Kevin (Probably) Saves the World (S01)

Synopsis : La série raconte l’histoire de Kevin, un homme ordinaire et un brin dépressif, qui se voit confier par Dieu la mission de sauver le monde.

Spoilers 1×03

03.jpgÉpisode 3 – Sweet Little Lies – 15/20
The universe doesn’t care about ending

C’est à bord d’un bus irlandais m’amenant de l’aéroport à Dublin que j’ai vu cet épisode très chouette et plein de bon feelings, parfait pour entamer comme il se devait mes vacances. Tout commence par une séquence rêvée plutôt drôle, où Kevin s’avère somnambule et se retrouve à deux doigts de se suicider, une nouvelle fois.

Inquiète, Amy l’inscrit de force chez le psy, ce qui amène Kevin à rencontrer la nouvelle personne dont il doit changer la vie, Deborah, aka Pookie. Celle-ci est sur le point d’organiser sa fête de mariage avec son meilleur ami, mariage précipité la première fois par son cancer. Pourquoi pas, mais on sent tout de suite que la série va se diriger vers une rupture de ce couple. Comme elle se fait de manière marrante, avec Kevin pris comme excuse par Deb, je n’ai pas envie de leur en tenir trop rigueur.

Nous sommes dans une série qui veut envoyer de bonnes vibes, alors malgré tout ça, Deb et son mari finissent en bon terme. Pas de surprise de ce côté de l’épisode, mais des bons moments, avec de l’humour et un divertissement au point. J’accroche de plus en plus à la série, il est dommage que l’audience ne suive pas, car c’est tout à fait le genre d’histoire sympa qui pourrait fonctionner. Un peu comme Once Upon a Time à l’origine, il est question surtout de passer un agréable moment pas prise de tête.

Pourtant, il y a quand même une prise de tête qui se profile avec l’ange/guerrier/on ne sait pas bien dont la mythologie se complexifie encore. Cette semaine, elle rencontre ainsi une autre ange dont la fonction est de lui annoncer que les 34 autres se sont barrés, avant de se casser à son tour, ne croyant plus en la mission. C’est du beau. Cela fait tomber à l’eau mes soupçons sur les vraies intentions cachées de l’ange en tout cas : il s’agit bien d’un « ange » puisque les conversations avec son amie le confirment.

De son côté, Amy s’inquiète énormément pour son frère, et il est difficile de ne pas la comprendre. Après l’avoir inscrit de force chez le psy du coin, elle ramène carrément le psy new-yorkais, le Docteur Sloan. Si celui-ci n’a pas une once de crédibilité vis-à-vis de ce qu’est un psy dans la vie réelle, c’est un personnage qui avait le mérite d’apporter un peu d’humour et de relief à la relation entre les jumeaux. J’ai particulièrement aimé le fait qu’il remette aussi Amy en question, tout en rappelant à Kevin de faire plus attention à elle. C’est plein de bons sentiments, je vous avais prévenu.

Amy passe ainsi une nouvelle fois son épisode très loin de son boulot qui reste tout de même mystérieux – je veux dire, elle a été amenée en hélico au beau milieu de la nuit dans une base secrète du gouvernement pendant le pilot quand même. Tout ça pour ça.

Finalement, on la voit s’occuper de sa fille – rapidement, mais ça change – et craquer dans les bras de Nate, inquiète (oui, oui, encore) pour Kevin. C’est merveilleux ce ship qui est en train de se créer depuis un ou deux épisodes. Comme il fallait bien que les scénaristes s’occupent de cette dynamique entre les deux, Kevin est forcé d’apprendre à mentir à sa sœur dans cet épisode.

Il lui avoue ainsi une demi-vérité et lui explique qu’il s’est fait largué lors d’une demande en mariage, ce qui l’a conduit à envisager le suicide. Il dit ensuite à son « ange » que c’était un mensonge, mais j’ai comme un doute. Le truc, c’est que sa nièce continue malgré tout de l’espionner et qu’elle finit par être témoin d’un moment où il aurait dû mourir mais où un miracle, la guerrière, l’a sauvé.

