13 Reasons Why – S04E10

Épisode 10 – Graduation – 13/20
À quoi bon ? Je ne sais pas comment noter cet épisode, honnêtement, alors je me contente du minimum syndical, exactement comme les scénaristes. Toute la saison était un brouillon, un extrait de ce qu’il se passe dans le brainstorming d’une salle de scénaristes, mais jamais l’ensemble ne paraît avoir dépassé le stade du « quelles idées on pourrait aborder cette saison ? ». Bref, ces dix épisodes étaient un pot-pourri dont il y avait certes du bon à tirer, mais qui, finalement, est plutôt pourri, effectivement.

> Saison 4


Spoilers

410

After all that, after everything, this is how it ends.

Le dernier épisode, enfin ! Et nos souffrances sont prolongées avec 1h38 d’épisode, parce qu’ils ont tellement oublié de résoudre les vrais problèmes dans cette saison qu’il faut à présent régler un milliard de choses, et nous dire qui sera mort en fin de série. Je le sens vraiment mal, surtout que je me doute bien que ce ne sera pas Justin, ce serait trop gros.

Effectivement, une semaine plus tard, Justin est toujours en vie, mais il ne va bien pour autant. Ellis Grey informe en effet la famille qu’il est positif au VIH, et que le VIH a eu le temps d’évoluer en un SIDA destructeur. Oh putain. Clay en profite pour découvrir que Justin a eu une période de prostitution quand il vivait dans la rue.

Il n’arrive pas à en parler directement avec Justin, mais il le fait avec Jess, alors que Charlie et Alex sont dans la chambre de Justin. C’est mignon comme tout. Contrairement à cet épisode. Il fallait bien que les scénaristes s’en aillent une nouvelle fois avec toute notre haine : ainsi, on apprend que le SIDA a tellement progressé que Justin ne s’en sortira pas vivant de cette série. Et Clay en profite encore pour nous dire que ça y est, maintenant que le bal de promo est terminé, ils sont adultes. MOUAIS. Être adulte, ça ne veut pas dire mourir encore.

Alors que Zach a du mal à vivre encore un décès dans cet hôpital après avoir perdu son père ici, Clay nous pète un énième câble, alors que personne ne semble plus se soucier de ses troubles précédents, pour courir jusqu’au commissariat et prétendre avoir une arme. C’est n’importe quoi, et ça permet de révéler qu’en fait, Diaz est un super shérif super sympathique qui ne faisait que s’inquiéter pour Clay.

Finalement, Clay se réconcilie donc avec Diaz, avant de découvrir que Tony s’est battu dans la rue. OK ? Pourquoi ce retour en arrière sur ce personnage, à ce moment-là ?

Zach continue aussi de régresser et de plonger dans son alcoolisme, mais finalement, il est sauvé par Charlie et surtout Alex qui s’occupe de lui pour le rendre plus sobre et l’emmener auprès de Justin à l’hôpital. Ils y croisent Tony qui rentre ensuite chez lui pour avoir un facetime avec son père qui lui demande de se rendre à la fac. Le retour en arrière pour lui est donc plus qu’anecdotique, il fallait juste une excuse pour qu’il soit au commissariat, donc.

De son côté, Jess est harcelée par Bryce lui disant qu’il a gagné puisque Justin est en train de mourir, évidemment, alors que Clay retourne ensuite au lycée pour ne rien faire. Ses notes ne sont pas prêtes d’arrêter de chuter… mais en tout cas, il lui est demandé de représenter sa promotion pour la cérémonie du 22 juin. La blague. Le 22 juin n’est vraiment pas une chouette date, je vous le dis !

Cette cérémonie et ce besoin de faire un discours énervent Clay, qui finit donc par évacuer sa rage auprès de son psy avant d’avoir un moment tout choupi avec son père. C’est un moment essentiel, clairement, avant qu’on n’enchaîne sur les adieux de Justin au reste du casting.

Non, mais. Je sais qu’en 2020 on meurt encore du SIDA et tout, mais cette progression en deux épisodes est à vomir, tout simplement. Tout le lycée vient rendre un hommage à Justin, évidemment, mais les scénaristes sont dans un abus total. Au moins, pour une fois, l’adolescent qui meurt (le quatrième de la série en quatre saisons et deux années, donc) a le temps de faire ses adieux, je sais bien, mais je suis juste tellement furax contre ces scénaristes. Nous voilà de retour en fin de saison 2, finalement. Comment voulez-vous que je note ça ?

