Manifest – S04E02

Épisode 2 – All-Call – 15/20
Voilà encore un épisode qui a trouvé le moyen de me faire rire plus que nécessaire avec des répliques ou des bouts d’intrigue sans queue ni tête. Et pourtant, au milieu de tout ça, le mystère reste addictif et on sent qu’on avance – même si on ne sait toujours pas où on va. C’est la force de la série, au fond : elle est addictive parce qu’elle distille des bouts de réponses à chaque fois et parce qu’on sent bien que le récit est mené dans une direction. Entre ça et les intrigues qui se recoupent à chaque fois, prouvant une certaine maîtrise d’écriture quand même (les nombreux défauts étant dans les détails), je suis finalement satisfait.

Spoilers

Henry n’a pas fait un retour aux USA aussi discret qu’on le pensait.

Please help me find Angelina.

On ne s’arrête pas en si bon chemin et on reprend le visionnage de Manifest avec un deuxième épisode au résumé hyper cryptique. Franchement, je suis loin de me rappeler de tout ce qu’on nous montre dans ce résumé, mais qu’importe, j’imagine que ça reprendra du sens ensuite. En attendant, l’épisode commence par une première scène étonnante, parce qu’elle nous renvoie deux ans en arrière pour l’enterrement de Grace. Etait-ce vraiment nécessaire de nous imposer les pleurs de Ben ? Parce que l’acteur ne sait toujours pas pleurer… et apparemment Gabriel non plus. Au moins, ils se ressemblent, c’est déjà ça.

La saison semble vouloir nous fournir des flashbacks à chaque épisode désormais. C’est l’occasion d’approfondir davantage la relation Michaela/Jared : après l’enterrement, elle a décidé de lui dire qu’ils ne pouvaient plus se voir car il n’était pas normal qu’il critique son mari comme ça et affirme être encore amoureux d’elle.

On pourrait penser que c’est déplacé de faire ça à l’enterrement de sa belle-sœur, mais c’est encore pire ensuite quand elle profite de l’après cérémonie chez les Stones pour parler avec Zeke des sentiments qu’elle a encore pour Jared. C’est très approprié tout ça. Michaela insiste toutefois pour expliquer qu’elle est amoureuse de Zeke, malgré les sentiments qu’elle a encore pour Jared. Au moins, c’est clair et honnête, ça fait une bonne base de relation pour la suite.

De retour dans le présent, on apprend que Michaela doit retourner voir le Bureau qui gère les passagers du vol 828 pour dire qu’elle est toujours là et prête à se plier à tout ce que lui demande le gouvernement. Et c’est un peu ridicule, parce qu’il lui demande si elle s’est engagée dans des activités terroristes comme si elle allait répondre « ah ben oui dis donc ». Ah, les USA.

Cela dit, si on la fait revenir deux fois dans le même mois, c’est parce qu’on est intrigué sur ses activités de l’épisode précédent : la police est au courant, d’une manière ou d’une autre, de la présence d’Henry Kim sur le territoire. Michaela est tellement maligne qu’elle ne pense pas à être surprise devant eux du fait que le type soit en vie. Putain, il est censé être reconnu mort depuis deux ans et la police sait désormais qu’il est aux États-Unis ? WTF.

Bref. Les questions sont posées par un inconnu et par l’ancienne partenaire de Michaela, Drea. Oui, je découvre son nom à l’occasion de cet épisode. Mieux vaut tard que jamais. Drea ne trahit pas Michaela pour autant : elle affirme croire en son alibi et lui donne un rendez-vous grâce à un post-it astucieusement placé. Si seulement elle était capable d’être discrète en lui montrant ce post-it plutôt que de faire un geste qui n’a aucun sens ?