Pour finir, ce qui me plaît le plus dans la série est la relation entre Kevin et ses amis (le barman, Tyler, et son ex). Dans cet épisode, il leur avoue qu’il a envisagé de se suicider et ça ne tombe pas dans le pathos. Au contraire, tous se racontent leurs secrets. Si ce n’est pas un cliffhanger efficace, avec une fin qui m’a laissé perplexe, c’est en tout cas une jolie évolution des dynamiques.

Reste qu’après trois épisodes, je ne sais pas trop vers quoi se dirige la série, mais elle a clairement un fil rouge qui attend d’être développé, alors j’accroche totalement.

Ci-dessous, mon avis sur chaque épisode de la saison

0000.jpg

Pour commencer, la série m’intrigue depuis que j’en ai vu la bande-annonce. Je m’attendais à une nouvelle comédie sur le thème divin, surfant comme Angel from Hell et The Good Place sur la vague vie après la mort et ange, mais c’est finalement une dramédie de 40 minutes que nous pond ABC. La première chose qui s’impose, c’est donc une évidente prise de risque de la part de la chaîne qui s’éloigne enfin de son format drama à la Shondaland pour proposer quelque chose de nouveau.

Gros fan des séries ABC, je me suis senti immédiatement forcé de commencer la série pour voir ce qu’elle allait donner. En plus, Jason Ritter, l’acteur principal, m’a énormément fait rire dans Another Period (toujours pas de nouvelles de la saison 3…), alors je trouve ça plutôt sympa de le retrouver à la tête de sa propre série.

ABC en a pour l’instant commander dix épisodes, et je suis curieux de voir à quoi ça peut bien ressembler, car la bande-annonce avait un superbe rythme.

000.jpg

Avis sans spoiler : C’est forcément moins vif et marrant que le trailer qui compilait les blagues de l’épisode, mais ABC nous propose avec cette série au titre à rallonge une jolie histoire enrobée de bons sentiments et d’une mythologie que l’on apprend à connaître dès le pilot (mais qui reste assez louche pour le moment, je trouve). L’humour est bon, l’histoire intrigante, les émotions sont là. Ce ne sera certainement pas une révélation et la série aura du mal à s’imposer face à This is us sur le terrain des émotions (et des audiences), mais son fil rouge promet un bon divertissement. C’est une série peu prise de tête, que je regarderai probablement en faisant autre chose ou en prenant les transports en commun ; mais c’est une série qui me donne malgré tout envie de poursuivre au-delà du premier épisode. Il faudra bien cependant que je fasse le tri à un moment dans tout ce que je teste, alors elle a intérêt à vite être plus attachante par la suite si elle ne veut pas finir en binge-watch à la fin de la saison. J’attends de voir ce que donneront les épisodes suivants.

Attention, spoilers ci-dessous.

01.jpgÉpisode 1 – Pilot – 16/20
I think everything is beautiful and I don’t like it.

Introduction sympathique, mais qui me rappelle surtout Smallville si je suis honnête, les météorites m’ayant marquées à vie, je pense. L’introduction est quelque peu mystérieuse cependant, car on ne comprend pas bien les relations entre les personnages. Kevin s’installe en effet dans une maison avec Amy, son ex ou sa sœur ou sa meilleure amie ou sa cousine ou allez savoir, et la fille de celle-ci.

La nuit venue, il est réveillé par l’atterrissage d’un hélicoptère. En toute logique, il se pointe en-dehors de la maison en caleçon, avant d’enfiler un pyjama une fois rentré. Entièrement logique, je vous dis. Kevin se retrouve à devoir s’occuper de la fille de l’hôte de la maison dont c’est le boulot de partir au milieu de la nuit et en hélicoptère.

