The Rookie – S03E08

Épisode 8 – Bad Blood – 16/20
La reprise se fait indépendamment d’un fil rouge, sur un épisode qui fonctionne bien indépendamment, mais manie assez l’humour pour qu’on ne s’ennuie pas non plus. Cela fait plaisir de retrouver les personnages après un mois, et je suis surpris de voir que nous n’en sommes qu’au huitième épisode de la saison. Il en reste quelques-uns à savourer finalement, c’est cool.

Spoilers

Un tag énerve Tim dans des proportions que Lucy a du mal à comprendre, alors qu’Angela a un conflit d’intérêt sur une affaire de kidnapping.


I’m pregnant. Don’t try me.

Parce qu’il s’est retrouvé coincé au travail, Nolan tente de créer une exception auprès de sa prof pour pouvoir repasser un partiel… Ce n’est pas exceptionnel, mais ça mène à une question sympa qui aura forcément un impact sur la manière dont il fait son job : elle lui demande comment il ferait pour retrouver un possible agresseur sur le simple témoignage d’une femme qui n’est pas sûre de ce qu’elle a vu.

Bien sûr, Nolan en parle aussitôt qu’il le peut à Nyla, histoire d’avoir ses conseils… Et rapidement, on en revient aux questions de racisme, parce que la prof est assez maligne pour que le témoignage de ce crime accuse un homme qu’elle pense être noir, sans pour autant en être certaine. La question va occuper Nolan tout l’épisode, évidemment, donc j’y reviendrai plus tard dans la critique.

En début d’épisode, Lucy se réveille au son d’un SMS. Lucy est encore en contact avec Emmett ? Mais quelle blague ! Elle reçoit en début d’épisode un SMS pour se faire larguer, et ça n’a aucun sens. Les scénaristes ont oublié son existence depuis huit épisodes et nous le ramènent comme ça ? En plus, on enchaîne sur des clichés sexistes franchement mal venus quand elle s’en plaint à West, je ne suis pas convaincu du tout. Au commissariat, West se retrouve quant à lui forcé par son père d’accepter un job, avant de soutenir Lucy qui n’en a rien à faire de lui, trop occupée par son propre problème.

Heureusement, elle va rapidement avoir de quoi se changer les idées quand Tim alerte tous les officiers de la ville, y compris celui en charge de la presse, lorsqu’il découvre que leur voiture de flics a été taguée. Le problème, c’est que ce tag, ce n’est pas rien pour lui : c’est totalement un cas personnel pour Tim, parce que dix ans plus tôt, lorsqu’il était bleu, sa voiture de flic avait été taguée aussi. Et tout ça s’était produit juste sous son nez. Evidemment qu’il est énervé par le retour de ce tag dans sa vie.

L’intrigue reste liée à celle de West, et il n’est pas au bout de ses peines, le pauvre, avec Gray qui veut passer la journée avec lui pour lui expliquer ce qu’il doit faire de son avenir. Si son père le veut aux affaires internes, comme lui, Gray le veut comme professeur de l’académie. Il a bien envie de voir son meilleur bleu enseigner ce qu’il sait et sa manière de réfléchir aux nouvelles recrues… et ça permettrait aussi aux scénaristes de prolonger la série.

En tout cas, alors qu’ils sont ensemble en voiture, ils repèrent le fameux taggueur de Tim qui vient juste de changer de voiture avec Lucy. Si la course poursuite peut immédiatement commencée, Gray s’arrête subitement et tombe au sol, ayant clairement des douleurs surprenantes. West fait demi-tour, et je ne comprends pas trop pourquoi, parce qu’il y a clairement une autre voiture en approche : celle de Lucy et Tim. Du coup, son chef n’était pas seul et la priorité aurait pu être d’attraper le méchant… mais en même temps, c’est bien de le voir humain ; bien qu’il s’inquiète de savoir si le chef fait une crise cardiaque.

D’ailleurs, Lucy pose aussi immédiatement la question. Si elle reste auprès de Gray et West, le second part tout seul à la suite du taggueur, qui a encore réussi à s’enfuir. Bien sûr, Tim ne parvient pas à l’arrêter… et pire encore, sa voiture se fait tagguer une nouvelle fois. Honnêtement, cette intrigue a beau être naze, j’ai beaucoup ri.

Et ce n’était que le début, parce qu’évidemment que Lucy reste avec son boss et voit finalement débarquer les pompiers. De toute évidence, la série ne veut pas ré-embaucher l’acteur qui jouait Emmett, mais ce n’est pas grave, parce qu’il a un beau collègue : Tanner. Et celui-ci n’hésite pas une seconde à entrer dans le jeu de séduction de Lucy quand il apprend qu’elle n’est plus avec lui.

