Evil – S02E13

Épisode 13 – C is for Cannibal – 16/20
J’aimerais sincèrement écrire que la série est plus claire après cet épisode et que les réponses que l’on obtient sur les intrigues de la saison sont suffisantes pour justifier les nombreux moments d’égarement de la saison, mais ce n’est pas le cas. On a un épisode qui paraît étonnamment fluide à la place, mais pas tellement de perspectives ou de direction limpide pour la suite. Je ne sais plus quoi penser de la série.

Spoilers

David s’apprête à recevoir son ordination.

Stop creating fiction to avoid God.

L’épisode commence par un entretien de David sur le point d’être ordonné prêtre, et je dois avouer que c’était intéressant de découvrir les coulisses de quelque chose que je ne connaissais pas du tout. Eh, il a un sacré niveau de latin et une réponse bien convenue à tout ce qu’on lui demande, y compris quand il est question de race ou quand il se retrouve en conversation visio avec Renée lui posant des questions sur sa vie sexuelle.

Chelou, étrange. C’est la sœur de son ex, franchement. Bon. Ce dernier entretien se passe bien pour lui, mais ça ravive apparemment des souvenirs sexuels pour David, dont on apprend (il me semble ?) qu’il a été dans un centre pour accro sexuel ? Euh ? OK. Tout ça semble sortir de nulle part, de même que l’intrigue de l’épisode sur les cannibales, donc.

Le trio se retrouve à interroger un jeune étudiant dont les parents s’inquiètent qu’il puisse être possédé par un démon. Il y a de quoi : sur son campus, il semble normal de se mettre à hurler tous ensemble sans vraie raison ; et dans la tête de ce type, Mitch, il y a des envies de manger des bouts de corps humains. Il en est à s’attacher à son lit par crainte de bouffer son colocataire pendant la nuit. Et le coloc semble plutôt à l’aise avec cette idée ? Genre… non ?

Il indique quand même à David et Ben que Mitch semble plus affamé quand il rentre d’un cours en particulier, dans un autre bâtiment. Le duo d’enquêteurs se met aussitôt en quête de comprendre ce qu’il peut se passer là-bas, et ils en profitent pour parler du célibat forcé de David tout en traquant une piste sanglante. Soit. Tout cela n’empêche le futur Père Acosta d’être obsédé par le sexe et des rêves érotiques.

Il faut pourtant qu’il en sorte assez vite, parce que Ben et Kristen lui ont organisé une petite fête surprise chez Ben avec à peu près tout le casting. Cela permet au psy de tenter de parler de sa vision bizarre à la nonne habituelle – et c’était génial, mais aussi à Sheryl et aux filles de Kristen de sauter sur le lit de Ben. Sérieusement ? J’étais juste gêné de voir des gens si mal éduqués. Et puis Sheryl qui parle à des prêtres, ça ne peut que mal tourner. Elle demande à ce que Leland soit embauché, finalement, ça pourrait être pire. Ca pourrait être Lexis – mais où est passée sa queue ??? – qui balance à sa mère qu’elle sent comme un cadavre. Sympa.

Je préfère ne pas savoir comment elle connaît l’odeur, mais ça ne semble inquiéter personne. Après, Kristen était à la fac de médecine lors de la dissection d’un cadavre dans la journée, donc en soi, ce n’est pas si bizarre ; mais personne d’autre ne sentant l’odeur, ça semble indiquer que Lexis a l’odorat fin quand même. Allez savoir. Comme toujours avec cette série, on enchaîne de toute manière sur tout autre chose : Kristen, David et Ben se rendent à la fac à trois heures du matin.

Ben et David y avaient trouvé une indication ensanglantée proposant de se rendre sur place à cette heure-ci, mais tout ce qu’ils trouvent, ce sont des étudiants qui font des défis stupides entre eux, du genre, dormir dans un tiroir de morgue. C’était très sympathique de voir Kristen flipper un coup, pour une fois ; et très sympathique comme réalisation. Par contre, ça ne ressemble pas tellement à une fin de saison… Au contraire, même : on a un épisode qui semble étonnamment bien construit autour des mêmes intrigues par rapport à d’habitude.

Bon, après, Kristen et Ben perdent de vue David qui se retrouve à errer seul dans cette fac abandonnée. Cela lui permet d’être face à face à ce qui ressemble à une gargouille cannibale, une créature capable de voler et de le chasser à travers la fac. Comme souvent, par contre, Kristen intervient pour aider David à passer une porte, et pouf, la vision démoniaque disparaît. Je parle de vision pour une bonne raison, parce que sœur Andrea finit par lui expliquer qu’il a un don bien particulier.

