The Walking Dead – S11E19

Épisode 19 – Variant – 14/20
J’ai vraiment envie d’y croire et de me dire que la série ne foire pas son dernier arc, mais elle ne fait rien pour m’aider, avec une intrigue qui manque sérieusement de logique et qui laisse apparaître en creux des failles scénaristiques importantes, au profit d’un développement pseudo-psychologique beaucoup trop bavard des personnages. C’est dommage, surtout que j’accroche encore à certains autres aspects de la série et que les cliffhangers restent bons !

Spoilers

Eugène est tenu pour responsable de l’émeute et du meurtre de Sebastian, ce qui complique le plan de nos héros.

He can stand as an example to all.

Rien de tel en ce dimanche soir que de me replonger dans cette série. Elle fait partie des rares dans lesquelles je me sens encore à peu près à jour, même si je sais que je suis en retard. Surtout, j’avais envie de voir la suite après un cliffhanger quelque peu violent et sacrément réussi. Bon, après, j’ai rapidement changé d’avis avec la première scène de cet épisode.

Je ne sais toujours pas pourquoi les scénaristes vouent une telle fascination au personnage d’Eugène, mais vraiment, je n’en peux plus de ce personnage et je ne sais pas pourquoi il a eu droit à son propre résumé. Moi qui disais que j’aimais bien les discours de Judith, je suis dépité de voir que cet épisode se concentre sur toute l’intrigue d’Eugène depuis son arrivée dans la série.

Même en version express, ce n’est pas passionnant. Quand on en revient enfin au présent, c’est pour mieux retrouver Eugène, incapable de rester avec Max dans le mouvement de foule. Pour une fois, ce n’est pas vraiment de sa faute, on va dire. Par contre, un truc qui est de sa faute et duquel on l’accuse, c’est le meurtre de Sebastian. Franchement, ça ne s’est pas exactement passé comme ça. Il n’empêche qu’Eugène est sauvé de justesse par Daryl dans la foule.

C’est un bon move de sa part, parce que la vengeance de Pamela se concentre justement sur lui. Elle sait bien que son fils était un connard, elle en a conscience et le reconnaît, mais il lui faut bien un responsable pour la mort de son fils. Comme son chef de sécurité est le frère de Max, elle décide d’épargner sa plus si fidèle assistante pour se concentrer plutôt sur Eugène. À défaut de le retrouver immédiatement, elle fait arrêter tous ses amis et alliés potentiels.

C’est l’occasion d’une bonne scène pour Rosita, qui se retrouve du mauvais côté de la loi cette fois encore. Et face à elle, c’est Mercer qui est envoyé pour l’interroger et savoir ce qu’elle faisait pendant l’émeute. Bien sûr, il sait déjà que Rosita et Eugène se sont parlés juste avant celle-ci, mais ce n’est pas exactement comme si elle pouvait vraiment aider Mercer. Il lui demande de prévenir Eugène qu’il peut encore se rendre pour que ce ne soit pas trop compliqué pour tous de continuer à vivre selon le plan prévu… mais malheureusement, Rosita dit la vérité quand elle dit ne pas savoir où est Eugène.

Bien sûr, le fait qu’Eugène soit subitement recherché mène à un autre problème : le Commonwealth n’a plus trop envie de voir partir tout leur groupe. Ils n’ont pas les moyens de tous les garder prisonniers pour autant : Mercer laisse donc partir Rosita, qui se rend aussitôt dans l’Eglise où est réfugié Eugène.

C’est ridicule. Il suffit de suivre Rosita, franchement. Il y a plus ridicule malgré tout : Eugène. COMME TOUJOURS. Le voilà qui veut désormais retrouver sa « dulcinée » malgré les avis de recherche qui s’acharnent contre lui. Franchement, à ce stade, j’ai du mal à comprendre comment il peut être accusé de meurtre quand n’importe quel témoin a très bien vu qu’il s’agissait de légitime défense.

La série se souvient aussi de l’existence de Princess dans cet épisode. C’est chouette de la revoir, mais c’était difficile de ne pas être saoulé de la voir prendre la défense d’Eugène là. Je ne comprends pas trop pourquoi tout le monde s’acharne lui – à quel moment peut-on penser qu’Eugène est celui qui a fait entrer les zombies ? Et même l’émeute, quoi, il n’a fait que passer un message qui disait la vérité. Je ne sais pas, ça ne me paraît pas assez solide tout ça : comment les gens sont-ils passés de « on déteste Sebastian et Pamela » à « Il faut arrêter Eugène » ?

Le mystère reste entier, mais en attendant, Max finit par être retrouvée par la milice de Pamela et ramenée auprès de son frère. Pour la sauver, Mercer propose de la faire parjurer, de trahir Eugène et d’expliquer qu’elle n’était plus elle-même parce qu’elle avait oublié ses médicaments. Cela fait beaucoup d’un coup, tout de même. Elle refuse bien évidemment, en profitant pour clasher son frère sur leur père qui aurait probablement eu honte de lui. Sympa.

Elle est toujours plus intéressante, courageuse et utile qu’Eugène au moins. Non parce que pendant que Max se fait arrêter devant Rosita, Eugène ouvre les fenêtres de l’Eglise et hésite à se barrer. J’ai beaucoup aimé voir Daryl ne pas essayer de le retenir quand Eugène envisage de partir, il était temps de le mettre face à ses idioties permanentes.

Non seulement les scénaristes se souviennent de Princess, mais en plus, ils se souviennent aussi qu’elle est censée être pote avec Ezekiel. Ils sont donc arrêtés ensemble, puis ils partagent une scène pour évoquer leur futur. Il n’envisage toujours pas de quitter le Commonwealth, malgré tout ce qu’il se passe, et elle a du mal à le comprendre. Pourtant, elle, elle a Mercer. Il est donc difficile de faire un choix et de savoir à l’avance ce qu’elle décidera.

