Station 19 – S04E01

Épisode 1 – Nothing Seems the Same – 16/20
Je n’arrive pas vraiment à savoir ce que j’ai pensé de cet épisode. Je trouve qu’on peine à discerner les intrigues qui occuperont la saison, surtout qu’il ne semble pas y avoir de changements majeurs pour l’instant dans la vie de la caserne – c’est con avec un titre pareil. Il y en a bien un avec le coronavirus, évidemment, mais pour l’instant, ça a juste donné quelques scènes lourdingues au milieu d’un commentaire acerbe malgré lui de la société américaine.

> Saison 4


Spoilers

Let me be your daddy!

Quel est exactement l’intérêt de reprendre là où la saison 3 s’est arrêtée, à la seconde près, si c’est pour nous faire une scène de moins d’une minute ? Andy fait donc une crise de panique en découvrant que sa mère est en vie, et hop, on passe directement trois semaines plus tard, avec Andy assez mal en point et Ben qui vient la chercher pour qu’ils aillent ensemble à l’hôpital.

Andy remet déjà son masque, donc il faut en comprendre que c’est foutu pour voir l’épidémie débarquer dans la série. Autant je reprochais à This is us de faire un épisode fourre-tout sur le sujet, autant je me sens déçu de voir que le virus est déjà si installé dans la série. L’avantage, c’est que toute la caserne de pompiers se pointe au Seattle Grace, donc on commence directement par un crossover bien senti. Rose, la tante sortie de nulle part qui me donnera probablement un point de Bingo Séries, est là aussi. Est-ce que c’est la sœur de Miranda ? Pas clair.

En tout cas, Miranda reçoit donc la visite de sa famille sur le seuil des Urgences. C’est tout à fait logique, ça, ma foi. Ce début est bien forcé, je trouve, et c’est aussi ça qui me déçoit. Tous les pompiers nous applaudissent donc le personnel médical, et c’est très agréable de voir que Carina et Maya sont encore ensemble ou que ni Carina, ni Bailey n’oublient de mettre du maquillage en ces temps de crise.

En flashback, Andy découvre donc que sa mère est en vie, et sa crise de panique ne fonctionne pas du tout. L’avantage, c’est qu’elle permet une bonne distanciation sociale, avec Andréa trop paniquée pour rester auprès de sa mère. Elle s’isole donc dehors où sa tante finit par venir la convaincre d’écouter le fantôme de sa mère lui expliquer tout ça. L’épisode traîne tellement en longueur sur le sujet !

Andy a des dizaines de théories pour expliquer ce qu’il s’est passé, mais elle se plante totalement : sa mère n’avait juste pas envie d’être mère. Ah. C’est énorme, ça, comme idée. Sa mère était donc en pleine dépression parce qu’elle n’a jamais voulu être mère. C’est beau : elle s’est barrée, même si elle aimait Andy, parce qu’elle n’allait pas bien et que la santé mentale à l’époque, c’était accessoire.

Le problème ? Elle accuse son ex-mari d’être celui qui a planifié tout ça : elle n’a jamais voulu qu’Andy la pense morte. Oups. C’est embêtant ça, parce qu’Andy ne pourra jamais le confronter sur le sujet, et ça explique pourquoi elle a tant de mal à s’en remettre dans le présent ! Bon, accessoirement, sa mère est en vie, aussi. La confrontation entre la mère et la fille est intéressante, mais on a du mal à s’y faire quand même, à ce personnage de mère qui annonce tranquillement qu’elle s’est sentie libre en abandonnant sa fille.

Je peux comprendre, mais de là à ne jamais dire qu’en fait elle n’était pas morte ? Et ce père qui prend la décision de dire qu’elle est morte ? C’est gros tout ça. Trop gros pour que ça passe. Au moins, l’actrice s’en sort toujours bien – et même vraiment très bien – et ça me fait raccrocher au personnage d’Andy. Elle est totalement dépressive sur ce coup-là, et passe la nuit à parler avec sa mère, finissant par parler de ses premières règles et de la dépression de son père qui savait parfaitement qu’elle avait toujours une mère ne voulant pas d’elle.

