-ci était une guerrière largement capable de s’échapper par elle-même. Forcément. La révélation fonctionne plutôt bien. Et bien sûr, elle parle aussi anglais, hein, sinon ce ne serait pas drôle. L’épisode se termine finalement avec un Fyers ayant récupéré la carte permettant de faire fonctionner un missile nucléaire et Yao Fei sacrifié aux méchants pour sauver sa fille. Youpi.

Heureusement que toute la série n’est pas au niveau des flashbacks, parce que sinon, on s’embêterait beaucoup. À l’inverse, en fait, l’intrigue dans le présent était vraiment intéressante et donnait un rôle à chacun ; ce qu’ils n’ont que rarement réussi à faire dans la série. Le cliffhanger est lui aussi plutôt bon : Oliver découvre que le logo du groupe de méchants qu’il traque (et qui est sur le carnet qui contient la liste) représente en fait les lignes de métro passant sous le quartier des Glades ; le quartier mal famé de Starling City où vit Roy et où se trouve le Verdant. Cela fait quelques épisodes qu’il est vraiment au cœur de la série, donc on peut dire que c’était bien amené – et ça fait avancer le fil rouge à quelques épisodes de la fin !

19.jpgÉpisode 19 – Unfinished Business – 15/20
I thought the Vigilante finished off the Count.

Une cliente du Verdant finit renversée su une route pas loin à cause du Vertigo. Quentin débarque au club pour avertir Tommy et Oliver, espérant qu’ils soient plus vigilants avec leurs clients. Oliver repart aussitôt sur la trace du Conte, mais celui-ci est bien allumé et il ne peut rien en tirer. Quentin est sur la même piste, pour rien.

Pour rien ? Pas forcément. Il a beau être totalement dérangé, il parvient à s’enfuir de l’asile assez rapidement, énervant autant Oliver que Quentin, même si les deux n’ont pas du tout la même piste.

Oliver suit la piste de la drogue, grâce à l’aide de Felicity et Diggle. Il remonte rapidement la trace d’un trafiquant, et ça finit mal, avec des explosions et des balles perdues.

En plus de tout ça, il doit encore faire attention aux victimes du Vertigo qui pètent des câbles, notamment un homme prenant des otages à l’aquarium. Alors qu’il veut sauver l’homme, il arrive trop tard – ou son arrivée fait stopper son cœur, au choix. C’est con, et c’est une nouvelle défaite pour le justicier qui les enchaîne dans cet épisode.

Quentin se concentre lui sur une piste qui ne plaît à personne : celle de Tommy. Il est drôlement suspect, avec un message de la victime sur son portable et 10 000$ manquants dans les comptes de Verdant. Laurel n’apprécie pas spécialement que son père vienne faire son boulot d’interrogatoire de Tommy directement chez elle, mais elle le protège immédiatement.

L’argent ? Tommy l’a payé pour qu’une inspection du club n’ait pas lieu ; et il refuse aussi que Quentin fouille le club. Celui-ci revient donc avec un mandat de perquisition qui lui permet de découvrir le sous-sol du club. Heureusement, Tommy a tout planqué des affaires du justicier, sans prévenir Oliver qui se voit donc bien soulagé de l’apprendre – mais se dispute malgré tout avec Tommy qui voit bien que le club n’est qu’une façade pour Oliver alors que pour lui, c’était plus que ça.

Dans cet épisode, on découvre également que Diggle a un neveu. Enfin, je crois qu’on le découvre, je n’ai aucun souvenir du fait que Carly était censée être maman. Du coup, en parallèle de tout ça, Diggle et Felicity s’avèrent continuer l’enquête sur Deadshot dans leur coin. C’est du beau. Ce n’est pas bien intéressant dans cet épisode, mais ça pourrait l’être par la suite.

Oliver découvre la vérité assez vite puisque Diggle lui avoue son compte personnel avec Lawton. Si cela l’énerve, il ne peut que difficilement le lui reprocher, puisqu’il fait la même chose avec le Conte. Cela n’empêche pas les deux de se retrouver malgré tout en froid. Il comprend, grâce à un rapport d’autopsie et l’aide de Felicity, que le Conte n’a en fait jamais quitté l’hôpital psychiatrique.

C’est assez intéressant car quand il se rend là-bas, le Conte est bien complétement cinglé. Il est aussi prisonnier : c’est son médecin qui a relancé le Vertigo, en ajoutant un médicament dedans ; médicament posant problème et tuant certains des drogués, comme le preneur d’otage. Oliver est tellement surpris que le Conte soit véritablement cinglé et innocent qu’il se laisse prendre en otage à son tour.

