Rise – S01E04 – S01E05

Épisode 4 – Victory Party – 14/20
Ah, ça y est, ils ont enfin chanté Glorious, et c’était moins bien que dans la bande-annonce ! Un épisode tout classique, une série qui se laisse regarder et dans laquelle il se passe plein de choses, mais toujours pas une série incontournable pour ma part. C’est un bon moment, rien de plus, rien de moins.

> Saison 1


Spoilers

04.jpg

Well Lilette doesn’t vibe, okay?

L’épisode commence par la planification d’un voyage en famille par Lou et sa femme qui refuse toutefois de laisser Gordon seul chez eux. Pas bien intéressant donc. Dans le reste de la préparation de l’épisode, Robbie se prépare à un match important, avec l’aide de sa petite amie cheerleader et les conseils invasifs de son père.

Les répétitions du spectacle continuent pour Lou qui refuse d’écouter les conseils de Tracy ou Maashous et réussit juste à péter un peu plus le matériel électrique du théâtre. Cela lui permet de ramener un pote et prof, Andy, plus ou moins électricien et de capter qu’il ferait un couple merveilleux avec Tracy, qui a besoin de s’acheter une vie d’après la femme de Lou.

Forcément, Tracy le rejette lorsqu’il tente sa chance, mais on sent bien que ça ouvre quelque chose en elle. Et bien sûr, elle le retrouve au match de foot du lycée où Lou et sa femme lui conseille de foncer pour le rencard parce qu’elle n’a rien à perdre. Tracy se comporte en vraie adolescente, mais bon.

Malgré la scène de l’épisode précédent, Simon se prépare en famille à se rendre dans sa nouvelle école. Il lui reste tout de même du temps à passer au lycée et y entend donc que Robbie invite Lilette à une fête le lendemain du match. Pour pouvoir s’y rendre, Lilette incruste Simon à la fête, mais celui-ci se sent obligé de protéger sa meilleure amie en allant voir Robbie pour le menacer et l’empêcher de faire du mal à Lilette.

Il n’en faut pas plus pour que Robbie désinvite Simon, alors que celui-ci est en train de provoquer une réaction en chaîne totalement imprévue en informant son rencard de la fête de Robbie. Le but ? Lui expliquer que leur rencard n’aura pas lieu. La conséquence ? Tout le club théâtre qui se sent invités alors qu’il ne l’est pas. Et c’est d’autant plus une mauvaise idée que Robbie se foire totalement lors du match et perd contre une équipe contre laquelle le lycée n’a pas perdu depuis dix ans. C’est con.

Le lendemain, Tracy accepte l’invitation au rencard du pote de Lou lorsqu’il réussit, avec son frère, à réparer l’électricité du théâtre. Bon, le rencard ne se passe pas si bien que ça, parce que lorsqu’il tente de la complimenter, il lui révèle surtout ce que les autres pensent d’elle, puis que Lou est celui qui est à l’origine de ce rencard. Tout ce qu’elle ne voulait pas entendre quoi.

La famille de Lou se rend dans la famille de sa femme si je comprends bien pour assister à un spectacle de leur nièce. Lou découvre que le matériel de son école est énorme et demande aussi à ses mères d’investir dans leur matériel de lycée. Pas bien intéressant et beaucoup trop ambitieux.

Lorsqu’ils rentrent, c’est pour mieux découvrir que Gordon a disparu (pour se rendre lui aussi à la fête de Robbie forcément) et pour se faire engueuler par Tracy complétement énervée de découvrir que Lou interfère avec sa vie en lui organisant un rencard avec Andy. Bon, Tracy finit par se calmer grâce à un joli discours d’Andy qui finit par se la mettre dans la poche au point de réussir à l’embrasser lorsqu’il la ramène chez elle. Comme quoi, tout arrive !

La fête de Robbie se passe forcément mal, parce que personne n’a envie de faire la fête après la défaite humiliante de la veille. Il s’en sort comme il peut en tentant un discours bien pourri où il dit que ça ne réarrivera plus et où toute l’équipe se comporte… en équipe.

