Fear the Walking Dead – S05E05

Épisode 5 – The End of Everything – 18/20
Je dois avouer que je suis surpris de cet épisode : j’ai accroché à son intrigue quand elle aurait dû me blaser. En découvrant une nouvelle facette d’un personnage que je n’apprécie toujours que moyennement, la série fait en sorte que l’on s’attache davantage au sort des survivants de cette apocalypse. Bref, elle fait bien son boulot, tout en tournant toujours autant autour du pot de son intrigue de base. Il y a quelques miettes à grignoter quand même de ce point de vue-là…

> Saison 5


Spoilers

505.jpg

You fall, I fall, that’s all the trust I need.

Oui, j’ai déjà vu l’épisode, parce qu’il promettait d’apporter quelques réponses sur l’hélicoptère et parce qu’une fois n’est pas coutume, je profiterai ensuite de la météo pour ne pas rester chez moi. La météo, d’ailleurs, est assez problématique parce que tant de soleil, ce n’est pas pratique pour ce début d’épisode qui commençait sous la pluie, de nuit.

En effet, on reprend là où la série avait abandonné Al il y a déjà un mois : bien qu’assommée, elle se réveille à temps pour échapper à la vigilance du soldat, occupé à tuer quelqu’un. Et personne n’a vraiment envie d’être à la place d’Al, dans le noir et sous la flotte, les mains liées, poursuivie par un soldat… et ensuite coincée par des zombies. Ne vous inquiétez pas : elle prend tout de même le temps de sauver sa caméra, hein.

Et au moment où elle était prête à la sacrifier, elle est sauvée de justesse par le soldat, qui s’avère être une femme qui en a après sa caméra ou, plus précisément, après le film qu’elle vient de faire. Pas de bol, Al a eu le temps de cacher la cassette avant d’être rattrapée.

Elle est alors fait prisonnière et coincée dans une voiture, les mains à nouveau liées. Pour s’en tirer, elle se débrouille, plutôt très bien, avec ses pieds. Ouep : elle ouvre la porte de la voiture, attire un zombie pris dans du barbelé et se libère avec celui-ci. Et puis, elle tue le zombie.

PLutôt que de s’enfuir comme quelqu’un de raisonnable, Al décide alors de poursuivre son enquête pour savoir ce que cache la femme qui l’a prise prisonnière. C’est ainsi qu’elle découvre l’hélicoptère, mais celui-ci n’a plus le moindre carburant. Nous voilà donc pas beaucoup plus avancé, même si on sait qu’elle finira par en trouver, puisqu’on l’a vu s’envoler.

Al prend ensuite le temps de parler à la radio, signalant ainsi sa présence non pas à ses amis, mais au poste de contrôle qui s’inquiète aussitôt de ce qu’il se passe. Et apparemment, elle signale aussi sa position à la femme qui n’a aucun mal à la faire prisonnière de nouveau. Comme elle prend aussi le temps de parler au contrôle, on voit que les codes de ce groupe sont toujours aussi impénétrables. Il y a beaucoup de choses à découvrir, mais cet épisode ne fera qu’en effleurer la surface, évidemment.

On a en tout cas quelques informations dans la scène : il y a moyen de trouver du carburant à proximité, le partenaire est mort et le contrôle décide d’envoyer du monde sur place.

Cela n’arrange pas la femme, qui se trouve en position de faiblesse devant Al. C’est ainsi qu’elles commencent à sympathiser : la femme veut absolument la cassette qu’Al refuse de lui donner sans obtenir des réponses à ses questions. Ce n’est pas gagné, mais une amitié improbable est ainsi créée entre elles. Enfin, amitié, j’y vais un peu fort ; mais une relation quoi. Elles n’ont pas l’air tout à fait ennemi et gagnent rapidement confiance l’une envers l’autre.

Il faut dire que la femme veut garder Al en vie, coûte que coûte, alors ça aide. Elle lui offre ainsi sa veste pour la protéger des morsures de zombies quand Al refuse de rester dans la voiture, ce qui est une bonne idée : la voiture finit sous un éboulement d’une falaise. C’est con.

Bien sûr, Al fait tout ce qu’elle peut pour récupérer sa caméra et elle y arrive, mais risquant au passage la mort. On notera que la veste de sa nouvelle compagne de voyage est quand même bien pratique et que tant qu’à faire, tout le monde pourrait effectivement prendre des précautions du genre et porter plein de vêtements, surtout depuis le temps qu’ils sont dans cette apocalypse. La femme décide en tout cas de comprendre pourquoi la caméra est si importante pour Al et découvre une cassette de plus.

C’est plutôt très intéressant, parce que cela permet de découvrir un peu le passé d’Al et de revenir à l’origine de l’apocalypse. Oh, nous n’aurons pas grand-chose à se mettre sous la dent, mais tout de même : on apprend qu’Al avait un frère, Jesse, et qu’elle l’a laissée mourir seul, privilégiant l’histoire à filmer que sa famille. Top. On note surtout que l’armée et la garde nationale ont pris une partie de la population en sandwich à l’époque.