Son identité secrète est découverte par le médecin qui décide de lui donner une petite overdose, mais heureusement, Oliver a son antidote anti-drogue tout droit venu de l’île (c’est toujours pratique comme solution-miracle) et une flèche explosive qui lui permettent de s’en tirer. Bon, ça aide aussi d’avoir un Diggle pour l’aider, clairement. C’est cool, parce qu’après leur engueulade, Oliver pensait que Diggle l’avait laissé tomber. En fait, ce n’est tellement pas le cas qu’il tue pour lui.

Quant à Oliver… Il décide finalement de ne pas tuer le conte, par pitié pour lui, maintenant qu’il est vide. En rentrant au Verdant, Oliver découvre que Tommy décide quant à lui de… démissionner. En effet, il n’apprécie pas qu’Oliver le traite comme un enfant ; l’ayant même soupçonné d’avoir véritablement quelque chose à se reprocher dans la gestion du club.

Après cette démission, la suite logique pour Tommy est de demander un nouveau job à son père. À défaut d’avoir été un méchant dès le départ comme je le soupçonnais, Tommy prend donc la mauvaise direction à la fin de cet épisode – mais rien n’est encore joué, on va dire.

Un autre cliffhanger voit également Oliver décider de s’occuper du cas de Deadshot comme une priorité, puisqu’il s’agit d’une priorité pour Diggle. La série s’amuse à s’occuper des grands méchants qu’elle a introduits plus tôt et c’est tant mieux, car il serait redondant d’avoir uniquement un nouveau méchant chaque semaine. Et puis, le Conte finit en vie, alors j’imagine qu’il pourra lui aussi encore revenir et c’est tant mieux.

En flashback, on découvre que Yao Fei voulait un garçon, et dis donc c’est comme s’il l’avait eu. Bim. Merci Wilson. Il faut dire qu’ils sont plutôt badass à se battre avec la fille de Yao Fei, mais ça ne sert absolument à rien dans l’intrigue, à part nous apprendre que c’est finalement elle qui commence l’entraînement d’Oliver. Il fallait bien que ça commence quelque part.

Oliver en profite pour l’interroger sur son père et son arrivée à elle sur l’île, après avoir été enlevée. Et après avoir passé l’épisode à taper dans un bol d’eau, Oliver découvre qu’il a maintenant la force de se servir d’un arc. La série s’appelle Arrow et il a fallu dix-neuf épisodes pour en arriver là, quand même.

20.jpgÉpisode 20 – Home Invasion – 16/20
Sorry about the mess. It works better it if looks like a break-in.

Retenons que Felicity n’est pas vraiment blonde et qu’elle pense que c’est un secret. Bon, d’accord, ce n’est pas le but de la première scène qui réintroduit le problème Deadshot et la vengance de Diggle, mais bon.

Diggle recontacte Lyla qui lui avait donné des informations sur Deadshot dans l’épisode précédent, histoire d’obtenir encore plus d’informations. C’est une erreur de débutant de sa part, puisqu’il éveille ses soupçons et qu’elle a découvert que son frère était une des victimes du tueur.

Oliver rencontre Eric & Nancy Moore, les nouveaux clients de Laurel. Bon, ils ne resteront pas ses clients bien longtemps puisqu’ils se font tuer par un tueur à gages, interprété par l’excellent J. August Richards. Hop, nous tenons notre cas de l’épisode, surtout qu’ils avaient un fils, Taylor.

Ce dernier atterrit dans les mains des services sociaux, ce qui ne plaît pas trop à Laurel. Elle décide donc de le prendre sous son aile et le ramener chez elle. Normal, tout à fait un truc que font les avocats.

En toute intelligence, Oliver vient prendre des nouvelles de Laurel au commissariat et apprend à Tommy qu’il l’a vu la veille. Comme les deux sont toujours en froid, c’est une merveilleuse idée de sa part.

Bon, Tommy et Laurel en parents d’un petit garçon de sept ans, c’était tout mignon à voir. Tommy est un excellent papa et conseiller. Il est aussi loin d’être idiot : quand le tueur à gages les retrouve et que Laurel le grille, ils sont à deux doigts de se faire tuer et ça motive Tommy à demander à s’installer chez Oliver. Forcément la sécurité Queen est excellente donc ça passe auprès de Quentin, mais l’idée de Tommy est surtout d’obtenir la protection du justicier. Parce que bien sûr, le justicier est arrivé à temps pour les sauver une première fois – mais Laurel a encore prouvé qu’elle était beaucoup trop badass à sortir un fusil de nulle part.

Oliver se retrouve ensuite en plein dilemme : il peut choisir entre s’occuper de Deadshot ou protéger Laurel. Son choix est rapide : il envoie une flèche en plein Rasmus, l’homme à l’origine du contrat sur la tête de Taylor. Enfin, sur ses parents qui pouvaient témoigner contre lui. Taylor est juste un témoin gênant du meurtre de ses parents.

