Arrow – S02E14-23

Mieux vaut tard que jamais, j’ai profité du WESéries pour enfin reprendre Arrow après quelque chose comme deux mois et demi d’arrêt. Ce n’est pas que je n’avais pas envie de voir la suite, juste que le planning séries est reparti à toute vitesse. J’ai accumulé plein de retard dans d’autres séries, mais pour le bien de mon challenge perdu d’avance et pour satisfaire ma curiosité, je pense qu’il est temps que je reprenne. J’avais vu l’épisode 14 il y a quelques mois sans jamais en publier la critique, j’ai repris aujourd’hui à l’épisode 15, et quand j’ai relu mon résumé du 14, franchement, je me suis juste dit… mais qu’est-ce qu’il m’a pris de m’arrêter ??

Spoilers


Épisode 14 – Time of Death – 18/20
Excellent épisode qui bouscule les dynamiques pré-établies entre les personnages et prend le temps d’apporter quelques conclusions. Ce n’est pas toujours hyper nécessaire (les flashbacks, toujours) et c’est parfois précipité (Laurel), mais les développements proposés par l’épisode sont sympathiques et mène à l’un des meilleurs cliffhangers de la série, donc les défauts sont rapidement oubliés dans cet épisode.

Saison 2


14.jpg

I have loved you for half of my life. But I’m done running after you.

Une fois n’est pas coutume, l’épisode commence par une intro nous présentant le thème de l’épisode avec des agents bien entraînés, suivant des instructions très précises données par Robert Kneeper. Oh, voilà un méchant qui promet, cette tête de psychopathe est parfaite pour ce genre de rôles.

Dig, Sara et Oliver s’entraînent et comparent leurs cicatrices, une scène très sympathiques pour introduire cette nouvelle équipe, même si ça manque un peu de Roy. Felicity fait ce qu’elle peut pour rester dans le délire.

Du coup, elle s’entraîne physiquement à son tour, parce qu’on ne sait jamais, et parce qu’elle est jalouse de Sara, clairement. C’est pourtant cette dernière qui l’aide à avoir de meilleurs appuis pour un meilleur entraînement.

Elle passe l’épisode à se sentir menacer par la présence de cette nouvelle blonde qui est en plus en couple avec Oliver. Forcément, on la comprend, c’est gênant tout ça. J’aime bien cette jalousie, même si je ne suis pas des plus fans de l’idée que les deux femmes doivent forcément se détester. Heureusement, Sara est plutôt d’accord avec moi, c’est déjà ça. Felicity, en revanche, découvre que Sara est douée en combat et avec un microscope. Elle découvre aussi que le méchant de la semaine est plus doué qu’elle en informatique.

Pendant ce temps, Oliver organise une soirée pour le retour à la vie de Sara. La tradition, quoi. Il s’étonne de ne pas voir Laurel venir – elle préfère se boire un bon verre de vin – alors que Thea s’étonne de voir Sin si heureuse de « rencontrer » Sara. Thea commence déjà à se douter d’un problème possible entre Moira et son frère, Quentin se rapproche de sa femme, mais se barre de la soirée quand il reçoit un appel de ses collègues à propos d’un meurtre.

Il ne faut pas longtemps pour que Sara et Arrow se pointent et qu’elle lui dise « nous t’avons vu quitter la soirée ». Est-ce que Quentin comprend pour autant qu’il a en face de lui Oliver ? Non, toujours pas. Franchement, au-delà du visage qu’il pourrait ne pas reconnaître (fin franchement, c’est abusé, surtout que Sara a le même masque), l’officier fait franchement preuve d’un manque flagrant de raisonnement. Ce n’est pas comme ça qu’il va redevenir détective. Sans trop de surprise, il confie son enquête à sa fille et au justicier, parce que c’est plus rapide que de faire le taf soi-même.

En plus, Quentin parvient à convaincre Laurel d’accepter un repas familial, histoire de tenter de reconquérir son ex-femme. Non seulement il y parvient, mais en plus Laurel accepte d’organiser. Ben voui.

Sara, stressée, y invite Oliver. Il ne faut pas longtemps pour que ça vire au désastre. La mère avoue avoir quelqu’un à Central City ; Laurel comprend que Sara s’est remise avec Oliver, qui n’avait de toute manière rien à faire ici. Elle pète un câble et hop, fin de la soirée. Joie.

Bon, Oliver poursuit Laurel pour la remettre un peu en place, même si pour le coup, je trouve qu’il est un joli con avec elle. Il était temps qu’il comprenne que ses sentiments pour elle étaient ridicules. De là à lui dire qu’elle pouvait aller boire au Verdant à son compte, c’est du foutage de gueule bien méchant.

Concernant la phase d’action de l’épisode, c’est bien simple, j’ai adoré. Le méchant était parfaitement interprété et fonctionnait à merveille à tout calculer et à infiltrer le système informatique de Felicity avec un virus. Tout l’épisode était surtout un moyen de travailler le personnage de Felicity, et si ce n’était pas subtile du tout, ça fonctionnait bien, surtout vis-à-vis de son auto-comparaison permanente avec Sara.

Si Sara/Felicity, ça peut finir par être chiant, c’est pour le moment assez chouette à voir, et ça ne devrait pas durer trop longtemps. En effet, Felicity gagne en importance et en confiance, quitte à ce qu’elle le fasse de manière débile et s’en sorte avec une cicatrice, après avoir sauvé la vie de Sara et mis KO par elle-même le méchant, qu’elle a aussi retrouvé à deux reprises par elle-même. Celui-ci a beau être en phase terminale, je sens qu’on le reverra. Rien qu’avec cet acteur casté de toute manière, ça ne peut pas être juste pour un épisode.

En fin d’épisode, Sin fait un câlin à Sara et sa vraie identité est révélée…. Sa vraie identité ? Eh oui, les scénaristes s’amusent à construire des passés improbables à leurs personnages qui se retrouvent tous liés de manière pire que dans LOST.

En flashback sur l’île, le trio tente toujours de s’échapper et reprend espoir en voyant un avion survoler l’île. Le bateau l’abat immédiatement. Parmi les décombres de l’avion (vous voyez, LOST !), le trio découvre un pilote encore en vie. C’est Sara qui s’en occupe et apprend que celui-ci a une fille qu’il veut savoir en sécurité. Une petite fille ? Sin ! Bonjour la logique.

Si le pilote meure, il demande malgré tout à Sara de s’occuper de sa fille et de vérifier qu’elle aille bien. C’est un peu gros que sa fille se retrouve comme par hasard à Starling City franchement, et l’intrigue ne sert absolument à rien : j’aime déjà Sara sans lui donner ce rôle de samaritaine, Sin est toujours aussi inutile et rien ne change. Bon, la mort de son père arrange néanmoins les affaires du trio qui trouve un moyen de se rendre sur le bateau dans les débris de l’avion. C’est toujours ça de pris.

Autrement, dans le présent, Thea remarque que son frère a disparu de la maison familiale et l’interroge sur ses relations avec Moira. C’est une opportunité pour les scénaristes de nous rappeler qu’il dirige toujours la compagnie familiale, il était temps. C’est aussi une opportunité pour que Sara se décide à postuler au Verdant où elle sera désormais derrière le bar. Cela fait une bonne excuse pour elle y soit toujours, et ça dépanne Thea qui avait justement besoin d’une employée. Laurel vient lui rendre visite pour se réconcilier, bonjour la logique. J’adore Laurel, mais là le travail est bâclé. Elle se rend ensuite aux alcooliques anonymes, où elle tombe sur son père. Vive l’anonymat de la réunion.

Pour en revenir à Thea, elle sent bien que son frère lui ment, donc elle le force à rentrer au manoir avec une excuse pourrie. Oliver fonce tête baissée, ce qui amène au cliffhanger probablement le plus imprévu de la série jusqu’ici : Slade est en rendez-vous avec Moira, qui lui présente son fils. What. The. HELL ? Il y avait 150 autres manières plus logiques d’annoncer la résurrection de Wilson Slade à Oliver, mais non, il fallait que ça se fasse par l’intermédiaire de Moira.


Épisode 15 – The Promise – 15/20
Arf, c’est un comble d’attendre deux mois et demi pour reprendre la série, de mourir d’envie de la reprendre et de tomber sur ce genre d’épisode cumulant tout ce qui me soulait dans la série. Ça ne donne pas trop envie de continuer, mais je sais bien que ça devrait repartir ensuite. Et puis, il y avait quand même de bons moments d’action dans cet épisode pour ne pas trop m’ennuyer.

Saison 2


15.jpg

Not yet, kid, I’m still to meet the rest of your family.

