Semaine 14 : du 4 au 10 avril

Trois fins de saisons cette semaine, mais elles ne se démarquent pas vraiment : The Walking Dead, 11.22.63 et Shadowhunters ont toutes trois proposées des épisodes finaux moyens sous la forme de pétards mouillés. Heureusement, j’ai pu compter sur Agents of S.H.I.E.L.D pour commencer à remonter le niveau de ce que j’ai vu cette semaine et à partir de là… Montagne russe avec non pas un, mais deux 20 ! Petit résumé des notes :

The Walking Dead (6×16), 14/20
Quantico (1×16), 14/20
OUAT (5×16), 11/20
Last Man on Earth (2×13), 13/20
11.22.63 (1×08), 15/20
Blindspot (1×16), 12/20
Les colocs de Mamie (1×12), 13/20
Agents of S.H.I.E.L.D (3×15), 18/20
Shadowhunters (1×13), 11/20
Le Secret des Balls (2×07), 14/20
The 100 (3×10), 20/20
Grey’s Anatomy (12×17), 17/20
Scandal (5×17), 20/20
The Catch (1×03), 10/20

Et j’ai également visionné la saison 1 de Person of Interest, dont j’ai publié le bilan jeudi dernier.

01
Le conseil a parlé, celui qui quitte Koh Lanta ce soir… ne le saura que dans huit mois, bisou.

The Walking Dead a frappé une nouvelle fois… Une large promo d’un épisode de 90 minutes… en comptant les 30 minutes de pause dedans ; l’annonce de la mort d’un personnage… qui n’interviendra qu’en saison 7 et la montée d’un suspens insoutenable… pour rien. Donc voilà, on suit une grande partie de nos héros naviguer sur des routes pas sûres pendant près de 45 minutes et rencontrer chaque fois des hommes de Negan. La confrontation est sans cesse repoussée, mais on sait bien qu’elle est supposée être l’objet principal de cet épisode, alors on l’attend bien gentiment. Pendant ce temps, Carole se prend une bonne raclée, mais elle ne meure même pas. Au moins, sauvée par Morgan, elle rencontre des nouveaux qui seront plus qu’utiles pour la suite de la série (forcément). Et enfin, on découvre le visage de Negan. Puisque j’avais habilement naviguer entre les spoilers, c’était une vraie découverte… et je ne m’attendais pas à voir débarquer Jeffrey Dean Morgan. Il est et sera toujours Denny Duquette pour moi (c’est con pour un rôle de guest dans une dizaine d’épisodes il y a dix ans, mais c’est comme ça), mais il s’impose comme personnage terrifiant en très peu de temps. Ce monologue final est génial, j’approuve totalement le choix de cast. En revanche, je déteste ce cliffhanger car l’on sera forcément spoilé sur le mort avant la reprise, même en prenant toutes les précautions nécessaires. Du coup, ils auraient pu tout aussi bien nous dire qui ils décidaient de sacrifier. Là, ça fait genre c’est hype, mais la vérité c’est que passé le stress de fin d’épisode, on est plus résigné qu’autre chose et la nouvelle tombera sans être franchement dramatique. Bon, c’est un choix de leur part, mais ça m’a pas convaincu… Comme presque toujours avec TWD. Bref, l’épisode était sympa, mais les 15 minutes supplémentaires ne servaient à rien et l’avancée se fait à pas de nains par rapport à la rapidité des comics.

 

02
Quand Shelby parle à son chi… ah non pardon, à un terroriste.

Quantico se concentrait cette semaine sur Shelby, et c’était un excellent choix de la part des scénaristes, car l’actrice a les épaules du rôle qu’ils lui donnent et c’était cool. Pas très rassurant d’apprendre que deux agents du FBI et un marshal ne sont pas suffisants pour arrêter des terroristes dans un avion, mais là encore c’était un exercice qui fonctionne plutôt bien dans l’intrigue générale de la série. Bon, en revanche, j’ai de plus en plus de mal avec l’intrigue du « présent »/futur, celle des attentats. Ils viennent de nous sortir que les trois derniers épisodes n’étaient encore qu’une fausse piste, et ça commence à devenir franchement lourd cette manière de faire marche arrière à chaque fois. Bref, ça traîne en longueur et on dirait que les scénaristes ne savaient pas comment garder l’intrigue aussi vive qu’en début de saison. La commande de nouveaux épisodes supplémentaires se ressent sur la qualité globale de la série et c’est dommage, même si ça reste bon, évidemment.

