The Walking Dead – S11E23

Épisode 23 – Family – 19/20
Il n’y a plus de doute, on se dirige à grands pas vers une fin de saison avec un épisode qui était franchement réussi. Cette saison a réussi à plusieurs reprises à me rappeler ce que j’avais pu aimer pendant ces onze saisons, et cet épisode le fait très bien aussi, avec quelques rebondissements et une situation qui se complexifie au fur et à mesure que les intrigues se croisent. Franchement, ils sont capables de réussir la fin à ce stade. Et je n’aurais pas parié dessus il y a quatre ans.

Spoilers

Nos héros prennent le train du Commonwealth dans l’espoir de retrouver Coco et les enfants.

Stop the dead before it’s too late!

J’ai beaucoup hésité avant de lancer cet épisode, me disant que je pouvais tout à fait attendre la semaine prochaine pour me garder les deux derniers épisodes en même temps… Mais la vérité, c’est qu’après l’épisode 22, il est dur de patienter. Et puis, allez savoir si j’aurais le temps pour deux épisodes dimanche prochain.

En tout cas, pour un avant-dernier épisode, l’introduction avait déjà des airs de fin : j’ai adoré avoir la voix off de Judith avec une petite musique entraînante et des plans sur une malle pleine d’armes où chacun venait se servir – en parallèle de plans où chaque arme a été utilisée dans la série. C’était simple et efficace, ça reflétait bien ces onze saisons et ça parvenait à ne pas tomber trop dans le ridicule. Et puis, cela fait plaisir de voir certains nouveaux personnages (ils le resteront toujours) parmi ce montage de début. Genre, Lydia, Kelly ou Yumiko font partie de la famille désormais.

Au passage, la série fait quelques clins d’œil en nous parlant de Lori et Carl, alors que Judith récupère le flingue de son père dans la malle. Le chapeau de Carl ? Il est passé par Judith à son petit frère, avant qu’elle nous tease le jour où tout changera pour toujours. Ils auraient pu nous éviter cette formulation maladroite car trop entendue franchement.

Après le générique, nous retrouvons une Rosita toujours aussi énervée qu’à la fin de l’épisode précédent qui motive comme elle peut des troupes à se bouger plus vite pour aller chercher les enfants… Pourquoi pas ? D’autres sont déjà en train de parler de conduire le train, et j’adore l’idée.

Negan, lui, s’inquiète auprès de Maggie de savoir comment elle compte faire pour se venger – sachant très bien que s’ils laissent Pamela en vie, personne ne sera sain et sauf. C’est un peu du foutage de gueule venant de lui.

Il parle de ça à Maggie alors qu’elle avait été empêchée de le tuer si proche du but. En plus, il ose s’associer à elle comme s’ils étaient un duo efficace… Et bien sûr, ils le sont, mais de là à l’expliciter à Maggie ? Elle l’envoie bouler, évidemment, avant d’aller faire un câlin à Hershel qu’elle laisse une fois de plus derrière elle. Negan laisse quant à lui sa femme derrière lui.

Daryl aimerait laisser derrière lui Judith, mais elle ne se laisse pas faire cette fois-ci : elle sait bien que son frère et ses parents ne se sont pas battus pour avoir un monde si pourri et elle veut se battre pour obtenir un futur heureux. Comme Carl à l’époque. Le discours vient d’une gamine de dix ans, mais apparemment, ça suffit à ce que Carol change de perspective et recommence à penser au futur. Partant de là, ça suffit aussi à ce que Daryl accepte qu’elle vienne avec lui. Bon, que Carol ne vienne pas pleurer d’avoir encore perdu un enfant après !

Tout le monde monte finalement à bord du train pour rejoindre plus vite le Commonwealth. Il y a clairement un wagon pour le commandement du groupe, mené par Rosita (inévitablement), Gabriel, Maggie, Carol et Daryl, toujours accompagné de Judith. Cela leur permet d’établir un plan assez rapidement, dans le seul but de récupérer Coco.

Dans un autre wagon – ou plus loin dans le même, ce n’est pas bien clair, Magna, Connie et Kelly parlent avec le soldat qui avait voulu s’en prendre à Pamela, histoire que l’on apprenne à connaître ce personnage. Cela me paraît un peu tard pour introduire de nouveaux personnages quand même. En plus, Princess a été clair : ils ont un but qui n’est pas de papoter, mais de réussir à rétablir la radio.

