The Walking Dead – S11E11

Épisode 11 – Rogue Element – 12/20
Aïe, il se passe dans cet épisode ce que je craignais à la fin du précédent, à savoir qu’on s’éloigne des intrigues m’intéressant vraiment quand je regarde cette série pour se concentrer sur des trucs moins prenants et des personnages que j’aime moins. Ce n’était pas glorieux comme épisode et ça donne envie que la série se termine vite, honnêtement. Ils peuvent faire tellement mieux que ça !

Spoilers

Eugene file le parfait amour avec Stephanie… jusqu’à ce que…

There was never any Stephanie.

Finir la semaine par un bon rattrapage de cette série me paraissait une bonne idée, mais j’avoue que la perspective de voir cet épisode commencer par un gros plan sur Eugene, ce n’était pas réjouissant. En plus, on nous fait croire que Stephanie est vraiment à fond dans ce qu’elle lit du roman qu’il a écrit alors que… Bon. C’est Eugène quoi, j’ai du mal à y croire. Après, il est fou amoureux d’elle lui aussi, donc c’est peut-être logique qu’elle soit un peu aveuglé par son soi-disant talent.

L’amour rend aveugle. Il lui offre une clé de chez elle et part voir Princess pour tout lui raconter alors que Stephanie reste à lui sourire bêtement au balcon. Mais quelle angoisse ce début d’épisode ? Cela va être long si toute la fin de saison – on s’en approche déjà à grand-pas cela dit – est dans cet ordre d’idée-là.

Avec cette série, je me doute que ce ne sera pas tout à fait le cas et je suis bien content de voir rapidement le sourire d’Eugène s’évanouir quand Stephanie ne se pointe pas à leur rencard suivant. Par contre, QUI laisse fondre deux glaces ? Déjà QUI achète une glace avant qu’elle ne se pointe ? Où est la logique là-dedans ?

A la musique, on comprend qu’on doit s’inquiéter pour Stephanie quand il joue les stalkers : il y a clairement un mystère à élucider. Moi qui pensais qu’elle lui foutait un lapin, tout simplement. Ce n’est pas le cas : on nous révèle qu’elle fait sa valise à la hâte… Allez savoir, il a dû se passer un truc grave en coulisses. Je ne doute pas qu’on y reviendra, mais pour l’instant, j’en ai rien à foutre. Ou plutôt, je suis content que le sort s’acharne sur Eugène, car je ne suis pas sympa.

L’avantage, c’est que ça permet de suivre à nouveau la vie de Stormtrooper-Rosita : en bonne policière, elle est contactée par Eugene pour mener l’enquête sur la disparition de Stéphanie. Face à cette disparition, tous les amis d’Eugène se mobilisent : Princess débarque donc à son appartement pour lui remonter le moral comme elle peut, mais c’est pour mieux le retrouver en train de déjà se prendre pour un cinglé qui mène sa propre enquête sur Stéphanie.

Eh, franchement, en très peu d’épisodes, Princess a réussi à vraiment s’imposer dans la série, non ? On ne comprend pas trop par contre comment le temps passe dans cet épisode par contre : il y a clairement plusieurs jours entre les scènes, mais ce n’est pas si évident que ça pourtant. En tout cas, entre deux bouteilles d’alcool et avec une vessie pas complètement vidée, Eugene commence son enquête en interrogeant un type qu’il a vu sortir de l’immeuble de Stephanie.

Celui-ci lui sort une excuse toute naze. Roman, c’est son nom, serait un plombier selon lui… Sauf qu’Eugene sait bien que non. Il explique donc à Princess ce qu’il a pu découvrir sur celui-ci. Il se rend régulièrement dans un immeuble où d’autres le rejoignent, sans qu’il ne sache exactement pourquoi. C’est vrai que c’est un peu louche, surtout que l’appartement de Stephanie a été vidé lui aussi bien rapidement et qu’un formulaire de transfert, signé par Stephanie, a été donné à la police. Eugène n’y croit pas du tout et crie au complot.

Bordel, qu’est-ce que c’est que cet épisode ? Rendez-nous les zombies, ça fonctionnait tellement mieux. Là, on a donc une enquête un peu naze menée par Eugene hors écran et un duo avec Princess qui est plutôt efficace, mais dont on peine à comprendre comment il se met en place à défaut d’avoir eu toutes les infos avant. En tout cas, ils pénètrent par effraction chez ce Roman pour en découvrir plus.

S’ils découvrent bien des armes chez lui, Hornsby finit par leur expliquer, une fois qu’ils sont chopés sans trop de surprise par la milice, que les armes sont légales et que Roman est bien un plombier. Si Eugene veut continuer de voir une conspiration dans le départ de Stephanie, Princess est évidemment là pour lui expliquer que non. Je suis persuadé qu’Eugene a raison, mais en attendant, il va falloir considérer que Stephanie a rompu avec lui. Tout ça pour ça ? C’est vrai que c’est frustrant pour lui.