03
« I’m not allowed to have chocolate before dinner… »

De son côté, OUAT s’éternise toujours dans l’underworld mais l’arrivée de Belle et Zelena est une bouffée d’air frais sur l’intrigue générale. Les deux actrices apportent avec elles leur lot de soucis et nouvelles, et c’est plutôt réussi. Ainsi, on apprend que Belle est enceinte, mais ce n’est même pas le moment le plus important de l’épisode pour sa relation avec Rumple (allez, j’avoue, je réfléchis tellement plus à la série que ça m’a agréablement surpris). De son côté, Zelena essaye d’être une bonne mère et n’y arrive bien évidemment pas, ce qui permet à l’actrice de déchirer dans une scène bien prenante. Les flash-backs se concentrent eux aussi sur la dame en vert et sa relation Hades, dont on nous rappelle une fois de plus qu’il n’est pas le diable dans cet épisode. Bref, il y a fort à parier qu’à nouveau cet épisode ne se concentre que sur un personnage (secondaire qui plus est) pour l’oublier au plus vite la semaine prochaine, et ça commence à être vraiment lassant cette construction centrée chaque semaine sur un personnage (et puis s’en va). On se croirait dans un épisode de Lost dont on aurait gardé que les défauts. Comme d’habitude, c’est tout ou rien avec cette série et cette demi-saison est du côté du rien. Dommage.

04
Elle a toujours de ces tronches ! :’)

Last man on Earth était enfin de retour avec un épisode pas si drôle (j’en attendais mieux franchement, cette saison 2 me déçoit énormément). Il y était question des problèmes de fertilité de Carole et Phil, ce qui était annoncé déjà dans les épisodes précédents. Il y était aussi question de Todd et de son donjuanisme dérangeant qui ruine un peu les dynamiques de groupe. Bon, pas très dingue tout ça. La fin était en revanche bien orchestrée, les retrouvailles entre frères étaient aussi touchantes que drôles avec ce coup de poing inattendu… C’est dommage du coup, il a fallu attendre 20 minutes pour rire, pour une sitcom, c’est un peu un comble. Bon, ou alors, je n’étais pas d’humeur, c’est au choix. En tout cas, cette saison 2 continue dans la description grossière de ses personnages, et c’est dommage, mais au moins elle avance toujours aussi vite dans ses intrigues, ce qui pour le coup est plutôt agréable quand on voit la mode d’étendre pour rien les intrigues (il n’y a qu’à lire les trois paragraphes précédents).

05
Tout ça pour ça

Fin de saison assez prévisible et moins prenante que la semaine dernière pour 11.22.63 qui tord le cou à ses règles de base en proposant un futur changé par les actions du héros dans le passé, contrairement à ce qui était énoncé dans le pilote. Celui-ci y est de retour après avoir perdu sa fiancée dans le sauvetage de Kennedy… Un aller rapide dans le futur qui lui permet de comprendre qu’il faut lancer un nouveau reset, lors duquel il la retrouve en vie mais comprends également la nécessité de la laisser poursuivre son chemin sans lui, car elle est destinée à mourir si elle est avec lui. C’est beau et romantique et cucul tout plein, c’est juste dommage que ça piétine les origines de la série, mais franchement c’est sans surprise, les règles n’ayant jamais été tout à fait claires (le passé aurait dû se rebeller bien avant cet épisode). Dans la prévisibilité, j’aurais juste bien aimé une fin un peu plus sombre et moins heureuse, où elle meure lorsqu’il la fait danser, parce qu’ils ne peuvent pas être ensemble. Je crois que je suis sadique. En tout cas, voilà une nouvelle série du petit robot rouge terminée. Et un épisode d’une heure qui en valait la peine, lui. Bilan de saison par ici.

06
Je m’amuse pas comme ça devant mes mots croisés !

Blindspot nous servait un épisode de la semaine tout à fait banal et insipide mardi, avec une enquête sur des bombonnes contenant du gaz mortel blablabla. Vu et revu, on sait dès le départ que nos héros vont résoudre le problème sans vraie difficulté ; et c’est effectivement ce qu’il se passe. Au passage, Jane se voit la possibilité de jouer les super-héroïnes en tombant du ciel dans une scène d’action qui a dû prendre un bout de temps à tourner et qui fait sourire par sa crédibilité folle. Les bons points de l’épisode reviennent comme d’habitude aux personnages secondaires car les amours des principaux ne m’intéressent que moyennement (bon, si, Jane c’était sympa d’accord) et plus particulièrement à Patterson. La scène finale où elle résout les derniers mots-croisés promet ainsi de bonnes choses pour le prochain épisode, surtout que le trailer semble confirmer que nous allons avoir un épisode centré sur elle, comme nous l’avions eu sur Tasha il y a deux semaines. Bref, un stand-alone qui vient combler une heure dont les scénaristes ne savaient pas quoi faire… et ça se sent.

