Les Bracelets rouges – S01E03-04

Spoilers

Ci-dessous mon avis sur les épisodes 3 et 4 de l’adaptation française des Bracelets rouges.

03.jpgÉpisode 3 – 19/20
Va mourir plus loin.

C’est avec plaisir que mon lundi soir commence par Les Bracelets rouges. Cette série est tout bonnement géniale et les premiers épisodes n’étaient vraiment pas décevants.

Un nouveau matin débute à l’hôpital avec le réveil difficile de Sarah, les douleurs fantômes de Thomas et la tension moyenne de Roxane suite à un malaise. Son anorexie est enfin abordée par la série comme le problème médical qu’il représente, dans toute sa complexité psychologique.

Le réveil difficile de Sarah ? Oh, il enchaîne sur un arrêt cardiaque imprévu, alors même que Nathalie arrivait voir son fils. L’angoisse est totale, mais elle se réveille finalement. En tout cas, clairement, elle ne fait pas que de petits malaises, elle.

Le problème, c’est qu’il faut encore déterminer ce qu’elle a, parce que ce n’est pas un cancer, ni un virus. Après ce réveil catastrophique, la mère de Sarah, Karine, débarque à l’hôpital. Paniquée, elle se met à chercher sur internet ce que peut bien avoir sa fille, et ce n’est pas la meilleure des idées d’aller trainer sur internet. Le scénario n’hésite pas à traiter les longs moments d’attente à l’hôpital. C’est tout à fait réaliste, avec une attente qui accentue en plus les angoisses. Dans le genre, les parents de Sarah étaient maltraités cette semaine, mais ça permettait d’apprendre à les connaître également.

Clément est de nouveau en rééducation avec Victor, et cette fois il passe à sa première prothèse. Il s’inquiète aussi de Thomas, ses rendez-vous psy et ses douleurs fantômes.

Pour sa prothèse, il se retrouve à attendre dans un couloir, à côté de Sarah, qui est parfaitement odieuse avec lui. Elle lui propose carrément d’aller mourir ailleurs parce qu’ils ne sont pas du même monde. Cette scène était frappante d’un réalisme dérangeant, avec une Sarah sans filtre qui n’hésite pas à dire les pires horreurs. Et toute la force du personnage est de parvenir à être attachante malgré tout ça – si ce n’était pas encore le cas dans les deux premiers épisodes, ça marche à merveille dans celui-ci, ou son franc-parler la rend par moment marrante et où il est clair qu’il s’agit là d’une carapace. On peinait à le voir dans les épisodes de la semaine dernière, mais cette fois l’actrice maîtrise parfaitement le personnage et ça rend quelque chose de bien plus intéressant et réussi.

Après leurs examens médicaux, Sarah vole ses résultats et ceux de Clément. La scène est marrante à voir, avec une course poursuite pour les dossiers et un Clément qui la gagne haut la main malgré son fauteuil. Ou grâce à ça, au choix.

Les deux se retrouvent coincés dans un ascenseur, et le stress après autant d’exercice physique ne réussit pas à Sarah qui fait une crise d’angoisse. Clément l’aide à reprendre sa respiration, et les deux deviennent amis par la force des choses.

Ils finissent par ouvrir les enveloppes de leurs résultats. Si Sarah n’a pas d’infection cardiaque, Clément découvre donc dans cet ascenseur qu’il a des métastases réapparues. Comme dans toute bonne série qui se respecte, les scénaristes jouent avec les attentes des téléspectateurs avec cette inversion d’enveloppe, et ça fonctionne.

C’est d’autant plus injuste que Clément a révélé être amoureux de Roxane alors que celle-ci est en train de passer du bon temps avec Thomas. On y reviendra cela dit, mais la vie n’est pas cool avec lui.

Ils finissent par être libérés de l’ascenseur par Mehdi. D’ailleurs, ce dernier, comme Sarah grâce à l’ascenseur, rejoint officiellement le groupe des bracelets rouges en début d’épisode. Comme Nathalie galère à trouver vraiment sa place à l’hôpital, elle tente de l’aider à se lever. Pas encore blouse rose, elle fait déjà ce qu’elle ne doit surtout pas faire, aider un patient à sortir de sa chambre alors qu’il faut qu’il y reste.

