The 100 – S07E04

Épisode 4 – Hesperides – 18/20
Alors je ne m’y attendais pas, mais la série s’engouffre donc vers ce que j’en attendais, mais de manière si précipitée et tellement tête baissée que je suis perplexe par rapport à la suite. L’avantage, c’est qu’on avance vraiment beaucoup avec cet épisode qui finit de mettre en place l’arc d’introduction de cette saison et qui promet d’enfin en arriver lors du prochain épisode vers l’action pure qui se fait attendre. Les explications sont passées, c’est parti pour une saison finale qui devrait être épique.

> Saison 7


Spoilers

704

What the hell? This planet sucks anyway.

Allez, je commence par The 100 cette semaine, parce que j’ai bon espoir que ce jardin des Hespérides soit du côté de Skyring. C’est effectivement le cas avec un épisode qui reprend sur l’enfance de Hope, abandonnée par sa mère et sa tante. Elle n’a alors plus d’autres choix que de vivre seule et de s’habituer à pêcher et récolter ses fruits de manière solitaire.

La vie reprend son cours, et Hope s’enferme dans… l’espoir de revoir Diyoza et O. Tout ce qu’elle revoit quand le portail s’ouvre toutefois, c’est… un prisonnier. Eh oui, Skyring est une prison et on le sait. La série part un peu loin à nous montrer comment elle l’a d’abord chassé de sa maison avant de prendre soin de lui quand il s’est empoissonné avec de mauvaises baies. C’était l’occasion pour elle de découvrir qu’il était prisonnier pour dix ans et pour lui, Dev, de comprendre qu’il allait devoir jouer les grands-frères.

Le montage initial de cet épisode est plutôt sympathique et ce prisonnier qui a un petit look Murphy/Jasper est très chouette avec Hope. Pas sûr qu’il reste son grand-frère bien longtemps puisqu’il est question de passer dix ans ensemble, mais j’aime bien la relation qui se dresse entre eux quand il commence à l’entraîner. Malheureusement, nous sommes sur une saison finale et il n’y a pas vraiment le temps de développer à fond cette relation qui se concentre uniquement sur les capacités d’Hope à jeter des couteaux dans une cible.

Huit ans plus tard, l’entraînement au lancer de couteau fonctionne tellement bien qu’Hope est devenue une experte en combat. Il lui fait ses tatouages et tous les deux s’entraînent pour mettre au point un plan de fuite… qui ne fonctionne pas. En effet, pendant la fuite, il parvient à tuer plusieurs soldats, mais se fait planter un couteau dans le ventre en retour. Dev meurt donc avant qu’Hope ne puisse le sauver, n’étant pas assez réactive quand il s’agit de tuer un soldat de Bardo.

Dans le présent, on reprend dans la cabane de Skyring où Echo et Gabriel sont frustrés de voir le fou détruire leur seul espoir de quitter la planète. Hope n’a d’autres choix que de les raisonner pour le laisser vivre, insistant une fois de plus pour nous dire qu’ils ont besoin de lui pour s’entraîner à envahir Bardo.

Cinq ans d’attente, ce n’est pas trop le délire d’Echo par contre, mais ce n’est pas comme si elle avait le choix. Hope insiste bien sur la nécessité de s’entraîner, affirmant qu’ils n’auront pas de temps à perdre, et sur la nécessité de s’occuper du potager de la cabane, qui s’appelle donc Hespérides.

Un autre flashback nous permet de découvrir un peu l’histoire du jardin des Hespérides, bien rapidement. La série continue d’être au top sur sa mythologie et c’est toujours Octavia qui nous raconte ce genre d’histoire – comme il y a deux saisons dans son bunker. Elle a décidé d’appeler le potager ainsi et c’est plutôt logique : dans la mythologie, c’est un jardin de nymphes, situé tout à l’Ouest du monde, mais c’est surtout un jardin d’immortalité, réservé aux Dieux, avec tout à foison et interdit aux hommes. Leur petite parenthèse enchantée y ressemble fort malgré l’absence des pommes d’or des travaux d’Hercule.

Bref, dans le présent, le temps passe en tout cas et Echo se fait à son nouveau statut de jardinière. Trois mois plus tard, on la retrouve même à parler à des plantes, ce qui est plutôt drôle. Elle est alors confrontée au fou qui souhaite parler à Hope. Malheureusement pour notre trio, qui ont besoin de lui pour s’échapper un jour, l’homme voit ensuite Gabriel et décide de s’enfuir.

