Comment dire adieu à sa maison d’enfance

Salut les sériephiles,

Related image
Danse de la joie pour bien commencer la journée !

Une fois n’est pas coutume, on va reprendre aujourd’hui la saga emménagement, et il y a de fortes chances que celui-ci monopolise tellement ma semaine que je finisse par ne parler que de ça. On verra, parce qu’il y a eu aussi de bonnes nouvelles côté série, genre le renouvellement de Glow pour une saison 3. Et puis, maintenant que j’ai un lit avec un matelas de dingue qui m’a coûté au moins un tiers de salaire (mais non, il y avait des promos), je cultive l’espoir secret de retrouver une énergie de folie grâce à un sommeil hyper réparateur. L’espoir fait vivre.

Épisode 1 : Mon concours, mon déménagement, ma vie
Épisode 2 : Exil au soleil (et blog au ralenti)
Épisode 3 : La première fois que… (aka nouvel appartement)
Épisode 4 : Déménager, c’est fun (non)
Épisode 5 : Kafka n’a qu’à bien se tenir

Seulement, avant d’entamer véritablement une nouvelle page avec le récit de l’emménagement, il faut d’abord que je vous parle de la période de transition qu’a constitué la fin de semaine dernière, avec l’abandon de la demeure familiale – dans laquelle j’ai vécu 21 ans. Enfin, presque. J’ai aussi passé trois ans à vivre à Versailles pour les études, mais je rentrais quand même assez régulièrement (tous les week-end la première année, toutes les six semaines pour les vacances la dernière année). Et puis, Versailles, c’était à 40 minutes de chez mes parents en voiture, 1h30 en train, autant dire que c’était la porte à côté et que je n’ai jamais vraiment coupé le cordon d’avec ma chambre d’enfant/ado/adulte. Outch.

thumb image

Les cartons ont été douloureux, j’ai déniché des moutons complets bien planqués derrière la bibliothèque s’étant seulement étoffée au fil des ans et je l’ai vidée progressivement… sans même me comprendre ce qui était en train de se passer. En fait, je ne me rendais pas du tout compte de ce qui était en train de se passer… et pour tout dire, je ne m’en rends toujours pas compte. Oui, je vis dans un nouvel appartement, mais à part l’excitation de la découverte de nouveaux lieux et de nouveaux gens parmi les voisins (merci à toi, voisine du dessous, d’avoir une box Free me permettant d’utiliser FreeWifi), je ne vois pas encore de différence entre mes deux vies marquant une rupture bien nette.

Oh, pour simplifier la transition, j’ai fait tout ce qu’on me disait (ou presque) dans les multiples articles internet que j’ai lu sur le sujet : certes, je n’ai pas mis de bougies pour m’habituer par l’odorat à passer d’un espace à l’autre, mais j’ai pris soin rapidement de personnaliser l’espace, avec des détails aussi futiles qu’un paillasson ou un porte-torchon*, histoire de me créer mon appartement. J’ai aussi rapidement pris possession de la cuisine (certes, rien que pour des pâtes, mais c’est l’intention qui compte) et imaginé l’espace comme bon me semblait. Pour l’instant, la réalité rattrape les rêves, je n’ai pas encore eu de souci par rapport à tout ça.

Image result for wonderful tv

Pour dire adieu à ma chambre ? Bof. De la musique – Obliviate d’Harry Potter et les Reliques de la mort partie 1 que j’associe pour toujours à mon premier déménagement ; de la préparation psychologique, le traditionnel oubli qui permet l’anecdote du déménagement (la pochette avec tout un tas de papiers administratifs dont j’ai évidemment besoin) et hop, c’est parti.

Il faut monter le son au début, hein.

Enfin, c’est parti. Il fallait déjà charger un camion de six mètres cubes de 21 ans (25, même) de souvenirs en tous genres… et surtout de livres. Mon dieu, tellement de livres ! Et un canapé ! Et de quoi avoir un lit (mais pas de matelas) ! Et de quoi m’habiller ! Et de quoi me laver ! Et de quoi… oui, bon, bref, vous saisissez l’esprit : la partie de Tétris géant avec mon père a duré quatre bonnes heures, mais tout a fini par rentrer dans le camion… Au point qu’il restait de la place (beaucoup) et que je me suis mis à refaire des cartons dans la nuit précédant l’emménagement. TOUJOURS PLUS. J’aimerai dire que c’était sans regret, mais eh, depuis j’ai monté 150 fois les deux étages avec des meubles dans les bras, sur le dos, dans toutes les positions imaginables. Pour le prochain déménagement, je me remets au sport, hein.