Bref, Drea ne se pointe même pas au rendez-vous : c’est en fait Jared qui donne le rendez-vous en se servant de Drea. C’est l’occasion de découvrir que Michaela et Jared ont un banc sur lequel ils ont gravé « M+J » et Jared en profite pour flirter à nouveau avec Michaela, même s’il n’a plus aucune chance. Lâche l’affaire, mec, ça doit faire huit ans que vous n’êtes plus ensemble. Quelle vie triste. Bon, l’essentiel est ailleurs cependant : Jared informe Michaela que la police a les coordonnées GPS d’Henry Kim ; ils parviennent à le traquer tout en collaborant pour le rendre ensuite aux Chinois.

Un truc un peu ridicule avec cette saison (un de plus), c’est que chaque fois que quelqu’un vient sonner chez les Stone, Gabriel se cache de la plus mauvaise des manières. Genre, je suis sûr qu’on le voit essayer de se planquer depuis la porte en verre. Et c’est d’autant plus ridicule qu’il est censé avoir une nouvelle identité – Gabriel, un cousin de la famille – donc à quoi bon se cacher quand c’est légitime de l’avoir dans la maison ?

Bref, Saanvi se pointe chez les Stones pour informer Cal de sa trouvaille avec la boîte noire… et Cal en profite pour organiser une rencontre entre elle et son père, dans le grenier. Saanvi découvre ainsi la catastrophe qu’est devenu Ben en quelques mois – ils ne se parlent plus car il ne répond plus à ses SMS. Eh, pourtant, cette fois, la voie est libre Saanvi. Tu peux aller le draguer ton Ben. C’est tellement ce que prévoient les scénaristes depuis le départ.

Saanvi découvre l’état de Ben et n’était vraiment pas prête à ça : elle voulait lui parler de sa trouvaille avec joie, parce qu’elle est sûre de tenir une piste pour le lifeboat, mais eh, Ben ne veut plus suivre les Appels maintenant qu’il a compris que tout ce que ça lui apportait c’était une femme morte et un bébé disparu. Saanvi est dépitée de voir qu’elle ne tirera rien de Ben, mais j’ai du mal à comprendre comment elle a pu imaginer autre chose à un moment.

Ben se comporte franchement comme un ado à bouder sur son lit, et c’en est plus drôle qu’autre chose. À court d’idée, il imagine à présent qu’il peut contacter Aaron Glover pour participer à son podcast et rappeler au monde qu’Eden a disparu. Dur de ne pas rire. Dur de ne pas rire aussi quand Zeke essaie de parler avec Ben de sa dépression et de la haine qu’il a à l’encontre de Cal. Il ne lui pardonne toujours pas la mort de Grace, en vrai.

Malgré les bons conseils de Zeke, Ben insiste pour passer en podcast et lancer un avis de recherches, persuadé que si les gens entendent la description d’Angelina, elle pourra être retrouvée.

De son côté, Saanvi rentre dans son nouveau laboratoire financé on ne sait trop comment et y retrouve Vance et Henry Kim. Ce dernier est désormais en pleine forme et il nous raconte qu’enfant, il a été frappé par la foudre et que c’est pour ça qu’il a désormais la force d’un dragon. Passionnant, dis donc. Il explique alors qu’il entre en méditation avec la boîte noire et qu’il entend des voix sur des voix vers la fin de l’enregistrement.

Le problème, c’est que ni Saanvi, ni Vance ne l’entendent. Lui, si. Un Appel, quoi. A force de repasser la bande sonore pour entendre, en modifiant quelque peu les réglages, les trois finissent par remarquer qu’une autre machine du laboratoire réagit : celle qui enregistre les activités sismiques. Saanvi décide aussitôt d’arrêter tous les tests.

Et elle fait bien : Michaela arrive au même moment pour les prévenir que la police traque Henry, probablement parce qu’on lui a implanté une puce. Ah, les chinois, faut toujours qu’ils contrôlent tout. Bref. Michaela évacue au plus vite Henry Kim du bâtiment, mais je ne comprends pas pourquoi c’est elle qui s’en charge et pas Vance. Au moins, Vance, il n’est pas un passager du 828, donc c’est moins problématique s’il se fait arrêter ?