Lucy passe alors le reste de sa journée à parler de ça, et ça énerve Tim parce qu’elle se plaint d’Emmett qui la largue par SMS comme si leur relation n’avait pas d’importance, alors qu’il lui fait remarquer justement qu’elle non plus n’en parlait pas et ne semblait pas y trouver beaucoup d’importance. C’était marrant à entendre, même si ça fait de la peine pour le personnage.

En ce qui concerne « Eagle Eye », à savoir Tim une fois que tout le commissariat a pu se moquer de lui quand il était bleu grâce à Isabelle, tout se termine plutôt bien : il retrouve son taggueur qui est finalement une femme, femme qui se blesse lors de l’un de ses tags. Elle lui confie sur son lit d’hôpital qu’elle voulait juste retrouver sa jeunesse après un divorce compliqué, et Tim la laisse aller, ne lui mettant finalement qu’une petite amende. Eh, j’étais à deux doigts de les shipper !

Par contre, Tanner et Lucy ? Meh. Le pompier accepte qu’elle change d’avis à propos de leur dîner, mais il ne lâche pas l’affaire pour autant et lui promet de la recontacter deux semaines plus tard pour lui proposer à nouveau de sortir avec lui. Il lui laisse ainsi le temps de digérer la rupture et de voir si elle veut ou non sortir avec lui.

Dans tout ça, on en oublie presque Gray qui se retrouve lui aussi à l’hôpital dans l’épisode et y croise le père de West. Cela énerve West qui finit par s’enfuir comme un adolescent frustré en les entendant parler de son avenir… avant de faire en sorte de les convoquer l’un et l’autre dans le commissariat pour régler cette affaire une fois pour toute : il veut faire ses propres choix. Quant à Gray, il n’a que des douleurs dorsales bien normales pour son âge.

De son côté, Angela est sur une sombre affaire de kidnapping, et elle se retrouve à parler de l’affaire avec Wesley. Ce n’est pas la meilleure des idées d’en parler à son mari qui est avocat et risque de finir sur l’affaire, je trouve. Bien sûr, il s’agit d’une enquête qui va nous occuper une partie de l’épisode, puisqu’Angela doit mener l’enquête pour retrouver l’enfant kidnappé – qui est un grand enfant, contrairement à ce que j’imaginais.

Elle est toutefois en plein conflit d’intérêt et en parle aussi à Gray (avant sa mésaventure à l’hôpital). Angela en profite pour croiser West, ce que je trouve plutôt sympathique, parce que leur duo me manque – et doit leur manquer aussi. Malgré tout, c’est l’aide de Nolan et Nyla qu’Angela réclame, parce qu’il s’avère que son affaire de kidnapping est liée à Oscar, le criminel qui a eu la bonne idée de planter un couteau en Wes il y a une année. Décidément, cet épisode de missiles nucléaires a marqué les scénaristes, pour une raison ou une autre. En tout cas, il s’avère donc qu’Oscar a eu un enfant dont l’ADN est lié à l’affaire d’Angela.

En revanche, il n’est pas au courant de son lien de filiation avec cette personne liée au kidnapping. Oscar se retrouve à devoir aider Nyla et Nolan à retrouver la piste de cette fille cachée, parce que son ADN a été retrouvé par Angela. Voilà qui est plutôt tiré par les cheveux, mais qui fonctionne malgré tout avec Nyla qui en profite pour récupérer un Furby pour sa fille dans les affaires confisquées en prison, et ça m’a fait rire, et Nolan qui demande évidemment l’avis d’Oscar sur la fameuse question de sa prof.

De fil en aiguille, avec une Nyla qui s’énerve et s’impatiente souvent vis-à-vis d’Oscar, la fille est retrouvée grâce à une conquête qu’il avait oublié, la collègue d’une de ses ex. Sympa. Quand la fille est finalement convoquée au commissariat, Oscar se retrouve à être l’avocat de celle-ci. Cela n’a aucun sens, mais c’est joué avec humour par les acteurs comme les scénaristes, alors pourquoi pas. Le système américain est tordu à bien des égards.

Oscar prend donc à cœur la défense de sa fille, mai sil n’en oublie pas qu’il cherche aussi à passer un maximum de temps hors de prison. Il ment aussi à sa fille en assurant que sa mère était l’amour de sa vie, ça va de soi. La fille révèle tout à son père et mène les flics chez son copain lorsqu’elle comprend qu’elle est en train de se faire avoir par celui-ci ayant réclamé une plus grosse rançon que prévue.