Comme ils ont besoin de lui, Echo décide d’accélérer un peu les opérations : l’homme est fan d’Hope ? Très bien, il suffit donc de lui tendre un piège pour qu’il se prenne pour un sauveur. Ainsi, Hope fait semblant de se noyer pour s’assurer qu’il vienne à son secours, et ça marche aussitôt. Elle est bonne actrice, puisqu’elle prétend ensuite qu’il lui a sauvé la vie. Et ça suffit !

C’est alors l’homme lui-même qui propose d’attendre sa journée d’absolution pour les amener à Bardo et faire en sorte qu’ils retrouvent leurs amis. La soirée commence bien, mais tourne vite à la catastrophe quand Hope apprend au passage que sa mère est une terroriste ou qu’Echo en profite pour interroger l’homme, Orlando.

Hope parle alors de Dev et des informations qu’il a donné sur Bardo quand ils programmaient leur fuite, mais c’est gênant puisque Dev est devenu depuis un camarade de pique-nique de notre homme plus si fou à présent. Ce dernier culpabilise et décide de l’enterrer à nouveau, avant de révéler qu’il croit toujours au système de croyance des hommes de sa planète, vouant un culte à un certain Sheperd (berger, donc).

Orlando est de niveau 12, et ça intéresse drôlement Hope qui nous affirme que c’est le niveau le plus élevé possible une fois à Bardo, mais malheureusement, Orlando s’enfuit quand il comprend être manipulé pour avoir des infos… pour mieux revenir pendant une session d’entraînement d’Echo, Gabriel et Hope. La première des trois est énervée de le voir les espionner comme ça et s’attaque à lui, découvrant qu’il est capable de la mettre K.O en deux temps, trois mouvements.

De quoi calmer la hargne naturelle d’Echo, quoi ! Elle accepte donc de se poser pour un petit pique-nique au bord du feu à la cabane, où Hope continue de nous fournir les informations dont on a besoin pour bien comprendre la saison. Ainsi, à Bardo, on interroge nos héros en les torturant. Enfin, la torture, c’est eux qui la provoquent en refusant un petit voyage dans leurs souvenirs, effectué normalement avec une machine. Bon, tout ça n’est pas bien clair. Ce serait bien si les personnages prenaient parfois le temps d’articuler un peu plus, en revanche (surtout Orlando). Bizarrement, le trio décide en tout cas de céder la cabane à Orlando et de dormir dans le jardin.

Le lendemain, Gabriel interrompt Orlando dans ses prières et je tiens à dire que je commence à soupçonner Orlando d’être un espion… ou carrément le leader de Bardo. Oui, oui, à la Lexa en saison 2. Orlando avertit en tout cas Gabriel qu’ils ne sont pas assez forts pour lutter contre les soldats de Bardo et contre le Sheperd. Voilà qui nous énerve Gabriel qui en a marre des faux Dieux de cette série. Je le comprends, mais ce n’est pas forcément malin de sa part d’en parler avec Orlando.

Pourtant, c’est finalement ce petit discours de Gabriel qui finit par le convaincre de leur venir en aide. C’est un soldat hyper expérimenté, et il accepte de les aider en échange de la promesse qu’ils ne tueront personne s’il n’est pas nécessaire de le faire… J’ai comme un doute !

Des années plus tard, Hope et Echo ont droit à un relooking cheveux courts et à quelques tatouages. Hope atteint le niveau 12 à vingt-trois jours de la journée d’Absolution. Comment ça vingt-trois ? Ils ont donc bien passé cinq ans sur cette planète. Je suis si triste pour eux, et surtout pour Echo. Cinq ans, ce n’est pas rien, mais elle semble toujours aussi déterminée à retrouver Bellamy. Je ne suis pas sûr qu’il l’aurait attendu cinq ans, lui. Et puis, qu’Echo soit déjà en couple, c’est une chose… mais Gabriel et Hope ? Je ne vois pas l’ombre d’une scène pour les shipper. J’imagine qu’on le réserve pour Octavia, mais c’est tout de même étonnant après cinq ans à vivre comme ça et à s’entraîner jour après jour.

En tout cas, le jour de la libération d’Orlando, tout se met en place : il se fait passer pour un prisonnier de nos héros afin de les aider à s’échapper. Si au départ tout se passe bien, l’Histoire se répète pour Hope qui se rend compte qu’un des soldats de Bardo a échappé à la charge qui devait les rendre inconscients. Cette fois, Hope n’hésite pas : elle tue un soldat qui s’en prenait à Echo.

Orlando est triste de voir la femme morte, apparemment et ça ne plaît pas du tout à Echo, qui lui rappelle qu’Hope n’avait pas le choix. Echo décide malgré tout de l’abandonner derrière eux et elle part en vrille en tuant tous les soldats, comprenant que même si Orlando est leur ami, il n’en reste pas moins un danger : il connaît leur plan de libération de Bellamy, après tout.

