This is us – S05E01

Épisode 1 – Forty Part.1 – 18/20
Je ne m’attendais pas à un épisode aussi réussi. L’équilibre entre la crise sanitaire, la crise sociale américaine et les intrigues en cours est très justement trouvé, ce qui fait que l’on passe assez bien par un tas d’émotions. La série parvient à nous faire prendre un recul nécessaire sur une période peu évidente, que les personnages traversent donc avec nous, et pour ça, je leur tire mon chapeau. En revanche, j’ai déjà eu plus d’émotions avec les Pearson, alors je me prépare pour le second épisode.

> Saison 5


Spoilers

Let’s shock the world and be married.

Madison est enceinte de jumeau, et la série fait le choix de reprendre très exactement sur cette annonce balancée à Kevin comme si de rien n’était. Madison reconnaît que ce n’est pas la période idéale, surtout avec « the virus thing ». Oh. Le Covid19 est donc immédiatement une préoccupation de la saison, et c’est un peu abusé, je trouve, parce qu’il n’en était pas du tout question l’an dernier, mais en même temps, ça fonctionne extrêmement bien.

L’essai clinique de Rebecca est annulé, mais ce qui inquiète le plus Beth et Randall ? Tom Hanks a le coronavirus. Oh purée, je me souviens, ça nous avait tous choqués à l’époque ; l’ampleur que ça semblait prendre d’un coup en atteignant le monde entier d’un coup. Il y a plus choquant pour la série et pour cet épisode heureusement : Kevin se rend donc chez sa sœur et lui annonce, à elle et Toby, que non, il n’est pas le nouveau Batman… mais il va être papa. Parce que Madison est enceinte. Boum.

La réaction de Kate est géniale, parce qu’elle est clairement sous le choc. Toby en rigole, le voisin observe toute la scène qui se passe dans le jardin de Kate et Toby où les quatre se font un câlin. Bon, il y a tout de même un problème dans cette scène de câlin : chacun se fait un câlin perso, alors qu’il est clair qu’en couple, tu peux te permettre un peu plus que ça. En même temps, j’aime cette scène qui nous propulse bien dans le monde post-covid19, de manière fluide. La série s’en tire bien, ouf.

De retour chez lui, Randall découvre la galère du coronavirus à la maison, avec Beth qui veille à la sécurité de sa maison, tout en lui annonçant la nouvelle grossesse de la famille. En parallèle, Kevin propose à Madison d’être en quarantaine avec lui, tout de même. Elle refuse d’aller chez lui, mais il accepte aussitôt de vivre dans sa « petite » chambre d’amis, qui semble faire à peu près la taille d’un appartement parisien, hein.

De son côté, Randall est confronté à la fois au virus et à l’annonce de la grossesse de Madison… mais le message qu’il envoie à Kevin est encore lourd de leur dispute, de même que la réponse de celui-ci. J’ai beaucoup aimé la scène des textos, avec d’abord la version à laquelle ils songent l’un et l’autre pour se réconcilier des lourdeurs qu’ils ont eu la mauvaise idée de s’envoyer, avant une version neutre et formelle du même SMS.

Pour ne rien arranger, Randall découvre ensuite l’affaire de Minneapolis ayant relancé le Black Lives Matter. Quel début d’année super lourd, quand même. Les scénaristes font vraiment le bon choix d’intégrer tout ça à la série, la catharsis est efficace et nécessaire. Voir des personnages que l’on aime confrontés à tout ça fait du bien, tout de même, même si c’est horrible. C’est fou, hein ? C’est ça, l’espèce humaine, j’imagine.

Randall a heureusement sa psy pour s’occuper de lui, mais à distance, en visio, évidemment. Cela reste difficile pour lui de s’ouvrir, et ça l’est encore plus quand il a une sœur qui fait un million de protestations et de dons… au point d’en énerver Randall et Beth. J’ai ri, c’est un petit détail dans l’épisode, mais ça passe tellement bien ; autant que les filles qui leur demande de changer de chaîne parce que la noirceur de ce monde est trop lourde pour elles. Les pauvres.

