The Walking Dead – S10E20

Épisode 20 – Splinter – 16/20
Eh mais… c’était beaucoup trop court ? C’est tellement rare que je dise ça de cette série dont les épisodes sont toujours super lents, mais là, pour une fois, je n’ai pas vu venir le cliffhanger car je pensais qu’il restait encore du temps. Pas convaincu au départ par le concept de l’épisode, j’ai fini par m’y faire et accrocher beaucoup en cours de route. La série nous propose en effet de suivre un personnage qui pourrait devenir l’une de mes préférées par la suite, parce qu’elle est drôle et touchante. Bref, un bon épisode. C’est vraiment une semaine sur deux…

Spoilers

Princess se retrouve prisonnière, isolée de ses nouveaux amis qu’elle cherche à rejoindre par tous les moyens.


Maybe that’s the only sane response to an insane world, you know what I’m saying?

Je ne croyais vraiment pas qu’on reviendrait un jour au cliffhanger de la saison, surtout pendant cette saison 10B, mais pourtant c’est bien ce qu’il se passe, avec un épisode centré sur Princess, apparemment. Bon, elle n’est pas mon personnage préféré à être un cliché sur pattes de personnage de comics, mais admettons, ce n’est pas si désagréable que ça de la suivre, je trouve.

L’épisode reprend exactement là où la saison 10 s’était terminé avec les personnages de Yumiko, Eugene, Ezekiel et (donc) Princess coincés au milieu d’un stade par des gardes. Ceux-ci n’ont pas du tout l’intention d’être bavards et nous séparent sans ménagement les personnages. Comme Princess résiste, Yumiko s’inquiète pour elle et tente de revenir vers elle. Je ne vois pas trop d’où une telle amitié existe entre les deux, Yumiko est plutôt du genre maligne d’habitude. À faire ça, elle s’attire juste la rage des gardiens là.

Rapidement, Yumiko est donc assommée et ça énerve encore plus Princess qui, malgré tout, se laisse faire et est emmenée dans une cellule. Ressassant en boucle ce qu’il vient de se passer, elle tente de compter le nombre de mètres carré de sa cellule, puis fait taire sa crise d’angoisse en récitant comme elle peut… ses capitales d’état, c’est ça ? Elle alterne l’anglais et l’espagnol, c’est perturbant.

En tout cas, la nuit promet d’être longue dans cette petite cellule. Elle observe comme elle peut ce qu’il se passe en-dehors de celle-ci, entendant Ezekiel (Eugène ?) être emmené au loin. Par chance, elle est confinée dans une cage en bois, ce qui lui permet de voir un peu l’extérieur, à travers les planches.

Elle essaie ensuite d’ouvrir davantage l’un des murs de sa cellule, mais c’est un mur intérieur qui mène a priori auprès de Yumiko. Mouais. Elle ne fait que l’entendre, et je sens que tout est dans sa tête. Yumiko est blessée, elle ne peut donc pas se lever pour se montrer à Princess… Tout est dit non ? C’est clairement une invention de Princess, surtout que Yumiko dit à Princess de juste faire ce que les soldats lui disent.

Mouais, mouais, mouais. Même si Yumiko lui demande de ne rien faire pour la rejoindre, Princess s’oblige à élargir autant que possible le trou dans les planches entre les cellules, lui racontant au passage sa vie. Comme dans chaque épisode depuis le début de cette seconde partie de saison, on a donc un long monologue pas bien passionnant en guise de flashback. Par contre, il faut bien reconnaître que ça passe mieux que les flashbacks ces papotages, surtout là où l’on voit Princess motivée à faire un truc impossible et improbable.

Petit à petit, Princess s’enferme en plus dans son roman, imaginant des choses qui ne sont pas là. Elle est vraiment un personnage particulier, et c’est étonnant d’avoir un de ces épisodes de cette saison 10B se concentrant sur elle. Il y a tellement à faire avec ce casting, pourtant. Bref, Yumiko finit par s’évanouir dans la cellule à côté, et ça fait flipper Princess.

Il faut dire qu’elle entend Yumiko se faire traîner loin de sa cellule, ce n’est jamais bon signe. Moi, je n’arrive pas à savoir quoi penser de Princess. D’un côté, l’épisode est lent et me soule pas mal ; de l’autre, j’ai envie de croire en son potentiel et j’accroche bien à son délire. En attendant, la nuit passe et on retrouve Princess une fois le soleil levé. C’est frustrant !

J’aurais aimé la voir au soleil levant pour de vrai, mais bon. La journée nous révèle donc que Princess est enfermée dans un wagon de train, ce qui avait possiblement été dit plus tôt, mais je n’ai pas les sous-titres et je n’ai pas bien entendu ce qu’avait dit Yumiko. Cela ne change pas grand-chose de toute manière.