Deux mois et demi plus tard, je reprends la série qui revient exactement à l’endroit où je l’avais laissée : Oliver est confronté à la résurrection de Slade qui s’amuse de la situation. Il nargue Oliver et propose à Moira du rhum, la dragouillant un peu au passage, devant son fils. Il passe une bonne partie de l’épisode à discuter, notamment du deuil et de la manière dont il faut savoir l’accepter. Bizarrement, Slade n’est pas d’accord avec Oliver sur le sujet.

Moira se montre charmante avec lui alors qu’Oliver tente de le tuer dès qu’il en a l’occasion. Bien sûr, Thea débarque dans la maison et les deux femmes de la famille propose à Slade de visiter toute la maison, malgré les réticences d’Oliver. Celui-ci profite d’une distraction pour appeler Felicity qui se met sur haut-parleur et fait entendre la conversation à Roy, Sara et Diggle.

Sara reconnaît immédiatement la voix de Slade et lance l’assaut sur la demeure Queen parce qu’elle sait que Slade tuera toute la famille d’Oliver si on le laisse agir. Le plan est plutôt pas mal : Roy doit emmener Thea et Moira en sécurité, Diggle doit sniper Slade dès qu’il en a l’occasion, Sara s’infiltre pour ne prendre aucun risque.

Il est assez drôle de voir Slde découvrir que Sara et Oliver sont toujours en très bon terme, alors qu’il a également rencontré Roy plein de Mirakuru. Slade choisit ainsi de quitter la maison, et Oliver l’accompagne, espérant bien que Slade sera tué par Diggle devant lui… pas de chance : Slade aussi a ses hommes et ils neutralisent Diggle.

Par conséquent, Slade peut s’échapper en menaçant de nouveau Oliver, en lui rappelant une promesse qu’il a faite cinq ans plus tôt…

En flashback, nous reprenons sur Oliver qui s’entraîne à devenir le guerrier qu’il est aujourd’hui, nous faisant presque croire que tout est possible avec un peu de volonté. Bon, c’est sûrement le cas, mais la volonté, je ne l’ai pas moi. Ce qui est bien, c’est qu’à ce stade des flashbacks, Slade et Oliver sont amis.

Oliver prend Sarah à part (pour lui parler, on se calme) afin de lui expliquer qu’il vaut mieux détruire le Mirakuru. Contre toute attente, Slade approuve et ils brûlent leur stock. Ce n’est toutefois pas le seul secret d’Oliver et Sara : elle lui fait promettre de tuer Ivo avant qu’il ne puisse parler à Slade et lui révéler que Shado est morte parce qu’Oliver a choisi de sauver Sara.

Oh, bien sûr, elle le présente de manière plus sympathique que ça, mais ça n’empêche qu’Oliver se retrouve à faire des cauchemars de Shado voulant se venger de lui après une réplique bien sentie du genre : « Je ne suis pas en vie. Souviens-toi, je suis morte. » Merci Captain Obvious !

Le trio met en place un plan pour s’attaquer au cargo et part à l’attaque. En revanche, sur le cargo, Ivo souhaite soigner une femme – mais c’est cause perdue – et torture un homme pour en récupérer l’œil, parce qu’il a besoin d’un œil pour ses recherches. Ah. Donc Slade va donner son œil pour sauver Shado, c’est ça ?

En attendant d’en savoir plus, il faut supporter cet épisode qui traîne en longueur. Le trio attire les hommes du cargo sur la plage pour détourner l’attention. Oliver allume ainsi un brasier grâce à une flèche tirée à distance pour ensuite se rendre… devant le brasier afin d’y être capturé. Quel est l’intérêt de réunir de quoi faire un brasier, de se barrer, de l’allumer à distance et d’y revenir ? Aucun, à part nous montrer qu’il a encore du mal à tirer ses flèches. M’enfin, ça, c’est de la logique scénaristique. Les personnages sont juste particulièrement cons.

De retour sur le cargo, Oliver sympathise avec les autres prisonniers, c’est-à-dire qu’il leur parle et que ce n’est pas intéressant. Sans trop de surprise, Oliver se fait ensuite torturer par Iro qui lui donne du sérum de vérité. Par chance, Sara lui a donné un antidote avant et il peut donc y résister, menant Ivo droit dans le piège qu’ils ont prévu. Il fait réunir tous les hommes du cargo dans la salle des moteurs, où il est facile de les tuer.

Bon, j’ai reporté mon visionnage de The Rain car je craignais que ce soit trop sombre avec le soleil, mais cet épisode sur le cargo n’est pas spécialement du genre lumineux non plus, il faut bien le dire. Sara manque de se faire tuer par un prisonnier lui en voulant, mais bizarrement, elle s’en sort. Quelle surprise, je pensais vraiment qu’elle allait mourir… … Quel intérêt de faire ce genre de faux suspens ?

Pendant ce temps, Slade parvient à contacter Jessica, sa femme, qui lui en veut d’avoir disparu. Ils sont coupés à cause d’une explosion, donc il rejoint Oliver chargé de tuer Ivo. Plutôt que de le tuer directement, Oliver le laisse parler du dilemme Shado/Sara face auquel il l’a confronté et c’est sans surprise que Slade entend la conversation.

Il le vit assez mal et s’en prend immédiatement à Oliver, alors que le cargo est en train de couler, avec des explosions dans tous les sens et des fusillades. Oh, c’est plutôt joli à voir et sur le plan technique, ils font des choses vraiment pas mal ; mais dans l’ensemble, ça ne m’a pas passionné autant que ça le devait.

Finalement, Oliver parvient à rejoindre Sara et ils prennent la décision difficile (apparemment) d’abandonner le cargo qu’ils comptaient simplement reprendre pour retourner à Starling City. Malheureusement, ils sont séparés par Slade qui emprisonne Oliver et Ivo avant de prendre le commandement du bateau.

Sara débarque sur la plage et comprend qu’Oliver ne l’a pas suivi, alors que sur le cargo Slade s’amuse à reconstituter la scène du meurtre de Shado. Ce n’est pas bien passionnant parce que ça se fait de nouveau à base de faux suspens puisqu’Ivo menace de tuer Oliver mais qu’on sait bien qu’Oliver va survivre. Ivo perd sa main dans l’opération.

Le cliffhanger revient dans le présent et nous révèle que Slade a mis des caméras partout dans la maison en en faisant le tour. Ce n’est pas bien surprenant, mais c’est marrant de le voir observer Moira virer son fils de chez elle, dépitée par la manière dont il se comporte en présence d’invités qui n’ont rien fait. Ehe.


Épisode 16 – Suicide Squad – 14/20
Je n’ai décidément pas beaucoup de chance pour ma reprise puisque je tombe maintenant sur un épisode de transition qui n’est pas passionnant non plus à se concentrer sur des personnages que je n’aime pas. Pourtant, l’idée de base était vraiment sympathique, mais ça n’a pas pris sur moi. Dommage.

Saison 2


16.jpg

Because when we talk, we tend to get divorce.

Oliver continue d’être tourmenté par le souvenir de Shado et il décide de contacter un russe pour retrouver Slade et emmener le combat directement à lui. Evidemment, le russe refuse de lui rendre service sans qu’Oliver ne lui en rende un avant, donc notre archer est forcé de se faire respecter par la force.

Le lendemain, il retrouve Sara dans son repaire, et elle lui en veut d’avoir découché. Ils parlent un peu de Slade et de ce qu’ils ressentent, et ce n’est pas la scène du siècle. On sent bien qu’il faudra revenir là-dessus ensuite. Par conséquent, au Verdant, Sara et Laurel continuent de rattraper le temps perdu en… parlant d’Oliver et de sa manière de se renfermer sur lui-même.

De son côté, Felicity détourne un peu son attention de Slade Wilson pour envoyer Oliver combattre le crime, parce qu’après tout, il est là pour ça. Malheureusement, Slade s’amuse avec Oliver (en tuant avant lui les criminels) qui continue plutôtsa mission perso avec les russes. Sara retrouve Oliver et parvient à lire en lui assez bien, décryptant ses cauchemars et lui rappelant que si Shado n’était pas en train de le hanter, ce serait Sara qui le hanterait. Bien vu. Oliver finit par avouer qu’il a peur de voir Slade s’en prendre à elle et repart de son côté.

De retour au Verdant, Sara sert un cocktail sans alcool à Laurel qui vit bien sa sobriété à passer sa journée dans une boîte de nuit, au bar, quand même. Comme les scénaristes ne savent pas bien quoi faire de Laurel pour le moment, elle se retrouve à donner des conseils de couple à Sara puis à Oliver. C’est du grand n’importe quoi, mais c’est marrant à voir malgré tout.