La famille finit devant une émission familiale, que nos triplés avaient l’habitude de regarder ensemble. Kevin et Madison sont justement devant la même émission de télévision, parce que c’est tout ce qu’il nous reste à faire durant la quarantaine, non ? Kevin et Madison sont clairement en train de tomber amoureux l’un de l’autre, là, et ça fait tellement plaisir à voir. Franchement, ils font un beau couple – parfaitement inattendu, mais un beau couple. Pfiou. Ce n’est que là qu’apparaît le générique de la série. J’ai l’impression d’avoir déjà digéré un épisode entier, mais non, ça ne fait que douze minutes.

Après le générique, nous voilà donc à l’anniversaire des triplés, le premier depuis la dispute Kevin/Randall, mais aussi le premier depuis le Covid19 et le Black Lives Matter. Cela fait beaucoup d’un coup. La série parvient assez bien à gérer ses gestes barrières, même si évidemment, on nous zappe certains baisers. Tous les acteurs ne sont pas aussi séparés, cependant, puisque Beth et Randall ont droit à quelques presque baisers.

Pour son anniversaire, Randall refuse donc les avances de Beth et nous fait toute une crise d’identité sacrément flippante. S’il dit aller mieux grâce à sa psy, il balance en effet à Beth qu’il n’est probablement pas né quarante ans plus tôt : en une journée, il est improbable qu’un bébé soit né, abandonné dans une caserne de pompiers, puis dans un hôpital et paf, adopté. Effectivement.

Il est donc temps pour un flashback loin du Covid, et là-dessus, la série peut s’en tirer assez bien : c’est facile pour eux avec les flashbacks de changer de sujet au moins un peu. Tant mieux ! On remonte dans le temps pour voir William le jour de la naissance de Randall, mais aussi le jour où il a appris que sa copine était enceinte.

Et à ce moment-là, c’était l’amour fou entre eux. Comme suggéré l’an dernier, il est temps pour nous d’en savoir plus sur la mère de Randall, qui ne se réveille pas après l’accouchement. Il y a de quoi paniquer pour ce pauvre William. Il appelle aussitôt au secours, et les ambulanciers ne parviennent pas à la réveiller.

Les ambulanciers ont de la peine pour lui et ils font ce qu’ils peuvent pour sauver sa femme, mais c’est en vain. Voilà donc la mère biologique de Randall qui meure le lendemain de son accouchement, après avoir repris un peu de drogue. La mère biologique de Randall ? Elle a un frère mort et elle s’insère assez vite et bien dans la série, honnêtement. Elle est très chouette et elle fait promettre à William, avant la naissance du bébé, de faire en sorte que le bébé soit au sein d’une super famille.

En parallèle de la panique de William, nous retrouvons Jack et Rebecca sur le point de se rendre à la maternité, quand ils pensaient encore avoir des triplés ce jour-là. La scène est sympathique, mais on sent que les scénaristes ne sont pas très inspirés sur une journée que l’on connaît déjà bien. On découvre ainsi que Jack a oublié la radio pour que Rebecca puisse écouter de la musique, et ça le fait paniquer.

On enchaîne grâce à ça sur un petit discours de Rebecca sur les hommes, et bon, c’était un peu naze ce discours sur les hommes qui sont des petits garçons par moments, tout ça tout ça. La série nous a habitué à mieux, je trouve. Et pendant que Jack trouve une radio dans l’hôpital, William arrive donc, pris de remords d’avoir abandonné son bébé…

Pour les quarante ans des triplés, nous retrouvons enfin Rebecca et Miguel : ils sont en quarantaine dans la cabane familiale, où Kevin et Kate sont venus leur rendre visite. Tout va bien… sauf que Randall n’est pas là. Kate, qui a toujours eu un terrain dépressif, vit tout ça super mal, surtout avec le coronavirus qui rôde toujours.

Pendant ce temps, Kevin sort de la douche dans une scène qui n’est là que pour l’audience et apprend que Madison est tombée sur le ventre pendant celle-ci. Allez, c’est cadeau, joyeux anniversaire Kevin. Les séries vont vite m’énerver, parce qu’ils ont des masques super cool en vrai, alors que bon, je me suis vite lassé. Une fois chez l’obstétricienne, Madison apprend donc qu’il n’y a plus qu’un bébé dont le cœur bat.