Il refuse donc de croire qu’il n’y a pas de complot, même si Princess pense l’avoir convaincu, et il reprend son enquête sur les mystérieuses réunions de gens se retrouvant dans le bâtiment. Il se fait alors mettre KO par… Stéphanie elle-même. Mouahaha. Elle n’a plus ses lunettes, cette fois, et l’homme mystérieux qu’Eugène n’avait vu que dans l’ombre s’avère finalement être… Hornsby. En tout cas, ça permet enfin à Eugène de comprendre que Stéphanie n’a jamais existé et qu’elle était juste un agent envoyée pour qu’Eugène révèle tout ce qu’il savait sur sa propre communauté.

Il est insupportable. Je veux dire, on le savait ? On l’a toujours dit. Rosita lui a dit il y a deux ans putain. En plus, qu’est-ce qu’il est con, putain. Et qui parle comme il le fait là ? Abrège tes phrases ! Oh non, vraiment, je n’en peux plus, ce personnage aurait dû mourir il y a tellement de saisons déjà ! Eugène s’énerve et s’excite contre Hornsby qui ne lui dit pas un mot jusqu’à ce qu’il soit menacé. Le problème, c’est qu’Eugène n’a absolument aucun levier pour menacer Hornsby. A la photographie, on se fait plaisir avec les lumières pour rendre Hornsby encore plus méchant.

Le problème, c’est que la série nous propose ça en passant vraiment par le mauvais personnage : évidemment qu’Eugène passe pour fou de toute manière et que tout le monde s’en contrefout de lui. Vivement qu’on en revienne à Hilltop, parce que là, Maggie me manque. Bref, toute cette intrigue termine par la révélation que Stéphanie était bien sous couverture pendant tout ce temps et qu’elle aimait malgré tout le roman d’Eugène. Allez savoir pourquoi, il décide alors de le brûler.

Franchement, ça n’a pas trop de sens ça. Cela reste son roman ? Et la fin d’épisode nous joue un sacré mindfuck en révélant qu’il existe malgré tout une véritable Stéphanie entrant en contact avec Eugène…

Pendant ce temps, au journal, Connie insiste auprès de la rédactrice en chef pour lui faire comprendre que Tyler Davis n’avait aucune raison de quitter le Commonwealth et que paraphraser le gouverneur, ce n’est pas faire un travail journalistique. Seulement voilà, le travail journalistique a ses limites quand on vit dans la dernière société encore debout d’un monde post-apocalyptique.

Connie se confronte donc au pouvoir militaire dans cet épisode, et ça vaut ce que ça vaut. On sent qu’elle n’a pas l’intention de lâcher l’affaire, mais ce n’est pas plus exceptionnel que ça pour l’instant. J’imagine qu’elle tombera sur un vrai complot à un moment. En attendant, le chef militaire habituel nous massacre des zombies dans la forêt et revient la voir, tout sanglant, pour un entretien qu’il espère sous le contrôle habituel du Commonwealth.

Ce n’est pas dans les habitudes de Connie, cependant, alors elle l’interroge plutôt sur sa sœur et sur Tyler Davis. En vain. Le stormtrooper rouge a mieux à faire que se griller tout seul, de toute évidence. Il s’énerve en tout cas quand il revient à l’hôpital du Commonwealth et se rend compte que son prisonnier a été transféré sans son accord. Cela l’énerve évidemment, mais je peine à comprendre où la série souhaite en venir à ce point.

En attendant, Connie reçoit chez elle une liste de noms de soldats ayant disparus…

En parallèle, Carole continue de tenter de grimper les échelons hiérarchiques du Commonwealth en prenant des raccourcis bien à elle. Elle continue certes de réfléchir selon ses vieux codes et en considérant qu’elle a ses hommes et le Commonwealth les siens, mais on sent qu’elle se fait une place de plus en plus importante auprès de la hiérarchie de ce nouveau territoire béni, en passant par Hornsby.

Par contre, franchement, pour nous, ce n’était pas la partie la plus intéressante à suivre. Elle se rend en calèche vers un nouveau champ de fleurs (oh oui, Lizzie, regarde les fleurs) où le Commonwealth se ravitaille pour avoir de l’opium dans son hôpital. Oh boy. La vie semble sereine et civilisée dans le Commonwealth, mais ça n’empêche pas le monde d’être post-apocalyptique et les médicaments de manquer.