Le problème, c’est qu’Oliver n’arrive pas à temps pour s’attaquer à Deadshot qui grille le piège tendu par Lyla grâce à la présence de Diggle. Deadshot en profiter pour tuer quatre hommes et s’en prendre à Lyla, sauvée de justesse par ce même Diggle. Ce dernier réussit à se retrouver en tête à tête (ou plutôt en poing à poing) avec son ennemi, mais il perd le combat.

Deadshot lui laisse la vie sauve car personne ne le paye pour tuer Diggle, mais il l’avertit qu’il ne sera pas si gentil la prochaine fois. Très franchement, il n’y a aucune raison de lui laisser la vie sauve, mais bon.

Maintenant qu’Oliver a réglé le problème Rasmus, tout le monde est persuadé que Taylor est sain et sauf, et Laurel aussi. C’est totalement idiot comme raisonnement et, effectivement, le tueur à gages ne compte pas s’arrêter là : le petit connaît son visage, il doit l’éliminer. Comme Rasmus aussi connaît son visage, il en profite pour le tuer en prison.

Comme Tommy et Laurel passent la nuit chez les Queen malgré tout (parce que Taylor déjà), Oliver et Laurel ont le temps de se rapprocher une nouvelle fois, avec un câlin vu par Tommy à la clé. Il va vraiment virer méchant à ce stade-là. C’est donc dans le manoir des Queen que l’action finale se passe. Le tueur à gages est vraiment bon pour pister sa victime et laisser la masse de cadavres derrière lui. Tout cela mène à une jolie chorégraphie de combat que j’ai vraiment bien aimé et à la mort du tueur à gages qui n’aura même pas droit à un nom. C’est dommage, j’aime bien J. August Richards moi.

En conclusion d’épisode, Tommy comprend qu’Oliver est encore amoureux de Laurel, même s’il ne peut pas lui dire la vérité. Et surtout, il sait bien que Laurel est amoureuse du justicier et qu’à la minute où elle découvrira l’identité de celui-ci, elle choisira Oliver.

Ainsi donc, Tommy décide de larguer Laurel, ne supportant pas cette vérité. Bien. Si avec tout ça, il n’a pas au moins une petite phase méchant, je ne m’y connais plus en séries.

Roy rend une visite à Quentin pour lui donner des informations sur le justicier… mais il n’en donne aucune, ce qui n’inquiète pas plus que ça Quentin. Roy en profite pour voler une radio. J’avais déjà oublié qu’il avait sa petite intrigue de justicier lui. Thea le surprend avec, mais elle a plutôt l’air de trouver ça cool.

Quentin remarque le vol et piège Roy sans le moindre souci. Cela lui permet ensuite d’avoir une conversation avec lui et avec Thea, venu le récupérer. Le but ? Dégoûter Roy de sa quête du justicier, et surtout lui montrer une des victimes de celui-ci ; soit disant la 26e. Vu le nombre de flèches décochées par épisode, j’ai du mal à croire qu’on n’en soit qu’à 26 morts en 20 épisodes.

Ils ont aussi droit à leur conclusion en extérieur sous la pluie où Roy avoue à Thea qu’il se sent connecté au justicier. Et elle est tellement amoureuse (ah bon, à ce point ?) de Roy qu’elle est d’accord pour l’aider à retrouver le justicier. Ben oui, bien sûr, t’as que ça à faire de ta vie, c’est ça.

Enfin, Diggle annonce à Oliver qu’il démissionne de son poste d’auxiliaire du justicier pour poursuivre la trace de Deadshot par lui-même, puisqu’Oliver est incapable de le faire sérieusement. Bam.

En flashback, la fille de Yao Fei continue d’entraîner Oliver ; persuadée qu’elle peut en faire un archer. Bon, s’il n’est pas évident de voir comment elle y arrivera, une chose est sûre, elle sait comment faire monter la tension sexuelle entre eux. C’est frustrant : j’ai envie de bien l’aimer, mais bon, je me doute qu’elle n’est pas là pour rester des masses. Ils prennent tout de même le temps de s’embrasser, eux, parce qu’ils ne sont pas au courant.

Et hop, l’épisode se termine sur le retour de Yao Fei dans la planque… accompagné de tout un tas d’hommes armés. Sympa.

21.jpgÉpisode 21 – The Undertaking – 17/20
Honestly? You belong with Oliver.

Ah, avec ce titre, on va enfin en revenir au plan de métro des Glades, j’espère ! L’épisode débute avec le justicier qui s’en prend à Harold Backman, un simple comptable bossant pour les mauvaises personnes.

