9-1-1 Lone Star – S01E10

Épisode 10 – Austin, We Have A Problem – 17/20
Pourront-ils seulement aller plus loin dans la saison 2 ? Ce n’est pas gagné, parce que la catastrophe évoquée dans cet épisode est vraiment improbable – tout en restant du domaine de la possibilité, et c’est bien de le savoir, parce qu’on serait bien plus dans la merde qu’eux si ça nous arrivait. En tout cas, tous les prétextes sont bons pour les scènes spectaculaires, et ça marche bien comme fin de saison, surtout que les intrigues atteignent une conclusion naturelle avec cet épisode.

> Saison 1


Spoilers

It’s not like it’s the end of the world.

Alléluia ! On reprend enfin sur Carlos et TK en plein rencard, mais ça ne se passe pas exactement comme on le voudrait. Carlos essaie d’en savoir plus sur leur couple, et TK n’a pas spécialement envie de se voir comme un couple avec lui. Carlos décide donc de laisser les choses là pour l’instant entre eux, préférant s’en aller et insistant pour payer l’addition. Classe. Classe, mais dangereux, parce qu’il y a des problèmes électriques et une surtension immédiate de tous les appareils électriques autour d’eux, y compris les feux de signalisation, les voitures… Tant d’accidents, on sent qu’on aura droit à un bon épisode, surtout que notre équipe de la 126 va forcément suivre les pires cas.

A la caserne, Mateo a du mal à faire du café, et il casse la machine du capitaine… qui n’en a rien à faire. Il inquiète aussitôt toute son équipe qui n’est pas habitué à le voir si désintéressé. Cela dit, ils ont à peine le temps de tenter de comprendre son malaise – la décision de TK ? – que la caserne s’emballe elle aussi, avec toutes les machines et alarmes qui s’activent.

Marjan a aussitôt l’impression d’être hackée, mais ce n’est pas exactement ce qu’il se passe, puisque c’est beaucoup plus global que ça. Toutes les machines se mettent à fonctionner un peu trop bien même la machine à café, qui n’est pas branchée. En fait, toute la caserne s’active sans électricité. Les portables ne donnent plus rien, les radios sont coupées, alors c’est galère de savoir exactement ce qu’il se passe.

Heureusement, la télévision annonce qu’il s’agit simplement d’une éruption solaire. Les problèmes viennent donc des vagues d’énergie solaire qui débarquent sur Terre et provoquent des interférences et surcharges. C’est une bonne idée, mais le fait que l’information vienne de la télévision est assez drôle. Evidemment que la chaîne Fox 7 est nickel pour fournir l’information. C’est gros.

Bon, ça fait relativiser sur ce que je ferai dans ce cas-là, parce que je n’ai pas de radio, moi. En tout cas, rapidement, on suit le centre d’appels habituels, et les appels sont flippants. C’en est presque dommage de traiter ce cas sur un seul épisode, parce qu’il y a largement de quoi faire toute une série dessus, limite.

En attendant, notre équipe suit les appels et interventions les plus impressionnants, forcément. On commence ainsi avec un avion crashé et coincé dans des fils électriques, quand on ne peut pas couper le courant, mais c’est génial, ça. Bon, bien sûr, il y a trois passagers dans l’avion, dont un qui a besoin d’une greffe de foie et ne peut pas sortir de l’avion en sautant de celui-ci.

Owen manque de se sacrifier pour lui sauver la vie, mais tout finit bien, malgré une explosion qui selon les lois de la physique devrait donner plus de difficultés que ce qu’elle ne fait à nos pompiers. Bon, clairement, ce n’est pas la priorité des scénaristes de faire dans le crédible, et le plus important, c’est que tout le monde puisse s’en sortir indemnes, alors on est heureux.

En deuxième intervention, on retourne en centre-ville, où c’est le bordel. Heureusement, TK et Carlos sont là pour tenter de gérer les urgences comme ils peuvent. Il faut toutefois avoir quelque chose à raconter, alors on se concentre surtout sur TK tentant de sauver la vie d’une femme coincée dans le bus qu’elle conduisait. Tous les passagers en sortent en vie, mais elle, elle ne peut pas sortir.