Hornsby compte en tout cas sur les yeux et oreilles de Carol pour l’aider dans son business avec un certain Moto et il fait bien, parce que ça l’aide à découvrir que Moto exploite ses ouvriers, qui sont en grève. Il n’en faut pas plus pour que Moto soit arrêté par le Commonwealth. Quel genre de droits a-t-il, du coup ?

The Walking Dead – S11E10

Épisode 10 – New Haunts – 16/20
C’est… intéressant ? D’une certaine manière, la série va plus loin que les comics et s’en sépare avec une intrigue qui risque de mettre en place un nouveau fil rouge vraiment inédit. Je ne doute pas que l’idée soit la bonne pour une dernière saison : ils vont juste nous prouver que ça peut s’arrêter car ils auront raconté tout ce qu’ils ont à raconter. Et c’est très bien comme ça.

Spoilers

Nos héros s’installent au Commonwealth. Enfin, pas tous.

Are there thousands more?

Le début d’épisode joue avec nous, clairement : Daryl effectue une petite promenade des horreurs avec les enfants de Rick et Michonne… mais le sourire sur son visage en dit long : ils sont dans une attraction. J’avoue que j’aurais pu me laisser complètement surprendre par cette intrigue absolument dingue si je n’avais pas lu dans les comics que ça risquait fort d’arriver.

Je suis vraiment curieux de ce qu’ils vont proposer comme intrigue pour cette dernière partie de la série : la vie est suffisamment calme après six mois pour que les personnages qui étaient sur les dents il y a dix minutes dans la série soit relaxées au point d’organiser un festival dans lequel une attraction met en scène des zombies et des humains jouant des zombies.

C’est quand même dingue, et ça l’est d’autant plus qu’on nous apprend que tout ça se passe un mois seulement après la tempête de l’épisode précédent. Cinq mois avant le cliffhanger, donc. Au bout d’un mois au Commonwealth, Judith commence à se faire de nouveaux amis alors que Carol bosse désormais en cuisine pour la communauté. Pas un grand changement pour elle, mais elle a plein d’aliments pour faire la cuisine et fêter Halloween avec tout le monde.

Bon, c’est bien beau tout ça, mais ça ressemble vraiment à un épisode final à ce stade. Daryl en est à envisager d’inviter Connie à danser, alors que la sœur de celle-ci est désormais appareillée pour entendre à nouveau. Vraiment, on sent que les personnages ont repris de mauvaises habitudes et sont installés dans un train-train très agréable : Connie est carrément redevenue reporter, comme elle l’était avant l’apocalypse. Par contre, où était la série quand j’avais besoin d’un point tigre pour le Bingo ? Parce que là, on a toute une famille qui se déguise en Shiva, allez savoir pourquoi, alors qu’Ezekiel en est à préparer le terrain pour ses adieux. Il a un cancer après tout.

On sent bien que Carol s’inquiète encore pour lui, d’ailleurs, et ça fait tout bizarre de les retrouver ensemble dans une même scène pépère. Elle en est au point de s’infiltrer dans l’hôpital pour en savoir plus en lisant son dossier quand il lui dit que tout va bien. A priori, elle a raison, puisqu’il apprend qu’il est 147e sur la liste d’attente des chirurgies du Commonwealth, ce qui signifie qu’il n’a aucune chance d’être opéré à temps.

Ce serait catastrophique si le frère de Yumiko ne lui donnait pas toutes ses informations à elle, Carol. Il lui dit qu’il n’aura pas de chirurgie sauf si par miracle il remontait dans la liste d’attente… Mais bon, on sait déjà comment ça finira du coup : Carol va faire de la merde pour le sauver, probablement. Difficile de se plier aux règles après l’Apocalypse. Carol ne perd rien de ses mauvaises habitudes et se met ainsi à fouiller les poubelles de Pamela pour comprendre qu’elle cherche du bon vin.

Carol sait s’y prendre pour en trouver : elle se rend dans un magasin, vérifie les reçus et les adresses de livraison, puis se rend à la recherche d’une des meilleures bouteilles. Au passage, un bon nombre de bouteilles est ruiné par des zombies, histoire d’avoir une petite scène d’action comme elle se promène seule. Il n’y a toutefois aucun suspense, on sait bien qu’elle va s’en tirer.

Elle peut ainsi rentrer au Commonwealth avec une caisse pleine de bouteilles de vin qu’elle transmet pour obtenir un traitement de faveur. Ah, un point du Bingo Séries, ça commençait à faire longtemps. J’ai bien aimé la scène, et j’ai aimé que ça nous mène à un gala où l’on apprend que Magna s’est trouvée une nouvelle utilité en tant que serveuse. Et oui, elle sert Yumiko et son frère stressé.