Moira récupère son rôle important dans cet épisode : elle est triste de voir que l’assurance-vie veut absolument lui payer le contrat de Walter, disparu depuis six mois. Cela permet de lancer un flashback sur Robert, Malcolm, Walter et Moira. C’est bien plus intéressant que d’habitude comme flashbacks, surtout que ça ramène Walter. Au passage, on y apprend tout le plan de Malcolm : son but est de détruire les Glades, et ça fait un moment qu’il l’envisage car il a déjà trouvé un moyen de créer une « catastrophe naturelle » pour que cette destruction ne paraisse pas trop louche. Il en fait un magnifique speech à l’ensemble du groupe des plus riches de la ville et parvient plus ou moins à les convaincre (mais on sait comment ça se termine).

Détruire le quartier permet d’en recréer un nouveau plus sûr, tout en faisant le deuil définitif de tout ce que les riches ont perdu dans le quartier ; à commencer par la femme de Malcolm.

Quant à Robert… c’était quelqu’un de bien qui a tué quelqu’un d’autre, dans les Glades, par accident. Oups. Du coup, il s’est retrouvé à devoir mettre au point la liste pour mieux s’en sortir. Mais peu importe : le vrai intérêt est de savoir que Malcolm possédait 1/3 des Glades avant la mort de Robert. Du coup, Robert avait pour plan d’acheter le reste et il se rendait en Chine en bateau pour être discret et faire ses plans avec l’asiatique sympathiquement tué par Moira il y a quelques épisodes. C’est finalement lui qui trahit Robert et met une bombe sur le bateau.

Pendant ce temps, Laurel essaye de pousser Oliver à s’installer dans leur appartement… et on tient là le flashback le plus inutile de l’épisode… voire de la saison. Nous n’avons plus qu’à imaginer que c’est ce qui pousse Oliver à coucher avec Sara ; et ça nous mène au moment où le bateau part avec des adieux entre Oliver et Laurel. Wouhou.

Loin de ces flashbacks, Laurel vient rendre une visite de courtoisie à Oliver, commandant… un café au Verdant. Qui sur Terre se rend en boîte de nuit, pendant la journée, Elle espère des informations sur Tommy, mais il n’en a pas plus que ça à lui donner. En tout cas, ça permet enfin une rencontre entre Felicity et Laurel, et c’était marrant.

En effet, Felicity vient prévenir Oliver qu’elle a une nouvelle piste sur… l’enlèvement de Walter, rien que ça. Ce qui est très cool, c’est que ça permet de remettre Felicity au premier plan, parce qu’elle est juste là pour aider Walter. D’ailleurs, on ne la voit plus jamais au travail, je me demande comment elle fait pour vivre la pauvre. Elle n’est tellement jamais au travail qu’elle se rend ensuite chez Diggle (qui a un très joli appartement, si si) pour lui demander de revenir.

Comme elle a affaire à deux têtes de mule, c’est peine perdue, mais c’était rigolo de voir Diggle lui offrir une bière à laquelle elle ne touche même pas alors qu’elle est ouverte.

Après tout ça, Felicity infiltre un casino illégal pour retrouver la trace de Walter. C’était bien drôle de la voir sous couverture, surtout que c’était bien écrit. Tout cela mène rapidement le justicier à intervenir – même si les scénaristes ont voulu nous faire croire que Felicity s’en sortirait sans mal. Malheureusement, l’homme leur apprend que… Walter est mort.

Malcolm appelle Moira pour l’informer que ça y est, son plan va enfin voir le jour : l’outil qui lui permettra de créer une catastrophe naturelle est enfin au point. Moira en profite pour s’en vouloir de la mort de Robert. Après tout ça, elle rentre chez elle auprès de Thea et Oliver, qui lui apprend que Walter est mort – une information venant tout droit du FBI selon lui.

Moira se rend donc auprès de Malcolm pour régler avec lui cette trahison et obtient une preuve que Walter est en vie… Sauf que bien sûr, Oliver écoute tout grâce à une de ses flèches. Il demande à Felicity de localiser Walter grâce à ces nouvelles informations… et c’est rapidement chose faite. Le justicier est tellement énervé que ça ne lui prend pas longtemps de retrouver Walter et de le libérer, menant tout droit à des retrouvailles entre Queen à l’hôpital… et aussi des retrouvailles avec Felicity.

Sur les bons conseils d’Oliver, Laurel décide de confronter Tommy pour obtenir des informations. Ce dernier est un beau connard et l’informe que… Oliver est encore amoureux d’elle. Bim. En fin d’épisode, elle se rend donc auprès d’Oliver quand elle apprend le retour de Walter et lui demande de dire à Tommy qu’il n’y a plus rien entre eux.

