The 100 – S07E01

Épisode 1 – From the Ashes – 18/20
Ah, oui, c’est vrai : la série enchaîne tellement de choses que c’en est complexe de faire une critique complète, croyez-moi. Je suis comme l’an dernier un peu sceptique face au début de saison. En fait, je trouve que ça ressemblait presque à une fin de saison, même si l’épisode met en place énormément de nouvelles choses. On retrouve tout ce petit monde, mais les intrigues restent trop séparées pour le moment. J’ai peur que ça parte dans tous les sens, surtout que c’est une saison finale qui nous le fait déjà savoir. Je sais que je dois leur faire confiance… mais voilà !

> Saison 7


Spoilers

701

New world, same problems

Bon, le résumé du début d’épisode reprend grosso modo tout ce que j’ai raconté dans mon article de ce matin, ça me rassure d’avoir fait tout ce qu’il fallait comme résumé. Et je suis content d’avoir revu le dernier épisode, aussi, parce qu’on reprend aussitôt après, avec un Bellamy qui joue les chiens battus avant de se faire attaquer par un champ d’énergie invisible qui nous le kidnappe en neutralisant également Echo. WHAAAT ? Echo prend super cher dans ce début d’épisode, et mon cœur aussi parce que jene le sens pas du tout pour elle cette année, j’ai dit.

On reprend donc plutôt fort et c’est déjà tiré par les cheveux, mais j’adore l’idée. Sous la tente, Hope est inconsciente et Gabriel se la joue Edward de Twilight à la regarder dormir en analysant de près ses tatouages, qui sont eux aussi des coordonnées. Quand elle se réveille, il est à peu près clair qu’elle est aussi amnésique qu’Octavia à son retour de l’Anomalie l’an dernier, ce qui est une bonne excuse pour les scénaristes afin de nous garder du suspense !

Hope est ainsi apeurée de Gabriel, n’a aucun mal à le neutraliser et s’enfuit, le laissant tout penaud. Il rejoint alors Echo qui continue de prendre cher, se fait lui aussi balancer dans les airs et termine en suivant Echo qui s’amuse à tirer dans le tas, ou plutôt dans les airs. Euh, c’est super dangereux ça Echo, j’ai vu LOST moi, je sais que tirer dans une forêt, ça peut nous tuer à peu près n’importe qui passant par là.

Hope, de son côté, continue sa fuite pour mieux trouver un étrange message codé aux couleurs de l’anomalie, avec un petit « Fais confiance à Bellamy ». Elle est alors forcée de faire demi-tour parce qu’elle a entendu nos deux héros l’appeler un bon moment. Elle retrouve Echo et Gabriel à ce moment-là, ce dernier pouvant servir à la fois de diplomate aux deux, mais aussi de guide pour nous tous afin de naviguer dans cette nouvelle intrigue qui était tellement mise de côté l’an dernier qu’il est surprenant de la voir devenir intrigue principale de cette année.

Ainsi donc, il est celui qui comprend bien vite que Hope avait des souvenirs tant que l’anomalie était encore sur eux. Bref, y a plus qu’à attendre la prochaine et la ramener sur place. Echo, elle, est bien énervée par la situation, mais a-t-on jamais vu Echo n’être pas énervée par quelque chose ? Elle est dans cette scène celle qui pose les questions, mais accepte finalement son aide : Bellamy est emmené vers l’Anomalie après tout, elles n’ont pas de temps à perdre pour le retrouver. Voilà donc le trio qui se retrouve à courir après eux.

Ils y passent toute la journée et se retrouvent de nuit dans la forêt à manquer de se faire tuer par des boules de feu sortant de nulle part, la nouvelle mode cette saison. Echo comprend cependant que cet ennemi invisible ne cherche pas à les tuer, plutôt à les protéger. Voilà donc le trio qui se met à couvert pour mieux se mettre à entendre des murmures. C’est ainsi qu’Echo se retrouve en pleine hallucination, à voir… Roan. Whaaat.