En parallèle de tout de ça, nous découvrons que Daryl et Rosita sont désormais voisins dans des immeubles miteux, à défaut de pouvoir payer un loyer plus élevé. C’est plutôt marrant à voir, surtout qu’ils sont en galère à essayer de devenir des soldats du Commonwealth. Si on sait déjà que ce sera un succès pour Daryl, on sait aussi que ce ne peut se faire en quelques jours. Après un mois sur place, il échoue encore aux exercices assez simples.

J’ai beaucoup aimé l’exercice d’ailleurs, qui consistait à entraîner les recrues à bosser ensemble. C’est un vrai plaisir de voir Rosita y arriver si bien et s’intégrer sans aucun mal avec son partenaire, puis avec Daryl lorsqu’il est « puni » en étant « volontaire » pour superviser l’entraînement de Sebastian, le fils de Pamela – le grand peureux qui s’en prend tout de même seul à deux Walkers. Ce n’est pas si mal, et c’est plus que je ne ferais à sa place.

Inutile de dire que Daryl n’a pas la patience de voir ça et qu’il n’hésite pas à tuer le zombie, et tant pis s’il le fait devant Pamela, la fille d’un ancien président et la gouvernante actuelle du Commonwealth. C’est une manière comme une autre de se faire remarquer, mais tant qu’à faire, je préfère les manières de Princesse. Cette dernière est devenue commerçante, et elle laisse la nouvelle amie de Judith lui acheter un CD. C’est suffisant pour donner envie à Judith et son frère de rester sur place, même après les travaux de restauration d’Alexandria. Ils ont pourtant un appartement tout pourri.

Princesse, elle, sait comment se placer : elle continue de draguer Mercer, mais elle le fait désormais en public, en plein milieu du gala. Cela lui permet d’obtenir son entrée sur place et c’est plutôt une bonne chose, parce que je l’aime bien et ça ne me dérange pas de savoir qu’elle obtient son entrée dans la haute société aux côtés de Yumiko ou Connie. Ben oui, Connie a le privilège d’interviewer Pamela.

Elle commence par des questions simples sur le Commonwealth et les fêtes qui y sont organisées, mais très vite, on comprend qu’elle a des questions sur la division entre haute caste et classe moyenne, voire carrément pauvre. Connie a eu le bon instinct sur ce coup-là : il y a parmi les serveurs de l’événement un type qui n’est vraiment pas pour le Commonwealth et ses méthodes. En fait, il est même carrément là pour un attentat.

Je m’attendais à la mort de Pamela, mais ce n’est pas ce que nous obtenons : le type se contente de la critiquer publiquement, ce qui est déjà énorme, avant de taillader le tableau de son père. Ma foi, l’arme du crime est un couteau, je crois. Pas sûr de le valider vraiment comme un point du Bingo Séries pour autant. Bon, l’ex soldat a donc tout perdu quand il s’est fait battre par un soldat et il est devenu un anonyme de la société vraiment pas heureux par son destin.

Il prend donc en otage l’assistante de la gouvernante devant tout le monde, avant de se rétracter et s’enfuir quand il comprend qu’il a merdé. Daryl part à sa poursuite et parvient à l’arrêter sans trop de mal, en profitant pour un coup stratégique très malin : il le livre à Sebastian qui peut ainsi se faire mousser auprès de sa mère. C’est probablement comme cela que Daryl obtient sa place dans l’armée, avec une scène intéressante en fin d’épisode où il enfile son uniforme de Stormtrooper pour la première fois… quand Judith essaie pour la première fois une robe. Le parallèle était sympathique et fonctionne bien.

Quant à l’attentat, il est utile pour l’intégration de nos héros, parce que ça permet à Rosita de jouer les flics avec Magna, sous les ordres de Mercer. Ce n’est pas très efficace, parce que Magna ne sait rien, mais elle est capable de lui souligner que le Commonwealth ne vaut pas mieux qu’une grande ville avant la chute… Et c’est intéressant. J’aime l’idée d’une dernière mi-saison où tout est calme et politique, ça va bien nous montrer qu’ils auront fait le tour de ce qu’ils avaient à raconter.

Après, je m’attendais vraiment à un attentat plus violent que ça – et à la mort de Pamela. Ce n’est finalement pas le cas. Tant pis ? Il reste des épisodes après tout, et la fin d’épisode nous confirme qu’une résistance à la hiérarchie du Commonwealth se met en place dans la communauté. Su-per. Les gars ont une société qui les protège de l’apocalypse zombie, et il y a encore des extrémistes, même sans les réseaux sociaux ?

Un peu déprimant. Autrement, on nous indique au détour d’une réplique que Lydia est restée avec Maggie, et je me demande ce qu’il en est pour le personnage. Qu’ont-ils en stock pour elle ? J’espère que ce sera mieux que l’intrigue de Carol qui accepte de se mettre au service (secret) de l’assistant de la présidente pour lui fournir plein de trucs. Je sens que ce sera lui le vrai chef de la Résistance. On a encore un peu de temps pour voir venir de toute manière.