C’est une bonne idée sur le papier, mais Oliver refuse car… il ne veut pas mentir à Tommy. Oh, tellement de drama. On se croirait sur la CW dis donc.

Enfin, Oliver rend visite à Diggle car il est bien forcé de reconnaître que ce dernier avait raison sur toute la ligne, y compris concernant Moira. Oliver lui divulgue toutes les informations qu’il a obtenues sur l’alliance entre Malcolm et Moira, et l’épisode s’arrête là, juste avant ce qui est clairement une fin de saison qui va voir toutes ces intrigues se délier. J’ai hâte.

22.jpgÉpisode 22 – Darkness on the Edge of Town – 17/20
Who the hell is Felicity Smoak?

L’épisode commence par l’attaque d’un laboratoire par Malcom qui se la joue Dark Archer à nouveau. Il s’attaque à une équipe de scientifiques ayant pourtant fait tout ce qu’il leur a toujours demandé, effaçant les traces de son projet.

Cela attire les flics, mais aussi Roy et Thea sur la piste du justicier depuis déjà deux semaines apparemment. Ils ne se doutent pas qu’ils sont maintenant sur la piste d’un imitateur, mais Roy propose à Thea d’utiliser son job pour obtenir plus d’informations. Et pour en obtenir, elle en obtient : elle apprend que l’imitateur est lié à Merlyn Global. Leur plan est donc de s’y rendre et d’attendre.

Oliver a toujours besoin de découvrir ce qu’est l’Undertaking, le grand-plan de Malcolm qui prévoit de détruire les Glades. Il décide ainsi d’avoir une petite conversation avec sa mère, malgré le retour de Walter. Les choses sont compliquées, mais ça ne fait qu’empirer quand il arrive à lui parler car l’archer noir est là aussi pour l’attaquer.

L’archer noir ? Non : Diggle. Il se fait passer pour le justicier histoire de faire parler Moira en s’attaquant à Oliver. Celui-ci encaisse quelques coups, mais c’est pour la bonne cause : Moira révèle tout ce qu’elle sait. L’arme de Malcolm peut dont imiter un tremblement de terre, et c’est maintenant qu’Oliver comprend, grâce à Felicity, que l’autre archer est relié à Malcolm lui aussi.

Laurel demande des explications à Oliver, parce que tout ce à quoi elle est capable de penser, c’est que celui-ci l’aime encore. Et elle aussi, en fait. C’est difficile d’accrocher à ce genre de scène où tout le monde aime tout le monde, mais personne ne s’aime parce que c’est trop compliqué. Oh lala, aimez-vous et puis c’est tout ! Ah, les séries pour adolescents.

Elle se rend ensuite voir son père au commissariat, pour mieux découvrir qu’il travaille en collaboration avec Tommy puisqu’il soupçonne Merlyn Global d’être lié à l’archer noir. C’est bien, il avance, contrairement à Felicity qui n’arrive pas à hacker leur serveur.

Pour se simplifier la vie, les voilà qui décident d’infiltrer Merlyn Global pour permettre à Felicity de réussir son hacking. Cela offre un joli plan rapidement mis à exécution avec Felicity en livreuse et Digg en gardien, alors qu’Oliver fait semblant de venir simplement parler de Laurel à Tommy. Il en profite pour tenter d’obtenir des informations, mais ça ne marche pas, contrairement au plan qui est parfait.

Le plan parfait a quand même quelques failles, comme Oliver tombant sur Malcolm, puis sur Thea, ce qui l’empêche de sauver Felicity de quelques problèmes. Heureusement, Diggle se débrouille pour atteindre l’étage où elle se trouve – alors que le but de l’opération avec Oliver dans l’ascenseur était justement de montrer qu’il était difficile d’atteindre cet étage. Enfin bon, ça fonctionne.

Felicity s’en tire donc sans aucun problème alors qu’Oliver peut faire la morale à Roy, devant Thea, à propos du justicier. Thea s’embrouille donc avec Roy, qui continue malgré tout ses recherches en s’attaquant cette fois au Vertigo.

Quand elle rentre chez elle, Thea découvre que Walter demande le divorce. Décidément la vie de Moira part en vrille dans cet épisode. Et ce n’est pas la seule : Felicity ne le sait pas encore, mais la police est sur sa piste, car ils ont découvert qu’elle a tenté d’hacker Merlyn Global elle aussi.

Histoire de conclure l’épisode vers une fin de saison, Oliver se rend chez Laurel pour régler les choses au son de Radioactive d’Imagine Dragons. Qu’est-ce que j’adore cette chanson. Les deux décident de recoucher ensemble, alors que Tommy rendait comme par hasard une visite à Laurel. Du coup, il les observe à travers la fenêtre.