La relation avec l’adolescente, Reese, est on ne peut plus basique et permet d’apprendre que Kevin est suicidaire. Ils aperçoivent alors un météore tomber depuis le ciel et s’y précipitent. Lorsqu’il touche le rocher venu du ciel, Kevin est projeté au loin, inconscient.

Il se réveille au volant de la voiture, devant la maison, et il a même emmené la météorite avec lui, c’est problématique. Ne sachant quoi en faire, il rentre dans la maison, avant de ressortir quand l’alarme de sa voiture se déclenche. À ce moment-là, une femme sort de sa voiture, mais il s’évanouit.

De son côté, Amy se retrouve à affirmer à des militaires que la chute de 35 météores est inhabituelle, mais qu’il ne s’agit pas d’armes. Ce côte de l’intrigue est énormément négligé, mais je pense que le travail d’Amy finira par interférer avec les missions à venir de Kevin.

Le lendemain matin, Kevin se réveille et « l’extra-terrestre » lui avoue qu’il est un élu fait pour protéger la planète et qu’elle est un messager de Dieu envoyé pour l’aider. C’est amusant, mais nous avons moins le rythme de comédie que le suggérait le trailer. Je ne sais pas trop quoi en penser à ce stade de l’épisode, mais Kevin reconnaît enfin être l’oncle de Reese. Il la dépose à l’école, puis manque de peu de se faire tuer. Heureusement, son « guerrier de Dieu » le protège d’un pick-up qui allait le percuter. Cela suffit à le convaincre de la véracité de ses dires.

Toutefois, il ne comprend pas comment elle peut le considérer comme un homme vertueux alors qu’il ne l’est pas. Effectivement, il est difficile de croire qu’il est si vertueux alors qu’il ne sait même pas reconnaître les besoins de sa nièce suite à la mort de son père. Celle-ci lui en veut de son absence, mais bon, ce n’est jamais que son oncle.

Kevin retrouve aussi son ex sur le parking de l’école, ce qui permet d’avoir une intrigue amoureuse à surveiller pour la suite de la série. Celle-ci est invasive, c’est le moins qu’on puisse dire, mais c’est top.

Bon, donc, Kevin est le seul juste sur Terre pour l’instant, mais il y en a 35 autres qu’il devra retrouver, quand il aura appris à voir le monde avec de nouveaux yeux. Il ne peut bien sûr en parler personne, mais il tente de le dire à Amy, qui est donc sa jumelle. Oui, il tente, et ça ne marche pas : il lui avoue à la place les pires vérités. Comme en plus, il ne lui dit pas ce qu’il a fait de la météorite, il n’arrange pas son cas et décide de partir.

Ce n’est bien sûr pas l’avis de sa guerrière, qui lui rappelle que le monde est au bord de la déprime : si Kevin refuse d’aider le monde, le monde se sentira comme lui quand il a tenté de se suicider. Et en plus, sa guerrière a refusé le paradis pour lui.

Il quitte donc la ville et se rend à l’aéroport pour ça. Reese l’y rattrape pour lui faire la morale et lui dire qu’il ne peut pas partir. Kevin se heurte à un homme à qui il finit par raconter toute son histoire, mais celui-ci est sourd-muet. Cela évite d’avoir à payer un acteur et limite le dialogue. Ils finissent par se faire un câlin, ce qui permet à Kevin de comprendre son rôle dans l’univers. Il doit faire de bonnes actions et rapporter le sourire aux gens.

Ils rentrent avec Reese chez Amy et celle-ci se confie enfin à lui. La série a quelques bons sentiments, de bons acteurs et une mythologie intrigante. Le cliffhanger fonctionne sans être intolérable, la mythologie de la série est sympathique et se met en place avec une bonne musique de fond, ce qui est inhabituel pour une série de 40 minutes. En fait, elle ne se prend pas trop au sérieux, et ça fait toute la différence. Et puis, J. August Richards est le shériff de la ville ! Je ne m’attendais pas à le voir dedans alors que j’adore l’acteur. Bref, je crois bien que je suis tombé dans le piège d’une autre série pleine de bons sentiments, qui pourra probablement m’occuper pendant mes trajets.

