The Outpost – S04E10

Épisode 10 – Something to Live For – 18/20
La saison prend des allures de fin de série la semaine où elle se fait annuler, ce qui me laisse quelques espoirs pour la conclusion de cette saga des Kinj, mais j’espère vraiment que la fin ne sera pas trop ouverte du côté des personnages. Pour l’instant, le but des scénaristes semble être de mener l’intrigue à son terme et de développer les personnages en parallèle de celle-ci, en leur laissant prendre une petite place au milieu de scènes trépidantes.

Spoilers

313 part en vrille à l’Outpost alors que deux expéditions différentes sont menées pour retrouver les cadavres des dieux encore endormis.

I always said I loved flowers

Je n’arrive toujours pas à me faire à l’idée de l’annulation de la série, et le cliffhanger du précédent épisode n’aide pas à s’y faire : on reprend cette semaine exactement là où nous en étions, avec 313 réveillant son peuple. Janzo et Wren sont traumatisés de voir que 313 est capable de libre-arbitre et fait alors les mauvaises décisions, mais il aurait fallu commencer par lui apprendre la morale, le bien et le mal aussi.

Ce n’est pas malin de leur part et c’est sans surprise que 313 prend assez mal leur refus d’obtempérer quand il leur demande de l’aide pour réveiller Lokma. Il ne manquait plus que ça, encore un inconnu au batailon. Bref, Wren se prend un bon coup et Janzo est vite mis KO à son tour, alors que les dieux sentent que leurs esclaves sont en train de se réveiller, tout en continuant de tuer à tour de bras des villages entiers.

C’est un peu répétitif, de même que l’était l’évasion de 313. Garret ne semble même pas surpris quand il l’apprend, il est juste énervé après ses gardes – ou après la situation pour être plus juste. Il se met aussitôt à la recherche de Janzo pour avoir de nouvelles informations sur 313, ce qui lui permet de se rendre compte que leur laboratoire est sans dessus dessous. Il est par contre assez débile pour se faire assommer par 313 qui était de retour ici, à la recherche de ce qu’il faut pour Lokma, j’imagine.

C’est bien connu que les rois se déplacent sans le moindre garde, hein. Il est réveillé ensuite par Warlita, mais de toute manière, il est trop tard quand même. En parlant de trop tard, c’est un peu ce qu’il se passe quand Wren se réveille prisonnière dans sa caverne. D’abord inquiète pour Janzo, elle est loin de se douter des vraies motivations de 313 : il fait tout ça pour réveiller Lokma, c’est-à-dire son enfant. Ben bordel, je ne m’y attendais pas non plus, mais il est con 313. Il sort en effet son fils de son cocon sans même savoir quoi faire pour le sauver.

Certes, il a ramené une bonne partie des produits de Janzo avec lui et il a pensé à libérer Janzo des liens qu’il lui avait foutu, mais c’est inefficace quand même : il n’a pas ramené le bon produit. Lokma ne peut survivre et meurt dans les bras de son père, face à un Janzo impuissant et aussitôt accusé d’être un meurtrier par 313. C’est dingue ce que la connerie peut faire, hein. Alors qu’il cherche à s’en prendre à Janzo mais que Garret et quelques gardes débarquent enfin, 313 sait toutefois reconnaître un combat perdu d’avance, et il préfère se rendre sur le corps de son fils. C’est triste comme tout, tout ça.

Quant à Garret, il a bien envie de tuer 313, une fois de plus… Si même Janzo est de son côté, c’est finalement Wren qui les arrête : oui, 313 a déconné et était à ça de nous tuer Janzo, mais il n’en reste pas moins une source d’informations précieuses. Wren veut donc le garder en vie rien que pour ça. C’est plutôt prometteur pour la suite, parce que 313 demandait à mourir, lui, donc il ne va pas si bien le prendre, j’imagine.

Ce n’était pas la partie la plus passionnante de l’épisode, contrairement à ce que j’imaginais. Et d’ailleurs, contrairement à ce que j’imaginais, le plus passionnant ne venait pas non plus des scènes entre Luna et Talon. Il semblerait que j’avais mal compris : Talon veut toujours réveiller Aster ; mais ça n’empêche pas de prendre du bon temps avec sa nouvelle protégée, autour d’un pari qui était plutôt marrant. Et puis, une fois de plus, j’adore l’actrice choisie pour Luna : elle n’a aucun mal à jouer avec le couteau franchement, il y a du travail.

J’imagine que ça risque de servir plus tard ça, mais en attendant, les deux retombent sur Higley Muggs, le charlatan aperçu précédemment. Il se sert de l’occupation préférée des dieux – détruire des villages -pour s’assurer capable de les protéger et obtenir plein d’or en échange. Ce n’est pas très efficace une fois que Talon le dénonce aux yeux de tout, mais avant ça, tout le monde semble tomber dans le panneau. Ils ne sont pas super futés dans ce royaume, franchement !