L’infirmier, Lucien, la remet à sa place. Quant à l’entretien pour les blouses roses, il n’est pas si simple, car il met en avant les problèmes psychologiques qu’elle pourrait avoir suite à l’accident. Bref, des gens qui s’inquiètent pour elle quoi. Les choses empirent pour elle quand elle se fait recaler de son entretien. Elle pense plus aux autres qu’à elle, et c’est mal.

Pour en revenir à Mehdi, son intrigue principale consiste à éviter la police dans l’épisode, apportant encore une bonne dose d’humour à l’épisode, avant de virer au drame quand le docteur comprend qu’il a eu un trou noir alors qu’il conduisait, et non l’inverse.

Autrement dit, il a le droit lui aussi à une intrigue médicale plus complexe. Et à une scène pour se prendre la tête avec Sarah, forcément. Celle-ci ajoute donc un soupçon de racisme et beaucoup d’intolérance à la liste des défauts, mais son mode de défense finit par être attachant.

De son côté, Roxane refuse toujours de manger. Thomas accepte de l’aider à finir son assiette, ce qui est tout sauf une bonne idée, mais bon, ça leur permet de passer du temps ensemble.

Roxane continue de prendre en photo tout ce qui bouge, mais elle refuse catégoriquement d’être prise en photo. Même quand c’est le deal pour qu’il finisse son assiette, même après 30 minutes à le voir la jambe en l’air pour gérer sa douleur fantôme.

C’est bête, ils étaient pourtant mignons. Elle revient pour s’excuser après s’être engueulé. Suite aux compliments de Thomas sur sa beauté, elle accepte d’être prise en photo, mais avec lui. Comme on s’en doutait depuis deux épisodes, ça finit par un baiser tout craquant entre eux, alors qu’elle n’osait pas être sur la photo.

En fin d’épisode, Clément ne comprend pas la réapparition des métastases, dans son poumon cette fois, alors que tout allait bien dans sa vie. Il repart donc sur une chimiothérapie, mais il refuse d’en parler, forcément… sauf à Thomas, à qui il parle aussi de Roxane, alors même que Thomas vient de lui écrire une lettre qui permet enfin à Roxane d’envisager de manger. Ah, les triangles amoureux !

J’ai une fois de plus bien trop aimé cet épisode, qui m’a en plus réconcilié avec Sarah. Bien sûr, je savais que le personnage avait ses bons moments, mais la bonne surprise est de voir l’actrice réussir à gérer le moment de crise et la carapace de son personnage. Une amélioration qui permet à toutes les intrigues d’être prenantes – et une conclusion d’épisode qui résonne encore : « pas de pitié ». Voilà un pacte résolument positif, proposé par Clément, qui résume là aussi le message de la série. Avant d’être malades, ils sont avant tout des ados et ils vivent leur vie d’ados, avec des complications terrifiantes en plus. Des complications que les parents ne gèrent pas bien eux-mêmes. Des complications qui font l’intérêt de la série aussi, forcément.

04.jpgÉpisode 4 – 18/20
Je suis ici depuis assez longtemps pour savoir qu’on ne gagne pas à tous les coups.

L’épisode reprend sur Clément en pleine dépression avec sa troisième rechute et le retour de ses parents. Il refuse la chimio, qui n’a que 30% de chance de réussite. Lui veut sa prothèse, marcher et mourir. Et sa décision est prise, au désespoir de ses parents – et à vrai dire, de tous les téléspectateurs.

Les médecins restent confiants malgré tout, car ce n’est pas son tempérament d’abandonner le combat. Oui, alors certes, mais les parents de Clément sont quand même de bonnes compositions de se laisser dire tout ça alors que leur fils vient de balancer qu’il voulait mourir.

Victor propose de lui changer les idées, en l’emmenant à la plage. Il emmène également Thomas, allons savoir avec quel accord parental. Quant à Roxane, les yeux de Thomas sont assez expressifs pour que Victor comprenne que ce n’est pas une idée. Pourquoi pas.

Grâce à Thomas, Roxane a recommencé à manger, ce qui est une bonne chose, mais Thomas stresse pour Clément, et immanquablement pour lui au passage. Du coup, il est plus distant avec elle, surtout que Clément refuse que Roxane sache pour sa rechute. C’est bien pour ça que Thomas ne veut pas d’elle à la plage, car le secret et les quiproquos sont violents, là.