Même s’ils sont en train, les personnages passent un bon moment à se rendre au Commonwealth, tout de même. Cela laisse l’opportunité à Negan de remercier Ezekiel : c’est quand même grâce à lui s’il est encore en vie. Si tout ça n’est pas ironique, franchement ! Ezekiel se justifie en expliquant qu’il ne voulait pas le voir mourir de manière trop facile, préférant le voir se morfondre. Il lui raconte ensuite sa vie et son opération, et franchement, je n’ai pas trop compris pourquoi. C’est quoi son but ? Devenir pote avec Negan ? A priori, non.

Celui-ci semble le prendre comme ça quand même, expliquant qu’il a préféré se dénoncer comme le traître auprès du chef de la prison Alexandria afin de se racheter. S’il était mort comme ça, alors sa femme aurait eu une meilleure histoire à raconter à leurs enfants. Maggie l’entend expliquer sa volonté de devenir une meilleure personne, et ça la laisse songeuse apparemment.

De son côté, Judith confie qu’elle n’a plus eu de nouvelles de sa mère à la radio depuis un moment. Cela fait plaisir de réentendre parler de Michonne, même si ça montre aussi que ce n’est pas hyper crédible de l’avoir à errer quelque part au loin alors que Judith est encore en vie – même si c’est pour retrouver Rick. Ce serait bien aussi de voir Michonne revenir pour le dernier épisode, mais bon.

Pendant ce temps, au Commonwealth, Mercer ramène Eugène auprès de Max et de Yumiko. Il n’a pas souhaité les prévenir avant, pour éviter d’impliquer trop de monde, mais maintenant, il a besoin d’elles pour continuer d’agiter le peuple du Commonwealth le temps qu’il trouve assez de soldats souhaitant s’en prendre à Pamela.

C’est un plan qui pourrait fonctionner, mais bordel, qu’est-ce qu’il doit regretter d’avoir sauvé la vie d’Eugène ! Celui-ci reste insupportable et le sera donc jusqu’au bout de la série : il le remercie de rejoindre la longue liste des gens lui ayant sauvé la vie (putain, mais faut se remettre en question ?) avant de demander ce qu’il peut faire en ville pour l’aider. COMME SI.

Evidemment, Mercer veut juste qu’il se planque, quoi. En attendant, Mercer va se faire engueuler par Pamela parce qu’Eugene a réussi à s’échapper. Il joue clairement sur les deux tableaux, et son ironie toute douce ne peut pas passer inaperçue auprès de Pamela. Elle demande tout de même qu’Eugène soit tué dès qu’on le retrouvera, sans autre forme de procès ou d’exécution publique. Cela en dit long sur sa perte de contrôle.

Elle envoie une autre soldat surveiller Mercer pendant qu’il continue sa journée, n’ayant plus vraiment confiance en lui, à raison. Mercer joue pourtant le double jeu avec beaucoup d’efficacité : il fait interroger Yumiko, par exemple. Bon, il reçoit aussi un appel radio de Princess qui a réussi à faire fonctionner la radio dans le train, mais ça, personne ne l’entend, heureusement. Princess en profite pour savoir où se positionne son mec, sachant qu’un train plein d’anciens prisonniers ayant des envies de revanche sur Pamela est sur le point de débarquer.

Sans trop de surprise pour nous, Mercer est bien sûr de son côté, mais en vrai, c’était une sacrée prise de risque de la part de Princess de tout lui balancer sans en être sûre. Ils sont interrompus avant d’avoir le temps de se dire beaucoup plus de choses, car une alarme sonne au Commonwealth, pour indiquer la proximité d’une horde de zombies.

Effectivement, il ne faut pas oublier le groupe d’Aaron. Ils sont désormais dans une meute de zombies encadrés par les soldats du Commonwealth, qui ont clairement pour ordre de les ramener près du Commonwealth pour faciliter à Pamela l’évacuation des rues, le respect d’un confinement et le maintien de l’ordre. La peur, c’est un puissant outil pour que les gens restent en place. Pensez donc au Covid. Pardon.

Nos héros sont donc pris au piège, mais ils trouvent une faille dans la surveillance des Stormtroopers. C’était d’autant plus intéressant que ça permettait de montrer que la technique des Chuchoteurs était facile à copier, finalement : il suffit que l’un chuchote et que les autres répètent. Ils ne s’embarrassent même pas avec un masque désormais !

Ils doivent un peu le regretter quand un Stormtrooper ramène une autre horde de zombies et les pousse à poursuivre leur chemin sans s’écarter de la horde avec laquelle ils sont. Ils finissent par trouver une autre stratégie pour s’échapper, en montant à bord d’un van au bord du chemin. L’idée est bonne, mais ce n’est pas si évident quand on fait partie d’une horde de zombie. La femme qui accompagne Luke est ainsi emmenée au loin par les zombies, et elle ne peut pas faire demi-tour pour éviter de se faire bouffer.