The Walking Dead – S11E09

Épisode 9 – No Other Way – 17/20
Si j’ai une petite déception du côté de la résolution des cliffhangers et de l’avancée trop rapide de l’intrigue, je suis tout à fait satisfait de retrouver la série. Elle me manquait vraiment, et c’est quand même frustrant de se retrouver à écrire ça alors qu’elle revient pour sa dernière mi-saison. L’épisode est plutôt réussi et j’aime comment toutes les pièces du puzzle se mettent en place.

Spoilers

Le feu d’artifice est moins impressionnant que prévu. La tempête finit de sévir.

The path of peace is hard.

Bon, j’espérais rattraper tout mon retard dans cette franchise avec le #WESéries et c’est un échec cuisant. Je n’ai même pas rattrapé tous mes hebdos, mais ce n’est pas grave, je vais au moins pouvoir reprendre cette série-là avant de me faire spoiler. La catastrophe ? Pas pour mon niveau atteint, je n’ai pas encore calculé, mais je pense que je suis vraiment bien parti pour ce week-end, même si ce n’est pas du tout ce que j’en imaginais.

Je n’imaginais pas non plus une telle reprise pour la série : on reprend exactement où nous en étions, avec le feu d’artifice promis. C’est assez violent à vrai dire, parce que les zombies se prennent des artifices et explosent ensuite. Le chaos promis est toutefois rapidement mis de côté par le fait que nous suivons uniquement Maggie pendant cette attaque. Elle réussit fort heureusement à se mettre à l’abri, même si ce n’est pas gagné. En effet, un de ses ennemis la repère assez vite.

Elle parvient heureusement à s’en débarrasser, avant de retrouver, comme de par hasard, Negan. Ah, ce duo va vraiment porter la saison, et on les retrouve une fois de plus rapidement en malentendu. En effet, Negan est d’avis de s’enfuir au plus vite alors que Maggie refuse de quitter les lieux tant qu’elle n’aura pas retrouvé Daryl et Gabriel. Les lieux ? Ils ont réussi à se planquer dans une cachette secrète de l’infirmerie. C’est gros, mais on ne va pas en tenir rigueur trop longtemps au scénario, hein. C’est toujours moins gros que le fait qu’apparemment aucun personnage principal ne meure suite à l’énorme feu d’artifice.

Cette dernière saison manque un peu d’ambition, mais j’imagine que le but est de tuer plus tard les personnages principaux. En attendant, Gabriel survit donc, en partie grâce à Daryl qui empêche Austin de lui tirer dessus. Le pire, c’est que Gabriel n’en sait rien car il n’a même pas remarqué le danger. Daryl tue ainsi Austin, et c’est vraiment dommage parce que tout se joue à quelques secondes. Je ne voulais pas forcément qu’il meure lui. Quant au fait que Daryl trouve aussi rapidement de quoi se cacher dans un lieu improbable, derrière un tableau jamais effacé de toute l’épidémie zombies, c’est vraiment abusé.

De son côté, Gabriel se retourne nez à nez avec un autre de ses ennemis et… Boring ? C’était soporifique le discours religieux qui s’installe à nouveau entre les deux hommes. Certes, ils sont dans une Eglise de fortune, mais ça ne m’intéresse pas trop de savoir que Gabriel n’entend plus Dieu alors que son ennemi si. En plus, le discours sur la difficulté d’atteindre la paix là… Ce n’est vraiment pas le bon moment.

Le timing avec l’actualité mondiale est désastreux : Gabriel fait semblant de croire à la paix avant de planter un couteau dans le ventre de son ennemi. Franchement. Il le fait en profitant d’une diversion sonore qui est, je crois, le bruit que font Maggie, Negan et leur pote Elijah quand ils cherchent à abattre Carver. Celui-ci est à leur recherche et même quand nos héros lui tendent un piège à trois contre un, il parvient encore à les mettre vraiment à mal. J’ai du mal à croire que Negan ou Maggie soient si rouillés qu’ils n’arrivent pas à mettre KO un seul type.

Ils arrivent finalement par la ruse à l’assommer et Maggie sur le point de le tuer quand elle est arrêtée de justesse par Daryl. Retrouvant ses amis, il parvient à les convaincre de ne pas tuer Carver, parce qu’ils peuvent s’en servir comme monnaie d’échange avec Leah, même si ça ne plaît pas du tout à Elijah. Forcément, puisque Carver a tué sa sœur.