L’épisode ne s’arrête toutefois pas là, loin de là : Diggle et Felicity retrouvent l’arme de Malcolm, mais quand Diggle essaye de la récupérer, elle a disparu. En effet, Malcolm les a vus venir en détectant la présence de Felicity sur son serveur. C’est problématique, surtout qu’Oliver découvre qu’il est l’archer noir et qu’il ne sera pas aussi simple que prévu de tuer l’archer noir. Du coup, Oliver se fait mettre K.O bien rapidement par Malcolm, qui découvre la véritable identité du justicier, après lui avoir brisé son arc, parce qu’il fallait que ce combat soit mémorable.

En flashback, toute notre petite troupe est ramenée chez Fyers où se trouve Alan Durand, que je reconnais seulement maintenant comme étant Jarod Joseph (aka Miller de The 100, et qui est aussi le type totalement battu qu’Oliver avait laissé derrière lui il y a une bonne dizaine d’épisodes). C’est fou, je ne l’avais pas reconnu avec ses blessures ; c’est bien la peine !

Bon, Fyers veut tuer tout le monde pour changer, en utilisant son missile. Il a besoin de Yao Fei pour changer et celui-ci donne un couteau à Oliver, le seul à ne pas se faire réellement blesser par Fyers. Faut dire aussi qu’il n’est pas bien dangereux. Bref, Yao Fei est forcé d’enregistrer un message où il dit détruire un avion, histoire de bien passer pour le coupable.

Oliver ne parvient pas à se détacher à temps et Yao Fei se fait tirer une balle dans le crâne par Fyers, sous les yeux de toute notre fin équipe pas très douée.

J’ai aimé cet épisode dont on sent bien la montée de la tension et des enjeux. J’étais impatient d’en arriver à cette fin de saison, et ce n’est pas décevant ; même si ce n’est pas non plus exceptionnel. Je remarque surtout que l’intrigue amoureuse autour de Laurel a fini par m’énerver plus qu’autre chose et que je n’en ai plus rien à faire de la voir avec Oliver ou pas. En parallèle, je me suis pris d’affection pour Felicity, que je n’aimais vraiment pas a priori. Comme quoi !

23-2.jpgÉpisode 23 – Sacrifice – 19/20
The Undertaking, it… it’s happening tonight.

Me voici donc enfin arrivé à bout de cette saison 1, comme quoi, il ne faut pas perdre patience. C’était tout de même un peu trop long d’en arriver là et ça commence à me faire peur vis-à-vis de l’ensemble de l’Arrowverse. J’ai envie de le voir, mais je ne sais pas si le binge-watching intensif que j’ai choisi de suivre est une bonne idée pour y arriver. On verra bien – de toute manière, je suis lancé et curieux de voir l’ensemble de l’histoire. Faudrait juste que ça aille plus vite.

Malcolm a donc fait d’Oliver son prisonnier, et son premier réflexe est de l’attacher, avant de le foutre à moitié à poil sans la moindre raison. À croire que lui aussi, il veut booster les audiences ! Il menace Oliver, affirme qu’il ne pourra pas l’arrêter et s’en va, laissant le loisir à Oliver de s’échapper sans le moindre mal, mais avec l’aide de Diggle malgré tout.

Comme prévu, Felicity se fait arrêter par Quentin. Ce dernier a bien fait son travail et peut la relier à beaucoup d’affaires. Heureusement pour elle, le justicier appelle Quentin pile à ce moment pour le prévenir d’évacuer les Glades au plus vite. C’est un peu simple, mais il laisse donc Felicity s’en aller. Celle-ci en dit beaucoup trop malgré tout.

En dire beaucoup trop est à la mode dans cet épisode car Quentin le fait ensuite pour convaincre son supérieur d’évacuer les Glades. Avouer qu’il est en contact avec le justicier était une bien mauvaise idée puisqu’il fait cette fois suspendre.

La série prend encore le temps de s’occuper de la relation entre Tommy et Oliver. Tommy se pointe au Verdant pour s’en prendre à Oliver, mais comme il est bourré, ça ne marche pas trop et il a surtout droit à un discours culpabilisateur d’Oliver qui lui apprend le plan de l’Undertaking mis en place par Malcolm et Robert, leurs pères.

Oliver apprend ensuite de Moira que Malcolm a prévu de détruire les Glades le soir-même, mais pas avant de lui avoir avoué la vérité sur la mort de Robert. Bref, Oliver a du pain sur la planche, mais il a d’abord le droit de retrouver Laurel et de l’embrasser, histoire de. Cela pourrait parfaitement être un dernier baiser, surtout qu’il lui demande de rester bien loin des Glades le soir. Après tout, c’est une fin de saison, il faudra bien que quelqu’un meure, même si je doute que ce soit Laurel.

