Emily in Paris – S01E03

Épisode 3 – Sexy or Sexist – 18/20
La série a clairement trouvé son rythme de croisière et est pleine de riches idées pour tordre le cou aux clichés et pour s’amuser des stéréotypes, à la fois culturels et langagiers. Je me marre beaucoup devant cette série qui est une excellente comédie et dont les personnages sont attachants car criants de réalisme, quand bien même il s’agit d’une série souvent dans l’excès.

> Saison 1


Spoilers

Well, the French word for team is équipe, and there’s an I in équipe.

Alléluia, Madeline est de retour ! J’avais peur qu’on ne puisse revoir Kate Walsh, mais c’est bon, elle s’inquiète de la vie de sa petite protégée qui continue ses joggins parisiens en tant que célibataire pour mieux découvrir les urinoirs publics des quais de Seine. Hum. On nous enchaîne par une chanson disant « ça fait rêver, ça te fait envie » et… euh… non ?

La série ne fait pas dans la dentelle sur la vie parisienne en tout cas, et c’est dur de ne pas être mort de rire devant l’attroupement pause clope en face de la salle de gym ou devant la concierge imblairable qui engueule Emily parce qu’elle a une coupure d’eau et qu’elle s’habille n’importe comment dans l’immeuble. Gabriel est heureusement là pour la traduction, mais ça termine en douche au bidet pour Emily. La vie à la parisienne, pour de vrai.

Tellement pour de vrai qu’Emily porte ensuite un béret pour aller à des cours de français où elle tente de sympathiser avec sa prof, Jacqueline… pour mieux découvrir qu’elle prend 50€ de l’heure en-dehors de sa classe. C’est tellement, tellement ça. C’est une belle journée qui commence pour Emily donc, parce qu’elle fait tout ça avant 10h30, hein. C’est sûr qu’en commençant à cette heure-là, on a le temps d’avoir deux ou trois vies par jour, et ça c’est plutôt cool.

Sylvie est ravie de tomber sur Emily en allant au travail, surtout que maintenant Emily apprend à parler français et peut lui dire qu’elle aime ses bottines. Par contre, il ne faut pas trop en attendre de cette patronne parisienne qui se doit d’être désagréable et de souligner qu’Emily a besoin d’arrêter de sourire et d’être dans l’excès. Bienvenue à Paris, chère américaine.

Pour ne rien arranger, ses collègues la déteste parce que Madeline lui a demandé de leur envoyer une charte de bon comportement à respecter – tout l’inverse du comportement français, ma foi – alors la journée de merde peut commencer. On se dirige alors vers le titre de l’épisode, puisqu’il est question pour Emily d’aller sur le tournage d’une pub de parfum.

Emily découvre la pub tournée par Antoine et son équipe, parce qu’évidemment qu’il fallait qu’Antoine soit de retour dans la série. La pub convient bien à Emily jusqu’à ce qu’elle découvre que la top modèle engagée l’est pour traverser le pont Alexandre III complètement nue devant des hommes la désirant. On peut difficilement faire plus sexiste à l’ère de #MeToo et du male gaze. Elle tente évidemment d’en parler à Antoine, devant Julien et Sylvie complètement excédés. Même si Antoine l’écoute au point d’interrompre le tournage le temps d’un verre en terrasse, il ne le fait que pour marquer des points auprès d’Emily et défendre sa vision du fantasme féminin. Pas exactement une bonne idée, mais bon.

Emily se résigne malgré sa peur d’une mauvaise interprétation du luxe et du fantasme à la française – tu m’étonnes, mais c’est clair qu’on en est tellement abreuvé que ça ne me choque même plus à force – et rentre chez elle, pour mieux être confrontée à son problème d’eau n’arrivant plus à la douche. Le lendemain, elle a donc droit à la visite d’un plombier, et là, clairement, la série se fait plaisir avec le cliché de la douche dans un sale état, avec une pièce ancienne, une pièce neuve et un plombier qui réclame le petit déjeuner sans pour autant aider Emily dans son problème.

Bien sûr, elle a toujours besoin de Gabriel pour la traduction, et celui-ci lui ouvre désormais la porte en étant torse nu, parce que tout le monde fait ça, bien sûr. Voyant qu’elle n’a plus de douche en état pour un moment, il l’invite à les prendre désormais chez lui. Bien sûr, évidemment. Jamais dans l’excès, les séries !

Emily en est ravie malgré tout et peut enchaîner ensuite avec un cours de français. Bordel, ses matinées sont à rallonge, c’est fou ! Et toujours zéro souci de décalage horaire en plus ! En cours, elle apprend à ne pas être invitée à des soirées entre amis proches, avant de se rendre au travail où Sylvie lui demande d’arrêter de poser des questions gênantes pour tout le monde, puisqu’elles font perdre de l’argent.

Même si elle est femme, Sylvie n’est pas féministe pour autant et le travail devient de plus en plus compliqué pour Emily qui reçoit même un dessin de bite sur sa charte. Elle décide donc de se comporter en vraie française et d’aller prendre sa pause déj à 11h, avec un bon verre de fin. Merci Mindy pour cette vie à la française et pour les explications toujours marrantes sur la culture française, merci aussi pour une première vraie invitation à une soirée pour Emily. Cette dernière, contre toute attente, décide d’inviter également Sylvie à la soirée de Mindy, pour apprendre à la connaître… Ca sent tellement la mauvaise idée, surtout que ça se fait juste après qu’Antoine accepte l’idée d’Emily de demander sur Twitter si la pub qu’ils ont réalisé la veille (le montage est sacrément rapide dis donc) est sexy ou sexiste. L’idée est bonne, ma foi, même si risquée et polémique. En tout cas, Sylvie est assez claire sur le fait qu’elle n’a pas envie d’être amie avec cette américaine qui n’est là que pour des vacances d’un an après tout.

Emily l’invite malgré tout, avant de découvrir que les soirées parisiennes, c’est… désagréable ? Beaucoup de bruit dans un minuscule appartement pas très covid safe et enfumé où personne n’en a rien à battre d’elle, à part cette nana qui lui dit bonjour mais dont l’attention est vite détournée par une autre amie. Eh ouais, c’est tout un art de se fondre dans la masse, et sans la langue, c’est toujours un peu dur. Pas de problème, Emily est rejointe sur le balcon par un certain Fabien content de pouvoir la draguer.

La petite drague se poursuit sur les quais et sur fond d’accordéon de manière toute romantique, jusqu’à ce qu’un autre décalage culturel se fasse après un bisou dans le cou : Emily découvre le parler sexy de Paris qui est loin d’être érotique, mais est on ne peut plus cru. C’est si parfait comme mise en scène. Le type n’est pas très insistant par contre, alors qu’à Paris, dans la rue… Bon. Bon, bon, bon, admettons.

Emily découvre Paris en tout cas et elle finit dans le bar de Gabriel où elle affirme aimer Paris, même si Paris ne l’aime pas. Le problème ? Gabriel l’aime bien. Oh, c’était choupi comme scène, ils nous prennent par les sentiments là.

Le lendemain, Madeline est contente de la visibilité nouvelle de « De l’heure » grâce à Emily, mais aimerait désormais que ce soit fait pour que ce soit aimé, pas juste pour la visibilité. Elle fait donc ce qu’il fait pour être aimée de ses collègues, avec une brioche en forme de bite qui les fait marrer – c’est bien senti comme intégration ça – mais est détestée par Sylvie qui voit qu’elle reçoit de la lingerie au boulot. Sexy ou sexiste la lingerie envoyée par son client Antoine ? Définitivement sexiste.

> Saison 1

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.