9-1-1 Lone Star – S03E03

Épisode 3 – Shock & Thaw – 16/20
On ne peut pas s’attendre avec cette franchise à ce que tout soit bien crédible, mais les intrigues de cet épisode fonctionnent bien et permettent à l’épisode de surprendre par la construction qu’il suggère pour la suite de la saison. Honnêtement, ça me convient bien pour le moment. Les choix faits par les scénaristes permettent en plus de développer certaines relations que l’on avait peu eu l’occasion de voir avant, ça me paraît donc d’autant plus judicieux de continuer sur cette lancée.

Spoilers

Alors que TK est entre la vie et la mort, Owen doit faire face à un cartel sans être tenu au courant de la situation de son fils.


Not my problemo

C’est parti pour un épisode que j’ai attendu bien longtemps, parce que TK est quand même un de mes personnages préférés. Ce n’est toutefois pas par lui que l’on commence, mais par Marjan. Elle aurait mieux fait de klaxonner un coup quand elle s’est réveillée, parce qu’il y avait en fait un ranger sur la route juste à côté. C’est d’ailleurs lui qui a réussi à la réveiller, sans le savoir… mais elle était tellement enfouie sous la neige dans sa voiture que bon, c’était en vain.

Pendant ce temps, Owen est donc dans la merde depuis sa grange toute naze où il est face à un passeur qui le menace de son arme. Ce n’est pas franchement un problémo pour Owen cependant : il essaie de convaincre Manuel, c’est son nom, qu’il n’en a rien à faire de ce qu’il se passe et qu’il est prêt à le payer un peu pour être tranquille. En vérité, il n’a aucun mal à mettre KO ce Manuel qui est déjà mal en point.

Le problème, c’est que l’assommer n’est pas suffisant : il a quelques collègues sur le point d’arriver à la grange. Et même si Manuel est un connard, Owen s’assure qu’il soit bien en vie et bien traité avant de s’occuper des réfugiés. Certains sont blessés toutefois, alors c’est compliqué : un certain Francesco voudrait abandonner derrière eux ceux incapables de marcher et les ralentissant, mais comme ce n’est pas ce que veut Owen, il se sépare du groupe, tout simplement.

C’est parfait, c’est donc lui qui sera le maillon faible et indiquera au cartel où sont les autres. C’est du moins ce que je pensais, mais la vérité est ailleurs : il tombe sur le ranger qui était à proximité de Marjan. Tout content, il lui révèle tout ce qu’il sait et on devine bien rapidement que le ranger n’est pas quelqu’un de bien. Cela ne manque pas : il est en lien avec le cartel et il n’a aucun scrupule à tirer sur Francesco.

Pas de bol pour lui, Marjan le voit – et pas de bol pour elle, il la repère aussi. Elle est heureusement assez réactive pour éviter que ça ne tourne trop mal pour elle, mais elle reste témoin de quelque chose de bien gênant pour lui. Elle est assez réactive pour prévenir Owen de ce qu’il se passe, sauf qu’il est sur répondeur et est occupé à ramener les réfugiés chez lui où l’attend gentiment la voisine en qui je ne peux pas avoir confiance.

Marjan décide ensuite de se rendre chez Owen, mais elle est battue de vitesse par le fameux shérif ripoux qu’elle voit donc entrer chez lui. Bien sûr, entre temps, Owen a réussi à ramener tout le monde chez lui, alors c’est vraiment la merde : il a beau soupçonner le shérif/ranger assez rapidement, il ne peut pas faire grand-chose. C’est finalement lorsque sa liaison radio se rétablit enfin que le shérif est forcé de révéler son véritable visage.

Par chance, Marjan observe tout ce qu’il se passe à la fenêtre et se démerde pour récupérer une arme comme elle peut dans une cabane à côté du ranch d’Owen. À défaut de pouvoir en faire autre chose, elle utilise un plan différent et pas forcément crédible qui finit par faire exploser la voiture du shérif, ce qui est juste la distraction nécessaire pour qu’Owen et les réfugiés puissent le neutraliser. Franchement, j’ai du mal à trouver ça parfaitement crédible.

En tout cas, ça permet à tout un tas de secours d’être dépêché ensuite sur place grâce à la radio d’Owen que le shérif n’a pas détruit, allez savoir pourquoi. L’avantage de tout ça, c’est que ça permet à Marjan de parler à la voisine d’Owen de la 126 et de la lettre d’excuses qu’Owen refuse de signer alors qu’il pourrait reprendre le boulot. Les deux retournent ensemble en ville, et c’est une bonne chose  : ça permet d’avoir une scène vraiment chouette où les deux se mettent à chanter leur désaccord. Bon, on ne va pas se mentir : ça n’avait aucune crédibilité parce qu’ils nous font une chanson parfaite comme s’ils s’étaient entraînés plusieurs fois avant, mais bon.