Malgré les bons conseils de Laurel, Oliver décide d’abord de partir en mission solo pour arrêter Slade, ce qui ne fonctionne pas. Il finit par entendre ce que Laurel lui disait et se confie enfin à Sara, décidant de s’attaquer à Slade avec Sara.

C’est mignon, les deux finissent avec un ennemi commun et un baiser. Laurel est toute contente de voir Oliver suivre ses conseils… et elle l’invite carrément à diner avec elles. Ben voui. Pas de chance, Oliver refuse pour s’occuper d’un nouveau criminel.

Le gros de l’épisode est toutefois de se centrer sur Diggle qui part en aventure solo, et c’est bien ça le problème. La série marche bien dans ses interactions, pas tellement dans ses plans solo.

Diggle planque devant chez Felicity car il a peur que Slade s’en prenne à elle. Celle-ci le repère bien vite et lui dit de lui lâcher les basques, parce que de toute manière, Slade la tuera si c’est ce dont il a envie. Ben oui, bien sûr, logique.

Du coup, Diggle se rend à l’hôtel où il retrouve son ex-femme, Lyla, qui l’embrasse aussitôt. Malheureusement, leur petite sexcapade est vite interrompue par la boss de celle-ci qui a besoin d’eux pour une mission. En flashback, on quitte l’île pour s’intéresser au passé militaire de Diggle et l’arrestation de Gholem Qadir six ans plus tôt par celle qui allait devenir sa femme.

Qadir voit ensuite sa vie être sauvée par Diggle lors d’une fusillade. C’est comme cela qu’ils finissent par devenir amis. C’est expéditif, mais en même temps, l’épisode ne fait que quarante minutes quoi. Les scénaristes en profitent tout de même pour nous proposer le premier flirt Diggle/Lyla en flashback.

La mission de Waller ? Elle concerne bien sûr Gholem Qadir qui a été libéré et recommence à faire de la merde, s’intéressant notamment à la machine ayant détruit une partie de la ville. Pour l’arrêter, elle fait appel à Diggle et… Une équipe de criminels, dont Deadshot. Ce sera plus simple d’effacer traces de leur existence si ça tourne mal.

Bon, bien sûr, libérez quelques criminels et il y en a pour tenter de s’enfuir, ce qui permet de découvrir qu’ils sont piégés : s’ils s’enfuient, ils se font tuer. Normal. Bon, en vrai, cela permettait quelques bonnes scènes d’action pour Diggle et j’aimais bien son amitié avec Qadir. En revanche, le voir parler tranquillement avec Deadshot, ça ne m’a pas passionné.

Diggle se fait passer pour un homme riche ayant mal tourné après l’armée, alors que Qadir lui maintient sa couverture d’homme bon. Il s’est racheté sa liberté en donnant des infos sur les criminels de son pays.

Il se retrouve embarqué dans une soirée de charité où il découvre que la vraie mission est de neutraliser Qadir, quitte à faire exploser le lieu de la fête. Diggle et Lyla n’apprécient pas trop cette méthode extrême et ils se débrouillent pour sauver tout le monde. Malheureusement, Qadir menace Lyla et se fait tuer par l’un des membres du Suicide Squad. C’est n’importe quoi.

Finalement, Diggle se retrouve à sauver la vie de Langton car il ne veut pas le voir exploser comme ça. Le problème ? Waller a envoyé un drone pour tout exploser, et les coordonnées qu’il doit faire exploser sont… celles de Langton. Ou plus précisément de son implant. Par chance, Layla sait comment le retirer et se débrouille pour que le drone explose sans tuer personne.

Sans tuer personne, oui, mais sans détruire les armes chimiques de Qadir et en provoquant un accident diplomatique. Diggle se fait virer sans être remercié pour autant et se réconcilie avec Lyla.

Enfin, le cliffhanger voit Waller et Oliver entrer de nouveau en contact et s’unir autour de la menace Slade Wilson. Waller introduit aussi un nouveau nom badass pour le reste de la saison : Slade s’avère ainsi être Deathstroke…


Épisode 17 – Birds of Prey – 17/20
Ah, enfin ! Me voice de retour devant la série que j’aimais beaucoup il y a deux mois et demi. Cet épisode jouait bien de l’ensemble de son casting, avec de bonnes dynamiques et de l’action, des scènes de combat bien fichues et une avancée dans pas mal d’intrigues secondaires. En plus, le cliffhanger promet de relancer l’action, ce qui est également bienvenue.

Saison 2


17.jpg

Oh I think if the Huntress shows up, you should totally kick her ass.

C’est le retour de Quentin dans la série après deux épisodes d’absence ! Ce n’est pas particulièrement un personnage qui me manquait cela dit, il est tellement stupide à ne toujours pas connaître l’identité de l’archer. Enfin bref, on commence directement par une bonne scène de baston policière à laquelle Oliver et Sara participent. Malheureusement, notre policier préféré se fait tirer dessus, mais heureusement il a un gilet par balle.

Sara pète tout de même un câble et tue l’agresseur de son père, alors qu’Arrow est confronté à Frank Bertinelli, le père d’Helena ! Yeah, youpi, le retour d’Helena alors que Sara est là, ça promet de bons moments.

Laurel se rend à une réunion d’AA où elle dit ne pas savoir quoi faire de sa vie. Je pense que la scène était plutôt facile à écrire pour les scénaristes qui ne savent pas quoi faire de sa vie. Malgré la réunion, elle a tout de même son portable en main et découvre qu’Adam veut la voir… pour lui demander de reprendre son poste.

C’est bien d’être Laurel, ça aide : Adam s’est permis d’arranger les choses pour qu’elle puisse redevenir avocate. Evidemment, elle est mise sur le cas du père d’Helena et le prend aussitôt.

Au Verdant, Roy offre un bracelet à Thea, ce qui semble être l’occasion de la traquer, mais bon. Troy est rapidement détourné de sa relation par une réunion du groupe de super-héros qui est de plus en plus complet : Felicity, Oliver, Diggle, Roy et Sara. Ils retrouvent la trace d’Helena, mais celle-ci est plus maline qu’eux. Elle les trompe facilement ; Roy se fait tirer dessus en pleine main et a toujours du mal à contenir ses envies de tabasser du méchant – jusqu’à ce qu’Oliver l’appelle Speedy.

Cela lui permet de lui rappeler Thea et donc de se calmer. Cela dit, Oliver découvre qu’il a toujours du mal à contrôler sa rage et lui demande de larguer Thea s’il l’aime vraiment, car il est un danger pour elle. Mouais. De son côté, Sara s’inquiète pour sa sœur et annonce qu’elle est prête à tuer Helena s’il le faut.

Le truc, c’est qu’Oliver ne veut tuer personne et qu’il collabore avec la police désormais. Il empêche Sara de se rendre au tribunal où le procès a lieu et où la police organise un piège pour arrêter Helena. Le problème, c’est qu’elle est loin d’être conne et a des hommes sur place elle aussi. Elle prend donc des otages, dont Laurel, alors qu’Oliver s’occupe de sécuriser Frank.

La situation part vite en vrille rapidement, et Sara s’incruste dans le tribunal pour s’assurer que sa sœur, bien planquée, ne finisse pas otage elle aussi. Cela fonctionne bien, mais fait de Laurel une autre grande idiote incapable de reconnaître sa sœur à cause d’un simple masque. Autant quand elle ne la savait pas en vie, ça passait, autant maintenant franchement… Enfin bref. Laurel envisage de se remettre à boire, et Sara l’en empêche.

C’est marrant, parce que du coup, Laurel se confie à Sara sans savoir qu’elle lui parle ; et elle complimente Sara. Evidemment, Laurel refuse de quitter le bâtiment quand elle sait qu’il y a d’autres otages et qu’elle connaît Helena.

Sara décide donc de l’emmener auprès des otages et d’attaquer Helena, mais ça se passe mal : Laurel devient otage et Sara se fait passer par la fenêtre. Une histoire de karma, probablement. Pendant ce temps, Oliver continue de maintenir comme il peut son identité secrète, ce qui est de plus en plus débile quand il décroche le téléphone devant le détective ou quand Helena l’appelle par son prénom en se battant avec Sara. Bon, il finit par accepter de faire un échange d’otages entre Laurel et Frank, ce qui est assez logique.

En parallèle, les flics décident de donner l’assaut et de tuer tous ceux portant un masque. Bien sûr, Helena n’y est plus car après une petite discussion avec Laurel sur la perte de Tommy, elle l’emmène procéder à l’échange.

Malheureusement, Helena met encore trois plombes à tuer son père et elle se fait tirer dessus par un flic zélé qui veut tuer tous les gens masqués et se rend donc sur le lieu de l’échange sans le moindre renfort pour le faire. Allez savoir.