Voilà donc que les deux femmes se mettent à vraiment échanger et qu’Al lui balance qu’elle sait qu’elle a tué son partenaire, qui s’appelait Beckett. La femme, elle, ne donne pas son nom, mais Al décide de l’appeler Happy. Bien. Maintenant qu’elles n’ont plus de voiture, elles doivent aller chercher à pied le carburant en haut d’une falaise. Pas simple tout ça.

Par chance, elles trouvent de quoi escalader dans le coffre d’une voiture, avec aussi une carte du Texas qui m’a fait espérer qu’on en verrait plus, mais non. Elles escaladent rapidement la falaise, mais ça permet une scène vraiment intéressante à mon goût. Ce n’était pas si rapide, il n’y avait pas vraiment d’enjeux car on savait qu’elles allaient survivre, malgré un zombie, mais les plans étaient juste beaux à voir.

Au sommet de la falaise, Al parvient à prendre le dessus sur Isabelle, comprenant qu’elle a l’intention de la tuer une fois qu’elle aura récupéré la cassette, de toute manière. L’échange entre elles est de nouveau plutôt intéressant : Happy raconte qu’elle a dû tuer Beckett parce qu’il voulait fuir son job, effrayé par les radiations qui risqueraient de le faire devenir un monstre comme les zombies qu’ils croisent. Apparemment, le but d’Happy et Beckett était simplement de purifier l’eau.

Toujours pas amies, les deux femmes ont donc confiance l’une envers l’autre. La scène de la falaise aide bien : elles ont dû se faire confiance pour se sauver la vie l’une de l’autre. Elles récupèrent en tout cas du carburant et cette fois, Al prend la décision d’abandonner Happy et de retrouver ses amis. Toutefois, ce n’est pas si rapide que ça : Happy lui fait promettre de ne pas rester auprès de l’hélicoptère quand l’autre équipe arrivera, parce que ce serait catastrophique pour elle et ses amis, même si elle a besoin de voler pour s’en sortir.

Et d’un coup d’un seul, Happy se sent prête à parler et faire encore plus confiance à Al, sous-entendant de manière très claire que de toute manière, elle lui plaît. Elles prennent donc le temps d’un feu de camp pour qu’Happy raconte une partie de son histoire et drague Al, lui disant qu’elle aurait adoré la rencontrer avant l’Apocalypse ; ou bien après, quand son job lui aura permis de recréer un monde plus sûr. Ouep, les gens derrière ces groupes à l’hélicoptère sont donc prêts à rendre le monde meilleur par tous les moyens et tentent de rétablir ce qu’il était avant. Et c’est ça le job d’Happy : faire en sorte qu’ils réussissent.

De la même manière qu’Al choisit toujours les histoires par-dessus le reste, Happy choisit son job par-dessus le reste. Et malgré tout, Al décide de passer la nuit à dormir auprès d’Happy, plutôt que de se cacher. Le lendemain, elle prend même le temps de ramener Happy auprès de la cassette, qu’elle avait eu la bonne idée de cacher dans un zombie encore en vie, pour s’assurer que quelqu’un la découvre. Une fois en sa possession, Happy décide logiquement de venir à bout d’Al, comme prévu. Oh, Al espérait tout de même survivre, mais elle sait au moins qu’elle est morte en choisissant quelque chose d’autre que l’histoire, pour une fois.

Quelque chose d’autre ? Les sentiments qui viennent de se développer entre elles sont évidents, et c’est bien pour ça qu’Happy choisit finalement de ne pas tuer Al, qui lui a avant ça confié la cassette de l’histoire de la mort de son frère, pour s’assurer que l’histoire survive. C’est mignon. Happy révèle alors son nom, Isabelle, sa provenance, l’Indiana, et ce qu’elle a vu : la plus belle chose du monde. Ch’est meugnon, bis. Elle répond donc aux questions de base d’Al, sans la caméra, et en l’embrassant ; en lui faisant promettre aussi de ne jamais rien révéler et de ne pas chasser cette histoire, pour sa sécurité et pour la sécurité de sa mission à elle. Si quelqu’un venait à découvrir plus précisément les opérations du groupe – ce que l’on veut tous savoir depuis un moment maintenant ! – alors tout ce vers quoi ils bossent pourrait s’effondrer. MOUAIS.

Après tout ça, Isabelle repart donc en hélicoptère et Al récupère une radio pour recontacter Alicia et Morgan. Ces deux derniers sont très heureux de la retrouver et lui présentent les enfants/adolescents qu’ils ont récupéré la semaine dernière. Plus de nouveaux gens, comme dirait Al. Avant de reprendre le chemin, Al choisit de révéler son double nom de famille polonais, parce qu’elle veut à présent dépasser son simple rôle de journaliste. Elle a lié une vraie relation d’amitié avec eux, et le personnage a grandit grâce à sa relation éphémère avec Isabelle…

Si je n’ai pas eu mes réponses attendues, je m’attendais à une telle fin. C’était tout de même un épisode plutôt intéressant dans sa construction et je n’aurais pas cru, l’an dernier, qu’un épisode centré sur Al réussirait à me captiver. On avait là un bon chapitre de l’histoire et même si ça ne mène qu’à peu de choses de plus, j’ai vraiment accroché à cet épisode !

> Saison 5

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.