De son côté, Tommy confronte son père, persuadé qu’il est ridicule d’envisager de détruire tout un quartier de la ville. Celui-ci, au contraire, lui avoue que c’est vrai et qu’il le fait pour venger sa femme qui, non contente de s’être fait voler tous ses bien et s’être fait tirer dessus, a trouvé le moyen de conserver son portable (j’sais pas, ça aussi ça se fait voler normalement) pour laisser un dernier message à son mari où elle dit ne pas vouloir mourir seule. Elle est donc morte sur le trottoir, avec des gens passant mais ne s’arrêtant pas pour l’aider.

Felicity avance bien de son côté et loin de se laisser impressionner par sa convocation chez les flics, elle retourne au Verdant pour deviner que la bombe de Malcolm se trouve dans l’ancien métro. Forcément. Alors qu’Oliver déclare savoir où se situe la bombe, Thea l’appelle pour le prévenir que leur mère fait une conférence de presse.

Complétement allumée, Moira finit par dire toute la vérité à la télévision, des meurtres organisés par Malcolm au fait qu’il envisage de détruire les Glades. Thea a donc le droit de le découvrir en même temps qu’un parterre de journalistes et flics, au beau milieu de son salon. Sympa Moira de prévenir ta fille avant.

Bon, finalement, Tommy ne vire même pas méchant, parce qu’il découvre que le grand connard de l’affaire, c’est son père. Celui-ci en profite pour tuer deux trois hommes venus l’arrêter et assommer Tommy.

Thea se précipite pour retrouver et si possible sauver Roy, mais c’est déjà un bordel innommable dans les Glades, forcément. Il veut tout de même jouer les héros et y parvient un temps, avant de se retrouver face à une arme à feu. Heureusement pour lui, Thea est là et réussit à mettre K.O son agresseur. Bonjour la crédibilité, mais c’était marrant.

Finalement, Roy reste derrière pour sauver des gens coincés dans un bus et Thea accepte de le laisser jouer les justiciers, se barrant toute seule après un baiser.

Oliver décide de partir à la poursuite de Malcolm, mais c’est trop risqué. Il s’est déjà fait battre par celui-ci deux fois. Du coup, Diggle l’accompagne, forçant Oliver à appeler Quentin pour qu’il fasse équipe avec Felicity et désarme la bombe. Cette intrigue fonctionne bien avec tout le suspens nécessaire… et surtout le désespoir de Quentin qui comprend qu’il n’a pas le temps de désarmer la bombe.

Il appelle donc Laurel pour lui faire ses adieux, Laurel qui a la bonne idée d’être dans les Glades elle aussi, étant retourné au boulot pour sauver ce qu’elle peut. Logique. Au moins, ça me permet de me rendre compte que la série a vite fui la piste de la série procédurale avec un cas juridique à chaque fois, utilisant plutôt Laurel comme prétexte juridique par moment que comme déclencheur des intrigues, ce que je redoutais en début de saison.

Bref, c’était le moment émotion pour nous faire croire à une séparation, mais bien sûr, Quentin parvient finalement, au dernier moment, à désactiver la machine de Malcolm.

En parallèle, Oliver et Diggle retrouvent Tommy, puis Malcolm. Si Tommy est mis en sécurité, Diggle se prend un couteau en pleine poitrine, laissant Oliver seul pour se battre avec Malcolm, sur le toit de Merlyn Global, sinon ce n’est pas assez épique.

Diggle parvient à ramper jusque-là pour voir Oliver réussir son combat et tuer Malcolm. Les derniers mots de celui-ci (qui n’ont absolument aucun sens puisqu’il n’est pas censé entendre Felicity dire que Quentin a réussi à désarmer la « bombe », mais simplement Oliver lui dire que c’est fini) permettent à Oliver de comprendre qu’il n’y avait pas une machine, mais deux.

Boum. La Terre se met à trembler, les immeubles à tomber et je crois bien que c’est un échec cuisant pour Oliver. Heureusement pour Felicity, ce n’est que l’Est du quartier qui est touché. En revanche, c’est foutu pour Laurel, qui se retrouve sous des décombres à son boulot.

Oliver s’y précipite, laissant Diggle gérer sa blessure tout seul. Dans un dernier twist bien écrit, Tommy débarque à temps pour sauver Laurel, mais c’est finalement lui qui se retrouve dans l’immeuble quand il explose et s’effondre complètement. Quand Oliver arrive pour le sauver, il n’a que le temps d’échanger des derniers mots avec Tommy, qui meurt comme ça. Il fallait bien au moins une victime d’importance et se débarrasser de Tommy comme ça permet de conserver le triangle amoureux un temps, Laurel ne pouvant pas sortir avec Oliver alors que Tommy est mort pour elle, et alors qu’elle l’aime. C’était donc le choix logique, mais j’aurais encore préféré le voir devenir méchant car j’aimais bien l’acteur.