Bref, heureusement que Talon et Luna sont là pour protéger le peuple de ce charlatan, mais c’est tout ce à quoi elles ont droit comme action pour cet épisode. Très clairement, le but des scénaristes est plutôt de développer les personnages. Ainsi, la relation de disciple/maitresse entre Luna et Talon est développée à son maximum, les faisant presque passer pour deux sœurs. Ou rappelant un peu Gwynn ? Il y a quelque chose, franchement… C’est peut-être l’attirance pour Garret qui veut ça. En tout cas, les scènes entre elles sont sympathiques, mais elles ne servent qu’à développer un peu les sentiments et pensées de Talon concernant son futur mariage évident avec Garret. Enfin, s’ils survivent jusque-là.

En parallèle, Munt est donc coincé entre Nedra et Zed. Eux aussi prennent tout leur temps pour se rendre auprès du dieu à détruire. C’est plutôt marrant à voir, parce que Munt est toujours fidèle à lui-même. Cette fois-ci, il fait en sorte de nous rapprocher encore plus Zed et Nedra en leur parlant du passé et en cherchant à en connaître plus sur leur mode de vie et les rapprochements entre eux. Ils tombent clairement dans le panneau, mais ça finit par Nedra qui s’extasie de pouvoir être à nouveau dans un monde en vie.

Un monde en vie ? Pourquoi nous montrent-ils une forêt en plein automne en réponse à cette réplique ? Et pourquoi prennent-ils tant de temps à nous les mettre ensemble ? En attendant, Nedra qui s’extasie sur le monde, c’est une très bonne chose : ça lui permet de trouver des fleurs magnifiques poussant… grâce à un air chaud venant de la caverne qu’ils cherchaient. Allez, ça apprendre à Zed à ne pas vouloir regarder les fleurs. Moi, je ne les regarde pas non plus, j’ai retenu ma leçon de The Walking Dead.

Il n’empêche que tout ça les mène donc à la tombe de Golu que nos trois protagonistes galèrent à ouvrir. Quand c’est enfin fait, ils se retrouvent nez à nez avec un dieu à tuer – mais ce n’est pas évident de tuer un cadavre. Ils sont plutôt drôles à rester bouche bée face à Golu avec son épée dans le ventre, mais vraiment, ça avait un look de fin de saison 2 de Buffy et ça m’a un peu sorti de l’épisode. Oh, ça n’a pas duré longtemps !

En effet, la déesse ayant récupéré le pouvoir que Tobin avait débarque sans prévenir pour les attaquer. Cela nous confirme définitivement que Tobin ne pouvait probablement téléporter personne puisqu’elle vient seule et repart une fois bien attaquée par Munt. Elle n’est pas très maligne de n’avoir réussi à tuer aucun des trois malgré son pouvoir. Je veux dire, même le coup qu’elle met à Zed ne semble pas l’affaiblir assez pour l’empêcher de se relever et d’essayer de foutre le feu à Golu.

Yep, Munt a peur de voir Golu revivre avec les pouvoirs des dieux alors Zed, Nedra et lui prévoient aussitôt un bon bûcher pour l’ancien dieu. Et aucun autre dieu ne débarque pour empêcher ça ? C’est assez dingue, mais ça suffit à comprendre que les flammes ne suffiront pas à arrêter les dieux. Pourtant, notre trio repart assez confiant.

Cela ne dure pas non plus : la déesse qu’ils venaient de mettre à mal n’a aucun mal à les surprendre, mais elle le fait seulement une fois qu’elle a bien entendu tout le plan de notre trio pour échapper à un autre dieu, à cheval lui. J’ai beaucoup aimé la scène et le sentiment d’urgence qu’elle inspirait, avec Nedra comme Munt prêts à récupérer le Kinj de Zed pour protéger ce Kinj.

Si Zed s’y refuse d’abord, il décide finalement que l’idée peut être bonne : il fait croire à la déesse qu’il se sépare du Kinj, mais sans le confirmer non plus… Laissant à la déesse le choix : tous les trois s’enfuient dans une direction différente. Bon. À la place des dieux, je m’en prendrais directement à Zed. C’est effectivement ce qu’ils font, mais c’est en vain, parce que Zed ne l’a plus d’après le dieu qui le retrouve et semble être capable de sentir les Kinj.

D’ailleurs, il n’en a tellement rien à battre de Zed sans Kinj qu’il décide de lui laisser la vie sauve. Zed en profite aussitôt pour l’attaquer, ce qui aurait été très con de la part de n’importe quel autre personnage, mais pas de la sienne : les scénaristes adorent Zed. Non seulement il survit à ce dieu ayant le kinj noir, mais en plus, il parvient à nous l’embrocher définitivement à un arbre. Tant mieux. Il lui annonce quand même au passage que Golu est mort… Pas sûr que ce soit un bon plan d’énerver les dieux.