Et TK n’arrive pas à la décoincer, même s’il fait vraiment tout ce qu’il peut, au point de s’en faire péter les points de suture. Il y a pourtant des dégâts importants sur les jambes coincées de la femme et un compte à rebours en place : elle a percuté une bouche d’incendie, ce qui fait que le bus est peu à peu inondé, et elle, elle est coincée au sol, bien sûr, allongée et pas debout. L’intervention est terrifiante, c’est vraiment tous les éléments qui se liguent à la survie de la femme.

A l’eau qui monte s’ajoute un incendie à cause d’une fuite de gaz. La chauffeuse de bus demande finalement à TK de l’abandonner, mais il s’y refuse évidemment. Il fait tout ce qu’il peut pour la sauver, enchaînant sur du bouche à bouche… jusqu’à ce que son père l’arrête. Il était temps, parce que ça commençait à vraiment partir en vrille. Finalement, la femme est sauvée grâce à lui, alors qu’elle était prête à se sacrifier.

Sacrée journée. Tout est bien qui finit bien… et il est temps d’en revenir enfin à Michele. Oui, j’ai oublié de dire qu’en début d’épisode, elle était à son camp de SDF, comme toujours. Là-bas, elle a eu les premières interférences, des oiseaux fuyant le Texas aussi vite que possible et un drogué qui a une dent contre elle qui lui éclate la gueule.

Michele est finalement sauvée hors écran par une femme… et elle comprend rapidement qu’il s’agit d’Iris. Oh, c’est brutal comme révélation, et beaucoup trop rapide. C’est frustrant parce que les sœurs se retrouvent sans qu’on ne sache vraiment comment et pourquoi. Il est tout de même génial qu’elles se retrouvent, hein, et le dialogue reprend avec elles assez vite. Bien sûr, elle n’a pas toute sa tête, parce qu’elle a sa schizophrénie qui a eu le temps de s’installer.

L’ambulance de Michele, par contre, a été volée alors on ne sait pas exactement comment elles terminent à l’hôpital, ni à quoi cette intrigue a vraiment servi. L’hôpital ? Il va parfaitement bien. Pas de panique, rien d’exceptionnel, pas de vague solaire ici. C’est gros, et franchement dommage. Il devrait y avoir plus de chaos… mais ça empêcherait de se concentrer sur l’essentiel : la mère de Michele qui accepte de voir Iris repartir vers son campement car c’est là qu’ils veulent la voir. Outch. Ca aurait pu être intéressant de suivre une évolution de cette histoire en saison 2, mais je sens qu’avec le départ de l’actrice, on va juste nous évacuer cette intrigue. Et pourquoi pas ? Elle ne manque pas tant que ça quand elle n’est pas là comme dans l’épisode précédent, honnêtement : elle a été développée en parallèle du reste de l’équipe après tout.

Comme promis, on a finalement un appel depuis l’espace dans cet espace. Il y avait clairement un pari sur les lieux avec qui ils arrivent à entrer en communication, et là, Grace gagne tout. Bon, par contre, c’est un appel qu’elle a du mal à encaisser. Dans l’espace, l’astronaute a un gros problème, parce qu’il a eu quelques radiations dans la tronche et il est sur le point de mourir. Il demande donc à Iris de la connecter à sa famille. Eh, il a de la chance d’être tombée sur elle.

Grace est obligée de cacher son micro pour qu’on n’entende pas ses larmes, et évidemment l’homme finit par mourir après avoir pu parler à sa femme et à sa fille. Oh. Les émotions étaient là, c’était réussi comme mise en scène, surtout qu’on sent bien l’impuissance de Grace. Elle n’est pas venue ici pour souffrir, OK ? J’aime vraiment bien cette actrice !