Quand on retrouve enfin TK, on se fout de nous, et royalement. On nous fait croire que tout va bien pour lui, puisqu’il n’est pas dans un lit d’hôpital, mais on capte assez vite qu’il est dans le coma ou quelque chose de ce genre, malheureusement. Le soleil qui brille en dit long, franchement. Dans ses rêves, TK a donc un pyjama tout pourri et c’est sa mère qui s’occupe de lui, pas Carlos.

Bordel, mais que s’est-il passé avec Carlos ? Et quel rêve chelou, en plus ! Il finit par comprendre qu’il est toujours à l’hôpital, et ça se fait quand il entend les machines s’emballer, et pour cause : son rythme cardiaque ralentit beaucoup trop. Malgré ça, il reste enfermé dans son rêve pour faire un peu la cuisine avec sa mère, parce qu’il a envie de cookie. Pff. C’est frustrant comme intrigue, surtout que TK demande de passer plus de temps dans ce coma avec elle, même si ça signifie qu’il aura peut-être du mal à en sortir.

Et c’est effectivement ce qu’on apprend en fin d’épisode. Bordel, qu’est-ce que l’acteur incarnant Carlos est excellent. Je ne m’inquiète absolument pas pour TK, en vrai, mais le voir réagir à la nouvelle qu’il allait peut-être mourir, c’était horrible. Nancy casse un peu toute l’émotion juste après, d’ailleurs, mais la scène est bien prenante, tout de même.

Ailleurs dans l’hôpital, Paul se réveille en pleine forme, sous quelques couvertures tout de même. Il reçoit la visite de ses collègues et on sent bien que cette intrigue est terminée. Assez vite, les scénaristes en arrivent donc à évoquer le cas de Marjan, mais malgré la tempête, personne ne s’inquiète trop pour elle. Ils sont occupés nos pompiers : les parents de l’ado insupportable sauvé par Paul débarquent chargés de cadeaux et d’envie d’offrir tout ce qu’ils peuvent à Paul. Pff.

La tentation est forte, surtout pour Matteo, mais bon, Judd nous rappelle rapidement que la récompense pour les pompiers est ailleurs.

En parallèle, Vega a une réaction étrange face à ce qu’il se passe avec TK : elle culpabilise, persuadée que c’est de sa faute, et se rend auprès de Grace. Cette dernière est une fois de plus en pause, mais toujours au boulot malgré la neige et l’absence de réseaux de communication. Yep : beaucoup de lignes sont coupées, donc peu de gens appellent. C’est triste.

Au moins, ça laisse le temps à tous ses collègues de faire une bonne grosse pause pour lui offrir des cadeaux. À deux semaines du terme, ils ont apparemment l’impression que c’est une bonne idée de lui faire la babyshower, surtout qu’ils ont peur qu’elle accouche avant la date. Ah ben oui, je confirme que bosser à huit mois et demi dans un boulot aussi stressant, ça risque bien de lui arriver, non ?

En plus, elle continue de faire de la merde et de faire de la peinture dans la chambre du bébé en montant sur un escabeau. Sérieusement ? Je sais bien que ce n’est pas une maladie d’être enceinte, m’enfin quand même, tu fais attention, non ? P            as Grace, apparemment. La pauvre reçoit ensuite une visite de Billy, qui continue son mea culpa stupide. Passer par Grace n’est pas plus glorieuse idée par contre : elle le connaît suffisamment bien pour voir clair dans son jeu.

Elle s’énerve donc contre lui, et ça tourne mal : elle perd les eaux face à Billy qui ne peut pas juste s’en aller comme si de rien n’était. Il insiste pour emmener Grace à l’hôpital, mais ce n’est pas son genre du tout : elle refuse catégoriquement et malgré son accouchement clairement en train de commencer, elle décide de prendre le volant. Non mais sérieusement, arrêtez de nous prendre pour des cons. On la voit se balader dans la neige et prendre le volant comme si de rien n’était, faut pas abuser quand même !

Bon, heureusement pour elle, Billy décide de monter en voiture avec elle. C’est une excellente chose, parce que Grace se démerde sans trop de surprise pour se retrouver coincée au milieu de voitures abandonnées, prise au piège par la neige. Elle a des contractions… et elle est avec un pompier qu’elle déteste et qui n’aura d’autres choix que de la faire accoucher.

En tout cas, je suis surpris : en cette fin d’épisode, Owen ne sait toujours pas ce qu’il en est de TK, la neige est toujours présente et la saison semble s’enliser dans une tempête de neige qui n’en finit pas. C’est la première fois de la franchise qu’on dépasse le cadre d’une intrigue-catastrophe en trois épisodes. J’aime beaucoup l’effet que ça donne, et j’espère que ça va encore durer un moment !

PS : bizarrement, j’avais noté le titre de l’épisode 3 en titre de l’épisode 2… ça déconne pas mal en ce moment du côté des titres pour les séries de la FOX, c’est une erreur de leur stagiaire ou c’est de moi ?

> Saison 3

 

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.