Pendant ce temps, Munt s’enfuit aussi et est retrouvé rapidement par la téléporteuse. Si les scénaristes adorent faire survivre Zed, Munt n’a pas tellement cette chance : il est embroché à son tour par le sabre de la déesse, sans même réussir à lui donner le moindre coup. C’était tellement énervant ! En plus, Zed lui a filé le kinj, évidemment. J’aurais préféré qu’il soit en Nedra, mais bien sûr, Zed protège Nedra, c’est bien plus évident.

La téléporteuse refuse toutefois de tuer Munt, heureusement, puisque le Kinj doit être récupéré par un autre dieu pour pouvoir permettre à Golu de revivre. Elle part donc chercher les autres dieux et c’est très con de sa part : elle abandonne Munt qui est retrouvé par Nedra. Celle-ci veut bien sûr nous sauver Munt, mais ce n’est pas comme ça que ça se passe. Bien au contraire, Munt décide de jouer les héros et se sacrifier – c’est une sacrée évolution pour son personnage, l’air de rien. Il cède donc le kinj à Nedra pour qu’elle puisse le protéger et pour gagner du temps. Les dieux sont vraiment cons sur ce coup-là ; et les scénaristes jouent avec nous quand Nedra est sur le point d’avouer ses sentiments pour Zed à Munt. J’étais sûr qu’elle allait faire se buter à cause de ça, mais non, elle a bien le temps de se barrer, yeah.

Ce n’est que partie remise, exactement comme Munt. Lorsque les dieux reviennent enfin auprès de Munt, il est bien content de pouvoir leur dire qu’il n’a plus le Kinj, mais la déesse n’a aucun mal à deviner que c’est Nedra qui le possède. Au moment de nous tuer Munt, par contre, Zed débarque de nulle part.

Munt peut donc survivre encore un peu, même si Zed n’a plus de sabre. Cela ne dure pas longtemps : il parvient à le récupérer après avoir mis KO une fois de plus un des dieux et après avoir réussi à déjouer la téléporteuse. Munt est bien content de revoir Zed, mais il lui demande toutefois de ne pas s’attarder pour le sauver. La priorité de Munt reste le kinj, et un peu Nedra. Zed ne semble avoir aucun mal à la rattraper, alors même qu’il est blessé à la jambe. On sent tout de suite que ce n’est pas une bonne chose : ils ont enfin le temps de s’avouer les sentiments qu’ils ont l’un pour l’autre, même si Nedra est assez maligne pour dire à Zed de se taire afin qu’il ne gâche pas tout.

J’ai bien aimé la scène, mais ça marquait assez clairement la fin du personnage de Nedra. Je veux dire, j’ai voulu y croire jusqu’au bout, hein, mais ce n’est pas une vraie surprise de la voir se faire tuer par la téléporteuse dans un coup hyper traître. Quand les dieux veulent, ils peuvent ; il faut juste que le kinj soit dans un personnage un peu moins important. Malgré tout, j’étais dégoûté : un peu comme pour Falista, j’avais fini par me faire à la présence de Nedra et elle avait plutôt bien géré ses quelques épisodes.

En plus, sa mort signifie aussi la libération d’un kinj de plus… Le kinj repart alors auprès de Janya, qui n’en a rien à faire des fleurs. Elle préfère suivre le kinj qui la mène tout droit aux cendres de Golu. Comme je m’y attendais, c’est loin d’être un problème pour Janya. L’avantage, c’est que ça prouve que certains personnages morts pourraient revire, même une fois à l’état de poussière. Malheureusement, ça signifie surtout que nous avons six dieux sur sept qui vivent désormais.

Ils sont prêts à passer à l’étape suivante de leur plan et en informent aussitôt Talon. Toujours avec Luna, elle est enfin arrivée à l’endroit où est supposé être enterré Aster, mais elles sont incapables de le trouver. Pire, avec un nouveau message d’une déesse aux détenteurs des Kinj, Talon se retrouve persuadée de la mort de Zed. Si seulement !

En tout cas, tout ça prend des allures de fins de série à force de voir les gens mourir… J’espère qu’ils vont gérer les derniers épisodes comme il faut ! Et j’espère que Zed ne sera pas trop insupportable après la mort de Nedra, bien plus poétique que celle de Tobin ou Falista. Elle a même eu droit à un semblant d’enterrement avec Zed mettant une fleur sur ses cendres, après un dernier regard échangé avec elle avant qu’elle ne se fasse pulvériser par le dieu…

 

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.