Cette fuite de Michaela et Henry permet à la série de nous proposer une course poursuite avec la police qui n’a pas trop de sens. Michaela tente d’emmener Henry jusqu’à un bâtiment qui démagnétisera soi-disant sa puce, en suivant les directives de Vance qui, d’une manière ou d’une autre, a une carte sur laquelle il voit aussi les voitures de police mobilisées pour arrêter celle de Michaela. Dur de ne pas rire… surtout quand Michaela est finalement coincée par un camion poubelle qui effectue une marche arrière, allez savoir pourquoi.

Voyant bien qu’ils sont coincés par la police, Henry prend la décision de sortir de la voiture pour se rendre – et ainsi, Michaela peut s’enfuir seule, la police ne cherchant pas à arrêter cette voiture qui s’est enfuie face aux sirènes.

Alors qu’il se rend, Henry semble avoir un nouvel Appel, qu’il partage cette fois-ci avec Cal. Ils sont ainsi dans l’avion et par la fenêtre, Cal voit un volcan en éruption. On avance, l’air de rien ? Henry semblait vouloir donner quelque chose à Cal, mais malheureusement ses mains étaient vides. Cal se précipite donc au QG où Michaela essaie déjà de convaincre Vance d’utiliser ses ressources gouvernementales et où Saanvi lance le podcast dans lequel Ben passe suite à un appel de Zeke qui permet aussi à Michaela et lui d’évoquer Jared.

Pfiou, après trois saisons, la série ne change pas et continue de mêler toutes les intrigues les unes aux autres. Cela n’aide pas toujours pour la critique, mais c’est appréciable, je trouve. Franchement, ça fait partie des choses que j’aimais avec la série. Bref, pendant le podcast, tout le monde écoute Ben, même Angelina.

Oui, pendant ce temps, Angelina continue de se comporter comme la psychopathe qu’elle est. Elle se teint en blonde et coupe les cheveux d’Eden pour éviter qu’on puisse la reconnaître dans la rue. En toute logique, elle ne fait donc pas ça chez Anna (on n’allait pas payer l’actrice un épisode de plus, même avec le budget Netflix voyons) mais dans les toilettes d’une bibliothèque publique où elle oublie son manteau. Aussi idiote que psychopathe, donc.

La bibliothécaire lui rapporte son manteau et obtient en retour un dessin d’Eden, et quelque chose me dit, puisqu’elle partage les Appels de Ben désormais, qui aura probablement un impact par la suite. Cela dit, on ne le saura pas tout de suite, parce qu’Angelina se rend dans un refuge pour passager du vol 828, en se faisant passer pour une certaine Violet. L’idée pourrait être bonne, mais avec tant de gens qui détestent les passagers du vol 828, c’est sans surprise qu’elle tombe sur une cinglée la retenant prisonnière désormais. J’ai tellement ri.

Toujours est-il que pendant le podcast, Aaron décide aussi de parler avec Ben de Cal, alors que Cal écoute. Et bien sûr, Ben refuse de parler de Cal, assurant qu’il a fait un choix en fuguant. Humph. C’est probablement la version qui est restée officielle, mais sa vraie disparition, c’était d’avoir touché un bout de l’avion, quoi. Bref, Cal entend son père et vit plutôt mal les choses.

Pourtant, il n’a pas vraiment le temps de s’en formaliser : il veut répondre à son Appel maintenant qu’il recommence à en avoir. Pour cela, il a besoin de parler avec Henry, ce qui n’est pas gagné comme il est emprisonné. On peut toutefois compter sur Vance pour avoir les bonnes infos et sur Michaela pour les plans de merde : elle envoie son neveu parler à Henry directement dans le centre de police mis en place pour s’occuper des passagers du 828.