Image result for wonderful tv

Et dans tout ça, le titre de l’article ? Ma réponse sera que pour dire adieu à sa maison d’enfance, il faut se lancer à corps perdu dans l’aventure du déménagement. Et attendre le déclic… mais je ne l’ai pas encore eu. Ce n’est pas faute d’avoir attendu ce moment dont tout un tas d’articles parlent, promettant un changement radical de vie, une dépression ou ce moment magique où passe de « chez moi » à « chez mes parents ».

Cela faisait un moment déjà que j’étais passé à « chez mes parents », et même la disparition de la télévision n’a pas réussi à me faire avoir le déclic promis. J’ai organisé une petite fête de départ vendredi dernier (merci à tous ceux qui étaient là et lisent mon blog – ce qui doit réduire le nombre à deux ou trois) et j’en garde plus un excellent souvenir qu’un moment de tristesse comme je craignais que ce le soit. Comprenez aussi, on a débattu du dernier Bingo Séries en tentant de convaincre certains d’y participer alors que d’autres essayaient de comprendre de quoi on parlait. Mouahaha ! Et puis, j’ai pu lancer quelques invitations aussi – pour une fois que l’appartement sera prêt à recevoir du monde, en tout cas.

La première facture salée sera probablement le déclic tant attendu me ramenant à la réalité ! Ou alors, la première nuit que je passerai en allant rendre visite à mes parents.

Image result for panda tv show

*PS : inutile de dire que j’ai retrouvé également ma poubelle panda prête à vivre de nouvelles aventures. J’en ai enfin fait la photo, mais elle mérite bien encore un peu d’attente, pas vrai ? En plus, j’ai un premier moustique à aller tuer pour marquer mon territoire !

35 commentaires sur « Comment dire adieu à sa maison d’enfance »

  1. Tu m’as trop fait rire ^^ Presque un mois que je n’ai plus trouvé/pris le temps de faire un tour sur la blogo, donc je te souhaite maintenant un chouette nouveau départ dans ta vie de grown-up ! Et puis, Big Namg Theory prouve bien que même adulte, on peut garder son âme d’enfant (jusqu’a ce que crame le Comic book store, là, c’est douloureux).

    J’aime

      1. Ooooh ! Mince alors ^^ Je détéstais cette série en VF, puis j’ai accroché quand mon copain s’est mis a la VO et que l’humour me correspond tellement mieux ^^

        J’aime

      2. Même en vo… Je crois que mon problème vient des rires collés sur des choses absolument pas drôles. J’ai l’impression qu’il faut rire des références alors que euh bon ma vie ressemble à cet amas de références moi! J’ai pas envie de me moquer de moi 😂 bref, du coup, chaque fois que j’essaye, je suis en interrogation complète à chercher ce qui est drôle, et ça finit par rendre l’ensemble pas drôle alors même que si je me posais pas tant de questions, ça irait probablement 😅

        Aimé par 1 personne

  2. Bon merci pour ce suspense insoutenable!
    Je pense que tu t’en rendras compte quand tu auras commencé le travail et que auras un peu trouvé une routine, perso c’est comme ça que je me suis sentie chez moi. En tous cas bien joué pour les cartons en pleine nuit!

    Aimé par 1 personne

    1. De rien et merci 😂 c’était quelque chose les cartons en pleine nuit. Tout ce que j’avais mis de côté pour plus tard s’est retrouvé emballé à la va-vite 😂 je n’ai pas encore osé rouvrir quoique ce soit… Les meubles d’abord!

      Aimé par 1 personne

      1. Oui tu as raison!!!! Les premiers cartons sont « faciles » tu as surement marqué ce qu’il y a dedans et dans quelle pièce ça va, tandis que les derniers c’est: « bordel »/ »divers »/rien marqué du tout. Et après quand tu veux ce truc précis c’est introuvable haha

        J’aime

      2. C’est marqué partout, mais c’est surtout que dans un même carton, il y a des choses pour trois pièces différentes, dont aucune n’a tous les meubles en place 😂 ajoute à ça que bien évidemment lors de mon premier tour sur place, j’avais déjà monté quelques meubles et remplis ceux-ci avec les mauvaises choses et tu comprends la galère organisationnelle que ça va être mdr

        Aimé par 1 personne

  3. On sent bien le seriephile qui à force d’enchainer les séries et les saisons sait comment créer de l’attente et du suspense pendant plusieurs épisodes avant de nous présenter officiellement un nouveau personnage (la poubelle panda). C’est beau on dirait le Arrowverse XD

    Aimé par 1 personne

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.