Cela mène à un combat Sara/Helena où Sara est à deux doigts de tuer la Huntress, mais heureusement Laurel l’en empêche. Le flic zélé est rapidement maîtrisé et la seule victime s’avère être Frank, tué par une balle perdue. Helena est donc dégoûtée de ne pas réussir à tuer elle-même son père, mais elle se rend compte qu’elle se trompait. Maintenant qu’elle va en prison, elle s’en fiche pas mal et n’est pas soulagée par la mort de son père.

De son côté, Laurel a compris qu’Adam l’avait piégée et apprend qu’elle ne peut pas récupérer son poste, mais avec un peu de chantage, elle parvient finalement à se faire réembaucher.

Roy s’énerve contre un client du Verdant et comprend qu’il doit rompre avec Thea, mais celle-ci refuse de se faire larguer, évidemment. Ne sachant pas quoi faire, Roy décide donc d’embrasser la serveuse du Verdant devant Thea pour qu’elle le largue d’elle-même. C’était rigolo.

Thea n’est pas idiote et sait bien pourquoi il a fait ça, il n’empêche qu’elle est dégoûtée quand même, ce qui est logique. Elle s’en plaint à Oliver, se plaignant surtout de tous les gens lui mentant et gardant des secrets, heureuse d’avoir Oliver pour ne rien lui cacher. AHA. Bien la culpabilité pour Oliver qui est celui lui cachant le plus de choses, mais bon. Thea décide de rentrer toute seule… et se fait ramasser par Slade Wilson qui lui propose de la ramener chez elle.

En flashback, on en revient encore au cargo qui n’a pas coulé, parce que n’est pas le Titanic qui veut. Oliver se fait torturer et Slade veut voir le bateau repartir. Pour cela, il a besoin d’un ingénieur qu’il a décapité ou d’un prisonnier qui est avec Sara. Celle-ci se retrouve alors en plein dilemme : elle doit livrer le prisonnier pour récupérer Oliver… ou abandonner Oliver.

Elle choisit de protéger Hendrick, donc Slade fait un chantage odieux et la fait hésiter encore plus. Hendrick, le prisonnier, s’en prend à elle, ce qui est une mauvaise idée car il est rapidement maîtrisé. Sara décide donc de le livre en échange d’Oliver.

En parallèle, le tatouage dans le dos d’Oliver est enfin expliqué : c’est Slade qui le tatoue de force pour qu’il n’oublie jamais Shado, même s’il est prêt à le tuer.


Épisode 18 – Deathstroke – 19/20
La série repart sur les chapeaux de roue avec cet épisode qui s’intéresse à de bonnes intrigues oubliées depuis deux ou trois épisodes. Il y a tellement de choses en parallèle dans cette saison que tout ne peut être évoqué à chaque fois, mais quand ça l’est, c’est toujours excellent. Cet épisode est plein de révélations et est à lui tout seul digne d’une fin de saison tellement il se passe de choses. Seulement, il reste encore six épisodes avant la fin de saison, et ça risque par conséquent de traîner en longueur dans d’autres épisodes. En attendant, je ne boude pas mon plaisir.

Saison 2


18.jpg

You’re not going home, Thea.

Slade s’occupe donc de ne pas ramener Thea chez elle et elle finit dans les bras de Sebastian masqué, totalement effrayée.

Roy culpabilise d’avoir largué Thea plutôt que de lui dire la vérité, donc Felicity le réconforte comme il peut en lui parlant de Barry. C’est bien de voir qu’ils n’oublient pas que Barry est toujours dans l’équation.

Felicity rappelle à Oliver qu’il est toujours le PDG de l’entreprise familiale et qu’il ferait mieux de s’y rendre. Ah ben pour le coup après deux mois et demi, j’avais un peu oublié ce détail moi, c’est vrai. Finalement, c’est rapidement zappé après une rapide scène avec Isabel, parce que la campagne de Moira Queen pour être maire continue ! Encore une intrigue que j’avais oublié. C’est fou tout ce qu’ils lancent en parallèle cette saison.

Bref, alors que Moira débat avec Sebastian, elle découvre que sa fille s’est fait kidnapper grâce à une vidéo et c’est immédiatement le bordel dans la série pour tous les personnages présents. Il faut dire que Thea reste le lien unissant tout ce petit monde et quand Speedy est en danger, tout le monde se prépare à aller la sauver en un claquement de doigts.

C’est tant mieux, car ça donne une bonne série : Oliver se débarrasse de ses devoirs de PDG auprès d’Isabel, Diggle et Roy se rendent à l’entreprise et Felicity découvre que tout est la responsabilité de Slade.

Slade se fait finalement arrêter beaucoup trop simplement par Arrow, mais c’est bien parce qu’il souhaitait se faire arrêter. Il a un alibi, ce qui met Quentin dans la merde. Toute l’équipe trace Slade une fois qu’il est relâché de prison, mais cela ne fonctionne malheureusement pas. Ainsi, Slade se rend tranquillement auprès de Thea qu’il libère… à moins qu’elle ne veuille rester auprès d’elle et découvrir le secret de son frère. Ah ben voilà qui est intéressant.

Pendant ce temps, Roy s’énerve de plus en plus : une fois que Slade est relâché et perdu dans la nature, ils n’ont plus aucun moyen de sauver Thea, et cela a de quoi le mettre en rage. Or, on ne veut pas que Troy entre en rage. En même temps, il a un peu raison d’en vouloir au compas moral d’Oliver qui n’a aucun sens dans cet épisode, parce qu’il aurait dû questionner Slade et libérer Thea lui-même quoi.

L’avantage d’avoir Thea enlevée et qu’Oliver se rapproche de nouveau de sa mère qui profite de l’occasion pour s’excuser car elle se rend compte qu’elle avait tort : ses mensonges ne protègent pas sa famille. C’est d’autant plus stupide que la série se répète un peu : on a déjà eu une scène où Quentin ne voulait pas avoir à reperdre une fille dans cet épisode et voilà Moira qui remet toute sa vie en cause parce qu’elle a peur de reperdre un enfant. Allez, c’est mignon quand même de les avoir qui se réconcilient auprès de Thea. C’est la preuve qu’elle est bien le lien pour tout le monde !

Pendant qu’Oliver fait ami-ami avec sa mère, Roy continue de péter un câble et s’en prend à Diggle, avant de démissionner. Bien évidemment, Isabel profite de son rôle de PDG pour récupérer l’entreprise Queen et révéler qu’elle… travaille pour Slade. Enfin, avec. Oups.

Elle révèle le lieu de la planque à Oliver qui décide de s’y rendre. Il ne peut y aller qu’en compagnie de lui-même, cependant, car Slade tuera Thea si quelqu’un d’autre se pointe. Sara n’est pas trop pour mais Felicity tranche et envoie Oliver chercher Thea, quitte à ce qu’il abandonne son compas moral. Bien sûr, Thea n’y est plus et Slade en profite pour libérer des prisonniers qui étaient transférés à la prison venant de rouvrir.

Oliver est tout heureux de retrouver sa sœur, mais celle-ci connaît désormais son secret… Il lui ment depuis des années et sait désormais qu’elle est la demi-sœur de Tommy. Magique. Elle en veut donc à Oliver autant qu’à Moira et Malcolm court toujours.

Après tout ça, Thea décide de… rentrer seule et à pied chez elle. Mais oui bien sûr. Une fois sûr qu’elle est saine et sauve, Roy quitte la ville. Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas perdu quelqu’un dans la nature, tiens. Helena vient à peine de revenir (et finir en prison) que c’est à Roy d’aller se balader.

En parallèle, Laurel se réconcilie également avec Sebastian, ce qui ne pourra que foutre la merde pour plus tard. Ce dernier, cependant, est dégoûté car l’enlèvement de Thea propulse Moira dans l’élection pour devenir maire. Isabel quant à elle explique à Slade que les laboratoires Queen sont occupés à tenter de récréer le Mirakuru.

En fin d’épisode, Quentin se fait arrêter devant Sara pour collaboration avec les justiciers masqués, Oliver décide de contre-attaquer auprès de Slade (oui, il serait temps) et Laurel reçoit la visite de Slade qui lui révèle enfin… l’identité d’Arrow ! Alléluia. C’est plutôt bien joué par l’actrice car on voit qu’elle y croit et tente de recoller les morceaux aussitôt. La suite promet d’être intéressante !

En flashback, l’ensemble des prisonniers se met à débattre du cas d’Hendricks pour savoir s’ils doivent le sacrifier ou non. Sara parvient à les convaincre en y voyant une opportunité de tuer Slade, et tout le monde est d’accord pour ça, alors qu’ils n’ont aucune raison de vouloir tuer Slade, mais bon.