C’est un don que peu de gens ont et qu’elle a aussi : plus ils s’approchent de Dieu, plus les visions deviennent corporelles et réelles. Euh ? David ne semble pas prêt à signer pour ça, et j’avoue que ce n’est pas exactement ce qu’on attendait de la série jusqu’ici. Il faudra bien qu’elle bascule totalement dans le fantastique à un moment donné après. Le problème, pour l’instant, c’est qu’elle n’ose pas aller à fond dedans alors qu’elle y est déjà. Je crois.

Je veux dire, la sœur a aussi ses terreurs nocturnes à présent, et ses cauchemars dans lesquels elle voit la gargouille venir l’enfourcher. OK. C’est de plus en plus chelou tout ça. Sœur Andrea demande à la créature de laisser David tranquille, parce qu’il est protégé par Jésus, avant de poignarder avec un crucifix le thorax de cette créature. Puis, elle se réveille. C’est déjà ça ?

L’autre problème de la série, c’est la multiplication des intrigues, et cet épisode n’y coupe pas non plus : le psy annonce à Kristen qu’il va prendre deux mois de vacances et la référer à un autre psy en attendant. Le plus beau, c’est encore qu’il raconte toute sa vie à sa patiente et qu’il n’existe toujours aucune éthique professionnelle entre ces deux-là.

L’éthique professionnelle ne semble pas étouffer Kristen de toute manière. Cet épisode la voit se retrouver sous la surveillance de Leland envoyé par l’Eglise. C’est la pire des idées, mais la dispute entre ces deux-là était hilarante… jusqu’à ce que Kristen retire sa chaussure à talon pour éclater la tronche de Leland. Euh hein ? Les étudiants ne semblent pas s’en inquiéter autour d’eux, et Kristen n’a pas encore de vraie raison de l’éclater.

Cela empire ensuite : pendant l’ordination de David – il ne fait que penser au sexe, super – Leland se lève et laisse à Lexis un étrange mo, Daffodil. Bon, c’est le nom d’une fleur, qui était aussi le nom de code laissé à Sheryl pour aller baffer Asa dans l’épisode précédent. Les intrigues se recoupent, peu à peu. Lexis avoue ainsi à sa mère qu’elle a revu Leland plusieurs fois à l’école, ce qui fait flipper Kristen.

On s’y attendait, mais elle décide donc de récupérer son arme préférée dans le placard pour aller chez Leland. Seulement voilà, Leland est déjà occupé : il a convaincu le cannibale qu’il était parfaitement normal de manger de la viande humaine.

C’était une tâche facile, parce qu’il s’affirmait appelé par un des cadavres de l’université la nuit précédente. Ben et David avaient eu bien du mal à l’empêcher de bouffer un cadavre dont le crâne avait été tatoué d’un sigil… et ça ne sert finalement à rien, car Mitch est invité chez Leland qui lui a organisé une jolie fête pour bouffer le cadavre. Et sur place, on découvre que Sheryl est là aussi, mais qu’elle fait tout ce qu’elle fait pour protéger ses petites-filles. C’est à peu près logique, mais ça manque encore d’une vraie explication, je trouve. La sœur Andrea tente bien de nous la donner avec une révélation sur les sigils avec la carte qui représenterait soixante décennies de soixante maisons démoniaques, mais… Je n’ai pas compris ce que ça apportait au schmilblick, en fait. Grosso modo, on apprend quand même que quand l’un des soixante meurt, il doit être remplacé en étant mangé par son successeur. Sheryl a donc fait ça ? Et Mitch est en train de le faire lui aussi.

Et Kristen dans tout ça ? Elle ne se rend pas chez Leland, mais chez David. Maintenant qu’il est prêtre, il peut écouter sa confession, et il l’accepte. Le pauvre ne sait pas ce qui l’attend par contre : Kristen lui confesse le meurtre de Leroux et le fait que les flics l’ont laissée s’en tirer sans rien lui dire. Bordel, quelle actrice ! Elle est merveilleuse et m’a foutu des frissons… par contre la série m’a tellement révolté ensuite. Genre… Non. Ca m’énerve ce cliffhanger, parce que je ne vois pas du tout l’alchimie qu’on nous vend entre les acteurs et parce que ça n’a aucun sens que David ou Kristen fassent ça, surtout dans un moment de vulnérabilité et d’émotions comme celui-ci, c’est totalement hors propos.