Le problème, c’est qu’entre temps, le type s’est vraiment fait enlever par d’autres potes qui voyaient là une opportunité de récupérer l’argent que le fils voulait extorquer à ses parents. Quelle intrigue merveilleuse. Angela est toujours avec les parents et elle reçoit alors une boîte pleine de sang de l’enfant kidnappé. C’est merveilleux, ça. Ce qui est moins merveilleux pour Angela, c’est qu’elle se retrouve à devoir remettre l’affaire aux mains du FBI.

La menace va trop loin pour qu’ils ne soient pas informés, apparemment. Pour ne rien arranger à la journée d’Angela, elle est aussi confrontée à Oscar que Nyla et Nolan ramènent, avant de le confier au FBI. Oscar est infernal avec eux avant de partir, forcément, félicitant Angela d’être enceinte et affirmant à Nolan une réponse au test qui n’est pas la bonne. L’officier en profite alors pour rappeler son prof, pour demander des informations supplémentaires.

Nyla est morte de rire quand elle entend que Nolan se fait raccrocher au nez. Ils restent toutefois dans les parages de la maison où le FBI commet des erreurs de bleu : Oscar n’a aucun mal à s’échapper. Dès lors, Nyla et Nolan l’arrêtent à nouveau, ce qui était plutôt marrant, et se servent de lui pour retrouver le kidnappeur.

C’est plutôt bien sympa comme intrigue, et les scénaristes s’amusent vraiment bien dans cet épisode, casant des petites blagues en chemin. Ainsi, Oscar se retrouve avec toujours le même flic incompétent comme babysitter alors que Nolan et Nyla se rendent dans l’entrepôt où se trouve probablement la victime kidnappée à qui l’on a prélevé beaucoup de sang.

Ils sont toutefois forcés de ruser pour arrêter les kidnappeurs qui ont des armes bien trop dangereuses pour les arrêter simplement. Cela fonctionne vraiment bien comme intrigue je trouve et j’étais content de voir la ruse des officiers utilisant les alarmes des voitures abandonnées de l’entrepôt.

C’était marrant. Quant à l’intrigue, l’enfant s’était fait kidnapper pour avoir l’argent de ses parents, avant que ses parents ne fassent de la merde. Bien sûr, Oscar retourne en prison, et sa fille aussi, mais on a droit à une dernière scène pour lui. Les scénaristes aiment le personnage et l’acteur, c’est évident, alors je pense qu’il n’a pas forcément dit son dernier mot.

En fin d’épisode, Nolan débarque finalement très tardivement dans le bureau de sa prof, assurant qu’il n’y avait pas de bonne réponse à son test et qu’il est prêt à avoir un F parce qu’il refuse de faire le mauvais choix. C’est un peu frustrant, mais c’est aussi vrai. La prof accepte donc de le surveiller pendant 45 minutes supplémentaires… et franchement, aucun prof ne ferait jamais ça au moment de partir du boulot, mais son sourire final était trop drôle pour que je leur en tienne rigueur.

4 commentaires sur « The Rookie – S03E08 »

  1. Ha ha, j’ai envoyé une photo du Furby à Jeanne car elle avait exactement le même petite ! 😀 J’ai trouvé l’histoire d’Emmet chiante car franchement ce n’est pas trop le genre de Lucy (enfin quand même un peu) de chouiner parce qu’un mec (qu’on n’a pas vu depuis 8 épisodes comme tu le fais remarquer), la largue. En plus, elle sait que Tim déteste ce genre de choses. Pour le reste c’était très bien.

    J'aime

    1. Ça ne m’étonne pas pour le Furby, ça cartonnait et ça m’a fait sourire d’en revoir un !
      Ça n’avait pas trop de sens pour Emmet, je me demande ce qu’il s’est passé !

      J'aime

  2. Je n’ai vraiment pas accroché à cet épisode. L’histoire du tag, meh… à part à la fin où moi aussi, j’étais presque à shipper Tim et la tagueuse. Lucy m’a gonflé avec son ex et je n’aime pas le prisonnier casse bonbon qui revient ici… Bref, hâte de voir la suite !
    Et, même sans être prof, je trouve ça très gros que celle de Nolan accepte de rester 45 min de plus à la fac pour qu’il fasse son test, m’oui bien sûr ^^

    J'aime

Répondre à Frankie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.