Gabriel hésite clairement à laisser seul Orlando alors que le Pont de l’Anomalie est sur le point de se refermer… mais il prend la décision de partir finalement, parce que le Pont se referme et qu’il n’a pas le temps de faire mieux que de suivre les ordres d’Echo. Si elle part en vrille, elle prend en tout cas toutes les bonnes décisions avec cette trahison, malheureusement. En effet, elle ne laisse pas le temps à Orlando de les trahir… Bref, un instinct de survivante comme on lui connaît depuis toujours. Hâte d’en savoir plus sur Bardo, en tout cas !

Bizarrement, on reprend également à Alpha où nos héros ont trouvé hors écran un soldat mort du côté de la tente de Gabriel. On met donc totalement de côté les intrigues en cours à Alpha pour se consacrer à cela.

Clarke comprend en effet qu’ils ont des prisonniers à secourir et elle se précipite aussitôt. Bon, c’est une bonne chose, au moins, on va avancer vers une réunion de ces intrigues… mais c’est fait à la va-vite après trois épisodes, alors que ça aurait pu être au moins introduit la semaine dernière. Là, ça donne l’impression d’avoir raté un épisode en cours de route.

Heureusement, Raven est encore obsédée par ce qu’il s’est passé au réacteur et Clarke tente de la réconforter, mais bon, être réconforté par Wanheda, ce n’est pas si efficace ou utile pour apaiser sa culpabilité. Elle se retrouve malgré tout embarquée dans cette nouvelle intrigue de soldat masqué mort et elle fait équipe avec Jordan pour percer le mystère de cet équipement high-tech qu’ils n’arrivent pas à ouvrir.

Le problème, c’est qu’elle a toujours sa culpabilité et ses flashbacks de ce qu’il s’est passé au réacteur. Cela le freine dans ses recherches, mais l’aide de Jordan lui fait comprendre que les masques fonctionnent par la pensée. Ni une, ni deux et contre toutes précautions scientifiques de base, Raven décide d’enfiler le masque pour voir si son intuition est bonne. Elle l’est bien sûr, parce qu’il faut accélérer le rythme de cette saison après tout.

Raven découvre alors tout un système de planètes et comprend que ce qu’ils pensaient être une anomalie est un trou de ver qui permet de relier les planètes, avant de chercher des informations sur ce que veulent leurs ennemis : Wanheda, évidemment. Vraiment, c’est précipité, mais ça fonctionne parce qu’un peu comme Miller en fin d’épisode, on en a marre de cette planète Alpha et de Sanctum, sur laquelle on reviendra malgré tout dans d’autres épisodes : il y reste Indra, Madi, Murphy, Emori, Russel… mais eux, on ne les voit pas de l’épisode.

Pourtant, Indra aurait dû être là pour conseiller Clarke, parce que dans tout ça, nous avons donc des hommes de Bardo au portail de Sanctum. Et rapidement, avec eux, on retrouve la grande thématique préférée de la série : la dernière grande guerre de l’humanité, contre des hommes invisibles, cette fois. Oui, oui, l’homme en charge des soldats sur Alpha leur explique qu’il a des prisonniers – Echo, Gabriel, Octavia, Bellamy – mais aussi qu’il compte sur Clarke pour mettre un terme à ce qui pourrait devenir la dernière guerre.

Ce sont de bien jolis mots, mais c’est un peu creux. Clarke négocie donc la libération de ses amis comme elle peut, surtout qu’elle découvre que chaque seconde compte car le temps passe plus vite où sont ses alliés. Chouette. Malgré cela, elle demande un peu de temps pour mettre au point un plan stratégique à la Clarke, c’est-à-dire voué à l’échec.

En tout cas, Clarke se rend en moto au Pont pour continuer à parler à l’homme en charge qui nous révèle que pendant le court laps de temps où Clarke a fait tout ça, cinq ans sont passés, Orlando s’est suicidé, cinq autres hommes sont morts. Oups. Bien sûr, Clarke ne sait pas trop qui est Orlando ni pourquoi ses amis l’ont trahi, mais elle retient tout de même l’information principale des cinq ans qui viennent de s’écouler pour Bellamy. Six, peut-être, puisqu’on ne sait pas exactement quand il a traversé le portail, lui. On ne va pas revoir l’acteur à ce stade, il sera juste un vieil homme quand Clarke le retrouvera.

Pas le temps d’y réfléchir pour le moment où Clarke découvre que son embuscade est un échec cuisant : les hommes invisibles l’entourent et sont tout aussi prêts à tuer ses amis qu’elle n’est prête à tuer l’homme en charge. Heureusement, Jordan débarque contre toute attente à ce moment-là, et il révèle que Raven était avec lui, dans le costume. Elle est invisible elle aussi, et elle peut tuer tous les soldats qui étaient là à braquer ses amis.