Luke choisit donc de la suivre, voyant bien qu’il ne réussira pas à s’en sortir. Elijah se retrouve pris dans un autre flot de zombies l’empêchant de monter dans le van sans se faire remarquer. Malheureusement, Lydia n’est pas prête à le perdre et s’accroche donc à lui, depuis le van, persuadée de pouvoir le tirer jusqu’à elle. Ce n’est pas ce qu’il se passe, loin s’en faut, et je suis dégoûté : elle se fait remarquer par un zombie qui lui mord le poignet… Aaron la force alors à lâcher la main d’Elijah qui poursuit son chemin parmi les zombies, en direction du Commonwealh.

Lydia le prend super mal : il est hors de question pour elle d’abandonner Elijah. C’est beau un jeune amour comme ça, elle en oublie qu’elle va devoir perdre sa main. Par chance, elle est avec Aaron. Il peut au moins lui expliquer que la pire partie est à venir, parce quelle va se faire couper la main, mais que bon, elle est aimée et elle va s’en tirer, comme lui. La pauvre. Je suis quand même heureux qu’elle reste en vie, mais ça nous rappelle que la vie était trop simple pour nos héros ces derniers temps. On n’a plus eu de sacrifice de membres ou de vies depuis un moment après tout.

C’est désormais chose faite, avec Lydia qui prend bien cher dans cet épisode. Elle perd à la fois sa main et son mec, quoi. Elle est au bout du bout quand elle se réveille finalement. Je dois dire que je suis assez surpris : certes, j’aime le personnage, mais je n’avais pas souvenir que l’actrice gérait aussi bien les émotions. Pourtant, elle a déjà eu des épisodes avec des émotions fortes comme ça quand sa mère était là. Et c’est sûrement pour ça que je l’aime ?

Je ne sais pas, en tout cas, là vraiment, ses scènes ont réussi à me toucher. Et je ne pensais pas être encore touché à deux épisodes de la fin. Après, la série cherchait vraiment la merde : Jerry culpabilise de voir Lydia dans cet état et il lui annonce donc qu’il part à la recherche d’Elijah, Luke et Jules… Je trouve que c’est la pire idée du monde. Putain, mec, t’es en sécurité, t’as des gosses et une femme à retrouver, ne va pas t’amuser parmi les zombies, quoi !

Au Commonwealth, le confinement s’organise comme d’habitude, et ça énerve un peu Maxine. Elle tente de voir avec son frère quoi faire, mais lui, il lui ordonne simplement de faire comme d’habitude. Cela n’empêche pas Max de s’inquiéter. Mercer, lui, fait en sorte de dégager le passage pour tous nos héros qui arrivent d’Alexandria.

Comme il prend un peu son temps, le doute s’installe et Carol se sépare du groupe, préférant trouver un autre moyen de s’infiltrer. Il faut toujours qu’elle se fasse remarquer de toute manière. Les autres parviennent à entrer dans le Commonwealth pourtant, débarquant carrément… dans le bâtiment principal.

Pamela continue de faire surveiller Mercer, mais elle ne se doute apparemment de rien quand il évacue tout un secteur – par lequel nos héros entrent dans le Commonwealth – pour aller s’occuper de la meute de zombies. Il faut dire que ça se passe mal pour eux sur le terrain : une voiture de Stormtroopers se crashe après l’attaque d’un zombie qui est parvenu à monter dedans.

Pourtant, quand les héros de la série s’infiltrent finalement dans le bâtiment principal, on comprend bien que c’est la merde : les portes vers l’extérieur sont scellées… et il est rapidement évident qu’ils sont pris au piège. Bon, les premiers à mourir sont des figurants, pas de quoi s’inquiéter. Enfin, si, quand même : pendant que ça mitraille dans tous les sens dans la station de train, Mercer se fait arrêter et ne peut pas continuer de mettre en place des fortifications pour empêcher la horde de zombies d’entrer dans le Commonwealth.

Pour ne rien arranger à la situation, les Stormtroopers cherchent toujours Eugène en faisant du porte à porte, et l’un d’entre eux finit par le trouver. Contre toute attente, Eugène parvient à s’en débarrasser en l’attaquant… mais ça n’empêche pas que la situation est compliquée, parce qu’une fois le garde inconscient, il n’y a plus grand-monde pour répondre à sa radio. Logique.