L’échange a lieu et se passe bien : Sara récupère Oliver et donne Hendrick plein de TNT à Slade. Le problème, c’est  que Slade est capable de sentir les explosifs et qu’il n’apprécie pas trop l’idée. Il envisage de tuer Sara, mais Oliver s’interpose et Slade se met à… avoir des hallucinations de Shado. Cela devient redondant. Si c’était pour avoir l’actrice à chaque épisode, ils auraient pu ne pas la tuer, quoi, surtout qu’elle apparaît également à Slade dans le présent, c’est dire !


Épisode 19 – The Man Under the Hood – 16/20
L’intrigue générale avance bien, même si ça va forcément moins vite que dans le précédent. Il est question de gérer les conséquences de toutes les révélations de l’épisode précédent après tout et cela n’empêche pas les scénaristes de réserver quelques surprises et d’introduire des personnages et des intrigues qui reviendront dans The Flash. Bien joué.

Saison 2


19.jpg

Sometimes it’s the people closest to us who lie to us best.

La série reprend au beau milieu d’un plan concocté par Felicity qui regrette son identité. On retrouve nos quatre héros en train d’infilter le laboratoire d’Oliver Queen où ils avaient rencontré Barry (cette fois, la série en fait un peu trop sur son existence je trouve) afin de le faire exploser. Yep, les voilà devenus terroristes et Isabel n’hésite pas à les dénoncer comme tels.

Oliver et Moira découvrent qu’ils sont sur le point d’être ruinés par Isabel qui leur a volé la compagnie. Ils ont besoin de la signature de Thea pour sécuriser une partie des fonds, et ce n’est pas gagné. Oliver s’en veut d’avoir perdu la compagnie (pour l’instant en tout cas), mais c’est encore pire quand il découvre qu’Isabel a couché avec son père aussi, ce qui est beaucoup trop drôle.

Oliver se rend donc au Verdant pour la trouver, ce qui n’est pas facile car elle ne veut pas être trouvée. Un autre qui ne veut pas être trouvé est Slade… mais il se pointe dans la planque d’Oliver et y fait pas mal de dommages, juste pour le fun. Franchement, cette attaque n’a absolument aucun sens, mais elle permet à Laurel de recoller les morceaux concernant sa sœur. Laurel vire dingue en début d’épisode et se créé un tableau spécial justicier pour voir s’il peut être Oliver. Par conséquent, quand elle découvre Sarah pleine de cicatrices, elle s’avère moins idiote que prévu (et que son père) sur le sujet. Quand tu connais l’identité d’un des deux, tu comprends celle de l’autre, merci bien.

Elle passe le reste de l’épisode à les suivre pour découvrir la vérité, puis prend RDV avec Arrow, qui pense qu’elle veut juste parler de son père (tranquillement en train de se faire tabasser en prison). Le passage à tabac de Quentin interrompt la conversation.

Laurel se rend à l’hôpital où Quentin est toujours prisonnier et où il refuse de savoir l’identité d’Arrow. Il parvient à convaincre Laurel que ce n’est pas évident d’être un justicier et qu’il ne veut pas l’humaniser. Celle-ci reste mitigée, mais recommence son chantage auprès de sa boss pour faire libérer son père et s’assurer qu’il reprenne son job. Sans la moindre cohérence, cela fonctionne. C’est magique.

De son côté, Oliver finit par retrouver Thea qui est effectivement au Verdant et qui est encore en train de digérer qu’elle a voulu embrasser son demi-frère tué par son père, alors que son autre demi-frère n’est pas son frère et qu’il lui a menti pas mal de temps. Oh, et aussi, accessoirement, elle a deux meurtriers de masse pour parents.

Finalement, l’attaque de Slade avait bien un sens : il a récupéré la clé technologique capable d’ouvrir toutes les portes dont ils se sont servis pour exploser le labo Queen. Ils comprennent ainsi que Slade veut juste organiser un vol de matériel technologique pour remplacer le sien, détruit par l’explosion. Il se rend donc dans un labo où il tombe sur Caitlin et Cisco, deux scientifiques qui s’en tirent bien en reconstruisant un fusil.

Comme ils sont geeks et scientifiques, Felicity les connaît, d’autant qu’ils sont des amis de Barry. Cisco révèle ainsi que Barry reçoit souvent la visite d’Iris. C’est un backdoor pilot pour Flash ou je ne m’y connais pas. J’espère donc revoir Barry dans cet épisode.

Oliver confronte ensuite Isabel qui révèle des choses intéressantes : elle était plus qu’un flirt pour le père Queen, mais son âme sœur (c’est en tout cas ce qu’elle dit). Ils étaient prêts à quitter le pays quand Thea s’est cassée le bras et l’a retenue à Starling City, alors même qu’elle n’était pas sa fille. Oliver découvre que son père connaissait la paternité de Thea et ça change tout à sa perspective des événements – à celle de Thea en tout cas.

Le problème, c’est que quand Oliver veut l’apprendre à Thea, il est interrompu par Felicity qui a retrouvé la trace de Slade – et Thea n’attend pas la fin de conversation téléphonique de son frère pour s’en aller. Slade ? Il s’amuse à transférer du Mirakuru dans le tas de prisonniers qu’il a libéré, mais aussi en Roy, qu’il a retrouvé. C’est le seul qu’Arrow sauve, mais dans le combat qui se déroule, Isabel se fait tuer par Diggle – en tout cas, elle se prend deux balles. C’est bien dommage.

Roy reste ainsi entre la vie et la mort à la fin de cet épisode, mais au moins il est entre les mains de Felicity qui a aussi du Mirakuru et se met à chercher un vaccin. En effet, Oliver leur apprend enfin qu’il est possible d’en inverser les effets, mais qu’il a honte de le savoir car plutôt que de s’en servir pour stopper Slade, il a préféré le tuer.

En effet, en flashback, sur l’île, Slade n’a donc tué personne et Oliver et Sara se retrouvent avec des prisonniers voulant torturer Ivo. Ce dernier s’en tire bien en leur promettant un moyen de se débarrasser de Slade : il existerait un vaccin anti-Mirakuru. Ah. Il serait temps d’en parler. En échange, il demande de mourir rapidement sans être torturé, ce que Sara accepte.

Il révèle ainsi tout ce qu’il sait sur le Mirakuru à Oliver et Sara, qui accepte de le tuer. Oliver n’est pas si prompt à laisser Sara le tuer : il le fait lui-même pour lui éviter de devenir une meurtrière. Oliver propose ensuite d’essayer de s’en aller en sous-marin.

En fin d’épisode, Thea découvre grâce à Oliver que son père savait la vérité sur son identité mais n’a rien dit. Elle le vit aussi mal qu’elle est censée mal le vivre et se barre de la maison alors que Felicity recontacte Cisco et Caitlin pour qu’ils l’aident à trouver un vaccin au Mirakuru. De son côté, Slade a aussi essayé le Mirakuru sur Isabel, ce qui lui permettra probablement de survivre.


Épisode 20 – Seeing Red – 19/20
C’est le genre d’épisode qui paraît tout sympathique et top mais un peu ennuyeux quand même et qui se termine sur en redéfinissant toute la dynamique de la série grâce à des rebondissements que je n’ai même pas vu venir. Pourtant, ce titre est un vrai avertissement à force, car ça ne se finit jamais comme je le voudrais dans les séries qui ont un épisode nommé comme ça.

Saison 2


20.jpg

He looked like Roy but he… wasn’t Roy.

L’épisode reprend une semaine plus tard avec Roy toujours inconscient et Isabel qui a disparu mais dont personne ne s’inquiète dans les médias. Roy ne reste pas inconscient bien longtemps : il se réveille et ravage une partie du repaire d’Arrow, pour changer.

Pendant ce temps, Oliver et Sara couchent ensemble et il lui propose de trouver un appartement ensemble. Ils sont interrompus par un appel de Felicity pour leur raconter ce qu’il s’est passé. Par conséquent, les deux justiciers passent l’épisode à le chercher. Roy, lui, passe l’épisode à attaquer des gens au hasard, puis tombe sur Sin qui tente de l’aider et voit ses potes de faire tabasser avant de se prendre un coup elle-même.

Thea débarque en pleine interview de sa mère et l’interrompt pour lui dire qu’elle ne veut pas voir sa mère utiliser le Verdant pour la campagne. C’est complétement stupide, mais bon, ça permet à Moira de comprendre qu’elle ne peut être mère et candidate à la fois. Elle décide ainsi de se retirer de la course politique et va en informer Sebastian elle-même.

Thea continue également d’être très froide avec son frère au Verdant, ce qui est plutôt chouette. Sin vient également voir Thea au Verdant, mais elle finit par tomber sur Sara qui s’occupe d’elle et est énervée après Roy quand elle comprend ce qu’il lui a fait.