J’aurais aimé un peu plus d’approfondissement de cette intrigue, mais admettons, on est sur une fin de saison, il n’y a pas non plus un temps illimité. En plus, après tout ça, il reste encore à gérer l’intrigue de TK. Celui-ci décide d’attendre toute son équipe à la caserne plutôt que de rester à l’hôpital où on lui refait juste quelques points de suture.

Il est temps pour toute l’équipe, selon lui, de savoir qu’il est un addict et que c’est une rechute qui l’a poussé à venir au Texas. Il n’a jamais vraiment choisi d’être pompier avant, mais maintenant, il a besoin de dire à tout le monde qu’il choisit cette famille de pompiers. C’est dans les bons sentiments tous choupis, bien sûr, mais ça fonctionne à merveille, parce que ça suit l’appel venant de l’espace, alors on est déjà traumatisé de toute manière.

TK est sûr de lui, malgré la journée qu’il vient d’avoir : sauver cette femme et lui donner tout ce qu’il avait, c’est ce dont il avait besoin pour comprendre qu’il avait envie de rester pompier. Soit. Il a aussi pris conscience qu’il voulait être avec Carlos, finalement, mais ça se fait hors écran, alors c’est stressant.

Si Owen est heureux de tout ça, il aperçoit également Michèle, alors il est content de la retrouver et vient aussitôt prendre de ses news. Ils l’ont cherché pendant tout l’épisode, il paraît – mais c’était surtout vrai en une réplique juste avant les conséquences de l’éruption solaire. Michele se confie sur toute sa vie à Owen, étant frustrée d’être passée souvent à côté de sa sœur, sans jamais réussir à la voir pour autant. Ce n’est pas exceptionnel, et Owen lui dit de prendre son temps pour se rapprocher peu à peu de sa sœur. À croire que les scénaristes prévoyaient déjà une porte de sortie pour le personnage, c’est dingue.

La fin de la journée de garde sonne donc pour nos personnages qui partent ensemble de la caserne. Enfin, ce sont Paul, Mateo et Marjan qui partent, parce que Judd les a devancés depuis un moment et qu’Owen traîne toujours bien plus, en tant que capitaine gérant la paperasse. Les trois ont la surprise de voir un magnifique ciel en sortant : les vagues solaires font une jolie aurore boréale dans le ciel.

Tout le casting l’admire donc : Grace se confie à Judd sur son appel difficile du jour, TK et Carlos admirent le ciel ensemble (est-ce que j’ai un sourire niais ? Vous ne pouvez pas le prouver) et Michele se rend auprès de sa sœur pour lui apporter des fournitures pour vivre mieux. Elle lui demande évidemment de la revoir au plus vite – et j’aurais aimé une scène où elle explique à la flic l’avoir retrouvée. Mais bon. En tout cas, le filtre n’a jamais été autant justifiée que dans cet épisode.

Owen ? Il finit l’épisode seul avec son chien, et ce n’est jamais bon signe en fin de saison quand un personnage principal avec un cancer du poumon se balade seul… mais il ne se passe rien de négatif pour autant. Pas de gros cliffhanger, ouf.

EN BREF – Assez peu de surprise avec cette série qui est une copie de la série dont elle est le spin-off, mais à vrai dire, je n’en attendais pas autre chose. Les personnages y sont beaucoup clichés, je trouve, ce qui n’empêche pas le tout de fonctionner très bien. Les scénaristes font passer quelques frustrations de Buck/Eddie avec le couple TK/Carlos, et tout est assez bien mené.

J’ai aimé principalement trouver un fil rouge avec l’intrigue sur Iris, même si j’imagine que tout ça sera mis de côté en début de saison 2. Et l’avantage, c’est que le début de saison 2 m’attend déjà, puisqu’elle est sortie le jour où j’ai fini cette saison. Vraiment, tout paraît calculé, mais j’ai un peu foiré mes calculs car la saison 2 attendra encore un peu, je pense.

Qu’importe, il n’y a pas de gros cliffhangers et je suis content d’être enfin à jour. En plus, je suis attaché aux personnages, alors tout va bien.

> Saison 1

 

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.