Alors qu’il réussit à remotiver tout le monde, les premiers membres du club théâtre se pointent et casse l’ambiance. C’est la fête de lycée la plus bizarre des séries américaines qui commencent alors, avec tout le lycée qui arrive pour une fête où ils ne sont pas invités. Normal…

Et pour ne rien arranger, Lilette arrive en retard, avec un Simon aussitôt occupé avec son rencard, au grand dam de son futur petit copain. Lilette s’excuse d’avoir provoqué un tsunami d’invitations, alors qu’elle n’y est pas pour grand-chose, et passe ensuite du bon temps avec Robbie…

Jusqu’à ce que le père de celui-ci l’emmène dans une chambre qui est clairement un temple à la gloire de Robbie et les innombrables trophées qu’il a.

Pendant ce temps dans le salon, le club théâtre part en vrille en se mettant à chanter devant l’équipe de foot qui ne le prend pas si bien. C’est une étrange cohabitation en même temps, et pas du tout la même manière de faire la fête. Je trouve que la série manque un chouilla de nuances, mais les lycées américains semblent organiquement constitués comme ça dans toutes les séries, alors c’est possiblement réaliste, allez savoir !

Gordon découvre que ses parents l’ont retrouvé alors qu’il était en plein fantasme sur la fille de son coach. Il refuse ainsi de rentrer avec eux et passent la nuit dehors, même lorsque la fête se termine subitement à cause de l’ignorance crasse des joueurs de football vis-à-vis de Michael, qu’ils appellent Margaret et qu’ils assaillent de questions idiotes. Si Robbie prend le parti de protéger le club théâtre, il sait aussi que cette fois la fête est définitivement terminée. Il perd clairement son statut de meneur et s’en prend à Lilette lorsque celle-ci tente de le réconforter.

Simon se fait ramener par son partenaire de théâtre qui l’embrasserait bien vu le petit discours qu’il lui fait. Entre l’alcool et cette tension inachevée, Simon se retrouve à vomir chez lui. Cela inquiète sa mère voulant finalement le voir rester dans cette école car il part beaucoup trop en vrille à cause des décisions parentales. C’est bien, elle assume ce qu’elle pense, ça change.

Robbie prend finalement la décision de débarquer chez Lilette pour s’excuser de son comportement misérable et pour l’embrasser (alléluia), ce qui fait une fin d’épisode plutôt mignonne.


Épisode 5 – We’ve Got All Our Junk – 16/20
Ah ! Avec cet episode, j’ai l’impression que la série trouve enfin ce qui lui manquait jusque-là pour se démarquer. Cela paraissait pourtant facile vu les talents dans le casting, mais ça a tardé à venir. Les intrigues sont intéressantes, même si toujours assez prévisibles malheureusement. J’ai terminé l’épisode avec l’envie d’en voir plus, comme quoi tout finit par arriver.

> Saison 1


05.jpg

– Tell me it gets better.
– Actually, it is better than usual.

L’épisode reprend là où il nous avait laissé : Lou et sa femme sont morts d’inquiétude et passent une nuit blanche à attendre des nouvelles de Gordon qui se réfugie, pour changer, chez son coach. C’est à la fois une bonne idée de survie et une mauvaise idée pour draguer Gwen devant qui il se fait engueuler par sa mère quand elle le récupère. Normal.

Bon, Gwen a rapidement d’autres soucis en tête quand elle apprend que ses parents divorcent. En même temps, elle devait s’en douter : se faire traîner à leur thérapie de couple, c’était louche. Elle passe le reste de l’épisode à questionner ses parents, cherchant des réponses sur l’origine de leur divorce, dont Gordon finit par entendre parler. Oh, mais dis donc ça leur fait un secret partagé tout ça (parce qu’évidement Gwen ne veut pas que ça se sache). Elle assiste au départ de son père, en larmes.

La matinée commence tout aussi mal pour Robbie dont le père a beaucoup de choses à critiquer, à commencer par la situation familiale de Lilette. Effectivement, chez elle, Lilette est encouragée à draguer Robbie plus qu’autre chose.