En flashback, nous revoyons le suicide du père d’Oliver, même si ça n’a absolument aucun intérêt. Allez, ça faisait quelques mois de diffusion de la série après tout. Le missile de Fyers est finalement lancé malgré les efforts d’Oliver qui réussit à se libérer et à libérer Shado, c’est le prénom de la fille de Yao Fei hein, et Wilson. Les trois se battent contre tout un tas d’hommes entraînés et prennent sans mal le dessus, Shado parvenant même à détourner le missile qui allait exploser un avion.

Le missile retombe donc sur l’île et fait exploser le campement de Fyers. Voilà une intrigue qui finit dans les flammes, donc, mais j’ai du mal à croire que dans l’avion de ligne personne n’est vu le missile ou l’explosion.

Du coup, Fyers survit et prend en otage Shado. Elle aussi est en vie, de même que Slade Wilson, parce que la vie est bien faite. Heureusement, elle a bien entraîné Oliver qui décoche sa première vraie flèche directement dans la gorge de notre grand méchant. C’est frustrant : cette intrigue en flashback n’est pas mauvaise en soi ; ça pourrait même faire une bonne série s’il n’y avait que ça comme intrigue. Après tout, il y avait de quoi faire un bon double ou triple épisode en combinant toutes les scènes vues au cours de la saison.

Seulement, il est dur d’accrocher à cette intrigue toujours traitée par-dessus la jambe dans chaque épisode. Cela donne l’impression de ne pas avancer, c’est beaucoup trop lent sur toute une saison et rarement bien connecté au reste de la série. En plus, on sait parfaitement comment tout se termine, alors ça limite le suspense. Il n’empêche qu’il s’agissait d’un bon épisode, même si le rythme était cassé par les flashbacks.

23

EN BREF – La série s’avère meilleure que ce à quoi je m’attendais, car j’avais très peur de ne pas accrocher du tout. Finalement, Oliver est moins insupportable que je ne l’aurais cru, Felicity plus cool que prévu et le casting suffisamment large pour tromper l’ennui… en tout cas, au moins un temps. Comme on change souvent, au fur et à mesure des épisodes, de perspective et de personnage au cœur de l’intrigue, tout se passe bien, mais dans l’ensemble, ça avance extrêmement lentement et le binge-watching renforce la frustration. Pour le coup, c’est le genre de série qui est plutôt faite pour être vu un épisode par semaine qu’un épisode par jour, parce que quand ça avance lentement sur toute l’année, c’est sympa de retrouver les personnages à chaque fois et de se plonger dans l’intrigue ; alors que quand ça avance lentement chaque jour… ça finit par être redondant.

Je sais qu’une grosse partie de l’Arrowverse est comme ça, mais je vais continuer à voir autant d’épisodes que possible d’un coup : j’ai trop peur d’être spoilé et j’ai malgré tout envie d’en savoir plus sur ces personnages, d’avoir le fin mot des intrigues en cours, etc. Bref, la série est efficace, malgré sa lenteur.

De nombreuses pistes sont ouvertes pour la saison 2, avec une grande méchante teasée dans le passé (Fyers tenait ses ordres de quelqu’un) et des dynamiques relationnelles à redéfinir après la mort de Tommy. En plus, une partie de la cité a été détruite, donc il sera intéressant de voir comment elle se reconstruit – avec forcément une montée du crime et de la haine contre les Queen, malgré l’avertissement et l’arrestation de Moira.

Au moins, cette fin de saison donne envie de continuer la série pour observer toutes les conséquences, me sortant un peu de l’ennui que je finissais par ressentir devant ces 23 épisodes. Un bon point.

Rattrapage de l’Arrowverse :

progression.jpg

4 commentaires sur « Arrow – S01E13-23 »

  1. Slaaaaaaaaaaaaaade ❤ ❤ ❤ ❤
    Encore une fois, je me rappelais pas qu'il était là en saison 1, vivent tes résumés ^^

    Ca fait plaisir tous ces personnages, Tommy, Shado, Deadshot, Roy ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Ehe et si, il était bel et bien là… bon, à tout casser, il doit cumuler à peine 15 minutes d’écran, mais bon XD

      Je comprends mieux ton obsession de Tommy, du coup. J’aime bien Shado pour l’instant, même si elle ne sert pas à grand-chose dans cette saison. Deadshot, bof, bof, et Roy… t’es prévisible 😛

      J’aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.