C’est une dernière saison avec une anomalie temporelle, pourquoi suis-je surpris ? Evidemment que la série va faire revenir quelques figures emblématiques (comment ça, ça y est, j’espère revoir Lexa au moins un quart de seconde ?). Après Roan, c’est donc la vraie Echo qui débarque pour revenir hanter sa sœur. Le but est simple : déstabiliser Echo pour qu’elle ne tire pas sur ses vrais ennemis, cette forme invisible.

Pendant qu’Echo est paralysée par la vision de ces deux fantômes remettant en question tout ce en quoi elle croit, Hope a sa propre vision, une vision d’Octavia lui disant de rester silencieuse peu importe ce qu’elle voit, lui promettant également qu’elle reviendra avec sa mère. Bien, Octavia a donc babysitté Hope quand elle était enfant, j’ai hâte d’avoir un bon gros flashback sur ce qu’il s’est passé pour Octavia et Diyoza.

En attendant, Gabriel a eu la bonne idée de prendre un antidote l’immunisant totalement contre ces hallucinations. Il ordonne ainsi à Echo de tirer sur cette force invisible, révélant qu’il s’agit simplement de trois soldats tatoués de coordonnées dans des armures bien étranges qui sont de véritables capes d’invisibilité.

Je m’attendais à quelque chose comme ça, mais ils ont tout de même une sacrée force s’ils peuvent nous projeter Bellamy, Echo et Gabriel juste comme ça. En tout cas, une vision depuis leur casque nous permet d’apprendre qu’ils avaient pour ordre de capturer Bellamy, Echo et Gabriel sans les tuer. C’est déjà ça de pris du côté des explications. En revanche, Hope n’a pas cette chance : elle est censée être tuée dès qu’elle est vue.

Echo parvient toutefois à la protéger, avant que le trio ne soit inquiet d’entendre l’anomalie se refermer. Rassurés de voir qu’ils n’ont affaire qu’à des soldats, finalement, ils décident donc de partir avec l’Anomalie dans l’espoir de retrouver Bellamy. La série nous tape alors son meilleur plan Roswell (voir ci-dessus, hein), et hop, Echo, Gabriel et Hope disparaissent à leur tour d’Alpha.

701-2

Le nouveau générique est, comme à son habitude, magnifique. Je ne l’analyse pas trop pour autant, je ne préfère pas, histoire de me garder des surprises en cours de saison. En même temps, des surprises, il y en a dès le départ : Clarke vit désormais dans une jolie maison à l’américaine, digne de Desperate Housewives, qui va servir de QG pour cette saison. Cela nous change parfaitement de Sanctum, mais aussi de toute l’esthétique habituelle de la série. La maison est joliment perchée sur la planète Alpha, donc la série a dû bien s’amuser côté effets spéciaux, mais une fois à l’intérieur, la série se retrouve en studio, et c’est pépère.

Une saison 7 qui se déroule dans une maison américaine spacieuse avec tout le monde vivant en colocation ? Bordel, ça m’envoie des vibes Buffy à la pelle. En colocation ? Outre Clarke et Madi, on retrouve ainsi Gaia dans la maison – puisqu’elle suit Madi partout – mais aussi Raven ! Décidément, les réconciliations vont bien vite dans cette série.

Toute la série va bien vite de manière : Indra, la dernière vraie adulte encore présente débarque ainsi pour dire à Madi qu’il faut qu’elle aille voir son peuple et pour être hyper reloue alors que la nouvelle routine s’installe. Ainsi, elle insiste pour que Madi soit mieux gérée en tant que Commander, là où Gaia s’inquiète surtout du retrait de la puce et Raven de ne pas avoir retrouvé le code de Sheidheda. Tout est bien vite rappelé en une scène du coup.

Oui, tout, avec également Clarke dont l’objectif est unique désormais : instaurer une stabilité nouvelle à Sanctum. Bon courage. Elle peut donc compter sur l’aide de Raven, sa nouvelle meilleure amie qui fait la soupe pour tout le monde. Il faut que les scénaristes s’arrêtent avant que je me mette à les shipper.