Robbie rencontre la mère de Lilette et comprend assez vite ce que son père voulait dire ; surtout quand il voit Vanessa harcelée par son boss. Lilette se sent immédiatement jugée et devient immédiatement hyper agressive, jugeant à son tour la famille de son copain. Après tout, elle marque des points à propos de son père abandonnant sa mère malade.

Forcément, ça perturbe aussi les répétitions puisque Lilette refuse d’embrasser Robbie… et décide donc de le larguer pour ne pas tout mélanger. Pff, ridicule, clairement. Forcément, elle finit par en parler à sa mère qui s’énerve de voir que le problème du couple naissant vient d’elle. Robbie n’a pas dit son dernier mot non plus et réussi rapidement à charmer de nouveau Lilette grâce à une jolie vue et un discours plat… qui permet aux répétitions de s’améliorer bien vite.

Quant à la mère de Lilette, elle finit par péter un câble contre son boss en fin d’épisode : quand elle lui demande enfin d’arrêter d’avoir les mains si baladeuses, celui-ci se comporte un peu plus en gros porc et n’est pas loin du viol tant il la harcèle. Il n’en faut pas plus pour qu’elle l’éclate, devant témoins, quand lui agissait sans témoin bien sûr. Cela ne sent pas bon pour elle et promet un épisode 6 intéressant.

De son côté, Simon arrive à St Francis plein de regrets. Il s’isole assez clairement de toute vie sociale active même s’il dit à ses parents que tout va bien. Dès qu’il a du temps, il se rend auprès de Lilette pour épier les répétitions. Celle-ci comprend assez rapidement qu’il tente de sauver les apparences mais qu’il n’est pas si heureux.

Elle le pousse à en parler à ses parents et Simon réussit effectivement son coup de poker, obtenant le soutien de sa mère qui comprend que les problèmes du père de Simon viennent d’ailleurs. Il y aurait des choses à expliquer et creuser, parce que le père abandonne bien vite le combat quand même. Et oui, Simon revient déjà au lycée, ce fut du rapide !

Pendant ce temps, le spectacle continue donc de s’organiser avec des vraies répétitions de chants en compagnie de l’orchestre du lycée qui n’est pas spécialement… harmonieux. Heureusement, Maashous a comme toujours une solution idéale avec un autre lycéen qui refuse de faire partie de l’orchestre parce qu’il a un turban et préfère faire profil bas.

Lou sait aussi comment faire pour pousser au meilleur l’orchestre, quitte à les pousser un tout petit trop et à se mettre Harold à dos. Harold ? Le professeur de cet orchestre qui décide de démissionner après cette tentative plutôt réussie de Lou pour prendre sa place. À coup de discours bien sentis, Lou parvient tout de même à le convaincre de rester et on est sur une intrigue classique et déjà vue, y compris dans la série où c’est exactement ce qu’il a fait avec Tracy.

Lou débarque aussi auprès du coach pour s’engueuler avec, parce qu’il ne s’occupe pas assez bien de Gordon. Assez vite, il comprend que sa colère n’est pas particulièrement dirigée et qu’il ferait mieux de parler de son père alcoolique à Gordon. Il ne le fait pas immédiatement, préférant mettre en place de nouvelles règles qui ne correspondent à personne mais présentent un front uni à son fils. Finalement, il change d’avis et en parle à Gordon qui semble murir aussitôt et être d’un coup en capacité d’aider Gwen à affronter ses problèmes quand jusque-là, parce que lui aussi est en train d’affronter les siens.

Il faut noter enfin que Tracy retourne au lycée, terrifiée de croiser Andy qu’elle évite autant que possible, l’espionnant de loin. Lou s’amuse de la situation, principalement parce qu’elle se comporte comme une adolescente et dit ne pas vouloir entamer une relation amoureuse d’ado. Finalement, c’est sans surprise qu’elle finit par l’embrasser Andy dans une salle de classe et que leur relation promet de décoller par la suite.