Mehdi, lui, commence l’épisode par jouer avec son infirmière, une scène du quotidien plutôt marrant qui se concentre sur le plâtre du patient alors qu’on a bien compris que sa condition de santé risquait d’être plus grave que ça. La série se centre tellement sur les ados qu’on finit par en oublier le personnel hospitalier, pourtant présent dans ces deux épisodes à plusieurs reprises, et toujours de manière très réaliste – en tout cas, aux yeux d’un patient qui a la chance de ne pas avoir fréquenté tant que ça les hôpitaux.

Il croise ensuite Sarah dans les couloirs, et celle-ci est toujours aussi chiante. Elle apprend de manière brutale à Mehdi que Clément a de nouveau un cancer, mais en même temps, elle vient aussi de manquer de tact avec les parents de Clément. Cette première rencontre ado/parent était très sympathique à voir, surtout que ça permettait de développer le personnage de Sarah, dont l’intrigue médicale est mise de côté pour un épisode.

Avec son bracelet, elle obtient toutefois l’approbation de Roxane, et donc de Mehdi, pour rester trouver une solution à la déprime de Clément refusant d’être soigné. Eh oui, Roxane apprend la situation de Clément par Sarah et Mehdi, c’est donc un secret de moins qui doit toutefois la laisser se sentir trahie par les garçons.

Le père de Thomas rend une visite surprise à son fils, pour mieux découvrir qu’il est à la plage. Il se retrouve coincé dans la chambre d’hôpital avec les parents de Clément, dont il ignore tout et avec qui il est assez odieux.

Il les retrouve à la cafétéria, mais cette fois, Sylvie, la mère, refuse de rester pour bavarder. Les deux pères sympathisent malgré tout, autour d’un petit whisky, puis d’un alcool fort de poire produit par le père de Clément. Ah la France ! Ils sont surpris par Sylvie, un peu énervée… qui veut bien un verre aussi. Ah la France ! Allez, c’était marrant de les voir se bourrer.

Pendant ce temps à la plage, les choses ne sont pas si évidentes surtout pour Thomas qui affrontent pour la première fois les regards en coin de tout le monde. Au bar, ça passe encore, mais au mini-golf, il ne supporte pas les blagues d’un bouffon (ce sont les mots de Thomas, pas les miens ; mais force est de constater qu’ils sont assez justes). Clément distingue trois groupes parmi les valides : ceux qui se fixent sur le handicap, ceux qui l’évitent du regard et ceux qui sont cons. C’est une réalité terrible, mais une réalité malgré tout. Que Thomas s’en énerve paraît on ne peut plus juste – surtout que la série prend son point de vue, et c’est oppressant. Que Clément reste si calme sur tout ça, en revanche, tient d’une force surhumaine.

Bien sûr, quand il y en a besoin, Victor n’est pas là. N’empêche que dans le fond, toutes ces scènes où Thomas et Clément sont confrontés à « la vie normale », loin de l’hôpital, sont une fois de plus parfaitement réussies et très justes. Je sais, je finis par me répéter dans ces critiques, mais je suis fan de la série et de son écriture, de son adaptation à la française réussie (dans les répliques, dans les références, dans les attitudes des personnages… c’est réussi, c’est tout, et chapeau bas aux scénaristes qui font redécouvrir l’histoire autrement).

Pour Clément et Thomas, ça finit en shoot d’adrénaline avec la descente en fauteuil qui a fait toutes les photos promo de la télé et une chute en fauteuil qui redonne l’envie de vivre. La baignade de Thomas et Clément a enfin lieu ensuite, avec images du générique aussi au passage. Cette baignade est un autre shoot de vie pure, qui fournit beaucoup d’oxygène aux personnages, à la réalisation qui n’est plus si sombre, à l’épisode.

Oh, ça ne dure pas, et dès qu’ils sortent de l’eau, c’est pour que Clément recommence à vomir et déprimer, malgré l’aide de Victor. L’amitié entre l’infirmier et le patient est très touchante. Cela fait quelques épisodes qu’on découvre la profondeur des liens unissant les deux personnages, et ça crève les yeux dans cet épisode.