02Épisode 2 – Listen Up – 14/20
My job is to keep you alive. You seem alive to me. Dumb, but alive.

Est-ce que l’épisode commence par une scène sous la pluie avec un beau ciel bleu ? Est-ce que Kevin fait des pompes dans la boue en gardant ses habits et ses mains parfaitement propres ? Oui. J’ai comme un doute sur mon envie de rester tout à fait attentif à la série face à cette série, du coup, j’avoue.

Au beau milieu de la nuit, il décide d’imprimer des flyers pour proposer gratuitement ses services à tout le monde. Sa sœur le supplie de ne pas faire ça, mais bien sûr, il n’en fait qu’à sa tête – ce qui ne plaît pas non plus à sa guerrière qui voulait simplement qu’il écoute l’univers. L’avantage, c’est que l’univers est assez rapidement clair : il l’envoie dans une brasserie. Il y a dans ces moments de l’épisode des gags plutôt marrants, mais rien de bien inoubliable.

En fait, exactement comme Kevin dans la brasserie, on voit bien que la série se cherche et ne sait pas encore bien comment établir sa mythologie. Kevin veut donc aider tout le monde, puis une seule personne, Jake, sans parvenir à aider personne, mais en étant invité à une soirée d’anciens élèves.

À celle-ci, Kevin retrouve Jake et accepte de s’ouvrir à lui en racontant qu’il détestait sa vie à New-York. Cela lui permet de rétablir aussitôt une relation de confiance et d’amitié avec lui, qui lui avoue ne pas vouloir continuer à bosser dans la bière. Bon, il oublie vite sa mission quand Kristin le drague et qu’elle l’invite à coucher chez lui… pour un coup et quelques souvenirs, avant de le virer pour qu’il rejoigne une Amy morte d’inquiétude.

Toujours sans voiture, il retrouve Reese au beau milieu de la route et de la nuit. Voyant sa mère morte d’inquiétude, l’ado a eu la bonne idée de venir chercher son oncle pour le sermonner. Et comme en plus, elle le surprend encore en train de parler tout seul, elle s’énerve pour de bon. Le savon semble fonctionner ; mais Kevin est trop bizarre pour que ce soit suffisant à long terme.

Le lendemain, Kevin retrouve une Kristin qui le repousse assez violemment, lui rappelant qu’ils n’ont jamais rompu car il n’a jamais eu le courage de rompre, préférant juste ignorer ses appels. Outch. Pour arranger un peu plus ses affaires, le père de Jake fait une crise cardiaque quand son fils démissionne sur les bons conseils de Kevin. Bien joué.

Vexé, Kevin décide de rentrer chez lui, même si l’univers lui suggère d’aller à l’hôpital. Cette histoire de signes de l’univers n’existait pas du tout dans le pilot, mais ça peut permettre un bon running gag sur le long terme s’ils n’en abusent pas trop et qu’il apprend vite à lire ces signes.

L’épisode s’amuse à nous montrer qu’Amy a une voiture à réparer, qu’il n’est pas difficile d’imaginer liée à son mari décédé, mais comme elle essaye vraiment de la réparer et se retrouve à parler toute seule à plusieurs reprises, les scénaristes se jouent de nous. L’idée est de nous faire penser qu’elle pourrait tout à fait avoir son propre gardien – c’est la jumelle de Kevin après tout. J’aime beaucoup l’idée de ce jeu avec nous, histoire de nous garder dans le flou sur la suite de la série et de nous ouvrir à toutes les possibilités.