Pire, la mère confesse que le père était venu la supplier de revenir à New-York, mais qu’elle n’a pas voulu revenir. La tristesse franchement. Pas étonnant qu’Andy finisse par se barrer en demandant à sa tante de la recontacter, tout en ignorant sa mère qui passait sa meilleure vie chez des cousins pendant tout ce temps, avec la plus grande honte possible, mais pas le plus grand regret. Triste, triste, triste.

Andy se rend ensuite à l’hôpital pour tout raconter à Sullivan. S’il comprend la difficulté que rencontre Andy à découvrir sa mère en vie, il lui annonce aussi qu’il a pris de la morphine à son réveil et qu’il a peur de rechuter. C’est pour cela qu’il prend la décision d’écouter Amelia : elle lui a dit qu’il valait mieux qu’il passe 90 jours loin de sa femme, hyper toxique pour lui, surtout qu’elle lui fait risquer bien malgré elle la rechute… Le sens du timing ces deux-là, toujours !

Pour en revenir au présent qui nous intéresse, Vic s’installe donc chez Travis maintenant qu’elle n’est plus chez Miller qui a eu la bonne idée de la virer de chez lui. Elle accompagne carrément Travis chez ses parents, pour leur fournir les courses. Ah, les petites habitudes du Covid… C’est bien vu, je trouve, de nous faire des scènes comme ça. Bien sûr, on a aussi un personnage malentendant, alors l’impact du masque est immédiatement important pour la série. J’ai totalement oublié ces personnages, purée. Enfin, je me souviens de leur existence, juste, je ne sais plus qui ils sont exactement, niveau prénoms et tout. Jack est toujours sous le charme en tout cas.

Pendant ce temps, Sullivan dirige désormais des gens en travaux d’intérêts généraux, mais il semble l’être lui aussi. Il est surtout important de noter qu’il n’est plus marié avec Andy. C’est gros. Je sais bien qu’ils ont trop de problèmes à régler l’un et l’autre pour fonctionner en couple, mais tout de même, cette séparation d’un commun accord, j’ai du mal. En plus, il est du coup coupé du monde et ce n’est vraiment pas passionnant. Il largue son pseudo-job quand il entend ses anciens collègues pompiers en pleine galère sur un début de feu de forêt. C’est bien le moment.

De retour à la caserne, on apprend que Miller est désormais en colocation avec sa copine du moment, Sasha. Bon, en voilà une qui a du avoir une promotion. Vive le confinement… Là encore, c’est très gros, mais ça passe bien, parce que les décisions irrationnelles en début de confinement, je connais. En plus, il a toujours un bébé – Prue ! – à gérer, alors avoir une copine prête à l’aider là-dessus, ça ne peut pas faire de mal. Jack n’est pas dupe et comprend qu’il est amoureux de Vic, toujours, mais bon, admettons.

Autrement, Travis et Vic vivant ensemble, ils ne respectent pas vraiment les distanciations… mais en même temps, c’est compliqué de garder la distance dans une caserne de pompiers. Ils sont comme à la maison, et c’est impossible de garder la distance. D’ailleurs, la distance, elle est compliquée aussi à garder en intervention. Certes, la quarantaine doit ralentir leur taf et le changer du tout au tout : moins de malaise dans la rue, beaucoup plus d’hospitalisation de covid ?

On verra bien. Je compte sur la série pour trouver des trucs impressionnants à raconter. En attendant, on commence par des jeunes qui ne respectent pas la quarantaine pour faire la fête. L’intervention est vite expédiée, pour en revenir à Travis sur une application de rencontres, où il aperçoit quelqu’un dont il n’ose pas parler à Vic, alors qu’il est hyper surpris. Quand il se met en plus à lui demander des nouvelles de Jackson, ça nous fait nous poser plein de questions.

Une autre alerte leur fait faire demi-tour, parce que les gamins s’occupent finalement de leur voiture au lieu d’attendre la dépanneuse, et que la voiture explose. C’est con, tout de même. C’est la panique pour toute la caserne à partir de ce moment, surtout que trois ou quatre adolescents s’amusent à se barrer dans les bois et à se blesser au passage. Putain, c’est con les adolescents dans cette série.