Par chance, cependant, Roy n’est pas complétement perdu : il se rend ensuite chez Sin qui prévient Sara. Cette dernière se fait tabasser par Roy, qui attaque également Oliver et le laisse sacrément blessé. Roy finit par tuer un policier et Oliver est forcé de se rendre à l’hôpital en tant qu’Arrow. Par chance, le médecin est OK pour l’aider, mais il a quand même le genou en miette.

C’est donc à Sara de s’occuper de Roy, et elle n’est pas très sympathisante envers lui. Son compas moral est clair : Roy est perdu, il faut le tuer. Cela déprime Oliver qui se confie à Felicity, toujours de bons conseils. Avant toute chose, Oliver s’occupe de sa mère et de la convaincre de continuer à vouloir être maire, mais celle-ci révèle plutôt qu’elle est au courant de son identité secrète depuis la fin de saison 1.

Diggle est rétrogradé à simple garde du corps pour Thea, qui bien sûr ne veut pas de son aide. Cela leur offre malgré tout quelques moments sympathiques où Diggle tente de la réconcilier avec Moira, mais Thea finit par découvrir que Roy est en danger. Elle rend donc visite à Sin et se met en tête de retrouver Thea, alors que lui l’imagine en train de demander qu’elle le tue.

Thea profite donc du meeting de sa mère pour faire passer un message télévisé à Roy, révélant où elle se trouve juste après la décision de Moira de poursuivre sa campagne. Roy débarque comme prévu au Verdant et s’en prend à Thea avant d’être stoppé par Sara, elle-même stoppée par Sin, elle-même stoppée par Roy, lui-même stoppé par Arrow au moment où Sara repensait à le tuer – il faut dire aussi que Roy lui demandait de le tuer. Finalement tout termine bien avec Roy fortement shooté et endormi, mais Sara culpabilise d’aimer tuer autant et décide de… rompre avec Oliver. Elle est trop habituée à tuer pour changer, et elle ne veut pas. C’est un peu gros comme schéma, mais elle décide donc de s’en aller.

Elle tombe alors sur Sin qui dit savoir qu’elle n’est pas une mauvaise personne, mais ça ne suffit pas pour la retenir à Starling. Elle préfère retourner voir un vieil ami.

À l’extérieur du Verdant, Thea demande à Oliver où il était encore passé et cette fois, c’est Moira qui le couvre. Une fois de plus, Thea s’en prend à Oliver qui lui a caché des choses alors qu’il savait d’une manière ou d’une autre ce qu’il se passait avec Roy. Elle demande une fois de plus à sa famille d’arrêter de lui mentir, et Moira décide de leur révéler la vérité. Je pensais effectivement qu’on en était à la fin d’épisode alors j’ai sursauté comme jamais lorsque leur voiture est percutée.

Il restait une dernière scène extrêmement prenante par rapport au reste de l’épisode qui ne méritait pas une si bonne note. En effet, la toute fin voit Slade recréer le dilemme Shado/Sara avec Thea et Moira. Du dialogue entre Oliver et Slade, Moira comprend que Slade était sur l’île avec son fils et elle demande à ce qu’il la tue, comprenant également que c’est soit ça, soit la mort de ses enfants. Et c’est ainsi que Moira se fait tuer, emportant avec elle (pour l’instant) ses secrets, que ce soit Malcolm ou les flashbacks de cet épisode.

Ouep, les flashbacks reviennent sept ans plus tôt, avant qu’Oliver ne se rende sur l’île et alors qu’il est encore avec Laurel. Pourquoi pas, on va dire. On nous sort encore sa relation avec Laurel faite de mensonges et de tromperies. On découvre donc qu’il a mis enceinte une autre femme. Enfin, une autre adolescente, à cette époque – même si ça ne change pas grand-chose au problème.

Oliver s’en confie à sa mère, un peu débordé. Elle prend les choses en main et offre un million de dollars à l’adolescente pour s’assurer qu’elle dise à Oliver qu’elle a perdu le bébé et un autre million pour qu’elle ne lui parle plus jamais.

Et elle accepte, allant vivre à Central City. Ben tiens. Oliver est tout heureux d’apprendre qu’elle a perdu le bébé car il n’est pas prêt à être papa, mais cela laisse une autre bombe à explorer pour la fin de saison, ou pour la saison 3.

Je suis bien triste de voir Moira se faire tuer comme ça, mais force est de constater que cette fin d’épisode était ultra efficace : au-delà du sursaut, elle a permis quelques frissons et m’a pris par surprise car c’est le genre de choses que j’attendais plutôt d’un final. L’épisode n’est pas loin du 20, mais il m’a ennuyé avant cette terrible scène finale, quand même. Quant à la mort de Moira, on verra, mais bon,il y a eu tellement de résurrections cette saison que bon…

20-2.jpg


Épisode 21 – City of Blood – 16/20
Voici un bon gros épisode de transition qui amène de bonnes choses et met progressivement en place la fin de saison qui promet d’être un double épisode envoyant du lourd. En attendant, il suffit de s’asseoir et de regarder les pièces du puzzle se mettre en place entre l’épisode précédent et le suivant, et c’est tout .

Saison 2


21.jpg

Bitch with Wi-Fi.

Moira est morte et enterrée, donc Sebastian est nommé maire. On comprend mieux pourquoi Slade n’en avait rien à faire de la campagne, en fait. L’enterrement a lieu sans qu’Oliver ne daigne s’y montrer, probablement dans son deuil. Thea le vit extrêmement mal et Felicity est en larmes alors même qu’elle n’aimait pas Moira. Isabel profite d’une discussion entre elle et Diggle pour annoncer qu’elle est toujours en vie.

Thea a au moins Walter pour pleurer, mais elle ne digère vraiment pas l’attitude de son frère ne les ayant jamais prévenu que Slade était un psychopathe. Effectivement, il y a de quoi lui en vouloir cette fois.

Quentin est bien sûr sur l’enquête du meurtre de Moira par Slade, et une fois de plus, c’est Laurel qui fait son boulot (c’est toujours quelqu’un d’autre qui le fait, après tout) en le mettant sur la piste de Sebastian. Elle vient ensuite voir le maire pour qu’il l’aide sur un cas… et pour placer de quoi hacker son ordinateur.

Ce n’est pas une surprise, mais ça me fait toujours rire ces scènes où un personnage place un micro/une caméra/etc. pour espionner un autre personnage et qu’on nous le montre en nous dévoilant un signal lumineux s’échappant de l’engin. Genre personne ne remarque que ça clignote rouge sous le bureau du maire ?

Apparemment non, et ça permet à Quentin et Laurel de découvrir que Sebastian savait que Moira allait mourir la veille de son meurtre. C’est gênant.

Felicity est toujours en boucle sur Barry en s’occupant de Roy, puis Diggle et elle se rendent auprès d’Amanda pour lui demander de retrouver Oliver. Elle le retrouve rapidement car il est dans son repaire, son second repaire. Oui, ça n’a aucun sens, mais les scénaristes nous introduisent un nouveau QG plus grand (mais pas plus lumineux) que le précédent où Oliver viendrait de temps à autre pour être seul.

Il a voulu être seul car il sait que Slade attend qu’il se sacrifie : il a annoncé qu’il voulait voir une dernière personne mourir après avoir tué Moira. Oliver a donc pris la décision de se suicider, et il l’annonce à Diggle et Felicity venus le voir.

Isabel continue d’être une bonne garce en annonçant à Thea qu’elle a deux jours pour fermer le Verdant. Déprimée, Thea annonce donc à Walter qu’elle veut quitter la ville, où elle est désormais sans emploi et sans domicile fixe. Oliver débarque juste à temps pour lui dire que c’est une bonne idée de s’enfuir et il appelle ensuite Isabel pour dire qu’il est prêt à se rendre.

Oliver se rend donc devant un joli point de vue… et se fait anesthésier par une fléchette lancée par Diggle… Lui-même motivé à agir par… Laurel ! Elle révèle enfin qu’elle connaît son identité d’Arrow et il lui passe les derniers mots de Tommy. Alléluia. Laurel parvient à convaincre Oliver qu’il est en tort, et très franchement, c’est lassant et longuet. Elle finit par lui expliquer que Sebastian bosse pour Slade, et c’est ce qui réussit à convaincre Oliver de ne pas se suicider : la ville a toujours besoin de Arrow.

Il se rend donc auprès de Sebastian pour avoir un petit dîner au restaurant avec – surtout qu’il voulait le voir. Oliver ne met pas longtemps à révéler qu’il connaît le boss de Sebastian et qu’il est l’Arrow. Cela ne choque même pas le maire qui est se lance dans un beau discours sur le futur de la ville et sa soif de pouvoir. Le vrai but d’Oliver est de garder Sebastian assez longtemps pour que Felicity torture son garde du corps en jouant avec son argent, ce qui permettait une bonne blague et amusait bien Diggle.