C’est justement ce qu’ils font avec Raven parlant d’Abby, histoire que Clarke puisse avoir la réaction la plus mature possible pendant son deuil : fuir. Elle rejoint ainsi un pique-nique à l’arrière de la maison, originellement créée pour Simone (ça tombe bien), et le reste du casting. Que ça fait plaisir de retrouver tous les survivants malgré les tensions : Emori, Murphy, Miller, Jackson, même Niylah, tout le monde est là pour trinquer en souvenir d’Abby et savourer la victoire contre Sanctum, qu’ils dirigent à présent sans oser aller vivre dans le palais.

Jackson est encore super énervé contre Murphy cependant, ce qui créé quelques tensions. Après tout, il est responsable de la mort d’Abby, mais il n’a pas trop envie qu’on le lui rappelle. Fort heureusement, Clarke le sait et n’a pas envie que ça dégénère. Elle fait une petite morale à tout le monde, avant qu’Indra ne soit celle qui nous fasse un topo de la nouvelle situation géopolitque complexe, avec Sanctum, les enfants de Gabriel et l’ex armée d’Octavia encore en train de roupiller.

Bref, il y a trop de monde pour se partager Sanctum et le désir de paix ne suffira peut-être pas, surtout quand on voit l’instabilité de l’immense groupe de dirigeants. Madi est la nouvelle Heda, mais Clarke lui dit de simplement aller à l’école ; Miller est un nouveau chef des armées – ça fonctionne bien – et Raven, malgré sa jambe défaillante, reste le cerveau des opérations.

Pendant ce temps, au palais, tout part en vrille. Il est supposé être contrôlé par les enfants de Gabriel désormais, mais ça ne plaît pas aux enfants de Sanctum – parmi lesquels on compte désormais Jordan, bien lobotomisé. Clarke et compagnie remettent bien vite dans l’ordre dans tout ça, mais il reste le problème que tout le monde veut voir Russell. C’est hors de question pour Clarke, qui préfère se garder l’assassin de sa mère pour elle plutôt que de le voir brûler vif. Les bonnes idées de paix de la série, j’aime ça.

Malheureusement, Russell est donc encore en vie et capable de nous embêter un bon moment. Il est désormais en prison, avec toutefois de jolies photos de sa famille décédée pour déprimer. Jordan est le seul présent dans le palais qui est approuvé pour le voir et rassurer tout le monde, parce qu’il est désormais tenu en confiance par tous les enfants de Sanctum.

Russell ferait presque de la peine : il ne mange pas, ne dort pas et souhaite mourir… jusqu’à ce que Jordan lui donne la puce qu’il avait conservée en fin d’épisode précédent. C’est bien dommage. Il est complètement lobotomisé donc : il a eu une sorte de vision du logo de Sanctum, soi-disant une preuve d’une vérité qui nous dépasserait tous, et tombe directement dans les manipulations de Russell, dont je ne capte pas bien encore le but. En effet, il en arrive à détruire la puce que vient de lui donner Jordan, c’est étonnant. Suis-je à ça prêt ? Probablement pas.

On retrouve alors le couple Memori là où on s’attendait à les revoir : dans le bar, évidemment. Murphy est toujours aussi coupable de la mort d’Abby et refuse de se faire passer pour Daniel, malgré les remontrances de Raven qui lui explique que ça pourrait jouer en leur faveur d’avoir « Daniel et Kali » de leur côté. Tu m’étonnes.

Après, son plan a beau être cool, je suis sceptique : en parallèle, les enfants de Gabriel font tout ce qu’ils peuvent pour éliminer Russell parce qu’ils veulent mettre mort aux Premiers, quoi. Bon, l’idée a du bon : Emori parvient à convaincre Murphy de jouer le jeu on ne sait trop comment et ça mène à une scène où « Daniel et Kali » peuvent être ceux qui aident Clarke à se sortir d’une scène épineuse. Elle a eu la bonne idée de vouloir protéger Russell en organisant son transfert vers le palais en pleine émeute. Heureusement, les faux frère et sœur débarquent juste à temps pour stopper un massacre certain. Ainsi donc, Murphy et Emori se retrouvent aux yeux de tous frère et sœur, les Enfants de Gabriel veulent leur peau, mais en échange, ils peuvent dormir au palais. Pas mal pour des cafards !