Il prétend vouloir faire une déclaration sur un passager et s’infiltre ensuite dans le bâtiment, dans lequel il ne doit pas laisser d’empreinte. Heureusement que Drea est là pour lui : elle l’empêche de saisir une poignée, qui serait en plus la mauvaise poignée. Bref, elle l’emmène ensuite à Henry qui affirme qu’il est au bout de son voyage et qu’il a donné tout ce qu’il fallait à Cal. Il nous compare ensuite Cal à un dragon et c’est à peu près tout.

Drea aide Cal à s’enfuir, ce qui fait que Michaela l’appelle pour la remercier… L’épisode nous révèle alors que Drea et Jared sont désormais en couple, dans une scène où on les déshabille un maximum tous les deux. Cela m’a bien fait rire, surtout qu’on enchaîne sur une scène Michaela/Zeke où Zeke parle encore de Jared. Après deux ans et demi ? Bref.

En parallèle, Saanvi continue de mener l’enquête sur la boîte noire et sur les ondes sismiques. Le spécialiste qu’elle contacte lui confirme qu’elle ne provoque pas de tremblement de terre quelque part dans le monde chaque fois qu’elle écoute la bande sonore, mais que la machine réagit à un son qui serait émis par la boîte noire chaque fois que le pilote appelle au secours.

Saanvi reprend donc ses recherches sur la boîte noire, et entend à son tour une voix. Puis plusieurs voix. Grosso modo, on entend Michaela lui dire d’aller plus lentement, Ben de revenir en arrière, Cal que tout est connecté… Je sens qu’on va nous pondre une histoire de voyage dans le temps dans peu de temps. Pour l’instant, Saanvi est juste traumatisée d’avoir réussi à entendre les voix dont Henry parlait.

On retrouve aussi dans cet épisode Adrian. Je ne sais pas si c’était vraiment utile de le revoir, mais lui aussi se soumet aux tests du gouvernement, tout en leur mentant. Il indique ne pas avoir de vision, alors même qu’il en a une au moment où il répond aux questions. Sa vision ? Elle le mène à un refuge qui est évidemment celui dans lequel Angelina est enfermée avec Eden. Il peut donc libérer Angelina et Eden… fuck.

Bien qu’il ne soit pas sûr de ce qu’il doive faire ensuite, Angelina parvient à le convaincre de leur venir en aide. Et voilà comment elle s’en sort une fois de plus. Plus encore que l’an dernier, j’ai hâte que le personnage disparaisse d’une manière ou d’une autre, elle est vraiment détestable de bout en bout !

Cet épisode n’en finissant pas, Ben reçoit également un appel d’Aaron pour le remercier du podcast qui fait un carton. Il l’informe aussi que quelqu’un l’a appelé en prétendant avoir vu Angelina. Bizarrement, ce n’est pas la bibliothécaire, mais quelqu’un d’une laverie. Ben voyons. La laverie se situant pile en face de chez Anna, Ben reconnaît les lieux et s’y précipite, avec Zeke, espérant pouvoir accéder à la caméra de surveillance d’Anna, vu dans l’épisode précédent.

C’est bizarrement bien écrit pour une fois. Bon, après, je ne vois pas pourquoi Angelina n’a pas lavé ses vêtements directement chez Anna, mais bon. Si la passagère tente de garder une poker face avec succès, ses mensonges sont rapidement captés par Zeke. Très vite, Anna avoue donc la vérité à Ben : Eden est bien en vie. Si elle aidait Angelina, c’est simplement parce qu’elle était manipulée : Angelina lui affirmait que Ben et Grace étaient atroces. Heureusement qu’Anna les connaissait, hein. Et hop, Ben pleure à nouveau.

Il se rend ensuite chez lui où il annonce la bonne nouvelle à tout le monde et où il prend le temps d’échanger un long regard langoureux avec Cal. Pardon, mais ça n’a aucun sens. Le montage final voit les personnages s’affairer chez les Stones à tout un tas de choses qui ne les aideront pas à retrouver Eden. Cal se rend alors compte qu’il a la même cicatrice au bras qu’Henry…

 

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.