This is us – S05E06

Épisode 6 – Birth Mother – 17/20
L’épisode nous remet toutes les pièces du puzzle ensemble et je dois dire que ça fonctionne plutôt très bien ; même si j’y ai mis de la mauvaise foi au départ parce que ce n’était pas trop ce que j’avais envie de voir. Finalement, l’histoire proposée est dingue, mais reste parfaitement crédible, et comme toujours poignante. Je n’ai pas eu le rush d’émotions que j’en attendais – je suis sans cœur – mais à la fin de l’épisode, j’ai bien senti qu’il s’était passé quelque chose quand même. Et puis, encore une fois, c’est un épisode dont je me souviendrai un moment, celui-ci…

> Saison 5


Spoilers

You must have a million questions.

Eh, mais !! J’ai oublié de regarder cet épisode ? Il m’est totalement sorti de la tête, et j’ai failli vraiment ne pas m’en rendre compte, je dois dire. C’est fou. En plus, rien qu’au titre, j’étais à nouveau à fond dedans : un épisode centré sur Randall et Beth, c’est toujours un plaisir, même s’il va être question d’un passé douloureux pour Randall.

Beth et lui se rendent en effet chez le copain de sa mère, qui commence par lui annoncer que la maison dans laquelle il les reçoit est… à lui. Ben oui. Ben bien sûr. Evidemment. C’est si simple. C’est… abusé, un peu comme la manière dont la série se débarrasse des masques pour cette intrigue en assurant que les personnages ont pris le temps d’une quarantaine. Allez, admettons. Cela permet d’en arriver plus vite à l’intérêt de l’épisode : l’histoire de Laurel, la mère de Randall.

Celle-ci descend donc d’une famille très aisée dans laquelle elle n’était, justement, pas très à l’aise. Il faut dire qu’un flashback nous révèle à quel point son père était difficile avec elle. Elle m’a fait de la peine, mais heureusement, elle avait un grand frère aimant. Heureusement ? Non. En vrai, je voulais un épisode sur Randall et Beth, et pour l’instant, je dois dire qu’un épisode se centrant sur Laurel ne me passionne que moyennement.

Je sais toutefois à quel point la série est capable de nous fournir de bonnes surprises avec ses épisodes spéciaux, alors autant tenter de se laisser embarquer dans cette histoire. Le père s’énerve après Laurel qui préfère ne pas faire ses devoirs pour aller chez sa tante, beaucoup plus généreuse, divertissante et sympathique. Pas étonnant qu’elle veuille fuir la maison familiale ! Cela dit, dans la maison familiale, elle a toutefois Jackson, son frère, le seul à la comprendre aussi.

Malheureusement pour elle, il ne reste pas bien longtemps avec elle, partant pour l’Irak… et n’en revenant jamais. Elle l’attendait pourtant, mais ce sont finalement d’autres militaires qui viennent annoncer son décès. Le deuil est difficile et douloureux pour Laurel, qui ne sait pas comment continuer à vivre sans son frère. La scène était plutôt poignante, mais comme on ne connaissait ni Laurel, ni Jackson, ça n’a pas pris autant que ça aurait dû.

Randall est toutefois bien ému de perdre un oncle qu’il n’a pas connu et il finit par poser la question qui brûle les lèvres d’à peu près tout le monde : t’es qui, toi ? Le narrateur de cet épisode nous assure alors que Laurel était l’amour de sa vie. Oups. Réfugié après la guerre dans le domaine de la tante de Laurel, il a eu l’occasion de la rencontrer dans le lac.

Dans ? Oui, elle s’y réfugiait pour faire son deuil en hurlant sa peine sous l’eau… et pensant qu’elle se noyait, il s’est précipité à son secours, forcément. Elle l’a mal pris, mais lorsqu’elle l’a revu plus tard sur le marché, ça s’est mieux passé entre eux. Et même, je dois dire que c’était super mignon comme scène. Il ne parlait pas la langue, du tout, mais il a réussi à se faire comprendre de Laurel quand même pour lui donner son prénom (aucune idée de l’orthographe, mais ça se prononce comme « hi », le « salut » américain, et ça fait un bon quiproquo) et pour l’inviter à un rencard au point du feu où il lui a cuisiné du poisson.