Nate, le shérif, lui emmène ensuite un carburateur, ce qu’elle prend mal car c’est Kevin qui lui a raconté et parce qu’elle prend le pick-up pour son mari, Jonn. Normal : elle parle à sa voiture comme à un défunt. Bref, elle referme le capot sur la main de Kevin qui n’a plus le choix d’aller à l’hôpital. Là-bas, il comprend qu’il devait aider en fait le père de Jake : celui-ci le remercie de lui avoir probablement sauvé la vie grâce à cet avertissement de crise cardiaque.

Kevin est remercié de ce sauvetage par l’univers qui lui envoie… une vision on ne peut plus réaliste où il se retrouve au milieu de l’océan à se faire bouffer par un requin. J’imagine que c’est le début d’un fil rouge, et ça peut être intéressant à voir évoluer par la suite. C’est à surveiller, on va dire. Bon, il ressort de l’ascenseur parfaitement trempé et personne n’a l’air de s’en soucier beaucoup plus que ça pour la suite de la série.

Il finit l’épisode en appelant Kristin pour rompre avec elle comme s’il était à l’université et que la longue distance ne lui convenait pas, ce qui bien sûr touche profondément Kristin, et en montant dans le camion qu’Amy a réparé.

Je suis mitigé face à cet épisode. Il est plein de bons sentiments et de gags qui fonctionnent plus ou moins bien, mais a aussi plein de moments peu cohérents ou pas très subtils. La portion divertissement est assurément au point en tout cas et je pense que la série pourrait devenir attachante si elle n’est pas annulée faute d’audience suffisante (pire score de la soirée hier…) !

03.jpgÉpisode 3 – Sweet Little Lies – 15/20
The universe doesn’t care about ending

C’est à bord d’un bus irlandais m’amenant de l’aéroport à Dublin que j’ai vu cet épisode très chouette et plein de bon feelings, parfait pour entamer comme il se devait mes vacances. Tout commence par une séquence rêvée plutôt drôle, où Kevin s’avère somnambule et se retrouve à deux doigts de se suicider, une nouvelle fois.

Inquiète, Amy l’inscrit de force chez le psy, ce qui amène Kevin à rencontrer la nouvelle personne dont il doit changer la vie, Deborah, aka Pookie. Celle-ci est sur le point d’organiser sa fête de mariage avec son meilleur ami, mariage précipité la première fois par son cancer. Pourquoi pas, mais on sent tout de suite que la série va se diriger vers une rupture de ce couple. Comme elle se fait de manière marrante, avec Kevin pris comme excuse par Deb, je n’ai pas envie de leur en tenir trop rigueur.

Nous sommes dans une série qui veut envoyer de bonnes vibes, alors malgré tout ça, Deb et son mari finissent en bon terme. Pas de surprise de ce côté de l’épisode, mais des bons moments, avec de l’humour et un divertissement au point. J’accroche de plus en plus à la série, il est dommage que l’audience ne suive pas, car c’est tout à fait le genre d’histoire sympa qui pourrait fonctionner. Un peu comme Once Upon a Time à l’origine, il est question surtout de passer un agréable moment pas prise de tête.

Pourtant, il y a quand même une prise de tête qui se profile avec l’ange/guerrier/on ne sait pas bien dont la mythologie se complexifie encore. Cette semaine, elle rencontre ainsi une autre ange dont la fonction est de lui annoncer que les 34 autres se sont barrés, avant de se casser à son tour, ne croyant plus en la mission. C’est du beau. Cela fait tomber à l’eau mes soupçons sur les vraies intentions cachées de l’ange en tout cas : il s’agit bien d’un « ange » puisque les conversations avec son amie le confirment.