La saison se termine sur David assurant le pardon de Dieu à Kristen… avant qu’il ne l’embrasse. Le soir où il devient prêtre ? Et Andy ? Et bordel où sont les débuts de réponse ? Où est la queue de Lexis ? Qu’est-ce que cette gargouille géante ? Et ce livre que lit finalement Lexis dans son lit ? Et Eddie, la poupée de l’épisode précédent qu’on a vu toute la saison ? Et les rêves de Ben qui ont cessé ? Et… bordel.

EN BREF – Je suis vraiment perplexe. J’adore l’ambiance de la série, j’adore ce que la saison 1 a proposé, j’adore les moments WTF qui peuplent la série… mais je suis blasé de voir que cette saison 2 a multiplié les intrigues sans jamais chercher à vraiment les terminer. Certes, il y a des moments où l’on a l’impression d’avancer et d’avoir des explications, mais à chaque fois, c’est pour mieux reculer ou pour mieux découvrir quinze autres pistes.

Et attendez, quand je dis ça, on dirait que je parle de LOST, mais pas du tout : là, les quinze autres pistes n’ont juste rien à voir avec ce qui précédait et ce qui suivra. À chaque fois. Cela me laisse totalement perplexe : j’adore la série, son ambiance, ses acteurs, sa réalisation, ses moments flippants, oui, définitivement oui. C’est une des meilleures séries du genre, définitivement oui. Par contre, il faut vraiment que ça se reprenne et qu’on offre à la série une vraie direction claire et définie, parce qu’à partir dans tous les sens comme ça, elle ne sait plus ce qu’elle raconte.

Et moi non plus je ne sais plus bien.

> Saison 2

 

2 commentaires sur « Evil – S02E13 »

  1. Je t’avoue que je suis aussi assez perplexe sur cette saison 2. Dans l’ensemble, comme toi, il y a des choses que j’ai beaucoup aimées (sans adorer cependant) et il y a d’autres trucs qui m’ont laissée de marbre, comme toute la storyline de Sheryl et son parcours avec Leland et les transfusions. J’étais même assez distraite lors de ses moments-là. Et comme tu dis, il y a plein de choses qui sont passées à la trappe, notamment concernant la gamine de Kristen (et elle n’avait pas coupé le doigt du dentiste en début de saison ou c’était une hallucination ?). En revanche, j’ai vraiment adoré soeur Andrea. Pour ce qui est de l’épisode, c’est finalement celui que j’ai le moins aimé de la saison, Sheryl qui saute sur le lit de Ben avec ses petites filles, non mais allo quoi ! Et j’ai trouvé que ça tournait un peu au grand-guignol. Cependant, dans la scène de fin de saison, l’actrice qui joue Kristen (je ne retiens pas son nom !) est excellente. Bon la toute fin de scène est effectivement un peu hors de propos, surtout après la conversation qu’ils avaient eu l’épisode précédent, mais pas inattendue, je pense qu’ils sont tous deux dans l’émotion et ils traduisent ce trop-plein par ça. On verra bien les conséquences la saison prochaine. Et autant en première saison j’arrivais à supporter les filles de Kristen, autant là j’en peux plus, surtout dans ce dernier épisode, j’avais envie qu’un monstre viennent les massacrer rien que pour arrêter leurs cris.

    J'aime

    1. Le problème de l’intrigue de Sheryl est qu’on ne comprend rien à rien, il n’y a pas d’explications et quand il y en a enfin, ça n’explique pas vraiment ce à quoi on a plus ou moins assisté.
      Lexis a bien croqué un doigt oui, et elle a une queue et elle parle à Leland mais on ne sait pas ce qu’ils se disent..
      Sœur Andréa est un perso sympa, mais là aussi : d’où elle sort ? Quelles motivations ? Comment sait-elle tout ça ? Quel est son vrai rôle ?

      Sheryl est vraiment démoniaque à sauter sur le lit, ça n’avait aucun sens qu’aucun adulte n’intervienne mdrrrr

      Je ne vois pas la dernière scène comme un trop plein d’émotions : David en a envie depuis un moment. Par contre, je n’adhère pas au couple, je ne leur trouve pas d’alchimie (elle en a plus avec Ben je trouve 😂😂) et ça m’énerve que la série s’enferme dans ce genre d’intrigue prévisible alors qu’elle est originale sur tellement d’autres plans. On n’a pas besoin de ça.
      A l’inverse de toi, j’ai trouvé qu’ils avaient vachement réduit les cris des gamines donc ça va légèrement mieux. Après, j’ai un peu l’habitude tous les jours au collège peut-être 😂😂

      J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.