07 copie.jpgRetour de la mamie sadique des Colocs de Mamie ensuite : l’épisode se concentre cette fois sur les habitudes de ces colocataires originaux que sont mamie et les deux jeunes. C’est drôle même si une fois de plus ça part un poil trop loin dans l’exagération pour faire vraiment rire. Il y a malgré tout de bonnes trouvailles et récupérations, et la dernière réplique sonne tellement juste : « Pourquoi vous ne m’aimez pas ? ». Ah lala, ça sent le vécu.. mais les premiers à faire ça dans la vie, ce sont les enfants ! J’attends le jour où ces pauvres jeunes pourront prendre leur revanche… et je vais me faire un cassoulet, parce que cet épisode m’a donné envie d’en manger.

08
« Miroir, miroir… »

Jed Whedon et Maurissa Tancharoen signent le nouvel épisode d’Agents of S.H.I.E.L.D, et du coup c’est sans surprise que celui-ci est génialissime ! Chaque personnage a son instant de gloire et ses problématiques personnelles au cours de l’épisode, et tout le monde avance un peu, même Lincoln qui est mis K.O si rapidement que cela va probablement le suivre. Mais c’est Skye/Daisy qui est au centre de l’épisode et révèle à quel point elle est une superhéroïne badass dans des scènes d’action vraiment au point… tout en restant la Skye bornée et tête brûlée des débuts. D’ailleurs, voir Coulson l’appeler Skye à nouveau était cool, et ça m’a même fait stresser : j’ai bien cru qu’il n’allait pas lui arriver que du bien, car ça sonnait comme l’adieu des scénaristes à un personnage. Bien manipulé, donc, même si je me doutais qu’ils ne se débarrasseraient pas si simplement de Chloe Bennet, vu la manière dont ils conservent Ward comme ils peuvent depuis deux saisons. Un léger faux pas sur Fitzsimmons quand même, avec Simmons qui craint que Daisy meure… puis qui sourit en prenant la main de Fitz. Hum, ça sonne légèrement en-dehors du personnage. L’autre storyline vraiment cool, c’est celle May qui passe de total badass à… beh total badass, mais avec des émotions. J’ai aussi adoré le coup du miroir ou la manière dont Ward/Hive manipule son petit monde. Lash pourra certainement aider à le mettre K.O. Enfin, la vision finale est un rappel plutôt cool de ce qui est à venir et qui devient un fil conducteur de cette demi-saison car c’est déjà la seconde fois. Je me demande vers quoi ils se dirigent, mais je ne serais pas contre le retour de Yoyo ou de l’inhuman du 3×01 dont je n’ai toujours pas retenu le nom. Oups.

07.jpg
« On devra s’habiller comme ça aussi l’an prochain ? »

Shadowhunters proposait mercredi son season finale, qui ne reprenait étonnamment pas directement avec son cliffhanger, mais qui le reportait un peu pour traiter la storyline Malec d’abord. Pff, comment garder l’audience avant d’entrer dans le vif du sujet ! On entre assez vite dans l’action (bye bye Lydia, du coup) ensuite et tout cela émerge sur une scène digne de Star Wars ou de n’importe quel Marvel avec une main coupée. Tout cela nous amène à une trahison de Camille, sans surprise, qui n’a aucune vraie conséquence car Clary trouve quand même le livre après dix secondes de recherche (coup de bol monstre malgré leur explication s’il y avait 4 bibliothèques comme ça) et Jace se sacrifie pour sauver le groupe, nous amenant à une nouvelle crise de larmes si bien jouée par Clary (ceci est ironique). Quel dommage que l’actrice n’ait pas la carrure du personnage. Il y a donc de quoi faire une saison 2, les retrouvailles avec Jace passé du mauvais côté seront intéressantes. Cela dit, il faut d’abord conclure cette première saison, enfin, dans une scène de réveil et de retrouvailles tellement attendue. L’intrigue atteint son point d’orgue de chaque côté, mais le cliffhanger final tombe un peu à plat, ça manque de cris ou de quelque chose pour être vraiment impressionné par la taille de ce bateau. Bref, un épisode final assez moyen, dans la veine du reste de la saison, dont vous pouvez retrouver le bilan par ici.

08-2.jpg

Ouf, Le Secret des Balls a su réparer les défauts du dernier épisode en s’éloignant un peu de la secte pour en revenir à l’enquête sur la disparition de Mitch, qui prend un nouveau tournant (encore !) plus marrant. J’ai bien aimé les quiproquos autour de Pégase et Andromède (ainsi que le contresens avec caisse), qui correspond tout à fait à l’humour lourdingue de la série. Il est agréable de les voir suivre une piste par épisode et Héloïse est proportionnellement drôle à son taux d’énervement. Et vu qu’elle est assez énervée dans cet épisode, c’est parfait ! La fin de l’épisode est un bon moment inattendu, une révélation qui va permettre de relancer l’intrigue sous un angle plus palpitant pour l’épisode 8. Du très bon cette semaine !