De son côté, Amy s’inquiète énormément pour son frère, et il est difficile de ne pas la comprendre. Après l’avoir inscrit de force chez le psy du coin, elle ramène carrément le psy new-yorkais, le Docteur Sloan. Si celui-ci n’a pas une once de crédibilité vis-à-vis de ce qu’est un psy dans la vie réelle, c’est un personnage qui avait le mérite d’apporter un peu d’humour et de relief à la relation entre les jumeaux. J’ai particulièrement aimé le fait qu’il remette aussi Amy en question, tout en rappelant à Kevin de faire plus attention à elle. C’est plein de bons sentiments, je vous avais prévenu.

Amy passe ainsi une nouvelle fois son épisode très loin de son boulot qui reste tout de même mystérieux – je veux dire, elle a été amenée en hélico au beau milieu de la nuit dans une base secrète du gouvernement pendant le pilot quand même. Tout ça pour ça.

Finalement, on la voit s’occuper de sa fille – rapidement, mais ça change – et craquer dans les bras de Nate, inquiète (oui, oui, encore) pour Kevin. C’est merveilleux ce ship qui est en train de se créer depuis un ou deux épisodes. Comme il fallait bien que les scénaristes s’occupent de cette dynamique entre les deux, Kevin est forcé d’apprendre à mentir à sa sœur dans cet épisode.

Il lui avoue ainsi une demi-vérité et lui explique qu’il s’est fait largué lors d’une demande en mariage, ce qui l’a conduit à envisager le suicide. Il dit ensuite à son « ange » que c’était un mensonge, mais j’ai comme un doute. Le truc, c’est que sa nièce continue malgré tout de l’espionner et qu’elle finit par être témoin d’un moment où il aurait dû mourir mais où un miracle, la guerrière, l’a sauvé.

Pour finir, ce qui me plaît le plus dans la série est la relation entre Kevin et ses amis (le barman, Tyler, et son ex). Dans cet épisode, il leur avoue qu’il a envisagé de se suicider et ça ne tombe pas dans le pathos. Au contraire, tous se racontent leurs secrets. Si ce n’est pas un cliffhanger efficace, avec une fin qui m’a laissé perplexe, c’est en tout cas une jolie évolution des dynamiques.

Reste qu’après trois épisodes, je ne sais pas trop vers quoi se dirige la série, mais elle a clairement un fil rouge qui attend d’être développé, alors j’accroche totalement.

7 commentaires sur « Kevin (Probably) Saves the World (S01) »

  1. Je suis assez mitigée par ce premier épisode. Le trailer promettait effectivement beaucoup et j’ai trouvé le pilot un peu poussif par moments. Et j’ai eu du mal avec l’ange gardien. Je crois que je préférais l’actrice vue dans le trailer. Là je trouve qu’elle se force un peu. Ceci dit j’aime beaucoup Jason Ritter et JoAnna Garcia Swisher ainsi que J. August Richards donc on va continuer un peu. Et je ne savais pas qu’il n’y avait que 10 épisodes de prévus.

    J'aime

    1. Ah je ne suis pas fou, merci ! Je n’ai pas revu le trailer, mais je me disais que l’actrice n’était pas du tout comme dans mon souvenir. Ceci explique cela.
      Pour les 10 épisodes, c’est plus incertain que ça : c’est sûrement prévu pour 22, mais il n’y en a que 10 en production pour l’instant. Les chaînes font souvent ça, commander 22 épisodes, mais n’en mettre en production que 6 ou 10 en attendant de voir ce que ça donne. En cas d’annulation, ça limite la casse et les frais, en cas de poursuite, c’est plus simple au niveau des contrats.

      J'aime

      1. oui mais 10 épisodes c’est bizarre. Normalement c’est une commande de 13 d’office avec un back nine order en cas de succès (même si c’est de moins en moins le cas pour les 9, et que les saisons sont raccourcies, même quand elles ont du succès, voir This is Us). Bon de toute façon, la série n’a pas rencontré le succès attendu donc à mon avis elle n’ira pas très loin…

        Aimé par 1 personne

      2. C’est sans surprise. J’aimerais quand même un changement de case horaire, elle est juste très mal servie je crois !

        J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.