L’échange ne se passe pas à merveille, cela dit : Leah utilise un sniper pour faire pression sur Daryl et refuser son marché, qui était de lui laisser Carver s’ils s’enfuyaient et leur laissaient la ville. Elle fait une erreur monumentale : Gabriel s’occupe de son sniper et parvient à les sauver à temps. Maggie est d’avis qu’il faut tuer tout le monde tant qu’on y est, mais fort heureusement, Daryl est encore capable de négocier la paix comme il peut.

Avant de prendre la décision, Maggie consulte quand même Negan, ce qui est assez incroyable. Malgré tout, si elle accepte de laisser partir Leah et deux de ses hommes, elle refuse de lâcher Carver. Elle veut sa vengeance et elle l’obtient. Alors que Leah et ses hommes s’enfuient, elle leur tire dessus. Ils sont de dos, c’est carrément abusé de sa part.

Negan reste stoïque face à cette Maggie qui brise sa promesse sans scrupule, mais ça énerve franchement Daryl de savoir que Maggie ne tient pas ce qu’elle dit. Il poursuit Leah, simplement blessée ça tombe bien, et lui rappelle qu’il espérait quand même une seconde chance pour eux deux. Il la laisse partir et revient vers Maggie, mais le froid entre eux est probablement définitif à ce stade de la série.

J’adore Maggie, mais vraiment, j’ai du mal avec ce qu’elle est devenue cette saison. Cela reste l’un des personnages que je préfère pour la série – et j’aime vraiment ce qu’ils ont réussi à faire de son duo avec Negan. Pour la fin d’épisode, Maggie se rend aussi à la recherche d’Alden. Je dois bien avouer que j’avais oublié qu’on l’avait abandonné dans une cabane dans les bois. Le pauvre.

Malheureusement, quand Maggie arrive sur place, tout ce qu’elle retrouve, c’est un zombie. Et non, ce n’est pas le zombie d’Alden. Le suspense fonctionne vraiment, je dois dire, et j’ai vraiment cru qu’il allait survivre. Je suis dégoûté de constater que ce n’est pas le cas et ça fait vraiment mal de le voir en zombie. On n’a même pas le temps de le reconnaître tellement il est zombifié, mais Maggie prend le temps le pleurer. Je suis dégoûté de la mort de ce personnage – ce n’est pas mon plus grand drama, mais vraiment, j’espérais mieux pour lui.

Maggie prend le temps d’enterrer Alden… et elle se retrouve confrontée à Negan. Celui-ci a bien compris qu’elle n’hésiterait pas à trahir sa promesse comme elle vient de le faire avec Leah. Il décide donc de s’enfuir seul de son côté, prenant même le risque de lui tourner le dos, plutôt que de la tuer. Bon, tant mieux.

Cela n’empêche qu’il ne reste finalement plus que Daryl, Elijah, Gabriel et Maggie pour rentrer au bercail. C’est violent et triste…

Pendant ce temps, la tempête a continué toute la nuit et les zombies envahissent la maison de nos héros. On reprend avec Rosita et Lydia acculées par les zombies dans l’escalier de la maison. Rapidement, elles apprennent que Gracie et Judith ne sont pas en sécurité, mais elles ne peuvent pas y faire grand-chose les pauvres.

A la cave, Gracie et Judith sont prises au piège. Elles comprennent bien que les zombies vont réussir à entrer et les rejoindre, alors que le reste de la cave est en train d’être submergé par les eaux. Cela fait un bon scénario, je dois dire, et j’ai aimé constater à nouveau que Judith était pleine de ressources, comme les adultes de la série. Eux, ils sont occupés ailleurs, avec Aaron qui se rend compte que la pluie ne suffit pas à arrêter les flammes qui se sont déclenchées suite à l’orage, au contraire : le vent renforce l’incendie.

Connie et Magna proposent de s’en charger, pendant qu’Aaron entend le signal de secours, un sifflet, de Gracie et se précipite. Il est vraiment temps qu’il vienne l’aider, parce que les zombies ont pénétré la cave et Judith a réussi à perdre son sabre dans l’eau. Bref, c’est la merde et je dois dire que la scène était vraiment prenante, comme dans les premiers temps de la série.

Aaron prend tous les risques pour sa fille, n’hésitant pas à plonger dans la cave pour tuer un zombie, avant qu’un autre en arrive à manquer de le noyer. Ben oui, sous l’eau, les zombies survivent très bien eux. Je m’attendais vraiment à la morsure d’une des gamines… et finalement rien de tout ça n’arrive. La série continue de manquer d’ambition, peut-être, mais ce n’est vraiment pas grave, car le suspense était là. Et puis, la scène où Aaron se retrouve bloqué dans l’eau au milieu des zombies qui tombent en masse dans la cave, elle, était carrément efficace.