C’est sympathique comme tout et le début de leur relation est beau à voir… mais clairement le couple n’est pas vraiment ce que le père de Laurel souhaite pour sa fille. Lui, il accepte plutôt de la fiancer à un certain Marshall, des fiançailles qu’il considère comme un oui facile. La facilité, c’est autre chose pour Laurel : elle décide de partir à Chicago dès le lendemain. Elle s’arrête tout de même en chemin pour demander à Hi de venir avec elle, mais lui ne peut pas, devant s’occuper de ses parents.

C’est si triste. L’histoire est jolie, mais elle frustre beaucoup Randall qui veut tout de même savoir comment et pourquoi sa mère n’a pas cherché à le retrouver. Et comment elle n’est pas morte, aussi. Il faut dire qu’elle part là pour Chicago… mais elle s’arrête finalement à Pittsburgh, à défaut de trouver un bus allant aussi loin que Chicago.

Loin d’une jolie histoire, les scénaristes réservent alors un détour terrible pour Laurel : elle fait une overdose après son accouchement et William pense vraiment qu’elle meure, s’enfuyant alors avec Randall. De son côté, Laurel a repris connaissance à l’hôpital plus tard, s’inquiétant aussitôt de savoir où était son fils. La suite de l’histoire est terrible, tout simplement : elle est arrêtée pour possession de drogue après quelques jours de désintoxication.

Elle est aussitôt envoyée en prison, où elle est confrontée à une justice terrible : n’ayant pas de téléphone chez elle, elle ne peut prévenir William qu’elle est en vie. C’est horrible. Elle a bien le numéro de la maison familiale, mais elle n’ose pas raconter à son père ce qui lui arrive, préférant se faire arrêter et se confronter à son procès toute seule. Oups.

Elle finit par y prendre cinq ans de prison, parce que le Juge considère que ça vaut bien cinq ans de détenir de la drogue, contrairement aux espoirs de l’avocat pensant qu’elle s’en tirerait comme ça. Voilà donc Laurel se retrouve envoyée en prison en Californie, pendant cinq longues années loin de son fils. La pauvre n’a aucun moyen de savoir ce qui est arrivé à Randall, effectivement, et quand elle sort de prison, il est déjà trop tard. Randall fait le calcul et voit bien qu’il était déjà aimé dans sa famille à ce moment-là.

Ainsi, Laurel sort de prison et prend simplement un bus pour retourner chez sa tante, forcément. Celle-ci se montre bien trop compréhensive et gentille avec sa nièce, faisant tout ce qu’elle peut pour la réconforter. Laurel refuse de parler à sa famille, et elle retourne à la place dans le lac, pour crier un coup. Par contre, elle reprend vite sa vie avec sa tante, allant sur le marché où elle refuse de sourire aux clients.

Elle finit par sourire, toutefois, lorsqu’elle aperçoit Hi sur le marché. Celui-ci est désormais marié, avec une femme enceinte, mais les deux se font un signe de main… et c’est bien suffisant. Pendant quelques décennies, les deux se font donc des signes, et ils finissent par se retrouver bien après. Il faut pour cela attendre que la femme d’Hi meure, puis qu’il soit sans enfant, puis que Laurel tombe malade. C’est en voyant qu’elle ne vient pas sur le marché qu’il s’inquiète pour elle et qu’il décide d’aller la voir chez elle.

Elle est à ce moment-là en train de se battre contre un cancer qui va l’emporter. Elle réussit toutefois à survivre encore deux ans, deux ans où Hi et elle vivent une romance parfaite. Il prend soin d’elle et ils vivent dans le bonheur, Hi apprenant toute l’histoire afin de pouvoir la raconter plus tard à Randall.