Côté covid19, les interventions sont rendues compliquées, et ça l’est encore plus quand le Grey Sloan refuse d’accepter certains patients. Vic impose donc son patient auprès d’Owen, et c’était plutôt intéressant à voir… Quelle panique ! Ca nous prépare le terrain pour Grey’s Anatomy, mais vraiment, ça nous rappelle que la situation sanitaire était catastrophique il y a quelques mois – et en France, on en revient là en plus. Par contre, les scènes pour nous présenter les pompiers et médecins comme des héros… Je les comprends, mais c’était kitch et tellement américanisé que j’ai eu du mal à m’y faire. Il est intéressant aussi de voir nos deux pompiers perdre du temps à désinfecter tout le camion. Eh, ils le faisaient probablement avant, mais jamais on ne voyait ça.

Tout ça termine par Travis annonçant à Vic qu’il a vu son père sur son application gay, avec la meilleure légende possible, et lui proposant ensuite de venir vivre avec lui. C’est chouette comme tout, et c’est un peu la meilleure évolution possible parce que j’adore leur duo. En parallèle, on nous ressort le duo entre Sullivan et Bishop, et ça ne m’intéresse pas trop.

On note que Bishop est dégoutée de devoir se passer de Sullivan à la caserne, alors qu’il est un super pompier. Moui. Bon, on verra ce que ça donne dans d’autres saisons… En attendant, il nous reste une dernière scène rendant hommage à Pruitt, en visioconférence. Andy fait ainsi un petit discours pour faire pleurer tout le monde à distance, mais ça n’a pas trop pris sur moi. Sans surprise. L’hommage est aussi regardé par Carina et Bailey, ça va de soi, elles n’ont que ça à faire, et par Sullivan qui est toujours présent malgré ses 90 jours de distance. Quel beau mari pour sa femme de ne pas la soutenir pendant son deuil et le plus gros drama de sa vie, j’adore !

Franchement… Elle a plus vu un voisin de la caverne persuadé d’avoir le Covid chaque semaine et regrettant de payer ses impôts sans pouvoir être testé. C’est bizarre comme couple !

> Saison 4

2 commentaires sur « Station 19 – S04E01 »

  1. Salut,

    C’était un bon épisode. Pas excellent, pas mauvais, juste bon….
    On nous annonçait un ‘crossover event’ mais cela n’en était pas vraiment un, ce qui m’arrange puisque je n’aime pas les crossovers 🙂

    Je n’ai pas aimé:
    – Sullivan: je n’aime pas le personnage donc je me fiche de ce qui peut lui arriver
    – La situation d’Andy et sa mère: c’était bâclé et inintéressant
    – Dean: son béguin pour Vic est juste pas possible. J’espère que ça n’ira pas plus loin.

    J’ai aimé:
    – Jack: il a l’air plus heureux, il était temps
    – Maya: La scène avec Andy était plutôt chouette. Par contre Maya/Carina ne m’intéresse pas…

    J’ai adoré:
    – Travis & Vic: la Dream Team est de retour!!! Toutes leurs scènes, les dialogues (« Let Me Be Your Daddy😆), tout était top!!!
    Le père de Travis, je l’avais pas vu venir celle-là! Ça peut donner des scènes père/fils assez intéressantes dans l’avenir. A voir….

    Voilà, c’est tout!!!

    J'aime

    1. Oh, c’était tombé dans les spams ! Content de te revoir ici 🙂
      J’aurais préféré un crossover moi, car j’adore ça. Là, ça ne servait à rien les liens entre eux, effectivement. De toute manière, on a bien compris qu’ils avaient l’intention de vraiment lier les séries pour tenter de garder autant que possible les fans de Grey’s face à S19

      On est entièrement d’accord sur ce que tu n’as pas aimé… Moins sur ce que tu aimes : je n’en ai rien à faire de Jack et j’adore Carina, donc je suis heureux qu’elle puisse jouer un peu plus ici parce qu’elle est trop sous-exploitée dans Grey’s !

      Travis & Vic, c’est juste une évidence ❤

      J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.