Evil – S03E05

Épisode 5 – The Angel of Warning – 16/20
Si l’épisode semble retomber dans certains travers de la saison 2, j’ai l’impression que c’est proposé de manière bien plus consciente et assumée cette fois. Cela permet d’avoir une sensation bien différente quand l’épisode se termine, car les personnages sont plutôt dans le même état que moi. Cela change. Autrement, la qualité est toujours au rendez-vous et la série continue d’exceller dans sa manière de questionner notre monde et notre quotidien. Un régal.

Spoilers

Une explosion de gaz détruit un immeuble et tue tous ses occupants, à l’exception de quatre personnes affirmant avoir été sauvés par une femme angélique.

You want us to investigate if a dead Sicilian nun came to Brooklyn to save people ?

La saison 3 me plaît de nouveau autant que la première, alors c’est bien normal de vouloir voir l’épisode sans attendre, même si ça ne fait que 24h qu’il est disponible, non ? Peu importe, c’est de toute manière le choix que j’ai fait. Sans trop de regret : je me suis fait happer par la première scène à une rapidité impressionnante.

On découvre ainsi un gymnase complètement vide qui très rapidement se transforme en centre de secours pour les victimes d’un terrible incendie – et pour accueillir aussi les corps des victimes. Tout un building a pris feu et aucun rescapé n’en a encore été évacué, laissant présager le pire. David se retrouve appelé à ce centre de fortune de secours car il est prêtre et que certains auront bien besoin de prier.

Le problème, c’est qu’il a oublié de porter son signe distinctif et que tout le monde le prend pour un flic. C’est le genre d’humour que la série maîtrise bien, alors je n’étais pas trop surpris de les voir jouer des apparences avec David. Par contre, le reste était beaucoup plus surprenant : la première personne à qui David parle lui révèle être une survivante de l’immeuble en flamme.

C’est surprenant car personne n’en a encore retrouvé… et pourtant, cette Kelly Bennington est sûre d’elle. Elle était dans sa cuisine au onzième étage quand une femme étrange lui est apparue et l’a fait sortir de l’immeuble en train de s’écrouler. La femme portait une tenue blanche, avec un agneau dans les bras, et l’a guidée jusqu’en bas de l’immeuble. C’est assez improbable, mais forcément, dans cette série, ça attire l’attention de David.

C’est d’autant plus vrai qu’un autre homme, Matthew, affirme qu’il lui est arrivé la même chose au sixième étage. Et si ces deux-là ont eu l’occasion de s’entendre et donc de s’influencer, une troisième victime raconte la même histoire à David, qui la raconte à son tour, le lendemain, à son supérieur, à Ben et Kristen.

Il fait bien : le père supérieur soupçonne aussitôt une nonne sicilienne d’être la femme à l’agneau. Cela tombe bien : l’Eglise cherchait un second miracle pour la canoniser. La série part là dans un délire bien différent des épisodes précédents, mais c’est une bonne idée de changer de perspective et de ne pas se concentrer sur un démon, pour une fois.

Forcément, notre trio interroge à nouveau les survivants pour essayer de voir si la sœur italienne peut bien être l’ange sauvant les personnes de l’immeuble. Il y a un bon humour quand Kristen essaie de voir si Matthew a pu se laisser influencer par le mot « agneau » écrit sur une enseigne d’un kebab en face de l’immeuble et il est évident que son esprit rationnel cherche à trouver une solution logique à ce qui s’est déroulé ce soir-là.

Pourtant, d’un point de vue religieux, tout semble se tenir. La troisième survivante est ainsi bien plus intéressante : elle raconte qu’elle a parlé à l’ange, mais pas au moment de survivre… juste un peu avant. Elle aurait reçu un coup de fil lui expliquant qu’il fallait absolument sortir de l’immeuble – et ça avant la fuite de gaz en provoquant l’écroulement.

Malheureusement, toute cette affaire semble remuer Kristen. Durant la nuit, elle entend ainsi une voix qui lui murmure de faire attention. Si elle essaie d’abord de se rendormir, elle est prise d’une angoisse incroyable qui la pousse à se relever et faire attention à tous les détails possibles. Elle vérifie la porte, le gaz, le sommeil de ses filles… Vraiment tout, quoi.

Le problème, c’est que son angoisse semble déteindre sur les filles qui sont terrifiées par des articles internet leur expliquant que possiblement leur maison va s’effondrer ou le train dérailler pour s’écrouler sur elles. Charmant. Le site ? Probablement celui pour lequel Sheryl bosse. La grand-mère est vraiment sympathique en plus, parce que quand elle passe et que Kristen lui raconte ce qu’elle a entendu la nuit, elle préfère en rire et lui dire qu’elle était déjà folle petite, et qu’elle est mieux sans Andy. Rien que ça.

De son côté, durant la nuit, David a une apparition également alors qu’il est au lit : une nouvelle brèche s’ouvre dans sa réalité pour laisser apparaître une femme avec un agneau. La femme est toutefois dessinée de manière religieuse, et elle lui crie de courir, alors c’est plus intrigant qu’autre chose.

La journée arrive toutefois et il reprend donc le travail, avec une journée loin d’être de tout repos. Il rencontre une quatrième survivante de la fuite de gaz pour savoir ce qu’elle a vu exactement et découvre qu’elle a vu un ange noir. C’est déroutant car personne ne l’a dit avant, et que ça casse la théorie que ça puisse être la nonne sicilienne.