Avec le retour de Simon, avec l’arrivée du nouveau guitariste plus rock au turban et avec la prise de chant par tous les figurants qui deviennent subitement des personnages sortant de nulle part, le spectacle continue alors les répétitions avec, pour la première fois de la série, une chanson suffisamment entraînante pour que j’envisage de la réécouter. Elle donne son titre à l’épisode et provoque la joie des professeurs, et je le comprends parce que moi aussi ça me redonne enfin de l’espoir pour que la série se démarque. Avec autant de talents vocaux, c’est une honte que la bande son ne soit pas mieux gérée depuis le début, mais la série prouve qu’elle peut le faire et il reste assez d’épisodes pour qu’elle se rattrape.

> Saison 1

15 commentaires sur « Rise – S01E04 – S01E05 »

    1. Je ne sais pas, je suis à peu près sûr que Gordy est un diminutif et que son coach l’a appelé Gordon dans l’épisode 2 ou 3 XD du coup tu me remets le doute, mais j’ai découvert qu’il jouait dans Billy dans Glow, je ne l’avais pas reconnu du tout ! 😮

      Aimé par 1 personne

      1. aaaah bon, oui, après c’est peut-être vrai, quand t’y penses, Gordy c’est pas un nom trop donné! bon écoute, Gordy-Gordon, on va pas chipoter 😉
        en parlant de GLOW, j’ai testé deux épisodes et j’ai pas du tout accroché, ça vaut le coup ou pas?

        J’aime

      2. Yep, mais j’écrirai peut-être Gordy la semaine prochaine, parce qu’il est présenté comme ça sur imdb et sur le site officiel de la chaîne 😂

        J’ai vraiment énormément accroché à Glow moi, mais c’est particulier comme série 🤔 je pense pas que tu peux peut-être essayer un 3e, mais si t’aimes pas, y a tellement d’autres séries que ça peut s’abandonner 😅

        Aimé par 1 personne

      3. tu fais très bien ton taf, j’ai trouvé l’article 😉 je me laisserais peut-être tenter, quand j’aurais plus de temps, et si j’ai un creux dans mon planning (ce qui n’arrive JAMAIS, il faut le dire, encore plus quand on participe au Challenge Séries haha)

        J’aime

  1. Ça y est, j’ai abandonné Rise. Je n’ai même pas regardé l’épisode 5. Je n’ai pas eu le temps depuis sa diffusion et j’aurais pu le voir ce week-end mais je me suis aperçue que je n’en avais pas envie même si je ne trouvais pas la série désagréable quand je la regardais. Mais bon j’ai d’autres trucs à voir. Bon rassure-moi, Tracy c’est bien Andy qu’elle embrasse, pas Lou ?! parce que ce n’est pas très clair 😀

    J’aime

    1. Ah c’est con, l’épisode 5 était pourtant mieux :’) Je laisse toujours 5 épisodes au moins avant de me décider, si j’ai le temps de voir les cinq (oups pour Krypton).
      Oui, c’est bien Andy, je vais éditer la phrase, effectivement à la relecture, ça manque de précision sur le COD, merci !

      J’aime

      1. Pour le nombre d’épisodes que je laisse passer avant d’abandonner ça dépend vraiment. Parfois c’est juste 1, si la série ne me branche vraiment pas, la moyenne c’est 3-4 et ça peut aller jusqu’à 5 ou 6. Pour Rise, le problème c’est que j’ai vu Glee, j’ai vu Friday Night Lights, je regarde Parenthood du même showrunner donc du coup elle ne m’apporte vraiment pas grand chose et ne m’accroche pas suffisamment pour que je continue. J’ai vraiment l’impression de revoir les mêmes choses sans le charme des autres séries. Je veux dire, les séries familiales (comme les séries médicales, les séries judiciaires, policières etc…), c’est évidemment toujours la même chose mais certaines ont ce truc en plus (comme This is Us) qui fait qu’on passe outre le fait que ça a déjà été fait, certaines ne l’ont pas.
        Et la phrase sur Andy est bien plus claire comme ça 🙂

        J’aime

      2. Je suis bien d’accord qu’il manque quelque chose à Rise, et c’est dommage ! J’ai espoir qu’ils prolongent dans l’ambiance du fin du 5, mais je n’y crois pas trop :/

        J’aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.