La dernière scène avec Jess est très belle, mais pas autant que celle avec Clay, bizarrement. Sacrée évolution pour ce duo en quatre saison, mais à quoi bon ? Et à quoi bon avoir tout le lycée dans la salle d’attente si Justin meurt juste avec Clay et ses parents attendant que ça arrive. Les scénaristes me donnent tort sur ce coup-là, je ne les voyais vraiment pas tuer Justin, et pas comme ça.

Encore un, comme dirait Clay. Je comprends le choix uniquement parce que l’enterrement fait une fin assez juste pour la série qui est d’une lourdeur incroyable sur le sujet, mais vraiment, l’abus ici est encore plus incroyable. Et le message d’Ani pendant l’enterrement qui est que Jess est forte, c’était en trop. Laissez-la pleurer, bordel, laissez-la avoir son moment de faiblesse ! D’ailleurs, on voit aussi Diego pleurer pour l’enterrement, c’est énorme sérieusement. Et pas dans le bon sens du terme.

Alex fait un discours qu’il ne parvient pas à finir, Chloe revient pour assister au discours de Zach et Winston assiste à l’ensemble. Bien. Franchement, Zach qui est sobre pour la première fois de la saison, c’était frustrant. Franchement, c’est chouette de le retrouver, mais à quoi bon, si tard ? Comme c’est une fin de série, il faut aussi proposer une conclusion propre à tous les personnages. Zach révèle donc que la lettre de son coach dans son dossier scolaire est super positive et que ce coach a bien envie de le voir devenir coach à son tour, puisqu’il ne peut aller à l’université.

L’enterrement se termine alors avec Jess et Clay qui se retrouvent seuls, sans Justin. Il laisse le soin à Jess d’aller se faire tester aussi, et elle décide de le faire avec Diego. La série effleure le sujet de la PreP sans le traiter, ce qui est bien dommage, et nous permet une jolie conclusion pour ces deux personnages qui se donnent rendez-vous dans un mois, pour un possible rencard, bien sûr. Ben voyons. Conclusion pourrie.

C’était mieux pour Tony qui décide donc d’aller à l’université loin de cette ville de merde en vendant le garage à son mec. C’était pire pour Clay, à qui on offre encore la possibilité d’une énième crise de rage : Mrs Walker lui renvoie les cassettes d’Hannah, que le juge lui a rendues, et il a également la frustration de n’avoir pu sauver Justin, alors qu’il aurait pu parler de sa maladie avant et être soigné si simplement.

C’est si triste. Morale de l’histoire ? Protégez-vous comme Justin le faisait avec Jess, mais faîtes-vous dépister aussi. Merci. Ce n’est pas celle-ci qui est explicitée par la série, se concentrant une fois de plus sur Clay, et son psy qui lui raconte sa vie, pour l’aider à progresser, parait-il.

En parallèle, Winston offre à Tyler les photos du bal avec Estella, avant d’accuser Jess du meurtre de Bryce pour voir sa réaction. Tyler soutient évidemment ses amis, avant de les prévenir par SMS, ce qui mène à Alex racontant à Winston toute la vérité. La scène est évacuée super rapidement et Alex retourne à sa vie comme si de rien n’était, ce qui est tout de même bien étrange. Et bien sûr, Alex protège Jess, ne révélant pas qu’elle est là.

Après l’enterrement où il remercie Justin d’avoir sauver sa vie, Alex remercie Ani pour les mêmes raisons, avant d’être interrompu par Winston qui veut lui parler pour avoir ses aveux. Il les a, mais finalement, il décide de simplement avouer qu’il aimait Monty (mais que c’est mal écrit tout ça, bordel, ils se sont vus deux fois, sérieusement, dont une où il lui a cassé la gueule !), mais qu’il aime aussi Alex qu’il n’arrive pas à oublier (quoi ? Mais il a eu trois rencards avec, pitié, quoi). Du coup, il ne fait rien pour faire tomber nos amis et ce qui aurait pu être une excellente intrigue s’achève comme elle a commencé : de manière pourrie.

Bon, il y a tout de même le shérif Diaz qui fait comprendre au père d’Alex qu’il sait ce qu’il en est du dossier Bryce Walker, mais qu’il va le classer tout de même. Merci.