Cela déplait fortement au père supérieur et, surtout, ça relance un vrai débat sur la religion et le racisme des représentations. Bien évidemment, David est embêté de découvrir que parce que l’ange serait noir, l’enquête risquerait de se terminer. Ce qui le travaille le plus, c’est aussi que ses propres visions lui montrent toujours les démons comme sombres ou noirs de peau et les anges comme blancs. C’est gênant comme tout.

C’est d’autant plus gênant qu’il confie ensuite à Andrea qu’il n’est plus tout à fait certain du bienfondé de ses visions, surtout quand il revoit le même ange, mais qu’elle est noire désormais. On comprend bien le problème auquel il est confronté : il imagine que si l’art l’influence, alors c’est qu’il ne fait que rêver.

Pour ne rien arranger, l’une des survivantes de l’immeuble accepte d’entrer en état d’hypnose pour en savoir plus. L’ange qu’elle a vu est aussi blanche qu’elle, bien sûr, mais elle affirme aussi avoir un message pour David venant de son fameux coup de fil avec l’ange. Il devrait se méfier de sa sœur… Cela perturbe le trio un bon moment, avant qu’ils n’enquêtent et ne se rendent compte que la femme est en train de mentir.

Pire que ça : elle n’a jamais été dans l’immeuble, et un an plus tôt, elle a travaillé pour Leland. Aïe. La nana comprend que sa couverture est grillée et menace le trio en leur expliquant qu’ils ont raison d’avoir peur et de sentir la terreur monter en eux, car leur camp est en train de perdre. Et vraiment, ça se voit de plus en plus dans la série : les filles de Kristen sont vraiment terrifiées par la vie, au point que ça nous mène à des scènes marrantes où Kristen est forcée d’appeler David en pleine nuit, puis de hurler sur les trains pour les rassurer.

En parallèle de tout ça, nous suivons de nouveau le « procès » de la sœur Andrea, défendue par David, qui arrive en retard, après la prière de début de réunion et après avoir raté Leland menaçant de mort Andrea. Cela ne l’empêche pas d’être très efficace quand il est question d’interroger le psy qui a eu avant un entretien avec Andrea : il lui demande évidemment de raconter la fois où il a vu un démon.

C’est une défense très efficace pour Andrea, mais elle refuse toutefois que David insiste trop, préférant laisser le psy tranquille. Après tout, il ne fait que dire la vérité quand il explique qu’elle voit des démons plusieurs fois par jour et elle ne veut pas qu’il soit torturé par ce qu’il a pu voir lui-même.

Par chance, le témoin suivant critique la simple possibilité d’avoir des visions, quand parmi les prêtres là pour décider si Andrea doit prendre une retraite anticipée ou non, il y en a un qui a déjà vu Jésus. C’est donc plutôt bien parti pour David, mais ça empire encore après pour Leland quand David décide de jouer le tout pour le tout avec un chantage odieux : forcer Andrea à démissionner, c’est aussi le forcer lui à le faire, car il affirme avoir vu des démons lui aussi, et les mêmes qu’elle.

Si Leland pense que c’est plutôt bien pour lui de voir David proposer sa démission, il est rapidement évident que l’Eglise ne pourra pas le forcer à démissionner car il est l’un des trois seuls prêtres noirs a avoir été nommé par l’Eglise cette année-là. Bien joué, David. C’est simple et efficace comme technique, ça m’a bien fait rire. Andrea ne démissionne pas et David est forcé d’aller se confesser car il a menti.

Il révèle tout de même à Andrea qu’il a toujours des doutes sur ses visions, mais il est heureux de la voir s’excuser d’avoir ignoré ses inquiétudes concernant le racisme de l’Eglise – surtout qu’elle en a eu une bonne preuve avec ce chantage final, très politique même si efficace. Leland passe de toute manière une période plutôt mauvaise dans cet épisode, notamment quand il rend visite à Sheryl. Il se rend compte qu’elle a viré Taylor et recruté une nouvelle secrétaire, très efficace pour répandre les fake news. C’est assez terrifiant cette entreprise d’ailleurs, parce qu’on sent bien qu’elle pourrait tout à fait exister.

Et c’est terrifiant aussi parce que Leland est très pote avec le manager, que Sheryl lutte une partie de l’épisode à voir. Il faut d’abord passer par son secrétaire, en effet, et celui-ci est vraiment loin de laisser passer n’importe qui avec un décolleté, malgré les conseils de l’employée de Sheryl. Quand elle finit enfin par gagner l’accès au bureau du manager grâce à Makob, Sheryl se rend compte que le manager est… un démon, avec cinq yeux, une odeur épouvantable, des cornes et une absence d’habits assez inquiétante.

Le manager se comporte autrement comme un gros porc très cliché de grosses entreprises, mais vraiment, elle le voit comme ça. Il est très clair dans l’épisode que ce n’est pas le cas de tous ses employés, laissant planer un doute sur l’état de santé mental de Sheryl. Et en même temps, Leland semble confirmer qu’il voit la même chose qu’elle quand elle lui indique que pour elle, le manager a cinq yeux.

Il faudra voir ce que donne la suite de la saison sur le sujet, mais en attendant, Sheryl a peur, malgré sa promotion. Et ça, ça change. Sinon, ce qui ne change pas, c’est que la série nous laisse avec plus de questions qu’autre chose avec cet épisode. Le trio ne termine pas son enquête sur la nonne sicilienne : parce qu’une personne a menti, l’Eglise estime que ça ne vaut pas la peine de continuer l’enquête, car il y aura trop de doutes sur la véracité des propos à présent.

Cela n’a aucun sens, mais le trio ne parvient pas à avoir gain de cause. C’est frustrant.

 

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.