Quantico – S03E10

Épisode 10 – No Place is Home – 15/20
À trois épisodes de la fin de la série, on sent que les scénaristes reprennent des forces et tentent de sérialiser ce qui était devenu un procédural. Bref, je pense qu’ils jouent le tout pour le tout, n’hésitant pas à avoir encore une fois la gâchette facile. Au point où on en est, plus rien ne peut surprendre venant d’eux, mais ça donne quarante minutes plutôt bien fichues malgré des raccourcis scénaristiques et une intrigue vue et revue.

Saison 3


Spoilers

10.jpg

Please, give me a reason to kill you.

C’est reparti pour Quantico sous un soleil de plomb et avec une boisson hyper fraiche, parce que c’est bien mieux comme ça. Pour changer, la série débute avec un cadavre de plus : celui de la fille d’Owen. Elle ne me manquait pas, elle ne me manque toujours pas maintenant qu’on l’enterre, mais elle est notre cas de la semaine : Jocelyn voit bien que le meurtre de Lydia en prison semble être lié à une vieille affaire des années 70… et à Connor Devlin, le moustachu, qui s’amuse à tuer en utilisant un symbole gaélique.

Les choses empirent quand la sœur de Mike est elle aussi retrouvée morte. Oupsie, comme dirait l’autre. L’enquête de la semaine promet donc être un peu plus palpitante que précédemment puisqu’elle touche directement les proches de notre équipe (je dirais bien préférée, mais bon, non). Devlin est donc le suspect principal, mais quand Owen et Mike lui rendent une visite, une agent du MI5, les services irlandais, est déjà présente. Elle a le rôle classique de l’empêcheur de tourner en rond, et ce n’est pas plus mal, parce qu’Owen interroge ensuite Devlin et c’est juste hyper soporifique, jusqu’à ce qu’il lui explose la tronche.

L’irlandaise l’arrête et dit avoir un nouveau témoin contre Devlin, mais Owen, lui, trouve une autre agent du MI5 qui pourrait être corrompue. Le problème est que celle-ci est censée être morte, et je sens qu’elle était pote avec celle que l’on connaît déjà, mais bon. L’enquête continue, laissant le MI5 et Mike travaillant ensemble, et ils trouvent ainsi un téléphone dans la cellule de Devlin.

Tout ceci offre une piste pour Harry, Jocelyne et Owen qui trouvent la planque du tueur… et se retrouvent coincés sur une plaque de pression reliée à une bombe. Enfin pas tous : Harry a la chance de pouvoir essayer de les débloquer, mais ce n’est pas gagné du tout. La théorie dit ça, en tout cas, la pratique est bien différente : Harry n’a aucun mal à débloquer la bombe alors que Jocelyne et Owen s’embrassent.

De leur côté et avant tout ça, le reste de l’équipe est forcé de contacter sa famille pour les mettre sous protection : Alex revoit sa mère qui lui en veut de ne pas lui avoir donné de nouvelles depuis un moment, Ryan récupère son père qui imagine une vengeance de Thanksgiving et Harry a une sœur que j’adore déjà avec son accent brittish. Dans le trio, c’est Alex la plus en danger : quelqu’un prend des photos de sa mère et elle (Alex passe la saison à se faire prendre en photo de toute manière).

Tout le monde ramène sa famille chez Shelby, parce que le manoir de ses parents est censé être une forteresse. Ramener tout le monde au même endroit ? Oh, quelle mauvaise idée, j’adore d’avance cet espèce de huis-clos qui devrait voir tout le monde s’entretuer – en plus la sœur d’Harry (Maisy ?) n’a aucune idée du job de son frère. Et la découverte est excellente.

Cela nous ramène un petit drama familial de plus au milieu des bonnes nouvelles : bizarrement, les gens dans la baraque n’ont pas l’air ravi d’avoir un tueur aux trousses. Je ne comprends pas pourquoi, vraiment. Toujours dans les dramas familiaux, Shelby est totalement perdue parce que son beau-père n’est pas sous son charme ; elle fait donc tout ce qu’elle peut pour être appréciée par lui et ce n’est pas bien exceptionnel.

Tout ceci nous mène à un magnifique dîner de famille, avec Maisy posant un tas de questions gênantes et la mère d’Alex qui pète un câble contre sa fille qui ne devrait plus être du FBI depuis bien longtemps. Les réconciliations finissent par se faire quand Alex lui confie sa fausse couche et la culpabilité qu’elle ressent dans celle-ci, après une phrase bien bâtarde de sa mère « tu peux pas savoir ce que c’est d’avoir un enfant et d’ensuite le perdre ». OUPS.

Les réconciliations sont interrompues par une alarme indiquant que quelqu’un se pointe sur le périmètre de la maison. Il s’agit d’un simple voisin armé jusqu’aux dents, mais qui a une bonne couverture s’il est méchant. En plus, il a une bonne tête de gentil, mais quand même, Shelby ne se souvient pas de lui, ce n’est pas très rassurant.

Plutôt que de l’enfermer, Shelby propose de garder simplement un œil sur lui, mais ils sont de nouveau interrompus par les alarmes, avec cette fois le tueur sur place. Cela envoie Ryan et Alex loin de la maison, laissant l’occasion à Ben, le voisin, de révéler qu’il est bel et bien un grand-méchant. Il s’en est déjà pris au valet de Shelby – attaché dans les bois et retrouvé par Alex, alors en pleine fusillade contre la tueuse engagée contre eux. Shelby est mise K.O comme une bleue et amenée dans la cave de la maison sans être tuée, donc Ben a le champ libre pour s’en prendre au père de Ryan.

Celui-ci est sauvé par son fils in extremis, puis lui renvoie l’ascenseur alors que Shelby est celle venant finalement à bout de Ben. N’importe quoi. De son côté, Alex vient à bout de la tueuse à gages avec quelques coups de couteau et une chute de grange digne de Smallville.

Le lendemain, Georges, le valet de Shelby, est donc mort, laissant celle-ci toute peinée (mais le pire, c’est le chien, parce que j’en suis là dans les émotions de cette série) jusqu’à ce que son beau-père l’accepte enfin. Harry récupère la complicité qu’il devait avoir avec sa sœur et Alex a une dernière petite discussion avec sa mère. Je m’attendais d’ailleurs à ce que ça soit la dernière pour toujours, parce que clairement, il aurait été sympa de terminer sur un cliffhanger la voyant mourir (au point où en est, écoutez), mais finalement non : l’épisode se termine sur McQuigg et l’agent du MI5 heureux de montrer à Devlin qu’ils ont stoppé la tueuse ex-agent du MI5 qu’il avait envoyé aux trousses de l’équipe. Moui, mais c’est bien trop simple pour qu’on s’arrête là, j’imagine que la fin de la série s’attaquera à ce personnage une dernière fois, parce qu’on tient un grand-méchant. Plus que deux épisodes, allez !

Saison 3

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.