La série abuse totalement ensuite avec les discours de la cérémonie de remise de diplôme : le proviseur se permet même une petite blague sur la difficulté de rendre tous les personnages de cette promotion heureux. OK. On enchaîne ensuite avec un bon discours de Jess sur l’importance de l’amour et l’inutilité du patriarcat, puis sur celui de Clay qui fait le bilan de la série du côté du nombre de morts.

On repart dans l’abus, face à tout le casting, même ceux qui ont disparu en cours de série d’ailleurs (quoique, je n’ai pas vu Marcus, ou je l’ai raté ?), lorsque Clay nous dit que le lycée est une question de vie ou de mort, mais aussi que la vie est une chose extraordinaire.

Clairement, la série accélère son rythme dans les conclusions, nous ramenant Courtney pour une réplique inutile, alors que Ryan revient pour draguer Winston. Le pire, c’est encore que Ryan et Courtney sont présents dans la scène finale avec nos héros. Ou alors que Zach va en fac de musique pour le chant et la guitare ? La guitare ?

Bon, la série se termine aussi par Clay imaginant une fois de plus qu’il parle aux morts, et plus particulièrement à Justin. On aperçoit aussi Hannah, mais les retrouvailles sont interrompues par l’arrivée d’Heidi, futur love interest de Clay à l’université, et geek comme lui. Si c’est pas mignon. Non. Bon, au moins, on n’a pas eu à supporter Hannah dans cet épisode qui se contente d’anciens plans de l’actrice et on a un futur pour Clay. On a le futur de certains d’entre eux grâce à un excellent plan séquence qui réunit tout le casting après la cérémonie d’ailleurs, mais on ne l’a pas pour tous, ce qui est dérangeant.

Par exemple, Jess aussi aura un futur, probablement, mais on va l’ignorer. On saura juste qu’elle est en paix avec Bryce, finalement, parce qu’elle lui a trouvé une utilité : grâce à lui, tous le reste du casting était forcé de s’aimer. Qu’est-ce que c’est que ce choix, sérieusement ? J’aurais préféré une scène avec plus d’émotions pour l’enterrement des cassettes d’Hannah, sérieusement.

Côté émotion, et malgré un final qui traîne en longueur, la série réussit à être vraiment attendrissante avec la lettre d’admission de Justin, qui parlait de Clay comme d’un frère. Le dernier montage de la série nous montre Clay et Tony partir pour l’université, ensemble, dans la voiture de ce dernier. Ils n’ont plus rien à se dire, mais ils sourient, alors apparemment ce départ leur fait plaisir.

Je garde pour la fin le destin de Tyler, complètement oublié par les scénaristes, pour terminer sur du négatif, puisqu’il est apparemment en couple avec Estella, même si on ne saura jamais si ça dépasse l’amitié ou non et même si on les aura vus se parler genre trois fois en tout dans la série. Vraiment, Tyler, qui avait la meilleure évolution mais n’a pas de conclusion (de même que Jess dont on ne connaît pas le futur, finalement) est la meilleure représentation possible de la qualité d’écriture de la série, et de cette saison. Et ce n’est pas positif, désolé.

410-3

> Saison 4

EN BREF – La saison 2 était déjà la saison de trop, mais cette saison 4 prouve que les scénaristes ont voulu surfer sur une tendance, sans plus savoir à quel saint se vouer. Ils ont tenté de redéfinir la série dans certains épisodes, sans parvenir à trouver une tonalité qui fonctionne vraiment, ils ont voulu mener de front tous les combats militants ou presque sans aller au bout, ils ont montré de très bons exemples (le consentement, par exemple) sans cesse sapés par des scènes vraiment dérangeantes du côté du message (l’obligation d’être fort à l’enterrement ??) et ont toujours choisi la facilité du choc émotionnel et de la colère des fans pour survivre.

Alors, certes, on nous dit que Clay va réussir à survivre… mais franchement, la série aurait pu se terminer par son suicide que j’en aurais éprouvé le même sentiment de ras-le-bol. Cette série avait toutes les armes en main pour être vraiment pertinente de bout en bout. Elle l’a été plus d’une fois, mais ces moments sont noyés dans un océan de moments trop gênants pour que ce soit ce que je retienne le plus d’elle.

Finalement, je suis resté jusqu’à la fin, mais ce fut long. J’avais envie d’y croire, envie de voir certains personnages s’en sortir, envie de retrouver le côté brillant qu’avait l’écriture de certaines scènes… Cette saison, ce fut quasi-impossible. Tant pis.

> Saison 4

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.