Grâce à ça, ils ont des infos pour retrouver Slade et le trio de départ se rend dans les égouts pour l’arrêter. Leur mission est simple : faire exploser le réseau d’égouts pour être sûr que l’armée de Mirakuru soit enterrée avant même d’avoir pu passer à l’action. C’est une bonne idée, mais c’est aussi un meurtre de masse.

Dans les égouts, Oliver est confronté à quelques hommes dopés au Mirakuru, mais est sauvé de justesse par Laurel, qu’il protège ensuite. Finalement, l’armée parvient tout de même à s’échapper car Diggle ne parvient pas à exploser les tunnels : il est stoppé par Isabel qui fait bien partie de l’armée Mirakuru.

De son côté, Thea ignore un appel de Walter et a toujours Roy en fond d’écran de portable malgré la rupture. Cela ne l’empêche pas de tirer un trait sur son passé et de se barrer. Elle se rend à la gare pour prendre un train, mais il y a justement un soldat Mirakuru prêt à en découdre sur place ; de même qu’il y en a un au commissariat pour tuer le geek allié de Quentin avant de se prendre au détective. Bref, c’est la merde et c’est parti pour la fin de saison ! Ah, j’oubliais : Felicity reçoit aussi un appel de Cisco, ça tombe mal dans les faits, mais on se doute bien que ce sera une bonne chose.

En flashback, les prisonniers du cargo reviennent au sous-marin où Slade a eu droit à son shoot de Mirakuru. Le but de l’épisode est pour eux de trouver un moyen de quitter l’île, et donc de réparer le sous-marin. Comme ce n’est pas possible, ils envisagent de faire exploser une torpille… mais il faut l’activer manuellement.

Heureusement pour eux, ils ont Peter, un prisonnier qu’Ivo a pris plaisir à inonder de radiations pour voir si le Mirakuru pourrait guérir le cancer. Oliver éloigne tout de même Sara de la torpille, au cas où, et Peter, plein de courage se sacrifie pour le groupe. Oh, ça pourrait être touchant, mais en fait, on ne le connaît pas spécialement quoi. Finalement, le sous-marin démarre, mais Sara n’est pas du tout autant en sécurité qu’elle devait l’être.


Épisode 22 – Streets of Fire – 18/20
Ma foi, cela part dans tous les sens comme dans une fin de saison et les avancées de l’intrigue sont vraiment intéressantes à suivre. Tout va vite, tout est précipité et ce rythme ne laisse pas trop le temps de respirer alors que les groupes se forment et se déforment à toute vitesse.

Saison 2


22.jpg

They say Nero sang as he watched Roma burns, and now I understand why.

Le tunnel s’est effondré sur Laurel et Oliver, forçant Laurel a récupéré l’arc et les flèches d’Oliver pour faire exploser de quoi se libérer du tunnel. C’est du grand n’importe, mais au moins, c’était sympa de voir Laurel tirer à l’arc. Cela change un peu d’Oliver, on va dire.

Isabel a bien envie de se venger de Diggle, mais Felicity ne lui en laisse pas le temps, la renversant en camion. Il en faudra plus que ça pour la tuer, malheureusement, et elle se relève ; forçant Felicity et Diggle à s’enfuir.

Quentin trouve le moyen de se débarrasser du soldat Mirakuru avec trois petites grenades. Les cliffhangers de l’épisode précédents sont vite balayés d’un revers de main, au moins. Ah non, pardon ! Il reste Thea, et celle-ci est sauvée de justesse par… Malcolm ! Il était temps qu’il revienne quand même.

Si elle le voit, Thea n’a pas du tout envie de rencontrer son père biologique et elle se barre en courant. Elle n’a toutefois pas le choix de le confronter et de le laisser la protéger, parce que les Mirakuru font bien leur job. Elle assiste donc à un combat entre son père et un Mirakuru, ce qui laisse Malcolm à terre.

Par chance, Cisco et Caitlin ont trouvé de quoi faire un remède au Mirakuru et celui-ci est déjà arrivé à Starling City. Par malchance, il s’est fait stoppé par un des soldats Mirakuru. Felicity peut le traquer et le fait, sans avoir conscience qu’elle est écoutée par Slade qui demande à ses hommes de les arrêter. Et ça ne prend pas longtemps à faire, il suffit d’un petit accident de voiture en fait.

Ils parviennent quand même à s’en sortir et finissent à pied, mais Felicity, en appelant l’homme chargé de leur ramener le vaccin, donne sa position aux soldats Mirakuru. Hop, Slade retrouve donc la seule chose qui aurait pu l’arrêter.

Le trio se réfugie dans la tour de Sara pour déprimer un coup et Felicity est une fois de plus celle qui redonne l’espoir à Oliver, sans pour autant l’embrasser. La série nous réintroduit Roy, qui sort de nulle part, et qu’ils ont amené ici aussi en espérant obtenir à temps le vaccin.

Le maire refuse d’appeler la garde nationale, forcément, et Quentin parvient à convaincre son supérieur de faire appel à Arrow. En toute logique, il redevient détective aussi, parce qu’il était toujours officier dans tout ça. Quant au maire, il comprend que le marché qu’il a passé avec Slade était une catastrophe : Slade veut prendre tout ce qu’il peut à Oliver, y compris sa ville. La destruction est donc tout ce que vise Slade et Sebastian ne sait plus quoi faire pour l’arrêter.

… Jusqu’à ce qu’il se barre avec le vaccin que Slade n’a pas trop bien surveillé. Il appelle donc Oliver pour lui livrer de quoi stopper Slade et ça paraît être une belle solution. Il leur livre le vaccin alors que la ville est en feu et marchande de rester maire : il leur raconte la vérité sur son masque et leur explique également qu’il révélera la vérité sur Oliver. Bon, il n’en aura bien sûr pas l’occasion, parce qu’Isabel débarque après le départ de Diggle et Oliver pour le tuer. Bien.

Avec le vaccin en leur possession, il leur reste à savoir s’il fonctionne. Felicity n’en a pas envie du tout, mais Oliver le teste donc sur Roy. Enfin, il essaye, mais il n’ose pas.

Bon, sinon, Laurel a quitté le trio avant l’accident heureusement, mais elle est tout de même en danger tant qu’elle ne rejoint pas le commissariat. Sara débarque de nulle part, en guerrière, pour sauver Laurel d’un soldat Mirakura et les deux sœurs ont droit à une petite scène où Sara révèle qu’elle est Black Canary à sa sœur, et donc qu’elle n’est pas une héroïne. C’est beau de voir ces deux-là redevenir sœurs, mais ça prend un peu de temps pour pas grand-chose.

Finalement, le Canary entre en action et sauve une petite fille d’une maison en flamme, puis pour aller sauver quelques autres civils. De retour au commissariat, elle entend une policière dire que cette femme blonde qui a sauvé un enfant des flammes est un héros.

Elle n’a pas spécialement le temps de se réjouir : son père, Laurel et elle découvrent que l’armée – ou plus précisément ARGUS, le groupe d’Amanda Weller – entoure la ville pour… la détruire évidemment. Cela motive Oliver a finalement tester le vaccin.

De son côté, Thea récupère un pistolet et menace son père avec, prête à le tuer. Et elle tire.

En flashback, Oliver pense que Sara est kidnappée par Slade et il se donne une heure pour aller la récupérer avant de demander à Anatoly, le dernier prisonnier survivant, de quitter seul l’île et puis tant pis. Ah, et Anatoly est un russe, ce qui explique les liens d’Oliver avec la Russie, au moins.

Il retrouve vite Sara sur le cargo et celle-ci n’a pas envie de partir à l’attaque de Slade ; mais elle se laisse convaincre malgré tout. Elle n’aurait pas dû parce que Slade a le vaccin en main quand ils le retrouvent.


Épisode 23 – Unthinkable – 18/20
Il n’est plus question de partir dans tous les sens, mais juste d’enfin conclure cette saison, ce qui ne veut pas dire pour autant conclure les intrigues. Non, loin de là même : on a une multitude de cliffhangers pour la saison 3, sans compter que l’Arrowverse va vraiment débuter maintenant. C’était un bon épisode, mais définitivement pas le meilleur de la saison qui a eu d’autres épisodes donnant l’impression d’une fin de saison. Pour autant, ça reste très bon et les scénaristes gèrent bien leur barque !

Saison 2

23.jpg

What the hell is going on in that tunnel?