10
Comment tu te sens quand tu regardes The 100 au réveil.

Bim, ça y est, je l’ai mis, le sacro-saint 20/20 que je gardais de côté pour un épisode inégalable plus longuement commenté par ici. Chaque semaine, c’est désormais cet article-là que je mettrais à jour le vendredi 🙂

09.jpg
L’examen médical qu’on te fait après un épisode de The 100.

Ouf, Grey’s Anatomy a eu la bonne idée de ne plus se concentrer sur Meredith cette semaine, et elle redevient appréciable, même dans ses réflexions critiques de début d’épisode sur les portes… tout simplement parce que c’est le genre de choses qui m’énerveraient aussi en collocation, relou comme je suis. Et puis, ce sont effectivement des disputes quotidiennes entre sœurs assez crédibles à la résolution amusante. L’épisode proposait de bonnes choses, en se concentrant un peu sur Stéphanie et Penny en pleine compétition malgré elles pour l’affection d’Amelia (mon dieu tellement drôle dans sa scène avec Stéphanie). Bonne intrigue aussi pour Arizona et Kepner, qui permet un début de résolution facile mais en même temps assez naturelle au conflit qui les oppose. La saison manquait un peu de fil directeur jusqu’ici, la grossesse de Kepner en a donné un plutôt bon. Je suis un peu énervé par la culpabilité que ressent Kepner envers Arizona, car sa colère était justifiée. L’intrigue qui m’a le moins botté reste celle autour d’Owen, mais je n’ai jamais apprécié ce personnage alors c’est sans surprise. Cela dit, Stéphanie n’est pas non plus le personnage que j’adore, mais l’intrigue (et la nouvelle trahison) qui lui étaient données dans cet épisode fonctionnait bien dans son ensemble. Quant au cliffhanger qui remettait sur le devant de la scène Japril, il est parfait et sonne tellement Grey’s… Cette saison est franchement bonne et me rappelle pourquoi j’ai souffert à voir les saisons 9 à 11.

10.jpg
Olivia Pope, traite ses amis comme de la merde depuis deux saisons et n’apprécie pas qu’on lui dise.

Scandal m’a fait tomber de mon siège avec son épisode absolument renversant qui venait défoncer tout ce que la série avait construit jusqu’ici, d’une très belle manière. J’espère que ça va continuer et non pas se résorber autour d’une intrigue avec une Olivia qui culpabilise. L’épisode ne donnait pas son heure de gloire à tout le monde, mais se concentrait en revanche sur Olivia (toujours) et Abby (rafraîchissant). Et franchement, au début je me suis dit que ça allait être moyen et long cette intrigue qui revenait sur des éléments du passé que j’avais oublié depuis un moment. En fait, c’est exactement ce dont la série avait besoin pour se relancer. « You’re not a monster. You’re Abby. » Oh Olivia… Tellement une bitch sans même se rendre compte à quel point, j’ai jubilé de voir Abby se venger (encore que ça manquait d’un peu de détails, mais nécessaire pour la surprise) et encore plus de voir Liv tomber de haut en comprenant sa trahison. Et ensuite ! Ensuite ! J’avais beau hurlé à ma télé « Kill him ! », la scène de la chaise (comment la nommer autrement ?) m’a laissé sans voix. Scandal est redevenu Scandal, le bon Scandal, avec des intrigues autour d’OPA (ce pauvre Marcus qui ne s’impose pas et Quinn redevenue badass), des révélations qui sortent de presque nulle part (Cy & Tom ?! OK Tom sortait de la douche il y a trois semaines, mais…) et des twists imprévisibles. Olivia se transforme peu à peu en son père et court le rejoindre, parfait. Bon, Jake et Papa Pope continuent de ne servir à rien même temps, sans parler de Huck, mais la série m’a tellement surpris avec cet épisode que je ne pouvais qu’y mettre un 20. Meilleur épisode de la saison, des deux ou trois dernières années, voire même de la série. Espérons qu’ils sauront gérer la suite avec brio.

 Bon et beh après une semaine pareille et surtout un vendredi pareil (même si l’épisode 3 de The Catch n’était pas au niveau) !, ça va être difficile de faire mieux, même si j’attends impatiemment le retour de Fear the Walking Dead demain !

2 commentaires sur « Semaine 14 : du 4 au 10 avril »

  1. Il était chouette cet épisode d’agents of SHIELD ! J’ai vraiment eu l’impression de retrouver l’équipe des débuts avec leur petite formation sur le terrain.
    Et l’assommage de Lincoln avec l’extincteur était excellent 😀 .

    J’aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.