Et dans le bâtiment principal du Commonwealth, les choses tournent vraiment mal. Avec nos héros pris au piège, c’est un peu inévitable d’avoir au moins une autre victime. Les figurants y passent, des deux côtés. Contre toute attente, Pamela surgit par ses gardes armés jusqu’aux dents pour tirer elle aussi sur nos héros. Et là, ça ne pouvait pas bien se terminer : Pamela vise Maggie et tire… mais Judith s’interpose pour sauver Maggie.

C’est donc Judith qui se prend une balle, au moment où Carol débarque elle aussi. Je l’avais dit qu’elle le regretterait. Et putain, Judith quoi. Pamela elle-même n’en revient pas de ce qu’elle vient de faire. Tuer Maggie qu’elle déteste n’était pas un souci, mais tuer une enfant, c’est autre chose.

Tous nos héros sont cliarement dépassés par la situation. Cette fois cependant, ils sont aussi assez énervés pour que ça parte en vrille et que ça leur donne une bonne raison de tout dégommer. Ezekiel et Daryl font ainsi équipe pour exploser un extincteur et laisser la fumée s’imposer dans tout le bâtiment. Cela leur permet de faire route vers l’extérieur du bâtiment où la sortie est heureusement dégagée elle aussi : Eugène sert enfin à quelque chose après un nombre de saisons qui ont paru interminable à se le coltiner. Cela dit, je dis ça, mais je suis sûr que Magna aurait géré le garde sans aucun souci. En plus, j’ai eu plus peur qu’autre chose quand elle s’est retrouvée face à Eugène, puis face à Yumiko. C’est le genre de retrouvailles qui font toujours un peu peur.

Pourtant, elle s’en sort en vie, et tous nos héros peuvent donc évacuer le bâtiment principal sans trop de mal. Le truc, c’est que pendant qu’ils font ça, la horde de zombies s’est rapprochée grandement du mur d’enceinte. C’est l’occasion pour le Commonwealth de découvrir qu’il y a désormais des zombies capables d’escalader les murs d’enceinte. Toujours plus dans la menace, même en dernière saison, donc. Le pauvre soldat qui montait la garde se retrouve ainsi attaqué par un zombie qu’il n’avait pas vu arriver. Je dis « le pauvre soldat », mais je pourrais aussi dire « le sombre idiot », parce qu’en vrai, pendant qu’il se fait bouffer, il trouve d’appuyer exactement sur le bouton sur lequel il ne devait surtout pas appuyer.

Il nous ouvre les portes du Commonwealth à tous les zombies qui attendaient derrière les portes. C’est la fin des haricots, comme à chaque fois qu’une communauté parfaite semble exister. C’est exactement pour ça que le dernier comic ne peut être satisfaisant et que j’attends au tournant la fin de la série – malgré les spin-offs prévus. En attendant, eh bien, c’est sans surprise que Pamela est paniquée d’apprendre que des zombies sont dans ses murs et que sa première réaction – sa seule réaction d’ailleurs – est de protéger l’Etat, c’est-à-dire elle-même.

Eh oui, la République, c’est elle. Pardon. Elle se retranche chez elle et dans une petite zone autour de chez elle où elle indique que le personnel prioritaire doit être contenu et mis en sécurité. Au passage, elle sacrifie quelques centaines de vies, mais bon, il faut ce qu’il faut pour protéger l’Etat soi-disant. Toujours est-il que ça laisse nos héros dans les rues d’un Commonwealth envahi par les zombies où les Stormtroopers n’ont donc finalement pas grand-chose à faire d’eux.

Sans qu’ils ne puissent comprendre comment ou pourquoi, nos héros sont rejoints par Luke et Jules, ce qui permettait des retrouvailles sympathiques, mais le meilleur résumé reste celui de Negan quand il voit un zombie escalader un obstacle dans la rue : what the fuck ? Je vois mal comment ils pourront s’en sortir sur le long terme avec des zombies si efficaces.

Et en attendant, il reste à savoir comment ils s’en sortiront sur du court-terme. Pour le moment, ils se contentent de survivre comme ils peuvent en s’attaquant à la horde de zombies – notons qu’ils ont l’aide de Maxine aussi – et en fonçant vers une ruelle, mais il risque fort d’y avoir des pertes. Ils protègent coûte que coûte Daryl portant Judith dans ses bras (comme il portait Beth à une époque, hein), aussi. Celle-ci n’est pas morte, mais elle croit quand même que Daryl est son père quand elle se réveille au milieu de tout ça et qu’ils sont les seuls à réussir à pénétrer dans la ruelle, alors que tous les autres sont submergés de tous les côtés par les zombies.

Pfiou, ça faisait un sacré cliffhanger quand même.

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.