En tout cas, au petit matin, Princess découvre que du côté opposé à celui où était Yumiko, il y a une ouverture mal camouflée dans le wagon. Elle peut facilement s’échapper de sa « cellule » qui n’a plus rien d’une cellule, mais ça ne plaît pas du tout à Eugène. Celui-ci est en effet dans le wagon d’à côté, et il la voit tenter de s’enfuir.

Il n’a pas envie qu’elle y parvienne, parce qu’il a peur que cela ruine leur possibilité de s’intégrer dans une communauté qu’il continue de considérer comme amicale. Ben voyons. Malgré tout, Princess retourne dans sa cellule, et juste à temps pour qu’elle puisse voir la porte s’ouvrir. On l’emmène alors passer un interrogatoire, mais pas avant de la dénuder complètement, allons savoir pourquoi.

Princess garde la face tout de même, demandant à ce qu’on s’occupe de l’écharde qu’elle a dans le doigt depuis la veille. La pauvre. Oui, cette écharde étant le titre de l’épisode, il faut tout de même souligner que c’est un point important, à la fois dans son passé et son présent. Celle-ci elle la sort de son wagon et de sa nuit à tenter de percer de la paroi qui pourrait la mener à Yumiko.

Yumiko est désormais son obsession pour tout l’épisode : elle refuse ainsi de répondre aux questions qu’on lui pose, préférant en poser à son tour sur le sort de Yumiko, dont elle ne donne pas le prénom. Si elle fait tout ce qu’on lui dit, elle refuse en effet d’être celle qui balance toutes les infos. Et puis, en plus, Yumiko lui a dit de ne rien dire.

À force de refuser de répondre et d’être chiante à ne parler que de Yumiko pour qui elle s’inquiète, Princess se prend une bonne droite, qui la laisse dans les vapes. C’est l’occasion pour nous de découvrir qu’elle est une ancienne femme battue, parce qu’elle s’en confie ensuite à Ezekiel. Oui, à son réveil dans son wagon, Princess est apeurée de voir que Yumiko n’est toujours pas de retard et qu’Eugene a été emmené à son tour, mais par chance, Ezekiel débarque miraculeusement comme le messie, en tombant du toit.

S’il est pressé de partir, il prend malgré tout tout son temps avec Princess, s’asseyant même au sol avec elle, histoire de partager une conversation intéressante sur la place de Princess dans le groupe qu’elle vient juste de rejoindre. Leur conversation est interrompue par un garde qui apporte à manger à Princess et qui va vite le regretter.

Ezekiel a en effet le temps improbable de sortir du wagon pour revenir par surprise et assommer le gardien, ce qui leur offre l’occasion parfaite pour questionner ce garde. Princess est heureusement un peu moins méchante et violente qu’Ezekiel, ce qui fait qu’elle incarne le gentil flic dans cette scène. Bon, le gardien n’apprend pas grand-chose à nos amis, mais il assure que la communauté est plutôt bienveillante et qu’ils doivent juste attendre le moment où ils seront prêts.

Le gardien assure n’être qu’un bleu et n’avoir pas plus d’informations que ça, cela dit, et il en profite pour signaler que son flingue n’a pas de munition, ce qui est suffisant pour déstabiliser un instant Princess. Le garde peut ainsi la frapper à nouveau, et tant pis si Ezekiel lui a promis que plus personne ne la blesserait jamais. Enervé, celui-ci s’acharne donc sur le garde… jusqu’à ce que Princess comprenne qu’il n’a jamais été là finalement.

Eh, ça fonctionne bien à partir de ce moment-là pour cet épisode qui nous révèle qu’en fait Princess est encore plus dans la merde que prévu : elle a tout inventé depuis le début… En effet, Ezekiel n’est pas avec elle : elle l’a inventée, comme elle a inventé Yumiko et Eugene. Elle est folle, même si elle assure que ce n’est pas ça qui explique ce qui vient de lui arriver. Elle a plusieurs problèmes de santé et le fait d’être enfermée comme ça ne l’a pas aidée à y voir beaucoup plus clair.

Je trouve ça intéressant comme intrigue, par contre je n’ai pas été fan de la scène où elle décide de faire demi-tour en parlant à un Ezekiel qu’elle sait imaginaire. C’était marrant de voir l’ex-roi tout pote avec des zombies, mais ça nous faisait perdre du temps inutilement. La scène où elle libère le garde dans le wagon est bien plus intéressante, parce qu’elle sympathise ensuite avec lui. Le libérer, c’est une première étape, mais elle lui rend ensuite son flingue et répond à toutes ses questions sur Eugene, Yumiko et Ezekiel.

Ces trois-là sont encore en vie, comme elle va le découvrir juste après… mais nous n’en saurons pas beaucoup plus : ils sont cagoulés, et elle aussi se fait encagoulée pour être emmenée ensuite on ne sait trop où. Et on n’est pas près d’avoir la réponse en plus, j’imagine !

 

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.