Elle choisit de quitter le Commonwealth, mais ce n’est pas évident quand elle sait clairement que Mercer est un type bien pour elle. Le problème, c’est qu’il ne peut pas faire grand-chose pour sauver la vie d’Eugène et qu’à part se plaindre que sa vie n’est pas facile, il ne fait pas grand-chose de cet épisode tout court. Il n’en faut pas plus pour que je décroche parce que Princess se décide à nous raconter toute son enfance là, mais quel est l’intérêt putain ? Bref, elle se barre finalement.

En parallèle de tout ça, la série nous propose aussi un approfondissement de la psychologie de Pamela, mais ça ne m’intéressait pas plus que ça de la voir pleurer sur le cadavre de son fils et attendre qu’ils deviennent un zombie pour enfin l’abandonner. Le pire, c’est qu’une fois qu’elle le fait, on la retrouve au moment où elle rend visite à Hornsby. Quelle flemme.

Laissez-le pourrir dans sa prison, lui. Bon, elle envisage encore plus pour lui : elle décide qu’Hornsby est le seul vrai responsable de la mort de Sebastian. Pourquoi s’acharne-t-elle encore sur Eugène ? Mystère. Elle préfère accuser son ancien bras droit du crime, à raison déjà : ce sont ses employés qui ont libéré des zombies dans la ville. Apparemment, tout le monde s’en contrefout de savoir qu’il y a des meurtriers n’hésitant pas à laisser des zombies dans les rues au Commonwealth, mais Eugène qui tue Sebastian, c’est vraiment grave.

Ah bordel, ça m’énerve ! J’ai envie que cette fin de série soit bien, mais vraiment, c’est trop creux. Et Pamela qui se met à faire un tirage 50/50 pour savoir si elle épargne la vie d’Hornsby là, c’était ridicule. Elle lui épargne donc la vie pour mieux l’enfermer avec Sebastian et un cadavre chaud. A lui de faire en sorte de survivre en nourrissant Sebastian. Moui.

Reste à régler le problème de Max et Eugène. Ce dernier refuse de partir sans elle : il dit donc au revoir à Daryl et surtout à Rosita. Bien sûr, Rosita n’accepte pas ce départ, mais pour une fois, Eugène porte ses couilles et ne lui laisse pas le choix. C’est une bonne chose : Eugène peut ainsi se rendre à la milice et confesser de ses « crimes », prenant aussi la décision d’innocenter complètement Maxine. C’est une surprise, c’est rare de voir Eugène faire de vraies actions héroïques.

Il est dommage tout de même qu’Eugène prenne cette décision pseudo-héroïque en se sacrifiant dans le vent. On sait bien que ça ne change rien ce suicide. Il termine son épisode en prison, tandis que Rosita s’apprête enfin à quitter le Commonwealth. Malheureusement, les scénaristes tiennent vraiment trop à ce nouveau lieu pour l’abandonner apparemment : Rosita est attaquée par deux hommes qui parviennent à lui enfiler une cagoule ; même si elle se défend toujours aussi bien.

Pendant ce temps, nous suivons le groupe d’Aaron, Jerry, Lydia et Elijah dans leur aventure. Ils se rendent d’une communauté à l’autre, mais sont déviés de leur chemin quand ils croisent quelques zombies. Un accident tout bête fait que Jerry se blesse à la jambe et tout le groupe s’arrête alors dans un petit village fortifié où… personne ne les attend ?

C’est étrange un tel lieu laissé à l’abandon en pleine apocalypse zombies ? Il devrait au moins y avoir un groupe pour protéger les lieux. J’ai du mal à comprendre et je suis plutôt team Jerry qui remarque à quel point c’est un lieu stratégique. En même temps, difficile d’être dans une autre team, entre Elijah & Lydia qui n’assument pas d’être un couple (merci Lydia) et Aaron qui est frustré de ne pas réussir à tailler son arme.

Allez comprendre pourquoi il est de mauvaise humeur, là, mais en tout cas, il se décide à jouer les conseillers sentimentaux pour Lydia. Il sent bien que son problème avec Elijah est la peur de l’attachement alors il se met, contre toute attente vraiment, à lui parler d’Eric. Pardon ? Les scénaristes se souviennent donc de l’existence d’Eric ? Et de l’homosexualité d’Aaron ? Et ils leur donnent une backstory mignonne après tout ce temps ?

C’est complètement fou. En plus, il est de bons conseils : il explique à Lydia qu’elle ferait mieux de profiter du temps qu’elle a pour elle avec lui plutôt que de le faire languir et de vivre ensuite dans les regrets. En plus, elle manque de peu de rester coincée dans les regrets avec la fin de l’épisode qui voit un rôdeur – un zombie donc – se retourner sur leur passage, puis ouvrir les grilles qu’Aaron et elle avaient bien fermées.

Pire encore : Lydia et Aaron sont forcés de réveiller Elijah et Jerry car ils sont entourés par des zombies, et par des Chuchoteurs ! Il y a en effet un zombie qui s’avère capable d’ouvrir une porte, puis de monter à une échelle. C’est complètement terrifiant, mais ça l’est encore plus quand Aaron découvre qu’il ne s’agit pas d’un Chuchoteur, mais bien d’un zombie. Un zombie capable d’ouvrir les portes et monter les échelles, comme dans les pires rumeurs existantes.

Le lendemain matin, le groupe ne s’en remet toujours pas, mais reprend la route. Il y a tout de même une belle différence : Lydia et Elijah sont désormais en couple ; tandis qu’Aaron verrait bien Jerry en roi, comme Ezekiel l’était à une époque.

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.