La résolution de tout ça est un peu décevante : après un moment de tension où Aaron s’accroche à la vie grâce à une canalisation qui cède sous son poids, Lydia parvient à le rejoindre et lui sauver la vie en utilisant une corde. Je ne suis pas fan de la coupe mise en place dans la narration de la série ; mais bon, l’essentiel de l’action était passée de toute manière.

Tout le monde s’en sort donc en vie, même si on ne saura pas exactement comment Rosita et Dianne s’en sortent depuis les escaliers pleins de zombies ou comment Aaron a réussi à choper la corde sans se faire mordre.

En tout cas, tout ça permet d’en arriver à une fin d’épisode chargée en émotions : elle marque les retrouvailles pour les personnages – et notamment pour Daryl et Connie, c’était si chouette !! – et les découvertes désastreuses. Ils n’ont plus vraiment de maison et Alden est mort, principalement. Il y a du bon et du mauvais, et ses retrouvailles m’ont vraiment fait penser à LOST.

Les retrouvailles paisibles, malgré le tas de bouffe ramené par Maggie et Daryl, sont de courte durée : c’est au tour d’Eugène d’arriver avec une délégation du Commonwealth. Et alors que Lance Hornsby nous fait un petit discours pour convaincre Daryl et Maggie de les rejoindre – car c’est eux les chefs des communautés qu’il a devant lui, sincèrement – la série nous fait un sacré pied de nez.

Elle effectue un nouveau flashforward de six mois. Je ne l’avais pas vu venir, contrairement à son contenu qui se devine facilement : Maggie est de retour à Hilltop, avec Elijah, et fait face à l’arrivée de soldats du Commonwealth menés par… Daryl. Je ne peux m’empêcher d’y voir des Stormtroopers, mais bon.

The Walking Dead – S11E08

Épisode 8 – For Blood – 18/20
L’épisode prend peut-être un peu trop son temps au début, mais assez vite, on comprend vers quoi on se dirige et c’est vers une fin de mi-saison franchement efficace. Les cliffhangers donnent envie d’avoir la suite au plus vite, et avant d’y arriver, on a des évolutions parfaitement logiques. Les scénaristes prennent le temps de développer correctement les personnages pour que chaque décision soit cohérente, et c’est loin d’avoir été toujours le cas dans cette série. Un très bon épisode, donc.

Spoilers

Pope est impressionné par les tactiques de Maggie, qui ne se doute pas que les personnes pour qui elle se bat font face à une sacrée tempête.

Somehow, she has turned the dead against the living.

Toute une horde de zombies se dirige vers le campement de Pope, ce qui ne rassure pas trop ses hommes. Seulement voilà, les zombies restent pépère à proximité, donc tout semble bien se passer et Wells, l’un d’entre eux, est choisi pour mener au loin les zombies. Pas de bol pour lui, il n’a pas affaire à une simple horde de zombies, mais à Maggie et Negan. C’est con pour lui : il découvre l’efficacité des méthodes d’Alpha en se faisant bouffer par des zombies après quelques coups de couteaux.

Je suis triste pour lui, franchement, il n’avait certainement pas demandé ça. En plus, on nous révèle que Pope soupçonnait depuis le départ que Maggie était derrière tout ça, mais de manière si peu claire que j’ai cru un moment qu’il connaissait Alpha. Ce n’est évidemment pas le cas, seulement, il comprend bien vite que Maggie a trouvé une solution pour contrôler les zombies. Cela n’est pas très rassurant, surtout quand les zombies s’approchent des barricades, au beau milieu d’un moment gênant pour Daryl avec un interrogatoire de plus sur Maggie.

Le plus gênant pour Daryl, c’est toutefois de comprendre qu’il y a des mines tout autour du camp entre les zombies et la barricade : il a bien compris que parmi les zombies, il y a ses amis, hein. Il fait tout ce qu’il peut pour les protéger, n’hésitant pas à tuer son pote de cigarettes d’un soir et à leur indiquer la voie pour trouver la bouffe, dont il a fait sauter le cadenas, tant qu’à faire. Grâce à son aide, Gabriel et Maggie peuvent donc entrer dans le campement.

Une fois à l’intérieur de celui-ci, Maggie utilise une voiture-bélier pour ouvrir la barricade du campement, et elle fait bien : à quelques secondes près, les hommes de Pope allait utiliser une arme sacrément inquiétante sur tous les zombies, et donc sur les potes de Maggie aussi. Nos héros sont plutôt du genre à être increvables, heureusement : Daryl révèle ainsi à Shaw toute la vérité sur son plan.