Après tout ça, Clarke rentre chez elle pour retrouver une Madi qui a bien grandi et est désormais en pleine crise d’adolescence. Elle aime bien Gaia, mais elle en a marre de voir Clarke vivre son meilleur déni concernant Abby.

La scène était vraiment sympathique, surtout que Madi évoque sa mère biologique, morte dans ses bras, et c’est intéressant parce qu’on avait jamais entendu vraiment parler de tout ça. Pas le temps d’en parler pour autant, Madi fuit dans sa chambre quand Clarke nous refait encore une fois un déni de situation. Notre héroïne se retrouve donc en présence d’Indra et Gaia qui ont encore des problèmes mère/fille à régler elles aussi. Toutefois, Clarke finit par en profiter pour remercier Gaia de son sacrifice.

Après tout, elle a accepté de se débarrasser de la Flamme, alors même que c’était censée être sa raison de vivre, juste pour protéger Madi. C’est bien ce qu’elle souhaite désormais continuer à faire : il reste toujours à traiter l’intrigue Sheidheda, qui est encore dans la tête de Madi dessinant désormais tout un tas de souvenirs des Commandeurs pendant son cours, alors qu’elle n’est plus censée les avoir. Gênant.

Comme toujours avec cette série, pas le temps de prendre en compte toutes les implications que cela représente : on enchaîne avec une explosion qui fait aussitôt ressortir Clarke et Indra de chez elles. L’explosion est au palais, mais Miller gère bien la situation. Les Enfants de Gabriel en profitent pour envoyer un de leur représentant bien relou pour faire quelques réclamations : ils veulent la peau de Russell, ou ils s’en prendront à Daniel et Kali, même s’ils savent qu’ils ne sont pas qui ils prétendent être.

Ce dilemme ne plaît pas vraiment à Clarke, même si tout le monde dans son sillage lui propose de tuer Russell qui le mérite bien. J’aime beaucoup cette nouvelle Clarke qui prône le pardon, autant que j’aime voir Miller s’écraser devant Clarke. Celle-ci a donc pour idée d’aller forcer Russell à dire à ses fidèles de quitter le palais pour se simplifier la vie. Malheureusement, celui-ci a d’autres plans pour Clarke…

Il lui rend les affaires d’Abby, notamment la bague de fiançailles de ses parents. C’en est trop pour Clarke qui sort enfin du déni et passe alors à la colère. Est-ce mieux ? Non, pas vraiment. Elle nous explose la tronche de Russell, ce qui fait toujours plaisir à voir, et provoque malgré elle un incendie. Russel inconscient, les scénaristes en profitent pour nous sortir de derrière les fagots que finalement, c’est en lui que s’est transféré Sheidheda.

Bien, il sera intéressant de voir ce qui est resté en Madi, alors. Sheidheda assassine enfin Russell et prend le contrôle de son corps, pour mieux supplier une Clarke prête à le laisser mourir par colère. Les suppliques fonctionne : elle sauve Russell de l’incendie du palais, pour mieux décider d’annoncer au peuple qu’elle veut voir le palais être détruit.

Clarke en colère et qui émerge des flammes, c’est quelque chose. On est bien loin de l’incendie d’Arkadia qui laissait tout le monde en fâcheuse posture : là, on est en plein dans un épisode qui est très clairement en train d’imposer Clarke comme leader se laissant dominer par ses émotions. Du coup, c’est énervée qu’elle déclare qu’il n’y a ni roi, ni reine, ni Premier dans ce monde (bien), seuls les derniers êtres humains qui veulent survivre (OK). Par conséquent, elle met à mort Russell qu’elle fera exécuter dès le lendemain (euh… moins bien, Wanheda, on se calme !).