Roy se réveille juste à temps pour découvrir qu’il n’a plus de pouvoir alors que toute une armée veut le tuer. Bien. Au moins, il n’en a plus, c’est une bonne chose et ça va permettre d’arrêter l’armée de Mirakuru. Le trio, comme Roy, est forcé de quitter la tour par l’arrivée de soldats et ils le font juste avant que Lyla explose le bâtiment. Quant à la ville, elle sera explosée à l’aube.

Ils retournent au repaire avec leur nouvelle allée. Le repaire est détruit par quelques Mirakuru, mais ils peuvent encore s’en servir.

Sara est retournée chercher Nyssa et elle endort Laurel de force, histoire d’être sûr qu’elle ne soit pas blessée. Elle emmène ensuite Nyssa au repaire d’Oliver où elles débarquent avec six autres assassins de la ligue, qu’elle a accepté de rejoindre. Oups. C’est un petit peu abusé comme retournement, après tout ce qu’elle a fait pour s’échapper de cette ligue d’assassins, mais admettons.

De son côté, Thea tire non pas une, mais deux balles sur Malcolm avant de faire tomber l’arme et d’aller pleurer en lui tournant le dos. Y a-t-il pire idée ? Nope. Malcolm se relève et est heureux de voir que Thea a osé lui tirer dessus, contrairement à Tommy qui n’en avait pas le courage – ou qui avait juste été élevé par lui, quoi.

Thea reçoit un appel de Roy à qui elle accepte immédiatement de parler. Il lui demande de la rejoindre juste après avoir reçu un masque de la part d’Oliver. Malcolm en profite pour continuer d’essayer de la manipuler, mais ce n’est pas très efficace et elle décide de rejoindre Roy, qui n’a aucune idée de ce qu’il a fait puisque Felicity lui a dit qu’il dormait pendant tout ce temps. Thea est juste heureuse de le retrouver sans problème et Roy lui confirme qu’il ne veut pas la perdre. Et alors qu’il est prêt à rester pour toujours avec elle, il décide… d’aller combattre dès que Felicity le rappelle. Ah bah c’est du beau. Vous inquiétez pas, il ne laisse pas Thea sans occupation, elle a le droit de faire ses valises. Trop sympa.

Le premier combat de ce final a lieu dans l’entreprise Queen où Nyssa tue sans le moindre scrupule Isabel, alors qu’Oliver avait réussi à stopper Sara. Dommage, j’aurais aimé la garder comme méchante moi. Bien sûr, Slade s’échappe sans le moindre problème et les autres Mirakuru sont tous neutralisés eux aussi.

Au commissariat, Quentin retrouve Laurel, la réveille et c’est juste pour mieux la laisser se faire enlever par les Mirakuru. Il rend donc ensuite visite à Oliver et Sara pour leur expliquer le changement de situation un peu problématique. Le vrai problème, c’est qu’il n’y a pas spécialement de bonne solution : c’est Laurel ou la ville, puisque la ville est en danger étant donné que toute l’armée Mirakuru décide de la quitter pour précipiter son explosion.

Terrifié que Slade compte bien tuer la femme qu’il aime, Oliver décide de mettre Felicity à l’abri, lui avouant ainsi qu’il l’aime. Mouais, ça aurait pu être mieux amené tout ça, car on était sur de la subtilité depuis bien longtemps. En plus, il a l’idiotie de dire ça chez lui, donc Felicity se fait rapidement enlever.

En parallèle, Oliver se rend dans le tunnel avec Sara, Nyssa, Quentin (mais que fout-il là ?), Roy et les assassins pour soigner les infectés au Mirakuru. Le combat final est rapide et se termine par la révélation que Felicity est entre les mains de Slade.

Oliver se rend donc pour la sauver et il est révélé qu’il m’a magnifiquement bien dupé : Felicity a en fait un sérum qu’Oliver lui a donné en disant qu’il l’aime, car il savait que sa maison était truffée de caméra, ce qu’il a découvert en disant au revoir à Thea. OK, tout ça se tient et je me suis laissé avoir, alors j’aime bien.

Autrement, Diggle et Lyla libèrent le Suicide Squad pour se servir d’eux et avoir de l’aide supplémentaire afin d’empêcher Amanda de détruire la ville. Amanda en profite pour apprendre à Diggle que Lyla est enceinte, histoire de gagner du temps et laisser les drones détruire la ville.

Malgré le chaos, les journalistes ont réussi à tenir l’antenne jusqu’au bout, et ça se félicite. Après un rapide combat contre Sladequi semble durer une éternité, Oliver gagne en le ligotant et sans le tuer, quand tout le monde, même Quentin, voulait le voir mourir. Laurel et Felicity étaient en sécurité auprès de Sara une fois que Felicity avait réussi à planter sa seringue en Slade.

Finalement, Sara quitte le pays avec Nyssa. Elle dit au revoir à sa sœur et son père, monte dans un bateau et… Quentin s’effondre, à cause de blessures internes qui datent de l’épisode précédent. C’est rare de voir une série d’action faire ça, et c’est cool. Laurel appelle les secours, mais on nous laisse en cliffhanger là-dessus.

Thea décide de larguer Roy et de partir avec son père, parce qu’elle a trouvé un arc et des flèches chez lui. Mouais. Qu’elle fuit Roy, je comprends, mais qu’elle parte avec Malcolm, c’est tout de même tordu.

Slade ? Il finit dans une prison Argus sur l’île car Oliver a la force de le laisser vivre. Moui. Oliver lui explique que c’est grâce à lui s’il est devenu un héros. Remoui. Il retrouve Diggle et Felicity à la surface, sur une des plages de l’île. Il a l’occasion de dire à Felicity qu’il est vraiment amoureux d’elle, mais il ne le fait pas, laissant tous les fans dans l’attente d’un baiser qui n’arrive pas, alors que Diggle n’annonce pas à ses amis qu’il sera bientôt papa. Merveilleux comme fin de saison.

En flashback, Oliver essaye de convaincre Slade de prendre le vaccin. Après deux heures, Anatoly prend la décision d’envoyer la torpille sur le cargo, et elle arrive pile à temps, au moment où Slade allait tuer Oliver. Du coup, le cargo explose et coule, emportant Sara avec lui, ce qui explique qu’Oliver pensait qu’elle avait coulé pendant tout ce temps. Bon, c’est chiant, ça veut dire qu’il va falloir dire adieu à l’actrice pour la saison 3 alors que j’aimais vraiment beaucoup son personnage.

Il reste à se battre contre Slade, ce qui est rapidement fait. Et après la mort de Sara, Oliver n’a pas le cran de le laisser en vie. Plutôt que de le soigner du Mirakuru, il décide de tout simplement lui planter une flèche dans l’œil, et c’est pourquoi Slade était borgne durant toute cette saison.

Le cargo coule malgré tout et Oliver se réveille… dans un lit à Hong Kong. Il est escorté par des hommes qui l’emmènent auprès d’Amanda Weller lui annonçant qu’elle a plein de choses à lui raconter. Oliver n’a donc pas passé ses cinq années sur l’île, et c’est comme ça qu’il a appris à piloter un avion. Eh bah ! Ces flashbacks ne savent vraiment plus quoi nous raconter, en fait !

24.jpg
Elles sourient ! Toutes les deux ! En même temps ! MIRACLE ! Cette saison est terminée, YOUHOU.

EN BREF – Les flashbacks restent le gros point faible de la série, malgré une nette amélioration de leur intrigue par rapport à la saison 1. Une saison d’Arrow fait certes 23 épisodes, mais il est hallucinant de voir la quantité de storylines qui se déroulent en parallèle et sont à ingurgiter quand on regarde cette série, surtout en bingewatching.

Franchement, il est impossible de ne pas en trouver au moins sur les 15 pour nous plaire. J’aime beaucoup l’écriture de la série qui est loin de se concentrer uniquement sur le personnage d’Oliver comme je le redoutais en tout début de série. À la place, les scénaristes font le choix de développer plusieurs dynamiques et groupes, et franchement, c’est payant.

Cette saison 2 était de ce point de vue-là bien plus riche que la première et obtient pour le moment ma préférence, même si je lui reproche tout de même de trop s’amuser à ressusciter tout le monde. Cela diminue l’impact des morts de l’ensemble de la série, car on ne peut s’empêcher de se dire qu’ils trouveront un moyen de ramener le personnage à chaque fois. Une dernière déception : je pensais vraiment que Flash serait introduit en fin de saison 2, et ce n’est pas le cas.

Tout cela mis à part, ça reste une série passionnante à regarder même quand elle m’ennuie, et c’est bien là une force. Le rythme est bon, l’écriture des personnages fonctionnent et ça donne toujours envie de continuer, même après des épisodes moins bons. Pour ça, vraiment, la série est pas mal du tout !

25.jpg
Mais embrassez-vous, PHIGIABVN£QBE!

Saison 2

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.