Ensemble, ils empêchent ainsi Pope de lancer l’arme meurtrière sur le champ de bataille : Daryl veut sauver Maggie et ses potes, Shaw veut sauver ses hommes, contrairement à Pope qui comptait sur Dieu pour les sauver. Il ne s’attendait certainement pas à ce que Shaw décide ainsi de le tuer, le poignardant en pleine gorge comme si de rien n’était. Elle laisse tomber ses principes pour lui, mais pas pour le reste : elle accuse aussitôt à la radio Daryl d’avoir tué Pope. Tout le monde apprend donc la mort de Pope et Daryl n’a pas vraiment le temps de dire au revoir à sa copine qu’il est déjà obligé de sauter par-dessus la barricade pour survivre.

Enfin, ça, c’est ce qu’il espère. En pratique, Shaw n’hésite pas à utiliser l’arme meurtrière de Pope sur le champ de bataille, mais APRES avoir demandé à ses hommes de se retirer. Contrairement à Pope, elle prend donc le risque de laisser ses ennemis se douter de quelque chose. Et elle fait bien, Maggie et Negan sont trop stupides à ne pas comprendre qu’il y a un danger quand les hommes contre lesquels ils se battent se retirent. Ils restent donc plantés là au moment où l’arme s’apprête à s’enclencher. Cela fait un excellent cliffhanger qui laisse TOUS les personnages en danger : des artifices sont lancés contre eux sur le champ de bataille…

Pendant ce temps, à Alexandria, une tempête qu’on a vu arriver depuis deux épisodes se déchaîne sur le campement… et ce n’est vraiment pas une bonne nouvelle. En effet, la tempête est destructrice : tout le monde se réunit dans une seule maison, mais de celle-ci, Rosita constate qu’un bout du mur de protection est arraché et se balade dans les rues de la ville.

C’est super problématique et ça mène aussitôt à un plan d’action où Carol, Kelly et Connie se rendent en-dehors de la maison pour la protéger des zombies. Aaron sort lui aussi, pour renforcer si possible la barricade. Si Judith aurait aimé pouvoir aller avec les adultes, elle est obligée de rester en arrière pour « rassurer les autres enfants ». Et ça fonctionne : Gracie accepte de rester avec elle, avant d’admirer son courage à n’avoir peur de rien. Virgil se retrouve à jouer les babysitters pour elles, mais il n’est pas bien efficace, si vous voulez mon avis… mais il était cool de le voir parler de Michonne avec Judith, qui ne se remet toujours pas du départ de sa mère. Forcément.  

En effet, Grace se retrouve bien vite attrapée par un zombie. Judith est toujours très efficace quand il s’agit de lutter contre les zombies, mais ça pose tout de même un problème : la maison est entourée quoi. Reste à savoir ce que font les équipes en dehors, mais en attendant, on suit ce qu’il se passe à l’intérieur, et c’est brillant à voir. Je veux dire, j’ai toujours été fan de Rosita, mais depuis une saison ou deux, elle a toujours les meilleures scènes à Alexandria.

Cette fois, c’est donc elle qui se dévoue, malgré son bébé qui pleure dans la maison, pour sortir sous la pluie et nous dégommer tous les zombies qui essaient d’approcher. C’est juste brillant à voir et, un peu comme Judith, je n’arrivais pas à détourner le regard de Rosita. Elle agissait en vraie queen dans cet épisode, tout simplement, et ça fait toujours plaisir ce genre de scènes.

Malheureusement, elle est débordée par tout ce qu’il se passe et elle comprend qu’il va falloir abandonner la maison. Elle s’organise donc comme il faut pour le faire, mais elle oublie de vérifier que Judith et Grace la suivent bien. Pour sa défense, elles sont censées être parties depuis un moment et Rosita se concentre sur Coco, laissant Lydia en dernier rempart temporaire contre les zombies. Elle ne pouvait pas non plus prévoir que Gracie allait faire de la merde à se rendre dans une cave pour trouver une arme contre les zombies.

Sérieusement. Les enfants sont infernaux dans les séries, à l’exception de Judith qui agit en adulte… mais trop tard. Pas aidée par Gracie, elle se rend compte qu’elles sont en fait piégées dans la cave, qu’elle ferme à clé pour se protéger des zombies. D’un côté, les zombies, de l’autre, des fenêtres brisées et un début d’inondation. Non, vraiment, les personnages de la série ne sont pas aidés non plus, je reconnais.

C’est un putain de double cliffhanger cet épisode, et dans les deux cas, je vois la cohérence des actions de chaque personnage. Shaw n’allait pas tuer Daryl directement, mais elle lui dit clairement qu’elle va protéger sa famille quoiqu’il en coûte. Grace fait de la merde, mais c’est une enfant apeurée. L’oubli de deux enfants qui ne sont pas où ils devraient être ? Crédible.

Putain. J’ai hâte de voir la série revenir – et je suis content d’avoir gagné un mois sur le temps à attendre en ayant tant de retard dans mon visionnage. Plus qu’à rattraper le reste de la franchise, maintenant.