En parallèle, Nathalie, sous-exploitée dans cet épisode (mais pas autant que Côme !) arrive à l’hôpital et croise une ancienne amie, déjà grand-mère. L’angoisse est totale – son amie a beau être désolée, on comprend bien qu’elle l’a totalement laissée tomber il y a bien longtemps et qu’elle n’a pas spécialement envie de reprendre contact, surtout après ce qui est arrivé à Côme. C’est pourtant elle qui initie le dialogue dans l’épisode, et la série prend donc le parti de continuer sa réflexion acerbe sur les réactions humaines face à la maladie et au handicap. J’ai trouvé très juste de prendre le temps de s’attarder sur le personnage de Nathalie, dont on a bien compris qu’elle n’était pas aidée par la culpabilité et par la société. C’en est dommage que ce soit traité si rapidement.

Nathalie croise ensuite le trio Sarah, Roxane, Mehdi en train d’organiser une soirée pour Clément, parce qu’il faut bien faire quelque chose pour lui redonner goût à la vie. Finalement, c’est à Nathalie qu’ils donnent l’occasion d’exprimer sa colère de la vie contre un pauvre distributeur de chips, avant qu’elle ne se fasse draguer au don du sang par Romain, un homme venu donner le sien.

La série propose un super duo Mehdi/Sarah, où cette dernière laisse retomber sa carapace et s’entend beaucoup trop bien avec lui, ce qui est sympa. Il cherche toujours à se faire décorer le plâtre, mais il n’a pas spécialement confiance en Sarah et son vernis. Tu m’étonnes.

Les parents de Thomas & Clément ont beau s’être alcoolisés, ils sont quand même rappelés à la réalité avec le retour de leurs fils. C’est l’occasion d’une bonne scène de réconciliations entre Thomas et son père, même si ce dernier reste une catastrophe incapable de regarder le moignon de son fils et obligé d’appeler sa femme pour rentrer chez lui, trop bourré pour conduire.

Thomas retourne dans sa chambre et déprime de savoir Clément refusant de se soigner. Il fait tout son possible pour le convaincre de changer d’avis, non par pitié, mais par envie de voir son ami vivre. C’est impeccablement écrit & joué, et après tout un épisode comme ça, il est difficile de ne pas être touché par cette très belle amitié.

Tout ceci mène à la fête finale de danse, qui permet à tous de passer de bons moments malgré les problèmes internes du triangle amoureux – incarné au mieux par Thomas, seul à savoir ce qu’il se passe. Si la fête est un peu longue en soi, il est sympa de les voir s’éclater et être des adolescents aussi, juste à côté de Côme. Clément s’isole malgré tout – quant à la fête, contrairement au premier épisode, on entend les personnages s’amuser et c’est tout de même à se demander si on a quelque chose d’écrit par les scénaristes ou une improvisation des acteurs tant ça passe bien à l’écran.

Après la fête, Sarah finit par s’occuper de décorer les plâtres de Mehdi, les rapprochant encore alors que nous ne savons rien des vrais problèmes médicaux de ces deux-là, toujours pas développés. On ne peut pas en dire autant des personnages, surtout de Sarah qui transcende l’épisode avec son caractère permettant d’obtenir une sono pour la fête. Comme je le disais plus haut, elle en devient terriblement attachante avec son franc-parler dévoilant finalement une sensibilité très juste. Je regrette juste que le scénario ne développe pas plus sa vie scolaire, car il y aurait de quoi faire aussi… peut-être plus tard. Thomas largue quant à lui Roxane sans lui donner d’explications, et on peut dire adieu à ses progrès médicaux cette fois.

Bref, le scénario est impeccable, liant les problèmes médicaux des personnages à leurs maladies également. Difficile d’en attendre plus de la série qui parvient parfaitement à maîtriser les différentes doses d’émotion dans un équilibre difficile à trouver. Certes, ils peuvent compter sur l’histoire vraie dont est inspirée la série, ou sur tout un tas d’adaptations télévisées, pour y parvenir ; mais d’autres s’y sont cassées les dents avant, et ce n’est clairement pas le cas des Bracelets rouges version française. Vivement la semaine prochaine !

 > Retour à la liste des épisodes

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.