C’est gros : non seulement elle fait ça seule et super rapidement, mais en plus, elle maîtrise déjà le costume (admettons) et sa culpabilité de tuer des gens. Pour un personnage qui s’est toujours arrangé pour ne tuer personne pendant six saisons, elle fait un grand écart bien rapide que les scénaristes vont avoir du mal à justifier.

Il n’en faut pas plus pour que l’opération de sauvetage de Bellamy se mette en place. Voilà donc nos héros prêts à partir pour une autre planète sans plus d’information que cela, les yeux fermés, suivant Raven sans hésiter.

Selon les calculs de cette dernière, il est facile d’éliminer deux des six planètes liées par le trou de vers. Ah, donc il y en a six finalement ? Ils n’ont que quatre chances, mais ils n’ont aucun moyen de savoir sur quelle planète sont leurs alliés. Niylah est la plus intelligente du groupe à demander ce qu’il se passe si l’air n’est pas respirable là où ils se rendent, mais ça n’arrête absolument personne.

Gaia refuse tout de même de partir avec Clarke, préférant rester garder Madi et avertir de ce qu’il se passe, là où les autres – Miller, Niylah, Clarke et Raven – foncent tête baissée. Oui, oui, même Miller qui laisse Jackson derrière lui, même Clarke qui laisse Madi. Faut croire que les adieux ne sont pas leur fort. Après, il est vrai que cette histoire des cinq années passées pour Bellamy, c’est un peu violent (et je ne vous parle pas de Diyoza, on ne la reverra pas en vie, cette fois, c’est sûr, elle doit en être à plus vingt ans dans la tronche, minimum).

Dans tout ça, il reste un dernier problème pour Gaia restée seule en arrière : un autre homme invisible surveillait tout ce qu’il se passait et il prend sa chance quand il se retrouve avec elle. Il l’assomme et programme une coupure de courant de l’anomalie dans vingt secondes. C’est mal connaître Gaia : il lui en faut plus pour être assommée. Elle se bat donc avec l’homme et passe à son tour dans le portail, étant embarquée pour une autre destination avec lui.

Quant à nos héros, ils se retrouvent en plein Antarctique intergalactique, sans moyen de s’échapper, puisque Raven leur fait remarquer qu’au milieu de la neige qui les entoure, il n’y a pas de rocher pour maîtriser l’anomalie. Eh, c’est bien beau de foncer tête baissée à cause du temps qui passe, mais là, vous avez déconné sec, les gars, vous n’avez pas la moindre provision. Hâte de découvrir la suite, donc !

> Saison 7

8 commentaires sur « The 100 – S07E04 »

  1. Hâte de voir la suite aussi (plus qu’un jour à attendre :)) ! L’épisode était très bien. Ça va un peu vite car on n’a pas l’impression que les 5 ans se déroulent sur Skyring (à part la coupe de cheveux de Echo) car ça n’a pas l’air de les marquer plus que ça. Comme toi, je me dis que lorsqu’on va revoir Dyoza, Octavia ou Bellamy, ils vont avoir pris de l’âge !. Le mot Bardo me fait fait bizarre car c’est le parlement et le nom du musée de Tunis.

    J'aime

  2. Pour Bardo moi j’ai pensé à Brigitte 😂 j’avoue que cet épisode a fait avancer l’intrigue, mais ce début de saison 7 m’a légèrement déçue. Vu que Octavia est ma chouchoute on la voit trop peu et c’est sa storyline qui m’intéresse le plus. Merci pour tout ce résumé parce que de temps en temps je lâche ce qui se passe avec Clarke sauf quand il y a Indra (toujours gavée je l’adore !) et Nyilah ( 😍😍) sinon j’aimais trop les flashbacks avec Hope enfant , Diyoza et Octavia, je les shippe trop , par contre j’ai mal lu ou tu disais qu’un ship entre Octavia et Hope pourrait arriver ? Si c’est le cas c’est hyper malsain non ? 😂 mais je sais que l’actrice qui joue Octavia a dit qu’elle aimerait bien avoir une petite amie pour cette dernière saison donc on verra !

    J'aime

    1. Oui, j’ai la chanson en tête depuis un mois pour Brigitte du coup… super. :’)
      Je suis content de découvrir que je ne suis pas le seul à aimer Niylah ! Pour le ship Octavia/Hope, j’espère que tu as mal lu, sinon c’est que j’étais hyper fatigué. Je parlais de Diyoza/Octavia, évidemment… Je vais aller relire tout ça, on sait jamais, parfois je modifie ou ajoute des phrases entre deux, et ça change tout le sens aha

      J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.