Hi finit par remettre une clé à Randall, qui n’est pas bien sûr qu’il doive l’accepter. Il demande tout de même à Hi s’il est sûr de ne pas vouloir garder la clé, mais celui-ci veut juste remercier Randall car il a enfin eu l’occasion de raconter ce qu’il voulait lui raconter depuis bien longtemps. Oh. C’est si dingue. Hi se barre ensuite sans dire au revoir ou presque, laissant Randall et Beth seuls dans leur nouvelle maison de la Nouvelle Orléans.

C’est dingue, tout simplement. Ils rentrent à l’hôtel où Randall ne peut tout simplement pas dormir de la nuit. Tu m’étonnes. Il a beau dire qu’il tient le coup, ça fait énormément d’informations à digérer. Tellement d’ailleurs, que pendant la nuit, il prend la décision de fuir l’hôtel pour retourner dans la maison d’enfance de sa mère biologique. Il prend alors la décision d’aller nager dans le lac, comme sa mère, mais nu, pas comme sa mère. Ce n’est pas bien subtil concernant la renaissance du personnage, mais ça fonctionne.

Cela permet une scène où Randall parle à Laurel, lui expliquant qu’il ne savait pas qu’il la cherchait, mais qu’il est triste de savoir qu’il l’a trouvée après son départ. La scène est très jolie, et l’acteur déchire tout, franchement. Il finit par hurler dans le lac et à imaginer que sa mère lui dise l’aimer. C’est vrai que c’est ce qu’il faut retenir de cet épisode au fond : Laurel a toujours aimé son fils, elle ne l’a jamais abandonné, et elle n’est pas morte non plus.

Cette fois, Randall connaît toute l’histoire de sa naissance, et ce n’est plus seulement qu’il fut abandonné à une caserne de pompiers ; mais bien qu’il fût aimé. Bon, super le message pour les enfants vraiment abandonnés qui ne connaîtront jamais leur histoire ou pour ceux qui savent que leurs parents ont fait le choix de les abandonner pour d’autres raisons, par contre. Je trouve le message un peu difficile à encaisser après autant de temps pour eux, parce que forcément, ça réécrit toute l’histoire de base de Randall ça.

Après, ça fait du bien au personnage d’avoir un nouveau départ et d’être tout souriant comme ça, ça faisait si longtemps qu’il n’avait pas été si heureux. La joie est de courte durée, par contre : il décide en effet d’appeler Kevin, pour évacuer toutes les rancœurs de sa vie… mais malheureusement, Kevin a d’autres chats à fouetter. Il est au Canada – techniquement, ça doit faire deux semaines si Beth et Randall ont fait une quarantaine avant d’aller à la Nouvelle Orléans – mais doit rentrer à Los Angeles car Madison est en train d’accoucher, et il ne sait pas s’il sera de retour à temps. Sa vie est un désastre, il conduit seul sur une route de nuit, et ça ne m’inspire pas trop confiance pour la suite des événements. J’ai vu trop de séries, et je déteste trop les portables au volant pour penser autrement.

Vivement la suite !

> Saison 5

2 commentaires sur « This is us – S05E06 »

  1. Très chouette épisode, j’ai adoré connaître la vie de la mère de Randall et savoir ce qu’il lui était arrivé. La scène du lac était peut-être too much mais elle a fait du bien à Randall donc tant mieux 😀 En revanche, maintenant je m’inquiète pour Madison ! Et oui je pense qu’il s’est passé au moins 2-3 semaines depuis l’épisode précédent puisqu’au Canada, les arrivants sont aussi soumis à une quarantaine stricte de deux semaines donc Kevin a été obligée de la faire. Et je n’avais pas pensé à un possible accident de voiture mais maintenant tu me fais peur. En même temps, ils ne peuvent pas refaire le coup, il n’avait déjà pas eu un accident (en conduisant sous influence) avec la plus jeune des filles de Randall ?

    J'aime

    1. Oui c’était too much et ça sort du réalisme de la série, mais on comprend l’idée…

      Pour Kévin, il aurait aussi pu rompre la quarantaine j’imagine ? J’avais oublié pour l’accident, heureusement que t’es là 😂

      J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.