Voilà donc pour cet épisode… mais bon, Russell/Sheidheda va bien trouver un moyen de survivre, encore. Bon, ça faisait du bien de retrouver tout le monde ou presque, mais Octavia et Bellamy manquent vraiment à ce premier épisode (même s’ils ont eu une scène chacun). J’ai hâte de voir la suite de cette intrigue sur l’Anomalie, même si je sens qu’on aura les informations qu’autour de l’épisode 4 comme l’an dernier. Il y a tellement à faire cette saison, tellement de directions à creuser… La maîtrise de toutes les intrigues ne se fait pas encore sentir alors que j’espérais une réunion pour la dernière saison. Clairement, ce sera plutôt pour le dernier arc de la série. En attendant, je suis content de ce début de saison qui promet d’explorer des pistes sympathiques, même si ce n’est pas leur meilleur retour, ni leur meilleur épisode.

> Saison 7

701-3

4 commentaires sur « The 100 – S07E01 »

  1. Très contente du retour de la série, même si je suis triste que ce soit la fin. Bon j’ai trouvé aussi que ça partait un peu trop dans tous les sens. J’ai préféré tout ce qui touchait à l’anomalie et je suis très intriguée car ces soldats, par Hope et ravie d’avoir revu Roan même si c’était en hallucination 🙂 Côté Sanctum, ça faisait plaisir de revoir tout le monde. J’ai bien aimé la maison, Indra bouffant de la soupe imperturbable comme si elle avait vécu ainsi toute sa vie 🙂 Tu as shippé Raven et Clarke, moi j’ai trouvé que c’était entre Gaia et Clarke que le courant passait bien 😉 En ce qui concerne Russell, comme tu as revu l’épisode précédent, tu pourras peut-être m’expliquer comment Sheidheda a pu se transférer en lui.

    J'aime

    1. C’est clairement un ressenti général… Ca part dans tous les sens et ça reste bizarrement coincé dans la saison précédente.
      C’est vrai que c’est marrant pour Indra maintenant que tu le dis :’)

      Ah oui, pas faux pour Gaia et Clarke maintenant que tu le dis !

      En wifi le transfert ? :’) Ce n’est pas bien clair, mais a priori il s’est transféré dans sa puce… comment ? C’est pas clair XD

      J'aime

  2. Tu es sceptique tout en mettant 18 😂 Je suis moins convaincue que toi, beaucoup trop de choses d’un coup et j’ai du mal à comprendre pourquoi les enfants de Gabriel et ceux des Primes se laissent diriger par les terriens, c’est eux qui foutent vraiment le bordel et maintenant, ils dirigent ! ^^ Et Clarke pacifique, ça se saurait 😉
    Plus intéressée par l’intrigue sur l’anomalie même si j’ai peur que ça soit mal géré. J’ai adoré Echo dans cet épisode et le trio peut être intéressant. Juste, je n’ai pas pu m’empêcher de rire en voyant Bellamy se faire trainer par terre inconscient par des mecs invisibles 😂

    J'aime

    1. À la toute base, j’avais mis 17… mais j’ai eu mal au coeur de commencer si bas la saison finale mdr. Après, je note aussi par rapport à mes attentes : une autre série me pondrait un épisode qui me motive autant et me fait écrire plus de 2000 mots sur quarante minutes, elle aurait un 20 sans hésiter. J’adore tellement The 100 que j’aimerais un sans faute permanent de leur part. Là, la seule « faute » est que ça part un peu dans tous les sens.

      Les enfants de Gabriel et les habitants de Sanctum se laissent diriger par les terriens parce qu’ils ont renversé les Premiers – donc ça arrange les enfants de Gabriel – et que les Premiers restants (Memori) disent qu’il faut leur faire confiance. Je pense que le côté « on a une armée de 200 guerriers au-dessus de vous » doit jouer aussi :’)

      Oui, pareil, j’ai eu un rictus pour Bellamy, mais j’avais peur quand même pour sa survie, alors j’ai pas trop trop ri !

      J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.