Pourtant, Kevin ne perd pas espoir, et il lui en redonne autant que possible, lui proposant même de se marier juste avant d’apprendre qu’effectivement, les deux bébés vont bien. Pfiou. Comment en un épisode arrivent-ils à nous rendre l’insupportable Madison aussi géniale que ça ? Elle est juste parfaite pour Kevin, lui annonçant qu’elle n’a pas l’impression qu’il est cassé et qu’elle est prête à oublier ce qu’il lui a dit… sauf qu’il n’en a pas envie.

Puisque nous en sommes aux quarante ans des triplés, on en revient au flashforward de l’an dernier. Rebecca va donc se perdre en chemin en allant faire des courses pour ses enfants. C’est dur, parce que le matin tout allait bien pour elle ; et c’est dur parce que je n’avais pas capté que ça arriverait si tôt. En revanche, là, pour le coup… ils n’avaient pas anticipé le Covid19 quand Rebecca était dans un magasin ou au restaurant.

Chez Randall, ce sont les filles qui décident de faire plaisir à leur père pour son anniversaire. Oh, Tess aimerait bien voir son oncle, tout de même, alors que Déjà, elle, veut juste passer sa journée avec Malik, puisqu’elle l’a rencontré un an plus tôt. Leur dispute tourne vite court quand elles comprennent que Randall ne va pas bien du tout. Pff. Avec l’année qu’on passe tous, il pourrait se réconcilier avec son frère vite fait quand même.

C’est un peu ce que fait Randall avec Malik. Cela fait plaisir de les voir en bons termes, mais c’est dommage que ça passe par Randall au fond du trou pour en arriver là. Bizarrement, Malik prend le temps de parler avec son beau-père plutôt que de se précipiter vers Déjà. Sans trop de surprise, ça avait été annoncé après tout, la série prend le temps de faire passer des messages sur le Black Lives Matter : Malik fait partie des mouvements de protestation, forcément. Il a regardé la vidéo des huit longues minutes où la police a étouffé un homme qui demandait juste à respirer, et il a marché ensuite avec son père. C’est fou.

La série est super touchante dans la manière de mettre tout ça en scène, avec aussi un flashback de Randall adolescent découvrant un autre cas de racisme à vomir. Dans le présent, il reçoit un appel de Kate, puis un SMS pour l’informer que Rebecca est perdue en ville – avec une serveuse qui n’ose pas la toucher, bien joué dans le recyclage de cette scène. Il n’en faut pas plus pour que Randall prenne la route vers la cabane… Sans prévenir Beth ? Bon, vite, le deuxième épisode !

> Saison 5

2 commentaires sur « This is us – S05E01 »

  1. Excellent retour, ça a été super émouvant de revoir les débuts de la pandémie, les personnages qui se posent les mêmes questions que nous. Je pensais que ça allait m’ennuyer de voir sur l’écran ce qu’on vit mais en fait, ça a été plus rassurant qu’autre chose. Pour ce qui est des Pearson, j’ai beaucoup aimé qu’on revoie la journée de naissance des triplés et qu’on approfondisse la relation entre William et la mère de Randall (Laurel, Lauren ?). Et j’ai beaucoup aimé voir évoluer la relation entre Kevin et Madison. Je ne pensais pas les shipper et pourtant c’est ce qu’il se passe.

    J'aime

    1. Exactement, c’est le mot : c’est rassurant… Comme toi, je m’inquiétais de ce que ça allait donner, mais je trouve qu’ils ont su donner juste ce qu’il fallait et que ça s’intègre assez bien dans la série. Après, c’est un peu rushé en début d’épisode… mais pas désagréable.

      J’ai entendu Laurel… mais tu me mets le doute !

      Kevin et Madison, c’est fou, en un épisode, ils en ont fait un couple vraiment super chouette. J’en ai marre de cet acteur, il a de l’alchimie avec tout le monde aha

      J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.